Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Coda« Clio en scène », ou le théâtre ...

Coda

« Clio en scène », ou le théâtre d’histoire immédiate au prisme des Humanités numériques

“Clio on stage” – Immediate history on the British stage through the prism of digital humanities
Virginie Yvernault, Élisabeth Angel-Perez et Line Cottegnies

Résumés

Cette note rappelle les objectifs du projet de Sorbonne Université « Clio en scène : Faire l’histoire – l’histoire immédiate sur la scène britannique » (2019-2021), qui est né du constat que le théâtre britannique de la première modernité, comme celui de l’époque contemporaine, affectionne les sujets qui ressortissent à l’histoire récente ou immédiate. Il retrace les différentes étapes qui ont conduit à l’élaboration d’une base de données relationnelle, qui rassemble plus d’une centaine de pièces de théâtre franco-britanniques, et propose une analyse non exhaustive des premiers résultats fournis par cette base.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le projet ClioS, co-piloté par Elisabeth Angel-Perez et Line Cottegnies, a obtenu un financement ID (...)

1Le projet « Clio en scène : Faire l’histoire – l’histoire immédiate sur la scène britannique » – s’est noué à travers une collaboration étroite entre les contemporanéistes et les modernistes de l’unité de recherche VALE de Sorbonne Université1. Il est né du constat que le théâtre britannique de la première modernité, comme celui de l’époque contemporaine, affectionne les sujets qui ressortissent à l’histoire immédiate. Or, la plupart du temps, cette histoire actuelle ou récente s’offre au regard du spectateur à travers le prisme des individus qui la font autant qu’ils la subissent, le traumatisme historique venant s’inscrire moralement et physiquement dans l’intime, dans la chair des corps souffrants. Mais ce théâtre est aussi une forme éminemment « politique » dans la mesure où les événements qu’il représente sont contigus au temps de la représentation : en d’autres termes, il est toujours commentaire direct ou indirect, explicite ou implicite d’une situation contemporaine – qui, pour le théâtre de la première modernité, ne pourrait être montrée ou suggérée autrement que par ce détour. Le projet ClioS a été conçu pour étudier précisément la manière dont les événements historiques sont appréhendés sur la scène théâtrale par le biais de ces individus qui se débattent avec les traumatismes induits par une Histoire en train de se faire. Il s’agit de comprendre comment le théâtre invente des stratégies et des formes dramaturgiques nouvelles, propres à éclairer le sens des événements historiques, tout en mettant au jour les présupposés idéologiques des récits construits qui, souvent, font écran à la réalité historique vécue par les individus.

  • 2 La base de données DEEP – Database of Early English Playbooks – recense par exemple toutes les pièc (...)

2Dès son origine, le projet s’est donné pour objectif de faire dialoguer les chercheurs en littérature et en arts du spectacle avec les praticiens du spectacle vivant, afin de prendre en compte la manière dont les professionnels du théâtre s’attachent à élaborer des mises en scène singulières, qui proposent une dramaturgie « de » et « pour » l’Histoire. Or les Humanités numériques nous sont apparues comme l’un des moyens privilégiés d’articuler cette double visée tout en proposant au plus grand nombre l’analyse d’un vaste ensemble de pièces de théâtre modernes et contemporaines mettant en jeu l’histoire immédiate. Si les recherches sur le théâtre britannique de la première modernité, et en particulier sur le théâtre de Shakespeare, ont bénéficié de l’essor des Humanités numériques2, la spécificité du projet ClioS réside dans l’élaboration d’un corpus analytique visant au rapprochement fécond de deux périodes historiques distinctes : la première modernité et la période contemporaine (de la Seconde Guerre mondiale à nos jours). En outre, contrairement à d’autres projets, il envisage le théâtre d’histoire immédiate dans une double perspective historique et esthétique. Il ne fournit pas seulement des éléments permettant d’éclairer la genèse des pièces, leur contexte de création et de réception ou encore les sources mobilisées par les dramaturges, mais il a aussi pour ambition de contribuer à l’analyse dramaturgique du corpus en étudiant le traitement des personnages comme celui des lieux scéniques.

Corpus et problématiques

  • 3 À propos de cette pièce, voir notamment Teulade 2009.
  • 4 La Calprenède ménage sans doute une allusion discrète au pardon du roi de France dans l’affaire des (...)
  • 5 Voir à ce sujet Denis 2001.

3La première année du projet a été consacrée à l’approfondissement de grandes questions que pose la représentation de l’histoire et de l’actualité sur la scène britannique, ainsi qu’à l’établissement d’une bibliographie qui s’est progressivement enrichie : nous avons notamment décidé d’inclure une vingtaine de titres de pièces françaises des XVIe et XVIIe siècles, l’intérêt pour l’histoire immédiate, anglaise ou française, étant largement partagée par les dramaturges francophones de cette période. La constitution d’un corpus franco-britannique permet de surcroît de prendre en compte les phénomènes, nombreux, de circulation entre les sujets d’actualité. Il n’est pas rare, à l’époque moderne, que les dramaturges britanniques s’intéressent à des événements politiques qui concernent la France : George Chapman et James Shirley mettent ainsi en scène la déchéance de l’amiral Chabot à la cour de François Ier (The Tragedy of Chabot, Admiral of France). L’inverse se vérifie aussi : par exemple, dans son Henry V, représenté pour la première fois en 1599, Shakespeare fait allusion à la campagne d’Irlande, menée par Robert Devereux la même année. Or dans les décennies qui suivent, longtemps avant l’opéra de Donizetti, la personnalité du second Comte d’Essex, favori de la reine Elizabeth Ire, séduit au moins trois dramaturges français, Gautier de La Calprenède, en 1639, Thomas Corneille et Claude Boyer, en 1678. Leurs tragédies, toutes trois intitulées Le Comte d’Essex, se concentrent sur le complot ourdi par Devereux et sur le dilemme qui se présente à Elizabeth, tiraillée entre sa passion pour Devereux et la nécessité de le faire exécuter3. La Calprenède, auteur de deux autres tragédies à sujet anglais (Édouard et Jeanne, reine d’Angleterre), protégé par la reine de France Anne d’Autriche, campe une Elizabeth amoureuse, prête à pardonner à un favori dont le spectateur n’est pas certain qu’il soit vraiment coupable de trahison4. Corneille infléchit lui aussi la tonalité politique de la pièce au profit de l’intrigue amoureuse, à une époque où la galanterie, progressivement instituée en « catégorie littéraire5 », trouve des prolongements jusque dans les tragédies de Racine, alors que Boyer insiste davantage sur les enjeux politiques de l’exécution de Devereux. Dans les trois pièces cependant, les thèmes sont actualisés en même temps qu’adaptés au goût du public français. Les sujets d’actualité traités par les pièces de la période contemporaine sont quant à eux envisagés à la fois à l’échelle nationale et globale et pris en compte dans une typologie qui inclut notamment les catégories suivantes : « War plays » (pièces de guerre) ; « Terror plays » (pièces sur le terrorisme) ; « State violence plays » (pièces prenant pour sujet la violence d’État) ; « Environmental plays » (pièces sur le dérèglement climatique) ; « Empire plays » (pièces sur l’ancien empire britannique) ; « Immigration plays » (pièces sur l’immigration) ; « Europe and Brexit » (sur l’Europe et le Brexit) ; ou encore « Domestic Politics » (corpus portant sur des enjeux de politique nationale).

4À mesure que la bibliographie s’est enrichie, les principaux axes du projet se sont dessinés et diverses manifestations scientifiques ont été organisées, réunissant des spécialistes de théâtre, modernistes et contemporanéistes, des praticiens du spectacle ou encore des traducteurs professionnels. Une série de sept workshops a ainsi permis d’appréhender le théâtre historique du point de vue de sa poétique et de son esthétique, de sa langue et de sa traduction, de ses mises en scène et de son actualisation. Ils ont notamment porté sur : « L’histoire immédiate sur les scènes de la première modernité et contemporaines : les sources et leur traitement », le 24 janvier 2020 ; « La violence de l’histoire et le corps en scène : l’invention de nouvelles formes – l’histoire comme matrice esthétique », le 10 février 2020 ; « Le théâtre d’histoire immédiate, un théâtre politique – poétique des effets », le 29 juin 2020 ; « Shakespeare comme matrice d’un théâtre d’histoire sur la scène britannique contemporaine », le 15 janvier 2021 ; « Queering Shakespeare ? Relire Shakespeare au prisme des enjeux contemporains », le 29 mars 2021 ; « Le théâtre historique au défi de la traduction : Shakespeare et ses contemporains parlent-ils le contemporain ? », le 18 juin 2021. Enfin deux journées d’étude et un colloque ont permis d’approfondir les apports des différents workshops : les journées d’étude sur « Le théâtre d’actualité, fabrique de l’histoire à la Renaissance et à la période contemporaine : écrire, rejouer, réécrire » se sont tenues les 9 et 12 octobre 2020 et un colloque international sur « Shakespeare et le contemporain » est prévu pour les 11 et 12 février 2022.

Conception de la base ClioS et de son interface

5Cette réflexion collective s’est accompagnée de l’élaboration d’une base de données relationnelle susceptible de rendre compte de ces différentes approches. Celle-ci recense plus d’une centaine de pièces d’actualité ou d’histoire immédiate qui jettent un pont entre la première modernité et la période contemporaine d’une part, entre le corpus anglais et le corpus français d’autre part6. Elle se compose de six tables principales, étroitement liées entre elles : « Auteurs », « Pièces », « Événements », « Sources », « Personnages » et « Lieux ». La caractérisation des événements historiques comme celle des personnages ou des sources se veut aussi précise que possible afin de cerner au plus près la manière dont l’Histoire rencontre le destin des individus et la manière dont les dramaturges s’en emparent pour la réécrire et pour lui donner une forme dramatique. Sont ainsi répertoriés, pour chaque personnage, le nom, le genre, le statut social, l’identité sociale et culturelle (afin de distinguer les personnages appartenant à certaines minorités, issues de la diversité ethnique, religieuse, sexuelle ou de genre), les liens familiaux pertinents, la tranche d’âge ainsi que la fonction symbolique ou dramaturgique (figure d’autorité, acteur bourreau, acteur victime, victime collatérale, témoin narrateur, enquêteur, prologue…). Les événements historiques sont pour leur part classés suivant leur nature (révolte/révolution, assassinat, complot/conjuration, procès, déposition/coup d’État, émeute, massacre, torture, crime de guerre, crime contre l’humanité, déplacement de population, exécution, régicide, terrorisme, événement dynastique, événement de la vie politique, bataille/opération militaire, guerre civile, dictature, traumatisme, vie intime). De même, la base est conçue pour faciliter l’analyse des pièces du corpus suivant leurs modalités d’adaptation des sources (qui sont systématiquement précisées, selon qu’il s’agit d’un simple rapport d’influence, d’allusions ponctuelles, d’une transposition temporelle et spatiale, d’une reprise tronquée, d’une adaptation partielle, d’une reprise verbatim ou encore d’une reprise autobiographique). Enfin, il est possible de savoir quelles pièces ont pour héros un enfant, ou un vieillard, par exemple.

6Entièrement bilingue, l’interface de consultation de la base permet de visualiser les caractéristiques du corpus sous une forme tabulaire, à l’aide de fiches-résumés, avant d’en proposer une exploration statistique et quantitative à l’aide d’outils graphiques spécifiques (dont les résultats sont exportables en fichiers csv ou pdf). Une première page d’accueil présente le projet et propose une série de questions ouvertes destinées à guider le visiteur. La base de données s’adresse à un large public de spécialistes et de non-spécialistes désireux d’effectuer des requêtes par titres, par auteurs, par genres dramatiques, par périodes ou par dates, par types d’événement historiques et par types de sources. La présence de filtres à chacune des étapes de l’exploration permet d’affiner la recherche et de croiser la totalité des champs que possèdent les différentes tables de la base. Il est donc possible de connaître toutes les pièces mettant en scène telle figure historique ou tel événement marquant, d’isoler des corpora particuliers comme les pièces de guerre, les pièces mettant en scène une conspiration, les pièces traitant d’un événement historique particulier (par exemple, le règne d’Édouard III, la disgrâce du cardinal Wolsey, les attentats du 11 septembre, la Commission Hutton sur la guerre en Irak…), ou encore les pièces qui utilisent des témoignages de première main, recueillis par le dramaturge ou par ses comédiens. Cette dernière pratique est très répandue dans le théâtre britannique contemporain qui pratique l’écriture de plateau et cherche à agir sur l’opinion publique en expérimentant des combinaisons dramatiques nouvelles à partir d’expériences immersives ou participatives (Figures 1 et 2). Enfin, l’écart temporel qui sépare la création de la pièce des événements principaux (ou secondaires qui y sont représentés est également pris en compte (moins de 10 ans, entre 10 et 50 ans, entre 50 et 100 ans, plus de 100 ans), de sorte qu’il est possible de retenir un corpus de pièces traitant d’une actualité toute récente afin d’en dégager les caractéristiques communes.

Figure 1 : Part de témoignages écrits ou oraux dans les sources des pièces de la première modernité.

Figure 2 : Part de témoignages écrits ou oraux dans les sources des pièces contemporaines.

Analyse des premiers résultats

7Les premiers résultats fournis par la base de données ClioS sont à la fois d’ordre qualitatif et quantitatif. Ils réunissent, en premier lieu, des informations précises et souvent éparses sur les pièces et leurs mises en scène. En second lieu, ils permettent de faire émerger, en croisant les œuvres dramatiques de la première modernité et de la période contemporaine, des corpus unifiés par un ou plusieurs fils conducteurs, thématiques (ensemble de pièces mettant en scène une émeute ou une révolte par exemple) ou esthétiques (pièces ayant recours aux procédés de transposition, ou de re-création, spatiale et temporelle, pour représenter de manière oblique tel événement historique). L’une des vertus de la base consiste à nourrir et à étayer par des résultats concrets les intuitions qui étaient les nôtres, mais aussi à en suggérer de nouvelles. Les premières données viennent ainsi corroborer l’hypothèse suivant laquelle la part des « événements de la vie politique », qui est l’une des catégories reconnues par la base, est écrasante parmi les principaux événements autour desquels s’organisent les intrigues des pièces modernes et contemporaines (Figure 3). Il n’est guère étonnant de constater que les événements dynastiques et les événements religieux occupent une place prépondérante dans les pièces de la première modernité, tandis que les traumatismes liés à la Seconde Guerre mondiale se répercutent assez nettement sur les événements qui sont représentés de façon privilégiée dans les pièces contemporaines, tels que les déplacements de population, les crimes contre l’humanité ou les dérives induites par les dictatures. Une investigation plus profonde indique encore que les événements secondaires qui constituent la toile de fond des pièces historiques du théâtre franco-anglais de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle sont pour l’essentiel constitués par des guerres ; c’est le terrorisme qui, très souvent, joue ce rôle dans les pièces de notre période contemporaine.

Figure 3 : Comparaison entre les événements « principaux » les plus représentés dans les pièces des deux périodes considérées.

  • 7 Si ces résultats sont provisoires, il paraît néanmoins peu vraisemblable que la tendance s’inverse (...)

8D’une manière peut-être moins évidente, la base met aussi parfaitement en lumière d’autres phénomènes. Certaines figures politiques, historiques ou contemporaines, sont ainsi récurrentes (sans surprise, les figures royales dans le corpus de la première modernité, et les personnalités politiques controversées, dans les pièces récentes, à l’instar d’Alastair Campbell, conseiller de Tony Blair au moment de la guerre en Irak). Par ailleurs, les principes d’imitation et de variation répercutent de nombreux échos entre les pièces, en particulier celles de la première modernité, dont plusieurs servent de « sources » : c’est le cas de When You See Me You Know Me de Samuel Rowley, qui est considérée comme l’une des sources du Henry VIII de Shakespeare ainsi que de la pièce de Thomas Heywood en deux parties, If you know not me, You know no bodie ; de La Guisade de Pierre Matthieu, l’une des sources de The Massacre at Paris de Christopher Marlowe ; des deux pièces de Shakespeare, Henry VI, Part 3 et Richard III qui ont inspiré Thomas Heywood pour Edward IV, Part 1 et Part 2 ; de The Battle of Alcazar, de George Peele, source de Believe as You List de Philip Massinger ; ou encore, côté français, de La Reine d’Écosse d’Antoine de Montchrestien, qui fait office de source pour l’écriture de la Marie Stuart de Charles Regnault. La grande diversité qui s’observe au sein du personnel dramatique ne doit pas, quant à elle, occulter les différences entre les corpus des deux périodes : d’une manière générale, les pièces historiques de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe mobilisent davantage de personnages, dont la plupart sont de sexe masculin : 78 % des personnages principaux des pièces de la première modernité sont des hommes, contre 64 % des personnages des pièces contemporaines7.

9Mais les différents usages de la base ont surtout vocation à éclairer la pertinence des critères qui peuvent être retenus afin d’envisager, avec toutes les précautions qui s’imposent, un genre du théâtre d’histoire immédiate qui dépasserait, au moins dans une certaine mesure, les catégories génériques traditionnelles. La mise en scène de l’histoire proche ou récente implique en effet des choix esthétiques particuliers, communs aux pièces de deux périodes considérées. La base fait d’ores et déjà saillir plusieurs points de convergence thématiques et formels propres à cerner plus finement ce qu’est le théâtre d’histoire immédiate, au premier rang desquels figure la mise en relation systématique d’une situation dramatique avec au moins une source factuelle exogène : les pièces recensées jusqu’à présent dans la base sont toutes a minima associées à une source, quelle qu’en soit la nature. Si les sources de la première modernité sont davantage écrites qu’orales, les pièces contemporaines retravaillent plus volontiers des informations médiatisées par divers canaux officiels ou officieux. À cet égard, l’usage de rapports officiels, parfois confidentiels, est fréquent : Tom Stoppard utilise ainsi la Charta 77 dans Every Good Boy Deserves Favour et Doggs’ Hamlet, Cahoot’s Macbeth et, s’agissant de la guerre en Irak, les rapports Butler, et ceux des commissions d’enquête Hutton et Chilcot sont mis à profit par Richard Norton-Taylor dans Called to Account. The indictment of Anthony Charles Lynton Blair for the crime of aggression against Iraq, dans Justifying War: Scenes from the Hutton Inquiry et dans Chilcot, qu’il propose en collaboration avec Matt Woodhead. Dans les deux cas toutefois, le théâtre d’histoire immédiate apparaît comme un théâtre informé, nourri de lectures et de témoignages divers, de première ou de seconde main, sans pour autant être purement documentaire, comme le montrent les différents traitements qui sont alloués aux sources. La manière dont ce théâtre s’empare des informations, et donc du matériau historique, présent ou passé, obéit avant tout à des exigences d’ordre poétique : une exploration attentive de la base montre assez nettement que les tragédies et les pièces historiques des XVIe et XVIIe siècles ont plus largement recours à des procédés d’amplification ou de dramatisation des sources et proposent plus volontiers des figures de « héros », auxquelles les spectateurs sont invités à s’identifier, lorsque le théâtre contemporain s’éloigne de cette héroïsation pour privilégier un rapport plus polémique aux sources. Dans l’un et l’autre cas, la représentation de l’histoire récente ou immédiate se veut idéologiquement marquée.

10De cette lecture appréciative ou axiologique de l’histoire découle une seconde caractéristique commune aux corpus étudiés et relative au système des personnages : celui-ci mêle presque toujours des personnages fictifs à des figures historiquement attestées, qui n’échappent que rarement au manichéisme. Il est vrai que les simplifications engagées afin d’établir des catégories reconnaissables par l’outil informatique ont tendance à mettre en relief les jeux d’opposition entre les personnages, principaux ou secondaires, en distinguant avec soin les victimes des bourreaux, même si l’héroïsation demeure peu ou prou une spécificité des pièces de la première modernité, qui facilite l’identification du public aux personnages. Les modalités d’implication du spectateur, tour à tour placé dans la position du juge, de l’arbitre ou du témoin impuissant et compatissant, s’en trouvent alors renforcées.

11Par conséquent, la troisième caractéristique de ce théâtre met en évidence une dramaturgie de type participatif dans la mesure où les événements qui appartiennent à l’actualité la plus immédiate sont souvent présentés de manière indirecte, suivant un système allusif qui sollicite les capacités interprétatives du public (l’un des champs de la base permet de recenser les événements historiques « implicites » qui sont mis en jeu dans les pièces du corpus). Au reste, les personnages allégoriques ou à forte valeur symbolique, hérités du théâtre élisabéthain et susceptibles de se prêter à une « lecture à clé », ne désertent pas totalement les pièces contemporaines – il n’est qu’à se pencher sur une pièce comme Drunk Enough to Say I Love You ? de Churchill Caryl qui évoque les relations « amoureuses » entre la Grande-Bretagne et les États-Unis à travers deux hommes gays, Jack et Sam, qui représentent les deux pays. Ce sont autant de moyens détournés de réfléchir le présent ou l’histoire immédiate qui répondent à des exigences esthétiques comme à des contraintes politiques, en particulier pour la période de la première modernité – c’est, par exemple, le Maître des Plaisirs Henry Herbert qui impose à Philip Massinger de transposer dans la période antique le cadre initial de sa pièce Believe as You List, la représentation explicite de la déposition du roi du Portugal Sébastien Ier n’étant guère opportune en période de négociations de paix entre l’Espagne et l’Angleterre.

Figures 4 et 5 : Types d’événements historiques représentés dans les pièces de la première modernité (à gauche) et de l’époque contemporaine (à droite).

  • 8 Teulade 2021, 11.
  • 9 Nous ne disposons souvent que du titre de ces pièces. Voir par exemple le cas d’une pièce comme Mul (...)

12Si ces premiers résultats demandent encore à être étoffés et affinés – ils le seront à mesure que la base s’enrichira –, les difficultés d’interprétation des corpus traités par la base ClioS sont d’ores et déjà identifiables. Par exemple, la réception des œuvres, immédiate ou tardive, qui pourrait rendre compte de la manière dont les représentations sont directement « en prise avec le vécu des spectateurs8 », n’est pas suffisamment analysée par l’outil informatique, qui considère toutes les pièces du corpus comme des entités analogues, quel qu’ait été leur succès et quelle que soit leur « valeur » esthétique. L’autre écueil que peut rencontrer l’exploration d’un tel corpus traité par une base de cette nature relève du caractère conventionnel de la typologie des pièces et des événements historiques qui y sont représentés : bien qu’ils soient nourris des travaux de la critique contemporaine, les classements ne peuvent échapper totalement à l’arbitraire. Enfin, la dernière difficulté à laquelle nous nous avons été confrontés tient non plus à l’outil informatique, mais à la nature du projet et au caractère non clos du corpus traité : la disproportion induite par le nombre des œuvres modernes et post-modernes – plus nombreuses – ne doit pas être négligée et tient, d’une part, à la disparition de certaines pièces des XVIe et XVIIe siècles9, et d’autre part aux créations britanniques contemporaines nombreuses qui réfléchissent « à chaud » les événements de l’actualité la plus immédiate, et qui exigeraient idéalement des mises à jour régulières de la base de données.

Haut de page

Bibliographie

Denis, Delphine. Le Parnasse galant : institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle. Paris : Honoré Champion, 2001.

Teulade, Anne. « Interroger les possibles de l’Histoire : Le Comte d’Essex de La Calprenède, une fiction tragique et hypothétique ». Études Epistémè 16 (2009), https://journals.openedition.org/episteme/690 (consulté le 2 janvier 2022).

Teulade, Anne. Le Théâtre de l’interprétation. L’histoire immédiate en scène. Paris : Classiques Garnier, 2021.

Haut de page

Notes

1 Le projet ClioS, co-piloté par Elisabeth Angel-Perez et Line Cottegnies, a obtenu un financement IDEX Émergence (Sorbonne Université). Il a été développé en partenariat avec l’INITIATIVE THÉÂTRE et le PRITEPS. L’interface de consultation est hébergée par l’OBTIC de Sorbonne Université à l’adresse suivante : https://obvil.huma-num.fr/clios/consultation//user/login#/piece (consulté le 4 janvier 2022).

2 La base de données DEEP – Database of Early English Playbooks – recense par exemple toutes les pièces imprimées en Angleterre, en Écosse et en Irlande des débuts de l’imprimerie au milieu du XVIIe siècle. L’accès aux ressources numériques du projet DEEP est disponible sur le lien suivant : http://deep.sas.upenn.edu/advancedsearch.php (consulté le 2 janvier 2022).

3 À propos de cette pièce, voir notamment Teulade 2009.

4 La Calprenède ménage sans doute une allusion discrète au pardon du roi de France dans l’affaire des lettres espagnoles : il est question, dans l’intrigue de sa pièce, d’une bague que la reine aurait remise à son favori en gage de son amour. Les spectateurs contemporains y voyaient peut-être un écho aux rumeurs qui circulaient à propos d’une supposée liaison entre Anne d’Autriche et le duc de Buckingham, évoquée en termes crus dans les Historiettes de Tallemant des Réaux.

5 Voir à ce sujet Denis 2001.

6 Pour consultation, utiliser ce lien : https://obvil.huma-num.fr/clios/consultation/#/piece (consulté le 15 janvier 2022).

7 Si ces résultats sont provisoires, il paraît néanmoins peu vraisemblable que la tendance s’inverse au fur et à mesure que la base augmentera. Nous signalons également qu’en plus des catégories traditionnelles du « masculin » et du « féminin », un autre champ, dévolu aux identités de genre non binaires, est pris en compte par la base.

8 Teulade 2021, 11.

9 Nous ne disposons souvent que du titre de ces pièces. Voir par exemple le cas d’une pièce comme Mully Molloco, représentée en 1591, dont ne connaissons que le titre, et que la critique identifie, sans certitude, à The Battle of Alcazar, attribuée à George Peele. Voir aussi ce qu’en dit Anne Teulade (Teulade 2021, 11), qui relève plusieurs œuvres perdues pour la période de la première modernité, parmi lesquelles Gustavus, King of Sweden de Thomas Dekker, Sebastian, King of Portugal de Thomas Dekker et Henry Chettle, The Life of Cardinal Wolsey de Henry Chettle et The Wars of the Low Countries de Thomas Heywood et Richard Brome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Yvernault, Élisabeth Angel-Perez et Line Cottegnies, « « Clio en scène », ou le théâtre d’histoire immédiate au prisme des Humanités numériques »Sillages critiques [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 janvier 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/12817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sillagescritiques.12817

Haut de page

Auteurs

Virginie Yvernault

Maître de conférences en littérature française à Sorbonne Université et spécialiste du théâtre des XVIIIe et XIXe siècles, Virginie Yvernault a travaillé en tant qu’ingénieure de recherche sur le projet ClioS, dirigé par Line Cottegnies et Élisabeth Angel-Perez. Elle a notamment consacré un ouvrage à Beaumarchais paru chez Hermann en 2020 : Figaromania. Beaumarchais tricolore, de monarchies en républiques (XVIIIe-XIXe siècle)

Articles du même auteur

Élisabeth Angel-Perez

Élisabeth Angel-Perez est Professeure de littérature anglaise à Sorbonne-Université. Elle y pilote l’Initiative THEATRE, programme de recherche sur le théâtre et le spectacle vivant. Elle a publié ou co-publié de nombreux ouvrages et articles sur le théâtre britannique contemporain. Au rang de ses dernières publications ou co-publications, le numéro de la Revue d’histoire du théâtre consacré à « Sarah Kane, 20 ans après » (2021) ou encore le numéro de Théâtre/Public consacré aux Nouvelles dramaturgies britanniques et irlandaises (2021). Sa dernière monographie, Le Théâtre de l’oblitération, essai sur la voix photogénique dans le théâtre britannique contemporain paraîtra début 2022 aux presses de Sorbonne Université. Elle est également traductrice pour le théâtre (Howard Barker, Caryl Churchill, Martin Crimp, Nick Gill, David Harrower, Chris Hannan, David Lloyd ou encore Lucy Kirkwood).

Articles du même auteur

Line Cottegnies

Line Cottegnies est professeur de littérature de la première modernité à Sorbonne Université. Ses travaux principalement sur Shakespeare et le théâtre historique, ainsi que sur plusieurs femmes écrivains du XVIIe siècle. Elle a publié une monographie sur le trope de l’émerveillement dans la poésie anglaise entre 1625 et 1660 (L’Eclipse du regard, Droz, 1999) et co-édité plusieurs recueils d'essais, dont Women and Curiosity in Early Modern England and France (Brill, 2016), avec S. Parageau, et Henry V: A Critical Guide (Bloomsbury, 2018), avec K. Britland. Elle s'intéresse au théâtre et à la poésie du XVIIe siècle, à l'histoire des traductions (France-Angleterre) et aux femmes écrivains. Elle a aussi développé un intérêt pour l’histoire matérielle du livre. Elle a fait partie de l’équipe éditoriale des Œuvres complètes de Shakespeare à la Pléiade (8 vol., parus entre 2002 et 2021). C’est dans ce cadre qu’elle a édité et traduite les 3 parties d’Henry VI. Elle a aussi édité Henry IV, Part 2 pour The Norton Shakespeare 3 (2016) et co-édité Robert Garnier in Elizabethan England (2017) avec M.-A. Belle. Elle prépare l'édition de trois œuvres d'Aphra Behn, à paraître chez Cambridge University Press et travaille à une monographie sur les pièces historiques de Shakespeare.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Logo SUP – Sorbonne Université Presses
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search