Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6La recherche par l'écritNotes de lectureKevin Dawson, Under currents of p...

La recherche par l'écrit
Notes de lecture

Kevin Dawson, Under currents of power Aquatic Culture in the African Diaspora

Jean-Sébastien Guibert
Référence(s) :

Kevin Dawson, Under currents of power Aquatic Culture in the African Diaspora , University of Pennsylvania Press, 2021, 360 p., ISBN : 9780812224931, 27,50 $

Texte intégral

1Le livre proposé par Kevin Dawson est original à plus d’un titre. Il propose tout d’abord une thématique intéressante, celle de la culture aquatique dans les populations africaines et afro‑descendantes dans l’espace atlantique dans le cadre d’une chronologie large, située entre la fin du xve et la fin du xixe siècle. L’objectif est donc tout à fait ambitieux, d’autant que l’historiographie dans le domaine n’est que peu développée. L’auteur propose comme postulat de départ l’importance des activités aquatiques en Afrique, et leur adaptation dans les Amériques comme conséquence de la traite négrière. Selon l’auteur, les paysages et leurs usages redéfinissent les expériences humaines et les cultures. Qu’en est-il des paysages aquatiques de part et d’autre de l’Atlantique ?

2Dans cette perspective, l’ouvrage ouvre aussi des pistes originales. En effet, Kevin Dawson propose d’envisager les espaces côtiers non pas en opposant de façon dichotomique la terre et la mer, d’après ce que l’auteur considère comme un point de vue européen, mais comme un tout, selon le point de vue africain. L’ouvrage n’est donc pas un livre d’histoire maritime dans le sens où il envisage aussi les espaces fluviaux, les marais et les eaux intérieures, ainsi que les activités qui y sont liées et les relations qu’ont entretenues les Hommes à ces milieux.

3Enfin, l’ouvrage est original dans son approche thématique divisée en chapitres autour de deux parties : la culture de la nage, la culture du canoé. Dans la première partie, après une comparaison des techniques de nage européennes et africaines, l’auteur s’applique à présenter les représentations culturelles liées aux pratiques de la nage et du surf, les sports aquatiques comme des supports d’accomplissement rituels, l’existence d’esclaves plongeurs, etc. Selon l’auteur, ces compétences remettent même ponctuellement en question le concept de race.

  • 1 Benoît Bérard, Jean-Yves Billard, Thierry L’Étang, Guillaume Lalubie, Costantino Nicolizas, Bruno (...)

4Dans la seconde partie, l’auteur propose de se concentrer sur les moyens nautiques et de voir en quoi il y a eu un transfert de compétence dans la fabrication et l’utilisation des canoës et pirogues depuis l’Afrique vers l’Amérique. Le chapitre 7 se concentre sur les compétences diverses des populations africaines dans la maitrise de la construction comme du maniement des embarcations fluviales et de cabotage, mais aussi de guerre. Le chapitre 8 soutient que les embarcations construites dans le nouveau monde sont plus proches de celles construites en Afrique. Il propose donc l’idée d’une continuité en matière de savoir-faire quant à la fabrication des canoës et pirogues à l’époque coloniale, remettant en cause l’idée classiquement admise, si ce n’est d’un transfert de compétence, d’un passage de relais par l’intermédiaire des populations amérindiennes1. Le chapitre 9 propose ensuite de voir la pirogue et ses marins comme un élément essentiel de l’organisation du commerce colonial. Le chapitre 10 considère les embarcations africaines et américaines à l’instar des « complex cultural artifact », à la rencontre du monde aquatique et sylvestre porteur de significations symboliques et rituelles. Le chapitre 11 envisage les pirogues et autres embarcations comme des moyens de communication des communautés africaines-américaines, mais aussi comme moyen d’échapper au monde servile.

5La lecture de l’ouvrage peine pourtant à convaincre pour de nombreuses raisons. La première, peut-être la plus importante, est la suivante. Le postulat de départ est de proposer un transfert des pratiques et activités aquatiques africaines, constituant une « culture », en une adaptation de celles-ci en Amérique. Cependant, comment expliquer, comme nous le présente l’auteur dans son épilogue, que la plupart des populations afro descendantes soient de nos jours si peu enclines à la natation, tournent le dos à la mer ou soient a-maritime, alors que les populations africaines et afro-descendantes déportées auraient été des peuples de marins et des peuples aquatiques, d’après l’auteur ?

6Cette interrogation qui a orienté la lecture de cet ouvrage n’a pas trouvé de réponse. De fait se pose la question de la thèse de l’auteur qui propose de revisiter, à travers la culture aquatique, notre regard sur les populations issues de la traite négrière.

7Il paraît évident qu’une partie des populations africaines-américaines a été fortement influencées par la culture aquatique africaine ; l’ouvrage propose ici quelques beaux passages sur les pratiques culturelles liées au monde aquatique comme les rites initiatiques africains, ou encore des exemples d’esclaves plongeurs-pêcheurs d’épaves ou de perles dans le nouveau monde. On remarque en particulier ces libres travaillant sur l’épave du Mary‑Rose en Angleterre. D’autres exemples portent sur ces hommes bravant les cadres raciaux du fait de leurs compétences aquatiques. Ces cas remettent en cause le concept de race, comme l’auteur propose de le voir. Cependant, il semble difficile de généraliser à l’ensemble des populations les exemples proposés. Se pose dès lors la question de la représentativité des cas étudiés. Des études de cas basées sur des sources statistiques, auraient été bienvenues pour établir combien d’esclaves d’une population donnée pratiquaient effectivement des activités maritimes. Ici, la perspective atlantique est trop large et la preuve par le nombre soutenant que, sur des millions d’Africains déportés, il y avait forcément des charpentiers, des marins ou encore des canotiers n’est pas suffisante.

8Une autre des raisons pour lesquelles l’ouvrage peine à convaincre est aussi le prisme du livre qui propose l’étude des cultures aquatiques dans son sens large : fluviales, lacustres et maritimes. Ce glissement tend à mettre en avant les populations africaines et afro‑descendantes au dépend des populations européennes et européo‑descendantes. De fait, les populations africaines et afro‑descendantes sont présentées de manière un peu manichéenne comme excellant dans la nage, et les Européens comme des piètres nageurs (chapitre 1) ; tels des artisans de la transmission des compétences de construction navale aux Amériques (chapitre 8) et la cheville ouvrière du cabotage maritime dans les colonies américaines (chapitre 9).

9Sur ces différents points, le débat est ouvert et l’ouvrage proposé ici semble ne pas prendre en considération un certain nombre d’éléments établis par ailleurs, ni ne les remet en cause.

  • 2 Benoît Bérard, Jean-Yves Billard, Thierry L’Étang, Guillaume Lalubie, Costantino Nicolizas, Bruno (...)
  • 3 Anne Pérotin-Dumon, La ville aux îles La ville dans l’île, Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, 1650-182 (...)

10L’idée selon laquelle les populations africaines pratiquaient le crawl et les populations européennes pratiquaient la brasse s’appuie sur des sources qui semblent donner raison à K. Dawson (chapitre 1). Cependant, ces nages ont été théorisées à la fin du xixe siècle ; ainsi, l’auteur semble-t-il proposer une vision anachronique sur des proto‑nages. L’hypothèse soulevant que les pratiques de construction navale américaine aient été plus influencées par les traditions africaines s’appuie sur une vision erronée : dans la Caraïbe insulaire, il existe de fait plusieurs types d’embarcations précolombiennes que l’auteur méconnait2, comparant la construction de la grande pirogue amérindienne (kanawa) à la pirogue coloniale. De plus, il ne semble pas prendre en compte l’évolution des techniques de fabrication au moment du contact européen, dès la fin du xve siècle, notamment l’utilisation des outils et de la voile. Dans le chapitre 9, qui fait des flux piroguiers et serviles la base du commerce coloniale au xviie et xviiie siècles, il n’est à aucun moment question des flux de cabotage locaux avec des embarcations de type bateaux bermudiens ou goélettes assurant une part importante des transbordements entre les habitations et les ports ou les navires du commerce américain ou transatlantique pourtant parfois aussi composés d’équipage de gens de couleurs esclaves ou non3.

11On regrettera enfin de nombreux exemples du xixe ou du xxsiècle, parfois extrapolés, aux périodes antérieures (p. 103, 104, 109 et 110). Plusieurs suppositions et affirmations proposées sont discutables, comme celle laissant croire que les Européens n’ont pas colonisé les paysages maritimes : « Since they concluded that water was an unnatural space for human, they did not culturally colonize waterscapes. This allowed African-born slaves to physically and intellectually colonize these spaces » (p. 143). De même, le fait que les négriers s’approvisionnaient en esclaves et revendaient en un même endroit toute leur cargaison parait contestable : « Slave traders typically made the bulk of their purchase at one African port, gathering many from given ethnic, cultural, and langage groups, and selling most at a single New World port » (p.156). On peut aussi exprimer des réserves sur l’argument suivant lequel les Africains ont montré aux Amérindiens la manière d’utiliser les outils en métal dans la confection des pirogues : « They probably relied on Amerindian advice while, per chance, showing Indians how to use iron tools » (p. 158). Quelques anachronismes sont également à noter, comme celui présentant en page 39 les populations africaines comme précurseurs des pratiques occidentales du xxe siècle : « incorporating recreational swimming into beach cultures long before suntanning whites socialized in the sand ».

12Nous avons relevé d’autres écueils, comme l’absence de cartes permettant de localiser les lieux et les paysages proposés dans l’ouvrage ; un appareil critique de notes de fin de chapitre peu pratique parce que de nombreuses sources sont citées dans leur version publiée, parfois postérieure à la période qu’elles décrivent, ce qui peut rendre difficile la vérification et la compréhension de l’argumentation. À constater enfin, l’absence de bibliographie finale et d’index, tout comme l’interprétation de certains documents iconographiques.

Haut de page

Notes

1 Benoît Bérard, Jean-Yves Billard, Thierry L’Étang, Guillaume Lalubie, Costantino Nicolizas, Bruno Ramstein, Emma Slayton, « Approche expérimentale de la navigation précolombienne dans les Antilles », Journal de la société des américanistes, 102/2, 2016, p.171-204.

2 Benoît Bérard, Jean-Yves Billard, Thierry L’Étang, Guillaume Lalubie, Costantino Nicolizas, Bruno Ramstein, Emma Slayton, « Technologie du fait maritime chez les Kalinago des Petites Antilles aux xvie et xviie siècles », Journal de la Société des Américanistes, 102-1, 2016, p.129-158.

3 Anne Pérotin-Dumon, La ville aux îles La ville dans l’île, Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, 1650-1820, Paris, Karthala, 2000, 990 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Guibert, « Kevin Dawson, Under currents of power Aquatic Culture in the African Diaspora  »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/5814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.5814

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Guibert

Maître de conférences en histoire des mondes modernes et contemporains, université des Antilles, AIHP GEODE EA 929

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search