Navigation – Plan du site

Traduire le "spoken word" : deux poèmes de Jacob Sam-La Rose et leur traduction française

Translating the Spoken Word: Two Poems by Jacob Sam-La Rose and Their Translations into French
Bastien Goursaud et Jacob Sam-La Rose

Résumés

Le 5 octobre 2018, sur l’invitation des centres de recherche VALE, POEM (Sorbonne Nouvelle), et de Sorbonne Université, Jacob Sam-La Rose est venu performer ses poèmes à l’Institut du Monde Anglophone, à Paris. L’événement s’est déroulé dans l’amphithéâtre de l’Institut, c’est-à-dire dans un endroit passablement improbable pour ce type de manifestation poétique improvisationnelle. Et pourtant, Jacob Sam-La Rose a si bien su déployer des trésors d’esprit et d’enthousiasme que cette performance est restée dans les mémoires – par la voix du poète ces poèmes ont “eu lieu” à maints égards. Afin d’en laisser une trace, Jacob Sam-La Rose m’a autorisé à traduire deux des poèmes qu’il a performés à cette occasion.

Haut de page

Notes de l’auteur

The poems are reproduced here by permission of Jacob Sam-La Rose.
Les poèmes sont reproduits ici avec l'aimable autorisation de Jacob Sam-La Rose.

Texte intégral

Introduction

Jacob Sam-La Rose à Paris

1Il était particulièrement pertinent pour un poète tel que Jacob Sam-La Rose de venir participer à un colloque intitulé “L’Avoir Lieu”, dans la mesure où les événements littéraires vivants constituent le noyau de sa propre pratique artistique. La Rose est l’un des acteurs les plus connus de la scène de l’improvisation et de la performance poétiques au Royaume-Uni, où il est également très actif en tant que mentor de poètes débutants. Il anime des ateliers dans diverses institutions, dont les écoles, et il est à la tête d’un certain nombre de programmes à l’intention de poètes et écrivains de tous âges. Jacob Sam-La Rose s’illustre ainsi depuis de nombreuses années au titre de ses initiatives de poésie “slammée” à diverses échelles, londonienne, britannique, et internationale.

  • 1 Je remercie chaleureusement Jacob Sam-Larose de m’avoir autorisé à reproduire et à traduire les deu (...)

2Cette omniprésence dans le monde de la poésie pour la scène ne l’a pas empêché de publier ses textes. Son premier recueil, Breaking Silence, est paru chez Bloodaxe en 2012 et a été retenu dans la dernière sélection du prix Forward décerné au meilleur recueil de poésie. Son œuvre s’écrit comme un défi lancé aux distinctions hermétiques entre la page et la scène – sur la page, les mots sont chargés d’une musicalité qui ne prend réellement vie que lors d’une performance, et pourtant la structuration précise des poèmes sur la page requiert du lecteur une attention particulière portée à leur dimension écrite. Sa poésie se niche dans l’entre-deux, et brasse les problématiques de la diaspora en projetant cette même instabilité sur des contraintes formelles génériques.
J’espère que cette version française rend justice à sa poésie
1.

Jacob Sam-La Rose in Paris

3A poet like Jacob Sam-La Rose was a particularly fitting presence at a conference entitled “Taking Place”, as live literature events are the cradle of his own art. A very well-known figure of the spoken-word scene in the United Kingdom, he is also a mentor at the Barbican Young Poet programme in London, where he helps aspiring spoken word poets to develop their talents. He runs workshops in schools and other institutions, and has developed programmes for poets and writers of all ages, being particularly well-known for his work with city-wide, national and international youth “slam” poetry initiatives.

  • 2 My warm thanks go to Jacob Sam-Larose for allowing me to reproduce and translate the following two (...)

4Such omnipresence in the world of poetry for the stage has not, however, prevented him from reaching the page. In 2012, his first collection Breaking Silence, was published by Bloodaxe, and shortlisted for the Forward Prize for first collection. In fact, his work challenges any clear-cut distinction between page and stage — on the page, the words carry a musicality that really comes alive in performance, and yet the careful structuring of his poems demands an attention that may only be allowed by the page. His is a poetry of the in-between, whose diasporic themes are explored formally through an instability of the medium itself.
I hope I have done his poetry justice in translating some of it into French
2.

A Love Letter to London (by Jacob Sam-La Rose)

They tell me you have changed and I don’t believe them,
different lives thread through the same needle-thin streets

and I have seen your back-handed welcomes before,
capital city of milk and honey, gold and all the other tired tropes—

call it 1963, the year my family arrived, air thick with soot
and broken promises, open hands that push back as soon as receive.

And they tell me you are better now,
and I’m not buying it, how it was once the Blacks 

and now the Eastern Europeans, dear city
of seemingly open doors and closed signs turning 

in neatly shuttered windows; dear city of borders
and invisible divides, of grime and drum and bass,

all harsh, metallic music and brick-wall vowels,
and everyone so willing to pull the ladder up behind them.
 

This was supposed to be a love letter
but it’s hard to love a place that could never take

my true name in its mouth, a place I was born
but always wondered whether I truly belonged.

Lettre d’amour à Londres (traduction)

On me dit que tu as changé mais je n’y crois pas,
je vois juste d’autres vies qui s’enfilent dans tes rues étroites comme des aiguilles

et j’ai déjà vu comme tes bienvenues pouvaient être hypocrites,
toi, la capitale, ville de lait et de miel, ville d’or, et de toutes ces images éculées—

mettons que nous sommes en 1963, l’année où ma famille est arrivée, l’air est chargé de suie
et de promesses non tenues, il y a des mains ouvertes qui repoussent dès qu’elles reçoivent.

Et on me dit qu’aujourd’hui ça va mieux,
mais j’y crois pas, avant c’était les Noirs,

et maintenant les gens d’Europe de l’Est, chère ville 
dont les portes semblent ouvertes et les panneaux affichent « fermé »

derrière des vitrines aux grilles parfaitement closes ; chère ville de frontières
et de séparations invisibles, ville du grime et du drum and bass,

ville à la musique dure et métallique, aux voyelles de briques,
où tout le monde se précipite pour fermer la porte derrière soi.

J’étais censé t’écrire une lettre d’amour
mais il est dur d’aimer un lieu qui n’a jamais été capable d’accueillir

mon vrai nom dans sa bouche, ce lieu où je suis né
mais dont je n’ai jamais vraiment su si c’était chez moi.

A Life in Dreams (by Jacob Sam-La Rose)

There have been teeth
falling loose from their sockets
like a shower of petals or bones.

There has been treacle;
attempts to run against a gravity wound so tight
that single steps were futile,
a travelling nowhere,
a running on the spot,
a fanged leer and a gnarled hand
inching ever closer.

There have been glorious revolutions in unnamed countries,
wars against tyrants,
troops like legions of swarming beetles.
There have been blades, flashing at the sun.

Once or twice, a fluency in kung-fu.

Up has mostly been up,
though has been convincingly turned
on its head.

There have been drives down unfamiliar streets,
the front of a car crumpled
like a denim pulled fresh from the wash.
Once, a mobile home.

There have been more than a few kisses. School
classrooms and corridors.
A hiding place in a primary attic.

There have been clothes, forgotten
and remembered too late.
A numbness of gums.

Weightlessness.
Unassisted flight.
Falling but never hitting the ground.
Fear
as solid and real
as table tops or bed-frames.

There has been silence,

the power of sound cleft from the mouth,
the jaw gummed with quiet, the throat
emptied of ammunition.

There has been love.

There have been messages
passed back and forth between hemispheres, metaphors
like acres of fortune cookies.

All this, behind shuttered and fluttering eyes
and, I’d wager, some of the best,

where everything moved like snowfall
and time itself was as delicate as a snowflake,
melting on the tongue.

Les rêves d’une vie

Il y a eu des dents
qui tombaient de leurs gencives
comme une pluie d’os ou de pétales.

Il y a eu de la mélasse ;
des tentatives pour battre la gravité à la course
quand elle était si tendue que faire un seul pas à la fois était inutile,

un voyage qui n’allait nulle part,
un sprint sur place,
des crocs, un regard mauvais et une main tordue
qui se rapprochaient toujours plus.

Il y a eu de glorieuses révolutions dans des pays sans nom,
des guerres contre des tyrans,
des soldats comme des cohortes de scarabées grouillants.
Il y a eu des lames qui dirigeaient leur éclat vers le soleil.

Une fois ou deux, une parfaite maîtrise du kung-fu.

La plupart du temps, le haut est resté le haut,
mais il s’est aussi retrouvé la tête
à l’envers, et c’était crédible.

Il y a eu des trajets en voiture dans des rues inconnues,
l’avant de la voiture froissé
comme un jean tout juste sorti de la machine.
Une fois, il y a eu une caravane.

Il y a eu de nombreux baisers. Des salles
de classe et leurs couloirs.
Un coin tranquille dans le grenier de l’école primaire.
Il y a eu des vêtements oubliés
dont on s’est rappelé trop tard.
Une bouche qui ne sentait plus rien.

L’apesanteur.
Un vol sans assistance.
Une chute sans jamais toucher le sol.
De la peur
aussi tangible et réelle
qu’une table ou un lit.

Il y a eu du silence,

le son coupé de la bouche,
la mâchoire collée par le mutisme, la gorge
vidée de ses munitions.

Il y a eu de l’amour.

Il y a eu des messages
circulant entre les hémisphères, des métaphores
comme des hectares de biscuits chinois.

Tout ça derrière des yeux fermés et agités,
et je parierais que dans les meilleurs d’entre eux
tout bougeait comme la neige qui tombe
et le temps lui-même était délicat comme un flocon,
qui fond sur la langue.

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Jacob Sam-Larose de m’avoir autorisé à reproduire et à traduire les deux poèmes ci-après en français. « A Love Letter to London » et « A Life in Dreams » sont accessibles sur les sites suivants respectivement : http://badilishapoetry.com/jacob-sam-la-rose/ et https://poetryarchive.org/poem/life-dreams/ (consulté le 12 décembre 2019).

2 My warm thanks go to Jacob Sam-Larose for allowing me to reproduce and translate the following two poems into French. “A Love Letter to London” and “A Life in Dreams” are respectively accessible at: http://badilishapoetry.com/jacob-sam-la-rose/ and https://poetryarchive.org/poem/life-dreams/ (accessed 12 December 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Goursaud et Jacob Sam-La Rose, « Traduire le "spoken word" : deux poèmes de Jacob Sam-La Rose et leur traduction française », Sillages critiques [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 25 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/9068

Haut de page

Auteurs

Bastien Goursaud

Sorbonne Université (VALE)
Bastien Goursaud started a PhD in 2015 at Sorbonne Université under the supervision of Professor Pascal Aquien. His research focuses on orality and performance in contemporary British poetry.
Bastien Goursaud est doctorant à Sorbonne Université depuis 2015, sous la direction du Professeur Pascal Aquien. Ses recherches portent sur l’oralité et la performance dans la poésie britannique contemporaine.

Articles du même auteur

Jacob Sam-La Rose

Jacob Sam-La Rose, born in London in 1976, is a British poet. He has published a pamphlet, Communion (2006) and a collection, Breaking Silence (2012). He’s a well-known figure within the UK’s spoken word poetry scene, as a poet and as a mentor and facilitator. In 2006, he co-founded Malika’s Kitchen collective and established the Roundhouse youth poetry program, before moving on to establish a poetry workshop program at the Barbican Centre in 2009.
Jacob Sam-La Rose est un poète britannique, né à Londres en 1976. Il a publié une plaquette, Communion (2006) et un recueil, Breaking Silence (2012). Il est une figure connue et reconnue de la poésie « spoken word » britannique, en tant que poète, mais aussi en tant que mentor et tuteur de jeunes poètes. Ainsi, en 2006, il a co-fondé le collectif Malika’s Kitchen et le Roundhouse youth poetry program, avant de créer, en 2009, un atelier de poésie au Barbican Centre de Londres.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals