Navigation – Plan du site

De l’avoir lieu à l’être-lieu : parcours dans l’œuvre de Dorothy Cross

From Taking Place to Being Place: The Art of Dorothy Cross
Valérie Morisson

Résumés

Les installations et performances de Dorothy Cross, artiste contemporaine irlandaise, reposent sur un profond respect de la nature et visent à remettre en cause, de manière poétique, l’anthropocentrisme des sociétés occidentales. En mettant en scène le surgissement inattendu d’une bestialité archaïque symbolisée par le requin, la méduse ou les serpents, animaux sauvages mais culturellement marqués, et en s’immergeant dans des milieux et biotopes sauvages, l’artiste opère des renversements spatiaux : l’espace culturel devient un espace ensauvagé. Les procédés d’inscription, d’incrustation ou de projection de motifs évoquant une nature non domestiquée opèrent une symbiose entre l’homme et l’étrange altérité de l’animal. La métamorphose des objets et des matières inventés par l’artiste permet d’établir une continuité entre le vivant et la matière, l’homme et l’animal. Ses œuvres illustrent en effet les idées émergeant au croisement de l’écopolitique, de l’écoféminisme et de la nouvelle phénoménologie. Si, dans ses œuvres, quelque chose d’inattendu a lieu c’est pour évoquer de manière poétique des modes d’être-au-lieu différents, pour basculer de l’avoir-lieu à l’être-lieu.

Haut de page

Texte intégral

1Artiste irlandaise de renom, Dorothy Cross a grandi en Irlande, vécu en Angleterre puis aux États-Unis avant de revenir dans le Connemara, où son atelier, non loin de Killary Harbour, surplombe la côte sauvage. Souhaitant faire voler en éclats plusieurs cadres (artistiques, politiques, sociaux), dès le début de sa carrière, elle a préféré à la peinture une pratique mêlant sculpture, installation, performance et vidéo. Les projets de l’artiste sont profondément ancrés dans des lieux spécifiques, qu’il s’agisse d’installations dans lesquelles des objets collectés dans des endroits précis sont rassemblés ou de performances destinées à exhumer l’histoire ou l’imaginaire d’un site, un lieu marqué par des activités humaines ou dont la perception dépend de codes esthétiques ou culturels.

2Plusieurs œuvres de Dorothy Cross sont sous-tendues par une réflexion sur le rapport de l’homme à la nature, au paysage, au lieu, aux sites, et elles explorent la relation de l’artiste au matériau et à la matière, questionnements déjà saillants dans les pratiques des land artists. Bien que certaines de ses propositions abordent le lieu en tant que territoire politique et prennent tout leur sens dans le contexte de l’histoire coloniale de l’Irlande et du conflit nord-irlandais (Storm in a Tea Cup ; Attendant), nous n’analyserons pas ici cet aspect de son œuvre mais aborderons la question du rapport qui s’établit entre le geste artistique (prélèvement, intervention, transformation), le corps de l’artiste et le lieu, ou le milieu, dans le cadre d’une pratique artistique fondée sur un profond respect de la nature. De fait, Dorothy Cross ne se définit pas comme artiste activiste :

I’ve worked with scientists, including my brother, which has helped me to not make conclusive statements but try to show the value of things that exist already, and the presence and absence of what we don’t understand. Using materiality to create something that can’t be put on a protest poster. Art can have a power that the poster at the barricade does not, perhaps by dribbling slowly into some viewer’s consciousness. (Cross, Singer 94)

Nous nous pencherons sur les formes d’appropriation et d’exposition du monde naturel par l’artiste, sur la portée des œuvres in-situ induisant un dialogue spécifique avec le lieu dans lequel elles s’inscrivent, pour finalement proposer la notion d’être-lieu.

Surgissements

  • 1 « The modern world, the artist writes, is always trying to fill everything in so there’s no unknown (...)
  • 2 Robin Lydenberg a proposé une lecture psychanalytique, plus précisément freudienne, de l’œuvre de D (...)
  • 3 Ces positions sont développées par Jane Bennett (2004 et 2010) et Karen Barad (2008) notamment.
  • 4 Certains chercheurs issus de disciplines différentes, Tim Ingold, Bruno Latour, Philippe Descola, S (...)
  • 5 Les travaux séminaux de Donna Haraway (1989 et 1991), dont il sera question plus tard dans ce texte (...)

3S’il est un thème qui fédère le travail protéiforme de Dorothy Cross c’est celui de notre rapport à l’inconnu1 : l’artiste réhabilite le mystérieux, l’insondable voire l’indomptable, et nous met face à notre tentation de cerner, domestiquer puis dominer ce qui nous entoure ainsi que nos profondeurs psychiques. Que l’on interprète ce fil conducteur à travers le prisme de la psychanalyse (insistant sur les mécanismes psychiques associés à l’inquiétante étrangeté chez Freud2), de l’esthétique du sublime (rappelant la finitude de l’homme face à la puissance de la nature) ou du nouveau matérialisme associé à l’ère anthropocène (invitant à penser une continuité entre l’humain et le non-humain3), ce ré-enchantement de l’insaisissable va de pair avec une réflexion sur le lien qui nous unit à ce qui nous entoure et aboutit à la revendication d’un continuum entre l’humain et le non-humain. Sans remettre en cause la validité des approches psychanalytiques de l’œuvre de Dorothy Cross, nous proposons ici de confronter son travail à d’autres corpus critiques, ceux qui ont émergé dans les sciences sociales4 et les sciences du vivant5. Pour plusieurs chercheurs, dépasser la dichotomie de longue date établie entre la société, la culture, l’homme et la nature implique de remettre le corps au centre de la pensée et d’effacer la barrière séparant l’humain et le non-humain.

4Les œuvres de Dorothy Cross invitent le spectateur à appréhender le paysage (entendu comme un espace symboliquement et culturellement construit) comme un milieu (terme signalant davantage une interaction entre un lieu et des organismes humains ou non-humains) où se déconstruit l’opposition entre le sauvage et le domestique, l’homme et l’animal. Le lieu n’est plus un territoire obéissant à une division rassurante entre le monde sauvage et la civilisation mais un espace poreux qui laisse surgir l’autre, l’étrange, voire l’étranger. La transformation des objets ou matériaux collectés par Dorothy Cross nous mène en dehors, ou au-delà, des classifications rationnelles, mettant ainsi fin à l’emprise du cogito sur le monde naturel. Sans être totalement liée à l’art écologique ou environnemental, dans de très nombreuses œuvres revisitant le motif des métamorphoses, Dorothy Cross a reconsidéré l’opposition entre la nature et la culture, la rationalité et l’imaginaire.

  • 6 La notion de liminalité a été développée par l’anthropologue Victor Turner (1969 ; voir notamment l (...)
  • 7 Cross évoque Beuys dans une interview à Brian McAvera en 2015 (Cross et McAvera).

5En anthropologie, le terme de liminalité6 désigne des interfaces relationnelles où une éthique de l’espace se dessine, mais aussi des moments de transition ou de passage permettant une transformation au sein d’un espace réel et symbolique. Ce terme vient aisément à l’esprit devant les œuvres de Dorothy Cross. En effet, elles initient des rencontres inattendues entre des territoires distincts qui se superposent et se confondent pour faire entendre leurs résonances. Ainsi, de nombreuses œuvres ensauvagent l’espace domestique, paysagé ou culturel, celui de la galerie notamment, ce white cube qui isole l’art de la vie et la culture de la nature comme de l’organicité. Tout comme Joseph Beuys7, Dorothy Cross remet en question notre perception du sauvage et de l’espace géographique ou symbolique qu’il occupe. Comme le rappelle Sarah Whatmore :

The wild occupies a special place in the imagined empires of human civilization as that which lies outside its historical and geographical reach, however defined (White, 1978). A place without us populated by creatures […] at once monstrous and wonderful, whose very strangeness gives shape to whatever we are claimed to be. (Whatmore 12)

  • 8 En 1988, Dorothy Cross crée Shark Lady in a Ball Dress (Hugh Lane Municipal Gallery of Art, Dublin) (...)

6Si dans l’œuvre de Beuys c’est le coyote qui symbolise le monde sauvage, dans celle de Dorothy Cross c’est le requin, prédateur émergeant des profondeurs maritimes mais aussi d’un temps préhistorique, qu’il incarne8. Dans certaines œuvres, il surgit de manière subreptice, symbolisant l’animalité qui sommeille en nous mais aussi un désir pulsionnel refoulé, ou encore l’inévitable combat entre instinct de vie et pulsion de mort. Pour une installation in-situ dans une ancienne centrale électrique de Philadelphie, Power House (1991), Dorothy Cross a disséminé des objets féminins dans l’espace désaffecté et principalement masculin. Elle a ainsi transformé des casques de chantier en poitrines féminines surmontées de tétins et a gravé dans les plateaux de tables en bois des requins symbolisant un obscur objet du désir et une bestialité nécessairement réprimée dans nos cultures urbaines et industrielles. Dans Passion Bed (1990) trente verres étaient emprisonnés dans une structure métallique dessinant un lit ; sur chaque verre était gravé un requin suggérant un érotisme bestial, symptôme du « ça » freudien enfermé et refoulé (Freud 1975, 2e partie, chap. 18). L’empreinte d’une sauvagerie archaïque, suggérée par la gravure du requin dans un environnement familier, laisse présager une fissure symbolique dans l’univers rassurant et quotidien. Autre animal marin très présent dans l’œuvre de Dorothy Cross, la méduse vient hanter l’univers intime et familier de la chambre à coucher évoqué dans Jellyfish Pillowcases (2004). L’artiste a fait sécher l’animal sur le tissu jauni de taies d’oreillers ou de linge de maison. Associée au sommeil et au monde onirique, la créature, habituellement symbole d’une féminité monstrueuse, ensauvage l’espace intime du lit. L’incrustation de la méduse dans le tissu évoque l’empreinte animale qui marque notre psychisme.

  • 9 Des sites préhistoriques indiens (des peuples Hopewell) existent non loin du Lewiston Art Park où D (...)

7C’est également un surgissement étrange que met en scène Slippery Slope (1990), installation réalisée sur une partie de la rivière Niagara anciennement associée à un culte indien9 puis aménagée en point de traitement d’eaux usées. Trente requins prédateurs, sculptés dans des plaques de métal rouillées, et enchaînés le long de la chute d’eau, semblent se précipiter en contrebas et s’échouer parmi des chambres à air jonchant la berge. Si l’on peut proposer une analyse psychanalytique de l’œuvre, dans laquelle le requin harnaché serait un équivalent du désir refoulé (Lydenberg 2005, 49-53), on peut également percevoir l’installation comme offrant une perspective écopolitique (c’est-à-dire proposant une réflexion basée sur les relations qui unissent le développement d’une communauté ou d’une entité sociale et politique plus vaste et l’environnement) qui opposerait une conception utilitariste et anthropocentrée de la nature, l’eau dans ce cas précis, à une forme de respect et d’humilité vis-à-vis du monde sauvage, fut-il hostile à l’homme. L’œuvre laisse entrevoir l’enchevêtrement des aspects culturels, économiques, biologiques et symboliques du lieu et nous invite à repenser notre place dans un espace dont la temporalité nous dépasse, mais qui est néanmoins marqué par les usages successifs du site. Comme l’observe Gilles A. Tiberghien, « les artistes savent composer avec ces épaisseurs sémantiques qui leur permettent de faire ‘remonter’ des images archaïques qui ressortissent parfois aussi bien à l’enfance de l’homme qu’à celle de l’humanité » (Tiberghien 13). Dans les œuvres de Cross, ce qui a lieu s’inscrit dans l’espace et le temps à la fois, le lieu étant, comme nous le verrons plus bas, traversé par ce qui y a eu lieu. L’artiste crée des lieux liminaux où espace et temps s’enchevêtrent et se révèlent multiples et instables. Le titre de l’œuvre, Slippery Slope, attire l’attention sur les dérives de l’exploitation des ressources naturelles mais aussi sur celles de la colonisation et de l’acculturation, thèmes que l’artiste a traités dans d’autres œuvres en lien direct avec l’histoire coloniale de l’Irlande.

  • 10 L’œuvre, comme bien d’autres, est visible sur le site de la Kerlin Gallery : http://www.kerlingalle (...)
  • 11 Dans la galerie Turner Contemporary (Margate, Kent) proposant un parcours monographique intitulé Co (...)
  • 12 Dans Buoy (2014, peau de requin bleu, feuille d’or blanc, chevalet ancien, albâtre, 180 x 130 x 80 (...)

8L’animal emblématique est resté au centre de l’œuvre de l’artiste qui, plus récemment, a utilisé des restes de requins dans plusieurs sculptures dont Shark-heart Submarine (2011), reliquaire aux accents surréalistes en forme de requin/sous-marin dans lequel est préservé le cœur de l’animal10. Le reliquaire est disposé sur un chevalet du XIXe siècle portant encore des traces de peinture et suggérant l’usure et la décrépitude, thèmes omniprésents dans le travail de Dorothy Cross. La préservation du cœur de l’animal rapelle certaines pratiques soit rituelles, soit scientifiques (taxidermie, embaumement, préservation dans du formol) et peut évoquer la vénération de la puissance et la vitalité animale, mais aussi son asservissement aux desseins dominateurs de l’homme. Cette œuvre, mystérieuse, renonce à représenter ou figurer la nature sauvage : exposée en 2014 parmi les peintures de paysage de Joseph Turner et John Constable11, elle oppose à la représentation de la nature en paysage une mise en scène symbolique de l’invisible, l’indomptable et l’imprévisible, supports de notre imagination ou de nos fantasmes. Il s’agit bien ici d’interroger le regard anthropocentré porté sur le monde dit « sauvage », de repenser l’animalité et, en conséquence, ce qui serait essentiel à notre humanité12. À nouveau, notre vie pulsionnelle, symbolisée par le requin, est présentée comme emprisonnée et refoulée.

9Pour d’autres œuvres, Dorothy Cross a travaillé avec des carcasses de requin qu’elle a nettoyées avec l’aide de professionnels avant d’en recouvrir l’intérieur d’une fine pellicule d’or. Dans Shark Relic (2009), la peau fripée de l’animal et son enveloppe perforée contrastent avec la pureté réelle et symbolique de l’or. L’utilisation d’objets vernaculaires ou de restes d’animaux investis d’une aura particulière pose la question du beau mais également celle du respect de l’artiste pour son matériau. L’intervention minimale de l’artiste, simple adjonction d’or, implique qu’elle reconnaisse la beauté intrinsèque de l’objet ; son geste humble révèle la puissance figurative de la carcasse animale et évoque des pratiques artistiques prémodernes. « La prise en compte de la nature comme matériau artistique entraîne nécessairement une nouvelle réflexion sur le temps de l’art, celui des objets comme celui de notre rapport à eux », note Gilles A. Tiberghien (Tiberghien 47).L’œuvre ramène ainsi une nature archaïque, matérielle et charnelle, dont l’or ne masque guère la force sauvage, au sein de l’espace culturellement normé et pur qu’est la galerie. L’hybridation des formes, des matières, des espaces et du temps caractérise la plupart des œuvres de Dorothy Cross.

10Elle rend un autre hommage à l’animal tutélaire dans Basking Shark Curragh (2013), œuvre présentée dans l’exposition Connemara : un curragh, embarcation vernaculaire de l’Ouest irlandais, est recouvert d’une peau de requin et retourné de sorte qu’il ressemble au prédateur. Dialoguant avec cette sculpture, un film présente un Aborigène que l’artiste a rencontré en Papouasie-Nouvelle-Guinée alors qu’il chantait une complainte ancestrale sacrée associée à la chasse au requin. L’installation superpose différents lieux et temps pour proposer une perception holistique du monde : le lieu, utopique, est l’ici et l’ailleurs, le présent et le passé, l’humain et l’animal, le domestique et le sauvage, le moi et l’Autre. À la linéarité du temps historique occidental, cette sculpture oppose un temps cyclique fait de retours et de revenances. Si l’œuvre de Dorothy Cross est utopique c’est qu’elle « imprime seulement, à la production de l’imaginaire qui explore le virtuel, la marque d’une familière étrangeté, lointaine et si proche à la fois » (Schérer 70). René Schérer établit un parallèle entre l’utopie et le paradigme de l’étranger : l’utopie fait apparaître « la présence persistante du lointain dans le proche, du proche dans le lointain, l’appel de l’étranger et à l’étranger, mais au plus intime de soi, au cœur de soi, par une altérité fondamentale » (Schérer 72). La relativité des normes et des valeurs, la mobilité spatiale et la porosité temporelle, l’instabilité des paradigmes générées par ces dé/placements, rappelant à maints égards l’utopie nomade de René Schérer, sont au cœur du travail de l’artiste irlandaise.

  • 13 Jane Bennett situe son concept à la croisée d’un matérialisme du corps (développé par Maurice Merle (...)
  • 14 Bennett met en valeur cette généalogie à plusieurs reprises (Bennett 2004, 347).
  • 15 Traduction de l’auteure.

11Les œuvres de Dorothy Cross travaillent et révèrent une matérialité presque spirituelle, paradoxe apparent et pourtant fondamental dans le travail liminal de l’artiste qui remet en cause la hiérarchie entre l’objet et le sujet, le non-humain et l’humain. Elles sont investies de ce que Jane Bennett appelle le pouvoir des choses, thing-power, notion désignant la capacité étrange des choses inanimées à agir et produire des effets spectaculaires et subtils13. La philosophie de Jane Bennett, s’inscrivant dans le sillage de la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty et des travaux de Gilles Deleuze et Félix Guattari14, entend remettre en cause la fracture entre l’animé et l’inanimé, le sujet et l’objet, pour établir une continuité fondée sur une matérialité vibratoire commune à l’homme et à ce qui l’entoure. Jane Bennett évoque « the shared material basis, the kinship of all things, regardless of their status as human, animal, vegetable, or mineral » (Bennett 2004, 363) et promeut une attention sensorielle renouvelée, propre à valoriser les qualités intrinsèques des objets. Sa pensée éclaire la pratique artistique de l’assemblage dans la mesure où la philosophe avance que la mise-en-scène des objets ravive leur pouvoir. Suivant son argument, on avancera donc que l’agencement génère une agentivité de l’objet. Par ailleurs, la philosophe conjecture que notre environnement n’est qu’assemblage, réseau, maillage fait de connexions changeantes aux choses et matières qui nous entourent. Les créations hybrides de Dorothy Cross, qui mêlent matériaux organiques ou non, tous dotés de qualités fortes, que ce soit le verre, le métal, le bois, ou la peau, illustrent ce « monde fait de matières vibrantes entrelacées15 » (knotted world of vibrant matter) que décrit Jane Bennett (Bennett 2010, 9). Pipes (1998), par exemple, est constitué de trois tuyaux de métal rouillés présentant en leur milieu une cicatrice ou plus exactement un orifice charnel évoquant une vulve. La métamorphose de la matière fait affleurer un animisme étrange. Tout, dans les créations de l’artiste, est sujet à métamorphose. L’univers marin que Dorothy Cross affectionne est porteur d’une fluidité qui dissout les frontières entre matière et vivant et induit une temporalité liquide. Time flows dit l’anglais : le temps coule plus qu’il ne s’écoule. L’homme, l’animal, la matière sont enchevêtrés dans un temps commun qui les transforme inéluctablement, qui nous transforme.

12La conscience écologique de l’artiste est particulièrement perceptible dans Everest Shark (2013), œuvre dans laquelle le moulage d’un requin (réalisé selon une technique ancienne) abrite le mont Everest miniaturisé (produit grâce à une imprimante 3D). La créature hybride, mi-animale mi-montagne, gît sur le sol de la galerie, témoignant de l’impact nuisible des activités humaines sur des écosystèmes ou biotopes particulièrement anciens et vulnérables. Isolée sur le sol froid de la galerie, recluse derrière la vitre d’un espace inorganique, la chimère nous regarde et nous rappelle que « tout se passe comme si par une sorte de narcissisme anthropocentrique nous oubliions que les animaux nous regardent, et que ce regard, bien qu’énigmatique, exprime le fait que nous ne possédons pas le monde à nous seuls, mais que nous le partageons avec d’autres êtres vivants terriens » (Viennet 2). Que ce soit le squelette d’une baleine échouée non loin de l’atelier de l’artiste, nettoyé puis exposé parmi des sculptures classiques, la peau d’un requin, d’un serpent (dans Cry [1996] par exemple) ou celle d’une vache dans la série d’œuvres intitulée Udder Series (1990-1994), les pattes-doigts de crabes chimériques qui semblent envahir le sol du musée, les créations de Dorothy Cross font surgir une organicité animale éveillant notre sensorialité. C’est un accident esthétique et muséographique qui advient, creusant des plis dans l’espace en un moment de différance (Derrida 1972). L’objet hybride et imaginaire devient le symptôme d’une résistance ; il établit la possibilité d’une ouverture à la contradiction ou l’écart ; il déstabilise les catégories et les cadres de pensée qui empêchent l’émergence d’une altérité profonde ou différante ; il crée un moment de suspension évoquant le double sens de différer que Jacques Derrida expose. Le motif du trou, de la fente, de la perforation est d’ailleurs récurrent dans le travail de l’artiste, signalant la porosité imaginaire des lieux et la dimension utopique de son œuvre. Il s’agit bien de percer l’espace, les murs, les cloisons, les objets pour mieux laisser poindre le désir utopique qui, selon Théodore Adorno, naît de la conscience d’un manque (Bolaños 30), pour suggérer la possibilité qu’une présence étrange émerge de profondeurs psychiques ou géographiques oubliées. Pour le philosophe français Florent Perrier, l'utopie s'inscrit dans un réel sensible et peut s'incarner dans des formes artistiques :

l’analyse critique de la réalité associée à l’utopie n’est ni nostalgiquement tournée vers un âge d’or perdu ni rêveusement happée par un futur hors d’atteinte, mais guidée par la nécessité de bouleverser l’ordre des choses existant, elle s’emploie à rendre perceptibles à même le présent les espaces grâce auxquels peut être subvertie l’épaisseur du Donné. (Perrier 23)

C’est l’épaisseur du donné que l’artiste creuse inlassablement.

  • 16 Voir Livingston et Puar, et Steve Baker (1993, 2000).  

13Si, dans l’œuvre de Dorothy Cross, les prélèvements, les procédés d’inscription, de moulage ou d’empreinte relèvent d’une praxis nécessitant une appropriation du naturel par l’artiste, sur un plan symbolique, ils matérialisent l’animalité inscrite en nous, pénétrant notre être intime et ils nous rappellent qu’ « à travers les âges et les cultures les êtres humains se sont imaginés à travers l’autre animal » (Cross et Vallely 5). L’antispécisme (interspeciesism en anglais) position qui émerge dans les pays anglo-saxons dans le cadre des animal studies et qui tend vers une égalité entre les espèces16, éclaire un aspect de l’œuvre de Dorothy Cross rendant visibles des porosités entre espèces. Dans Humans and Other Animals: Beyond the Boundaries of Anthropology (1989), Barbara Noske affirme : « animals are no lesser humans; they are other worlds, whose otherwordliness must not be disenchanted and cut to our size, but must be respected for what it is » (citée par Haraway 177). Illustrant ces positions de manière poétique, les œuvres de Dorothy Cross dessinent les contours d’une écopolitique mobilisant une poïétique efficace. De l’inscription ou l’incrustation précédemment évoquées, l’œuvre évolue vers l’immersion permise par des pratiques performatives.

Immersions

  • 17 « Questioning the hierarchies inherent to existing economic systems, art that were not marketable o (...)
  • 18 Trove (2015) est une initiative dans le cadre de laquelle l’artiste a exploré les collections natio (...)

14La pratique de la performance permet à l’artiste d’établir un lien différent avec un lieu et avec un système culturel. La dématérialisation de l’œuvre (quand bien même la performance est documentée par des vidéos ou des photographies) permet de remettre en question la marchandisation de l’art et propose le paradigme d’un art intégré à la diversité du monde vivant et non pas uniquement propice à la satisfaction esthétique des individus dans une économie de marché17. Gilles A. Tiberghien distingue trois catégories de sculptures en extérieur (outdoor sculpture) ou œuvres in-situ : les œuvres qui dominent le site ; les œuvres ajustées au site ; enfin les œuvres conditionnées au site (Tiberghien 162). C’est à cette dernière catégorie qu’appartiennent les interventions in-situ de Dorothy Cross. Cette dernière s’intéresse en effet au lieu comme « système de traces, comme histoire matérielle –à la fois géologique et surface d’inscription en résonance avec les pratiques humaines, souvenir de réalisations passées et lieu de projection d’entreprises futures » (Tiberghien 174). Elle envisage l’épaisseur du lieu telle que Lucy Lippard, dans un texte célèbre intitulé The Lure of the Local: Senses of Place in a Multi-centered Society (1997), l’avait définie en soulignant les intersections entre la nature, la culture, l’histoire et l’idéologie qui rendent un lieu singulier18. Le lieu, intimement traversé par l’histoire, est temporellement poreux : son histoire le hante.

15Bien que résidant dans une région qui a été représentée maintes fois comme un paysage rural idyllique, symbole d’une identité nationale localisée et territorialisée, Dorothy Cross aborde l’espace non pas comme paysage mais comme milieu. L’œuvre rend perceptibles les caractéristiques physiques et géologiques du lieu tout en exhumant l’histoire de son occupation et de son utilisation et en permettant une inscription du corps des acteurs ou performeurs dans le lieu. Comme Richard Long ou Hamish Fulton, Dorothy Cross associe ses créations à la marche ; la plongée, qu’elle pratique assidûment, implique aussi une expérience physique des lieux, milieux ou écosystèmes. Ses œuvres in-situ relèvent d’une phénoménologie incarnée : elles se caractérisent souvent par l’immersion sensorielle dans un lieu enveloppant et creux, la cavité ou profondeur symbolisant tout à la fois la naissance et la mort, le retour aux pulsions archaïques, le repli sur soi et l’ouverture aux autres.

16Dans Chiasm (1999), Dorothy Cross est intervenue dans un espace urbain pour qu’un déplacement inattendu ait lieu. Deux terrains de handball situés à Galway (St Enda's College, Threadneedle Road, Salthill) et séparés par un mur, ont été le théâtre d’une métamorphose éphémère. L’artiste a projeté sur la surface des terrains deux films de tempêtes maritimes déferlant sur la piscine naturelle de Poll na bPeist à Inis Mor (The Worm Hole) tandis que deux chanteurs lyriques (le ténor Eugene McGinty et la soprano Carol Smith) interprétaient, de manière fragmentée et répétée et sans pouvoir se voir, un opéra évoquant l’amour entre Ariane et Thésée. La dualité de l’espace induite par la projection nous rappelle que tout lieu est palimpseste, investi par notre imaginaire, hanté par des représentations anciennes. Dans Stabat Mater (2004), une performance organisée dans une grotte dédiée à la Vierge Marie à Valentine Island (comté Kerry) mais utilisée comme carrière d’ardoise après 1816, deux univers sonores se superposaient : au Stabat Mater de Pergolèse, interprété par des chanteurs lyriques costumés en ouvriers de chantier et émergeant du fond de la cavité rocheuse, répondaient les bruits enregistrés des travaux d’extraction qui furent menés dans cette carrière.

  • 19 La psychogéographie fut initialement créée par le situationniste français Guy Debord (1955). Ces po (...)

17Les corps, toujours, sont inscrits dans l’espace et son histoire ; l’espace lui-même n’est appréhendé que par le corps en mouvement ; le chant, souffle intérieur devenu sonore, redouble le jeu du dedans et du dehors évoqué par les déplacements dans l’espace. Dans ces deux créations, la projection et la superposition matérialisent l’hybridité de l’espace, sa profondeur, sa densité. La singularité de ces sites historiques, culturels et expérientiels s’oppose à l’homogénéisation croissante des espaces contemporains et constitue ainsi une résistance à l’indifférenciation de nos environnements parfois réduits à des non-lieux (Kwon, 157). Dans le sillage du Land Art puis de la psycho-géographie19, ces œuvres nous invitent à nous penser intrinsèquement comme toujours inscrits en un lieu. L’immersion dans l’environnement est la condition d’une expérience intime du lieu qui devient milieu, c’est-à-dire un espace d’interaction entre les caractéristiques géographiques, géologiques ou biologiques d’un lieu et l’activité humaine qui s’y inscrit.

18Les travaux de Dorothy Cross concilient l’ancrage dans un territoire spécifique et une forme de nomadisme. Voyageuse, elle n’établit pas de dichotomie entre un régionalisme irlandais, qu’il conviendrait de resituer dans une histoire de l’art irlandais/e, et une compréhension déterritorialisée de notre rapport à l’espace. Le terme « groundedness » que propose Miwon Kwon (Kwon 160) est particulièrement pertinent quand il s’agit de qualifier les pratiques de Cross :

The deterritorialization of the site [dans un sens générique ici] has produced liberating effects, displacing the strictures of place-bound identities with the fluidity of a migratory model, introducing possibilities for the production of multiple identities, allegiances, and meanings, based not on normative conformities but on the nonrational convergences forged by chance encounters and circumstances. (Kwon 165)

  • 20 Film Super-8 ; The Estate of Ana Mendieta Collection, LLC Galerie Lelong & Co. Voir Lynn Lukkas et (...)

19Poll Na Bpeist (Worm Hole, 2008) documente l’immersion de l’artiste  dans une piscine naturelle dont la forme rectangulaire évoque le cadre d’une photo. Elle n’est pas sans points communs avec une œuvre vidéo d’Ana Mendieta datant de 1974 et intitulée Creek20 dans laquelle l’artiste nue s’immergeait dans une crique et se fondait dans la végétation. Dorothy Cross revisite les thèmes de l’œuvre de l’artiste cubaine : ceux de l’harmonie romantique mais aussi animiste entre l’homme et la nature, de l’analogie entre la terre et la mère nourricière, de l’eau comme symbole de pureté et virginité, de notre rapport à un temps cosmique. «There are two ways I function in the world, one is in terms of materiality and the body and the other is some kind of unseen spiritual route », explique l’artiste (Cross et Singer 97). Dans Jellyfish (2000), vidéo que l’artiste a réalisée avec son frère, zoologue, en Micronésie, elle nage dévêtue parmi des méduses, espèce dangereuse et endémique vieille de 12 000 ans. Les créatures, objets à la fois de dégoût et de fascination dans nos cultures, interagissent avec elle offrant un ballet étrange, leurs nudités se faisant écho. L’eau, omniprésente dans l’œuvre de Dorothy Cross et support de rêverie pour Gaston Bachelard qui, dans son essai L’Eau et les rêves, construit un imaginaire de la matière particulièrement pertinent pour aborder la géographie poétique et imaginaire de l’artiste, évoque aussi la fluctuation du sens et le songe d’une métamorphose. Loin d’être les gorgones chimériques imaginées par d’autres artistes, les méduses nouent ici un contact naturel avec l’autre que constitue l’humain. La performance induit un renversement du regard anthropocentré puisque l’artiste est une intruse dans ce milieu aquatique sauvage. C’est elle qui fait irruption dans un milieu pour en modifier temporairement le sens :

About 25 years ago I went to the Galapagos Islands and learnt how to scuba dive. The wildlife there was still so untouched. I swam with sharks and sea lions, it was amazing but I was conscious that I probably shouldn’t be there contributing to human intervention. (Cross et Singer 95)

  • 21 Carl Gustav Jung note que notre inconscient porte la trace des fondations animales de notre être. P (...)
  • 22 « Nous préférerions alors appeler « involution » cette forme d’évolution qui se fait entre hétérogè (...)

20Ces œuvres illustrent aussi bien la dimension archétypale de la métamorphose animale soulignée par Carl Gustav Jung (1963)21 que la notion de devenir-animal, symbiose ou involution22, proposée par Gilles Deleuze et Félix Guattari. Mais elles reposent aussi sur la compréhension scientifique des écosystèmes et biotopes qui a donné lieu à l’écocritique, plus contemporaine, puis l’écoféminisme.

  • 23 Avant l’écoféminisme, Simone de Beauvoir avait souligné le lien problématique créé par l’homme entr (...)

21Certaines œuvres de Dorothy Cross, immersives et performatives, peuvent être perçues à travers le prisme de l’écoféminisme en tant qu’il naît d’interrogations sur le rapport entre nature et féminité, lien remis en cause par Simone de Beauvoir23 et célébré de manière critique par Ana Mendieta. À la suite de ces réflexions précurseurs, les écoféministes ont reconsidéré la naturalisation de la féminité, repensé leur lien à la nature et inventé une autre manière d’être dans et avec celle-ci. Certaines, dont Luce Irigaray, proposent que la condition des femmes les prédispose à encourager un autre rapport au vivant. En préférant à une position discursive associée au logos masculin, une position d’immersion corporelle et sensorielle et des pratiques situationnelles, certaines artistes ont choisi des perspectives faisant écho à ces analyses théoriques. Par ailleurs, les écrits précurseurs de Donna Haraway, et ses appels à développer une relation intersubjective à la nature et au monde animal, ont eu une grande influence sur certains artistes associés au bio-art et à l’écoféminisme :

Nature is not just a physical place to which one can go, or a treasure to fence in or to bank, or an essence to be saved or violated. Nature is not hidden and so does not need to be unveiled. Nature is not a text to be read in the codes of mathematics and biomedicine. It is not the Other who offers origin, replenishment, and service. Neither mother, nurse, lover, nor slave, nature is not matrix, resource, mirror, or tool for the reproduction of that odd, ethnocentric, phallocentric, putatively being called Man. […] We must find another relationship to nature besides reification, possession, appropriation, and nostalgia. No longer able to sustain the fictions of being either subjects or objects, all the partners in the potent conversations that constitute nature must find a new ground for making meanings together. (Haraway 158)

22Ce que propose Dorothy Cross ce n’est pas tant de sanctifier ou de révérer de manière romantique une nature esthétisée mais de reconsidérer notre inscription au sein d’un monde naturel qui nous inclut. Son travail suggère que la nature est à la fois topos, lieu, et tropos, manière de percevoir et vivre le lieu, ce qui construit notre mémoire et notre spiritualité, ce qui nous est commun et nous ancre en un lieu. La présence du corps réel, immergé et réceptif au lieu dans ses œuvres, semble répondre à l’appel formulé par Stacy Alaimo, regrettant que la critique féministe postmoderne, en se réappropriant le discours et le pouvoir, ait négligé la matérialité : « focusing exclusively on representations, ideology and discourse excludes lived experience, corporeal practice, and biological substance from consideration » (Alaimo et Heckman 4). L’invitation de cette dernière à passer de principes éthiques à des pratiques éthiques mettant inévitablement en jeu le corps dans son rapport à la spatialité semble avoir été entendue par plusieurs artistes dont Dorothy Cross. De la même manière, Karen Barad propose que la performativité, plutôt que la représentation (representationalism), permet de repenser l’idée même de nature selon une perspective posthumaine. Peut-on se penser non pas comme observateur extérieur d’une nature qu’il faut connaître mais comme faisant partie du monde et de son activité interne ? À cette question, Karen Barad répond : « We do not obtain knowledge by standing outside of the world; we know because ‘we’ are of the world. We are part of the world in its differential becoming » (Barad 185). Elle ouvre ainsi la voie d’une onto-épistémologie qui ferait fi des dichotomies multiples opposant l’humain au non-humain, le sujet à l’objet, l’esprit au corps, le discours à la matière. La performance telle que la pratique Dorothy Cross, proposant une immersion symbiotique et archétypale, participe indéniablement de ces nouveaux modes d’être au lieu. Ce qui a lieu, impliquant corps et espace, ouvre la possibilité d’un être-lieu.

L’être-lieu

23Parce qu’il met l’accent sur le continuum expérientiel entre le vivant et le milieu dans lequel le corps s’inscrit ou s’immerge, le travail de Dorothy Cross évoque la phénoménologie vitaliste du philosophe américain Alphonso Lingis, qui place la sensation au cœur du rapport entre l’humain et le lieu, invitant à penser un lien ontologiquement incarné (embodied) entre l’être et le lieu, ce que nous traduisons par le terme composé être-lieu. Plutôt que d’envisager l’ego comme une abstraction intangible ou une construction discursive, Alphonso Lingis voit l’être comme un corps matériel nu et exposé au monde (exposed en anglais), investi d’énergies et de vitalité, immergé dans les éléments et, par son essence, sensuel. Alphonso Lingis revisite la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty à l’aune de la sensibilité et de la sensualité. Il avance que nous ne tirons notre vitalité que d’un contact corporel et sensuel avec notre environnement :

Our sensibility reveals the sensual to us through its affective character: the often unbearable weight of being, or the unsurpassed pleasure of existence is hoisted upon us as a condition of our remaining alive in the world. To live is to be affected by the material imposition of existence, to feel ourselves engulfed in the plenitude of the flesh of the world, which is nothing other than our own fleshy substance. (Lingis 1986, 62-63)

24Les œuvres de Dorothy Cross mettent à l’honneur la sensualité du toucher : ses sculptures réveillent notre sens haptique, adjectif que j’emprunte à Gilles Deleuze. Ce dernier note que « haptique est un meilleur mot que tactile puisqu’il n’oppose pas deux organes de sens, mais laisse supposer que l’œil peut lui-même avoir cette fonction qui n’est pas optique » (Deleuze et Guattari 614). La vue découvre « une fonction du toucher qui lui est propre » et qui se distingue de sa fonction optique (Deleuze 146). Nous entrons en contact avec bien des œuvres de Dorothy Cross avec « la main de l’œil », pour reprendre l’expression poétique de Paul Valéry (Valéry 1301). Fer rouillé et texturé, bois ou verre gravé, peaux nettoyées et travaillées, or déposé à la surface des objets ou des corps, cavités creusées aux rides rocheuses, les matières affleurent et vibrent, présentant des interfaces sensibles. Dans certaines œuvres, l’immersion du corps nu dans l’eau fait de l’épiderme une surface-contact. Contact avec l’étrange inconnu, avec l’Autre. Dans Le Toucher, Jean-Luc Nancy, Jacques Derrida décrit la portée d’un toucher qui reconnaît l’Autre à la fois dans sa différence et sa similitude (Derrida 133). Pour Jacques Derrida, traversant la pensée de Jean-Luc Nancy, le toucher est un point liminal, un facteur de coïncidence profonde, ontologique et sensible. L’univers haptique de Dorothy Cross dessine une communauté sensorielle et sensuelle unissant l’humain et le non-humain, le vivant et la matière dans une forme utopique que l’on appellera être-lieu. Dans son œuvre, ce qui a lieu dans l’interaction archétypale et sensuelle avec le monde sauvage, paysage, milieu et biotope, c’est un passage de l’avoir lieu à l’être-lieu.

25L’être-lieu est perceptible dans la dernière œuvre de ce parcours nécessairement trop rapide et parcellaire dans l’œuvre de Dorothy Cross, Tabernacle (2013). L’installation fait ressurgir l’imaginaire de la cabane, motif qui « cristallise les spéculations sur l’enfance de l’homme et les origines de l’humanité » (Tiberghien 117). Espace plus imaginaire que réel, la cabane-curragh-requin de Dorothy Cross est un espace psychique. Gilles A. Tiberghien note que la cabane « en nous coupant du monde, […] nous expose à nos peurs archaïques. Elle nous immobilise mais nous fait aussi voyager ; sans être vraiment une métaphore de l’inconscient, elle est, comme lui, ce que Sigmund Freud appelle, dans L’Interprétation des rêves, un ‘lieu psychique’ » (Tiberghien 144). L’œuvre devait, dans les projets de l’artiste, inclure un hamac en peau de requin symbolisant le devenir-animal et la plénitude charnelle du monde dans lequel nous sommes immergés. Lieu de retranchement, la cabane de Dorothy Cross propose une régression utérine archétypale mais aussi un ensevelissement. La mort, très présente dans son œuvre, l’est aussi dans la philosophie d’Alphonso Lingis qui, dans Deathbound Subjectivity, avance que l’immersion sensuelle au sein du monde nous accompagne dans la perception de notre vulnérabilité et notre inéluctable détérioration (Lingis 1989, 154).

Conclusion

26Les surgissements et immersions imaginés par Dorothy Cross dessinent un espace utopique, espace figuré par le trou, motif récurrent dans son œuvre et point d’inversion spatiale, de retournement, de projection. Comme l’explique Roger Dadoun :

Le désir d’utopie serait de surmonter toutes les coupures, séparations, exclusions –toutes les « schizes », dirait-on—constitutives de la condition humaine, interminablement traversée par les divisions entre rationnel et irrationnel, individuel et social, dit et non-dit, expression langagière et autres système de sens, etc. La construction utopique apparaît comme un effort sui generis pour prolonger et articuler, en sauvegardant leurs liens originaires, et pour exposer et mettre au jour, en préservant leur coloration libidinale, ces divers facteurs habituellement séparés et conflictuels, et dont la composition et l’intrication forment le noyau du désir. (Dadoun 13)

27Le dépassement des « schizes » dans l’œuvre de Dorothy Cross est médié par la matière et la sensualité qui lui est inhérente, au sens où Alphonso Lingis l’entend. C’est dans l’épaisseur de la matière, organique ou non, que s’élabore un continuum entre les diverses formes du vivant, entre l’organique et l’inorganique, condition d’une éthique et d’une écopolitique nouvelles. Le glissement illustré ici, de l’avoir lieu, évènement situé précisément dans un temps et un espace, à l’être-lieu, position utopique, nous a permis d’insister sur la portée du nouveau matérialisme dans les arts et la capacité de ces derniers à réaliser le projet d’une immersion physique et symbolique dans la nature et la matière.

Haut de page

Bibliographie

Alaimo, Stacy and Susan Hekman. Eds. Material Feminisms. Bloomington: Indiana University Press, 2008.

Bachelard, Gaston. L’Eau et les rêves. 1942. Paris : Livre de Poche, 1996.

Baker, Steve. Artist|Animal. Minneapolis and London: University of Minnesota Press, 2013.

---. Picturing the Beast: Animals, Identity, and Representation. Manchester: Manchester University Press, 1993.

---. The Postmodern Animal. London: Reaktion Books, 2000.

Barad, Karen. “Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter.” Material Feminisms. Ed. Stacy Alaimo and Susan Hekman. Bloomington: Indiana University Press, 2008.120-154.

Beauvoir, Simone de. Le deuxième sexe. 1949. Paris: Gallimard, 1976.

Bennett, Jane. “The Force of Things, Steps Toward an Ecology of Matter.” Political Theory 32.3 (June 2004): 347-372.

---. Vibrant Matter. A Political Ecology of Things. Durham: Duke University Press, 2010.

Blanc, Nathalie and Barbara L. Benish. Form, Art and the Environment. Engaging in Sustainability. London: Routledge, 2016. 

Bolaños, Paolo A. “The Critical Role of Art: Adorno between Utopia and Dystopia.” Kritiké 1.1 (June 2007): 27-31.

Cross, Aaron and Anne Vallely. Eds. Animals and the Human Imagination. New York: Columbia University Press, 2012.

Cross, Dorothy and Melissa E. Feldman. Dorothy Cross, Power House. Philadelphia: Institute of Contemporary Arts (ICA), 1991.

Cross, Dorothy and Brian McAvera. Interview with Brian McAvera. Irish Arts Review (Spring 2015) https://www.irishartsreview.com/force-of-nature/ Consulté le 26/11/2019.

Cross, Dorothy and Angela Singer. “Interviewee: Dorothy Cross, Interviewer: Angela Singer.” Antennae 38 (Winter 2016): 94-102.

Dadoun, Roger. « Utopie : l’émouvante rationalité de l’inconscient ». L’Art au XXe siècle et l’utopie, Réflexions et expériences. Dir. Barbanti, Roberto et Claire Fagnard. Paris : L’Harmattan, Collection arts 8, 2000.

Debord, Guy. « Introduction à une critique de la géographie urbaine ». Les lèvres nues 6 (1955): 13-14.

Deleuze, Gilles. Francis Bacon. Logique de la sensation. Paris : Éditions du Seuil, 1972.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari. Mille Plateaux. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980.

Derrida, Jacques. L’écriture et la différance. Paris : Éditions du Seuil, 1967.

---. Conférence à la Société Française de Philosophie, 27 janvier 1968, reprise dans Marges de la philosophie. Paris : Éditions de Minuit, 1972. 1-31.

---. Le Toucher, Jean-Luc Nancy. Paris: Galilée, 2000.

Fonseca, Christiane. « L’animal, ombre des dieux et frère de l’homme ». Cahiers jungiens de psychanalyse 126.2 (2008): 7-20.

Freud, Sigmund. Œuvres Complètes de Freud. Trad. Ignace Meyerson. L’Interprétation du rêve. Tome IV. Paris : PUF, 1926.

---. L’Inquiétante étrangeté, Essais de psychanalyse appliquée. Paris: Gallimard, 1933.

---. Introduction à la psychanalyse (1915-1917). Trad. S. Jankélévitch. Paris: Payot, 1975.

Haraway, Donna J. Primate Visions; Gender, Race, and Nature in the World of Modern Science. New York: Routledge, 1989.

---. “Otherworldy Conversations, Terran Topics, Local Terms.” Material Feminisms. Eds. Stacy Alaimo and Susan Hekman. Bloomington: Indiana University Press, 2008. 157-187.

Juncosa, Enrique. Ed. Dorothy Cross. Dublin: IMMA –Charta, 2005.

Jung, Carl Gustav. L'Homme à la découverte de son âme. Paris : Petite Bibliothèque Payot, 1963.

Kwon, Miwon. One Place After Another, Site-specific Art and Locational Identity. 2002. Cambridge and London: The MIT Press, 2004.

Lingis, Alphonso. Phenomenological Explanations. Dordrecht: Martinus Nijhoff Publishers, 1986.

---. Deathbound Subjectivity. Bloomington: Indiana University Press, 1989.

---. “Animal Bodies Discourse.” Journal for Theoretical Studies in Media and Culture 20.3 (1998) https://digitalcommons.wayne.edu/discourse/vol20/iss3/22 consulté le 29/07/2019.

Lippard, Lucy. The Lure of the Local: Sense of Place in a Multicultural Society. New York: The New Press, 1997.

Livingston, Julie and Jasbir K. Puar. Introduction. Interspecies, Social Text 29.1 (Spring 2011): 3-14.

Lukkas, Lynn et Howard Oransky. Ana Mendieta. Le temps et l’histoire me recouvrent.
Paris : Éditions du Jeu de Paume, 2019.

Lydenberg, Robin. “https://sculpture.uk.com/programme/dorothy-cross/Dorothy Cross: Beyond Feminism.” Éire-Ireland :a Journal of Irish Studies 33-34.3-4 (Fall-Winter 1998 / Spring 1999): 212-226. https://muse.jhu.edu/article/667374/pdf consulté le 29/07/2019.

---. “Contemporary Irish Art on the Move: At Home and Abroad with Dorothy Cross.” Éire-Ireland: a Journal of Irish Studies 39. 3-4 (2004): 145.

---. [GONE]: Site Specific Works by Dorothy Cross. Boston: McMullen Museum of Art, 2005.

Perrier, Florent. Topeaugraphie de l’utopie : Esquisses sur l’art, l’utopie et le politique. Paris : Payot, 2015.

Randolph, Jody Allen. Close to the Next Moment: Changing Ireland. Manchester: Arts Council England, 2009.

Schérer, René. « Notes pour une utopie nomade ». Tumultes 5, Figures de l'étranger : Immigrés, Nomades, Exilés (Novembre 1994): 69-94.

Tiberghien, Gilles A. Nature, Art, Paysage. Arles : Actes Sud, 2001.

Turner, Victor. The Ritual Process: Structure and Anti-Structure. London: Aldine Transaction, 1969.

Valéry, Paul. Cahiers, II. Paris : Pléiade, 1974.

Viennet, Denis.  « Animal, animalité, devenir-animal ». Le Portique 23-24 (2009): 1-11. https://journals.openedition.org/leportique/2454 consulté le 29/07/2019.

Whatmore, Sarah. Hybrid Geographies. Natures, Cultures, Spaces. London: Sage publications, 2002.

Haut de page

Notes

1 « The modern world, the artist writes, is always trying to fill everything in so there’s no unknown. But the unknown is very important. My work is acknowledging this unknown » (Randolph s. p.).

2 Robin Lydenberg a proposé une lecture psychanalytique, plus précisément freudienne, de l’œuvre de Dorothy Cross qui, indéniablement, travaille sur le retour du refoulé et les mécanismes du désir. Voir le second chapitre de Gone, intitulé « The Return of the Repressed ».

3 Ces positions sont développées par Jane Bennett (2004 et 2010) et Karen Barad (2008) notamment.

4 Certains chercheurs issus de disciplines différentes, Tim Ingold, Bruno Latour, Philippe Descola, Sarah Whatmore par exemple, ont repensé la dichotomie nature / culture.

5 Les travaux séminaux de Donna Haraway (1989 et 1991), dont il sera question plus tard dans ce texte, ont eu un impact considérable sur les artistes.

6 La notion de liminalité a été développée par l’anthropologue Victor Turner (1969 ; voir notamment le chapitre « Liminality and Communitas ») puis reprise dans certains travaux de littérature. Elle semble pertinente pour comprendre l’hybridité de la géographie et la spatialité imaginaires de Dorothy Cross car elle entrelace espace et performativité et nous conduit ainsi vers l’être-lieu que nous proposons en dernière partie de cet article. Turner explique : « The attributes of liminality or of liminal personae ("threshold people") are necessarily ambiguous, since this condition and these persons elude or slip through the network of classifications that normally locate states and positions in cultural space. Liminal entities are neither here nor there; they are betwixt and between the positions assigned and arrayed by law, custom, convention, and ceremonial. As such; their ambiguous and indeterminate attributes are expressed by a rich variety of symbols in the many societies that ritualize social and cultural transitions. Thus, liminality is frequently likened to death, to being in the womb, to invisibility, to darkness, to bisexuality, to the wilderness, and to an eclipse of the sun or moon. » (Turner 95).

7 Cross évoque Beuys dans une interview à Brian McAvera en 2015 (Cross et McAvera).

8 En 1988, Dorothy Cross crée Shark Lady in a Ball Dress (Hugh Lane Municipal Gallery of Art, Dublin), une silhouette chimérique en bronze composée d’une jupe froissée d’où émerge un requin doté de deux seins mais aussi d’une puissance phallique. Plusieurs œuvres présentent des requins femelles reconnaissables aux seins sur leur ventre. La féminisation d’objets ou d’animaux dans l’œuvre de Dorothy Cross relève de sa familiarité avec les écrits de Carl Gustav Jung, notamment les concepts d’anima et d’animus qui rendent compte de l’inconscient féminin chez l’homme et masculin chez la femme.

9 Des sites préhistoriques indiens (des peuples Hopewell) existent non loin du Lewiston Art Park où Dorothy Cross est intervenue.

10 L’œuvre, comme bien d’autres, est visible sur le site de la Kerlin Gallery : http://www.kerlingallery.com/artists/dorothy-cross

11 Dans la galerie Turner Contemporary (Margate, Kent) proposant un parcours monographique intitulé Connemara.

12 Dans Buoy (2014, peau de requin bleu, feuille d’or blanc, chevalet ancien, albâtre, 180 x 130 x 80 cm), la relique du requin est placée au-dessus d’un chevalet où est présentée une plaque d’albâtre vierge.

13 Jane Bennett situe son concept à la croisée d’un matérialisme du corps (développé par Maurice Merleau-Ponty, Gilles Deleuze, Luce Irigaray et Judith Butler) et d’une appréhension du sauvage héritée de Henry David Thoreau (postulant l’existence de choses dont l’existence est irréductible à leur relation à la subjectivité humaine). Elle insiste sur les affinités entre l’organique et le non-organique et nous incite à reconnaître le flux et l’énergie de la matière et des choses qui nous entourent et nous traversent pour mieux les respecter, honorer leur dignité propre et, finalement, développer des pratiques écologiques. (Bennett 2004, 348 ; 2010, 6) L’exemple pris par Jane Bennett pour illustrer ce thing-power est celui d’une accumulation d’objets quelconques abandonnés qui, une fois disposés de manière moins aléatoire, retrouvent une forme de dignité car leurs propriétés intrinsèques sont alors reconnues (Bennett 2004, 348). Cet exemple évoque la pratique de l’assemblage à partir de ready-mades, ou objets de rebus collectés par les artistes contemporains, et l’installation de Dorothy Cross, Slippery Slope, dans laquelle les chambres à air abandonnées sont agencées de sorte que leurs qualités physiques soient perçues et qu’elles retrouvent un pouvoir figuratif.

14 Bennett met en valeur cette généalogie à plusieurs reprises (Bennett 2004, 347).

15 Traduction de l’auteure.

16 Voir Livingston et Puar, et Steve Baker (1993, 2000).  

17 « Questioning the hierarchies inherent to existing economic systems, art that were not marketable or that challenged commodification –installation art, performance, sound art, and other forms— reestablished a paradigm of art embedded in the living world’s puzzle, as opposed to being a supplier of aesthetic satisfaction in the market economy » (Blanc et Benish 162).

18 Trove (2015) est une initiative dans le cadre de laquelle l’artiste a exploré les collections nationales irlandaises et puisé certains objets associés à l’histoire et au folklore irlandais pour les placer au sein des collections du musée des Beaux-Arts. Ce dialogue entre les œuvres d’art et les objets anthropologiques ou folkloriques amène les visiteurs à s’intéresser à la beauté et à l’interaction entre la beauté et la vie.

19 La psychogéographie fut initialement créée par le situationniste français Guy Debord (1955). Ces positions furent reprises par une seconde génération d’artistes, notamment en Angleterre, tels que Iain Sinclair, Peter Ackroyd ou Patrick Keiller.

20 Film Super-8 ; The Estate of Ana Mendieta Collection, LLC Galerie Lelong & Co. Voir Lynn Lukkas et Howard Oransky.

21 Carl Gustav Jung note que notre inconscient porte la trace des fondations animales de notre être. Pour une exploration de la place de l’animal dans la pensée de Jung, voir Fonseca (7-20).

22 « Nous préférerions alors appeler « involution » cette forme d’évolution qui se fait entre hétérogènes, à condition que l’on ne cofonde surtout pas l’involution avec une régression. Le devenir est involutif, l’involution est créatrice. Régresser, c’est aller vers le moins différencié. Mais involuer, c’est former un bloc qui file suivant sa propre ligne, « entre » les termes mis en jeu, et sous les rapports assignables. » (Deleuze et Guattari 291-292).

23 Avant l’écoféminisme, Simone de Beauvoir avait souligné le lien problématique créé par l’homme entre la nature et la femme, sa propension à voir ces deux entités comme fertiles et accueillantes, exploitables, pénétrables et dociles, sources de richesse et de plaisir: « pour la jeune fille, pour la femme qui n’a pas tout à fait abdiqué, la nature représente ce que la femme elle-même représente pour l’homme : soi-même et sa négation, un royaume et un lieu d’exil ; elle est tout sous la figure de l’autre » (Beauvoir 635).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morisson, « De l’avoir lieu à l’être-lieu : parcours dans l’œuvre de Dorothy Cross », Sillages critiques [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 25 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/8468

Haut de page

Auteur

Valérie Morisson

Université Bourgogne Franche Comté (EA 4182)
Valérie Morisson, Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon, est l’auteure d’une thèse portant sur l’art irlandais contemporain et ses rapports à l’identité nationale. Elle a publié plusieurs articles relatifs à la culture visuelle irlandaise (arts visuels, photographie et illustration, bande-dessinée) mettant en exergue le passage du nationalisme au postnationalisme culturel. Ses recherches sur la photographie contemporaine irlandaise et sur l’œuvre d’artistes féministes montrent que l’art et les pratiques artistiques interrogent l’histoire, la mémoire et les pouvoirs de l’image au sein de sociétés en constante mutation. Ses recherches actuelles se concentrent sur l’art contemporain, irlandais et britannique, et accordent une importance particulière au processus créatif.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals