Navigation – Plan du site

Ce que l'« avoir-lieu » doit à l'esprit des lieux dans Lady Chatterley's Lover

“Taking Place” and the Spirit of Place in Lady Chatterley’s Lover
Benjamin Bouche

Résumés

Les méthodes d'analyse littéraire centrées sur la question des rapports de l'être humain à la terre, comme l'écocritique ou la géopoétique, nous invitent à considérer dans L'amant de Lady Chatterley non plus seulement les drames humains qui s'y jouent, mais aussi et surtout les relations à l'environnement (environmental connectedness) qu'ils supposent. On peut ainsi montrer que les personnages du roman sont aux prises avec ce que D.H. Lawrence nomme un « esprit des lieux » (spirit of place) et, singulièrement, avec « l'esprit de la forêt » de Sherwood. Passer d'une conception large de la « nature » à une vision centrée sur les lieux permet de rendre compte de la diversité et de la variabilité des influences environnementales sur l'action humaine, y compris dans des univers de fiction. Les drames humains apparaissent de ce point de vue secondaires et l'importance des lieux centrale. On peut alors suggérer que l'événement principal dans L'amant de Lady Chatterley, ce qui advient (takes place) dans le livre, a lieu en un sens fondamental, et que la hutte où les amants développent leur relation peut être appréhendée de ce point de vue à partir de la question philosophique plus générale de l'« habitation » des humains sur la Terre.

Haut de page

Texte intégral

1Lecteurs et critiques n'ont pas attendu le spatial turn des études littéraires dans les années 1990 pour s'intéresser au fonctionnement des lieux dans l’œuvre de D.H. Lawrence. En 1935, et seulement cinq ans après la mort de l'écrivain, le poète Richard Aldington publiait déjà une sélection de textes consacrés au spirit of place, à cet esprit des lieux que l'on peut rapprocher du génie des lieux, genius loci, qui protège l'identité des lieux dans la tradition romaine. Alors que Lawrence critique la notion de nature (Lawrence 2002a, 76), il consacre de longues pages à l'influence particulière des lieux sur la vie humaine.

2Qu'en est-il plus particulièrement de l'importance des lieux et de l'esprit des lieux dans Lady Chatterley's Lover ? Même s'il semble bien que tout ait été dit sur l’œuvre la plus célèbre et la plus sulfureuse du romancier anglais, il manque encore une étude rigoureuse du fonctionnement et de la valeur des lieux dans l'économie de l'ouvrage, ainsi que des différences sensibles sur le sujet entre les trois versions aujourd'hui publiées : The First Lady Chatterley (1944), John Thomas and Lady Jane (1972) et Lady Chatterley's Lover (1928). L'important recueil d'articles critiques intitulé dans sa traduction anglaise Space and Place in the Work of D.H. Lawrence (Michelucci) ne contient aucun chapitre consacré en propre à cet ultime roman de Lawrence, pourtant décisif à tous égards. Nous aborderons ici cette question des lieux de biais en posant la question de ce qui a lieu au juste dans l’œuvre. Plus précisément, en jouant sur le sens de l'expression anglaise taking place, nous demanderons en quoi la manière dont Constance Chatterley prend place ou se fait une place dans la forêt constitue une part essentielle de ce qui advient (takes place) dans le roman. Notre hypothèse est que la particularité du livre tient au fait que ce qui s'y passe n'est rien d'autre que la construction d'une habitation, d'une « vie habitante », ou pour paraphraser en la détournant une formule de Mallarmé, nous affirmons que, dans Lady Chatterley's Lover, rien n'a lieu que le lieu.

Qu'est-ce qu'un lieu ?

3Le lieu (place) se distingue de l'espace (space) par la dimension vécue qu'il comporte. Il ne suffit donc pas, pour définir un lieu, d'isoler un écosystème régional particulier ou une identité géophysique différenciée. Le lieu doit plutôt être défini comme un système complexe de relations entre des éléments hétérogènes incluant par exemple des coordonnées géographiques, des types de végétation, des courbes de température, mais aussi un type de division des espaces cultivables, une répartition des classes sociales, et jusqu'à des narrations spécifiques et des attitudes culturelles typiquement humaines attachées à certains emplacements (Claval 20). Une telle notion du lieu permet de défaire le partage trop strict du naturel et du culturel, de l'humain et du non-humain, en intégrant la question des représentations, y compris fictionnelles, qui participent à l'identité d'un lieu. On peut rassembler ces caractères hétérogènes en trois composantes principales : une localisation géographique, une forme matérielle et un investissement culturel particulier (Beery et Wolf-Watz 203). La manière dont les géographes, en particulier les tenants de la géographie culturelle, tentent de donner place aux représentations dans la définition d'un lieu peut inspirer les critiques littéraires. Il ne s'agit pas pour ces derniers d'exporter en l'état des concepts forgés dans un univers géographique qui possède ses problèmes, ses règles et ses méthodes propres, mais plutôt de les faire travailler dans le cadre de l'analyse d'une œuvre littéraire. On peut de la sorte constituer une « géographie littéraire » qui s'inscrit dans le champ général des études littéraires (Babon, Collot). Ce rapprochement des études littéraires et de la géographie est loin d'être arbitraire. C'est au contraire le développement de la géographie culturelle qui invite à l'interdisciplinarité, notamment quand des géographes étudient comment les humains représentent ou imaginent certains lieux, ou quand ils tentent d'évaluer l'influence des œuvres de fiction sur les manières concrètes qu'ont les humains d'habiter la Terre.

Les différents lieux du roman de Lawrence

4Lorsqu'un personnage de roman s'installe quelque part, traverse ou fuit un lieu défini, ces mouvements participent à la signification générale de l’œuvre, selon une logique proprement spatiale qu'il revient aux critiques de mettre en lumière et d'analyser. La valeur des différents lieux dans l’œuvre de D.H. Lawrence s'organise ainsi selon un système de différences signifiantes, que Stephania Michelucci propose de penser sur le modèle de la langue chez Saussure, comme une « langue spatiale » (spatial langue, sic) donnant lieu à une géographie proprement littéraire : « […] the geography (or topography) of literary works constitutes a system of meaningful relationships » (Michelucci 3). La fonction signifiante de chaque lieu vaut dans ce schéma par différence avec la fonction d'autres lieux. On se demandera dans cette perspective quelle est la fonction singulière de la forêt dans Lady Chatterley's Lover, en tant qu'elle se distingue à la fois de la maison de Wragby Hall et de la région industrielle minière des Midlands.

5Wragby Hall est une bâtisse brune tout en longueur construite sur une hauteur autour de 1750, puis agrandie progressivement « without much distinction » (Lawrence 2002c, 13). La date de construction n'est pas anodine puisque Lawrence situe assez précisément à la fin du XVIIIème siècle une fracturation de la société anglaise, dont la Grande Guerre constitue selon lui l'ultime conséquence (Lawrence 2002c, 333). Le roman s'ouvre d'ailleurs sur le constat du « cataclysme » de la guerre, et le lien est immédiatement établi avec la question de la construction et de l'habitation : « […] we are among the ruins, we start to build up new little habitats » (Lawrence 2002c, 5). Nous verrons que cette reconstruction s'entend en un sens qui dépasse largement la question concrète des bâtiments détruits par les raids aériens, qui ne concernent pas une région reculée comme celle où se situe Wragby. Mais la demeure appartient malgré tout métaphoriquement au champ de ruine, puisque la guerre a brutalement interrompu l'ordre social qui en assurait la pérennité. Le fils aîné des Chatterley a été tué au front et le second, Clifford Chatterley, a été gravement blessé et rendu invalide. La maison demeure toutefois « the family ''seat'' » (Lawrence 2002c, 5) des Chatterley, une famille de l'aristocratie anglaise. Clifford est baronnet, c'est-à-dire davantage qu'un chevalier mais moins qu'un marquis ou qu'un comte. Il ne siège pas à la Chambre des Lords, mais possède les mines de charbon environnantes et fait office de seigneur des lieux. La demeure de Wragby, située au milieu d'un beau parc à l'anglaise, est une représentation typique de ces grandes propriétés de campagne qui définissaient encore, au début du XXème siècle, l'enracinement de l'aristocratie anglaise au sein des territoires ruraux. Pour Constance Chatterley, issue d'une famille écossaise aisée et cultivée, Wragby est un logement impossible à considérer comme un foyer, un home rassurant et réconfortant. Les couleurs utilisées par Lawrence pour décrire la demeure, en particulier dans la version finale du roman, sont d'une manière caractéristique peu nombreuses et toujours ternes, essentiellement des bruns ou des gris. Cette décoloration exprime la valeur émotionnelle négative du lieu tel qu'il est perçu par Constance, valeur différentielle, puisque la forêt est présentée au contraire comme de plus en plus colorée à mesure que le roman se développe et que Constance l'investit. Dans sa belle étude intitulée Lady Chatterley's Color, Dennis Jackson résume les choses ainsi : « […] in Lawrence's mind Wragby Wood is colorful and Wragby Hall is not » (Jackson 40). Dans tout le roman la maison apparaît comme une demeure stérile, définitivement condamnée par la guerre et la modernité industrielle à un abandon certain.

6Face au domaine de Wragby et immédiatement collé à lui, « almost at the park gates » (Lawrence 2002c, 13), se trouve le village de mineurs de Tevershall et, au-delà, toute la région industrielle minière d'Uthwaite. Tout oppose Wragby et ses environs industriels, qui ne communiquent pas malgré leur proximité : « there was no communication between Wragby Hall and Tevershall village […] and a quiet sort of resentment on either side » (Lawrence 2002c, 14). La province minière a « l'impersonnalité d'une immense banlieue » (Topia 11) et le monde paysan est, d'une manière notable dans les romans anglais de Lawrence, presque complètement absent du livre. Lorsque, dans un passage du chapitre 11, Constance traverse le comté en voiture, elle y voit un monde souterrain affreux et inhumain dont elle se sent radicalement séparée. Pour elle, comme pour le garde-chasse Oliver Mellors, les deux espaces de Wragby et des villages avoisinants sont impossibles à habiter.

7En contrepoint de ces deux espaces, la forêt représente une alternative, une échappatoire à l'opposition binaire entre la maison des maîtres et la région minière. Elle apparaît surtout dans la partie centrale de l’œuvre, en particulier des chapitres 5 à 16 (sur les 19 chapitres de l'ouvrage), mais son rôle dans le récit est décisif. Il s'agit plus précisément d'une partie de la forêt de Sherwood où se trouvent de nombreux chênes, parfois centenaires, les vestiges d'un chemin moyenâgeux et une source d'eau mythique près de laquelle Robin des Bois, selon la légende, était venu se réfugier. Le bois est un lieu profondément ambivalent, à la fois sauvage et idyllique, pastoral et violent. Il est « un espace de sauvagerie, représentant à la fois une menace de violence primitive et une source de régénération » (Topia 21). De ce point de vue il permet d'entretenir le lien avec la vieille Angleterre que les révolutions industrielles menacent de faire disparaître. Christopher Brown a sans doute tort, de ce point de vue, d'opposer frontalement « […] the dark, equivocal side of the pastoral tradition » (Brown 187) du premier roman de Lawrence, The White Peacock, à une expérience de la forêt supposée « arcadienne » et lumineuse dans Lady Chatterley's Lover. Il est vrai que la forêt guérit Constance et l'aide à renaître, mais il est également vrai qu'elle comporte sa part d'ombre. Le garde-chasse, Oliver Mellors, peut en témoigner. Lors de sa première apparition, il effraye Constance en surgissant à l'improviste : « […] he seemed to emerge with such a swift menace » (Lawrence 2002c, 46), et plus tard il l'effraye à nouveau en tuant un chat devant les yeux de sa petite fille (Lawrence 2002c, 59). La forêt enveloppe une violence particulière, qui est en même temps le signe d'un excès de vitalité et, par là, d'une possible régénération. Mellors peut bien apparaître menaçant et violent dans ses actes et ses propos, mais c'est lui, non Clifford Chatterley, qui s'apprête à la fin du livre à réinventer sa vie et à devenir le père de l'enfant de Constance.

8La forêt en tant qu'espace de sauvagerie préservée possède également des caractéristiques sociales. Alors que le territoire humanisé du roman est scindé entre les maîtres et les ouvriers, et que les classes sociales semblent plus que jamais dressées les unes contre les autres, la forêt représente une alternative, la possibilité d'une vie en commun située hors de l'ordre social établi. Comme le rappelle André Topia, cette figure du bois a une longue histoire en Angleterre : « […] au XVIIème siècle, les forêts [...] étaient devenues le refuge de multiples marginaux à tradition itinérante, non conformiste, anarchiste, qui refusaient de s'intégrer à l'ordre social » (Topia 12). Cet idéal d'un territoire échappant à l'ordre social est un topos lawrencien, que l'on retrouve non seulement dans ses fictions mais aussi dans ses lettres, notamment à propos du projet jamais réalisé de fonder une communauté autonome, baptisée Rananim, qui soit complètement libérée de l'ordre social existant. En ce sens, on peut dire du bois qu'il est une utopie, un lieu situé en dehors de l'espace social et de ses impératifs. Mais ce refuge que constitue la forêt, le texte ne cesse de le rappeler, est fragile et menacé par l'industrialisation : déforestation, bruits des machines, lumières artificielles, fumées de charbon, tout est là pour rappeler que le bois risque de disparaître dans un avenir proche et qu'il est comme en sursis.

9À ces trois lieux principaux : Wragby, Tevershall et la forêt, s'ajoutent des lieux secondaires, notamment la ferme de Marehay, également collée au domaine de Wragby (« […] its pastures ran up to Wragby park fence, so they were neighbours » [Lawrence 2002c, 129]), mais aussi des villes plus ou moins brièvement évoquées : Londres, Paris, Venise. D'une manière générale, Lawrence multiplie les références spatiales tout au long du livre, et le texte contient pléthore d’indications sur les lieux et leurs caractéristiques. Le franchissement des seuils, l'ouverture et la fermeture des portes et des barrières font, par exemple, l'objet de notations systématiques (on trouve 63 occurrences du mot « door » dans le roman, et 51 de « gate »). Dans Lady Chatterley's Lover le lecteur a l'impression curieuse d'être informé dès que quelqu'un ouvre ou ferme une porte. C'est sans doute que la question des limites symboliques définissant les différents lieux est fondamentale à la signification du récit, non seulement en tant que « langue spatiale » porteuse de sens, mais également parce que rien de ce qui est humain n'est complètement affranchi d'un certain rapport aux lieux. Comme le note Maria Vittoria Giuliani, qui travaille sur la notion d'attachement aux lieux (place attachment), aucune relation humaine n'est séparable de questions d'espaces et de territoires : « There is perhaps no feeling of mutual affinity, community, fraternity among persons, whether formal of informal, institutionalised or not – nor feeling of diversity, aversion, hostility – that is not in some way related to matters of place, territory and attachment to places » (Giuliani 137). Si toute relation humaine est en partie constituée par le lieu où elle se construit, si les lieux s'insinuent au cœur des relations humaines pour les transformer, on peut se demander si le lieu de la rencontre entre Lady Chatterley et le garde-chasse n'a pas, lui aussi, un rôle trop longtemps sous-estimé. La question de savoir comment les personnages prennent place dans le système de lieux tel qu'il apparaît dans le roman mérite de recevoir une attention particulière.

Du psychologique au géographique et retour

10Si les lieux sont souvent présentés dans Lady Chatterley's Lover à partir des réactions émotionnelles qu'ils suscitent sur les personnages, et singulièrement sur Constance, on peut dire à l'inverse que les personnages sont systématiquement décrits à travers les rapports qu'ils entretiennent avec leur environnement. Ainsi le caractère de Clifford Chatterley est comparé à l’atmosphère du pays (« […] alert in the foreground, but the background [is] like the Midlands atmosphere, haze, smoky mist » (Lawrence 2002c, 49)). Les habitants des Midlands sont présentés quant à eux comme aussi informes et hostiles que les paysages qu’ils habitent (« […] as haggard, shapeless, and dreary as the countryside, and as unfriendly » (Lawrence 2002c, 14)). Ces allusions à l'environnement, omniprésentes dans le roman, n'ont pas simplement une fonction métaphorique ou illustrative. Elles indiquent la réalité d'une connexion des personnages à ce qui les entoure. Les figures du roman sont moins des « personnalités » libres, constituées d'intentions et de motivations au sens psychologique du terme, que des êtres écologiques (ecological selves) capables de s'identifier à des caractéristiques locales et pouvant dire chacun à sa manière : « This place is part of myself » (Naess 37). Clifford n'est pas simplement comme les Midlands, le texte va au-delà de la simple comparaison : il est au moins en partie ce que les Midlands ont fait de lui, son moi (self) inclut des réalités naturelles au point que son identité est inséparable de cette atmosphère sombre et humide qui l'habite autant qu'il l'habite. C'est pourquoi on peut passer dans le texte des corps, ou des états d'âmes, aux termes géographiques au sein d’une même phrase. Le corps de Constance est quant à lui (comme) une plante malade qui manque de soleil et de sève : « […] as if it had not had enough sun and warmth; it was a little greyish and sapless » (Lawrence 2002c, 70). Plus loin cette même Constance se sent envahie par la venue du printemps : « […] like a forest soughing with the dim, glad moan of spring, moving into bud » (Lawrence 2002c, 138). Le corps du garde-chasse est pour sa part « […] like a lonely pistil of an invisible flower » (Lawrence 2002c, 85). On n'en finirait pas de dresser la liste de ces échanges symboliques qui font communiquer l'humain et le végétal, mais aussi le végétal et l'humain. Car si les corps humains sont végétalisés, les végétaux sont humanisés. Les jonquilles devant le cottage du garde-chasse tremblent dans le vent « in bouts of distress », « […] with nowhere to hide their faces », même si « […] perhaps they liked it really » (Lawrence 2002c, 86). Tout le roman s'ordonne autour de ces échanges ou de ces identifications qui permettent de subtilement déconstruire une zoologie privative implicite et spontanée, ce présupposé de « l'exception humaine » qui appauvrit le plus souvent les questions humaines en les isolant de la participation complexe et variée de leurs environnements non-humains.

Pourquoi le lieu ?

11La notion de lieu permet de préciser le rôle de l'environnement tout en évitant le flou inhérent au terme de nature. Ce dernier tend en effet à généraliser ce que le lieu permet de contextualiser (Beery and Wolf-Watz 199). Il enferme également tout ce qui n'est pas humain dans une passivité fondamentale, en ôtant toute puissance d'agir, toute agentivité (agency) aux existants non-humains (Morton 48). Lawrence lui-même considérait que le terme était beaucoup trop étroit et parlait de « […] our petty little love of nature - Nature! - compared to the ancient magnificent living with the cosmos » (Lawrence 2002a, 76). Quant au terme d'environnement, il a l'inconvénient d'entériner et d'absolutiser l'idée d'un centre humain et d'une périphérie non-humaine, d'une avant-scène et d'une toile de fond posées d'avance. On peut tenter de relativiser la notion, de dire par exemple que Lady Chatterley fait partie de l'environnement du bois, ou même d'un arbre, mais on peut se demander dans ce cas si le terme est encore pertinent et s'il ne vaut pas mieux s'en méfier, voire l'abandonner. C'est par exemple le point de vue de Timothy Morton : « […] if everything is everything else's environment, then there's no more use in the world anymore » (Morton 49). Quoi qu'il en soit de ces questions de vocabulaire, la difficulté consiste bien à rendre compte d'une manière d'être en relation qui ne suppose pas des termes déjà constitués, mais qui réussit à penser une identité inséparable des relations qui la constituent, y compris des relations avec des réalités non-humaines. La dualité impliquée par la notion d'environnement entre une scène occupée par l'action humaine et un arrière-plan fait d'événements naturels est justement ce que le texte de Lawrence permet de fragiliser. Lady Chatterley's Lover ne raconte pas l'histoire d'une rencontre amoureuse qui se passerait dans un bois, car dire les choses ainsi revient à enfermer le bois dans une passivité indépassable, à lui assigner un rôle de décor pittoresque sans puissance d'agir sur ce qui se passe en lui. Et de fait la pensée classique distingue bien les actions humaines des événements naturels. Mais ce qu'il s'agit de penser ici est justement une « action » singulière de la forêt, une agentivité propre au lieu (Larsen et Johnson 149), un rôle de participant actif au drame qui se joue avec lui et en lui. Dans le livre, l'arrière-plan déborde sur l'avant-scène et l'action se mêle si bien avec le décor qu'on ne sait plus ce qui est décor et ce qui est acteur, ce qui est le drame et ce qui constitue son « environnement ».

12Le concept de lieu permet également de contextualiser ce rôle du non-humain. Car s'il est difficile de saisir comment l'environnement naturel peut influer en général sur la vie et l'action des personnages, il est peut-être plus aisé de reconnaître l'influence particulière des lieux et les transformations qu'ils occasionnent sur la vie des personnages. Constance refuse de discuter de certains sujets avec Clifford lorsqu'elle est dans le bois, parce que la simple présence du bois suffit à la transformer et à lui rendre insupportable ce qui lui serait tolérable ailleurs (Lawrence 2002c, 184). Lawrence décrit de manière très suggestive ce particularisme des lieux, ou de ce qu'il appelle « l'esprit du lieu », spirit of place.

Different places on the face of the earth have different vital effluence, different vibration, different chemical exhalation, different polarity with different stars: call it what you like. But the spirit of place is a great reality. The Nile valley produced not only the corn, but the terrific religions of Egypt. (Lawrence 2003, 17)

13Peut-on penser que la rencontre entre Lady Chatterley et le garde-chasse qui a lieu dans Lady Chatterley's Lover est déterminée par le lieu particulier où elle advient ? L'esprit de la forêt (spirit of the wood), que Lawrence évoque explicitement dans le livre (Lawrence 2002c, 20), participe-t-il à la rencontre amoureuse ? Peut-on même aller jusqu'à dire qu'il est le sujet principal du roman ? L'écocritique nous invite depuis un certain temps déjà à déplacer notre attention littéraire des drames humains vers ce qui les porte et les entoure, selon une vision centrée sur la terre plutôt que sur l'humain, s'il est vrai du moins que « […] ecocriticism takes an earth-centered approach to literary studies » (Glotfelty xviii). Sans vouloir forcer à tout prix le texte de Lawrence dans cette direction, ne peut-on dire qu'une attention particulière portée aux lieux permet de mieux comprendre en quoi la rencontre a véritablement lieu, et de décaler légèrement de la sorte les intentions de lecture les plus fréquentes ? Est-il si sûr que Lady Chatterley's Lover raconte avant tout l'histoire d'une femme qui devient l'amante du garde-chasse de son mari ? Ne s'agit-il pas plutôt en premier lieu d'une question de lieux et de territoires ?

Une approche géopoétique du malaise de Constance Chatterley

14Les critiques distinguent généralement trois étapes dans le récit : le déclin de Constance, sa renaissance et les débuts fragiles de sa nouvelle vie, ou pour le résumer avec Morag Shiach : « degeneration, rebirth and consequent fragility » (Shiach 87). Interprétée à partir de la question des lieux, la « dégénérescence » initiale peut se lire comme une crise de l'« habitation », à condition d'entendre par là tout à fait autre chose qu'une crise du logement. Constance loge bien à Wragby, dans l'espace industriel des Midlands, mais elle « n'habite » pas véritablement ces lieux, elle demeure coupée du monde, « out of connection » (Lawrence 2002, 20). La dégénérescence de Constance est la conséquence ou l'expression d'une perte de monde liée à une impuissance à habiter la terre, une souffrance pathologique que l'on pourrait rapprocher de la « solastalgie » de Glenn Albrecht : « […] a form of homesickness one gets when one is still at 'home' » (Albrecht 45). La souffrance de Constance Chatterley ne vient pas avant tout de la pauvreté de sa vie sexuelle ou sentimentale, ni de problèmes sociaux, mais bien de difficultés territoriales, d'une impuissance à investir les lieux où elle vit et à s'y sentir chez elle. Pour elle aussi le mot home mérite de recevoir des guillemets qui en suspendent le sens. « Connie went slowly home to Wragby. 'Home !'... it was a warm word to use for that great, weary warren. But it was a word that had had its day. It was somehow cancelled » (Lawrence 2002c, 62). Elle se sent étrangère à la raideur mécanique et déprimante de Wragby aussi bien qu'à la vie souterraine et irréelle de Tevershall. La forêt n'est d'abord dans ce contexte rien de plus qu'une échappatoire, et le texte précise bien que Constance n'y est pas plus attachée qu'au reste : « […] she had no connection with it. It was only a place where she could get away from the rest » (Lawrence 2002c, 20). La deuxième partie du roman raconte cette rencontre entre Constance et le bois, le plaisir sensuel qu'elle prend à s'y promener et l'attachement émotionnel qu'elle développe à mesure qu'elle en fait le lieu et l'occasion d'une « habitation », ou pourrait-on également dire d'une « réhabitation », puisque sa renaissance n'advient pas à l'autre bout du monde mais juste à côté de chez elle, sur un territoire qu'elle connaît bien même si cette « connaissance » est en réalité une méconnaissance. Sa découverte de la forêt est une « redécouverte » : « Connie rediscovers the familar place, seeing it with new eyes, and getting in touch with the spirit of place, which has been asleep but not dead » (Michelucci 111).

15Certes cet attachement à la forêt s'accompagne d'une proximité grandissante avec Mellors, le garde-chasse employé par son mari. Mais l'histoire d'adultère ne doit pas nous dissimuler l'importance de la fonction territoriale du garde-chasse. Car Mellors apparaît davantage comme le gardien de l'esprit de la forêt que comme un garde-chasse ordinaire. Il ressemble à une émanation des lieux, et Constance observe que « Mellors had come out of all this […] » (Lawrence 2002c, 153). Il peut même être vu comme le véritable génie du lieu (genius loci), qui protège la forêt en faisant survivre son « esprit » particulier. Ginette Katz-Roy a parfaitement repéré cette valeur symbolique du gardien de la forêt lorsqu'elle écrit : « […] a gamekeeper, he may be seen as the keeper of the hidden flame of life that waits to be rekindled somewhere in England, preferably in its woods » (Katz-Roy 66). Ce sens éminent de la « garde », Heidegger l'évoque justement à propos du problème de l'habitation du monde. « Habiter » véritablement sur Terre, écrit-il, c'est avant tout ménager (schonen) quelque chose par le soin ou la construction, et ménager consiste en une forme de « garde ». Cette « garde » singulière se nomme en allemand Hüte, et Heidegger identifie l'habitation à l'activité d'« avoir sous sa garde (hüten) » (Heidegger 178).

16Or si Mellors a le bois « sous sa garde », la hutte (hut) est le lieu le plus décisif de sa rencontre avec Lady Chatterley, celui notamment où tous deux font l'amour ensemble pour la première fois. Même si le substantif allemand « die Hütte » n’est pas directement lié au verbe « hüten », la paronymie produit ici un effet de sens qui mérite d’être examiné. Il est besoin d'une hutte pour la rencontre des amants, même s’ils feront l'amour à deux reprises directement dans la forêt, Constance allongée par terre « like an animal » (Lawrence 2002c, 133). Comme le remarquent les amants, les fleurs n'ont pas besoin de construction pour habiter la terre, « not even a hut ! » (Lawrence 2002c, 223). Mais il n'en va pas de même des humains, pour qui construire est une manière nécessaire et privilégiée d'habiter le monde, de transformer un espace en lieu de vie, de prendre place en « faisant lieu », comme dit bien le génie de la langue anglaise, placemaking. La hutte est dans le roman la construction humaine minimale permettant d'« habiter » le bois. Il s’agit d’une petite cabane en rondin sans fenêtre construite au milieu de la forêt, « […] old oak trees stood around » (Lawrence 2002c, 93). Le garde-chasse élève des faisans à proximité et l’utilise pour entreposer des outils. On accède à la hutte par un sentier étroit presque invisible et inaccessible au fauteuil roulant de Clifford. Un appendice de l'édition de Cambridge indique qu'une hutte similaire à celle décrite dans le roman a sans doute été observée par Lawrence dès 1901, et qu'on en trouve une description très comparable dans la nouvelle « The Shades of Spring » achevée en 1914 (Lawrence 2002a, 458).

17Cette hutte est le lieu par excellence où les amants se retrouvent. Mais elle n'est pas simplement pour autant un moyen disponible pour un projet préalable, comme si les deux personnages cherchaient un lieu pour faire l'amour et trouvaient une cabane pour accomplir leur dessein. La hutte participe plutôt à leur rencontre, et on peut aller jusqu'à dire qu'ils n'auraient jamais fait l'amour sans l'existence de cette hutte entourée de vieux chênes. Constance le montre d'ailleurs lorsqu'elle refuse de faire l'amour dans le cottage de Mellors, pourtant plaisant : « so really wood-land » (Lawrence 2002c, 166). « No ! No ! Not here ! At the hut » (Lawrence 2002c, 170), s'écrie-t-elle, comme si elle avait besoin pour faire l'amour qu'une certaine dimension d'elle-même soit activée par la présence de la hutte. Les lieux sont dans le roman davantage que des moyens, et les investir signifie pour les personnages bien autre chose que de les utiliser. Comme le dit Lawrence, c'est une partie de soi qu'on abandonne lorsqu'on quitte un lieu que l'on a aimé et qui nous a transformé. Ainsi, lorsque Harriet et Somers quittent l'Australie à la fin de Kangaroo, « Harriet felt she would leave behind her forever something of herself » (Lawrence 2002b, 356). Les lieux ne sont pas des contenants neutres dans lesquels transitent des sujets étanches et autonomes. Changer de lieu, c'est véritablement changer d'être, être transformé, à condition d'être capable de laisser ce changement advenir et de ne pas chercher à conquérir ou à imposer au lieu des projets prédéfinis. Si « habiter » signifie étymologiquement avoir (habere), il faut l'entendre comme une possession réciproque plutôt que comme une propriété ou un simple usage. C'est la forêt qui s'approprie Constance pour en faire une de ses créatures, une partie organique de son écosystème qui va jusqu'à courir nue sous la pluie « […] to rush into it » (Lawrence 2002c, 221), témoignant ainsi d'une appartenance forte, constitutive de sa nouvelle identité. Ce qui arrive dans le périmètre de la hutte est produit par la hutte au moins autant que par les personnages. Lady Chatterley's Lover ne met pas en scène des sujets autonomes réalisant leurs fins, mais des êtres perméables, sensibles aux influences de l'environnement, qui font ce que les lieux les inclinent à faire. Il ne faut voir là aucune forme de déterminisme, l'action humaine n'est pas « causée » directement par une influence extérieure comme le supposent certains auteurs des théories du climat. Le roman représente en réalité tout à fait autre chose qu'une série « d'actions » effectuées par des « personnages ». Ce qui a lieu, c'est plutôt l'expression d'un détachement et d'un attachement progressif, impersonnel et diffus, ou encore le devenir d'un écosystème qui comprend des humains sans qu'ils en soient le centre. Le lieu participe donc bien à ce qui advient, et c'est en un sens littéral qu'il faut dire que, dans Lady Chatterley's Lover, la rencontre entre les amants a lieu. Davantage même, on peut dire que le lieu est le sujet principal du roman, dont les personnages ne sont que des facettes ou des dimensions. Réduire ce qui se passe dans le monde ou dans un roman à ce qui concerne uniquement les humains, c'est appauvrir la notion même d'événement et se condamner, comme Constance au début du roman, à vivre dans une forme de vide sans prise sur le réel.

18Essayons pour conclure de rassembler les hypothèses de lecture que nous proposons :

191/ Lady Chatterley's Lover pose la question existentielle de l'habitation du monde et de l'environnement naturel dans un contexte industriel. Il y a de ce point de vue une actualité possible du roman, étant donné que « […] reconnecting humanity with nature has become an increasing focus for research into the human-nature relationship. For this to be achieved, an extension to the concept of self to include nature is necessary » (Lumber et al., n.p.).

202/ Lawrence pose moins la question générale du rapport à la nature que celle du rapport aux lieux particuliers, en l'occurrence à une partie de la forêt de Sherwood. Une lecture écocritique peut légitimement poser que le sujet principal du roman n'est pas une histoire d'adultère mais plutôt la rencontre de Constance avec « l'esprit de la forêt » (spirit of the wood), expression particulière de l'esprit du lieu (spirit of place) dont la figure quasi mythique du garde-chasse est l'incarnation.

213/ On peut en conclure que l'événement principal du roman, ce qui advient, concerne en premier chef les lieux, ce qui explique leur omniprésence dans le récit. Dès lors, il est possible de dire que ce qui advient n'est rien d'autre qu'un avoir-lieu. Il y aurait là les prémices d'une pensée de l'événement davantage centrée sur la spatialisation que sur la temporalisation, qui mériterait d'être confrontée aux conceptions philosophiques de l'événement.

Haut de page

Bibliographie

Albrecht, Glenn. “‘Solastalgia’: A New Concept in Health and Identity.” PAN 3 (2005): 41-55.

Babon, Christine. « Littérature et géographie : lieux, espaces, paysages et écritures ». Fabula-Lht 8 (2011). URL : http://www.fabula.org/lht/8/baron.html Consulté le 05 septembre 2019.

Beery, Thomas, and Daniel Wolf-Watz. “Nature To Place: Rethinking the Environmental Connectedness Perspective.” Journal of Environmental Psychology 40 (2014): 198-205.

Collot, Michel. « Pour une géographie littéraire ». Fabula-Lht 8 (2011). URL : http://www.fabula.org/lht/8/collot.html Consulté le 05 septembre 2019.

Bourdieu, Pierre, dir. La Misère du monde. Paris : Seuil, 1993.

Brown, Christopher. “As Cyril Likes It: Pastoral Reality and Illusion in The White Peacock.” Essays in Literature 6 (1979): 187-93.

Claval, Paul. « Champ et perspectives de la géographie culturelle ». Géographie et cultures 1 (1992). URL : http://journals.openedition.org/gc/2448 Consulté le 05 septembre 2019.

Cresswell, Tim. Geographic Thought: A Critical Introduction. Malden: Wiley-Blackwell, 2013.

Doel, Fran, and Geoff Doel. The Green Man in Britain. 2001. Cheltenham: History Press, 2012.

Giuliani, Maria Victoria. “Theory of Attachment and Place Attachment.” Psychological Theories for Environmental Issues. Ed. M. Bonnes, T. Lee, and M. Bonaiuto. Aldershot: Ashgate, 2003. 137-170.

Glotfelty, Cheryll. “Introduction: Literary Studies in an Age of Environmental Crisis.” The

Ecocriticism Reader: Landmarks in Literary Ecology. Ed. Cheryll Glotfelty and Harold

Fromm. Athens: University of Georgia Press, 1996. xv-xxxvii.

Heidegger, Martin. « Bâtir habiter penser ». 1951. Essais et Conférences. Trad.

André Préau. Paris : Gallimard, 1980. 170-193.

Jackson, Dennis. “Lady Chatterley's Color.” Interpretations 15.1 (1983): 39-52.

Katz-Roy, Ginette. “The Manifestations of the English Spirit of Place in D.H. Lawrence's Works.” Études Lawrenciennes 17 (1998): 57-69.

Larsen, Soren, and Jay Johnson. “The Agency of Place : Toward a More-Than-Human Geographical Self.” Geohumanities 2.1 (2016): 149-166.

Lawrence, David Herbert. Apocalypse and the Writings on Revelation. 1931. Ed. Mara Kalnins. Cambridge: Cambridge University Press, 2002a.

---. Kangaroo. 1923. Ed. Bruce Steele. Cambridge: Cambridge University Press, 2002b.

---. Lady Chatterley's Lover and A propos of “Lady Chatterley's Lover”. 1929. Ed. Michael Squires. Cambridge: Cambridge University Press, 2002c.

---. Studies in Classic American Literature. Ed. Ezra Greenspan, Lindeth Vasey and John Worthen. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.

Lumber, Ryan, Miles Richardson and David Sheffield. “Beyond Knowing Nature: Contact, Emotion, Compassion, Meaning, and Beauty are Pathways to Nature Connection.” PloS ONE 12.5 (2017). URL : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0177186 Consulté le 05 septembre 2019.

Michelucci, Stefania. Space and Place in the Works of D.H. Lawrence. 1998. Trans. Jill Franks. Jefferson: McFarland, 2002.

Morton, Timothy. “Ecology After Capitalism.” Polygraph 22 (2010): 47-59.

Naess, Arne. Self-Realization: An Ecological Approach to Being in the World. Keith Memorial Lecture. Murdoch: Murdoch University, 1986. Enregistrement sonore. URL : http://researchrepository.murdoch.edu.au/id/eprint/43317 Consulté le 09 septembre 2019.

Shiach, Morag. “Work and Selfhood in Lady Chatterley's Lover.The Cambridge Companion to D.H. Lawrence. Ed. Anne Fernihough. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. 87-102.

Topia, André. « Introduction ». L'Amant de Lady Chatterley, de David Herbert Lawrence. Trad. Frédéric Roger-Cornaz. Paris : Gallimard / Folio Classique, 1993. 7-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Bouche, « Ce que l'« avoir-lieu » doit à l'esprit des lieux dans Lady Chatterley's Lover », Sillages critiques [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 25 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/8568

Haut de page

Auteur

Benjamin Bouche

Université Paris Nanterre (CREA)
Benjamin Bouche est agrégé de philosophie et prépare actuellement une thèse de doctorat sur la question du statut de la pensée dans l’œuvre de D.H. Lawrence.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals