Navigation – Plan du site

Édito

Pascal Lécroart et Alexis Leprince
p. 9-18

Texte intégral

  • 1  Jean-Luc Lagarce, Théâtre et pouvoir en Occident, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2000, Du (...)
  • 2  Jean-Luc Lagarce, Trois Récits : L’apprentissage, Le bain, Le voyage à La Haye, Besançon, Les Soli (...)
  • 3  Jean-Luc Lagarce, Journal, 1977-1990, tome i, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2007, Journal(...)
  • 4  Jean-Luc Lagarce, Correspondances et entretiens avec « Attoun & Attounette », adaptation de Franço (...)

1La figure de Jean-Luc Lagarce (1957-1995) concentre à elle seule un ensemble de caractéristiques qui la rendent exceptionnelle. Parfois présentées de manière caricaturale, elles ne font finalement qu’accroître son rayonnement. C’est d’abord une des principales figures d’une génération d’artistes homosexuels fauchés très jeunes par l’épidémie du sida. C’est surtout l’image renouvelée de l’écrivain maudit, mal apprécié pour son œuvre de son vivant, malgré des débuts prometteurs, et qui, après sa mort, gagne presque immédiatement une très large reconnaissance du public, non seulement en France, mais aussi à l’étranger. Lui qui, de son vivant, était principalement connu de la communauté théâtrale comme metteur en scène et n’avait vu qu’un faible nombre de ses pièces de théâtre publiées – le plus souvent dans la précieuse mais peu valorisante collection des Tapuscrits de Théâtre ouvert –, devient l’auteur d’une œuvre théâtrale complète, éditée en quatre volumes dans la maison d’édition qu’il avait fondée avec François Berreur en 1992, Les Solitaires intempestifs (qui, elle aussi, connaît un développement spectaculaire après sa mort). Bientôt s’ajoute la publication de textes critiques1, de textes narratifs2, de son Journal3 et déjà d’une partie de sa correspondance4.

2Outre les représentations de son œuvre théâtrale, abondamment traduite, dans le monde entier, il faudrait ajouter les colloques et publications critiques qui lui sont consacrées, tandis que la reconnaissance institutionnelle lui vaut d’être présent dans le cadre de l’option théâtre de Terminale l puis au programme de l’agrégation de lettres en 2012.

3Une œuvre concentre cette histoire : Juste la fin du monde. Cette pièce, en germe longtemps, finit par trouver sa forme lors d’un séjour en résidence à Berlin, en 1990, suite à un intense labeur. Or, achevée, elle n’obtient pas l’écho attendu, notamment auprès de Lucien et Michèle Attoun. Lagarce, blessé et meurtri, renonce alors pour plusieurs années à l’écriture dramatique. Il y revient d’abord avec Nous, les héros et Les Règles du savoir-vivre, qui partent d’un matériau préexistant, puis en traitant tout autrement la même situation du retour du fils dans J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne en 1994. Enfin, il reprend Juste la fin du monde au sein d’un dispositif élargi dans Le Pays lointain en 1995 et meurt quelques jours seulement après avoir mis un point final à cette réécriture.

  • 5  Ce film, qui utilise la même distribution que la mise en scène de Michel Raskine à la Comédie-Fran (...)

4Connu d’un cercle restreint suite à la lecture partielle qu’en fit Olivier Py le 4 février 1993 au Centre Pompidou, puis plus largement à travers l’édition du tome III de l’œuvre théâtrale complète en 1999, Juste la fin du monde est créé sur scène la même année par Joël Jouanneau, puis, comme le précise le catalogue de la BnF, édité seul l’année suivante, quelques mois après Le Pays lointain. Or, très rapidement, Juste la fin du monde devient la pièce la plus emblématique de Lagarce. Montée très souvent au théâtre – notamment dans une mise en scène de François Berreur qui n’a cessé de croire en elle –, elle donne lieu, après un premier film réalisé par Olivier Ducastel et Jacques Martineau pour la télévision en 2009, entièrement fidèle au texte5, à l’adaptation au cinéma de Xavier Dolan, sortie en France le 21 septembre 2016 après avoir reçu le Grand prix du jury au Festival de Cannes, et avant de recevoir trois césars en février 2017 : César du Meilleur réalisateur pour Xavier Dolan, César du Meilleur acteur pour Gaspard Ulliel, César du Meilleur montage pour Xavier Dolan. Et que dire d’une distribution qui réunit Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux et Vincent Cassel… Mais cela n’empêche pas l’œuvre théâtrale de susciter toujours autant l’intérêt des metteurs en scène et du public.

  • 6  C’est dans la collection des « Classiques contemporains » de la maison d’édition des Solitaires in (...)
  • 7  Clément Hervieu-Léger vient de le mettre en scène au tns avant une tournée programmée en France.

5Juste la fin du monde est donc un concentré exemplaire du cas Lagarce. Disons-le clairement : l’œuvre n’est pas toujours appréciée pour de bonnes raisons lorsqu’elle est lue et vue comme une sorte de confession autobiographique d’un homosexuel malade du sida qui aurait tenté – vainement – de se réconcilier avec sa famille avant de mourir. Cela a été dit et redit : Lagarce joue avec les données de sa propre existence, mais adapte et transforme, à commencer par ses relations familiales qui n’ont jamais connu de rupture. Il se garde d’ailleurs d’évoquer explicitement homosexualité et sida dans son œuvre : l’exemplarification atteint une densité toute classique sous sa modernité apparente. C’est bien cette tension d’un « classique contemporain »6 qui fait sa force. Quel pied de nez ironique et douloureux à l’Histoire avec sa grande hache, comme disait Georges Pérec, lorsqu’on pense à l’accueil initial subi par cette œuvre ! Et imaginons que Lagarce ait vécu : qui sait s’il aurait redonné place, dans son œuvre, à Juste la fin du monde, entièrement absorbé dans Le Pays lointain, aujourd’hui nettement moins joué sans être pour autant ignoré7. L’Histoire emprunte de bien curieux itinéraires, surtout lorsqu’il s’agit d’art. Le destin des œuvres est aussi fait de hasard ou, plutôt, est le fruit d’une construction complexe qui obéit à de multiples facteurs.

6Depuis 2013, le Centre de recherche Jacques-Petit de l’Université de Franche-Comté, maintenant rattaché au laboratoire elliadd (ea 4661) s’est lancé dans une vaste opération de numérisation et de valorisation des archives de Jean-Luc Lagarce, déposés matériellement à l’imec, près de Caen. Encore en construction, un site internet hébergé sur fanum (Fonds d’Archives NUMériques) permet de consulter une très large part de l’ensemble des brouillons, versions et documents d’accompagnement de l’œuvre de Lagarce, à l’aide d’une interface très intuitive conçue par Sébastien Jacquot (http://fanum.univ-fcomte.fr/​lagarce). Si Pascale Butel, à l’imec, avait réalisé un classement rigoureux des archives reçues, leur mise à disposition numérique a conduit à affiner ce classement : là où les pochettes papier donnent simplement accès à des ensembles de documents, l’interface identifie et isole précisément les documents, rendant sensible le travail d’élaboration de l’œuvre.

7Ce fonds numérique d’archives Jean-Luc Lagarce est un cas tout à fait exceptionnel pour un écrivain encore protégé par les droits d’auteur. Il offre, avec le soutien de François Berreur, les meilleures opportunités pour étudier le processus de création de l’auteur dans une perspective génétique. La sortie du film de Xavier Dolan a été l’occasion d’organiser, au cdn de Besançon, une journée d’études permettant de valoriser cet outil à partir du cas particulier de Juste la fin du monde.

  • 8  L’édition de Juste la fin du monde dans la collection « Classiques contemporains », parue aux Soli (...)

8De fait, le cheminement créateur de cette œuvre est passionnant. La pièce reprend la thématique du retour du fils, déjà présente dans Retour à la citadelle, écrit en 1984, en partie sous l’influence de Par les villages de Peter Handke, découvert à Chaillot en novembre 1983 dans la mise en scène de Claude Régy8. On trouve par ailleurs, dans les carnets de travail de cette époque, des projets qui consonnent et anticipent – pour notre regard rétrospectif –, avec Juste la fin du monde. François Berreur se réfère ainsi à un carnet d’écriture de Retour à la citadelle où Lagarce imagine – avant la connaissance de l’épidémie du sida et bien avant de se savoir séropositif – un personnage, « Lui », qui déclare :

  • 9  Voir http://www.lagarce.net/scene/ensavoirplus/idspectacle/2168/idcontent/1938/from/

C’est l’histoire d’un homme à l’origine, c’est l’histoire d’un homme qui veut mourir… ou bien encore, c’est plus probable… c’est l’histoire d’un homme qui croit qu’il va… qu’il va ou qu’il veut… L’histoire d’un homme qui croit qu’il veut mourir9

  • 10 On peut consulter les esquisses sur le site fanum : http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f (...)

9C’est également à ce moment que Lagarce commence l’écriture d’une pièce, Correspondances, à la dimension autobiographique évidente, qui tourne autour d’un « Premier Homme […] en train de mourir »10. Un autre carnet de travail de Retour à la citadelle, présente un projet théâtral Autobiographie, IIe partie, sous-titré Portrait de l’artiste en famille, qui annonce les synopsis de Juste la fin du monde, ne serait-ce que par la distribution :

Fig. 1. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)

Fig. 1. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)

Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC

10Il esquisse ensuite ainsi une présentation des personnages principaux :

Fig. 2. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)

Fig. 2. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)

Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC

11En février 1988, ces données reprennent forme dans un nouveau projet dramatique. La pièce s’appelle alors Les Adieux et un carnet de Lagarce présente déjà une structure en trois parties, liées explicitement à la Promenade au phare de Virginia Woolf, avec les personnages du fils, de son ami, de sa mère, de son père, de sa sœur et de son fiancé.

Fig. 3. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1988 (cote IMEC : 63.9)

Fig. 3. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1988 (cote IMEC : 63.9)

Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC

  • 11  Voir http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo190_fo2_fo112_d10. Le second docume (...)
  • 12  Ce texte a été publié par Jean-Pierre Thibaudat dans Le Roman de Jean-Luc Lagarce, Besançon, Les S (...)
  • 13  Voir http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo190_fo11_fo109_d401

12Un synopsis dactylographié non daté, vraisemblablement plus tardif, détaille l’ensemble11. Cependant, au même moment, Lagarce achève un roman intitulé Mes Deux dernières années qui s’empare finalement du titre Les Adieux, tandis que la pièce prend le titre de Et quelques éclaircies, puis Quelques éclaircies : Jean-Pierre Thibaudat fait ainsi état d’un autre synopsis assez proche sous ce nouveau titre12. Pourtant, rien n’est encore fixé : on trouve dans les archives deux versions d’un projet sous le titre « Quelques éclaircies » qui annonce surtout Music-Hall, voire Histoire d’amour (dernier chapitre), même si des passerelles peuvent s’établir avec Juste la fin du monde13. Une note du Journal de Lagarce du 13 février 1989 distingue pourtant clairement Quelques éclaircies de Music-hall qu’il achève, tandis que le roman Les Adieux va connaître une refonte.

13Presque un an plus tard, au début de 1990, Lagarce reprend Quelques éclaircies comme en témoigne son Journal :

  • 14  Jean-Luc Lagarce, Journal, 6 janvier 1990, cité in Juste la fin du monde, Besançon, Les Solitaires (...)

Donc, le fils aîné va retrouver sa famille. Il est en train de mourir c’est ce qu’on sait et on parle de choses et d’autres. La Mère, le Père, le Fils Cadet, la Femme du fils cadet, la Sœur, le Fils aîné donc et l’Homme qui vit avec le fils aîné. C’est une pièce sur la famille, le corps et sur l’enfance. GLUPS14 !

14Le Journal permet alors de suivre son travail et ses évolutions, Quelques éclaircies devenant Juste à la fin du monde, puis Juste la fin du monde qu’il achève en juillet 1990. Les documents conservés donnent accès à trois versions successives de l’œuvre, incluant ponctuellement des corrections supplémentaires de tel ou tel passage qui permettent d’affiner la compréhension du processus d’écriture.

  • 15  Voir Almuth GrÉsillon, Marie-Madeleine Mervant-Roux et Dominique Budor (dir.), Genèses théâtrales, (...)

15Si Lagarce n’était qu’un écrivain de théâtre, l’étude génétique de Juste la fin du monde s’arrêterait là. Mais, dans une perspective théâtrale, toute nouvelle création à partir de l’œuvre s’inscrit dans un même parcours génétique15. Autrement dit, le dossier génétique de Juste la fin du monde intègre également son évolution vers Le Pays lointain – qui récupère des données présentes dans le projet théâtral original Les Adieux, puis abandonnées ensuite –, mais aussi toutes les créations faites à partir de ce texte, des mises en scène jusqu’au film réalisé par Xavier Dolan.

  • 16  http://www.theatre-contemporain.net/textes/Juste-la-fin-du-monde/infos-texte/type/ensavoirplus/

16Une journée d’étude organisée le 7 octobre 2016 au cdn de Besançon a permis d’aborder ce vaste chantier. Les interventions des participants, consultables en ligne16, nourrissent le « Dossier critique » de ce cinquième numéro de Skén&graphie, tout en étant complétées par d’autres textes et repensées pour la publication. Les articles de Maryse Adam-Maillet et de Pierre Chambefort étudient, à travers le prisme nécessairement déformant mais révélateur du film de Xavier Dolan, l’articulation entre le roman Les Adieux et Juste la fin du monde. Alexis Leprince et Pascal Lécroart montrent le bénéfice de l’étude des brouillons de Juste la fin du monde pour tenter de cerner, de manière génétique, différents aspects du processus créateur de Lagarce. Alina Kornienko et Lydie Parisse s’attachent principalement à des problématiques de discours et de communication, mettant respectivement l’œuvre en relation avec Le Pays lointain et avec le film de Dolan. Daria Bardellotto approfondit cette analyse à partir d’une étude du travail scénaristique effectué par Dolan. Le dossier se conclut sur un entretien avec François Berreur, Catherine Derosier-Pouchous et Patrick Zanoli autour des réalisations vidéo de Lagarce.

17L’exploration des archives de Jean-Luc Lagarce réserve encore quelques trésors permettant de nourrir le Cahier de la création. Si son statut de scénario inaccompli, écrit à deux mains, fait du texte Des Mensonges un objet insolite, difficilement publiable en l’état, l’édition des premières scènes permet de retrouver l’écriture du dramaturge dans la période délibérément stérile qui suit l’échec – ressenti comme tel – de Juste la fin du monde. On retrouve également Lagarce dans le texte de présentation accompagnant le scénario et, seul cette fois, dans une note de mise en scène rédigée pour Music-hall, oubliée dans les archives alors qu’elle aurait pu trouver sa place dans Mes Projets de mises en scène.

18Le Cahier des spectacles, des compagnies et des professionnels conserve la cohérence thématique de ce numéro : Esther Fuoco revient ainsi sur la mise en scène en 2009 de Juste la fin du monde par Luca Ronconi, au Piccolo Teatro de Milan. Un entretien avec Gérard Bouysse permet d’enrichir la compréhension de l’écriture scénaristique de Des Mensonges et d’approfondir la connaissance d’un aspect méconnu de Lagarce, son implication dans la création cinématographique, déjà visible dans l’entretien autour de ses films vidéo et par les extraits du scénario. Alexis Leprince a également pu interroger trois traducteurs de Lagarce – Paolo Bellomo pour l’italien, Marcel Kalunga pour le kiswahili, et Alina Kornienko pour le russe – qui font entendre ce que la traduction fait au texte de Lagarce, nous le révélant également en miroir, à l’instar de l’adaptation cinématographique de Dolan.

19Le Cahier photographique nous fait voir de son côté une réalisation des Règles du savoir-vivre dans la société moderne de Lagarce, monté en russe au Théâtre de Drame de Saratov par Stanislas Roquette.

20Il revient enfin à Lucile Garbagnati, fondatrice et rédactrice en chef de la revue Coulisses de 1990 à 2004, de clore ce numéro par un hommage à Armand Gatti qui s’est éteint le 6 avril 2017, auteur majeur dont le destin a aussi été lié à Besançon, à son université et à sa revue de théâtre. Deux de ses textes dramatiques ont d’ailleurs été publiés dans le no 2 des Cahiers de Coulisses (2001) et le Hors-série n1 de Coulisses (2002), tandis que la résidence-création de deux mois qu’il avait menée auprès des étudiants faisait l’objet du Hors-série n3 (2004).

Haut de page

Notes

1  Jean-Luc Lagarce, Théâtre et pouvoir en Occident, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2000, Du luxe et de l’impuissance, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2008, Mes Projets de mises en scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2014.

2  Jean-Luc Lagarce, Trois Récits : L’apprentissage, Le bain, Le voyage à La Haye, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2001.

3  Jean-Luc Lagarce, Journal, 1977-1990, tome i, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2007, Journal, 1990-1995, tome ii, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2008, auquel il faut ajouter Journal vidéo, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2007.

4  Jean-Luc Lagarce, Correspondances et entretiens avec « Attoun & Attounette », adaptation de François Berreur, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2013.

5  Ce film, qui utilise la même distribution que la mise en scène de Michel Raskine à la Comédie-Française est disponible en dvd dans la collection « La Comédie française fait son cinéma », Maïa Cinéma – Les Films de Pierre – Comédie-Française – Éditions Montparnasse, 2013. Il a été projeté à la fin de la journée d’étude organisée au cdn de Besançon le 7 octobre 2016 au cours de laquelle ont été rassemblées les communications présentées dans ce dossier critique.

6  C’est dans la collection des « Classiques contemporains » de la maison d’édition des Solitaires intempestifs qu’elle a lancée qu’elle est aujourd’hui le plus facilement accessible.

7  Clément Hervieu-Léger vient de le mettre en scène au tns avant une tournée programmée en France.

8  L’édition de Juste la fin du monde dans la collection « Classiques contemporains », parue aux Solitaires intempestifs en 2012, présente tout ce cheminement à l’aide de citations du Journal de Lagarce (voir p. 112-120).

9  Voir http://www.lagarce.net/scene/ensavoirplus/idspectacle/2168/idcontent/1938/from/

10 On peut consulter les esquisses sur le site fanum : http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo192_fo51

11  Voir http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo190_fo2_fo112_d10. Le second document est daté par Lagarce du 3 février 1989.

12  Ce texte a été publié par Jean-Pierre Thibaudat dans Le Roman de Jean-Luc Lagarce, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2007, p. 225. Voir http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo190_fo2_fo112_d466

13  Voir http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php?f=1&path=_fo190_fo11_fo109_d401

14  Jean-Luc Lagarce, Journal, 6 janvier 1990, cité in Juste la fin du monde, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Classiques contemporains », 2012, p. 118.

15  Voir Almuth GrÉsillon, Marie-Madeleine Mervant-Roux et Dominique Budor (dir.), Genèses théâtrales, Paris, Éditions du cnrs, 2010.

16  http://www.theatre-contemporain.net/textes/Juste-la-fin-du-monde/infos-texte/type/ensavoirplus/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)
Crédits Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC
URL http://journals.openedition.org/skenegraphie/docannexe/image/1341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 2. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1984 (cote IMEC : 62.4)
Crédits Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC
URL http://journals.openedition.org/skenegraphie/docannexe/image/1341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. Page d’un carnet de travail de Lagarce de 1988 (cote IMEC : 63.9)
Crédits Fonds Jean-Luc Lagarce/IMEC
URL http://journals.openedition.org/skenegraphie/docannexe/image/1341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Lécroart et Alexis Leprince, « Édito », Skén&graphie, 5 | 2018, 9-18.

Référence électronique

Pascal Lécroart et Alexis Leprince, « Édito », Skén&graphie [En ligne], 5 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/skenegraphie/1341

Haut de page

Auteurs

Pascal Lécroart

Pascal Lécroart est professeur de Littérature française à l’Université de Franche-Comté où il dirige le Pôle « Arts et littérature » au sein d’elliadd (ea 4661). Spécialiste de Paul Claudel et de son rapport à la musique, il a publié différentes études sur les relations entre littérature, théâtre et musique au xxe siècle. Il est responsable du Fonds numérique d’archives Jean-Luc Lagarce hébergé par fanum.

Articles du même auteur

Alexis Leprince

Alexis Leprince est doctorant boursier de la mshe Claude Nicolas Ledoux à l’Université de Besançon Franche Comté où il poursuit une recherche en génétique sur l’œuvre théâtrale du dramaturge Jean-Luc Lagarce. Également praticien, il est le collaborateur régulier de la compagnie Artépo, en tant qu’assistant à la mise en scène et dramaturge.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
  • Logo Sken&graphie
  • Logo ELLIADD – Édition, Lanages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals