Navigation – Plan du site
Carnet de la création
Traduction

Carleton

Extraits traduit de l’allemand par Maurice Taszman 1994 [Traduction 2014]
Thomas Hürlimann
Traduction de Maurice Taszman
p. 151-166
Référence(s) :

Thomas Hürlimann, Carleton. 1994 S. Fischer Verlag, Frankfurt am Main.
Extraits traduits de l’allemand par Maurice Taszman, 2014

Notes de la rédaction

La traduction de Carleton par Maurice Taszman a été réalisée avec le soutien des Maisons Mainou à Vandœuvres (Suisse). L’Arche Éditeur est l’agent théâtral de l’auteur en France.
Thomas Hürlimann, Carleton © 1994 S. Fischer Verlag, Frankfurt am Main.

Texte intégral

À Berlin, dans la nuit du 30 au 31 janvier 1933 :
Dr Gottfried Benn
Jule Leibowitz
Gertrud Hindemith
, l’épouse du compositeur
Patient

En Amérique, en Russie, à Langemarck, au Pérou :
Carleton, agronome au Ministère de l’Agriculture à Washington
Amanda Carleton-Faught, son épouse
Lucy, la fille des Carleton
Angus Fixter
Wark
, prédicateur, puis entrepreneur
Jackrabbit
Le Marchand de blé et son Épouse
Kapturak
Un Proxénète et sa Putain
Un Révolutionnaire
Abraham
, un promeneur entre la Russie et l’Amérique
Sarah, son épouse
Truffaldino
Deux Douaniers
Un Sous-lieutenant
Un Soldat
La Mort
Un Cuisinier
Les Arnholt-sisters
Des Fermiers, Faucheurs, Chapeaux, Émigrants, Employés

I Le libretto

Berlin, le 30 janvier 1933.
Le cabinet médical du Dr Gottfried Benn.
Dr Benn, en blouse blanche de médecin. Jule Leibowitz entre avec une valise.

Dr Benn
Votre feuille de soins.

Elle reste debout. Il lève les yeux.

Leibowitz ?

Jule Leibowitz
Retour au bercail.

Au-dehors, un défilé des S.A.

Dr Benn

dans l’interphone

La nomination d’Adolf Hitler en qualité de Chancelier du Reich, fait de cette journée un jour férié. Je déclare mon cabinet fermé.

À Jule Leibowitz

Mon Dieu, Jule, auriez-vous perdu la raison ? Vous aviez quitté l’Allemagne à temps.

Jule Leibowitz
Papa nous chantait des airs entiers du Ring. Sans Goethe, je ne peux pas ressentir, ni penser sans Nietzsche.

Dr Benn
Ceux-là, vous pouvez les lire aux États-Unis aussi.

Jule Leibowitz
Avec qui parlerai-je de vos poèmes Monsieur le Docteur Benn ? Il m’est apparu là-bas que je suis un produit d’élevage allemand.

Dr Benn
Nos autorités scientifiques se proposent précisément d’extirper la composante sémitique en tant que corps étranger.

Un Patient

Dr Benn
Le cabinet est fermé.

Patient
Même pour un vieux briscard ? Mon flingue est enflammé.

Dr Benn
Revenez demain.

Patient
Deutschland !

Dr Benn
Deutschland !

Le patient sort.

Dr Benn

dans l’interphone

Au cas où Gertrud Hindemith venait à arriver : J’ai un cas compliqué. Contagieux.

interphone
Deutschland !

Dr Benn

avale un cachet

L’estomac.

Jule Leibowitz
Vous êtes blême.

Dr Benn
N’ai plus rien mangé depuis des jours.

Dans la rue : « L’Allemagne aux Allemands. Mort aux Juifs ! »

Dr Benn
Jule Leibowitz…

Jule Leibowitz
Oui, oui, Benn, ce doit être de grandes choses pour que ce soit aussi bruyant

« L’Allemagne aux Allemands ! »

Dr Benn
Je crains de devoir être explicite. J’ai une liaison. Elle peut surgir à chaque instant.

Interphone
Gertrud Hindemith.

Dr Benn
L’épouse de notre premier compositeur. Étendez-vous !

Jule Leibowitz
Non, Benn, cela ne va pas. Cela, je ne le peux pas.

Dr Benn
Bon sang, Jule, Hitler est chancelier, le peuple est près de créer, l’histoire est en marche et précisément ce jour-ci : toi.

Jule Leibowitz
Exigerais-je que nous nous épousions sur l’heure et agrandissions le marécage de l’héritage biologique ?

Dr Benn
Étends-toi s’il te plaît sur la table d’examen !

Gertrud Hindemith

en grande tenue, entre.

Gottfried, où restez-vous ! Tout Berlin se rue dans un carnaval et vous, vous vous tourmentez avec une syphilis ?

Jule Leibowitz disparaît derrière une cloison.

Gertrud Hindemith
Mon mari est très impatient. Les grands événements veulent de grands opéras.

Dr Benn
Oui, Gertrud, il n’y eut jamais pareil commencement.

Gertrud Hindemith
Dès lors, saisissez-le ! Soyez créatif. (À voix basse). Lorsque vous travaillerez au libretto, nous pourrons nous voir tous les jours.

Dr Benn
J’ai là une patiente.

Jule Leibowitz
Hello !

Gertrud Hindemith
Oh, une Américaine ?

Jule Leibowitz
Yes, Ma’m.

Gertrud Hindemith
Et moi qui croyais qu’une de vos Juives, une fois de plus faisait son nid auprès de vous. En cela, elles ont le nez fin. Tout comme des mites vers la lumière, elles volètent vers un homme de race. Nous verrons-nous au restaurant Kempinski ? La retraite aux flambeaux sera gigantesque, Gottfried, l’Allemagne s’éveille !

Dr Benn
Deutschland !

Gertrud Hindemith
Que je t’aime.

Elle sort.
Jule L
eibowitz apparaît devant la cloison.

Jule Leibowitz
J’ai quelque chose pour toi.

Dr Benn
Habille-toi.

Jule Leibowitz
Le sujet.

Elle ouvre la valise

Je l’ai glané sur les routes, aux États-Unis.

Sort de la valise : Carleton

Carleton
Vous permettez :

avec empressement

Carleton. Agronome.

Jule Leibowitz
Il a inauguré le huitième jour de la Création.

Carleton
Au service du Ministère de l’Agriculture.

Jule Leibowitz
Il a mis fin à la famine. Il a rempli la corbeille à pain du monde.

Carleton
Ma Lucy a faim.

Jule Leibowitz
Il n’avait pas les dollars, le bon Carleton, pour nourrir sa famille.

Dr Benn
Il remplit la corbeille à pain du monde !

Il avale un cachet

Et sa famille a faim.

Jule Leibowitz
Cela va mieux ?

Dr Benn
J’ai le matériau pour l’opéra.

II La plaine crie famine II, 1

Kansas, U.S.A. Été 1890. Une gare dans la plaine.
Amanda Faught, une jeune femme vêtue strictement malgré la chaleur et la poussière, marche avec détermination, une petite valise à la main. Angus Fixter, un jeune homme.

Fixter
Miss Faught ! Miss Faught !

Un train, le Santa Fé, se rapproche.

Vous voulez nous quitter, Miss Faught ?

Amanda Faught
Aucune demeure ne nous est acquise sur cette terre.

Fixter
Qui jouera à l’harmonium si vous partez ?

Amanda Faught
Bientôt, il ne se trouvera plus personne ayant la force d’entonner un hymne. Je pars car je ne veux pas que le pauvre prédicateur partage avec moi son quignon de pain. Dieu soit avec vous Angus Fixter.

Fixter
Je voudrais vous demander quelque chose, Amanda. Une demande très importante.

Amanda Faught
Dès lors, il nous faut demander le secours de Dieu.

Fixter enlève son chapeau. Bref silence.

Amanda Faught
Amen. Votre demande, Angus Fixter ?

Fixter
Amanda, je possède deux moulins à vapeur. Je suis jeune et je – J’aime vous entendre chanter.

Amanda Faught
Voici mon train.

Fixter
Amanda, chez moi au-dehors, on ne connaît pas encore la faim. Je vous en prie, Amanda, soyez ma femme.

Un bruit de freins crissants. Le train s’arrête. Descendant du train avec ses bagages et ses instruments parmi lesquels un pluviomètre, un hydromètre et un hygromètre.

Carleton

Une Annonce : Kansas City.

Amanda
Très aimable de votre part, Mister Fixter, vraiment, mais j’ai épargné un petit pécule et me suis acheté ce billet.

La locomotive siffle.

Amanda Faught
Il faut que je monte.

Fixter
Demeurez ici !

Carleton

éprouvant le sol.

Steppe. Sable.

Amanda fixant Carleton, s’adressant à Fixter

Un meunier.
Vous le connaissez ?

Carleton
Il doit y avoir des moulins à vapeur au Kansas.

La locomotive siffle.

Carleton
Les moulins à vapeur ne sont rentables que s’ils sont en activité, jours et nuits. Dès lors, trop de semailles, trop de moissons. Exploitation à outrance. Ce qui pousse encore, crèvera aux premiers bacilles.
[…]

Acte II, Scène 7

Un cimetière. Sur les tombes se dressent des épis mûrs et sains. Auprès d’une tombe ouverte un cercueil en bois contenant un mort. […]

Carleton

émerge nu de la tombe, tient le linge noué à la main

Fermiers du Kansas
J’ai la solution :
Les lendemains de l’Amérique
S’appellent Russie. Russie !

Il dessine l’univers dans le sable.

Le Monde
Ici le Kansas
Ici la Russie
Qu’est-ce qui vous apparaît ?
Exact, tous deux partagent la même latitude, tous deux
Possèdent le même climat
Le gel en hiver, la canicule en été.
L’exploitation intensive, nous en sommes d’accord
A fait du Kansas une steppe, ce qui veut dire :
Le Kansas est devenu Russie.
Russie, et si maintenant, vous objectez –

Amanda Faught

Carleton
Les grains russes seraient trop durs
Durs comme des balles de plomb
Vous avez raison, pour sûr :
Les grains russes que jusqu’ici nous avons utilisés
Sont coriaces. Trop
Coriaces.
La Russie toutefois
LA T E R R E
R U S S E
E S T
G R AN D E 
!
Immense !
Infinie !
Elle s’étend des mers de glace au désert
Elle est Asie ici, Europe là
Il y fait froid, là, là et là
Tantôt chaud, humide, lourd et partout
Partout, ils mangent du khleb.

Amanda
Du pain !

Carleton
Du pain.

Amanda
Fixter a tenté bien sûr
De moudre
Les grains russes
Trop durs dit-il, trop difficile.

Carleton
Jusqu’à ce jour !

Amanda
Vous êtes nu !

Carleton
La Russie –

Amanda
Prenez mon foulard.

Carleton
La Russie est faite de cent millions de lieux.
Divers les peuples, les vents
Le sol, les températures et, dès lors ?

Amanda
Les espèces.

Carleton
Les espèces !
Dès maintenant, je le sais
Je peux le prouver :
Que ce soit en Sibérie, en Kirghizie
Pousse un blé de nature spécifique
Dur du cuir, tendre du cœur
En clair, ce blé est prédestiné
À réussir ici, sur ce sable
Tout comme dans sa patrie.

Jackrabbit émerge. Wark arrive.

Carleton

donne un pain à Wark

Unissez-nous, prédicateur, je n’ai pas beaucoup de temps –

Amanda Faught
Mon Dieu !

Carleton
… mardi matin, si tant est, New York, sur le paquebot Aurora, l’aurore, un bon signe, fin septembre Le Havre, la France et ses châteaux, l’Allemagne et ses légendes, la Galicie, la plaine, l’hiver, le silence, la neige, ce qui n’a pas de fin a pour nom Russie. Qu’y a-t-il, prédicateur ? Qu’attendez-vous encore ? Faites de nous mari et femme.

Amanda
Mon Dieu !

Carleton
Voulez-vous crever de faim, prédicateur ?

Wark
Non, Sir.

Carleton
Alors. Au travail.

À voix basse vers Wark qui avale goulûment le pain.

Amanda a épargné quelques dollars. Avec lesquels je fais le voyage de Russie. Là-bas, je trouve l’épi de la vie, le blé d’or et sur cet océan de sable, croyez-moi, s’épandra du pain, du pain, du pain, du pain !

Wark
Mister euh –

Carleton
Carleton

Wark
Voulez-vous… Miss euh

Jackrabbit
Miss Faught ! Mister Fixter vous attend. –

Wark
Prendre pour épouse ?

Carleton
Oui.

Jackrabbit
Amanda !

Wark
Était-ce un oui ?

Carleton
Avez-vous jamais entendu un non devant l’autel ?

Wark
Non, Mister Carleton. Soyez mari et femme !

Carleton
Jusqu’à ce que la mort nous fauche.

Amanda
Amen.

III Le voyage en Russie. Acte III, scène 1

Sur l’Atlantique. Le paquebot Aurora.

Carleton

sur le pont avec un casque colonial et une valise.
L’océan et les turbines tonnent violemment.

