Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Dossier7. Sciences de la vieSémiotique et biologie. Le « viva...

Dossier
7. Sciences de la vie

Sémiotique et biologie. Le « vivant » sur l’horizon du langage

Denis Bertrand et Bruno Canque
p. 195-220

Résumés

Dans cette étude, nous nous sommes tout d’abord interrogés sur le concept de vie à travers une lecture croisée, celle du sémioticien et du biologiste, des textes de la tradition philosophique occidentale depuis Platon et Aristote jusqu’à H. Bergson et G. Deleuze, ainsi que de deux textes clés de l’histoire de la biologie, La Philosophie zoologique de Lamark et L’Origine des espèces de Darwin. Nous avons ensuite procédé à une analyse critique des approches conventionnelles physicaliste, vitaliste et historiciste, du concept de vie, avant d’explorer de façon plus spécifique les relations qui s’établissent entre le vivant et le langage. Ce parcours nous conduit à formuler l’hypothèse de l’existence d’une communauté de nature, c’est-à-dire d’une identité partagée, entre les processus biologiques élémentaires qui prennent place à l’échelon cellulaire et moléculaire, et les modes de production et d’organisation du langage en acte mis en œuvre dans le discours du sujet parlant.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés:

théories du vivant
Haut de page

Texte intégral

1La présente réflexion est issue d’un séminaire de recherche organisé à l’Université Paris 8 entre 2007 et 2010 durant lequel nous nous sommes interrogés sur les relations entre les sciences du vivant et celles du langage. Ce séminaire ne visait pas tant à faire dialoguer nos disciplines respectives qu’à évaluer la pertinence d’une hypothèse que nous avions formulée dès le départ : celle de l’existence, non pas d’une simple homologie, mais d’une communauté de nature et d’un continuum logique, c’est-à-dire d’une identité partagée, entre les processus biologiques élémentaires qui prennent place à l’échelon cellulaire, et les modes de production et d’organisation du langage en acte, mis en œuvre dans le discours du sujet parlant. Car de même que l’observation des langues naturelles renvoie d’une façon quasi mécanique le biologiste à la logique qui articule le fonctionnement des systèmes vivants qu’il étudie, le regard porté par le sémioticien sur les processus biologiques ne peut manquer de l’interpeler sur l’origine ainsi que sur la matérialité du sens. À travers ce séminaire, il ne s’agissait pas tant d’examiner les relations de contigüité qui peuvent s’établir entre Sémiotique et Biologie à partir de concepts communs à nos disciplines, tels que ceux de code, de lexique ou de transcription, que de tester pour ainsi dire expérimentalement notre hypothèse de travail. La question que nous nous sommes posée est la suivante : est-il possible d’appréhender les phénomènes biologiques à travers le prisme du langage ? Si oui, cette lecture croisée permet-elle d’esquisser les contours de ce qui pourrait constituer une approche théorique renouvelée du monde vivant capable de dépasser l’opposition classique entre les points de vue vitaliste et physicaliste du concept de vie ? N’ayant pas ici vocation à examiner chacun d’entre eux dans le détail, nous nous contenterons de les exposer brièvement, et de montrer leurs limites en vue de faire apparaître la nécessité de leur dépassement. Sur le plan méthodologique, la démarche que nous avons suivie, et dont nous tentons ici de restituer brièvement le parcours, a consisté à étudier chronologiquement, et à prendre, pour ainsi dire au pied de la lettre, les grands textes de la tradition occidentale traitant du concept de vie. Il ne s’agissait pas tant d’en montrer les limites en portant sur eux un regard rétrospectif riche des acquis de la science moderne, que de nous laisser guider par eux tout au long de notre recherche pour montrer, chemin faisant, en quoi ces textes ont conservé, le temps passant et par-delà leur dimension poétique, une brûlante actualité, ainsi qu’une puissance d’interrogation intacte, et comment ils pouvaient dès lors constituer pour nous autant de repères pour orienter et nourrir notre réflexion sur les relations entre le vivant et le langage.

1. Le concept de Vie : entre vitalisme et physicalisme

2La conception vitaliste du monde vivant, historiquement la plus ancienne, puise ses racines dans la définition platonicienne des êtres animés :

  • 1 Platon, Phèdre (éd. L. Brisson, Paris, Flammarion, 2008, § 246c, p. 1262).

Ce qu’on appelle « vivant », c’est cet ensemble, une âme et un corps fixé à elle, ensemble qui a reçu le nom de « mortel »1.

  • 2 Aristote, De l’âme (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 1934, rééd. 2003, [412b] p. 68). Notons le glisseme (...)
  • 3 Bergson (1907).

3Du point de vue vitaliste, les êtres vivants présentent des caractéristiques originales qui les distinguent catégoriquement des objets physiques inanimés. Il s’agit de corps organisés dotés par surcroît d’un principe, c’est-à-dire d’une « âme » conçue comme « l’entéléchie première d’un corps ayant la vie en puissance »2. Le concept d’entéléchie, introduit par Aristote, est évidemment décisif dans la mesure où il pose le primat de l’immanence (le « souffle de vie », interne aux organismes, est à lui-même son propre telos, sa propre fin) et rejette les définitions extérieures et transcendantes du concept d’âme compris comme principe du vivant opposable au corps et soumis à une action originaire, au « faire être » d’un Destinateur. Le point de vue vitaliste, tel qu’il s’exprimait encore au début du vingtième siècle chez H. Bergson à travers le concept d’élan vital3 saisi en tant que pur mouvement évolutif, repose sur le postulat d’une différence essentielle entre le monde physique et les êtres organisés. Toutefois, bien qu’il mette l’accent sur les caractères intrinsèques aux êtres vivants, le point de vue vitaliste se révèle en définitive, tant pour le biologiste que pour le sémioticien, plutôt décevant et ceci pour au moins deux raisons. Tout d’abord du fait de son incapacité à rompre nettement avec le finalisme qui entretient l’idée d’un mouvement évolutif dirigé vers le perfectionnement progressif des êtres, et non conçu pour ce qu’il est véritablement : à savoir comme un processus ininterrompu de brassage, de remodelage et d’innovation génétique affectant le profil d’expression des gènes, les caractères physico-chimiques des protéines qui en dérivent, la différenciation et la fonction des cellules qui les expriment ou qui en sont la cible, la morphogenèse des organismes, ainsi que l’aptitude des individus à résister aux contraintes environnementales qui exercent sur eux une pression de sélection d’intensité variable. Ensuite parce que le vitalisme échoue à formuler une définition du concept de vie en accord avec les acquis de la biologie moderne. La question de la matérialité des êtres vivants, ainsi que du caractère aléatoire des processus évolutifs dont ils sont l’objet, a été définitivement tranchée. Elle ne saurait aujourd’hui être remise en cause.

4À la différence du point de vue vitaliste, le physicalisme ne peut être suspecté de quelque dérive mystique. Il rejette catégoriquement l’idée même d’un principe vital, et considère la diversité spécifique des êtres vivants comme autant de modes d’organisation possibles de la matière organique, chacun d’entre eux obéissant aux lois de la thermodynamique et partageant avec les autres êtres organisés une histoire évolutive plus ou moins longue, et une parenté plus ou moins lointaine. Le physicalisme contemporain, tel qu’il s’exprime à travers les approches expérimentales de la biologie moderne, se distingue également de la position vitaliste en ce qu’il n’a nul besoin de former un concept de vie pour se montrer pleinement opérationnel à l’intérieur de son propre champ d’investigation. Dans sa version la plus radicale le physicalisme tend d’ailleurs plutôt à évacuer les problèmes théoriques d’ordre général en considérant que les difficultés rencontrées dans l’étude des êtres vivants relèvent exclusivement d’une connaissance insuffisante de leur histoire évolutive, de leur mode d’organisation, ainsi que de leur fonctionnement. Résolument positiviste, le point de vue physicaliste présuppose que le dévoilement des mécanismes biologiques fondamentaux à travers l’extension progressive du champ des connaissances viendra combler peu à peu l’espace laissé vacant par l’absence de concept unificateur. De sorte que le concept de vie, se trouvant progressivement vidé de sa substance, c’est-à-dire de sa part de mystère, perdrait peu à peu toute valeur d’usage (au sens narratif du programme d’usage distinct du programme de base), au point de devenir parfaitement inutile et de disparaître de lui-même.

  • 4 Cf. Greimas et Courtés (1979, p. 390, entrée « Texte ») : « L. Hjelmslev utilise le terme de texte (...)

5Dans la perspective physicaliste, l’approche est essentiellement méréologique. Tout se passe en effet comme si la compréhension du tout d’un organisme vivant pouvait être mécaniquement déduite de l’assemblage de ses parties, et comme si une connaissance globale pouvait être atteinte d’une façon purement inductive, c’est-à-dire par simple juxtaposition de factualités. Ce serait pourtant faire preuve d’une naïveté profonde que de considérer qu’à l’instar de l’assemblage des pièces d’un puzzle, aussi gigantesque soit-il, une simple accumulation de vérités locales dont chacune se trouverait validée par ailleurs au plan de l’expérimentation, permettrait de faire émerger une vision unifiée du monde vivant et dispenserait du même coup de la recherche d’un concept unificateur. Ce problème peut être rapproché de celui que rencontre la linguistique, lorsqu’il s’agit de dépasser la sémantique lexicale et la syntaxe phrastique pour envisager les propriétés de la dimension discursive de la signification. Le « texte », appréhendé comme totalité signifiante, ne peut être compris comme un simple assemblage de ses éléments constitutifs ; il ne se résume pas à l’addition des propriétés locales mais engendre, au contraire, en chacune de ses dimensions et en chacun de ses niveaux de pertinence, des propriétés nouvelles qu’il appartient au sémioticien d’identifier et d’analyser (Greimas & Courtés, 1979)4. À cet égard, faut-il rappeler que l’histoire de la peinture nous a enseigné depuis longtemps qu’en l’absence de principe unificateur, l’accumulation des détails, la seule précision de leur représentation, si elle suffit parfois à créer des chimères séduisantes ou monstrueuses, se révèle toujours incapable de donner corps à un tableau. L’image n’existe pas. En d’autres termes, sans concept unificateur, en l’absence de vision ou de mouvement d’ensemble, l’image échoue à prendre forme. Le charme n’opère pas. Il en va de même pour les questions qui nous occupent.

2. Éléments d’histoire croisée

  • 5 Schleiden avait publié en 1838 une description détaillée de la morphologie des cellules végétales e (...)
  • 6 Leibniz (1714).
  • 7 Darwin (1859).
  • 8 Mendel (1866).
  • 9 Bateson (1909).
  • 10 Morgan (1910).
  • 11 Avery, McLeod, McCarty (1944, pp. 37–158).

6Quelles que soient les limites théoriques du point de vue physicaliste, nous devons toutefois lui concéder que sa rigueur méthodologique, son matérialisme strict, ainsi que son refus catégorique d’avoir recours à d’hypothétiques principes immatériels ou suprasensibles pour rendre compte des phénomènes biologiques, ainsi que de l’organisation et du développement des êtres vivants, ont permis de poser les fondements de la biologie moderne. Bien qu’elle ne se montre guère curieuse de définir la vie en tant qu’objet de connaissance, l’approche physicaliste a permis l’unification du monde vivant sur des bases dont la matérialité et la rationalité satisfont pleinement aux exigences de la science moderne. D’abord avec la théorie cellulaire identifiant la cellule comme l’unité fonctionnelle de base commune à l’ensemble des êtres vivants, animaux ou végétaux (T. Schwann et M.J. Schleiden, 1838–1842)5 ; théorie qui, aujourd’hui encore, résonne à nos oreilles comme un lointain écho de la théorie leibnizienne de la monade6. Ensuite avec la théorie darwinienne de l’évolution par descendance avec modification7. Puis avec l’essor des recherches sur l’hérédité pendant la période qui suivit la redécouverte des expériences de G. Mendel8 par H. De Vries et C. Correns (1892–1900). Ces travaux devaient aboutir à la formulation de la théorie du gène par W. Bateson9, et à la découverte par T.H. Morgan des lois régissant la transmission héréditaire des caractères à partir de ses travaux historiques sur la drosophile (1900–1910)10. Il fallut cependant attendre près d’un demi-siècle pour que les recherches sur la génétique bactérienne (O.T. Avery et al.)11 démontrent la fonction de support physique de l’hérédité des acides. Au début des années 1950, l’histoire de la biologie devait connaître une accélération vertigineuse avec tout d’abord l’élucidation de la structure bi-caténaire en double hélice de l’ADN (J. Watson et F. Crick, 1953), puis avec le développement des techniques de séquençage des protéines (Sanger, 1950), plus d’un siècle après leur découverte par G. Mulder (1835) et, beaucoup plus tard, du séquençage de l’ADN par Sanger et Gilbert (1970–1975). Enfin, avec le décryptage du code génétique permettant d’établir les relations de correspondance terme à terme et de colinéarité strictes entre la séquence des acides nucléiques et celle des protéines qui en dérivent (M. Nirenberg et H. Khorana, 1960–1962). Au terme de ce rapide aperçu de l’histoire de la biologie, il convient également de citer les travaux de F. Jacob et J. Monod (1961) sur le contrôle l’expression génique par les protéines à travers la caractérisation fonctionnelle de « l’Opéron lactose ». Cette découverte a joué un rôle déterminant dans le développement de la biologie moléculaire au cours du dernier demi-siècle.

  • 12 Piattelli Palmarini (éd., 1982).
  • 13 Culioli (1990–1999). À lire également, Culioli et Normand (2005).

7Parallèlement, au cours de ces mêmes décennies, les sciences du langage s’engageaient, sous l’impulsion des formalistes du Cercle de Prague et, particulièrement, des travaux du linguiste danois Louis Hjelmslev, héritier de Saussure, développés par ceux d’A.J. Greimas, dans une description des mécanismes internes des phénomènes linguistiques, intégrant progressivement sur la base des mêmes principes de pertinence et des mêmes concepts opératoires les dimensions phonologiques, puis morpho-syntaxiques, et enfin sémantiques et énonciatives de l’activité langagière. Le structuralisme linguistique et sémiotique posait alors les bases d’une connaissance qui, au fil de débats contradictoires propres aux sciences humaines, renouvelait néanmoins de fond en comble l’accès au langage humain. Au début des années 1960, du fait des progrès décisifs accomplis dans le champ des sciences du vivant et dans les sciences du langage, les conditions semblaient réunies pour stimuler de nouvelles approches théoriques du monde vivant et engager l’exploration des relations entre processus biologiques et faits de langage. De façon surprenante, cela ne s’est pas produit. Entre les années 1970 et 1980, les discussions entre ces deux champs disciplinaires ont surtout porté, pour les biologistes, sur le concept de code génétique, et pour les linguistes et les psychologues, sur les bases neurophysiologiques et génétiques du langage, ainsi que sur les conditions de son apprentissage par le jeune enfant12. Cette période charnière est marquée par les débats autour de l’existence d’un organe du langage proposé par N. Chomsky, apanage de la seule espèce humaine, et par le développement des sciences cognitives, commode interface entre champs disciplinaires connexes. La tendance générale semble plutôt avoir été davantage celle d’une biologisation du langage, à travers la discussion de ses bases anatomiques ou génétiques, que d’un questionnement sur les conditions d’un statut biologique sous-jacent. Dans cette perspective, notre parcours de recherche nous a progressivement rapprochés des travaux d’A. Culioli sur les « opérations primitives » qui sous-tendent l’activité de langage13, mettant l’accent sur la dimension épilinguistique des processus énonciatifs, sous la forme d’une proto-syntaxe logiquement antérieure aux syntaxes manifestées (cf. « mon père, son vélo, le guidon, le chrome, il est parti »).

8Il convient d’insister sur un aspect méconnu des relations de la biologie avec les sciences du langage. Le décryptage du code génétique a engagé la biologie moderne dans une longue période d’apprentissage de la lecture des séquences protéiques et nucléiques, ainsi que dans leur décryptage, avec comme perspective de définir leur fonction à travers le développement d’approches expérimentales très diverses. La lecture donnée par N. Jerne (1984), à l’occasion de la réception de son prix Nobel de médecine, nous semble à cet égard très illustrative. Envisageant les relations de complémentarité physique et de correspondance terme à terme qui s’établissent entre un anticorps et un antigène dans le contexte de la réponse immunitaire, N. Jerne les considérait sous un double rapport de symétrie verticale, représentée par la mise en vis-à-vis, en quelque sorte tête bêche, d’un mot avec son reflet en miroir, et de symétrie horizontale pour laquelle une même série de lettres était donnée à lire en tant que palindrome. Or, en s’inscrivant dans la logique d’une textualité pure, illustrée par le concept de code génétique, les biologistes se sont comportés en philologues plutôt qu’en linguistes : ils se donnaient pour horizon le mot et ses constituants élémentaires, rapportés à une interrogation de type étymologique, ou éventuellement le sème, saisi dans une combinatoire. Ainsi la littéralité même de leur lecture n’est sans doute pas étrangère au fait que les aspects processuels des phénomènes biologiques n’aient encore jamais été envisagés à travers le prisme du langage en acte, c’est-à-dire en tant qu’énonciation.

  • 14 Jacob (1970).

9Durant cette période, la contribution la plus significative à une théorie générale du vivant est vraisemblablement la formulation par F. Jacob du concept d’intégron14. Mettant ses pas dans ceux de G.W. Leibniz, F. Jacob proposait de considérer les organismes vivants comme des poupées russes résultant de l’emboîtement de multiples niveaux d’organisation et d’intégration.

  • 15 Ibidem (p. 323).

Quant à l’architecture en étages, écrit F. Jacob, c’est le principe qui régit la construction de tout système vivant, quel que soit son degré d’organisation. (…) Les organismes s’édifient par une série d’intégrations. Des éléments similaires viennent s’assembler en un ensemble intermédiaire. Plusieurs de ces ensembles s’associent alors pour constituer un ensemble de niveau supérieur et ainsi de suite. (…) Chacune de ces unités constituées par l’intégration de sous-unités peut être désignée par le terme général d’intégron15.

  • 16 Greimas et Courtés (1979, pp. 157–160, entrée « Génératif [parcours] »).

10Quelques années plus tard, A.J. Greimas présentait l’économie générale de la théorie du langage dans un « parcours génératif de la signification »16 dont le dispositif stratifié en différents niveaux d’organisation, des structures élémentaires aux structures sémio-narratives et de celles-ci aux structures discursives, relevait de la même épistémè. La conception de l’intégration, exprimée en termes de conversion d’un niveau d’articulation en un autre niveau, sur les plans sémantique et syntaxique, montre des similitudes théoriques et conceptuelles avec la théorie de l’intégron dont les implications restent à exploiter, et les limites à discuter. Dans les deux cas, chaque objet – biologique ou sémiotique – se présente comme un système de systèmes ; dans les deux cas, chaque niveau d’organisation doit être envisagé en référence à ceux qui lui sont contigus, impliquant des modifications qui leur sont propres ; dans les deux cas cependant, la processualité effective s’estompe derrière l’édifice conceptuel.

3. Complexité, mouvance, sélection

  • 17 Bergson (1907).
  • 18 Flourens (1864, pp. 169–170).
  • 19 Aristote, De l’âme, op. cit., § 402a.

11Au cours des dernières décennies, le champ de la théorie du vivant semble avoir été progressivement déserté, à la fois par les philosophes qui l’avaient pourtant largement occupé depuis l’antiquité, et par les biologistes qui ne l’ont jamais véritablement investi. L’intuition de H. Bergson17 soutenant que, loin de réduire le champ de la philosophie, le progrès des connaissances scientifiques ne ferait que le déplacer en faisant sans cesse surgir de nouvelles questions, s’est malheureusement révélée, dans le domaine qui nous occupe, d’un optimisme excessif. Depuis l’essor de la biologie moderne et son autonomisation au cours du dernier demi-siècle, rares sont en effet les philosophes contemporains qui osent encore s’inscrire dans la tradition bergsonienne en s’aventurant sur ce terrain (cf. G. Deleuze, infra). La plupart d’entre eux ne possèdent pas les connaissances nécessaires pour réexaminer le concept de vie au regard des acquis de la biologie moderne, et confondent parfois encore un peu trop facilement les questions de méthode et les questions de principe. Quant aux biologistes, leur relatif désintérêt pour les questions générales est d’une autre nature. Il tient pour partie à la compartimentation croissante des champs disciplinaires et à la sophistication progressive des dispositifs expérimentaux mis en œuvre. Il tient également au fait que la culture expérimentale matérialiste qui prévaut dans la discipline s’accorde assez mal avec une démarche réflexive d’ordre plus général, a fortiori lorsque les propositions qui en émanent ne peuvent être directement soumises à l’expérience. Le fait n’est pas nouveau. Il suffit, pour en saisir les déterminants, de nous remémorer les résistances multiples à la théorie darwinienne telles qu’elles ont pu s’exprimer en France au xixe siècle, notamment à travers les écrits du neurobiologiste P. Flourens. Dans son ouvrage intitulé Examen d’un livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, P. Flourens invoquait la conférence fameuse sur la génération spontanée donnée à la Sorbonne par L. Pasteur le 7 avril 1864, pour rejeter en bloc la théorie de l’évolution qu’il n’avait pas comprise, et réaffirmer sa foi indéfectible dans le dogme créationniste18. L’équation de P. Flourens était extrêmement simple. Prenant, pour ainsi dire, au pied de la lettre l’expérience pasteurienne, il considérait que si la vie ne pouvait émerger à partir de la matière amorphe, en d’autres termes s’il ne pouvait y avoir de génération spontanée, alors les êtres vivants ne pouvaient qu’avoir été créés par Dieu, éludant d’un même mouvement, et au nom même de la biologie expérimentale naissante, la question de l’origine de la vie terrestre et du devenir historique des espèces. Le parcours historique à travers la biologie nous conduit par ailleurs à reconnaître que nous n’avons guère progressé depuis l’antiquité dans la définition d’un concept de vie et que, malgré l’énergie déployée, le principe des animaux, sur lequel s’interrogeait déjà Aristote19, échappe toujours à notre saisie. Il reste donc à formuler. Si l’on souhaite dépasser le régime d’opposition binaire des vieilles controverses et les débats sans fin entre holisme et réductionnisme, préformationnisme et épigénèse, déterminisme et liberté, qui renvoient invariablement leurs défenseurs à des prises positions dogmatiques souvent fondées sur une lecture erronée ou tronquée des faits, il nous faut commencer par prendre en considération les difficultés d’ordre méthodologique soulevées par une conceptualisation d’ensemble du monde vivant. Ces difficultés sont de plusieurs ordres.

12Elles tiennent en premier lieu à son extraordinaire diversité. Pour en prendre la mesure, il suffit de savoir qu’on estime entre 5 et 30 millions le nombre d’espèces vivant actuellement sur la planète et que celles-ci, loin d’être isolées les unes des autres, établissent entre elles des relations multiples, notamment de compétition, de coopération ou de consommation. On se souvient de la déclaration inaugurale de Roland Barthes à son « Introduction à l’analyse structurale des récits » :

  • 20 Barthes (1985, p. 167).

Innombrables sont les récits du monde. C’est d’abord une variété prodigieuse de genres, eux-mêmes distribués entre des substances différentes, comme si toute matière était bonne à l’homme pour lui confier des récits. (…) International, transhistorique, transculturel, le récit est là, comme la vie20.

  • 21 Greimas (1983, p. 18).

13Comme dans la vie, l’infinie diversité phénoménale est un défi à la reconnaissance d’une « structure » commune. Il y faut, comme le souligne Barthes, une « théorie ». L’hypothèse sémiotique de la narrativité, débordant le champ de la seule narratologie restreinte aux récits effectifs et élargissant son pouvoir structurant à toutes sortes de discours, constitue, au sens fort, une théorie. Au risque de considérer, comme le soulignait Greimas, que « tout discours est donc ‘narratif’«  et de vider la narrativité ainsi étendue de « son contenu conceptuel »21.

  • 22 Wittgenstein (1922).

14Le deuxième ordre de difficulté auquel nous devons faire face réside dans le niveau élevé de complexité organisationnelle et fonctionnelle des êtres vivants observable chez les micro-organismes les plus primitifs, tels que virus ou bactéries, lesquels possèdent pourtant un nombre relativement limité de gènes. Concernant cet aspect, nous devons souligner que la complexité intrinsèque aux êtres vivants les inscrit en contradiction avec l’énoncé 2.0123 de L. Wittgenstein22 :

Si je connais l’objet, je connais aussi l’ensemble de ses possibilités d’occurrence dans des états de choses. (Chacune de ces possibilités doit être inhérente à la nature de cet objet). Il n’est pas possible de trouver une possibilité nouvelle.

15Dans une perspective plus générale, nous pourrions même lui opposer terme à terme la contre-proposition suivante :

Aucun être vivant, quels que soient son appartenance spécifique ou son niveau de complexité organisationnel, ne peut faire l’objet d’une connaissance exhaustive, l’ensemble de ses possibilités d’occurrence tendant vers l’infini.

  • 23 Leibniz (1714, p. 245).
  • 24 Carroll (1865).
  • 25 Bergson (1907, pp. 304–306).

16Il n’en va pas seulement ici de la survie de l’individu, mais du devenir de l’espèce. Le troisième ordre de difficulté réside dans le fait que les êtres vivants, contraints de s’adapter en temps réel aux conditions instables et changeantes du milieu, sont des êtres en mouvement. Les corps, les cellules qu’ils contiennent, les molécules qui les composent, sont dans un état de perpétuelle agitation. On peut se représenter l’intérieur d’une cellule, son cytoplasme ou son nucléoplasme, comme des gels protéiques au sein desquels se déplacent, s’assemblent et se disloquent en permanence des complexes macromoléculaires dotés de propriétés originales assurant, par exemple, la production énergétique de la cellule, régulant sa motilité, orientant sa différenciation et supportant une multitude de fonctions à des degrés de spécificité variables. À l’instar de la monade, et bien que vivant par et pour elle-même, la cellule est à chaque instant traversée par le monde. Cet état de chose rend donc extraordinairement malaisée la saisie du détail de ce qui change23. Il justifie d’ailleurs presque à lui seul l’approche résolument réductionniste adoptée par la biologie expérimentale. Le fait qu’à l’instar de la Reine Rouge de L. Carroll24, les êtres vivants s’inscrivent dans une sorte de mouvement perpétuel, chacune de leurs composantes obéissant de surcroît à son rythme propre, ajoute encore à cette difficulté, exposant du même coup les travaux du biologiste aux mêmes critiques que celles que Bergson adressait déjà au cinématographe voici plus d’un siècle25. L’expérience du cinéma repose en effet in fine sur la comparaison de deux images fixes de sorte que, même si nous disposons désormais d’outils de mesure et de représentation en temps réel des phénomènes biologiques, ceux-ci ne permettent de suivre la dynamique que d’un nombre très limité de paramètres. Le concept de vie étant par définition non-visualisable, il ne figure sur aucune image parce qu’il est, dans le même temps, l’élément organisateur interne à chaque image et l’élément de liaison entre les images qui se succèdent.

  • 26 Greimas (1987).

17Ce problème fondamental de saisie d’un sens par définition labile, soumis aux conditions de l’observation qui le fige et le parcellise, est aussi venu au premier plan des interrogations sémiotiques, à partir de son « tournant phénoménologique » des années 1990. La composition des « esquisses », à travers laquelle la perception s’approche des objets et les identifie sans pour autant pouvoir les appréhender dans leur plénitude d’existence, conduit à poser le primat aspectuel de l’imperfectif comme condition même du sens. Greimas, dans De l’imperfection26, fait reposer la saisie esthétique sur le franchissement, à la fois attendu et inattendu, des seuils qui limitent l’accès au monde sensible ordinaire. Mais plus largement, cette problématique est à la source des « contraintes de discursivisation » qu’impose l’exercice du langage. La question du point de vue et la sémiotique de l’observateur impliquent non seulement une position du sujet dans la trame descriptive, narrative ou argumentative d’un texte, mais aussi celle qui lui est infusée et imposée par le lexique de sa langue, dans le moindre mot, dans le plus modeste connecteur. De même, ce que les sémioticiens appellent la textualisation désigne précisément la contrainte spatio-temporelle de linéarité régissant la mise en œuvre de tout discours. Cette contrainte oblige à sélectionner dans le divers sensible et événementiel tel ou tel élément qui sera déployé sous la férule des isotopies, au détriment de tel autre qui aurait aussi bien pu candidater à sa place. La virtualisation du non-dit, pour ainsi dire aveuglé, est la condition du dire, de son actualisation et de sa mise en lumière. L’inépuisable du sensible, ce que Greimas en tant que structuraliste appelait l’ouverture infinie des possibilités combinatoires de la structure, trouve sa clôture dans les produits de l’usage qui sélectionne un nombre limité de formes au sein du possible, formes que la praxis énonciative convoque inlassablement dans la stéréotypie, dans les lieux communs et dans la phraséologie. La création artistique, tout comme la recherche, consiste à révoquer les produits de l’usage et à actualiser des combinaisons nouvelles, réalisant, lorsque l’opération réussit, le dessillement d’une visibilité inattendue dans la multiplicité des paramètres candidats. L’exercice du langage et a fortiori sa connaissance, pas plus que la connaissance biologique, ne peuvent viser l’exhaustivité. Et quand bien même un tel objectif pourrait être atteint, il y a fort à parier, à tout le moins en biologie, qu’il se révèle a posteriori vide de sens, c’est-à-dire sans véritable contenu conceptuel. Car, et c’est déjà un foyer de convergence entre langage et vivant, c’est la liaison elle-même entre éléments mobiles et disjoints qui le plus souvent échappe, ce qui d’un côté assure la prise du sens et de l’autre « fait être » la vie.

4. Difficultés théoriques

  • 27 Schrödinger (1967).

18La conceptualisation du vivant pose donc de sérieux problèmes méthodologiques qui interrogent la pertinence même de la question telle que pouvait la formuler E. Schrödinger dans l’opuscule éponyme : Qu’est-ce que la vie ?27, et à laquelle il conviendrait peut-être de substituer celle-ci : « Existe-t-il un concept transversal capable de rendre compte de l’ensemble des propriétés intrinsèques au monde vivant ? » Interrogeons-nous maintenant sur les approches méthodologiques susceptibles de faire émerger un « concept de vie » qui intègre toutes les singularités du monde vivant et qui puisse se présenter en tant que phénomène orthogonal au temps et au mouvement des êtres qui le composent, c’est-à-dire émancipé des contraintes immédiates de leur devenir, tout en restant strictement immanent à la matière vivante. Nous en distinguerons quatre principales, les deux premières, formaliste d’une part et physicaliste de l’autre, seront contestées pour des raisons essentiellement logiques. N’étant pas à proprement parler biologiques, elles se situent presque par définition à l’extérieur du champ de pertinence de leur objet. Les deux dernières approches, qui appartiennent plus spécifiquement aux sciences du vivant, focalisent leur recherche sur le problème de son origine : l’une en remontant l’échelle du vivant jusqu’aux organismes les plus simples, l’autre en essayant de modéliser de manière expérimentale le passage de la matière inanimée au vivant. Elles seront discutées essentiellement en raison de leur difficulté à penser les grandes transitions de l’évolution.

4.1. Approche formaliste

  • 28 Petitot-Cocorda, (1985, pp. 29–39).

19Nous ne pouvons que souscrire aux propos de J. Petitot lorsqu’il écrivait qu’en biologie « ce sont les concepts qui manquent et non les faits »28. Les travaux réalisés dans ce domaine au cours des trente dernières années nous ont montré toutefois que ce n’est pas tant le manque de créativité qui s’oppose à une conceptualisation d’ensemble du monde vivant, que son degré de complexité. Dans un tel contexte, une approche formaliste exclusivement fondée sur des modèles mathématiques ne peut avoir de valeur qu’essentiellement descriptive. Les approches formelles ne permettent pas plus de rendre compte de l’organisation et du fonctionnement des êtres vivants qu’elles ne permettent d’anticiper leur devenir. Si les mathématiques sont précieuses au biologiste en tant qu’outils de modélisation, leur intérêt dans le champ de la théorie reste finalement assez limité. L’absence de diffusion de la théorie des catastrophes au sein de la biologie est, à cet égard, significative. Nous devons garder en mémoire que pour la biologie moderne il n’existe guère de concept qui ne repose sur une découverte originale, seule garante de sa validité et seule capable de délimiter son champ de pertinence. Les approches formalistes du vivant, proposées notamment par les promoteurs d’un structuralisme dynamique, ont par ailleurs trop souvent sous-estimé l’un des aspects les plus importants de la théorie darwinienne qui consiste dans l’établissement d’une relation nécessaire entre le hasard (autrement dit la survenue aléatoire de modifications stables et transmissibles) pris en tant que moteur événementiel, la diversité spécifique, populationnelle ou individuelle, considérée en tant que substrat de la sélection naturelle, et l’évolution, considérée à la fois comme l’expression (et non l’aboutissement) et la résultante (somme ou produit), à l’échelle des temps géologiques, de l’ensemble des processus d’adaptation des individus à leur milieu intervenant aux niveaux moléculaire, cellulaire, individuel et populationnel. La mise en relation de ces trois termes introduisait en effet une rupture radicale avec le finalisme, rupture que nous ne pouvons pas méconnaître.

20Les approches formalistes du vivant ont également fait un usage peut-être excessif des concepts de forme et de force. Cet usage a conduit de nombreux auteurs à surestimer l’importance des processus morphogénétiques en biologie et à établir un rapport d’homologie, voire d’équivalence, entre forme et fait qui n’existe pas dans la réalité. Par ailleurs, la combinaison entre forme et matière renvoie inévitablement à l’hylémorphisme aristotélicien mais sans pour autant le dépasser, tandis que la combinaison entre force et mouvement renvoie quant à lui au concept platonicien d’âme automotrice qui laisse impensée la question de la matérialité du vivant. À la différence des termes hasard, diversité, évolution qui, comme nous l’avons montré plus haut, s’accordent logiquement dans la théorie darwinienne, la triade matière, forme, faits, oppose des difficultés considérables d’un point de vue heuristique : le problème du sens reste entier. Dans une perspective sémiotique, les termes de la première série (hasard, diversité, évolution) apparaissent comme isotopes et peuvent s’inscrire dans un continuum discursif et événementiel, ce qui n’est pas le cas pour ceux de la seconde. Dès lors, l’échec du formalisme dans le champ des sciences de la vie semble tenir à deux facteurs essentiels. Tout d’abord au fait que dans les disciplines expérimentales, l’intuition produit des points de vue plus que des concepts. Ensuite, parce qu’à l’intérieur du monde vivant, la plupart des événements porteurs de sens ne présentent aucune morphologie singulière (événements de type on / off, par exemple). Il convient également de souligner que les processus de morphogenèse constituent en définitive une part réduite dans la vie des individus, limitée à la période de développement embryonnaire et fœtal, et que si leur succession au cours de la vie anténatale peut apparaître comme l’expression harmonieuse d’un programme déterminé à la fois génétiquement et historiquement, c’est seulement parce qu’ils se déroulent à l’intérieur d’un système clos (l’œuf par exemple). Les êtres vivants ne parviennent à déployer ou déplier harmonieusement leurs formes que du fait de cet isolement initial. Leur exposition prématurée aux aléas du milieu extérieur exercerait une action tératogène immédiate qui les empêcherait de parvenir jamais au terme de leur développement. Sur le plan théorique, la biologie traite donc moins des processus morphogénétiques que des phénomènes de différenciation, ce qui donne toute sa pertinence à la formulation de G. Deleuze :

  • 29 Deleuze (1968, p. 2).

La tâche de la vie est de faire coexister toutes les répétitions dans un espace où se distribue la différence29.

21S’il fallait absolument schématiser un organisme vivant nous nous le représenterions plutôt comme l’emboîtement de deux formes : une armature flexible ouverte laissant des interstices par lesquels pourraient s’insinuer les prolongements d’une sorte de sac déformable renfermant un nombre presque infini d’unités en mouvement. Notons toutefois que l’utilité d’une telle schématisation reste malgré tout limitée. Elle ne nous est d’aucune aide pour accéder aux phénomènes sous-jacents. L’impasse formaliste nous conduit alors à formuler une première proposition : à savoir que la langue naturelle serait sans doute la mieux à même d’exprimer le monde vivant parce qu’elle lui est consubstantielle.

  • 30 Cf. notamment Zilberberg (2006).

22Dans le prolongement de cette réflexion sur la différenciation, en effet, c’est l’histoire de la sémiotique elle-même qui est engagée. À partir du concept saussurien fondateur de différence (« c’est la différence qui fait être le sens », « les termes ne sont que des aboutissants de différences »), cette discipline a assumé de manière radicale le principe différentiel au cœur du langage. Mais elle a aussi centré une part importante de ses débats sur l’opposition entre une saisie discontinue des phénomènes signifiants, alors discrétisables en catégories, et une saisie continue des mêmes phénomènes. Les avancées récentes de la sémiotique tensive, dues essentiellement à Cl. Zilberberg30, permettent, selon nous, d’articuler le rapport mouvant entre les deux dimensions, continue et discontinue, du sens. Elles montrent une flexibilité au sein de la catégorie elle-même. Les oppositions se dilatent entre sous-contraires et sur-contraires. Et le jeu de la différence ne porte plus seulement sur les relations de type ou/ou qui excluent les opposés, mais aussi bien sur les termes dits « neutres » (et/et) ou « complexes » (ni/ni) qui les rassemblent, et plus encore sur le calcul de leur gradation intensive, de leur « ascendance » ou de leur « décadence ». À la suite de G. Deleuze, la sémiotique tensive bouleverse ainsi les modalités de la différence : l’intensité devient la condition de manifestation de la signification dans la mesure même où elle est le premier foyer de la différence.

  • 31 Ibidem (p. 287).

L’expression ‘différence d’intensité’, écrit Deleuze, est une tautologie. L’intensité est la forme de la différence comme raison du sensible. Toute intensité est différentielle, différence en elle-même31.

23Or, par-delà cette conception « prosodique » de la différence, Cl. Zilberberg (2011) montre aussi, à la suite de Deleuze toujours, que l’intensité est également « schématisante ». Elle permet alors de penser, sur le modèle kantien du schématisme, le glissement, le passage, la transition d’une intensité à une étendue qui va la nier en tant que telle :

  • 32 Ibidem (p. 288). Ces citations de G. Deleuze sont empruntées à Cl. Zilberberg (2011).

L’intensité est différence, mais cette différence tend à se nier, à s’annuler dans l’étendue et sous la qualité. (…) Les qualités sont des signes, et fulgurent dans l’écart d’une différence ; mais précisément, elles mesurent le temps mis par la différence à s’annuler dans l’étendue où elle est distribuée32.

24Sous le régime de l’intensité, le lien entre la différence et sa « disparation » dans l’étendue, où elle se manifeste alors comme permanence du même, tisse à son tour un autre lien entre le langage et le vivant, sous le signe des processus développementaux.

4.2. Approche physicaliste

  • 33 Fox-Keller (2005).

25L’approche physicaliste a déjà été discutée ci-dessus. Nous n’insisterons pas, sinon pour souligner les trois raisons qui conduisent à la discuter. Tout d’abord, parce qu’à l’instar de l’approche formaliste, elle ne pense pas historiquement le vivant et s’inscrit du même coup à l’extérieur de la théorie darwinienne. Ensuite, parce que sa crainte du vitalisme qu’elle considère comme non scientifique, et sa vision trop simplificatrice du monde vivant comme extension du monde physique, la conduisent à lui dénier toute espèce d’autonomie. Enfin, parce qu’en dépit du fait que les processus biologiques se conforment strictement aux lois de la thermodynamique, il n’existe véritablement aucune loi, le terme étant pris ici au sens de « loi physique », qui leur soit spécifique et puisse être à même de rendre compte de leur fonctionnement, de leur devenir individuel, ainsi que de leur évolution. Bien que dans le champ de la génétique classique, limitée à l’étude du mode de transmission intergénérationnel de caractères singuliers, on puisse effectivement parler de lois de l’hérédité, il n’en va pas de même en biologie fonctionnelle (ou processuelle) pour laquelle on dégage essentiellement des règles. D’une façon paradoxale, celles-ci ne sont généralement posées que comme paradigmes pour mieux marquer la possibilité, parfois même la nécessité, de leur transgression ou de leur dépassement. Dans cette perspective, toute espèce vivante peut aisément être considérée comme un mode singulier d’exception à la règle, c’est-à-dire comme l’une des réponses possibles à la nécessité du dépassement des limites imposées par des contraintes physiologiques, anatomiques ou encore écologiques (perturbations environnementales, relations proie / prédateur). Le rejet du physicalisme nous amène également à contester l’idée d’une « explication du vivant »33 et même à considérer, au contraire (ce qui reste vrai quel que puisse être l’angle d’analyse choisi), que le vivant ne « s’explique pas ». Il s’agit certainement de l’un des apports majeurs du darwinisme.

  • 34 Darwin (1859, p. 333, chapitre IX, « Insuffisance des archives géologiques », § « Du laps de temps (...)

26Le vivant ne s’explique pas, mais il se raconte. Au cœur de la théorie de l’évolution, comme au cœur de la narrativité, se trouve le concept de transformation. Or, la syntaxe narrative, dotée de son robuste « programme narratif », syntagme transformationnel du changement d’état, peine à envisager la gradualité et l’extension de ce changement autrement qu’à travers une typologie sommaire de programmes (programme principal / programme secondaire, programme d’usage / programme de base, etc.). Or, la prise en compte du tempo, de l’extension temporelle et de la dimension aspectuelle de la transformation est également décisive. Là réside un des problèmes majeurs rencontrés par Darwin qui font que L’Origine des espèces est un livre hanté par la saisie du temps. Comment comprendre la relation entre, d’un côté, « la distinction bien tranchée des formes spécifiques » et, de l’autre, « l’absence d’innombrables chaînons de transition les reliant les unes aux autres »34 ?

27La difficulté d’appréhender le continuum évolutif des espèces et la processualité des changements, dont les archives ne nous donnent que des états disjoints entre lesquels rien ne permet de soupçonner l’existence d’états intermédiaires, tient à la très longue durée du temps géologique et à l’impossibilité de nous représenter, dans leur événement même, les transformations qui ont bouleversé l’écorce terrestre. Darwin y consacre un long chapitre et conclut :

Durant chacune de ces années, dans le monde entier, terre et eau ont été peuplées de myriades de formes vivantes. Quel nombre infini de générations, inconcevables par notre esprit, ont dû se succéder pendant que passaient lentement les années !

28C’est pourquoi, écrit encore Darwin,

  • 35 Darwin (1859, p. 341, chapitre IX, § « Du laps de temps écoulé »).

il me semble très important de parvenir à nous faire une idée, si imparfaite qu’elle soit, de la durée du temps géologique35.

29Or, cette question du laps de temps écoulé est formulée dans des termes étroitement comparables, quoiqu’à une autre échelle, par Marcel Proust lorsqu’il confronte la temporalité du roman, saisie dans la lecture, avec le temps de la vie affectivement vécue :

  • 36 36. Proust (1913, p. 86).

30Ainsi notre cœur change dans la vie, et c’est la pire douleur ; mais nous ne la connaissons que dans la lecture, en imagination : dans la réalité, il change, comme certains phénomènes de la nature se produisent, assez lentement pour que, si nous pouvons constater successivement chacun de ses états différents, en revanche, la sensation même du changement nous soit épargnée36.

31Le dernier mot en matière de perception du changement, entre transformation individuelle et évolution des espèces, comme en matière de croyance effective, est donc ainsi donné aux simulacres du roman qui ont la propriété d’accélérer la vie en tant que devenir. C’est du reste ce devenir du vivant – voire cet advenir, ou ce survenir – qui est au cœur des deux autres approches qui nous intéressent.

4.3. Approche prébiotique

  • 37 Oparin (1924).
  • 38 Miller (1953, p. 528).

32La troisième approche que nous examinons se positionne à l’exacte interface entre la chimie de la matière organique et la biologie. La chimie prébiotique s’inscrit également dans une double perspective matérialiste et évolutionniste, ce qui la distingue du caractère essentiellement anhistorique des deux précédentes. Son champ d’investigation porte en effet sur les conditions d’émergence, ainsi que sur l’évolution, des éléments constitutifs de la matière vivante que sont les macromolécules biologiques. Nous pouvons simplement rappeler ici que les constituants chimiques de base des organismes vivants, qu’il s’agisse de sucres, d’acides gras, de bases azotées ou d’acides aminés, ont en commun la capacité de se combiner pour former des chaînes de biopolymères, chaînes polysaccharides pour les sucres, chaînes d’acides gras pour les lipides, chaînes d’acides nucléiques pour les nucléotides, chaînes polypeptidiques enfin pour les acides aminés. À la différence de la paléobiologie dont nous parlerons plus loin, la chimie prébiotique s’intéresse moins aux formes primitives de vie terrestre qu’à la longue période d’évolution moléculaire qui a précédé leur apparition. Sur le plan de la temporalité, son champ d’investigation se déploie donc principalement sur la période qui va de la formation de la Terre, il y a environ 5 milliards d’années, à l’apparition des premières bactéries, voici 3,5 milliards d’années. Le concept de soupe primordiale ou encore de soupe primitive est directement issu des spéculations d’A. Oparin37 sur les conditions d’émergence des biopolymères constitutifs de la matière vivante à l’époque reculée où l’atmosphère terrestre dépourvue d’oxygène constituait un milieu riche en méthane, en ammoniac et en vapeur d’eau. Dès 1924, A. Oparin présentait l’hypothèse qu’avec l’énergie émise par le rayonnement solaire, et l’émission de gaz (méthane, ammoniac) et de vapeur d’eau par le magma terrestre, les conditions se trouvaient réunies pour que les molécules simples puissent se combiner et former les premières molécules organiques (acide cyanhydrique, formaldéhyde). La condensation de la vapeur d’eau atmosphérique leur aurait alors permis de retomber dans les océans pour constituer la soupe primordiale au sein de laquelle aurait été initiée la synthèse des premiers acides aminés, plus ou moins rapidement suivie de leur polymérisation en protéines. Les élaborations théoriques d’A. Oparin devaient trouver une pertinence expérimentale près de vingt ans après leur formulation. Dans une expérience célèbre38, S.L. Miller montrait en effet qu’en soumettant à des décharges électriques répétées un ballon contenant de l’eau surmontée par une atmosphère riche en méthane, en ammoniac et en hydrogène, reproduisant l’atmosphère terrestre primitive, il était possible d’obtenir la synthèse in vitro d’acides aminés.

  • 39 Kant (1790, pp. 1165–1166, V, pp. 374–375).

33Au cours des dernières décennies, la chimie prébiotique s’est surtout intéressée aux bases chimiques de l’hérédité à travers l’étude de la biologie de l’ARN, mettant l’accent sur la construction des génomes plutôt que sur la diversification des processus biochimiques. Il n’est pas nécessaire d’entrer dans la controverse entre défenseurs d’une vision biochimique et partisans d’une approche génétique des processus biologiques originaires. Nous nous contenterons de montrer que, du fait de l’absence de traces documentaires, les événements qui ont présidé à l’apparition de la vie terrestre restant par définition inaccessibles, la chimie prébiotique ne permet d’entrevoir ni les conditions d’émergence du code génétique, ni les modalités de l’assemblage anatomique des composants des premiers êtres vivants (l’enveloppe de la cellule par exemple). En tout état de cause, l’idée que la contrainte imposée par les lois de la thermodynamique sur les constituants premiers de la matière vivante suffise pour instaurer un régime d’orthogenèse qui permettrait de reconstituer une séquence d’événements obligatoirement successifs, paraît d’autant plus difficile à défendre qu’elle ne peut être tranchée par l’expérience. De sorte que les transitions majeures, tout d’abord entre processualité physico-chimique et phénoménalité biologique, ensuite entre évolution moléculaire et morphogenèse, restent finalement impensées par la chimie prébiotique. Ce hiatus conceptuel nous renvoie une nouvelle fois à la problématique des relations entre la matière inanimée et les êtres animés formulée par E. Kant (1790) lorsqu’il opposait la force motrice des machines à la force formatrice des êtres organisés, et nous plaçait devant ce dilemme en soutenant que pour saisir l’essence des êtres organisés nous devions soit doter la matière (…) d’une propriété (hylozoïsme) qui contredit son essence ; ou bien lui ajouter un principe (une âme) étranger mais qui serait en communion avec elle39.

  • 40 Cf. Eco (1992, p. 14).
  • 41 Ibidem (p. 6).

34Rappelons seulement que les phénomènes biologiques ne se singularisent pas tant par une force motrice que par une espèce de puissance matricielle permettant de faire en sorte que tout événement puisse être à la fois le produit des causes qui ont permis sa survenue et la matrice d’événements ultérieurs d’ordre secondaire, tertiaire ou quaternaire, susceptibles d’occuper toutes les dimensions de l’espace-temps. En s’inscrivant dans une démarche spéculative plutôt que conceptuelle, la chimie prébiotique rejoint finalement la fabula platonicienne. Elle se retrouve comme prise en étau, c’est-à-dire enfermée dans une double impasse, physicaliste d’un côté, vitaliste de l’autre, qui la conduit à scénariser les premières étapes de la vie terrestre en proposant un récit des origines, c’est-à-dire, en définitive, une Genèse. La biologie se trouve ainsi confrontée à un problème comparable à celui des philosophes et grammairiens anté-linguistes lorsqu’ils entreprenaient, de manière inévitablement spéculative, de rechercher l’origine des langues ou mieux, la langue originelle ; cette langue adamique dont Dante avait fait l’hypothèse qu’elle n’avait pas été donnée par Dieu à Adam sous la forme d’un hébreu primordial, mais d’une grammaire générale, « une forme transcendantale permettant de construire toutes les langues possibles »40. Comme le note U. Eco, quels que soient les instruments conceptuels mobilisés et les hypothèses mises en œuvre, la quête d’une langue parfaite assimilée à la langue originelle ne peut que prendre la forme d’un récit, récit utopique par excellence, « récit d’un entêtement acharné à poursuivre un rêve irréalisable »41.

4.4. Approche historiciste

  • 42 Lamarck (1809, entrée « Texte ») : L’organisation des infusoires, devenant de plus simple en plus s (...)

35La dernière approche méthodologique nous est proposée par la paléobiologie. À la fois historiciste et réductionniste, celle-ci consiste à prendre l’évolution à rebours pour tenter de s’approcher au plus près de ce qui pourrait être considéré comme une Unité Biologique de Base (UBB). La paléobiologie s’applique à décrire les espèces terrestres vivantes ou disparues les plus primitives, et à déterminer leurs relations de parenté par le moyen de la génétique. Dans le contexte qui nous occupe, la paléobiologie s’attache à rechercher des organismes vivants et des traces fossiles dont l’organisation serait suffisamment simple pour qu’on puisse les considérer comme autant de représentations possibles d’une hypothétique UBB en-deçà de laquelle plus aucune forme de vie indépendante ne serait possible, et où il n’y aurait plus place que pour des amas de matière organique. La démarche n’est pas nouvelle. J.-B. Lamarck (1809), en son temps, l’avait déjà utilisée pour essayer de fixer le terme du règne animal aux protozoaires, organismes unicellulaires eucaryotes appelés alors « infusoires ». Selon J.-B. Lamarck, les infusoires étaient supposés pouvoir émerger directement de la matière organique par des phénomènes répétés de génération spontanée42. Cela lui valut, en son temps, des critiques acerbes notamment de la part de G. Cuvier. On feignit alors d’ignorer que la problématique abordée ne concernait pas tant la génération spontanée que les conditions d’apparition de la vie terrestre, et donc le passage de la matière organique amorphe aux premiers êtres vivants.

36La recherche d’une UBB s’applique désormais essentiellement à l’étude des bactéries, qu’il s’agisse d’espèces anciennes ayant persisté jusqu’à nos jours comme les Archaea, ou de bactéries fossiles ayant laissé des traces dans les couches sédimentaires. Concernant les bactéries actuelles, la découverte des archéobactéries méthanogènes extrêmophiles capables de survivre dans des conditions de complète anoxie, laissait entrevoir le fait que leur émergence avait pu précéder l’augmentation de la teneur en oxygène de l’atmosphère terrestre, il y a environ 2,4 milliards d’années, suscitant l’espoir qu’il puisse s’agir des organismes vivants les plus anciens. L’analyse de leur génome à des fins de classification devait toutefois révéler (c’est d’ailleurs presque toujours le cas en biologie) une situation considérablement plus complexe qu’attendue. Les Archaea constituent non seulement un groupe phylétique remarquablement diversifié, mais elles occupent également une position originale dans l’arbre du vivant qui les place à l’interface entre les bactéries conventionnelles et les cellules eucaryotes. De sorte qu’en dépit de leur longue histoire évolutive, de leurs singularités structurales et métaboliques, et des travaux nombreux dont elles font l’objet, l’étude des archéobactéries se révèle finalement d’une utilité modeste pour la définition d’une hypothétique UBB ancestrale commune à l’ensemble des espèces animales ou végétales vivantes ou disparues.

37Du fait de leur longue histoire évolutive, les archéobactéries nous placent devant un véritable dilemme dans la mesure où leurs singularités peuvent être considérées comme la persistance de caractères métaboliques ancestraux témoignant des conditions initiales de vie terrestre, ou comme leur adaptation évolutive à une niche écologique particulièrement défavorable. Dans un tel contexte, toute tentative de généralisation présente des risques importants. Il est par ailleurs fortement à craindre qu’une telle démarche réductionniste n’engage fatalement dans une logique récursive repoussant toujours plus loin dans les profondeurs du temps la quête de notre hypothétique ancêtre matriciel, et qu’elle ne nous condamne, par le dévoilement répété de formes de vie nouvelles ou de restes fossiles fragmentaires, à mettre au jour un niveau de diversité spécifique insoupçonné jusqu’alors, et qu’à travers un mouvement de discrétisation, elle ne vienne une fois encore illustrer la théorie des exceptions dont nous parlions précédemment. Dans le champ de la théorie du vivant, l’approche réductionniste nous expose à décrire des singularités locales dont l’intérêt documentaire est certes indiscutable, mais dont on ne saurait faire grand usage, sinon en procédant par induction, pour dégager un concept plus général transversal au monde vivant. C’est pourquoi nous sommes conduits à la mettre en doute au même titre que les précédentes. L’intérêt de la paléobiologie réside en définitive davantage dans la description des formes de vie, c’est-à-dire dans une zoologie étendue, que dans la définition d’une éventuelle forme élémentaire du vivant.

38Les quatre approches que nous venons de parcourir se laissent structurer comme objets sémiotiques, au prix d’une réduction catégorielle. Elles se définissent en effet réciproquement par les catégories dont elles sont les termes. Les deux premières (formalisme et physicalisme) sont achroniques, les deux suivantes (prébiotique et paléobiologie) sont diachroniques. Entre les deux premières l’opposition repose sur la relation forme / matière : le formalisme tend à faire fusionner la matière et les faits dans la conceptualisation de la forme ; inversement, le physicalisme s’immerge dans les lois organisatrices immanentes à la matière. Entre les deux dernières, l’opposition repose sur les orientations inverses de l’historicisme : le prébiotique cherche le seuil de transformation de la matière inerte en matière vivante, selon un parcours progressif qui ne peut pour autant identifier ce seuil hors d’une utopie narrative ; le paléologique au contraire, engageant un parcours régressif, assimile la formation vivante la plus élémentaire à la plus archaïque, mais y rencontre l’abîme récursif de la complexité. On ne peut alors que s’interroger sur les formes de rationalité langagière qui lient, en les distinguant, les paradigmes envisagés.

5. La biologie considérée en tant que langage

39Au total, nous avons tenté de montrer comment, en dépit de leur intérêt, les approches méthodologiques formaliste, physicaliste ou historiciste, échouent à formuler un concept unificateur du monde vivant et que, ce faisant, elles viennent confirmer son statut singulier. La démarche formaliste échoue parce qu’elle méconnaît la processualité biologique. Les approches physicaliste et historicistes débouchent sur des impasses parce que leur quête obstinée des origines les empêche de penser les grandes transitions opérées dans l’ordre du vivant. Nous avons indiqué par ailleurs qu’en s’attachant à la caractérisation fonctionnelle des gènes, des protéines et des systèmes, la biologie moderne tend à multiplier et à discrétiser les concepts, s’attachant à délimiter pour ainsi dire négativement leurs champs de pertinence respectifs plutôt qu’à les étendre et à viser la généralisation. Nous rencontrons alors une contradiction difficile à surmonter. D’un côté, nous soutenons que la validité d’un concept transversal au monde vivant dépend de son ancrage dans la matière, à défaut de quoi celui-ci ignore son objet et n’a de valeur que spéculative ; de l’autre, nous montrons que, du fait de son matérialisme strict, l’approche réductionniste de la biologie moderne produit des concepts locaux hétérogènes les uns aux autres, et s’interdit donc de généraliser jusqu’à repousser la pertinence de l’interrogation. Pour sortir de cette impasse et de ces contradictions, nous sommes alors amenés à changer de méthode et à tenter de construire un cadre de lecture original. C’est ce que nous avons souhaité faire en envisageant les phénomènes biologiques à travers le prisme du langage, comme cela a déjà été suggéré au fil de notre étude à travers la mise à nu de quelques parallélismes. La lecture sémiotique des phénomènes biologiques élémentaires, tels qu’on peut les observer, par exemple, au niveau cellulaire, nous a conduits à interroger les relations entre le vivant et le langage, et à envisager l’hypothèse selon laquelle celui-ci pourrait constituer un concept transversal au monde vivant, capable de rendre compte de sa matérialité, de sa processualité, ainsi que de son évolution. Nous avons abordé cette problématique, avec prudence, en proposant une série d’homologies distribuées selon un curseur graduel en homologies de forte, moyenne ou basse intensité, chacune de ces homologies étant susceptibles de s’articuler en différents niveaux.

40Les homologies de forte intensité entre vivant et langage s’inscrivent dans une double perspective substantialiste et ontologique. Le langage du sujet parlant viendrait ainsi prolonger la phénoménalité du vivant, à la fois dans sa genèse, dans sa composition et dans ses manifestations. Ce qui reviendrait à considérer qu’il n’y a pas seulement des rapports homologues entre le vivant et le langage, mais bien une véritable identité. Cette perspective substantialiste présente comme principal intérêt celui de permettre de proposer une définition synthétique du monde vivant : est considérée comme « vivante » toute structure dont le fonctionnement repose sur la correspondance terme à terme entre acides nucléiques et protéines. Or, une telle correspondance est une semiosis. Dans l’ordre du vivant, une séquence d’ADN, support de l’hérédité est d’abord transcrite en ARN dont les constituants sont immédiatement traduits en protéines. L’établissement d’une relation de correspondance stricte entre acides nucléiques (ADN et ARN) et protéines détermine d’une part le contenu informationnel des acides nucléiques, et d’autre part la fonction actantielle des protéines. Ce faisant, cette structure contribue également à individualiser un plan de l’expression qui débute avec l’expression des gènes et culmine avec leur traduction en actants protéiques, et un plan du contenu, référé ici à l’information génétique inscrite dans le génome. L’examen de cette homologie de forte intensité entre vivant et langage pourrait également contribuer à dépasser le problème conceptuel posé par les relations entre matière et forme. Ce premier niveau consiste en effet à considérer qu’il n’y pas d’information contenue dans la matière vivante. C’est au contraire l’établissement d’une correspondance stricte entre deux entités de nature différente qui génère l’information. Celle-ci se situe donc entre les deux éléments comme dans un dipôle et non à l’intérieur de chacun d’eux. Dans un tel contexte, ce n’est plus la matière elle-même qui est porteuse d’une information qui lui serait extrinsèque mais, au contraire, l’établissement d’un régime de correspondances strictes entre des biopolymères de composition chimique et de fonction différentes qui est génératrice d’information. De façon plus anecdotique, cette approche définitionnelle du vivant permet de s’émanciper de la recherche d’une UBB, et de réconcilier ainsi les approches biochimique et génétique de l’origine de la vie terrestre.

41Les homologies de moyenne intensité entre vivant et langage s’articulent essentiellement autour de la processualité des phénomènes biologiques. Indépendamment de l’utopie des origines et de la destination, différents niveaux d’homologie se dégagent ici, qui ont pour caractéristique de saisir les phénomènes dans leur milieu, au sein du « faire » lui-même. Le premier niveau d’homologie que nous pouvons reconnaître dans ce régime d’intensité moyenne est d’ordre lexical. On peut en effet établir un parallèle entre les éléments lexicaux formant une langue et les gènes contenus dans un génome, ce qui nous amène à proposer une nouvelle relation d’homologie entre lexique et génome. Dans cette perspective, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que dans l’espèce humaine le nombre estimé de gènes varie entre 28000 et 34000, de sorte que la taille d’un génome se trouve être du même ordre que celle d’un lexique. Un deuxième niveau d’homologie porte sur les modalités de lecture des séquences des gènes et des protéines. À l’instar du fonctionnement langagier, cette lecture est – ne peut être que – contextuelle et « discursive ». L’orientation de la synthèse enzymatique des acides nucléiques et des protéines a comme conséquence de rendre leur séquence immédiatement lisible. En ce qui concerne les protéines, l’exercice de leur lecture consiste dans une opération de repérage qui réside en premier lieu dans établissement d’un lien causal entre la présence d’un motif déterminé d’acides aminés sur leur séquence, c’est-à-dire d’un module, et les fonctions biologiques qu’elles exercent. Ceci nous permet d’introduire, au-delà de la solidarité sémiotique entre signifiant et signifié, un régime d’homologie entre structure et fonction. Le troisième niveau d’homologie concerne la processualité même des phénomènes biologiques. La fonction des protéines repose sur les interactions physiques qui s’établissent entre elles, lesquelles ont comme particularité d’être modulées en temps réel par les conditions environnementales. Les processus d’assemblage et de désassemblage de complexes protéiques impliqués, par exemple dans le contrôle de l’expression des gènes, de même que dans les processus de signalisation ou d’induction programmée de mort cellulaire, relèvent d’une grammaire contextuelle dans la mesure où leurs possibilités d’interactions obéissent à des règles extrêmement fines : elles dépendent non seulement de leur structure, mais également de modification chimiques secondaires le plus souvent réversibles qui s’articulent comme des « terminaisons » ou des « déclinaisons ». Le fonctionnement des protéines donc repose en quelque sorte sur une grammaire textuelle. Ceci nous amène à considérer, plus largement, que le fonctionnement cellulaire fonde ou se fonde sur une sorte de proto-langage, homologable à des « opérations primitives » comparables à celles que cherche à identifier et à décrire A. Culioli dans sa linguistique de l’énonciation.

42Les homologies de basse intensité s’articulent plutôt, quant à elles, sur un mode analogique. Elles se rapportent au mode de lecture des phénomènes, en fonction des fondements épistémologiques et des instruments théoriques que l’on se donne pour les appréhender. Un premier niveau pourrait concerner le rapprochement entre l’évolution des langues et l’évolution des espèces. Ainsi, par exemple, l’importance accordée en sémiotique au concept d’usage comme résultante de la praxis énonciative, qui soumet les formations lexicales et discursives aux aléas réglés par les modifications environnementales et qui sont prises en charge par le collectif d’énonciation des populations linguistiques, indépendamment de l’action des locuteurs individuels, peut être rapprochée des mécanismes évolutifs eux-mêmes. Un second niveau d’homologie, dans ce contexte, consiste à prendre acte des transformations épistémiques dans le champ théorique. Ainsi, l’utilisation conventionnellement admise en biologie de concepts tels que ceux de code, d’expression, de transcription ou de traduction, a pour référence essentielle la théorie de l’information. Une telle analogie suggère que les phénomènes biologiques et les phénomènes langagiers peuvent être envisagés sur des bases théoriques et épistémiques communes, et par conséquent faire l’objet d’une conceptualité partageable. Mais le recours ici à la théorie du langage garde les traces d’un univers conceptuel donné (Shannon) que les travaux en sciences du langage ont depuis longtemps enrichi. On peut donc supposer que les apports considérables dans la théorisation du langage en acte, tels qu’ils ont été promus, entre autres, par la sémiotique, pourraient conduire aujourd’hui à enrichir considérablement les transferts d’un champ à l’autre. Dans cette perspective, un troisième niveau d’homologie de basse intensité pourrait être envisagé. Ils suggèrent des moyens de relier le fonctionnement de la cellule aux opérations du sujet parlant dans la production du langage. On peut considérer que le même niveau de complexité est à l’œuvre dans les deux cas. Le langage parlé du sujet se rapproche du langage acté de la cellule. Mais il s’en distingue par le fait qu’il ne repose plus sur de seules interactions physiques. La singularité de la langue naturelle consiste dans un processus de dématérialisation des échanges interindividuels et d’émancipation des relations entre les êtres et les choses tel qu’il se manifeste, au départ, à travers l’arbitraire du signe. Dans le contexte d’une conversation entre locuteurs comme dans l’acte de désignation des objets physiques qui nous entourent ou des pensées qui nous traversent, l’échange et le transfert d’information ne reposent plus seulement sur le déplacement dans l’espace d’éléments physiques, ni seulement sur l’émission et le transfert de signaux sonores ou lumineux, mais sur les impropriétés qui introduisent des degrés de liberté. Il en résulte une souplesse dans le système, induisant dans l’inertie des possibilités d’adaptation, des effets d’amortissement et une adaptabilité aux problèmes rencontrés comparables à ce qui se passe dans le champ cellulaire. L’espace rhétorique trouve ici sa justification, ouvrant ce niveau à celui de l’homologie interprétative.

Pour conclure

43L’hypothèse des niveaux d’homologie entre les univers biologique et sémiotique ne peut, bien entendu, qu’ouvrir la possibilité d’un chantier de recherche. Elle se présente donc pour ce qu’elle est : une orientation méthodologique qui nous aura permis à travers les différents points de jonction qu’on aura cherché à dégager au fil des problématiques étudiées, de mettre en place les conditions d’une lecture critique des démarches mises en œuvre en biologie dans leur confrontation avec la conceptualisation du vivant, et d’envisager chemin faisant les phénomènes biologiques et les processus discursifs comme autant de déclinaisons possibles de la catégorie « langage » inscrites, non pas seulement dans une perspective évolutive, mais de façon plus remarquable dans la logique même de l’Évolution. Dans sa version biologique originaire, appréhendée à l’échelon cellulaire, le langage interviendrait dès lors comme un « langage-substrat » au sein duquel la production et le transfert d’informations reposent sur le déplacement dans l’espace, l’assemblage et le réassortiment de macromolécules biologiques, ainsi que sur l’introduction de modifications physiques stables ou réversibles dans leurs séquences. De sorte que loin d’opérer sur un mode chaotique et désordonné, purement statistique, ces processus étroitement régulés obéissent à une « grammaire » physico-chimique logiquement équivalente à celle qui organise en système les langues naturelles pour en faire des outils de communication. Ce langage-substrat originaire se distingue cependant de ce qu’il est convenu d’appeler la langue naturelle par l’absence de processus d’encodage de l’information, autrement dit par le fait qu’une macromolécule intervient toujours à la fois comme support et comme vecteur de l’information transférée. En termes sémiotiques, nous pourrions parler dans ce contexte d’une véritable « physicalité » du sens. Il convient également d’insister sur le fait qu’à la différence des échanges verbaux entre locuteurs qui opèrent dans un espace-temps déterminé parfaitement circonscrit, dans le contexte du langage-substrat originaire tout évènement pourvu d’une valeur signifiante intervient en premier lieu comme un opérateur logique articulant plusieurs dimensions de l’espace et du temps. Poursuivant sur le même mode métaphorique que précédemment, nous pourrions considérer ici que l’information biologique produit un véritable « bourgeonnement » de sens. Parvenus au terme de ce parcours, nous pouvons désormais formuler plus précisément notre hypothèse de départ en proposant tout d’abord que les processus discursifs ne sont pas seulement homologues aux phénomènes biologiques dont ils ne diffèrent ni substantiellement, ni même structurellement, mais qu’ils en constituent plutôt le prolongement logique, et en considérant ensuite que la transition entre le langage-substrat originaire et langage parlé qui s’exprime à travers la pratique de la langue naturelle repose sur un triple processus de condensation du sens, de dématérialisation du signe, et de linéarisation de la syntaxe.

Haut de page

Bibliographie

Aristote, De l’âme, éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 2003.

Avery Oswald T., McLeod C.M., McCarty M. (1944), « Studies on the Chemical Nature of the Substance Inducing Transformation of Pneumococcal Types », Journal of Experimental Medicine, 79/2, pp. 37–158.

Barthes, Roland(1981),« Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, 8. Texte republié dans L’Aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1985, pp. 167–206.

Bateson, William (1908), The Methods and Scope of Genetics, Cambridge, Cambridge University Press.

Bergson, Henri (1907), L’Évolution créatrice, Paris, PUF, 1941.

Carroll, Lewis (1865), Alice’s Adventures in Wonderland, tr. fr. J. Papy, Alice au pays des merveilles, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1961.

Piattelli Palmarini, Massimo (éd., 1982), Théories du langage, théories de l’apprentissage. La rencontre entre Jean Piaget et Noam Chomsky, Paris, Seuil.

Culioli, Antoine (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, t. 1 « Opérations et représentations », Paris, Ophrys.

Culioli, Antoine (1999), Pour une linguistique de l’énonciation, t. 2 « Formalisation et opérations de repérage », Paris, Ophrys.

Culioli, Antoine (1999), Pour une linguistique de l’énonciation, t. 3 « Domaine notionnel » Paris, Ophrys.

Culioli, Antoine & Normand Claudine (2005), Onze rencontres sur le langage et les langues, Paris, Ophrys.

Darwin, Charles (1859), Origins of Species, tr. fr. E. Barbier, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature, Paris, La Découverte, François Maspero, 1980.

Deleuze, Gilles (1968), Différence et répétition, Paris, PUF.

Eco, Umberto (1992), La Quête d’une langue parfaite dans l’histoire de la culture européenne, Leçon inaugurale au collège de France, le 2 octobre 1992, Paris, Collège de France.

Flourens, Pierre (1964), Examen d’un livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, Paris, Garnier Frères.

Fox-Keller, Evelyn (2002), Making Sens of Life. Explaining Biological Development with Models, Metaphors and Machines, tr. fr. S. Schmitt, Expliquer la vie : Modèles, métaphores et machines en biologie du développement, Paris, Gallimard, 2005.

Greimas, Algirdas J. & Courtés, Joseph (1979), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage I, Paris, Hachette.

Greimas, Algirdas J. (1983), Du sens II. Essais sémiotiques, Paris, Seuil.

Greimas, Algirdas J. (1987), De l’imperfection, Périgueux, Pierre Fanlac.

Jacob, François (1970), La Logique du vivant, Paris, Gallimard.

Kant, Emmanuel (1790), Kritik der urteilskraft, tr. fr. J.R. Ladmiral, MB de Launay et JM Vaysse, Critique de la Faculté de Juger, Paris, Gallimard, « La Pléiade », in Œuvres philosophiques, II, 1985.

Lamarck, Jean-Baptiste (1809), Philosophie zoologique, Paris, Flammarion, 1994.

Leibniz, Gottfried Wilhelm (1714), Monadologie, Paris, Flammarion, 1996.

Miller, Stanley L. (1953), « A Production of Amino-Acids under Possible Primitive Earth Conditions », Science, 117, pp. 528–529.

Mendel, Gregor (1866), « Versuche über pflanzen-hybriden », Verhandlungen des Naturforschenden Vereins zu Brünn 4, pp. 3–47.

Morgan, Thomas Hunt (1910), « Chromosomes and heredity », American Naturalist, 44, pp. 449–496.

Oparin, Aexander (1924), L’Origine de la vie, Moskovskii Rabochi.

Petitot-Cocorda, Jean (1985), Morphogenèse du sens I, Paris, PUF, « Formes sémiotiques ».

Platon, Phèdre, éd. L. Brisson, Paris, Flammarion, 2008.

Proust, Marcel (1913), À la recherche du temps perdu, Combray, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, T. 1.

Schleiden, Matthias Jakob (1842), Grundzüge der wissenshaftlichen Botanik, Leipzig, Mueller.

Schrödinger, Erwin (1944), What Is Life ?, tr. fr. L. Keffler, Qu’est-ce que la vie ? De la physique à la biologie, Paris, Christian Bourgois, 1986.

Schwann, Theodor Ambrose Hubert (1839), Mikroscopiche Untershungen über die Übereinstimmung in der Struktur und dem Wachstum der Tiere und Plantzen, Berlin.

Wittgenstein, Ludwig (1922), Tractatus Logico-Philosophicus, Paris, Gallimard, 1993.

Zilberberg, Claude (2006), Éléments de grammaire tensive, Limoges, Pulim.

Zilberberg, Claude (2011), « Condition de la négation », Nouveaux Actes Sémiotiques [en ligne]. Prépublications du séminaire intersémiotique de Paris, année 2010–2011 : « La négation, le négatif, la négativité ». Disponible sur : http://epublications.unilim.fr/revues/as/2586

Haut de page

Notes

1 Platon, Phèdre (éd. L. Brisson, Paris, Flammarion, 2008, § 246c, p. 1262).

2 Aristote, De l’âme (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 1934, rééd. 2003, [412b] p. 68). Notons le glissement sémantique qui fait passer du titre grec original, « Péri psukhê », « À propos du souffle » (lequel se dit « de la force vitale et de la vie, sentie comme un souffle », selon Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française), au titre latin « De anima », où l’ambiguïté entre le « souffle » physique et l’« âme » comme principe vital opposable au corps est renforcée, jusqu’à la traduction française où cette ambiguïté est levée au profit du seul « principe spirituel de l’homme, conçu comme séparable du corps, immortel et jugé par Dieu » (Le Petit Robert). Ce glissement des sémèmes, installé dans les traductions du texte d’Aristote, est naturellement source de confusion.

3 Bergson (1907).

4 Cf. Greimas et Courtés (1979, p. 390, entrée « Texte ») : « L. Hjelmslev utilise le terme de texte pour désigner la totalité d’une chaîne linguistique, illimitée du fait de la productivité du système. C’est la reconnaissance et le choix des unités de dimensions maximales, récurrentes dans le texte, qui permet d’entreprendre leur analyse et détermine, par exemple, le type de linguistique (ou de grammaire) qui pourra être construite ».

5 Schleiden avait publié en 1838 une description détaillée de la morphologie des cellules végétales et développé sa théorie de l’épigenèse du noyau et du cytoplasme. Il synthétisa ses recherches 4 ans plus tard dans son traité « Grundzüge der wissenshaftlichen Botanik » (1842). Schwann est véritablement le père de la théorie cellulaire. Dans son ouvrage de référence « Mikroscopiche Untershungen über die Übereinstimmung in der Struktur und dem Wachstum der Tiere und Plantzen » (1839), il démontre que les observations de Schleiden sur les plantes s’étendent aux animaux.

6 Leibniz (1714).

7 Darwin (1859).

8 Mendel (1866).

9 Bateson (1909).

10 Morgan (1910).

11 Avery, McLeod, McCarty (1944, pp. 37–158).

12 Piattelli Palmarini (éd., 1982).

13 Culioli (1990–1999). À lire également, Culioli et Normand (2005).

14 Jacob (1970).

15 Ibidem (p. 323).

16 Greimas et Courtés (1979, pp. 157–160, entrée « Génératif [parcours] »).

17 Bergson (1907).

18 Flourens (1864, pp. 169–170).

19 Aristote, De l’âme, op. cit., § 402a.

20 Barthes (1985, p. 167).

21 Greimas (1983, p. 18).

22 Wittgenstein (1922).

23 Leibniz (1714, p. 245).

24 Carroll (1865).

25 Bergson (1907, pp. 304–306).

26 Greimas (1987).

27 Schrödinger (1967).

28 Petitot-Cocorda, (1985, pp. 29–39).

29 Deleuze (1968, p. 2).

30 Cf. notamment Zilberberg (2006).

31 Ibidem (p. 287).

32 Ibidem (p. 288). Ces citations de G. Deleuze sont empruntées à Cl. Zilberberg (2011).

33 Fox-Keller (2005).

34 Darwin (1859, p. 333, chapitre IX, « Insuffisance des archives géologiques », § « Du laps de temps écoulé »).

35 Darwin (1859, p. 341, chapitre IX, § « Du laps de temps écoulé »).

36 36. Proust (1913, p. 86).

37 Oparin (1924).

38 Miller (1953, p. 528).

39 Kant (1790, pp. 1165–1166, V, pp. 374–375).

40 Cf. Eco (1992, p. 14).

41 Ibidem (p. 6).

42 Lamarck (1809, entrée « Texte ») : L’organisation des infusoires, devenant de plus simple en plus simple, selon les genres qui les composent, les derniers de ces genres nous présentent, en quelque sorte, le terme de l’animalité. (….) C’est uniquement parmi les animaux de cette classe que la nature paraît former les générations spontanées ou directes qu’elle renouvelle sans cesse chaque fois que les circonstances y sont favorables ; et nous essayerons de faire voir que c’est par eux qu’elle a acquis les moyens de produire indirectement, à la suite d’un temps énorme, toutes les autres races d’animaux que nous connaissons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Bertrand et Bruno Canque, « Sémiotique et biologie. Le « vivant » sur l’horizon du langage »Signata, 2 | 2011, 195-220.

Référence électronique

Denis Bertrand et Bruno Canque, « Sémiotique et biologie. Le « vivant » sur l’horizon du langage »Signata [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/signata/667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.667

Haut de page

Auteurs

Denis Bertrand

Professeur de Littérature française et de Sémiotique générale à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, professeur de sémiotique à l’École de la communication de l’IEP-Sciences Po Paris, co-responsable du Séminaire Intersémiotique de Paris. Spécialiste de sémiotique générale et littéraire ainsi que de communication sociale, Denis Bertrand a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles dans ces divers champs. Notamment, Précis de sémiotique littéraire, Nathan, 2000, et en tant que co-auteur Parler pour gagner, Paris, Presses de SciencesPo, 2007, La transversalité du sens, Saint-Denis, PUV, 2007. Les liens entre rhétorique et sémiotique sont au cœur de ses recherches.

Articles du même auteur

Bruno Canque

Bruno Canque est immunologiste spécialiste du développement du système immunitaire. Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), il est l’auteur de nombreux articles scientifiques portant sur la régulation de la différenciation des cellules souches hématopoïétiques humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search