Navigation – Plan du site

N° 3 – Les écritures dramatiques et la radio

Date limite d’envoi des articles : 15 juillet 2014
Julia Peslier

La revue Skén&graphie, Coulisses des arts du Spectacle et des scènes émergentes, proposera un numéro à la rentrée consacré aux écritures dramatiques modernes et aux créations contemporaines et de leurs relations avec la radio et ses évolutions nombreuses.

Les écritures dramatiques et la radio

Variations sur un couple multiforme

Dossier critique proposé et dirigé par Pascal Lécroart et Laurence Courtois

En quoi la radio a-t-elle pu et continue-t-elle d’être un espace de création essentiel pour les dramaturges ? Quels liens tisse-t-elle avec le monde de la scène ? Le troisième numéro de la revue Skén&graphie focalisera son attention sur les écritures dramatiques dans leurs rapports multiples avec la radio.

L’invention des nouveaux moyens de communication et de diffusion médiatique ont, on le sait, immédiatement suscité l’intérêt des dramaturges et des écrivains : Proust est un abonné du théâtrophone, Apollinaire s’enthousiasme pour les possibilités offertes par la voix gravée, et, après Blaise Cendrars, collaborateur d’Abel Gance, Cocteau ou Pagnol exploitent avec profit les possibilités du cinématographe. La radio n’a pas échappé à cet engouement et, dès les années vingt, elle suscite une abondante production théorique liée aux premières expériences de théâtre radiophonique. « Que de ressources dans le drame radiophonique ! Voici un concert entre les âmes, un engagement intelligible entre les volontés, qui se présente à nous dans l’absolu, dégagé de la grossière agitation des corps et des gestes », écrit ainsi Paul Claudel en 1940, lui-même auteur, à presque quatre-vingts ans, en 1947, d’une « extravaganza radiophonique » : La Lune à la recherche d’elle-même. Après la Seconde Guerre mondiale peut se déployer le récit mythique d’un âge d’or des relations entre les écrivains et la radio : Jean Tardieu crée et dirige ainsi le Club d’essai de la Radiodiffusion française, espace d’expérimentation et de liberté pour les poètes, dramaturges et musiciens dont l’existence se poursuit jusqu’à 1960. Montpellier aura parallèlement son Centre d’essai radiophonique de Montpellier (1948-1974), animé par Pierre Bourgoin puis Madeleine Attal, mais d’autres émissions, ou d’autres radios internationales, passent également des commandes qui attirent les écrivains et dramaturges : Arthur Adamov, Samuel Beckett, Marguerite Duras, Michel Butor, Robert Pinget, Claude Simon, Nathalie Sarraute, Claude Ollier ont tous écrit pour la radio contre, tout contre la scène.

À partir de la fin des années soixante-dix, il faut reconnaître qu’au moins en France, cette production radiophonique prend une place de plus en plus marginale. Pourtant, elle perdure, notamment sur France Culture, à travers le rôle clé de Lucien Attoun et de son émission « Le Nouveau Répertoire Dramatique ». Là où le théâtre est marqué par de nouvelles entreprises qui semblent marginaliser le rôle traditionnel du dramaturge, la radio continue de donner tout son sens aux écritures dramatiques. Des auteurs déjà confirmés s’y font entendre, comme Fernando Arrabal, Liliane Atlan, François Billetdoux, Louis Calaferte, Roland Dubillard, Armand Gatti, mais elle accompagne également la carrière de Philippe Adrien, Andrée Chédid, Jean-Claude Grumberg, Victor Haïm, Georges Michel, et une nouvelle génération y fait ses premiers pas : Jean-Luc Lagarce ou Didier-Georges Gabily par exemple. L’idée d’une écriture et d’un art spécifiquement radiophoniques n’est plus mise au premier plan, mais se dessinent alors de nouveaux liens de complémentarité entre la radio et le théâtre.

Aujourd’hui encore, cette tradition continue et France Culture joue un rôle important dans le paysage théâtral contemporain avec une politique de commande soutenue, la découverte et le soutien d’auteurs contemporains, la recherche constante de nouvelles formes radiophoniques, et l’exploration des rapports de la radio avec les autres arts, le théâtre en premier lieu, mais aussi la musique, la littérature et le cinéma.

Cette riche histoire des rapports entre le théâtre et la radio a déjà fait l’objet de plusieurs études parmi lesquelles on retiendra en particulier les différentes publications menées par Pierre-Marie Héron. Dans le cadre du troisième numéro de la revue Skén&graphie, il s’agira surtout de s’interroger sur les interactions toujours vivantes entre les écritures dramatiques et la radio et sur les formes qu’elles empruntent. Le « Cahier de la création » publiera ainsi des inédits radiophoniques, tandis que le « Cahier critique » rassemblera des études de type universitaires et des entretiens avec des auteurs contemporains écrivant pour la radio.

Cet appel à contributions est prioritairement destiné à rassembler des articles pour le « Cahier critique ». Il pourra s’agir d’études monographiques consacrées à tel ou tel auteur dans son interaction entre écriture dramatique et radiophonique, mais aussi d’articles de synthèse s’interrogeant par exemple sur une époque donnée, sur une génération, sur un type d’émission, sur l’évolution des rapports entre la scène et la radio, sur l’influence qu’elles ont l’une sur l’autre, sur la question des adaptations et des réécritures entre écriture pour la radio et écriture pour la scène, sur la pluralité des formes et des genres que ces écritures empruntent.

Calendrier d’envoi des articles

Les propositions seront à adresser à Skén&graphie (skenegraphie[at]univ-fcomte.fr) avant le 1er mars 2014.

Les articles seront ensuite à rendre pour le 15 juillet 2014.

  • Logo Sken&graphie
  • Logo ELLIADD – Édition, Lanages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals