Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Éditorial

Éditorial

Myriam Cottias et Céline Flory
Traduction(s) :
Editorial [en]

Texte intégral

1Comme Magali Bessone et Ary Gordien le rappellent dans l’introduction de ce cinquième numéro de la revue Esclavages & post~esclavages / Slaveries & Post~Slaveries, la revendication de réparation de la part des ancien⋅ne⋅s esclavisé⋅e⋅s est concrète et ancienne. Elle s’est traduite, depuis l’abolition de l’esclavage, en une demande de terre, dans les Antilles françaises – celle cultivée depuis des générations. Cette revendication a pu prendre, historiquement, une forme radicale : celle d’une autoréparation – c’est-à-dire d’un renversement du pouvoir colonial pour combattre l’injustice du système esclavagiste antérieur et instaurer un nouvel ordre social –, comme ce fut le cas en 1802 avec la révolution de Saint-Domingue, advenue plus tôt que prévue initialement par les premiers abolitionnistes. Ou encore, cette revendication a pu s’inscrire dans un débat philosophique, moral et politique sur l’égalité du genre humain qui imposait l’abolition de l’esclavage aux mondes européen et américains. Aujourd’hui encore, les demandes d’égalité et de justice sont bien, en effet, les ressorts continus de la demande de réparation(s) au sein d’un espace transnational où toutes les échelles d’analyse doivent être prises en compte : la question est à la fois globale et située dans des contextes particuliers. « Ainsi, pour saisir l’objet “réparations” dans sa diversité de formes et d’enjeux mais aussi dans son unité dynamique, un mouvement de va-et-vient entre contextes local, national ou régional et international, ainsi que la mise en relation de disciplines diverses, droit, histoire, anthropologie, sociologie, science politique et philosophie, sont indispensables », écrivent les coordonnateurs du numéro.

2Le dossier thématique témoigne largement de ce positionnement. Au travers des différents articles ici publiés mais aussi des programmes de recherche qui ont été menés ces dernières années, et notamment le programme REPAIRS (« Réparations, Compensations et Indemnités au titre de l’esclavage (Europe-Amériques-Afrique) (xixe-xxie siècles) »)1, il apparaît que la notion de « réparation » est un outil heuristique qui permet de réinterroger tant les sociétés esclavagistes que post-esclavagistes. Considérer la notion de réparation et le fait des indemnités avec les modalités d’analyse des sciences humaines et sociales permet de questionner différemment l’organisation des sociétés, dans toute leur complexité : les rapports sociaux d’inégalité, les catégories socioraciales, les stratégies des acteurs... En ce sens, la « réparation » ne doit pas être pensée uniquement comme un objet d’enquête mais plutôt comme un nouveau paradigme permettant d’aborder un vaste spectre de phénomènes imbriqués tels que les relations raciales, la géopolitique, l’appartenance et la citoyenneté. La « réparation2 » est donc un outil valable et disruptif qui n’est pas sans rappeler celui du « genre » qui a permis d’interroger de manière inédite, les structures de pouvoirs ainsi que les violences au sein des sociétés et de travailler sur les représentations comme moyen de maintenir les inégalités de positions genrées, afin d’établir de nouveaux réseaux d’analyse entre les variables sociales tout en prenant en compte leur historicité. Le paradigme de la « réparation » acquiert ainsi une pleine légitimité scientifique.

3Penser le maintien de l’esclavage appartient aussi à une réflexion plus large sur les réparations qui se décline sur une multiplicité de supports médiatiques comme les vidéos de recherche de Marie Rodet portant sur l’esclavage dans la région de Kayes au Mali. La création artistique rend pleinement compte de toute la valeur symbolique du paradigme de la réparation. Le dernier article de ce numéro s’achève avec une discussion des œuvres de Laura Facey autour de la violence des rapports sociaux jamaïcains. La finalité cathartique de son travail est parfaitement exprimée dans le titre de la chanson de Bob Marley, intitulée « Redemption Song » :

Won’t you help to sing
These songs of freedom?

Haut de page

Notes

1 ANR-15-CE33-0007 : https://esclavages.cnrs.fr/vie-scientifique/repairs-2/.

2 On différencie ici la « réparation » comme outil heuristique des « réparations » comme déclinaisons concrètes sous formes de demandes et de revendications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Cottias et Céline Flory, « Éditorial »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 5 | 2021, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/5612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.5612

Haut de page

Auteurs

Myriam Cottias

CNRS (LC2S, CIRESC), France

Articles du même auteur

Céline Flory

CNRS (Mondes Américains, CIRESC), France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search