Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Dossier4. Travaux en sémiotique perceptiveMétalangage et épi-sémiotique : L...

Dossier
4. Travaux en sémiotique perceptive

Métalangage et épi-sémiotique : L’exemple du lexique de la dégustation

Jean-François Bordron et Audrey Moutat
p. 273-294

Résumés

Cet article propose une réflexion sur le métalangage articulée en deux temps : il s’agira d’abord d’étudier le rapport qu’il entretient avec le langage-objet et d’interroger la limite inférieure de leur prétendue hiérarchie. La notion de transfert, induite par le préfixe méta‑, devient ainsi centrale et soulève la question du déplacement de sens qui s’opère d’un langage-objet à un métalangage. Cela conduit les auteurs à considérer, dans une seconde partie, l’émergence d’un métalangage en prenant appui sur la pratique institutionnalisée de la dégustation des vins. Ce retour sur un tel fondement terminologique oriente alors la problématique du métalangage non seulement vers les faits de langage mais aussi, et plus spécifiquement, vers une relation métasémiotique grâce à laquelle la conception hiérarchique du métalangage sera révisée au profit d’un processus cyclique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Greimas & Courtès (1979, p. 225).

1Dans leur Dictionnaire raisonné de la théorie du langage1, Greimas et Courtès distinguent trois niveaux métalinguistiques : descriptif, méthodologique, épistémologique. Le dernier de ces niveaux a pour charge de contrôler l’élaboration des procédures et la construction des modèles. La notion de métalangage ainsi comprise présente un ensemble de propriétés caractéristiques :

  1. Être un métalangage définit une position relative. Le même langage peut être métalangage et langage objet.

  2. Le déploiement des métalangages, les uns à la suite des autres, se dispose selon une hiérarchie.

  3. Cette hiérarchie est présentée comme ascendante.

  4. Il paraît ainsi plus courant de définir les hiérarchies de métalangages comme tendant vers un langage théorique ultime, ici la modélisation, que de rechercher ce que veut dire pour un langage devenir langage-objet selon une hiérarchie descendante.

  5. Le métalangage semble ainsi avoir une tendance théorisante, même si celle-ci n’est pas nécessairement incluse dans sa définition. Ce statut théorique distinguerait le métalangage de la glose, de la paraphrase, du commentaire ou de tout autre rapport au langage qui ne serait pas conceptualisé et systématisé.

    • 2 Authier-Revuz (1995).

    Le rapport du métalangage au langage-objet semble impliquer une distinction fonctionnelle assez nette entre les deux. Il s’agit de bien distinguer ce que l’on dit et ce dont on parle. Le problème se complique cependant si ce dont on parle est ce que l’on dit comme cela est le cas dans ce que J. Authier2 a nommé les gloses méta-énonciatives. Il semble cependant qu’il doive toujours y avoir un écart entre deux niveaux de langage pour que la notion de métalangage garde son sens.

2Ces propriétés des métalangages sont très généralement admises. Elles posent cependant de multiples questions. Deux d’entre elles nous semblent particulièrement importantes et feront l’objet des réflexions qui suivent.

  1. La première question porte sur le rapport d’un métalangage au langage-objet. De quelle nature est exactement ce rapport, compte tenu du fait que le même métalangage peut avoir plusieurs langages-objets et le même langage-objet plusieurs métalangages ?

  2. La hiérarchie dans laquelle prend place le rapport langage / métalangage ne possède pas, en principe sinon en fait, de limite supérieure. Mais possède-t-elle une limite inférieure ? En d’autres termes, peut-on toujours demander : de quoi ce langage objet est-il le métalangage ? Cette question est encore plus pressante lorsque nous nous situons dans le contexte d’une relation métasémiotique.

1. Les relations entre langage et métalangage

3Le préfixe méta est à l’évidence chargé de significations multiples qui rendent son usage assez imprécis. Le dictionnaire Robert étymologique en propose la liste suivante :

En français méta assume plusieurs sens dans la formation des noms savants (en biologie, médecine, physique, chimie, philosophie et sciences humaines) : il exprime la postérité temporelle, une succession, ce qui est à la fin (par opposition au mots préfixés en pro-, proto-, méso-), un stade quelconque dans une suite, une transcendance (en philosophie), un statut logique englobant un changement, le résultat d’un processus, une proximité, une ressemblance (surtout en chimie et minéralogie).

4Méta semble donc désigner un déplacement, un transfert, qui va dans le sens d’un certain éloignement temporel ou hiérarchique (transcendance) ou au contraire dans le sens d’un rapprochement relatif (proximité, ressemblance). On peut donc dire plus généralement qu’il s’agit d’une relation de transfert sans que pour autant ce transfert brise l’unité de la relation. Il peut la distendre ou la rapprocher mais non la rompre. Le préfixe méta nous invite donc à jouer avec une certaine élasticité du sens, liant à plus ou moins grande distance des contenus nécessairement différents. C’est ainsi que dans la métaphore, selon Aristote, l’opération de transfert se fait de plusieurs façons :

  • 3 Aristote (1457 b, tr. fr. J. Hardy, 1975, p. 61).

La métaphore est le transport à une chose d’un nom qui en désigne une autre, transport ou du genre à l’espèce, ou de l’espèce au genre, ou de l’espèce à l’espèce, ou d’après le rapport d’analogie3.

5La métaphore a une visée poétique comme l’indique le texte d’Aristote où se situe cette première citation. Nous avons vu que le métalangage possède plutôt une visée cognitive. Mais la différence de visée implique-t-elle une différence profonde dans la procédure ? Beaucoup d’auteurs ont assimilé la théorie à la métaphore. L’exemple le plus célèbre est celui fourni par ce passage de Nietzsche :

  • 4 Nietzsche (1969, p. 123).

Qu’est-ce donc que la vérité ? Une multitude mouvante de métaphores, de métonymies, d’anthropomorphismes, bref, une somme de relations humaines qui ont été poétiquement et rhétoriquement haussées, transposées, ornées, et qui, après un long usage, semblent à un peuple fermes, canoniales et contraignantes : les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont, des métaphores qui ont été usées et qui ont perdu leur force sensible, des pièces de monnaie qui ont perdu leur empreinte et qui entrent dès lors en considération, non plus comme pièces de monnaie mais comme métal4.

  • 5 Derrida (1972).

6Le métalangage serait alors une métaphore usée, une sorte de catachrèse, où s’exprimerait, selon l’expression de J. Derrida, une « mythologie blanche »5. Accordons plutôt qu’il y a en effet dans le métalangage le résultat d’une institutionnalisation de certaines notions qui en viennent à prendre peu à peu le statut de formes symboliques transférables d’un domaine de discours à un autre. Mais pour justifier cette affirmation, il nous faut d’abord revenir à notre question directrice : quelle est la forme du transfert, du déplacement, qui se fait d’un langage objet à un métalangage ?

7La métaphore, prise au sens d’Aristote, nous a conduits vers une autre notion centrale, celle d’analogie. Notons que l’analogie n’explique pas toutes les métaphores dans le contexte aristotélicien puisqu’il existe aussi des métaphores par passage du genre à l’espèce, de l’espèce au genre et de l’espèce à l’espèce. Mais, comme nous le verrons, ces derniers déplacements peuvent être considérés également comme des analogies dans un sens plus large du terme proposé par Kant.

8Nous cherchons donc en quel sens un métalangage entretient avec son langage objet un rapport d’analogie.

9Aristote, dans la Poétique, définit ainsi l’analogie :

  • 6 Ibid.

J’entends par rapport d’analogie tous les cas où le second terme est au premier comme le quatrième au troisième, car le poète emploiera le quatrième au lieu du second et le second au lieu du quatrième ; et quelquefois aussi on ajoute le terme auquel se rapporte le mot remplacé par la métaphore. Pour m’expliquer par des exemples, il y a le même rapport entre la coupe et Dionysos qu’entre le bouclier et Arès ; le poète dira donc de la coupe qu’elle est le bouclier de Dionysos et du bouclier qu’il est la coupe d’Arès. De même : il y a le même rapport entre la vieillesse et la vie qu’entre le soir et le jour : le poète dira donc du soir, avec Empédocle, que c’est la vieillesse du jour, de la vieillesse que c’est le soir de la vie ou le couchant de la vie. Dans un certain nombre de cas d’analogie, il n’y a pas de nom existant mais on n’en exprimera pas moins pareillement le rapport ; par exemple l’action de lancer la graine s’appelle semer, mais pour désigner l’action du soleil qui lance sa lumière, il n’y a pas de mot ; cependant le rapport de cette action à la lumière du soleil est le même que le rapport de semer à la graine ; c’est pourquoi on a dit semant une lumière divine6.

10L’analogie est donc donnée comme une égalité, ou du moins une ressemblance entre deux rapports. Il s’agit donc de transférer une relation d’un domaine vers un autre (du semeur vers le soleil). La question est de savoir comment, selon quelle règle, ce transfert est possible.

11Dans la biologie, l’analogie joue aussi un rôle fondamental :

  • 7 Aristote (645b).

On a dit précédemment que beaucoup de caractères communs sont présentés par un grand nombre d’animaux, tantôt absolument comme les pieds, les ailes, les écailles et autres caractères de ce genre, tantôt suivant l’analogie. J’entends par analogie le fait que certains possèdent un poumon, les autres non, mais que ceux-ci à la place du poumon que possèdent les premiers présentent un autre organe ; les uns ont du sang, les autres quelque chose d’analogue, c’est-à-dire qui joue le rôle que joue le sang chez les animaux sanguins7.

12L’analogie possède ici la même forme que l’analogie poétique mais le transfert d’un domaine à un autre, d’un genre d’animal à un autre, se fonde sur une identité de fonction. On peut sans doute mettre la relation entre l’aile de l’oiseau et la nageoire du poisson sous forme de métaphore. Mais là n’est pas l’enjeu. Ici l’analogie opère un transfert qui est bel et bien assumé par un métalangage, celui de la biologie telle que la voit Aristote. Il ne s’agit de rien d’autre que d’établir une connaissance sur la base d’une analogie entre des fonctions diverses. Les sémioticiens ne procèdent pas autrement lorsqu’ils comparent le fonctionnement de deux récits thématiquement différents mais structurellement identiques du point de vue de la grammaire actantielle. On peut même dire que cette opération analogisante est essentielle puisque c’est elle qui a permis d’élaborer une grammaire narrative très largement indépendante des genres discursifs. Les logiciens de même établissent des formes d’inférence indépendantes des contenus. Notons les éléments essentiels à cette opération :

  • Il faut tout d’abord une diversité : des animaux différents, des textes génériquement distincts, des énoncés sans rapport entre eux mais logiquement identiques, etc.

  • Il faut, dans un langage, poser un principe d’identité : dans la biologie d’Aristote l’identité fonctionnelle.

  • Cette dernière opération suppose une sélection, un filtre qui sert à déterminer ce que l’on va étudier dans l’objet. Ce filtre ne va pas sans violence. Ce qu’il montre cache ce qu’il laisse.

  • Il faut établir des rapports transférables.

  • Il est également nécessaire que ces rapports puissent servir de règles pour en concevoir d’autres, sinon il ne s’agirait que d’un transfert local, c’est-à-dire d’une métaphore. Ce qui finalement assure à l’analogie, par exemple entre une aile et une nageoire, un statut de connaissance, et la différencie d’une figure de rhétorique, c’est son caractère au moins partiellement généralisable à d’autres organes.

  • 8 Il va sans dire que la métaphore comporte également un certain pouvoir de découverte. Elle montre c (...)

13Ces cinq critères sont nécessaires au fonctionnement de l’analogie mais également à celui du métalangage. Cela ne suffit sans doute pas à les identifier mais laisse penser que le métalangage pourrait se révéler être une forme particulière de l’analogie, au même titre que la métaphore dont il se distingue pourtant par son pouvoir de généralisation8.

  • 9 On attribue l’origine de cette expression à Cajetan. Voir : Br. Pinchard (1987) et E. Jennifer Ashw (...)

14Si nous faisons l’hypothèse selon laquelle le métalangage est une espèce particulière d’analogie, il nous faut étendre notre conception de l’analogie au-delà de l’analogie de proportionnalité9 dont relèvent nos exemples.

15Dans ses analogies de l’expérience, Kant propose de l’analogie la définition suivante :

  • 10 Kant (1967).

Le principe général en est que tous les phénomènes sont, quant à leur existence, soumis a priori à des règles qui déterminent leur rapport entre eux dans un temps10.

16Par là se trouve élargi considérablement le champ de l’analogie puisque Kant étend cette notion jusqu’à lui faire signifier le principe d’une communauté de toutes les substances. La troisième analogie s’exprime ainsi :

  • 11 Ibid. (seconde édition).

Toutes les substances, en tant qu’elles peuvent être perçues comme simultanées dans l’espace, sont dans une action réciproque universelle11.

17Dans la seconde édition de la Critique de la raison pure on trouve, à propos des analogies le commentaire suivant :

Le principe en est que l’expérience n’est possible que par la représentation d’une liaison nécessaire des perceptions.

18L’analogie fournit ainsi la possibilité de construire des liaisons entre les impressions sensibles qui offriraient sans cela une pure diversité. Ces liaisons sont naturellement diverses si on les considère du point de vue de leur simple possibilité. L’une des caractéristiques des métalangages et, plus généralement, des métasémiotiques, est précisément de faire l’hypothèse de l’existence de certaines formes de liaison entre les phénomènes. Le métalangage a également comme caractéristique d’instituer ces liens et de leur donner par là le mode d’existence d’un statut, d’une institution, et ainsi de se transformer peu à peu en une forme symbolique. Créer un métalangage, c’est créer une institution semblable en ce point à un système juridique et contribuer par-là à la communauté du sens.

19Quelles sont les formes de liaisons que l’on peut faire dépendre d’un rapport d’analogie propre à un métalangage ?

  • 12 Eco (1999).

20Le premier lien est sans doute ce que l’on pourrait appeler une analogie ensembliste ou logique. Elle consiste à réunir sous un même prédicat des êtres pourtant divers. Il faut que les individus qui constituent l’extension d’un concept possèdent entre eux une certaine affinité. Il n’existe pas deux choses identiques, deux arbres par exemple, mais ils sont classés sous le même prédicat. Cette liaison, comme on le sait, n’est jamais tout à fait satisfaisante. Il existe des êtres difficilement classables12, il existe aussi des mots générateurs d’ambiguïté (les homonymes par exemple). Mais, sans cette forme d’analogie, aucune prédication ne serait possible et par là aucun langage de description. D’elle dépend également la classification par espèce et genre, centrale dans les métalangages des sciences naturelles mais également dans l’organisation du monde sensible.

  • 13 Cette analogie thématique correspond à ce que les scolastiques nommaient analogie de prédication.

21Nous avons relevé plus haut l’analogie de proportionnalité qui établit une identité entre des rapports. Mais il existe aussi une forme d’analogie que l’on peut dire thématique, qui réunit sous une même signification des termes divers. Ainsi, selon un exemple remontant à Aristote, le malade, le médecin et le médicament sont liés par le thème13 de la santé. Dans le langage de la sémiotique, cette forme d’analogie peut s’étendre jusqu’à la notion d’isotopie.

22La structure, comprise comme un système de dépendances possède également une fonction analogisante puisqu’elle réunit dans une figure commune des éléments qui seraient sinon dispersés. Ainsi en va-t-il des structures de parenté. De même, la structure interne d’un lexème offre une liaison entre des traits sémantiques.

  • 14 Nous renvoyons à J.-Fr. Bordron (1991)

23Notons enfin, sans prétendre à un inventaire général des formes de liaison, la liaison des parties dans une totalité ou, plus exactement, par rapport à l’unité d’une totalité. Appelons-la analogie méréologique. Comme les précédentes, qu’elles portent sur des individus ou sur des traits sémantiques, cette analogie organisant des totalités peut prendre des formes multiples que nous n’envisagerons pas ici14.

24De ce parcours très schématique dans le vaste domaine de l’analogie, il nous semble pouvoir retenir quelques traits concernant les divers métalangages et métasémiotiques.

25Le premier trait est que l’analogie, sous ses diverses formes, étant une mise en relation d’entités diverses selon certains types de règles, appartient à l’ordre symbolique, celui-ci étant défini précisément par l’existence de règles.

26Les divers métalangages que nous pouvons connaître, grammatical, logique, géométrique, prétendant précisément établir les règles de fonctionnement de leur langage-objet, selon des points de vue toujours particuliers, on peut dire qu’ils constituent des formes diverses de l’analogie.

  • 15 Sur le caractère social des formes symboliques dans une conception inspirée de Cassirer, voir Jean (...)

27Dans cette mesure, les métalangages appartiennent au vaste domaine de ce que Cassirer a appelé les formes symboliques. Nous avons de ce fait une excellente raison pour voir dans les métalangages non seulement un problème technique mais aussi un problème social ou culturel15 tant du point de vue de leur choix que de celui de leur efficience.

  • 16 Culioli (1990, 1999).
  • 17 Ibid. (T1, p. 141).
  • 18 Ibid. (T2, p. 19).

28Si le métalangage sert pour une part à chercher les règles de fonctionnement d’un langage-objet, il n’est pas certain pour autant que ces règles soient directement accessibles. A. Culioli a proposé une notion concurrente à celle du travail métalinguistique à laquelle il a donné le nom d’épilinguistique16. Le problème est, entre autres, celui posé par les enfants qui apprennent leur langue maternelle. Ils font incontestablement des hypothèses sur les règles de la langue qu’ils apprennent, mais ces règles ne peuvent pas être considérées comme métalinguistiques dans la mesure où elles sont pour l’essentiel posées inconsciemment. Il en va sans doute ainsi pour tout locuteur dont on ne peut dire que l’intuition linguistique corresponde véritablement à la formation d’un métalangage. Pour cette raison, Culioli parle d’intuition épilinguistique17. Plus généralement il définit l’épilinguistique comme « une activité métalinguistique non consciente »18.

29Dans ces conditions, quels sont les rapports entre un énoncé compris du point de vue métalinguistique et du point de vue épilinguistique ? Plus exactement, puisque les métalangages se disposent en hiérarchie, quel rapport y a-t-il entre un énoncé et un énoncé épilinguistique dont il pourrait être le métalangage ? On voit que l’interrogation portée au début de cet article sur la limite inférieure d’une hiérarchie de métalangages concerne finalement la limite entre ce qui est conscient et ce qui ne l’est pas, ou pas encore.

2. De l’épilinguistique au métalangage et retour. Définition des objectifs – Présentation du corpus

30Nous essaierons dans un premier temps de mettre au jour le processus de genèse d’un métalangage et, notamment, de déterminer les règles de transformation et les opérations de sélection qui concourent à la rection du sens. Pour cela, nous orienterons nos observations vers une pratique institutionnalisée qui est parvenue à ériger le goût en véritable concept : la dégustation des vins. Le lexique qui résulte de la ritualisation de cette pratique codifiée exemplifie précisément la mise en forme du sens, ancrée dans la perception, et montre les conditions de sa propre médiation culturelle.

31La pratique de la dégustation vise en effet à identifier et à évaluer les qualités sensorielles du vin, leur évolution et leur persistance à travers un programme d’actions comprenant différentes phases. Une distribution en trois temps (Robe, Nez, Bouche), eux-mêmes subdivisés en leurs phases respectives (Attaque, Évolution, Finale pour la Bouche), a ouvert la voie à une véritable conceptualisation des propriétés organoleptiques du vin. Il en résulte une morphologie d’ensemble nécessairement déployée selon ce syntagme canonique.

32Entendu comme un objet sensible doté de propriétés structurelles complexes, le vin s’est peu à peu conceptualisé et a ainsi acquis un contenu cognitif qu’il a fallu transmettre au moyen d’une terminologie spécifique. Nous proposons donc d’effectuer un retour sur le fondement de cette terminologie. Nous nous concentrerons plus particulièrement sur la Bouche, dernier temps de la dégustation, qui a l’avantage d’être un stade avancé, et en cela le plus complet, de la morphologie d’ensemble.

33Mais auparavant, une seconde considération, liée à la nature-même de la dégustation, s’impose immédiatement. Le vocabulaire et, dans une plus large mesure, le commentaire issus de cette pratique, caractérisent un rapport perceptif dont on a auparavant déterminé le statut sémiotique. Dès lors, la terminologie propre à la pratique œnologique s’inscrit dans un complexe polysémiotique : le premier niveau sémiotique, la sémiose perceptive, se situe à un niveau infralangagier, où la structure diagrammatique de l’objet phénoménal (icône), fondée sur un réseau catégoriel, conditionne les variations intentionnelles du sujet percevant. Le second niveau correspond au moment où les catégories ainsi identifiées dans la structure diagrammatique sont ensuite réinvesties dans des structures langagières et discursives. Dès lors, la perception étant elle-même entendue comme une sémiotique, le langage convoqué dans sa description ne renvoie plus à la mondanité de la chose mais à un complexe signifiant, lui-même articulé en une sémiose. Cette particularité oriente la problématique du métalangage non seulement vers les faits de langage mais plus spécifiquement vers une relation métasémiotique. On voit par-là que le domaine de la perception s’offre d’abord comme une épisémiotique, largement inconsciente, tendant pour autant, par ritualisation et échange, à devenir une métasémiotique.

34Pour comprendre comment opère la genèse de cette terminologie œnologique au sein de ce dispositif polysémiotique, il importe donc de déterminer son fondement dans la perception avant d’étudier son articulation dans le langage et les discours.

3. Genèse du métalangage : l’exemple du goût

35La syntaxe gustative se déploie à travers les trois esquisses perceptives de l’Attaque, l’Évolution et la Finale qui assurent la réalisation d’un phénomène en cours de construction, sous la forme d’une schématisation qui permet de le stabiliser en une morphologie d’ensemble.

36Indicielle, l’attaque est un moment d’appréhension à partir duquel un quelque chose s’annonce sans être encore véritablement constitué. Conclusive, la finale est une appréciation qualitative portant rétensivement sur une structure déjà constituée et infiniment complexe, et est orientée, protensivement, vers son devenir possible. Compte-tenu du caractère imperfectif lié à leur nature ante et post constitutive, nous proposons de déterminer la dynamique iconique du goût à partir de l’évolution, régie par le principe fédérateur de l’équilibre qui préconise des modes d’organisation de la configuration d’ensemble en voie de construction.

  • 19 Peynaud & Blouin (2006, p. 132).

Le mot équilibre est pris ici dans le sens de « pondération de choses diverses ou opposées qui produit l’harmonie », ou encore mieux de « juste proportion de parties qui se font valoir mutuellement ». Pour que le vin soit réussi, il doit y avoir en effet entre les grands groupes sapides […] un juste rapport, une combinaison favorable de constituants19.

37L’équilibre fonctionne comme le principe régulateur d’un complexe tensif au sein duquel s’opposent les degrés de présence relatifs des divers registres gustatifs (acide, sucré, amer). Cette régulation opère une stabilisation de ces tensions, selon un mouvement de pondération, [pas assez vs trop], et un mouvement de compensation, [ni trop vs ni trop peu], afin qu’aucun caractère ne prenne le dessus sur les autres. Ces principes de pondération, opérée sur les grandeurs intensives, et de compensation, appliquée aux grandeurs quantitatives, entrent en co-détermination réciproque et permettent ainsi de déterminer une morphologie architecturale du goût, une structure-support, fondée sur des corrélations d’intensité/étendue des constituants sapides, sur laquelle pourra se fixer et s’organiser le second groupe de constituants du goût, les arômes.

38Observons les spécificités propres à chaque catégorie sapide afin d’identifier les différents principes configurationnels de la morphologie gustative.

3.1. L’Axe de l’acidité : ’frais’, ’vif’, ’acidulé’, ’nerveux’, ’vert’

39En articulant des grandeurs qualitatives, l’axe des saveurs acides spécifie la dynamique interne du goût dans la configuration d’une structure phorique complexe. Cette dynamique se fonde sur le déploiement progressif d’une énergie régie par l’interaction de deux mouvements orientés positivement : la tonalisation, mouvement d’amplification de la tonicité, et l’accélération, accroissement du tempo qui la subsume. Modéré dans un vin frais, le tempo en amoindrit la tonicité ; prompt dans une bouche vive, il s’affirme avec violence et s’accompagne d’une tonicité qui se déploie avec vigueur. Quant à la bouche nerveuse, si elle se caractérise par une forte tonicité doublée d’un tempo rapide, elle présente également une valeur aspectuelle : une certaine durativité dans laquelle la tonicité semble s’être installée. Entendue comme un « état permanent ou momentané d’irritabilité ou d’inquiétude », la nervosité procède à une suspension du mouvement à un point aigu, ultime, selon une durée variable. On peut en ce sens affirmer qu’à la différence d’un vin frais ou vif, où l’on observe un mouvement de tonalisation, une direction selon Cl. Zilberberg, le vin nerveux marque une stabilisation du mouvement dans sa pérennité, autrement dit une position : le tempo ne s’accélère pas mais garde une rapidité constante ainsi qu’une tonicité élevée mais stabilisée à un certain degré.

  • 20 Terminologie empruntée à la sémiotique tensive de Claude Zilberberg.

40Saisis dans leur configuration scalaire, les descripteurs associés à l’acidité présentent des variations d’intensité irrégulières et soulèvent ainsi des intervalles qualitatifs inégaux. Si le passage de ’frais’ à ’vif’ s’effectue par des mouvements d’accélération et de tonalisation brutaux et soudains, il n’en va pas de même pour l’articulation des descripteurs ’acidulé’ et ’nerveux’. Dans le premier intervalle s’exprime une dynamique interne, un mouvement orienté vers un accroissement tandis que dans le second, il s’agit d’un état qualitatif, affecté par une modulation aspectuelle. De ce fait, le mouvement général d’accélération et de tonalisation de l’axe des saveurs acides présente des « contre-courants » de décélération et d’atonisation, stabilisant momentanément le flux en états ponctuels. Ces microcourants produisant des écarts qualitatifs au sein de la structure phorique, les plus significatifs étant ceux qui séparent les descripteurs ’frais’ et ’vif’ d’une part, ’acidulé’ et ’nerveux’ de l’autre. Le premier intervalle repose sur un principe de redoublement20, croissance intense résultant de la conjonction des mouvements de précipitation (tempo) et de déchaînement (tonicité). Le second, en revanche, est défini par un principe de relèvement, attestant d’une faible croissance engendrée par la dynamique d’un contre-courant : celui de l’atténuation. En effet, bien que la progression du flux général ascendant se poursuive, augmentant l’intensité de l’acidité, elle se trouve néanmoins freinée par un « contre-courant » descendant, de moindre importance certes, mais suffisamment intense pour la ralentir et la stabiliser en un état duratif. Le second intervalle se caractérise ainsi par un double mouvement complexe (caractérisé par une atonisation de la tonalisation et un ralentissement de l’accélération), impulsé par un antagonisme de flux :

41Régi par un double mouvement croissant, lui-même soumis à des modulations internes antagonistes, l’axe de l’acidité présente une structure instable et fluctuante jalonnée d’intervalles irréguliers :

Fig. 1

Intensité

Sous-Catégorie

Tempo

Tonicité

Mouvement global

Accélération

Tonalisation

Aspects locaux

Redoublement

Relèvement

Redoublement

Relèvement

Mouvement
locaux

Précipitation

Accélération
vs
Ralentissement

Déchaînement

Tonalisation
vs
Atonisation

Réalisé à partir des propositions tensives de Claude Zilberberg (2002), ce tableau spécifie le double mouvement du flux de l’axe de l’acidité. Chacun des mouvements globaux relève d’une sous-dimension de l’intensité régissante du flux. La dynamique interne qui les anime est déterminée par une catégorie aspectuelle et un mouvement local, lequel peut parfois s’avérer antagoniste au mouvement global.

42Ainsi l’axe de l’acidité souligne-t-il particulièrement l’activité de la catégorie de la Qualité, dont les variations de tonicité et de tempo (intensité) activent la régulation d’un flux.

Fig. 2.

Fig. 2.

Les catégories investies dans la structure icônique entrent en co-détermination réciproque. Le flux est régulé par les grandeurs intensives, elles-mêmes déterminées par des seuils d’acceptabilité au-delà desquels les conditions de l’équilibre sapide ne sont plus respectées.

3.2. Axe des saveurs sucrées : ’gras’, ’onctueux’, ’mielleux’, ’moelleux’, ’pâteux’

43Cet axe nie la tonicité et l’accélération attestées par l’axe de l’acidité par une affirmation de la douceur, particulièrement présente dans une bouche ’onctueuse’, ’mielleuse’ ou ’moelleuse’. Ici, les travaux de Cl. Zilberberg (1999) sont d’un éclairage certain. Nous nous y arrêterons un instant.

44« Qualité d’un mouvement progressif et aisé, de ce qui fonctionne sans heurt ni bruit », la douceur se caractérise par une inversion de la polarisation du flux propre à l’acidité. Elle manifeste une certaine lenteur qui, du fait de sa simple progression, entretient des rapports étroits avec la gradualité, la passance. Elle doit donc la régularité et la constance de son flux à sa progressivité qui passe en revue et identifie chaque degré. Une particularité qui en appelle une seconde : la neutralisation de la tension [accélération vs décélération] qui uniformise le flux. Une modulation qui se distingue de celle que nous avons pu observer pour l’acidité. Car ce n’est pas une tension interne au flux qui régit le principe de la douceur mais deux mouvements antagonistes distincts. L’aisance du flux, et par conséquent son maintien, dépend du rapport, nécessairement tensif, entre ses propres valeurs et celles du flux antagoniste.

45Fonctionnant « sans heurt », la douceur s’oppose à la tonalisation extrême de ce dernier ; elle apparaît de ce fait comme une valeur minimale d’intensité, une atonie. Elle se manifeste sous le mode d’une diffusion progressive et occupe graduellement le champ de présence par l’actualisation progressive de ses infimes degrés. De nouvelles corrélations entre tonicité (atonie profonde) et tempo (lenteur) qui préfigurent de nouvelles configurations méréologiques.

46Ralentissement et atonisation procèdent en effet à une dilatation de la matière ; la lenteur du flux permet d’en apprécier chaque degré, l’atonisation procède, quant à elle, à un redéploiement de l’intervalle : du fait de sa progressivité, elle en laisse apparaître les différents degrés et réduit de ce fait les écarts significatifs entre chacun ; de telle sorte que le champ de présence ne s’articule plus sur des différences mais cultive les nuances engendrées par le flux énergétique. Cette dilatation temporelle déterminée par l’atonie, la constance et l’homogénéité du flux engendre des modulations spatiales : la tension canonique [permanence vs changement], corrélative du couple [atone vs tonique], détermine une structure spatiale fondée sur le rapport fond/figure où la permanence de l’atonie constitue une trame uniforme sur laquelle émergent, avec une célérité variable, des éléments toniques relativement brefs.

47L’axe du sucré rend compte d’une certaine gradualité engendrée par l’atonie et la lenteur d’un flux freiné par un mouvement antagoniste. Les corrélations croisées entre les différentes catégories déterminent la configuration méréologique de l’ensemble : la variation des grandeurs intensives lui confère en effet une forme spatio-temporelle atectonique (direction), corrélative d’une dilatation de la matière (négation de la densité), qui se déploie selon une certaine durée (extension temporelle) et présente une configuration en arrière-plan. C’est ainsi que se déploie la structure icônique de la bouche :

3.3. Axe des saveurs amères : ’tannique’, ’rude’, ’rêche’, ’âpre’

48Saveur la plus « tactile », l’amertume s’exprime à travers la sensation mécanique de l’astringence. Cette dernière est produite sous l’action d’une force centripète qui exerce une pression isotrope sur les tissus. Un vin astringent provoque en effet une constriction des muqueuses buccales et donne une sensation de rugosité et de dessèchement. Il s’opère ainsi une réduction du volume de l’espace gustatif qui, corrélé à un accroissement de sa densité, produit une tension au sein de la structure gustative.

49Amertume et sucré apparaissent ainsi comme deux saveurs antagonistes animées par des énergies cinétiques opposées. La force centripète de l’amertume ferme l’espace de la bouche tandis que la force centrifuge du sucré l’ouvre : une opposition qui instaure un espace tensif, fédéré par un mouvement d’élasticité qui le polarise et l’affecte de multiples déformations. La constriction provoquée par l’amertume accroît la densité de la matière ; elle resserre les liens du maillage interne de la trame sapide en la compactant. Ces tensions internes produisent également des aspérités de surface, tel le relief offert par la granulation propre au vin rude. Vifs et soudains, les mouvements de constriction de la matière s’expriment sur le régime du survenir et actualisent, de ce fait, une valence paroxystique de la tonicité. Les corrélations entre une énergie cinétique et une tonicité extrêmes produisent une densification de l’espace gustatif, modulant également sa surface qu’elles affectent par des variations dispositionnelles (saillies, aspérités…).

50L’axe de l’amertume détermine ainsi la dynamique interne de la matière à l’origine, elle aussi, de corrélations inter-catégorielles :

51Chaque axe contribue ainsi au déploiement de la structure d’ensemble dont l’équilibre dépend de la coexistence des valeurs qui leur sont associées. Ce dernier se construit en effet sur la coordination des gradations propres à chaque axe de telle sorte qu’il puisse s’y instaurer une certaine continuité entre eux.

52On note également que les principes qualitatifs et quantitatifs de sommation et de proportion, caractéristiques de l’équilibre, déterminent des structures configurationnelles modulables : ils organisent la matière en lui conférant une forme, une charpente ou ossature, sur laquelle viendra se greffer un ensemble aromatique.

  • 21 Glossaire de l’ouvrage Le goût et les mots du vin.

53Ainsi Charpenté désignera-t-il un « vin rouge équilibré très robuste, solide, possédant des constituants offrant l’image d’une charpente, consistante, ferme et substantielle »21. Des propriétés de la charpente qui se déterminent corrélativement aux particularités des deux autres axes, comme l’attestent les différents segments de cette définition : « consistant », un vin charpenté manifeste une cohésion entre ses différents constituants, s’opposant ainsi à l’indistinction du fondu. Cela lui confère une certaine « robustesse » et une « fermeté » qui s’opposent également à la souplesse de ce dernier. « Substantiel », le charpenté présente un volume semblable à celui du rond mais en diffère par la présence de certaines aspérités, qui ne garantissent pas le principe de continuité propre à ce dernier.

Fig. 4.

Fig. 4.

Cette configuration icônique correspond au déploiement sensible d’une bouche équilibrée. Elle met en exergue les corrélations entre saveurs et arômes, l’équilibre des premiers résultants de l’harmonie des seconds. Pluridimensionnelle, la structure matricielle de la bouche coordonne ainsi des segments icôniques sapides avec ceux de la Matière et de la Qualité propres à l’harmonie des senteurs, catégories grâce auxquelles sont gérés les rapports tensifs entre les différents composés aromatiques du nez (Moutat, 2010).

54L’étude des axes des saveurs pris individuellement, puis l’analyse de leurs corrélations dans la détermination d’un équilibre gustatif, ont permis de mettre en évidence le déploiement spatio-temporel d’une forme générale. Cette forme se caractérise d’abord par son volume, particulièrement important dans un vin rond ou charpenté, et présente une certaine densité (rond, fondu), variable selon les tensions suscitées par l’énergie cinétique. Ces dernières participent également à la configuration de différents « types architecturaux », allant de la méréologie complexe dont la discontinuité résulte d’un agencement d’éléments hétéroclites ou de tonicité variable (notamment les aspérités d’un vin charpenté), jusqu’à leur fusion totale dans un ensemble continu et homogène (le fondu).

  • 22 La représentation de la structure iconique supra prend en considération cette architecture-support (...)

55L’« architecture » ainsi formée constitue une ossature à laquelle se superpose un ensemble aromatique22 ; l’équilibre de l’ensemble dépend alors de leurs configurations respectives et de leur dynamique interne à partir desquelles s’opèrent leurs régulations mutuelles, parmi lesquelles le renforcement des arômes ou leur affaiblissement.

56La structure iconique mise en évidence ici, et plus particulièrement les modulations de sa dynamique interne, se situe à un niveau infra-langagier. Elle détermine un agrégat d’atomes phénoménaux correspondant à des minima d’expériences que chaque sujet percevant peut expérimenter et identifier en tant que tels de manière inconsciente, lors de son entrée dans la scène perceptive. Les minima d’expérience ainsi engagés dans les configurations complexes que nous venons de mettre au jour offrent la particularité de ne pas être spécifiquement liés à un ordre sensoriel particulier mais peuvent être transversaux à plusieurs de ces ordres. Ils correspondent ainsi à des noyaux de sens que l’on peut dire « sémiologiques ». Nous définissons le niveau sémiologique de l’expérience comme une étape intermédiaire entre le niveau indiciel et le niveau iconique. Lors de la scène perceptive, ces noyaux expérientiels sont alors perçus, plus ou moins consciemment, et donnent lieu à des productions discursives parfois ressenties comme métaphoriques. Cette impression s’explique par le caractère transmodal de ces traits, caractère qui autorise le discours à produire des effets de figure. Nous comprenons ainsi les figures de rhétorique comme un effet de discours qui ne peut se comprendre au seul niveau lexical.

4. De la perception au métalangage

57La mise au jour de la structure iconique manifestée lors de l’évolution en bouche a permis d’entrevoir le caractère tropique de la dégustation lors de sa mise en discours. Les quelques commentaires suivants l’attestent :

Robe soutenue, joli nez de fraises, bouche équilibrée, élégante, charnue, excellents tanins, terroir bien marqué : exemplaire pour un “villages”. (La Revue du Vin de France)

Nez riche, épanoui et complexe, avec une belle qualité de fruit et des notes épicées tendres ; bouche puissante, dense, profonde, avec une très belle qualité de boisé, une trame tannique très solide et aussi une petite pointe de fermeté. Devra se fondre. (La Revue du Vin de France)

Robe d’un bel or profond. Nez épanoui, expressif, friand, évoquant les fruits secs. Bouche charnue, corpulente, fondue, qui séduit par la franchise de ses arômes fruités (coings, pomme compotée). Jolie fraîcheur finale. Belle personnalité. (Vins Magazine)

Vin issu de l’agriculture biologique -Grand cru -Robe cuivrée, brillante. Nez complexe et épanoui, développant de fines notes de figue sèche, d’abricot sec, d’agrume et de champignon frais. Une bouche ample et pleine, dans laquelle le dosage en sucre est assez appuyé. Une cuvée originale, à essayer sur de la cuisine asiatique. (Vins Magazine)

58Actualisés dans le discours, ces descripteurs génèrent des énoncés polyisotopiques où cohabitent deux isotopies génériques concurrentes : l’une relevant de la pratique de dégustation et qui réfère aux propriétés organoleptiques du vin dégusté, l’autre relevant d’un des domaines de référence communs expérimentés, sans degré de compétence spécifique, au quotidien (architecture, spatialité, caractéristiques physiques ou psychologiques). La tension discursive ainsi instaurée se présente toutefois comme l’effet d’une stratégie langagière sous-jacente dont le mode de fonctionnement mérite d’être précisé.

59Cette terminologie, souvent assimilée à des tropes lexicaux qui, d’ordinaire, réfèrent à des domaines communs et connus de tous, est employée ici afin de déterminer des propriétés relevant d’un domaine culturel spécifique, la dégustation du vin. Un relevé sémique des différents descripteurs de l’évolution en bouche nous permettra d’étayer nos propos :

  • 23 La terminologie sémantique empruntée ici s’appuie sur la Sémantique interprétative développée par F (...)

60Ces relevés déterminent les noyaux sémiques propres à chaque sémème23, pour lesquels on observe une relation d’identité avec les sémèmes que le langage standard articule dans leurs domaines sémantiques d’origine. En d’autres termes, le lexique de la dégustation, lequel renvoie à un niveau métasémiotique par rapport à la scène perceptive, articule des noyaux sémiques identiques à la terminologie élémentaire que le langage a fixée dans des domaines sémantiques alors définis comme originaires.

61Si le sémème ’nerveux’ désigne, dans la pratique de la dégustation, une bouche à forte intensité acide liée à une certaine force alcoolique, le noyau sémique qu’il articule (/intensité/ et /tonicité/) est strictement identique au sémème ’nerveux1’ du langage ordinaire. Seul le domaine d’indexation, qui contextualise le sémème, permet de leur attribuer des contenus distincts. Ainsi les propriétés sémiques nucléaires de ce descripteur font état des grandeurs qualitatives de l’icône, notamment de sa dynamique de flux ?

62Quant au sémème ‘charnu’, si son contenu nucléaire (/multiplicité/, /intensité/, /densité/) renvoie à la densité de la matière iconique, elle ne va pas sans rappeler sa forme régulée par la dynamique spatiale (ouverture/fermeture).

63Le lexique de la dégustation constitue ainsi le cœur stratégique de la pratique de la dégustation car, en introduisant une rupture isotopique (entre le contexte de la pratique elle-même et les domaines sémantiques indexés par la terminologie employée), elle permet de relier deux domaines sémantiques disjoints et traduit des correspondances expérientielles et componentielles sous-jacentes.

64C’est parce que les impressions ressenties lors de la dégustation possèdent quelques propriétés communes avec d’autres univers de référence que le dégustateur a recours à ce vocabulaire analogique. En établissant des connexions entre sémèmes, le dégustateur procède à un transfert sémique depuis un sémème de niveau langagier L0 vers un nouveau sémème de niveau langagier L1 qui était jusqu’alors inexistant.

65Ce transfert de sens traduit ainsi la dynamique de dédoublement du contenu en un signe à part entière et permet, de ce fait, la construction d’un nouveau langage de rang2, ou méta- :

Sa

Sa

66Le fondement du lexique de la dégustation opère au moyen d’une “passerelle sémique”, celle-ci assurant le passage d’un langage-objet (niveau 0) à un langage-méta (niveau + 1) par la médiation d’une molécule de sèmes spécifiques extraite du sémème d’usage courant et renvoyant à des propriétés expérientielles analogues à celles de l’objet décrit. Des propriétés qui renvoient en réalité à un seul et même noyau expérientiel, celui-ci ne se situant ni dans la sphère du sujet, ni dans celle de l’objet mais dans le rapport entre ces deux sphères. Grâce à cette molécule de sèmes nucléaires communs, la passerelle sémique assure un décrochage sémique par rapport à un univers de référence commun pour ouvrir et institutionnaliser un nouveau champ de connaissances qui lui est néanmoins connecté.

  • 24 Cassirer (1923).

67La création de ce troisième ensemble, le langage-méta, repose sur une série d’opérations successives que l’on peut rapprocher de l’approche dynamique de la construction de la forme symbolique formulée par Cassirer24 :

  1. Sensibilité : rassemblement des caractères singuliers de la forme sensible et saisie des rapports de structure.

  2. Expression intuitive : notions d’espace, de temps, de nombre.

  3. Expression de la pensée conceptuelle : expression dans la langue à travers les formes nominales et verbales.

68Cette phase se scinde elle-même en deux étapes :

  • Sélection / tri de traits spécifiques inhérents : la formation du langage-méta repose d’abord sur un principe analogique où, sur la base d’une expérience sensible inédite néanmoins perçue comme identique à une autre emmagasinée dans sa mémoire, le sujet percevant/énonçant identifiera et extraira les traits sémiques nucléaires identiques au sémème du langage0 pris comme référence.

  • Transfert sémique et étoffement contextuel : ce sémème-source subira ensuite un décrochage classématique, par l’étoffement de son noyau sémique de sèmes contextuels, lesquels renvoient au nouveau domaine expérientiel à l’origine du langage méta-(n+1).

69Ainsi la passerelle sémique constitue-t-elle le point de translation du langage vers le métalangage ; l’opérateur du transfert étant garanti par la molécule de sèmes spécifiques inhérents au sémème de chaque langage.

5. La dynamique métalangagière : la circularité des langages

  • 25 Visetti Yves-Marie, Le métalangage comme opérateur de phénomènes : questions pour une phénoménologi (...)

70Cette procédure de génération d’une terminologie telle que celle de la dégustation des vins correspond à une étape d’un processus d’abstraction. La molécule sémique ainsi extraite du langage-objet s’autonomise pour se fixer sur un second domaine sémantique qu’elle formalise. Elle fonctionne, en ce sens, comme un opérateur de montée en généricité, pour reprendre l’expression de Y.M Visetti25, opérateur censé révéler un canevas phénoménal qui sous-tend la connaissance du monde sensible et permet de ce fait de l’élever en champ de connaissance. Mais cette montée en généricité fait apparaître une autre particularité des rapports entre langage et métalangage : car si, dans la pratique de la dégustation, la molécule sémique permet de créer un langagen+1, lequel sert une démarche de conceptualisation des propriétés organoleptiques des vins, ce même langage permet également d’effectuer un retour sur le niveau infralangagier de la structure phénoménale qui, commune à différents domaines expérientiels, devient elle-même un concept (sensible cette fois). Langage et métalangage ne seraient donc pas articulés selon une arborescence hiérarchique fondée sur différents niveaux mais intégreraient plutôt une dynamique circulaire ; l’infralangagier, le langagier et le métalangagier constituant non pas des niveaux mais des phases de générativité des langages. Cette circularité explique pourquoi un métalangage permet de se rapprocher à chaque fois, quel que soit le domaine sémantique isotopant, vers un concept sensible qui repose sur l’identification d’un noyau perceptif élémentaire. En d’autres termes, ce qui apparaît comme le plus abstrait au niveau d’un métalangage est aussi ce qu’il y a de plus concret au niveau de l’expérience sensible épisémiotique.

  • 26 Cassirer (1923).

71Par ailleurs, le sémème créé dans le langagen+1 possède une fonction cognitive afférente à une nouvelle pratique/technique, support d’institutionnalisation du discours méta-. En effet, fondé à partir de la pratique de la dégustation ritualisée, le vocabulaire œnologique établit une connaissance sur la base d’une analogie expérientielle entre des champs phénoménaux divers mais néanmoins subsumés par une structure identique. Nous retrouvons par là le principe fondamental de l’analogie qui établit la « liaison nécessaire des perceptions », laquelle tend peu à peu à devenir une forme symbolique, c’est-à-dire une institution discursive26. Ainsi se crée un ensemble de médiations culturelles, qui parviennent à configurer le monde et à stabiliser les valeurs des objets dans la culture.

72Nous sommes partis de l’idée selon laquelle le dispositif hiérarchique, qui semblait nécessaire à la notion de métalangage, cachait un mystère plus grand que celui du métalangage lui-même: celui du langage objet. Existe-t-il véritablement un langage objet qui soit comme le socle de l’édifice hiérarchique ? Il nous semble avoir montré qu’une réflexion sur l’émergence d’un métalangage, dans le contexte de la mise en discours d’une expérience perceptive, conduisait nécessairement à modifier l’idée trop simple d’une hiérarchie pour proposer celle de phase à l’intérieur d’un procès que l’on peut comparer utilement à un cycle métabolique. Dans ce métabolisme, les notions de langage objet et de métalangage ne se superposent pas mais s’engendrent mutuellement, donnant par la raison à l’adage classique qui veut que le plus abstrait soit aussi le plus concret, mais à des moments différents d’un cycle.

Haut de page

Bibliographie

Aristote, Poétique, 1457b, Trad. J. Hardy, Paris, Les belles lettres, 1975.

Aristote, Poétique, Parties des animaux I, 5, 645b.

Ashworth, E. Jennifer (2008), Les théories de l’analogie du xiie au xvie siècle, Paris, Librairie Philosophique J. Vrin.

Authier-Revuz, Jacqueline (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Ed. Larousse.

Bordron, Jean-François (1991), « Les objets en parties. Esquisse d’ontologie matérielle », Langages, 103, pp. 51-65.

Cassirer, Ernst (1923) (1972), La philosophie des formes symboliques 1, Le langage. Paris, Minuit.

Culioli, Antoine (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, T1, (1999) T2, Paris, Ophrys.

Derrida, Jacques (1972), « La mythologie blanche », in Marges de la philosophie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Eco, Umberto (1999), Kant et l’ornithorynque, tr. fr. Julien Gayrard, Paris, Grasset.

Greimas, Algirdas Julien & Courtès, Joseph (1979), Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette.

Kant, Emmanuel (1967), Critique de la raison pure, tr. fr. Tramesaygues et Pacaud, Paris, PUF.

Lassègue, Jean (2007), « Une réinterprétation de la notion de forme symbolique dans un scénario récent d’émergence de la culture », Revue de Métaphysique et de Morale, 2, pp. 221-237.

Moutat, Audrey (2010), « La dégustation œnologique : vers une sémiotisation du goût », Actes du Congrès de l’AFS : Sémio 2007 : Les interfaces disciplinaires, des théories aux pratiques professionnelles.

Nietzsche, Friedrich (1969), Le livre du philosophe, tr. fr. A. Kremer-Marietti, Paris, Garnier-Flammarion.

Peynaud, Émile & Blouin, Jacques (2006), Le goût du vin. Le grand livre de la dégustation. 4e éd., Montrouge, Dunod.

Pinchard, Bruno (1987), Métaphysique et sémantique. Autour de Cajetan. Étude et traduction du « De nominum analogia », Paris, Librairie Philosophique J. Vrin.

Rastier, François (1987), Sémantique interprétative, Paris, PUF (Formes sémiotiques, no 6).

Rastier, François (1989), Sens et Textualité, Paris, Hachette Supérieur.

Saint Roche, Christian R. (1995), Le goût et les mots du vin : mettre des mots sur chaque sensation, sur les odeurs, les arômes et les flaveurs des vins, Paris, Jean-Pierre Taillandier.

Zilberberg, Claude (2002), « Précis de grammaire tensive », Tangence, 70, pp. 111-143.

Zilberberg, Claude (1999), « Sémiotique de la douceur », disponible sur : http://www.claudezilberberg.net/ download/downset.htm.

Haut de page

Notes

1 Greimas & Courtès (1979, p. 225).

2 Authier-Revuz (1995).

3 Aristote (1457 b, tr. fr. J. Hardy, 1975, p. 61).

4 Nietzsche (1969, p. 123).

5 Derrida (1972).

6 Ibid.

7 Aristote (645b).

8 Il va sans dire que la métaphore comporte également un certain pouvoir de découverte. Elle montre ce qui aurait été difficile d’apercevoir sans elle. On dit quelquefois qu’elle est « bien trouvée ». Mais elle n’est pas généralisable.

9 On attribue l’origine de cette expression à Cajetan. Voir : Br. Pinchard (1987) et E. Jennifer Ashworth (2008)

10 Kant (1967).

11 Ibid. (seconde édition).

12 Eco (1999).

13 Cette analogie thématique correspond à ce que les scolastiques nommaient analogie de prédication.

14 Nous renvoyons à J.-Fr. Bordron (1991)

15 Sur le caractère social des formes symboliques dans une conception inspirée de Cassirer, voir Jean Lassègue (2007).

16 Culioli (1990, 1999).

17 Ibid. (T1, p. 141).

18 Ibid. (T2, p. 19).

19 Peynaud & Blouin (2006, p. 132).

20 Terminologie empruntée à la sémiotique tensive de Claude Zilberberg.

21 Glossaire de l’ouvrage Le goût et les mots du vin.

22 La représentation de la structure iconique supra prend en considération cette architecture-support déterminée par les corrélations entre axes sapides sur laquelle se greffe la structure catégorielle de l’ensemble aromatique.

23 La terminologie sémantique empruntée ici s’appuie sur la Sémantique interprétative développée par François Rastier.

24 Cassirer (1923).

25 Visetti Yves-Marie, Le métalangage comme opérateur de phénomènes : questions pour une phénoménologie sémiotique. Communication prononcée lors du Séminaire de Sémiotique des universités Paris IV Sorbonne, Limoges, Paris 8, le 9 janvier 2013.

26 Cassirer (1923).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 2.
Légende Les catégories investies dans la structure icônique entrent en co-détermination réciproque. Le flux est régulé par les grandeurs intensives, elles-mêmes déterminées par des seuils d’acceptabilité au-delà desquels les conditions de l’équilibre sapide ne sont plus respectées.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-2.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-3.png
Fichier image/png, 17k
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-4.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 4.
Légende Cette configuration icônique correspond au déploiement sensible d’une bouche équilibrée. Elle met en exergue les corrélations entre saveurs et arômes, l’équilibre des premiers résultants de l’harmonie des seconds. Pluridimensionnelle, la structure matricielle de la bouche coordonne ainsi des segments icôniques sapides avec ceux de la Matière et de la Qualité propres à l’harmonie des senteurs, catégories grâce auxquelles sont gérés les rapports tensifs entre les différents composés aromatiques du nez (Moutat, 2010).
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-5.png
Fichier image/png, 11k
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-6.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 5
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-7.png
Fichier image/png, 30k
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/974/img-8.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Bordron et Audrey Moutat, « Métalangage et épi-sémiotique : L’exemple du lexique de la dégustation »Signata, 4 | 2013, 273-294.

Référence électronique

Jean-François Bordron et Audrey Moutat, « Métalangage et épi-sémiotique : L’exemple du lexique de la dégustation »Signata [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/signata/974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.974

Haut de page

Auteurs

Jean-François Bordron

Jean-François Bordron est professeur de sémiotique à l’Université de Limoges. Il a consacré un grand nombre de ses travaux au concept d’iconicité dont son dernier ouvrage, Liconicité et ses images, publié aux PUF, en expose les thèses fondatrices dans le cadre d’une sémiotique de l’image. Chercheur au CeReS (Centre de Recherches Sémiotiques), il développe également sa recherche sur les problématiques liées à la sémiotique de l’objet ainsi qu’à la sémiotique de la perception. Il est également vice-président à la recherche de l’Association Française de Sémiotique (AFS).

Articles du même auteur

Audrey Moutat

Audrey Moutat est Maître de Conférences à l’Université de Limoges. Elle a conduit ses travaux de doctorat sous la direction de Jean-François Bordron, sur la problématique de la perception et de sa mise en discours dans les commentaires de dégustation œnologiques. Chercheure au CeReS (Centre de Recherches Sémiotiques), elle poursuit actuellement ses recherches sur la sémiotique de la perception, notamment sur l’énonciation sensible et les reconfigurations discursives de la sémiose perceptive à travers différents discours sensibles (textes, photographie, peinture). Elle est également secrétaire adjointe de l’Association Française de Sémiotique (AFS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search