Lorsque furieusement
Les flots fouettent
La proue du paquebot
   
Lorsque tonnent
Les chaudières
Pareilles aux canons
   
Lorsque les bielles
En mouvement
Scandent la cadence
   
Lorsque tambourinent
Les tambours
Et que sifflent
Les jets de fumée
   
Lorsque martèlent
Les marteaux
Et que fument les cheminées

Carleton
Moi, Carleton, debout sur le pont
   
Et vagues et flots
Se fracassent
Sur la proue

Carleton
Je vois s’embraser les cheminées
Les flammes devenir étincelles
   
Et tonnent
Les chaudières
Et les bielles
Scandent la cadence

Carleton
Mes pensées, ma bien-aimée
Vont vers toi
Vers toi seule
   
Et tambourinent les marteaux
Et vibrent tambours
Et accélèrent les bielles
Et se fendent les chaudières

Carleton
Amanda, ô Amanda
Oui, il le fallait
Vois, femme bien-aimée
   
Tout comme nous le paquebot Aurora
Un tangage
Une fumée, un roulis
Un souffle, une vapeur

Carleton
Et moi, ton Carleton
Une volonté à tout crin
Pour atteindre le but

Un grand orage

Carleton
Une ferme détermination
De la poupe à la proue
   
À travers l’océan
Qui tressaille

Carleton
Oui, Amanda, ma petite femme, ma tendre
Je veux le confesser aux étoiles :
J’ai volé tes économies.
Non, n’appelons pas cela du vol
Mais, toi, ma vie, mon bonheur
Tu es restée au Kansas
Sans ressources.
Ne me maudis pas.
Je voyage au service
De l’humanité. Le devoir
Est le devoir.
Aurora
Amanda
Aurora
Et vagues et flots
Se fracassent sur la proue
Lorsque les bielles
Scandent la cadence
Aurora
Amanda
Aurora
Amanda Amanda

VII Adieu

Berlin, le matin du 31 janvier 1933.
Le cabinet médical du Dr Gottfried Benn.

Jule Leibowitz et Gertrud Hindemith

Gertrud Hindemith
Cela n’a pas de sens d’attendre plus longtemps.

Jule Leibowitz
Excusez-moi, Trude, mais j’ai été quelque peu surprise…

Gertrud Hindemith
Parce que nous émigrons ? Moi aussi. Mais Hindemith se méfie du volcan. Les cris et le fracas des vitres cette nuit ne lui ont pas plu. Il est musicien.

Jule Leibowitz
L’aimez-vous beaucoup ?

Gertrud Hindemith
Benn ?

Elle s’approche de la fenêtre.

Apparemment il est allé se restaurer chez Aschinger. Parfois nous y avons terminé nos équipées avec les autres oiseaux de nuit de Berlin. Venez, rentrons à la maison.

Jule Leibowitz
À la maison.

Gertrud Hindemith
Un petit saut chez nous. Vous pourrez parler de l’Amérique à Paul. Il espère obtenir un emploi quelque part au New Hampshire, en qualité de professeur de musique au Dartmouth-College.

Jule Leibowitz
En automne, il fait très beau là-haut.

Gertrud Hindemith
Vous devez nous rendre visite absolument.

Jule Leibowitz
Je pars dans l’autre direction.

Gertrud Hindemith
Pas vers l’Amérique ?

Jule Leibowitz
Non. Je veux faire un retour dans ces contrées dont nous sommes venus.

Gertrud Hindemith
En Russie… !

Jule Leibowitz
Nulle part ailleurs, les Juifs ne vivent mieux. Plus libres. Le pays des Soviets, c’est l’avenir Trude, le projet d’un nouveau monde, d’un monde meilleur.

Elles ont mis leurs manteaux.

Croyez-vous que nous puissions laisser la porte ouverte tout simplement ?

Gertrud Hindemith
Sa consultation commence dans une heure. Voyez. Les premiers ont déjà pris place dans la salle d’attente. Est-ce que l’on laisse un message à Benn ?

Jule Leibowitz
Non.

Gertrud Hindemith
Il ne saura donc pas où vous partez.

Jule Leibowitz
La Russie est grande.

Gertrud Hindemith
Gigantesque.

Jule Leibowitz
Ce qui n’a pas de fin a pour nom Russie.

Gertrud Hindemith
En fait, c’est curieux que les Juifs doivent toujours voyager.

Jule Leibowitz
Parce que nous sommes tout le possible sauf : fermiers, cultivateurs.

Gertrud Hindemith
Vous n’avez pas de lieu.

Jule Leibowitz
La patrie, dit le philosophe, est là où personne n’est allé encore.

Elle prend sa valise.

Gertrud Hindemith
Bon voyage, Jule Leibowitz.

Jule Leibowitz
Bon voyage, Gertrud Hindemith.

Finis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Hürlimann, « Carleton », Sken&agraphie, 2 | 2014, 151-166.

Référence électronique

Thomas Hürlimann, « Carleton », Sken&agraphie [En ligne], 2 | Automne 2014, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/skenegraphie/1150 ; DOI : 10.4000/skenegraphie.1150

Haut de page

Droits d’auteur

Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
  • Logo Sken&graphie
  • Logo ELLIADD – Édition, Lanages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals