Navigation – Plan du site
Varia

Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? Abrégé de sémiogénétique

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg
p. 281-313

Résumés

Les théories du sens, objet de la discipline sémiotique, sont nombreuses. Mais elles n’abordent presque jamais la question de savoir comment et pourquoi se forme cet objet. Le progrès récent des neurosciences permet de montrer que le sens est le produit du traitement des stimulus du monde extérieur par les organes percepteurs, traitement qui, de plus en plus complexe, les organise en systèmes conceptuels, dans une perspective adaptative. Ce premier moment du processus de production de sens, l’anasémiose, se prolonge dans la catasémiose, processus d’action sur le monde, par le sens et ses outils (au rang desquels on retrouve évidemment le signe). La perspective ici proposée, et qui sera développée dans un livre à venir, débouche sur une théorie matérialiste — et non plus idéaliste — du sens, qui s’inscrit elle-même dans un cadre théorique unifié, où le sens émerge du monde physique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article fait usage de l’orthographe rectifiée, recommandée par tous les organismes francophones compétents, dont l’Académie française.

Texte intégral

1Les théories du sens sont nombreuses. Mais elles sont le plus souvent (a) descriptives et (b) conventionnalistes. Très détaillées sur la manière de décrire le sens, elles répugnent à aborder la question de savoir comment et pourquoi nait le sens. Pour paraphraser la formule célèbre de Leibniz, elles ne se demandent pas « Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? ». Elles se fondent par ailleurs le plus souvent sur l’axiome de la conventionalité, postulent implicitement un accord préalable à tout acte de sémiose et l’existence d’un système extérieur aux consciences individuelles et qui s’imposerait à elles de manière impérative. C’est cet axiome que Saussure exploite avec le concept de « langue ». Mais la théorie de la conventionalité laisse dans l’ombre les étapes qui précèdent la convention... Nous n’ignorons pas qu’une partie importante de la sémiotique contemporaine, notamment la sémiotique scandinave et les courants post-greimassiens, s’est éloignée de cette doxa structurale pour s’orienter en direction du constructivisme.

2Dans cet aperçu cursif d’un travail en cours, nous nous inscrivons pleinement dans cette perspective. Mais nous entendons remonter à la racine du sens, de façon à traquer toute trace de cet idéalisme encore très présent dans les démarches du poststructuralisme européen. Pour cela, nous entendons montrer que la signification est issue de la perception sensorielle. Nous nous inscrivons donc dans un vaste courant de recherche qui récuse les « exceptions ontologiques », pour reprendre la formule de Petitot (1997), un de ses plus actifs théoriciens. Si le philosophe pouvait dire être, c’est être perçu (ce qui suppose qu’il y a une instance perceptrice), les acquis de la physiologie de la perception, dont il va être question ci-après, permettent d’ajouter : percevoir c’est sémiotiser (ou, au mode passif : être perçu, c’est être sémiotisé). Et donc de conclure l’enthymème : être, c’est avoir du sens.

3Ce qui va suivre sera prioritairement exemplifié avec la perception visuelle, que nous avons explorée dans nos travaux antérieurs (e.g. Groupe µ, 1992). Mais mutatis mutandis, le schéma ici dégagé sera valable pour les perceptions transitant par les autres canaux sensoriels, auxquels on recourra d’ailleurs plus d’une fois.

4Nous montrerons d’abord comment nos organes périphériques organisent les stimuli en provenance du monde extérieur, en les comparant entre eux, initialement deux par deux (c’est le principe du dipôle, détaillé en 2.2.). Le produit, déjà très sophistiqué, de ces séquences de traitements est à son tour traité par un analyseur logique, qui joue le rôle d’un véritable interprète des phénomènes. Tout ceci constitue un premier moment du processus de production de sens, processus appelé anasémiose.

5Les théories du sens se bornent généralement à prendre acte des résultats de cette anasémiose, sans en mettre les fondements en lumière. Bien que certaines des pages qui suivent soient, par nécessité, parfois très techniques, il n’a pas paru indispensable de descendre jusqu’aux détails ultimes du traitement anasémiotique. Tout indique qu’il est complexe, que, non modulaire, il comporte des traitements en série/parallèle, et qu’il est organisé en plusieurs couches, ce qui lui donne, comme on le verra en 2.1., un grand pouvoir de discrimination. Par ailleurs, une théorie sémiotique ne peut être complète que si elle se donne une dimension pragmatique. Autrement dit, elle doit montrer comment le sens, issu du contact du corps avec le monde, peut retourner au monde sous forme d’action. Ce second moment est la catasémiose, qui sera étudiée dans un autre travail.

  • 2 Il revient à Jacob Johann von Uexküll (1934) d’avoir proposé, en dépit de son dualisme fondamental, (...)

6Cette restriction ne doit cependant pas masquer le fait que la perception, fondement du mécanisme, n’est pas un simple traitement de l’information, et ne débouche pas seulement sur une représentation du monde : toute perception est déjà filtrante et orientée, de sorte qu’elle constitue aussi une action sur le monde. Nous adhérons donc à la thèse « co-ontogénique » selon laquelle il y a couplage réciproque entre les processus sémiotiques comme représentation (fonction représentationnelle) et comme production (fonction constitutive) (Mandoki, 2000). Mais il faut de toute manière aussi répondre à la question de savoir d’où viennent ces filtres actifs. Or ils ne peuvent provenir que d’expériences antérieures, éventuellement sélectionnées par l’évolution, mais toutes issues du monde si on remonte suffisamment haut.2

1. La connaissance élémentaire : entités et qualités

7Le premier percept visuel est le champ. Mais à ce niveau, il n’y a pas encore de sens. Un champ perceptif indifférencié ne contient aucune information : « une surface à illumination absolument uniforme ne contient aucune information ; un comportement à l’égard de l’univers extérieur sous-entend obligatoirement que cet univers extérieur est varié » (Gérardin, 1968).

8Le sens n’apparait donc qu’avec le second percept, la limite : lorsque le continuum se voit frappé de discontinuité. C’est cette discontinuité, dont le corrélat sémiotique est le concept d’opposition, qui suscite un premier savoir élémentaire. Détaillons ceci.

9Soit un champ quelconque, sur lequel nous faisons porter notre activité perceptrice visuelle.

10Dans son déroulement le plus simple, cette activité consiste à détecter une qualité dans le champ. Or, nos organes perceptifs (et le système nerveux central qui reçoit et traite les informations fournies par eux) sont équipés pour détecter les invariants dans un champ donné. L’œil, pris comme exemple, ne se contente pas de repérer de multiples points juxtaposés, mais construit une impression de continuité à partir de ces données discrètes : si tous ces points ont la même luminance et la même teinte, ils seront perçus comme constituant ensemble une tache. Ces qualités (état de surface, timbre musical, etc.) se groupent en invariants, conservés dans les transpositions. Ces attributs critériaux sont donc des propriétés caractérisant des réseaux de stimuli, et la qualité perçue peut dès lors être dite translocale. Bien évidemment, nous devrons préciser où et comment s’arrête cette fusion translocale, ce que nous permettra la notion de seuillage, mise au point en 2.1.

11Pour l’instant, concentrons-nous sur ce mécanisme de regroupement ou de continuisation. On verra plus loin (§ 4.2.) sa fonction, qui a une source pragmatique et qui produit le sens, mais qui, à ce niveau, échappe encore au contrôle volontaire. Détecter une qualité dans un champ a une importante conséquence : c’est à partir de la qualité translocale que l’on peut distinguer une entité, entité dotée de cette qualité, et la discriminer par rapport à son environnement ; sur ce papier blanc, on discerne une tache (entité) bleue (qualité) ; de même que dans l’air, on perçoit un mugissement de sirène (entité) aigu et puissant (qualité). La forme n’est rien d’autre qu’une collection de points considérés comme faisant partie d’un même ensemble. Si les faisceaux de stimuli peuvent s’organiser en entités, c’est bien entendu parce que certains de leurs sous-ensembles présentent des qualités communes.

12Mais l’important est que l’entité n’est identifiée que sous les espèces de la qualité (ou d’un ensemble de qualités coextensives : cf. § 2.1.) On peut donc dire que l’entité est une qualité réifiée grâce à notre activité perceptrice. Bien que la qualité et l’entité ne puissent être confondues, et que cette distinction se révèle très productive (notamment pour expliquer l’équilibre sémantique et informationnel des systèmes sémiotiques), les montrer comme deux aspects d’un même phénomène va dans le sens indiqué par une théorie unifiée du sens.

13Revenons à la dialectique du fond et de la forme. Elle indique que la qualité translocale — et, ipso facto, l’entité — ne peut être identifiée que moyennant une manœuvre de différenciation, importante pour la suite : la forme vue se détache d’un fond perceptuel. L’apparition de l’entité est donc permise par la perception d’une discontinuité dans le champ perceptif. La discontinuité — dans un autre vocabulaire : la catastrophe — segmente le champ en deux entités. L’opération de discrimination, lorsqu’elle porte sur le champ visuel, revêt les deux aspects simultanés suivants : (a) fixation d’un seuil qualitatif ou quantitatif permettant de partager le champ en deux zones ; (b) ségrégation d’une qualité translocale différentielle caractérisant chacune des deux zones. Le résultat de l’opération est donc forcément double lui aussi : on obtient les entités et les qualités selon que l’on considère la ligne de démarcation entre zones ou les caractères des zones elles-mêmes.

14Dans son geste élémentaire, l’opération de sémiotisation peut se définir par la formule : sémiotiser c’est (d’abord) segmenter et regrouper. En un seul mot : discriminer.

15Telle est l’origine du savoir, humain ou non : la conjonction de deux acquisitions simultanées, qualité et entité. Nous appellerons connaissance élémentaire cet ensemble indissociable d’une entité ségrégée et d’une qualité coextensive à cette unité et de ce fait distinctive (cf. Édeline, 1991, Groupe µ, 1992). L’ensemble du processus pourrait se résumer dans la formule Qui unit divise.

16Mais cette conjonction ne pourra pleinement jouer son rôle que moyennant trois complexifications : sa stabilisation dans le temps, sa stabilisation dans les objets, ou coordination, et la stabilisation interindividuelle ou sociale. La première et la troisième seront étudiées ailleurs. Mais, pour une raison qui apparaitra au § 6, il faut attirer l’attention sur la seconde. L’expérience des qualités dans le temps peut faire apparaitre des coordinations régulières entre qualités : une qualité a tend par exemple à se manifester systématiquement en même temps que la qualité b. C’est ainsi qu’apparait la notion d’objet, qu’on peut définir comme un faisceau de qualités doté d’une certaine constance. Par exemple, nous pouvons faire l’expérience répétée de qualités régulièrement associées, comme « rouge », « sphéroïde », « lisse », « juteux », « doté de telle dimension » — toutes propriétés s’ordonnant sur une échelle continue —, et dès lors créer un objet. Cet objet, fait de qualités coordonnées, pourra être rangé dans une classe, à quoi on donnera par exemple l’étiquette de « tomate ». Cette coordination de qualités est produite par deux mécanismes fonctionnant simultanément, connus sous le nom de « traitement parallèle distribué » : des mécanismes de stimulation réciproque et d’inhibition réciproques. Pour reprendre notre exemple, en le simplifiant très fort, les réseaux neuronaux qui détectent la qualité « rouge » excitent les réseaux correspondant à la caractéristique « lisse » mais inhibent la qualité « rugueux », parce que la combinaison « rouge » + « rugueux » ne correspond pas à une expérience mémorisée et que l’appariement des deux qualités représente par conséquent un cout cognitif élevé. C’est là l’explication de la plasticité de la catégorie, qui reste valable en dépit de la variation des cas individuels. Je puis par exemple parfaitement reconnaitre ma tomate malgré les variations de luminosité, de position, de point de vue, de forme, de dimension ou de couleur.

17En résumé, le processus de classement des entités, auquel on reviendra également, correspond à un double processus de stabilisation du percept (par élimination de caractères non relevants) et d’abstraction. On obtiendra de la sorte, dans l’univers des représentations, des types stabilisés à divers niveaux d’abstraction, que l’on intégrera à des catégories.

18Il faut à présent examiner le détail du schéma général fourni ici sans justification précise, mais dont toutes les phases demandent à être établies. Il s’agira donc de montrer comment les données issues du monde sont identifiées (§ 2.1.), puis comparées (§ 2.2.) par les organes percepteurs de façon à pouvoir être traitées (§ 3.), et comment elles sont finalement regroupées pour se voir attribuer du sens (§ 4.).

2. La segmentation des données

2.1. Le seuillage

19Focalisons-nous sur la manœuvre de différenciation, qui est la condition du regroupement. C’est elle qui produit le contraste, dont tous les psychologues expérimentaux et les biogénéticiens (Gérardin, 1968, Hoffmeyer & Emmeche, 1991) font le principe de la perception. C’est aussi la base même du sens.

20Le terme de « seuillage » désigne l’opération par laquelle l’organisme détermine le secteur du champ perçu qui va faire l’objet du regroupement.

21On observe en effet que les stimuli connaissant une variation d’intensité inférieure à un certain niveau, dit seuil de discrimination ou d’égalisation, sont considérés comme manifestant la même qualité : en fixant ce seuil à une valeur déterminée, on égalise tout ce qui ne comporte pas de différence supérieure à lui. L’appareil perceptif est ainsi agencé qu’il compare les valeurs des stimulations spatialement voisines. Si l’écart entre eux est inférieur audit seuil, les points sont groupés et considérés comme formant une entité unique. Par exemple, dans la vision, les petits écarts sont négligés et la plage perçue est égalisée. D’où le qualificatif de « translocal ».

  • 3 Le seuil n’est pas une limite nette (ce que la métaphore architecturale suggère), mais une région f (...)
  • 4 La qualité translocale, se définissant de manière positive, peut donc aussi recevoir une définition (...)

22En revanche, si l’écart dépasse un seuil d’intensité donné, la variation est non seulement prise en considération mais amplifiée par l’appareil : celui-ci « décide » d’exagérer tout stimulus dépassant le seuil, pour lui donner valeur critériale3. Les données enregistrées de la sorte constitueront donc une nouvelle qualité translocale, distincte de la première4. Sur le plan visuel, ce mécanisme donne naissance à la limite, point de départ de la sémiotique de la ligne (Groupe µ, 1992, Édeline, 2008a et § 3.2.2, b). Ainsi, les entités (visuelles, tactiles, gustatives…) résultent toujours d’une procédure de seuillage : la fixation de la valeur fait saillir de ce fait des entités correspondant à ce seuil.

23Arrivés à ce stade, notons qu’il y a deux types bien distincts de seuils.

24Le mot a un premier sens chez René Thom, où il désigne le point singulier où se produit une catastrophe. Dans ce cas, le seuil a une origine naturelle ou mathématique, mais n’est en aucun cas modifiable par l’instance perceptrice. Le second type de seuil — qui seul nous intéressera ici — n’existe pas dans la nature. Les seuils sont ici produits grâce à une interaction entre les stimuli et les organes perceptifs, et fixés par ceux-ci selon diverses variables. Ils sont un ordre et une discontinuité que ceux-ci introduisent dans le continu du monde. Il s’agit donc de bien distinguer ici les domaines relevant primitivement (avant seuillage) du continu et du discontinu. Dans le discontinu, les seuils repérables semblent objectivement donnés. Dans le continu, c’est une instance extérieure qui seuille, et qui peut même le faire à volonté. Et c’est avec raison que Latour souligne qu’il y a dans ce second cas une décision arbitraire. Ce type de seuil est en effet « ce qui donne des limites à des choses qui n’en ont pas » (2006, p. 115) et ne concerne pas « les êtres qui, si on ne les catégorisait pas, auraient quand même des bords et des limites ». Le seuillage débouche, comme on le montrera ailleurs, sur la catégorisation ; or « la catégorie est autre chose que ce qu’elle catégorise, elle arrive de l’extérieur, généralement des sujets humains » (2006, p. 113–114).

  • 5 Par ailleurs, la catégorie conjonction/disjonction est en relation directe avec le principe de prox (...)

25Notons que ces artefacts, discrétisant le continu, opèrent même à un niveau très fondamental, où on n’est précisément guère habitué à admettre leur arbitrarité : des catégories qui semblent aller de soi, comme droit vs courbe, sont au contraire extrêmement problématiques. En effet la rectilinéarité est une idéalisation, alors que la perception ne nous en offre que des images déformées et granuleuses. Ce sont des empilements de cellules molles qui composent ces pointillés approximatifs que nous appelons droites. Entre la droite et la courbe se situe donc une frontière dans une large mesure arbitraire5.

26Arbitraires, les seuils sont donc susceptibles de varier. Ils varient selon différents paramètres, auxquels nous reviendrons. Certains de ceux-ci sont directement liés à la sensorialité envisagée — chacune affiche des seuils différentiels relatifs de discrimination qui lui sont propres —, et d’autres varient de manière consciente et volontaire. Un même champ peut aussi être seuillé selon plusieurs critères distincts (par exemple, le champ visuel peut être structuré selon des critères chromatiques, de luminance et de texture). Dans ce cas, les plages discriminées ne coïncident pas forcément. Objectiver le fonctionnement de ces seuils arbitraires, ce sera donc montrer comment et pourquoi, au niveau le plus élémentaire, agissent les organes qui les produisent ou, à un niveau plus élaboré, montrer quels sont les facteurs (cognitifs, sociaux, historiques, etc.) qui interviennent pour les faire varier, consciemment ou inconsciemment.

27La variation des seuils a évidemment une répercussion sur la constitution du monde perçu, et donc sur le sens alloué à celui-ci : un seuil situé plus bas ou plus fin, ou des seuils multiples, feraient saillir des entités plus nombreuses et plus petites (les nouvelles entités sont alors des fragments des anciennes, mais le contenu total restera inchangé) ; à l’inverse, en relevant le seuil, on obtient des types plus abstraits. Par ailleurs, la discrétisation, qui a pour effet d’élaborer les entités et les qualités, permet de faire entrer celles-ci dans un système d’interactions ou de relations, elles-mêmes productrices de sens. En effet, la modification d’un seuil n’a pas qu’une répercussion sur l’entité ségrégée : c’est également le fond sur lequel elle se détache qui se voit restructuré.

2.2. Le principe du dipôle

28Ce seuillage ne serait pas possible si nos organes n’étaient pas équipés pour comparer les stimuli voisins entre eux. Or qui dit comparaison dit automatiquement faculté de distinguer au moins deux occurrences sensorielles. L’appareillage produisant la comparaison doit donc par définition comporter au moins deux récepteurs, ou permettre de mesurer deux états d’un même phénomène à deux moments distincts. C’est ce que nous appelons le principe du contraste élémentaire, ou dipôle.

29Or, on constate bien que ce principe, sans lequel il n’y aurait pas de sens, est général dans la nature. On pourrait en invoquer d’innombrables manifestations. Sans exploiter l’exemple facile des humains qui ont deux yeux et deux narines, citons en deux, empruntés à Montfort-Windels (2008). Le premier exemple a trait à des contrastes simultanés et le second à des contrastes successifs, ce qui implique l’intervention d’une mémoire : (1) les insectes, qui volent en suivant des courants d’odeurs, cherchent à égaliser l’intensité de leurs perceptions sur chacune de leurs deux antennes (c’est un des facteurs qui rend leur vol zigzaguant (et les rend du même coup plus difficiles à capturer) ; (2) les entomoptères savent évaluer l’altitude à laquelle ils volent, en se basant sur les modifications subies par les formes situées dans leur champ de vision. Cette simple description fournit l’amorce d’un schéma général qui se révèle fondamental dans l’architecture des circuits de l’information : il ne suffit donc pas de percevoir le monde pour en tirer une information, mais il faut le percevoir deux fois.

30Tout se ramène à la perception différentielle d’une grandeur physique. En effet l’individu vivant est plongé dans de nombreux flux entrecroisés : flux de matière (vent, courants d’eau, nourriture…), flux d’énergie (chaleur solaire, pesanteur…), flux de radiations diverses (lumière…) Tous ces flux sont orientés, et caractérisés par une variation le long d’un axe, c’est-à-dire un gradient.

31Vivre revient à se situer parmi ces gradients. Et le dipôle est l’outil utilisé par les êtres vivants pour atteindre ce résultat.

32Or pour repérer un gradient il faut non seulement être sensible à la grandeur qui le caractérise, mais aussi être à même de le mesurer en deux points pour identifier la direction du changement ainsi que son intensité. Ces deux points forment un dipôle. Le gradient crée des contrastes dans l’espace (ou dans le temps). Dès lors, il faut deux senseurs couplés pour les percevoir ou bien un senseur unique percevant la grandeur à deux moments différents.

33La mise en avant du dipôle permet d’établir ce que nous avancions au début de cet article : que la base du sens n’est pas la simple identification d’une donnée ; cette dernière est le résultat d’un processus interactif plutôt que son origine.

3. Du monde à l’interprétation, et de l’interprétation au monde

3.1. Un schéma global

34Ceci nous mène au schéma de base suivant, où sont explicitées les phases successives du processus :

Fig. 1. De la perception à l’effectuation.

Fig. 1. De la perception à l’effectuation.
  • 6 Le gradient G est le taux de variation de la grandeur P selon l’axe OX. Théoriquement il doit se me (...)

O : origine du flux ; X : direction ; P : propriété concernée ; S : senseur concerné ; M : muscle concerné ; d : différence infiniment petite ; Δ : différence finie.6

35L’intensité des sensations S1 et S2 est ainsi comparée et interprétée. C’est à ce moment exact qu’elle devient information.

36La partie inférieure du schéma — elle montre que l’interprétation débouche sur une décision, qui peut par exemple consister en un ordre, dont l’exécution mobilisera nécessairement aussi des muscles — rend aisément compte des phénomènes de tropisme. Le ver de terre fuit la lumière : c’est donc bien qu’il perçoit d’où elle vient et est capable d’interpréter cette information pour ordonner la fuite, là où un autre organisme (un papillon de nuit par exemple) prendra la décision inverse.

37Il existe en effet trois réactions possibles face à un gradient : le suivre (tropisme négatif), le rebrousser (tropisme positif), et ne rien faire (indifférence).

  • 7 Toutes ces considérations attirent également l’attention sur les avantages que procure la symétrie (...)

38Nous nous concentrerons ici sur la partie du processus qui va du flux de stimuli à l’analyseur logique — cycle de l’anasémiose —, réservant pour un développement ultérieur l’examen de celle qui débouche sur l’action — catasémiose —. On verra notamment que c’est l’analyseur logique qui homologue les unités du plan du contenu et celles du plan de l’expression. On verra aussi qu’entre l’analyseur et les effecteurs intervient en principe un module qui est celui de la décision (confronté à un ensemble de stimuli /odeur/ + /lumière/ + /chaleur/ autorisant l’interprétation « feu », je puis décider tantôt de « fuir », tantôt de « chercher un extincteur », etc.) Nous pouvons néanmoins porter brièvement notre attention sur la partie terminale du processus de catasémiose, pour noter que sa structure est elle aussi dipolaire. En effet, tout comme les senseurs, les effecteurs musculaires sont au nombre de deux au moins, afin de permettre des réactions appropriées à la nature directionnelle des flux. Si cette bipolarité est indispensable, c’est qu’une action musculaire développe une force, laquelle nécessite un point d’appui et un point d’application. Deux points au moins sont donc nécessaires7.

3.2. L’analyseur, ou le mystère de l’interface

3.2.1. Vers l’amodalité

39L’analyseur occupe évidemment une place capitale dans le processus de la sémiogenèse. C’est sur ce point que porte une des interrogations les plus cruciales en sémiotique : quel lien peut-il y avoir entre un sens apparemment sans fondement physique et les stimulations provenant du monde extérieur, qui ne semblent pas avoir de sens ?

40Pour y réfléchir, partons une fois de plus de la perception visuelle.

41Au cours de leur cheminement à travers l’espace, les rayonnements lumineux subissent diverses transformations et dégradations. Le modèle proposé par la Gestaltpsychologie à ses débuts considérait que toute la chaine ainsi constituée était unie par un isomorphisme, jusques et y compris dans le cerveau (où une « image » aurait été projetée). Dans sa forme naïve, ce modèle est faux, on le sait. L’interface fait au contraire intervenir des modifications qualitatives capitales. Le tableau ci-dessous tente de capter ces mutations, selon les vocabulaires relevant de différentes disciplines qui ont toutes, tant bien que mal, tenté d’appréhender le phénomène de base dont nous rendons compte ici de manière rigoureuse. Un des aspects les plus importants de la transformation qui s’y opère est en tout cas la disparition de la spatialité et la conservation de l’information, malgré les changements brutaux observés.

42Comme on le voit, nous insistons sur le caractère amodal de l’activité sémiotique et du stockage de ses produits. Il n’y a ni œil ni oreille ni nez mental, mais cela ne nous empêche pas de décrire verbalement une image mémorisée, ou de fredonner une chanson dont nous nous souvenons. À titre de comparaison, pensons à un disque dur, où des textes, des sons et mouvements sont tous stockés sous forme de 1 et de 0.

Fig. 2. Transformations s’opérant à l’interface.

INTERFACE

Physique

|

Mental

Domaine de l’objet

|

Domaine du sujet

Analogique

|

Digital

Modal

|

Amodal

Image

|

Langage

Spatial

|

Sequentiel

Statique

|

Dynamique

Signal

|

Signe

Extension

|

Comprehension

43Le fonctionnement de l’interface, ou appareil transducteur, peut recevoir deux types d’éclairage. D’une part, on peut en donner une description physiologique, de l’autre, on peut parfaitement modéliser le rapport entre les phénomènes se présentant de part et d’autre de l’interface.

44Il ne sera pas question d’envisager dans ce qui suit la totalité des différentes transformations s’opérant à l’interface, puisque l’objectif est de décrire le fonctionnement de cette dernière. Nous prendrons donc pour exemple — cursivement décrit — les transformations qui permettent de passer des phénomènes visuels au langage. Ceci permet de réconcilier les apparents désaccords de la perception visuelle avec les structurations que nous y détectons et qui sont la source de la sémiose, avec celles que notre langage y décrit. Le champ visuel en effet est au premier abord totalement désordonné. Néanmoins nous avons l’expérience d’un spectacle uniforme et stable, d’un champ visuel continu et homogène, synthèse cohérente des éléments disparates enregistrés. En d’autres termes, pour réconcilier l’analyse microphysique de la perception (qui livre une image parcellaire et incoordonnée) avec la saisie globale des formes et la décomposition en zones homogènes, il y a lieu de faire intervenir un processus élaboré de synthèse. Il ne nous appartient pas de décider si celui-ci est inné ou acquis, mais simplement de souligner son existence. Ainsi seulement pourrons-nous comprendre le fonctionnement de détecteurs d’alignement, ou la possibilité de percevoir une ligne droite à partir de fixations oculaires à peu près aléatoires.

3.2.2. L’interface comme phénomène physique

45Le lieu physique précis de l’interface visuelle est bien connu, de même que les phénomènes dont il est le siège (Masland, 1990). Il s’agit de la molécule d’opsine, associée à un groupe moléculaire plus court, capable d’absorber un photon en se transformant en son isomère. Ce léger changement agit comme signal chimique amorçant une cascade de réactions chimiques, dont l’étape ultime est l’établissement d’un potentiel électrique à la membrane cellulaire. À partir de ce moment la transmission des signaux se fait le long des fibres nerveuses, sous forme de trains d’impulsions identiques et cadencés ou, plus précisément, de « séries de potentiels d’action ».

46Dans ce processus, on doit postuler, malgré l’impression de continuité, l’intervention d’une agrégation des fragments distincts d’information en « quignons » (chunks, selon la métaphore de Miller) : nouveaux cas de regroupement, phénomène qui sera encore longuement commenté au paragraphe 4. À ces quignons correspondent en sémantique verbale les sémèmes intégrés de Greimas (1966). De même une architecture sémantique doit se mettre en place à partir d’opérations de catégorisation. Mais cette conjecture, tout importante qu’elle soit, ne change rien à notre problème central, qui est de comprendre comment, à cette transformation physico-chimique dans l’interface, peut correspondre l’ensemble des relations figurées par le tableau (voir fig. 2) : passage du spatial au séquentiel, traduction sans perte d’un champ perceptif segmenté en un jeu de syntagmes minimaux, etc.

3.2.3. L’interface comme modèle

47L’hypothèse ici avancée reposera donc sur la modélisation sémiotique de l’interface. Comme cette modélisation concerne l’objet visuel, rappelons que celui-ci peut se présenter sous divers aspects à l’expérience. On sélectionnera ici deux de ces aspects : la surface et la forme. Dans le premier cas, la modélisation consistera en la « traduction » verbale des zones segmentées, dans le second en la traduction des formes perçues.

48Il s’agit bien de simples exemples : l’objectif est bien ici d’étudier le phénomène très général de la transduction, et non de réduire le sémiotique au verbal, ni même faire de ce dernier le parangon de toute sémiotique. Mais la précison atteinte dans la description langagière permet de traiter le problème en termes très techniques.

a) La traduction des surfaces (Théorie du graphe dual)

49Pour rendre compte de la première modélisation, on mobilisera la théorie mathématique des graphes. Celle-ci permet d’énoncer, de manière simple, que la correspondance entre la surface et sa description peut se laisser décrire comme la transformation d’un graphe en son dual. Nous ne reprendrons pas ici le détail de la démonstration, administrée par l’un d’entre nous (Edeline, 2008b).

50La théorie du graphe dual, établie pour étudier la topologie des polyèdres réguliers convexes, peut être généralisée à tout objet. À toute image correspondra donc un graphe non orienté G comprenant autant de faces qu’il y a de régions, en comptant que l’extérieur représente la face distale. Ces zones segmentées sont séparées par des limites, qui sont le lieu des discontinuités perçues.

51Mieux encore : l’appareil visuel est adapté à la perception d’objets à 3D à partir de signaux rétiniens distribués en 2D. La conscience d’une troisième dimension ne peut donc résulter que d’un calcul. Tout objet perçu comporte une face non vue, que notre graphe généralisé rend visible en l’ouvrant et en la déployant vers l’extérieur. Elle devient ce que nous appelons le fond, appellation logique puisqu’elle est en fait derrière. Ainsi s’expliquerait de façon satisfaisante notre impression que ledit fond passe derrière l’objet et que celui-ci avance par rapport au fond, bien qu’en toute rigueur l’image rétinienne soit strictement bidimensionnelle.

52Nous pouvons ainsi modéliser le passage des éléments situés à gauche dans le tableau (fig. 2) aux éléments situés à droite, et en particulier le langage : le passage du spectacle visuel à sa description par un énoncé verbal est en effet une des transductions les plus rentables socialement.
Nous poserons qu’à G*, graphe dual de G, correspond un ensemble de syntagmes minimaux, chacun de ces syntagmes étant relatif à un arc joignant deux sommets de l’objet. Les faces de G sont ainsi ramenées à des points du dual, et sont de ce fait déspatialisées. Chacun de ces points sera un actant (au sens de Greimas) ou un substantif (au sens courant). Les arcs traversant les limites seront les relations entre faces voisines de l’objet, relations qu’elles prennent en charge en explicitant la nature des contrastes qui permettent de les distinguer, et qui prennent la forme linguistique du syntagme élémentaire.

53La description complète d’un champ d’image comportera autant de syntagmes élémentaires qu’il y a de limites traversées entre faces, sans oublier la « face externe », qui devient le « fond ». On imagine bien que dans des cas pratiques le nombre de syntagmes nécessaires devient vite extrêmement élevé. Ces syntagmes n’envisagent que deux à deux les plages segmentées, mais les relations qui les constituent peuvent être composées entre elles (pour reprendre la terminologie de Piaget) et fournir une description des rapports entre plages disjointes.

54Théoriquement cette transformation opérée par l’interface ne provoque aucune perte d’information. Nous n’ignorons pas qu’une telle affirmation pourrait susciter des réticences chez certains philosophes (les pragmatistes et les positivistes logiques), pour qui toute correspondance entre « du discours » et « de la réalité » est une idée obscure. Mais le mécanisme ici proposé apparait justement comme de nature à dissiper cette obscurité.

  • 8 C’est sans doute ici le lieu d’évoquer cette autre dualité, entre l’espace et le temps, bien mise e (...)

55Sur le plan des processus physiques il y a lieu de remarquer que la déspatialisation s’accompagne d’une séquentialisation. L’image qui était donnée synchroniquement à la rétine se trouve transmise séquentiellement au cerveau. Toute réflexion ultérieure sur cette image (en son absence) devra faire intervenir un acte de mémoire8.

b) La traduction des formes (Théorie de l’inertie)

56Une mise en mots de l’image qui se limiterait à tenir compte des portions de champ homogènes, sans les caractériser autrement que par des rapports topologiques, ferait aussitôt surgir une critique éminemment fondée : la forme des contours intervient aussi dans la sémiose.

  • 9 Celle-ci est évidemment immobile, mais tout se passe comme si le regard se déplaçait tout au long.

57Il faut donc élaborer une description de la transduction capable de transformer à son tour une ligne, dans toute sa flexuosité, en une série de syntagmes minimaux. On trouvera ici une proposition dans ce sens.
L’idée de base est inspirée de la notion d’inertie en mécanique. Lorsqu’un mobile est lancé à une certaine vitesse, il décrit indéfiniment une trajectoire rectiligne. Si on souhaite l’en faire dévier, il faut lui fournir de l’énergie dans une direction perpendiculaire à sa trajectoire. Ce qui offre déjà deux possibilités si nous sommes dans un plan : gauche et droite. Plus l’énergie fournie est élevée, plus marquée sera la déviation. On peut alors transposer ce mécanisme à la ligne9, dont la rectilinéarité est une qualité translocale. Ce phénomène a été abondamment mis en évidence par Kanizsa (1980), dont le préfacier écrit : « tout trait droit qui s’interrompt abruptement est perçu comme s’il ‘continuait’, il est donc infini en puissance ». Une fois définie, la ligne droite ne contient plus aucune information : ce sont les altérations de sa direction qui apporteront une information complémentaire. Lorsqu’un coude est perçu (fig. 3), l’œil enregistre la déviation que les segments font entre eux, son sens et son ampleur. L’angle θ, analogue à une déviation de trajectoire dans le monde physique, devient la mesure de l’information qui a été nécessaire pour dévier le trajet. On peut considérer la déviation comme une « catastrophe », une discontinuité au sens de Thom, exactement équivalente à la limite de segmentation dans le cas des surfaces.

Fig. 3. La déviation comme support de sens.

Fig. 3. La déviation comme support de sens.

58Selon ce modèle, une droite, qui ne contient aucune information, n’est qu’un repère de référence. L’angle θ est un dipôle, qui ne peut s’interpréter que si l’œil (et les systèmes neuronaux y connectés) conserve la mémoire des trajectoires déviées, et est capable de la prolonger en un tracé virtuel (le pointillé de la figure) pour évaluer θ. À cette déviation élémentaire correspondra un syntagme minimal du type : « Le segment B diffère du segment inertiel A’ par l’inflexion θ et vice-versa ». θ est une forme de dipôle.

59En synthèse, la proposition ci-dessus s’inscrit dans la théorie générale de la différence comme support de sens. Tout changement de trajectoire nécessite une énergie (si on le provoque) ou déclenche une perception (si on y assiste).

60Bien entendu le cas simple qui vient d’être décrit, et qui mène à un syntagme unique, se verra, dans la pratique des images réelles, complexifié à l’extrême, sans cependant que le principe de base soit remis en cause. Des phénomènes de regroupement vont intervenir, dont le rôle central dans la genèse du sens va être commenté au § 4. Si par exemple une force de déviation constante et continue est appliquée, ceci entraînera une perception globale que nous appellerons « cercle ».

c) Universalité des mécanismes transducteurs

61Nous venons de traiter de la correspondance entre les expériences visuelles et les énoncés linguistiques. Mais on aurait pu prendre l’exemple du passage des produits de l’olfaction, ou des sons, à ce même langage, ou encore les exemples de la traduction de pressions atmosphériques en plages colorées, ou de l’évolution d’un phénomène thermique en graphiques.

62Les applications du modèle interfacial étant universalisables, celui-ci se révèle donc avoir une rentabilité sémiotique considérable.

4. Le sens du sens : regrouper

4.1. Information et sens : deux concepts sans lien ?

63En nous situant comme nous le faisons au niveau le plus élémentaire possible, nous sommes à même de proposer un concept d’information échappant aux deux critiques habituelles : anthropocentrisme (pour ceux qui jugent insaisissable la valeur subjective attribuée à une information) et technicisme (pour ceux qui refusent le caractère réducteur d’une information à première vue sans contenu). Mais surtout, nous nous donnons la possibilité d’enfin articuler la notion de sens à celle d’information.

4.1.1. L’information : une forme sans contenu ?

64Car, on le sait, l’information est en général soigneusement distinguée du sens. Ce qui peut se comprendre. On a vu, en effet, que l’information élémentaire ne peut découler que d’un contraste repéré dans un flux. Il n’y a donc pas lieu de reprocher à Shannon, Weaver, etc. de considérer l’information comme une simple forme, réductible à des choix binaires, et de négliger le contenu de cette information. Ces divers auteurs sont d’ailleurs peut-être trop timides en avançant leur concept comme un simple instrument utile dans la théorie du signal, c’est-à-dire dans l’acheminement de l’information. Cherry (1957, p. 43) retient la définition de Hartley, pour qui l’information consiste en la sélection successive de signes ou de mots dans une liste donnée. Il insiste longuement sur cette conséquence, afin d’éviter toute interprétation abusive, et conclut que « it is the signs we transmit, or physical signals ; we do not transmit their ‘meaning’« ; il souligne aussi le fait que l’information ne peut pas être transmise par des codes impliquant moins de deux niveaux (codes binaires). Quant au linguiste Guiraud (1959, p. 103), il précise lui aussi que « la théorie de l’information ne raisonne pas sur des signes, des signifiants porteurs d’un sens, mais sur les signaux, c’est-à-dire des signes vides. »

4.1.2. Entre le sens et l’information : l’interaction syntaxique

65S’ensuit-il de tout ceci que le contenu — qui seul intéresse une théorie du sens — doive à tout jamais être isolé de la forme qu’est l’information ?

66On trouve chez Granger (1968, p. 121) une tentative, inspirée par un travail ultérieur de Guiraud — modestement intitulé Les structures aléatoires de la double articulation, mais constituant une contribution importante à la théorie sémiotique (1963) —, pour distinguer la forme et le contenu, tout en réintégrant celui-ci à la théorie de l’information.

67Le concept d’information sélective décrit ci-dessus est une mesure de l’improbabilité a priori, pour un récepteur donné, de l’apparition d’un symbole ou d’un message. Il concerne uniquement la « fonction objectivante » du langage et s’évalue en termes statistiques. Tout énoncé se situe ainsi quelque part entre une information maximale et une information nulle : plus l’apparition d’un signe est probable, plus l’information qu’il véhicule est faible ; plus cette apparition est improbable et plus l’information est riche. Niveau d’information et probabilité sont donc en raison inverse. Or, en même temps qu’ils fournissent une description intégrée des divers aspects des sémiotiques (sémantique, syntaxe, morphologie), les travaux de Guiraud permettent de dissocier deux composantes dans cette information : et c’est l’une d’elle qui mérite le nom de sens.

  • 10 Elle énonce que le produit du rang d’un mot et de sa fréquence est une constante. Cette loi concern (...)
  • 11 La raison de cette universalité est sans nul doute à chercher du côté du caractère nécessairement d (...)

68À partir de dénombrements détaillés, le linguiste montre que la loi bien connue de Zipf10 a une portée universelle : elle s’applique aussi bien au nombre de phonèmes dans les mots qu’au nombre de dérivés morphologiques d’un même radical, ou encore qu’au nombre d’acceptions d’un mot. Autrement dit, elle s’applique à tous les niveaux de l’articulation des éléments en syntagmes, où elle présente un niveau de redondance d’approximativement 50 %11. Tous ces phénomènes peuvent donc être considérés comme analogues. Et ils ont en commun de pouvoir être définis comme des faits de syntaxe ; car les dérivés, qu’ils soient morphologiques ou sémantiques, sont bien des cas d’association syntagmatique.

  • 12 Ce qu’a confirmé le test que nous avons autrefois réalisé (Groupe µ, 1970, p. 41).

69Or une de ces distributions concerne le sens : celle qui dénombre les acceptions d’un même mot. C’est donc, conclut-on, que le sens d’un mot est de la nature du syntagme, plan sur lequel on définissait jusque-là la redondance et donc l’information. Si la redondance se manifeste aussi sur le plan sémantique12, c’est bien qu’il existe une corrélation entre sens et redondance. En effet, le vocable qui suit une chaîne de mots ne peut pas être absolument quelconque, comme le voudrait la théorie de l’information sélective : il obéit à des restrictions sémantiques qui l’obligent à faire partie d’une classe limitée (« une relation constitue un choix qui oriente le signe vers certains signes déterminés, à l’exclusion des autres », Guiraud, 1963, p. 146). C’est la définition même de l’isotopie.

  • 13 Sur les concepts de cout et d’économie respectivement paradigmatique et syntagmatique, voir Klinken (...)

70La valeur d’usage d’un mot aurait alors deux composantes : l’information et le sens, le lien entre les deux concepts étant assuré par celui de relation syntaxique. On peut imaginer un système sémiotique ne connaissant pas la catégorisation, « par exemple une langue qui n’aurait que des ‘noms propres’ et où chaque chapeau serait désigné par un nom différent » (ibid.). Dans une telle langue il n’y aurait aucune contrainte dans l’usage des signes, c’est-à-dire aucune relation entre eux. Autrement dit, la redondance serait nulle. L’économie syntagmatique13 serait donc maximale, mais le nombre de formes deviendrait rapidement démesuré : l’économie syntagmatique serait compensée par un cout paradigmatique maximal. Dans un tel système à redondance nulle et à information maximale, il n’y a pas de sens, puisqu’il n’y a pas de différenciation (« Qu’on songe par exemple, à une qualité indifféremment commune à toutes les substances, elle n’aurait aucune valeur critique », id., p. 147). À l’opposé on peut imaginer un autre système sémiotique présentant les caractéristiques inverses : chaque unité y « entrerait dans une relation et une seule », de sorte qu’aucune liberté combinatoire ne serait possible. Ces unités « n’auraient aucune valeur (au sens saussurien) et aucun contenu d’information, étant donné qu’il n’y aurait pas de choix et que chaque signe du message impliquerait le suivant ». Dans un tel système à redondance maximale (et donc à information nulle), il y aurait bien du sens.

71On peut donc conclure que la valeur d’usage d’un mot pourrait tout simplement être le produit de ces deux grandeurs que sont l’information et le sens. Ceci implique qu’elles varient en sens inverse. D’autre part un tel produit est évidemment maximum lorsque les deux grandeurs sont égales… c’est-à-dire précisément lorsque la redondance est de 50 % ! Et c’est bien à ce niveau que tendent les langues naturelles : chaque signe y a du sens et véhicule de l’information, le syntagme y est « à la fois informant et signifiant » (ibid.). L’existence d’articulations permet d’économiser le nombre d’unités de base, mais cette économie paradigmatique implique ipso facto un cout syntagmatique inversement proportionnel : la mise sur pied d’un système de relations entre unités, et donc un certain taux de redondance.

4.1.3. Sens, information et syntaxe dans la perception

72On voit aussitôt que cette loi s’applique également aux objets de la perception. Celle-ci est en effet fondée sur l’attribution de qualités aux unités, mais aussi sur l’établissement d’interactions entre ces qualités et entités. « Interaction » est un concept général qui, lorsqu’il s’applique aux systèmes sémiotiques, porte le nom de syntaxe. Et nous verrons le rôle important que ce phénomène joue dans la sémiogenèse, notamment en ce qu’il rend compte du phénomène — souvent présenté comme mystérieux — de l’émergence (cf. 5.4).

73Cette correspondance entre organisation du langage et perception —justifée ci-dessus grâce à la notion d’interface — n’avait pas échappé au linguiste : « Dans un ensemble d’objets et de couleurs, si tous les objets peuvent être de n’importe quelle couleur, il n’y a pas de relation entre objets et couleurs et nous ne pouvons définir ni les objets ni les couleurs ; car c’est la relation qui est signifiante : le vert est la couleur des feuilles et les feuilles sont des choses vertes. Si chaque objet a une couleur et une seule et que donc chaque couleur ne soit attribuable qu’à un objet et un seul, le système est redondant, l’un des deux attributs est sans valeur critique » (ibid.) De même que les langages fonctionnent grâce à un équilibre entre sens et information, régulé par les relations syntaxiques, un système perceptif efficace est fondé sur un système ménageant des relations entre les entités de l’ensemble, présentant par conséquent une redondance de 50 % : « Ceci implique que nous groupions dans une même espèce de rouge des objets de rouges voisins, mais différents, et désignés par un même terme. Terme qui aura donc plusieurs sens. Nous dirons par exemple que les ‘mangues’ sont (rouge)—capucine, ce qui n’est qu’une approximation ; mais une approximation nécessaire, faute de quoi le système ne saurait fonctionner » (id., p. 150).

4.2. Du modelé au camaïeu : le sens comme regroupement d’informations

74On peut donc échapper à la distinction radicale entre sens et information. Outre qu’elle n’est guère satisfaisante dans la perspective d’une théorie unifiée, cette séparation mène directement au contraste entre l’efficacité du traitement mathématique de la seconde et l’obligation de reporter indéfiniment l’analyse du premier, faute de prise. Pour notre part, nous soutiendrons que l’information contenue dans un message n’est rien d’autre que le ou les contrastes dont elle est issue. Seule change la complexité, au point que certains messages nous semblent si riches en contenu qu’il parait vain d’essayer de les réduire à un ensemble de contrastes binaires. Et pourtant il s’agit bien d’une addition de contrastes élémentaires, mais en très grand nombre, comme on va le voir.

4.2.1. Regroupement neurologique et production de sens

75Revenons un instant à notre ver de terre photophobe du paragraphe 3.1., et imaginons qu’il dispose, outre de ses senseurs optiques, d’une paire de senseurs thermiques, reliés à un second Comparateur, lui-même relié comme le premier à son Analyseur. Le ver devra nécessairement combiner les deux informations élémentaires reçues pour prendre finalement une décision unique. Le processus se complexifie donc sensiblement, non seulement parce qu‘il y a intervention d’un second canal sensoriel, mais aussi du fait que des espèces d’opérations logiques très différentes peuvent avoir lieu dans un Analyseur : temporisation, pondération, amplification, etc. Il est aisé d’imaginer ce qui se passe dans des cas plus complexes encore, lorsque par exemple l’Analyseur reçoit en sus des informations d’une mémoire.

76On peut déjà étayer le schéma ci-dessus exposé en invoquant un exemple simple mais clair, une fois de plus repris à la perception visuelle. On connait (Stent, 1972) le rapport entre les interconnexions nerveuses disposées entre les 120.106 bâtonnets + 7.106 cônes (soit l’ensemble des récepteurs visuels disposés sur une rétine humaine) et les 1.106 fibres nerveuses qui constituent le nerf optique acheminant les informations visuelles vers le cerveau : sachant que chaque récepteur est susceptible d’envoyer des impulsions, il apparait déjà qu’intervient un facteur de regroupement de l’ordre de 125 (rapport du nombre de cellules au nombre de fibres). Les transmissions de neurone à neurone se font par les synapses, surfaces de contact dont il existe deux types : les synapses excitatrices et les inhibitrices. Le regroupement des signaux s’opère par quatre couches successives de cellules nerveuses, via un jeu complexe de connexions latérales, soit excitatrices soit inhibitrices. Le nombre de ces connexions latérales est remarquablement élevé. La base même des cellules réceptrices peut déjà être mise en communication avec une ou deux autres cellules dans le cas des bâtonnets, ou 15 à 20 dans le cas des cônes. Nous reproduisons en figure 4 le schéma théorique que Stent donne de ces associations.

Fig. 4. Regroupement : destruction d’information mais gain de sens.

Fig. 4. Regroupement : destruction d’information mais gain de sens.

77Pour comprendre ce dernier schéma, notons que dans une zone « centre-on » le nombre d’impulsions augmente si le centre de la zone est illuminé, et inversement pour une zone « centre-off ». L’important est de noter qu’à chaque étage le nombre de neurones diminue, et que chaque neurone transmet vers l’aval des signaux qui sont une synthèse de ceux qu’il a reçus de l’amont : il y a perte d’information mais gain de sens.

78On saisit ainsi la requalification des impulsions nerveuses. En tant que phénomènes électriques, il n’y a évidemment pas de différence entre celles qui circulent en n’importe quel lieu du réseau et celles qu’on peut mesurer dans une fibre du nerf optique. Cependant le sens d’une telle impulsion a été modifié. L’importance de ces requalifications est d’autant plus grande que les champs récepteurs sont structurés de façon plus complexe, et non comme de simples outils pour moyenner. De proche en proche on peut par exemple aboutir à définir un alignement horizontal de points etc. comme le permettent les « détecteurs » déjà décrits dans notre Traité : ce sont des configurations adaptatives, qui traitent de manière modulaire les limites, les coins, les motifs, etc.

79Aussitôt après la sortie du système périphérique, le relais est pris par la Gestalt et la boniformisation, dont les forces de regroupement sont bien connues. La principale de ces forces est une tendance à l’équilibration, qui explique ce qu’on peut appeler la pulsion interprétative. Nous pouvons lister ici, après Kanizsa (1997), la liste de ce qu’il préfère appeler les lois de la formation des unités phénoménales ou de l’organisation perceptive, tout en notant qu’il peut y avoir synergie ou rivalité entre ces principes (qui sont autant de « sens ») : proximité, ressemblance, continuité de direction, directionnalité, fermeture, cohérence structurelle et prégnance, homogénéité maximale…

80Ce schéma simple, avec ses flèches unidirectionnelles, ne doit pas susciter un malentendu : il est évident qu’au delà des organes périphériques, qui bien que complexes, constituent l’extrémité interfaciale des processus sémiotiques, se rencontrent des phénomènes plus complexes encore, devant lesquels des décisions sont à prendre ; et à partir de là on peut envisager des processus descendants. En particulier, le contact entre les modèles et les objets de la perception mènent à de tels processus « top-down » : si des données ne cadrent pas avec un modèle, on doit soit leur faire violence soit aménager le modèle. C’est le couple bien connu assimilation-accommodation, abondamment exploité ailleurs dans nos travaux comme dans la présente recherche.

4.2.2. La création du continu

81La procédure du regroupement explique également la constante dialectique du continu et du discret à laquelle est confrontée la discipline qui décrit le sens. Dialectique : le sujet discrétise le champ perceptuel en le seuillant, mais l’effet de ces seuillages est la création de sous-champs uniformes, donc continus.

82Dans notre perception des spectacles du monde, l’impression de continuité joue un grand rôle, au point que beaucoup pensent qu’elle correspond à une réalité indiscutable.

83Les choses sont cependant loin d’être aussi simples : les continuités que nous éprouvons — l’impression de surface que procure la vision, celle de la longueur d’une note… — sont des constructions de l’appareil, et elles sont chaque fois le produit de regroupements. En effet, notre perception visuelle du monde résulte de stimuli enregistrés par des cellules photoréceptrices discrètes ; et la perception des sons n’est pas moins complexe : un son ressenti comme continu est en fait une succession de pressions et de dépressions, reconstituées en une impression unique. C’est toute la question de l’atomisme, à laquelle nous reviendrons en 5.2. L’analogique n’existant pas dans les faits, la continuité apparente du monde — qui ne nous parait pas une mosaïque de points sans liens les uns avec les autres — est une pure construction sémiotique. Une construction elle aussi guidée par le principe fondamental de regroupement, dont la première fonction est, comme on va le voir, l’économie.

84En ce point, la première question qui avait interpelé le sémioticien — à savoir comment se forme l’impression de continuité — débouche sur une seconde : la discrétisation, inhérente à notre système perceptif, produit-elle une distorsion du monde, nous en interdisant par conséquent une saisie exacte ? Bien que la première porte sur la continuisation et la seconde sur la discrétisation, nous allons voir que ces questions sont étroitement liées.

  • 14 On retrouve ici le « principe de proximité » approfondi par Gogel (1978) et déjà commenté dans notr (...)

85La première a reçu une réponse simple grâce à la théorie du regroupement. On a vu que le taux de regroupement au niveau de la rétine était déjà de l’ordre de 125, et que toute saisie individuelle des grains perceptifs était interdite. Cependant un univers des représentations onctueux, où toutes les plages sensibles se fondraient les unes dans les autres, est tout aussi inutilisable qu’un univers fait de points disjoints. Le système perceptif fonctionne sur base de l’hypothèse selon laquelle deux évènements perceptifs (spatiaux aussi bien que temporels) ont d’autant plus de chances d’être liés qu’ils sont proches dans l’espace ou dans le temps (cette liaison s’atténuant avec la distance selon une chaine de type markovien)14.

86Or un second phénomène perceptif important se superpose au premier : si les évènements proches tendent à se voir regroupés et égalisés en unités d’ordre supérieur, le système tend au contraire à créer et même à exagérer des démarcations entre ces unités, par le mécanisme d’inhibition latérale, lui aussi commenté dans le Traité du signe visuel.

87Contradiction ? En fait, il s’agit des deux visages distincts d’un dispositif perceptif unique, qui exerce un puissant effet structurant sur notre représentation du monde. La formule Qui unit divise est réversible : Qui divise unit. Et ces structurations nous font entrer de plain pied dans l’univers de la culture : sauf à admettre que la fixation des seuils actifs est le résultat d’une pression sélective qui en a entériné la valeur, il faut reconnaitre que cette structuration n’a rien d’objectif. On voit donc que la première question débouche sur la seconde. Celle-ci est beaucoup plus délicate, du fait de ses répercussions sur le processus de catégorisation. Quelle est dans ce contexte la validité de nos catégories (obtenues avec des seuils sensiblement plus élevés que ceux des limites de la simple détection) ? est-elle affectée par le fait que la perception est déjà elle-même une catégorisation ? La psychologie expérimentale, depuis Weber et surtout Fechner, base toutes ses théories de la perception sur les « just noticeable differences ». C’est la limite inférieure de la catégorisation spontanée, mais des moyens techniques (une simple loupe !) permettent de la reculer. Il n’est donc pas interdit de raisonner sur le concept même de seuil différentiel dans un domaine continu (plutôt que sur sa réalisation pratique) : il peut, lui, être réduit théoriquement à l’infini, produisant une segmentation elle-même infinie, analogue à une carte géographique où on diminuerait l’équidistance des courbes de niveau. On se rend bientôt compte qu’il doit exister une zone optimale dans le regroupement catégorisateur : une poussière de catégories minuscules est aussi inutile qu’un regroupement sauvage embrassant l’univers entier. Cette zone optimale, c’est la zone du sens.

4.3. Le sens : une stratégie pragmatique du vivant

88Le regroupement des données foisonnantes, à des fins d’économie (unir), mais dans des espaces chaque fois distincts, à des fins d’efficacité (diviser) : tel est donc le processus fondamental de la constitution du sens.

89Cette stratégie, dont le succès a été entériné par l’évolution, semble se confirmer dans tous les domaines connus de la perception, et déjà commencer dans les organes périphériques. Quant à la catégorisation, elle consiste elle aussi en un regroupement d’informations. Le regroupement par niveaux, que l’on retrouve dans la structure de l’univers (particules élémentaires < atomes < molécules < cellules < organismes < sociétés) et qui, sous le nom d’articulation, a inspiré des techniques permettant de décrire les systèmes de signification les plus complexes, constitue donc une procédure puissante et sans doute universelle.

90À mesure qu’on avance dans le processus, le concept de probabilité a priori de la théorie classique de l’information perd donc de l’importance, et devient même absurde. Si la probabilité des sens complexes était évaluable a priori, cela signifierait qu’on dispose à l’avance de tous les énoncés possibles et que par conséquent il n’y a pas de nouveauté possible.

91C’est donc ici le lieu de discuter l’analyse de Stent : il estime qu’à chaque étage des informations sont « détruites », mais il écrit également que ces informations sont « sommées », puis corrige aussitôt en préférant l’expression « intégration temporelle ». Il est évident, à la lumière de ce qui a été dit précédemment, qu’il n’y a pas destruction d’information ; et il n’y a pas non plus sélection d’une des informations du niveau i. Ce qui se produit est une synthèse de toutes les informations de ce niveau. Si cette synthèse consiste à calculer une simple moyenne des stimuli individuels i d’une population n, ces derniers disparaissent peut-être en tant qu’individus, mais concourent néanmoins à constituer la moyenne. La moyenne a ainsi un statut supérieur (et nous nous autoriserons même à dire : « un sens supérieur ») car elle représente une population n tout entière. Cette discussion, sur un tout qui serait plus que la somme de ses parties sera reprise ci-après en 5.4. On connait maintenant le pourquoi de ces mécanismes de groupements par paliers : sans eux, l’organe percepteur ne concevrait aucune entité mais seulement, par exemple, une poussière en scintillation (pour ce qui est de l’œil), ou une suite décousue de stimulations sonores (pour l’ouïe), et les percepts n’auraient aucune valeur d’usage. La possibilité d’explorer (activement) un champ et de repérer le translocal est donc première, et inscrite dans l’organisme.

92Mais cette inscription est étroitement liée à des objectifs pragmatiques. On conçoit en effet que le regroupement permet une économie et un gain d’efficacité remarquables : au lieu de traiter une masse d’informations distinctes, nous n’avons plus à nous préoccuper que d’une donnée unique. Même dans le cas extrême d’un champ perceptif constitué par un faisceau de stimuli apparemment désordonnés, ce désordre lui-même doit être considéré comme la qualité translocale du chaos, qu’il permet de ségréger. L’exploration du translocal et les regroupements constituent donc une stratégie essentielle pour le vivant.

93On peut évidemment s’interroger sur le détail des gains que le regroupement offre, mais aussi sur les pertes qu’il occasionne corrélativement.

94Les gains sont simples, et ont déjà été évoqués : le regroupement permet de traiter en un seul processus des masses importantes de données, ce qui donne au sujet un avantage en maniabilité, en vitesse, en économie, ce qui, finalement, se traduira par un net avantage du point de vue catasémiotique.

95Du côté des pertes, on inscrira le fait qu’on court le risque de laisser échapper une information vitale (c’est ce que Stent visait en parlant maladroitement de « destruction »).

96Mais, comme on le voit, gains et pertes s’équilibrent, et sont en définitive les deux faces d’une même manœuvre : si l’on perd en finesse de description, les réponses autorisées du côté catasémiotique ne seront certes plus locales mais globales, et cette globalité pourra constituer un avantage. De même, si le regroupement détruit l’effet mosaïque qui provient du caractère discret des impulsions, il permet en échange de construire l’illusion confortable du continu.

5. Pour une théorie unifiée : sens et monde physique

5.1. De la particule à la conscience : où commence le sens ?

97La question de la délimitation du domaine de juridiction de la sémiotique revient régulièrement. La position la plus drastique est en même temps la plus courante : nombreux sont les sémioticiens qui se refusent à parler de sens en dehors des comportements humains. Cet anthropocentrisme a derrière lui une tradition idéologique très lourde, et on ne s’étonnera pas de le retrouver chez maints linguistes : Benveniste, par exemple, estimait qu’appliquer le terme de langage au monde animal était abusif. Cette restriction se heurte immédiatement à un obstacle de taille : le continuum entre l’humain et les animaux, qui rend impossible la fixation d’une limite nette.

98La question peut évidemment aussi être posée en termes de phylogenèse : quel est le seuil, dans l’évolution biologique, à partir duquel existe (ou peut exister) une sémiose ? En biologiste, Hoffmeyer (2009, p. 65) établit ce seuil au niveau de la cellule : au niveau infracellulaire il n’y a pas de vie mais seulement des réactions chimiques, ce qui revient à affirmer que la vie et les processus sémiotiques apparaissent simultanément, au niveau immédiatement supérieur. D’autres, adhérant à une conception « pansémiotique », descendent jusqu’au niveau minéral (e.g. Emmeche, 1999).

99Notre point de vue sur cette question se doit d’être avant tout sémiotique, ce qui impose de prendre en compte non seulement les mécanismes anasémiotiques décrits, mais aussi la définition du signe, laquelle comporte la fonction de renvoi (cf. § 6). Or si la présence de cette dernière est évidente dans les conduites symboliques des êtres supérieurs, dont l’homme, elle ne l’est pas moins dans les organismes vivants considérés comme plus frustes.

100Jusqu’ici les deux approches, biologique et sémiotique, concordent donc pour identifier vie et sémiose, et ce à un niveau très élémentaire.

101Peut-on descendre plus bas encore ? La difficulté surgit lorsqu’on examine des cas irréfutablement non vivants, comme ceux qu’envisageait la sémiotique dans les années 60, lorsqu’elle était encore fortement articulée à la théorie de l’information : elle n’hésitait à parler de phénomènes sémiotiques à propos des mécanismes à l’œuvre dans le thermostat ou la soupape de sûreté. Que cette préoccupation soit sortie du champ de préoccupation des chercheurs — qu’elle ne soit plus à la mode — ne signifie nullement que la question du statut sémiotique de ces processus soit règlée. Il nous faut donc, dans le cadre qui est le nôtre, le reprendre à nouveaux frais.

102Partons de l’exemple de la soupape. L’élévation de pression y fait s’élever un piston maintenu par un contrepoids, et ce déplacement provoque à son tour l’ouverture d’un évent qui réduit la pression. Au nom de quoi pourrait-on disqualifier cet exemple, parfaitement homologable à des comportements d’être vivants frustes ? Le régulateur de Watt obtient un résultat semblable, mais par une autre « fonction de renvoi » : en tournant trop vite la machine à vapeur accroît la force centrifuge s’appliquant à des sphères ; celles-ci s’élèvent donc et entraînent un coulisseau qui permet à la vapeur de s’échapper. L’effet ainsi obtenu n’est pas fondamentalement différent de celui d’un dispositif où la pression de la vapeur serait mesurée, affichée par une aiguille sur un cadran pourvu d’un trait rouge pour indiquer le seuil à ne pas franchir, lue par un humain qui l’interpréterait et prendrait la décision adéquate. On voit immédiatement qu’il y a une différence de complexité, due à l’intervention d’une instance consciente — d’un sujet — dans le second cas. Mais la différence n’est pas radicale. Encore qu’il se produise un saut qualitatif sur lequel on va revenir, elle est surtout de degré : la différence est celle qui oppose ce que nous appellerons plus loin (5.3.) sémiose courte et sémiose longue.

103La différence n’est pas irréductible parce que, dans les deux cas, nous sommes en présence de mécanismes d’homéostase, susceptibles d’une analyse en termes cybernétiques : dans cette optique c’est la boucle de rétroaction qui devient le critère sémiotique. Or la boucle de rétroaction est activée par un écart par rapport à une consigne, c’est-à-dire (dans notre terminologie) par un dipôle.

104Une théorie sémiotique vraiment universelle et unifiée annulerait ainsi la distinction entre vivant et non-vivant, et constituerait une véritable et complète naturalisation du monde du sens.

5.2. Proposition de théorie unifiée

105L’objectif de toute théorie est de traiter les divers aspects de son objet en ayant recours à un nombre réduit d’opérateurs. C’est ce vers quoi nous avons tendu jusqu’à présent pour décrire la sémiose.

106Mais la question se pose de savoir si en fait il n’y a pas en réalité un seul opérateur, universel. Or c’est bien une telle hypothèse que nous sommes à même de formuler en ce point de l’exposé.

107Soit un dispositif que nous appellerons structure. Cette structure permet une opération ou une catégorie d’opérations. On dira que la fonction de la structure X1 est de permettre de pratiquer l’opération Y1. La structure est une configuration matérielle statique, mais l’opération est un processus dynamique.

108Nous pouvons prendre pour exemple la structure dipolaire étudiée ci-dessus (2.2.) Cette structure permet la perception des écarts et leur exploitation. L’opérateur qui lui correspond sera appelé opérateur différentiel, et couvre un ensemble très vaste d’opérations. On retrouve en effet cette structure partout : les contrastes simultanés ou successifs, la segmentation des continuums par les seuillages de la perception, la distinction sujet/objet et, bien sûr, les écarts rhétoriques et les oppositions sémiotiques structurantes.

109Passons maintenant au monde physique. On y trouve quelque chose de très semblable, quoique non exploité par des mécanismes du genre de ceux qui caractérisent la vie : le cycle de Carnot-Clausius exprime le fait que pour produire un travail thermodynamique il faut une source chaude et une froide ; en électricité une différence de potentiel électrique équivaut à une force électromotrice capable de faire tourner un moteur ; les réactions chimiques sont elles aussi déclenchées par des différences de potentiel… Dans le monde physique, c’est le flux d’énergie solaire qui entretient tous ces écarts par rapport à une situation d’équilibre où aucune énergie n’est libérée, où aucun travail n’est produit.

110Comment passer du monde physique au monde de la vie ?

111Revenons au rôle des différences, constamment mis en évidence dans ce qui précède. Une différence, ou un écart, produit nécessairement une énergie, de quelque type que soit cette dernière (dans le monde physique, une différence de potentiel produit un courant, une différence de concentration produit une diffusion…). Cette énergie pourra être consommée aussitôt sous forme de travail. Mais l’effectuation peut aussi être différée : dans ce cas, on parlera de potentialisation. D’où le concept d’écart moteur : l’écart est à la source de l’énergie, que celle-ci soit ou non consommée. Le travail permis par l’écart prend la forme d’une valorisation de ces écarts, qui équivaut donc à une potentialisation du travail.

112Dans le domaine de la vie, et plus particulièrement encore dans le domaine mental, cette énergie se présente sous forme d’information : l’entropie est une effectuation, et la néguentropie une potentialisation. Or, comme nous l’avons démontré (4.1.) et contre la doxa en la matière, information et sens ne sont pas antinomiques. Comme d’autre part nous avons appelé sens la mise en système des différences, on peut homologuer les descriptions physique et sémiotique et aboutir à l’affirmation suivante : le sens est du travail potentialisé. L’anasémiose, ou genèse du sens, est une potentialisation du travail. Quant à la catasémiose, elle est une effectuation de ce travail, selon le schéma qui suit (fig. 5).

Fig. 5. Schéma : Potentialisation et effectuation.

Fig. 5. Schéma : Potentialisation et effectuation.

113La capacité de potentialiser le travail par la sémiose semble apparue avec la vie, et on peut même dire qu’elle en est définitoire. Vivre c’est être capable de potentialiser l’action. Par exemple de faire des réserves énergétiques. Et surtout de faire des réserves de sens, stocker le travail sous forme de sens, grâce à la mémoire. Le sens devient alors un travail en puissance, et la mémoire l’organe qui permet de mettre du travail en réserve.

114La distinction entre potentialisation et effectuation se décline évidemment de manière spécifique selon les systèmes considérés : l’explosion d’une bombe atomique consomme l’énergie instantanément, l’usage d’une opposition sémantique (par exemple « lutte des classes ») n’annihile pas son potentiel de la même manière… On y constate certes des formes de destruction le long de l’axe de la diachronie (par exemple, une affirmation mille fois répétée perd de sa force démonstrative). Et c’est d’ailleurs bien cette consommation de potentiel que Peirce avait entrevue en définissant l’interprétant final. Mais il est évident que l’usage d’une structure syntaxique ou d’un axe sémantique est impuissant à les détruire.

115L’application du concept de potentialisation ne saurait être réduite aux seules actions physiques différées : le concept subsume en effet de multiples processus que la philosophie et l’esthétique, autant que la psychologie et la sémiotique, ont approché par des termes aussi divers que projection, imagination, croyance, compréhension…

5.3. De la sémiose courte à la sémiose longue

116Il y a donc une hiérarchie dans la complexité des systèmes, et il n’est dès lors pas oiseux de s’interroger sur les seuils qui les séparent.

117L’explication à la mode invoque « l’émergence », à laquelle on va revenir.

118Quoi qu’il en soit il est empiriquement exact que la fonction de renvoi se complexifie au cours de l’évolution, se diversifie et s’allonge de niveau en niveau. Les processus impliqués comportent des sensorialités plus nombreuses, des mémoires de plus grande capacité et des moyens de comparaison plus performants. Conscience, et perception de soi comme sujet, sont au terme (actuel) de cette évolution, comme tente de le suggérer la figure 6. Comme on le voit, on est progressivement passé d’une sémiose courte, où le dipôle — qui traduit les écarts moteurs du monde naturel — produit directement l’action, à une sémiose longue, où les intermédiaires se sont faits plus nombreux et plus élaborés, et où le sujet se constitue peu à peu, prenant progressivement une place déterminante.

Fig. 6. Schéma. Sémiose courte et sémiose longue.

Fig. 6. Schéma. Sémiose courte et sémiose longue.

119Ce schéma fait voir qu’une mutation qualitative apparait avec la vie, qui constitue donc bien une frontière pertinente. En deçà de celle-ci, et bien que la structure dipolaire de base soit déjà présente, les processus sortent leurs effets directement.

120À partir d’elle, la potentialisation devient possible. Et cette potentialisation permet de disjoindre le point de départ d’une anasémiose et le point d’arrivée d’une catasémiose, en les décalant par surcroit l’un par rapport à l’autre dans l’espace aussi bien que dans le temps. Ce débrayage allonge encore la sémiose.

121Dans ce processus d’allongement du cycle, conscience et mémoire vont globalement de pair. Mais pas strictement. C’est en effet surtout la mémoire qui parfois prend l’avance : des êtres aussi simples que l’abeille possèdent une mémoire remarquable, tout comme le saumon, la grenouille et les oiseaux migrateurs ; et un écureuil mémorise un nombre étonnant de cachettes sans disposer pour autant d’un grand pouvoir de symbolisation.

122L’allongement de la sémiose culmine de toute évidence dans l’espèce humaine. Cet allongement peut-il se poursuivre de façon illimitée et demeurer constamment avantageux ? Il permet certes la prise en compte, dans une décision, d’un nombre de facteurs toujours plus grand. Or ces facteurs ont des poids différents, et peuvent avoir des effets favorables ou défavorables. Une décision devient ainsi, certainement, plus nuancée, mais aussi plus difficile à prendre, ce qui est de nature à retarder la catasémiose et donc l’action. (Pensons au jeu d’échecs : à partir des 20 premiers coups permis s’ouvre un nombre immense d’éventualités). On peut conjecturer qu’au-delà d’un certain point, tout allongement peut se révéler contreproductif (mener à l’ergotage, à la spéculation byzantine, à la pusillanimité…) Par ailleurs, l’allongement de la sémiose, et surtout sa socialisation, peut multiplier des risques de mésinterprétation lors de l’anasémiose, ou de mauvaise exécution lors de la catasémiose.

123Un aboutissement spectaculaire de l’allongement, où est exploitée la potentialisation, est l’apparition du signe. Celui-ci, que nous abordons ci-après (§ 6), peut en effet être défini comme un instrument de potentialisation systématique. Il prend sa place à l’extrémité de la phase d’anasémiose lorsque celle-ci est longue, et permet l’exécution de catasémioses très différenciées, parmi lesquelles les catasémioses différées. Mais il témoigne lui aussi des fragilités dues à l’allongement du cycle.

124Nous reviendrons à tout ceci dans un autre travail. Pour l’instant, contentons-nous de souligner que l’allongement de la sémiose et l’apparition de la potentialisation justifient le privilège que Sebeok et Hoffmeyer donnent au niveau de la cellule. Mais ni l’un ni l’autre ne pouvait expliquer autrement qu’en termes mystérieux — la fameuse « émergence » — le saut qualitatif qui se produit en ce lieu. Il faut donc prendre cette question à bras-le-corps.

5.4. Le mystère de « l’émergence »

125Le problème de l’émergence a été posé par la théorie de l’atomisme, mais aussi par des disciplines aussi différentes que l’éthologie, la biosémiotique et les sciences sociales, pour expliquer des comportements de certains systèmes complexes, dont la description des composants minimaux ne peut rendre compte.

126On sait que — depuis au moins la Théorie de la Gestalt, qui l’a formulée avec précision — circule une formule qui énonce le principe en question : « le tout est plus que la somme de ses parties ». Et c’est dans ce « plus » que se situerait l’émergence. Mais la citation apparait trop souvent comme une formule magique, faute d’analyse correcte du « plus » : comment une donnée pourrait-elle surgir d’un système qui ne la comprendrait pas ? Ce coup de baguette nominaliste permet d’obtenir, de façon inanalysée, tous les résultats auxquels il veut donner accès. Il autorise des sauts injustifiés du quantitatif (« somme ») au qualitatif (« plus »). Or le mot « somme » non seulement n’y est pas défini, mais il est trompeur.

127Faisons d’abord observer que la décomposition des unités en sous-unités sur la base de caractères distinctifs — opération courante dans la manœuvre de catégorisation — est une opération réversible : il est possible de recomposer à partir d’elles les unités d’ordre supérieur. (C’est le mécanisme du regroupement, maintenant bien documenté).

  • 15 De ce que la description semble réduire les systèmes à des éléments et des règles d’agencement de c (...)

128Ceci une fois posé, le mystère du « plus » se dissipe aussitôt si nous reformulons le problème en termes interactionnels. Pour nous faire comprendre, prenons l’exemple de l’interaction sémiotique particulière qu’est la syntaxe, et écrivons la phrase équivalente : « Il y a plus de sens dans une phrase que dans la somme des mots qui la composent ». Tout simplement ce surplus est apporté par la syntaxe, même si celle-ci se trouve en partie contrainte par le sens des formants. Or la syntaxe — de quelque type qu’elle soit — est tout sauf une simple somme : c’est dans la nature et dans l’agencement des relations qu’elle institue que réside la pseudo-magie du saut qualitatif dénoncé plus haut15.

129Revenant alors à la décomposition atomistique, principe dont on voit immédiatement les limites, nous comprenons que les processus mêmes qui nous permettent la ségrégation fournissent à la fois des unités et les relations qui les associent, c’est-à-dire leur syntaxe. Pour en faire la « somme » et reconstituer le tout, il ne suffit donc pas de mélanger les parties n’importe comment. Nous comprenons aussi que vers l’aval, niveau après niveau, la décomposition ne fait que manifester, ou révéler, l’une après l’autre, les propriétés des entités complexes. Ce faisant elle en attache la pertinence à un niveau déterminé : c’est au niveau Ni qu’intervient la propriété différentielle pi, qui n’est plus pertinente au niveau Ni+1 ni en Ni-1. Il ne faut donc jamais oublier qu’une entité saisie à un niveau donné s’accompagne de toutes les propriétés accumulées depuis l’amont, et dont elle se trouve ainsi dépouillée. Le regroupement d’aval en amont donne alors tout naturellement l’impression de les faire « émerger ».

6. Du sens élémentaire aux sémiotiques

130Toutes les réflexions qui précèdent concernent la perception. Mais elles valent aussi pour les instruments qui servent à exprimer ce savoir perceptif, à savoir les sémiotiques.

131En dépit du dogme peircien, et comme on vient de le voir, le signe n’est pas indispensable à la définition du sens. Mais il constitue un instrument qui permet de stabiliser les catégorisations et les encyclopédies, et leur donne un caractère social. On ne peut dès lors concevoir une théorie sémiotique qui n’en rendrait pas compte. Si la théorie totalisante proposée est valide, on devra s’attendre à retrouver la structure de base du savoir élémentaire — qualités, entités, interactions — dans toutes les sémiotiques, comme le langage verbal bien sûr, mais aussi celui des images visuelles, des symboles chimiques, etc.

132Certes, les sémiotiques ne peuvent être ramenées aux connaissances perceptives. Pour qu’il y ait sémiotique, il faut quelque chose de plus que l’acte de distinction : il faut que l’on ait mis en relation un plan du contenu et un plan de l’expression afin de constituer un signe. Mais ce que nous avons établi jusqu’à présent suggère déjà que l’on pourra comparer unité (sémiotique) et entité (perceptive), valeur (sémiotique) et qualité (perceptive). Tout se passe en effet comme si les systèmes de signes ne pouvaient fonctionner qu’en élaborant conjointement un répertoire d’entités et un ensemble de règles régissant leurs interactions. Les langages reproduisent cette structure de base, avec leurs unités et leurs règles syntaxiques, mais aussi tous les savoirs : le physicien recherche les particules élémentaires et décrit leurs interactions ; la mécanique décrit les « mouvements » (interaction) des « corps » (entités), l’écologie « l’équilibre » des « espèces », etc.

133Mais cette congruence entre les connaissances élémentaires et les structures des systèmes sémiotiques ne peut expliquer un autre problème : l’origine des signes comme des substituts.

134Notre hypothèse est que cette origine des signes réside dans le fait que les êtres évolués disposent d’un mécanisme d’inférence — à savoir le traitement parallèle distribué, évoqué au § 1 — qui permet de mobiliser, à partir des qualités perçues d’un objet, d’autres qualités circonstanciellement inaccessibles : comme l’a vu, il est possible d’intégrer un objet dans la catégorie « tomate », même s’il est vert. Dans ce dernier cas, la qualité présumée a un statut sensoriel. Mais l’inférence est possible avec d’autres qualités, y compris les qualités non-sensorielles : à partir d’une couleur, je peux déduire la nature comestible ou non comestible de l’objet, mais aussi son caractère agréable ou ludique. Nous obtenons donc un modèle général de couplage : une qualité perçue et une qualité déduite. Ce couplage est l’embryon de la fonction-signe, avec son binôme plan de l’expression / plan du contenu. Notons bien ici que les termes de déduction et d’inférence ne doivent pas être pris dans le sens strict de procédures logiques conscientes, mais comme renvoyant à un mécanisme interprétatif. Les signes peuvent en effet être interprétés, sans nécessairement être compris, au sens conscient du terme : la parade amoureuse des oiseaux — car il n’y a aucune raison de réserver l’usage de signes aux grands primates — est indubitablement un signe, mais le rapport qui s’y établit entre les deux plans n’est pas explicité par les acteurs.

135Il y a évidemment différentes modalités de couplage. Dans notre exemple, l’inférence va d’une qualité X d’un objet à une autre qualité Y du même objet A. Mais la mémoire, qui permet de stocker des objets dans des catégories, permet de faire des inférences depuis la qualité X d’un objet A à la même qualité X quand elle est présente dans un autre objet B. C’est la source de la similitude, qui caractérise l’icône. Et s’il est possible de produire des inférences à partir de différentes qualités (X et Y) d’un même objet A, et à partir de qualités identiques (X) dans des objets distincts (A et B), il est automatiquement possible de faire des inférences entre les différentes qualités (X et Y) dans les objets distincts (A et B), ce qui nous mène au symbole. Ceci est illustré dans le tableau qui suit (fig. 7), et qui sera commenté plus longuement dans d’autres travaux :

Fig. 7. Typologie des binômes expression-contenu.

Fig. 7. Typologie des binômes expression-contenu.
  • 16 Mais excluant les index, que la théorie peircienne ne distingue pas des indices, à la faveur de leu (...)

136La première case ne concerne pas le signe, puisqu’on y trouve la sémiose courte qu’est le sens du contact perceptif avec le monde, donc antérieure à l’apparition de la fonction de renvoi entre les éléments de deux plans qui définit ce signe16. La deuxième case est celle de l’indice (pris dans son sens le plus large), qui établit des relations entre des aspects distincts du même objet, et la troisième est celle de l’icône, qui établit des relations entre des objets distincts considérés sous le même aspect.

137Au fur et à mesure qu’on passe de la case supérieure gauche à l’inférieure droite du tableau, la sémiose longue — qui est l’effet de tout signe, parce qu’il assume une fonction de renvoi — s’allonge encore, en raison de la distance qui s’établit entre les unités mises en relation et de l’accroissement du rôle de la mémoire. Cette disjonction dans le binôme croît à mesure que l’on passe de l’uniqualitativité à l’interqualitativité, et de l’intraobjectalité à l’interobjectalité. Telle est l’explication de la doxa sémiotique, qui veut que le symbole soit un signe plus élaboré que les autres, et que, de tous, ce soit l’indice qui apparaisse comme le plus fruste.

Haut de page

Bibliographie

Cherry, Colin (1957), On Human communication, New York, Science Editions, John Wiley (2e éd., 1961).

Édeline, Francis (1991), « Sur la connaissance visuelle. Figuralité et cognition », Théorie, littérature, enseignement, 9, pp. 97–112.

Édeline, Francis (2008a), « La sémiotique de la ligne », Studies in Communication Sciences, 8/1, pp. 189–213.

Édeline, Francis (2008b), « Des expériences visuelles aux énoncés linguistiques : contribution de la théorie des graphes », Nouveaux Actes Sémiotiques. Disponible sur : < http://epublications.unilim.fr/revues/as/1696 >.

Emmeche, Claus(1999),« The Biosemiotics’ of Emergent Properties in a Pluralist Ontology », in Taborsky (éd.), Semiosis, Evolution, Energy. Towards a Reconceptualization of the Sign, Aachen, Shaker, pp. 89–108.

Gérardin, Lucien (1968), La Bionique, Paris, Hachette.

Gogel, Walter (1978), « Le principe de proximité dans la perception visuelle », Pour la science, 9, pp. 49–57.

Granger, Gilles-Gaston (1968), Essai d’une philosophie du style, Paris, Armand Colin.

Greimas, Algirdas Julien (1966), Sémantique structurale, Paris, Larousse.

Groupe µ (1970), Rhétorique générale, Paris, Larousse.

Groupe µ (1977), Rhétorique de la poésie. Lecture linéaire, lecture tabulaire, Bruxelles/Paris, Complexe/PUF.

Groupe µ (1992), Traité du signe visuel. Pour une rhétorique de l’image, Paris, Le Seuil.

Guiraud, Pierre (1959), La Sémantique, Paris, PUF.

Guiraud, Pierre (1963), « Structure aléatoire de la double articulation », Bulletin de la société linguistique de Paris, 58/1, pp. 135–153.

Hoffmeyer, Jesper et Emmeche, Claus (1991), « From Language to Nature. The Semiotic Metaphor in Biology », Semiotica, 84, pp. 1–42.

Hoffmeyer, Jesper (2009), « Jesper Hoffmeyer », in Bundgaard & Stjernfelt (dirs), Sign and Meaning. 5 Questions, s.l., Automatic Press, pp. 61–70.

Kanizsa, Gaetano (1980), Grammatica del vedere. Saggi su percezione e gestalt, Bologna, Mulino ; tr. fr. La Grammaire du voir, Paris, Diderot, 1997.

Klinkenberg, Jean-Marie (1996), Précis de sémiotique générale, Bruxelles, De Boeck ; (2e éd., 2000), Paris, Seuil.

Latour, Bruno (2006), « Entretien », Tracés. Revue de Sciences humaines, 10, pp. 113–129.

Masland, Richard (1990), « L’Architecture fonctionnelle de la rétine », in Galifret (éd.) Les Mécanismes de la vision, Paris, Belin, pp. 69–84.

Montfort-Windels, Fabienne (2008), « La Nature, une formidable source d’inspiration », Journal des Ingénieurs, 110, pp. 20–24 et 111, pp. 12–15.

Petitot, Jean (1997), « Vers une physique de l’esprit : les sciences humaines comme sciences de la nature », Visio, 2, 2 : 27–41.

Stent, Günther S. (1972), « Cellular Communication », Scientific American, 227/3, pp. 42– 51.

Haut de page

Notes

2 Il revient à Jacob Johann von Uexküll (1934) d’avoir proposé, en dépit de son dualisme fondamental, un concept qui se prête à une définition constructiviste et interactionniste : le célèbre concept d’Umwelt selon lequel chaque espèce vivante a une niche écologique, qui est son univers signifiant propre (le ver de terre donne du sens à son environnement, sens qui n’est pas celui que nous donnons au nôtre). Mais si elle subit les déterminations de cet espace, en retour, elle détermine ses contours et agit aussi sur lui, de sorte que l’Umwelt porte la trace de son action. Cette double influence est bien constitutive d’une culture.

3 Le seuil n’est pas une limite nette (ce que la métaphore architecturale suggère), mais une région frontière, associant des ensembles flous. De ce fait, les relations entretenues par les éléments dans ces plages ne sont pas transitives : si on égalise A et B (A = B) et si on égalise d’autre part B et C (B = C), il ne s’ensuit nullement que l’on doive égaliser A et C (A ≠ C).

4 La qualité translocale, se définissant de manière positive, peut donc aussi recevoir une définition négative : la qualité A est aussi la qualité non-B. Comme on le pressent, la prise en compte de la qualité permet de sortir du tourniquet « définition positive du sens » vs « définition négative ».

5 Par ailleurs, la catégorie conjonction/disjonction est en relation directe avec le principe de proximité de Gogel, qui définit une fonction décroissante entre la probabilité de liaison entre deux stimuli et leur distance angulaire par rapport à l’œil. Notons enfin que le continu est du discontinu qui s’ignore, ou que l’on veut ignorer : à un certain niveau d’observation, tout continuum finit par livrer une granularité. À l’inverse, toute discontinuité est continuisable à un certain niveau d’observation (cf. 4.2.2.).

6 Le gradient G est le taux de variation de la grandeur P selon l’axe OX. Théoriquement il doit se mesurer à partir de variations infiniment petites dP et dx, mais pratiquement il ne peut être saisi qu’à partir de deux senseurs séparés par une distance finie, présentant des variations ΔP et Δx. On utilisera donc l’approximation G = ΔP / Δx ≈ dP / dx. On voit ainsi apparaitre deux conséquences opposées : si les senseurs sont très écartés (Δx élevé), la variation de P sera forte et facile à percevoir, mais son interprétation directionnelle peu précise, et inversement.

7 Toutes ces considérations attirent également l’attention sur les avantages que procure la symétrie pour les êtres vivants et sur la rentabilité du binarisme dans les systèmes sémiotiques.

8 C’est sans doute ici le lieu d’évoquer cette autre dualité, entre l’espace et le temps, bien mise en évidence dans notre binôme lecture linéaire / lecture tabulaire (Groupe µ, 1977).

9 Celle-ci est évidemment immobile, mais tout se passe comme si le regard se déplaçait tout au long.

10 Elle énonce que le produit du rang d’un mot et de sa fréquence est une constante. Cette loi concerne la redondance en ceci que la fréquence d’un segment d’énoncé est proportionnelle au nombre de phonèmes qui entrent dans sa composition. Or la redondance phonématique des énoncés est toujours de ± 50 % : autrement dit, les mots comportent deux fois plus de phonèmes qu’il n’est strictement nécessaire pour les différencier.

11 La raison de cette universalité est sans nul doute à chercher du côté du caractère nécessairement discret de l’appréhension de l’expérience. Cf. § 4.2.2.

12 Ce qu’a confirmé le test que nous avons autrefois réalisé (Groupe µ, 1970, p. 41).

13 Sur les concepts de cout et d’économie respectivement paradigmatique et syntagmatique, voir Klinkenberg (1996).

14 On retrouve ici le « principe de proximité » approfondi par Gogel (1978) et déjà commenté dans notre Traité, ainsi que son intéressante suggestion de « styles de perception » plus ou moins fortement associatifs (et qui permettent aux seuils de varier d’individu à individu).

15 De ce que la description semble réduire les systèmes à des éléments et des règles d’agencement de ces éléments, on ne peut inférer qu’il serait impossible de sortir de ces régularités. Nous l’avons rappelé plus haut, en évoquant le couple assimilation-accommodation, et nous avons consacré plusieurs ouvrages au problème de l’écart (qui n’est pas envisageable en dehors d’une dipolarité). Une sémiotique cognitive peut aisément rendre compte des processus de dégrammaticalisation et de recatégorisation.

16 Mais excluant les index, que la théorie peircienne ne distingue pas des indices, à la faveur de leur homonymie en anglais, et au nom de leur commune possession du trait de contigüité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. De la perception à l’effectuation.
Légende O : origine du flux ; X : direction ; P : propriété concernée ; S : senseur concerné ; M : muscle concerné ; d : différence infiniment petite ; Δ : différence finie.6
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3. La déviation comme support de sens.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 4. Regroupement : destruction d’information mais gain de sens.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5. Schéma : Potentialisation et effectuation.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 6. Schéma. Sémiose courte et sémiose longue.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 7. Typologie des binômes expression-contenu.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg, « Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? Abrégé de sémiogénétique », Signata, 2 | 2011, 281-313.

Référence électronique

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg, « Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? Abrégé de sémiogénétique », Signata [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/729 ; DOI : 10.4000/signata.729

Haut de page

Auteurs

Le Groupe µ

Le Groupe µ (Centre d’Études poétiques, Université de Liège, Belgique) poursuit depuis plus de quarante ans des travaux interdisciplinaires en rhétorique, en théorie de la communication linguistique ou visuelle et en sémiotique. Après avoir renouvelé profondément la rhétorique (notamment avec Rhétorique générale, 1970, traduit dans une quinzaine de langues, et Rhétorique de la poésie, 1977) et la sémiotique visuelle (notamment avec son Traité du signe visuel, 1992), le collectif s’est aujourd’hui attelé à redéfinir la théorie du sens dans une optique cognitiviste et matérialiste. Outre les membres titulaires actuels, signataires de l’article Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg, le Groupe a compté Jacques Dubois, Francis Pire, Hadelin Trinon et Philippe Minguet. À côté de leurs travaux individuels en biochimie, en sociologie de la culture, en esthétique et en sémiotique, les auteurs ont publié collectivement Collages (1978), Rhétorique, sémiotique (1979), Figuras, conocimiento, cultura. Ensayos retóricos (2003), et une nonantaine d’articles dans des revues comme Communications, Poétique, Versus, Visio, Degrés, Cahiers internationaux de symbolisme, Communication et langage, Era, Revue d’esthétique, Le Français moderne, Texte, Technê, Protée, RS/SI, Nouveaux actes sémiotiques, Les Documents de travail d’Urbino, ainsi que dans des volumes collectifs.

Articles du même auteur

Francis Édeline

Articles du même auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals