Navigation – Plan du site

Introduction

Côme Martin et Françoise Sammarcelli

Texte intégral

1Lire, voir la déchirure – un constat s’impose concernant la bande dessinée et le roman graphique : en dépit des conventions de séquentialité qui leur sont propres, on observe la récurrence paradoxale des formes de fracture et d’interruption, de décomposition, non seulement dans les productions contemporaines mais aussi dans des œuvres plus anciennes comme celles de Winsor McCay. Images éclatées, accrocs, ruptures de continuité, représentées ou créées, et/ou sutures complexes – il a semblé pertinent d’interroger l’événement ainsi produit, au niveau thématique ou formel, dans des œuvres canoniques ou moins connues.

2Si toute expression est peut-être une « douleur déplacée » comme l’écrit le spécialiste d’esthétique Didier Aubert, comment la BD et le roman graphique négocient-ils la place de l’affect, de la déchirure intime, ou comment se font-ils l’écho des traumatismes du monde contemporain ? Sur la page, la sur-fragmentation, voire le recours à l’abstraction et l’effacement (comme chez Jessica Abel) ou inversement l’emploi excessif de la répétition ou une intertextualité affichée (comme chez Art Spiegelman) peuvent faire signe vers l’indicible ou l’irreprésentable de la coupure.

3S’interroger sur les marqueurs graphiques et/ou linguistiques de la déchirure, c’est aussi se demander à quelle(s) échelle(s) le phénomène se repère : c’est la question du détail et de ce qui se joue dans l’espace de la case, la page ou la séquence, et dans la relation souvent conflictuelle entre texte et image. Évidence ou discrétion (comme chez Bill Watterson) de la déchirure, ou rapiéçage suggestif, effets d’hybridité, recours à la citationalité ou changement brutal de style graphique sont autant de stratégies qui méritent notre attention et dont le pouvoir déstabilisant ne nous laisse pas toujours indemnes.

4Entre continuité et rupture se dessine une relation au canon. Au-delà de la bande dessinée alternative, un canon d’œuvres en rupture peut-il émerger ? Les effets de déchirure, qu’ils soient métaleptiques ou non, sont souvent associés à divers niveaux de réflexivité graphique et textuelle, et nous invitent par contre-coup à faire retour sur nos pratiques critiques et théoriques – les chercheurs dont on lira ici les articles ne s’en sont pas privés. 

5Les premiers articles de ce numéro proposent une lecture historique de la façon dont la déchirure est mobilisée par divers auteurs appartenant au canon de la bande dessinée américaine, tels que Richard F. Outcault, Winsor McCay, George Herriman ou, plus récemment, Charles Burns et Bill Watterson. Ainsi, pour François Poudevigne, Calvin and Hobbes, l’œuvre célèbre de Bill Watterson, constitue un parfait exemple du double régime de la déchirure qui peut être à l’œuvre dans une bande dessinée. D’une part, sur un plan ontologique, Calvin and Hobbes fait état de deux visions contradictoires du monde : entre le monde des adultes et celui de l’enfance, entre le concret et l’imaginaire mais aussi entre le réel et le fictionnel. D’autre part, Poudevigne établit une certaine typologie de la déchirure chez Watterson, analysant ainsi le pan formel de l’œuvre, qui a été moins étudié jusqu’ici.

6Le strip de Watterson s’inscrit dans une longue lignée d’œuvres considérées aujourd’hui comme des classiques et qui ont recours à la déchirure, parmi lesquelles The Yellow Kid, Little Nemo in Slumberland et Krazy Kat. Ces trois bandes dessinées, produites au tournant du XXe siècle, ont profondément modifié le paysage du médium. Dès leur création, elles furent au cœur d’un système commercial populaire, mais Côme Martin pose la question de leur représentativité par rapport aux productions d’alors. Leur recours esthétique et formel à la déchirure les démarque en effet d’œuvres où la répétition, qu’elle soit comique ou dramatique, était la norme. Little Nemo, The Yellow Kid et Krazy Kat, parce qu’elles refusent ce régime de la répétition, deviennent dès lors pour Côme Martin annonciatrices d’un certain postmodernisme en bande dessinée, ceci expliquant leur fortune patrimoniale, notamment par le biais de leur réédition à partir des années 1960 sous forme d’intégrales. C’est alors leur forme fragmentée et leur mode de lecture épisodique qui se trouvent interrogés par ces lourds volumes venant sanctuariser des pages à l’origine conçues pour la lecture éphémère.

7Avec « Sutures génériques et fêlures intérieures chez Charles Burns », Jean-Paul Gabilliet, spécialiste de l’histoire de la bande dessinée américaine, s’intéresse à un autre acteur majeur dans le domaine nord-américain, dont le parcours s’étend du périodique RAW (créé par Art Spiegelman et Françoise Mouly) jusqu'au graphic novel avec Black Hole et Last Look. Tout au long de sa carrière, Burns a développé un style singulier qui fait la part belle à la suture graphique (entre le brush inking typique des comic books des années 1950 et la ligne claire hergéenne) et à la suture générique avec son amalgame de clichés de genres populaires : la science-fiction, le récit policier, le récit d’horreur y sont mélangés, revisités, réarrangés en quelque chose d’inédit. Dans les récits de Burns, il est fréquemment question de béance : les individus, mais aussi les réalités, les mondes, présentent des failles qu’il n’est ni possible ni souhaitable de combler ; c’est dans ces trous et fissures, et à travers le malaise qu’ils peuvent parfois créer à la lecture, que se manifeste le talent de Burns. 

8Après ces études sur la présence historique et générique de la déchirure dans la bande dessinée nord-américaine, un second volet de ce volume propose l’étude de cas d’œuvres spécifiques : un roman graphique (A Child’s Life de Phoebe Gloeckner), une série (WE3 de Frank Quitely et Grant Morrison) et un court récit publié après le 11 septembre 2001 par Jessica Abel.

9Dans son analyse de A Child’s Life, Hélène Tison s’attarde sur les aspects semi-autobiographiques d’un récit où la violence est permanente : les corps sont déchirés, les abus sexuels sont représentés de façon graphique (au sens anglophone du terme) et récurrente. Avec un style très fortement influencé par Robert Crumb, Phoebe Gloeckner n’épargne aucune gêne au lecteur, d’une façon plus directe que peut le faire Burns : dans A Child’s Life, la bande dessinée devient un moyen d’expression de soi, même lorsque ce « soi » est en proie aux pires maux. Le corps y est dés-idéalisé, représenté dans toute sa violence (infligée et reçue), notamment via des techniques et modes picturaux renvoyant à l’imagerie médicale. Le dessin lui-même se fait alors vecteur de la déchirure physique, qui cache des tiraillements intérieurs.

10C’est à une autre représentation de la violence que s’intéresse Isabelle Guillaume à travers sa lecture de WE3, bien que le comics de Quitely et Morrison place lui aussi la destruction des corps au centre de son propos. Dans WE3, l’anatomie des animaux-robots servant de protagonistes est manipulée aussi bien par les scientifiques qui les traquent que par Quitely lui-même qui déforme tout autant leurs organismes que les cases qui les contiennent. La mise en page fait ainsi écho au récit et un certain rapport technologique est mis en scène à la fois sur les plans diégétique et graphique : les pages foisonnent d’effets tridimensionnels, jeux de décomposition spatiale des cases imitant la perception fragmentée du temps par les protagonistes. WE3 est un récit résolument visuel, au dessin lui-même modifié par les technologies numériques ; cela est logique pour un récit dont la structure narrative fait également la part belle à l’hybridité de la bande dessinée avec d’autres médias comme le cinéma ou les jeux vidéo.

11Enfin, Yves Davo analyse avec justesse une violence plus grande encore, celle des attentats du 11 septembre 2001 que Jessica Abel choisit de représenter via l’ultime déchirure, celle de la disparition des images. Abel nous invite à une réflexion autour des liens entre vide esthétique et acte de création. En ne représentant pas ce qui a disparu, en effaçant le cadre même de sa bande dessinée, l'auteure pose ici la question de la place du récit, de la représentation de l'événement après une telle tentative d'effacement totalitaire. La page blanche apparaît finalement comme réponse à la tyrannie et l’hystérie médiatiques, comme aveu d’impuissance à décrire ce qui ne peut l’être.

12Ces approches complémentaires de la présence de la déchirure dans la bande dessinée anglophone montrent la richesse et la diversité d’une telle problématique ; ce numéro de Sillages critiques n’est qu’une première incursion dans un territoire qui reste encore largement à défricher.

Haut de page

Bibliographie

Aubert, Didier. « Toute expression est une douleur déplacée », Conférence donnée le 8 juin 2012, Festival Arts et déchirure, Rouen.

Baroni, Raphael. « Le chapitrage dans le roman graphique américain et la bande dessinée européenne : une segmentation précaire », Cahiers de narratologie. Les avatars du chapitre en bande dessinée. Ed. Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand, [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 08 janvier 2019, consulté le 23 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/8594; DOI : 10.4000/narratologie.8594

Fresnault-Deruelle, Pierre. L’Éloquence des images, Paris : PUF, 1993.

Groensteen, Thierry. « Bandes désignées (de la réflexivité dans les BD) », Conséquences 13/14, 1990.

Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée, Paris : PUF, 1999.

Heer, Jeet. « Inventing Cartooning Ancestors: Ware and the Comics Canon », The Comics of Chris Ware: Drawing Is a Way of Thinking, Ed. David M. BALL & Martha B. Kuhlman. Jackson: U.P. of Mississippi, 2010. 3-13.

Marion, Philippe. Traces en cases : travail graphique, figuration narrative et participation du lecteur, Louvain-La-Neuve : Academia-Erasme, 1993.

Picado, Benjamim. « Disjonction, itération, sérialisation, curiosité : l’unité épisodique du gag visuel dans l’humour graphique », Cahiers de narratologie. Les avatars du chapitre en bande dessinée. Ed. Raphaël BARONI et Anaïs GOUDMAND. [En ligne] 34, 2018, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/8970; DOI : 10.4000/narratologie.8970

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Côme Martin et Françoise Sammarcelli, « Introduction »Sillages critiques [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/9374

Haut de page

Auteurs

Côme Martin

Chercheur indépendant (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Françoise Sammarcelli

Faculté des Lettres, Sorbonne Université (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Logo SUP – Sorbonne Université Presses
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals