Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Introduction

Introduction

Bastien Goursaud, Elsa Lorphelin et Deborah Prudhon

Texte intégral

1Le présent volume de Sillages Critiques est né d’une journée d’étude tenue en juin 2016 et organisée par OVALE, le laboratoire junior de l’équipe de recherche VALE. Son thème annuel était consacré à l’Absence. À l’issue d’une année de séminaires, la journée d’étude avait réuni des doctorants, de jeunes chercheurs et des chercheurs confirmés, qui se sont interrogés collégialement sur l’Absence et les esthétiques qu’elle produit. Ce numéro fait ainsi une place importante aux arts plastiques et à la performance, qui sont dans un dialogue nécessaire et fécond avec la littérature.

2Le motif de l’Absence, seul, intimide par son omniprésence et sa capacité à hanter l’Art dès son origine. Les mains teintées d’argile que les premiers hommes ont posées sur des parois rocheuses suffisent à susciter l’émerveillement, qui devient vertigineux dès lors que la technique picturale se complexifie et que la trace même de la main s’évanouit au profit des seuls pigments soufflés qui la détourent. Ainsi, l’acte de présence de ces mains anonymes et immémoriales produit dans le même temps leur absence, dynamitant au passage toute certitude d’une incompatibilité qui serait quasi ontologique entre Absence et Présence. Non plus antonymes mais éléments d’une symbiose dont les limites tangibles se dérobent sans cesse à l’esprit, le couple que constituent l’Absence et la Présence ne se donne que dans la frustration ou la négation de l’un de ses membres, venant ainsi contrarier la tentation réductrice du recours à la pensée binaire. Rappelant le néologisme forgé par Jacques Derrida dans Spectres de Marx (1993), ces réflexions nous renvoient à quelque chose comme une « hantologie », ce mode d’être de la trace ou cette logique de la hantise qui défait la temporalité. Elles évoquent également les analyses de Georges Didi-Huberman dans Génie du non-lieu (2001) : chez l’artiste italien Claudio Parmiggiani la ruine, la maison vide peuvent faire signe vers une survivance, un non-lieu dont le pouvoir de hantise est justement décuplé par l’impression d’une disparition infinie.

3Car, de fait, il est impossible d’évoquer l’Absence sans se départir de ce qui fut, de ce qui a été mais n’est plus, comme si l’Ab-sence (l’étymologie même du mot invite à ce questionnement) constituait davantage qu’un contraire de la Présence, une de ses modalités, une de ses possibles manifestations. Que ce soit sous la forme de la trace, du spectre, du fantôme, du revenant, du souvenir, du défunt, de l’attente, l’Absent est encore et toujours là, peut-être d’autant plus violemment qu’il est inaccessible ou à tout jamais perdu. On pense bien entendu ici au Godot de Samuel Beckett (1948), figure absente par excellence, mais aussi aux destinataires absents des sonnets de Shakespeare, ou encore à des personnages dont la mort et le silence parviennent par un coup de maître à faire mentir l’adage selon lequel les absents ont toujours tort : on pense au vieil homme anonyme et victime du narrateur du « Tell-Tale Heart » d’Edgar Allan Poe (1843), à Rebecca de Winter de Daphne du Maurier (1938), ou encore à Sebastian Venable dans Suddenly Last Summer de Tennessee Williams (1958).

4La recherche de voix perdues substitue aux absents la matérialité de la langue et du texte, comme en atteste par exemple le souci moderniste, contemporain ou post-colonial, de rendre audibles les absents de l’Histoire : le commis-voyageur d’Arthur Miller, allégorie tragique d’une modernité inhumaine ; la Circé de Eudora Welty, qui dans The Bride of Innisfallen se voit exhumée des tréfonds de l’Odyssée et autorisée à parler, à être présente en qualité de femme dans un récit éminemment masculin. En littérature post-coloniale, viennent également à l’esprit les romans d’Arundhati Roy dans lesquels les oubliés de la grande Histoire opposent à cette dernière la multiplication de leurs « petites » histoires individuelles. En cela, ils offrent une réponse aux travaux de Gayatri Chakravorty Spivak sur la construction par le discours eurocentrique d’un sujet subalterne silencieux.

5Par ailleurs, si l’absence est multi-causale, elle est parfois une mort, qui fonctionnera tantôt comme motif, tantôt comme catalyseur de la création. À titre d’exemple, la question du trauma est la source d’une littérature de plus en plus riche car comme l’a montré la critique américaine Cathy Caruth, le trauma échappe par définition au langage. Son expression littéraire ou artistique suscite un ensemble de stratégies discursives et esthétiques visant à faire sens d’un événement central qui échappe au sujet, que cela soit par le biais d’un minimalisme d’une violence inouïe (chez Sarah Kane, chez le sculpteur sous-marin Jason deCaires Taylor ou chez la poétesse canadienne et caribéenne NourbeSe Philip), ou au contraire, par une démultiplication des sources et des lieux du discours au cœur d’une même œuvre, qui deviendra dès lors l’avatar hybride et protéiforme d’une absence qui ne se laisse pas circonscrire.

6La voix perdue, morte, oubliée, fonctionne comme synecdoque de l’Absent et se pare d’un tragique supplémentaire. N’entend-on pas dans le roman de Vladimir Nabokov, Humbert Humbert, narrateur misérable à la fin de Lolita, avouer “ I stood listening to that musical vibration from my lofty slope, to those flashes of separate cries with a kind of demure murmur for background, and then I knew that the hopelessly poignant thing was not Lolita’s absence from my side, but the absence of her voice from that concord” (Nabokov 1980, 306)? La douleur de l’absence physique se double de l’absence d’une voix qui relance sans cesse la quête littéraire, nous faisant ainsi nous interroger sur la symétrie et l’asymétrie entre le concept d’Absence et celui de Silence. L’idée et le motif d’une distance infranchissable entre le créateur et son objet perdu, ainsi que d’une inadéquation implacable entre le créateur et les outils de reconquête artistique, se lisaient déjà dans le désespoir de John Keats devant sa silencieuse urne grecque.

7Les articles réunis ici explorent ces diverses perspectives sur l’absence, et le volume s’ouvre sur la question des figures absentes. Henri Justin, se penche sur le motif du miroir et du double dans les réécritures de la tragédie shakespearienne par Poe : il montre notamment comment deux nouvelles de Poe peuvent se lire comme des réécritures d’Hamlet dans lesquelles figure spectrale de Claudius perd peu à peu de sa centralité au profit d’une représentation spéculaire de l’écriture. Sophie Lapalu s’intéresse, dans le domaine de la performance, aux « actions furtives » réalisées sans spectateurs et montre qu’à l’instar de la lettre volée dans la nouvelle éponyme d’Edgar Allan Poe, celles-ci sont paradoxalement à la fois présentes et absentes.

8Une deuxième perspective rassemble des articles qui interrogent la possibilité de dire l’absence. Enora Lessinger étudie l’une des premières nouvelles de Kazuo Ishiguro, « A Strange and Sometimes Sadness » au prisme de ce qu’elle nomme une poétique du silence. Caroline Magnin s’intéresse au roman de Jonathan Safran Foer, Extremely Loud and Incredibly Close, et montre comment l’événement traumatique « résiste à toute inscription dans le langage », figurant ainsi un point aveugle structurant l’ensemble du texte. Elsa Charléty montre quant à elle comment le roman d’Edwidge Danticat, Claire of the Sea Light construit un langage de l’échange autour du vide. Il est caractérisé par une polyphonie qui tente de faire de la douleur personnelle une mémoire collective.

9Puis, le volume propose une réflexion sur la matérialisation de l’absence. Sarah Bouttier étudie trois poèmes – « Meditations at Lagunitas » de Robert Hass (1979), « Silverfish, Moth » de Matthew Francis (2014) et « Pipistrelles » de Kathleen Jamie (2004), qu’elle analyse à la lumière des théories contemporaines de l’objet, et Pamela Bianchi montre comment, dans les œuvres plastiques de la sculptrice anglaise Rachel Whiteread, le vide lui-même prend forme, donnant ainsi matière à l’absence.

10Enfin, la dernière partie du volume s’intéresse à la représentation de voix absentes. Léa Sawyers se penche sur le théâtre de la dramaturge britannique debbie tucker green, et propose une lecture poétique et politique de sa (re-)construction musicale de voix socialement marginales et politiquement mineures. Et Kathie Birat termine le volume en s’intéressant au recueil de poèmes Slave Songs de David Dabydeen qui tente, à travers l’utilisation du créole guyanais, de générer une présence, qui viendrait compenser l’absence d’une poésie composée en cette langue.

11Apparaît ainsi un parcours à travers différents genres littéraires et artistiques sur les traces de l’Absent. Si l’Absence peut être à la fois objet et moteur d’écriture et de création artistique, elle est également source d’une réflexion critique féconde qui, structurée autour d’un centre introuvable, ne peut que se refuser à conclure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Goursaud, Elsa Lorphelin et Deborah Prudhon, « Introduction »Sillages critiques [En ligne], 25 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/7283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sillagescritiques.7283

Haut de page

Auteurs

Bastien Goursaud

Lettres Sorbonne Université (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Elsa Lorphelin

Deborah Prudhon

Lettres Sorbonne Université (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search