Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6La recherche par l'écritNotes de lecturePaulin Ismard, La cité et ses esc...

La recherche par l'écrit
Notes de lecture

Paulin Ismard, La cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences

Fabienne Guillèn
Référence(s) :

Paulin Ismard, La cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences, Le Seuil, 2019, 384 p., EAN : 9782021363739, 24,90€

Texte intégral

1Les livres de Paulin Ismard ont toujours été favorablement reçus. La cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences, publié aux éditions du Seuil en octobre 2019 dans la collection « L’Univers Historique », ne fait pas exception. À de nombreux égards, c’est un texte marquant. Captivant par sa perspective et le défi qu’on peut y lire ; impressionnant par la subtilité de sa construction et le vaste espace référentiel qu’il dessine et dans lequel il puise ; extrêmement stimulant par les interrogations qu’il suscite et la réflexion qu’il éveille, il se trouve être aussi d’un réel agrément de lecture. Tiré d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, il ne transige pas avec la rigueur scientifique et, sans être jamais abstrus, il exige du lecteur qui souhaiterait mettre à profit ses hypothèses et ses analyses, une grande attention et une véritable érudition.

2Avant même de plonger dans le vaste réseau hydrographique qui alimente la réflexion, l’aventure commence avec le titre : La cité et ses esclaves. La cité ; un abstrait singulier, signe d’une collectivité mise en forme politiquement ; ses esclaves, un substantif « concret » que le pluriel déjà dissémine. Un face à face se profile entre une communauté civique et des êtres qui lui sont indissolublement mais mystérieusement attachés. Le sous-titre confirme et enrichit la visée : « Institution » s’adjoint des éléments moins attendus, magnifiquement équivoques et suggestifs, avec « fictions, expériences ». Institution à l’origine de « fictions juridiques » et d’« expériences » politiques sur un plan thématique ? Plusieurs lectures de ce beau texte m’ont conduite à les percevoir aussi sur le plan de la composition et de la pensée, telle une enquête à la recherche de l’« institution » esclavagiste de l’Athènes classique, une « expérience intellectuelle » qui éclaire aussi son chemin par des « fictions ».

3Au banquet de Larensis où nous sommes conviés, « la parole véritable, celle des hommes libres peut s’immortaliser », (p. 11). Dans l’ombre, les esclaves qui les servent rehaussant l’éclat de ce monde et à propos de qui Cynulque propose que l’on cesse de « bavarder », tant le « sujet » est loin de mériter tant d’attention (Athénée, Deipnosophistes, Livre vi). La distance des mondes s’inscrirait-elle dans la désinvolture ouverte de Cynulque ? Quelle énigme gît dans les replis ultimes de la relation entre le maître et l’esclave ? Deux figures majeures de l’Athènes classique : le citoyen et l’esclave‑marchandise, objet privilégié de l’enquête.

4Relire, encore une fois, réviser, repenser, nuancer les approches, infiniment nombreuses qui ont précédé sa tentative ; tel est le défi que Paulin Ismard s’est à lui-même fixé. Il en éclaire bientôt le sens et la perspective. L’esclavage gréco-romain n’est pas un objet historique « refroidi » et le tenir pour tel reviendrait à « oublier le rôle matriciel que la structure esclavagiste héritée de l’antiquité classique n’a cessé de jouer dans l’histoire des sociétés occidentales bien après la disparition de l’empire gréco-romain » (p. 20). Quelque chose se rejoue incessamment, « réplique tectonique ou lapsus » qui doit nous faire « admettre que la scène de banquet qui eut lieu un soir dans la demeure de Larensis est encore la nôtre » (p. 20).

Position

5S’agissant d’« écrire l’histoire de l’esclavage athénien » (p. 12), il faut naviguer entre deux écueils : d’une part, cette « représentation trop schématique » par laquelle l’Athènes classique offrirait un modèle « où l’opposition entre le citoyen est nette, radicale, totale » (p.12, note 7, Pierre Vidal‑Naquet,) et de l’autre, celle qui diluerait l’esclavage en « une relation involontaire de dépendance mutuelle entre deux partenaires inégaux » (p.13, Ehud Toledano). La voie qui s’ouvre est donc celle d’un esclavage athénien qui se définit par la « réduction des différentes formes de dépendance au modèle de l’esclave‑marchandise qui en est la forme dominante [...] et polarise l’ensemble des positions statutaires de la cité ». Des concepts tels que ceux de « mort sociale » ou « d’exclusion de la parenté » situent clairement la position analytique « en ce lieu du grand partage entre libres et esclaves, là où la domination esclavagiste trouve sa forme légale et déploie ses effets d’institution » (p.14). L’existence d’une institution esclavagiste dans l’Athènes classique, structurante, assurant les conditions de sa reproduction en régulant les statuts et les conditions, est donc une prémisse fondatrice de l’enquête.

Composition

6La division en chapitres sert une exploration « presque classique » des présupposés, des contraintes et des effets d’une institution esclavagiste. Propriété ; Travail ; Parole ; Asile et enfin Politique, sont des concepts donnant l’occasion d’interroger les « doctrines » de l’historiographie sur l’Athènes classique afin de s’en départir et d’aborder des territoires inexplorés, auxquels une nouvelle lecture d’un corpus documentaire validé par des siècles d’historiographie (épigraphique et « littéraire » pour l’essentiel) donnerait l’accès. À l’exception du quatrième, chaque chapitre reçoit une coda en forme d’incise qui met en regard la « matrice » antique et ses métamorphoses modernes ou contemporaines.

7Trois tenseurs majeurs nous semblent innerver la progression herméneutique de Paulin Ismard, qui tiennent l’un à l’ambition de réviser les représentations de l’esclavage dans l’Athènes classique, l’autre à pratiquer un comparatisme maîtrisé et le dernier, mais non le moindre, à faire surgir une méditation sur la pensée et l’écriture de l’histoire.

Institution, Expériences

Propriété

  • 1 Nous soulignons.
  • 2 Giorgio Agamben, Homo Sacer, Vol. 4.2, L’Usage des corps, p. 1079, 1.5.

8Dès le premier chapitre, la démarche s’engage dans la recherche des structures institutionnelles de l’esclavage, au premier rang desquelles, la propriété qui suppose définition, dénombrement, recensement, identification. Définir le bien et la relation particulière qui l’unit à son possesseur, la traduire dans le langage d’un droit qui la protège et la pérennise. Ces instruments sont intensément recherchés par l’auteur dans la provision documentaire présentée dans ce chapitre, mais il reconnaît que « l’effort le plus manifeste » (celui d’Aristote dans la Rhétorique) qu’elle a consenti « pour caractériser ce en quoi consiste la propriété ne débouche sur aucune définition conceptuelle si ce n’est la reconnaissance du droit à l’usage1 d’un bien et au profit qu’il est possible d’en tirer » (p. 27). Aussi, la lecture de ce premier chapitre, suscite-t-elle deux regrets. Celui de l’absence – peut-être un choix – d’un bref rappel de la « révolution de l’esclavage » dans l’Athènes classique justifiant de reprendre la formule « esclave‑marchandise » qui ne va pas sans explication. Et celui qui tient à la relégation d’un aspect pourtant connexe de la référence aristotélicienne citée par l’auteur : l’usage (chrêsis) et le lien que ce terme semble entretenir avec celui que l’on peut traduire, soit par propriété – Giorgio Agamben2 met, avec raison nous semble-t-il, en garde contre les fausses pistes qu’elle ouvre – soit par bien d’usage, c’est-à-dire ktema.

9C’est donc avec prudence – en témoigne l’emploi de nombre de tournures conditionnelles – que l’auteur avance que la cité, même si elle est capable par des procédures d’enregistrement de dénombrer ses esclaves, sinon de les recenser et de les identifier à des fins commerciales et fiscales, elle n’en a laissé aucune trace. Ce fil d’Ariane, dans la première incise « Le robot est-il un esclave comme les autres ? » (p 55-69), vient nouer tous ceux de la première enquête : identification, individualisation, statut de « personne », et projetant les fantaisies grecques d’un Âge d’Or où l’automatisation des objets aurait rendu inutiles les esclaves, anticipe brillamment sur les questionnements que déjà l’avancée des techniques de l’IA robotique nous adresse.

Travail

10Tout autant que pour la propriété, l’historiographie de l’esclavage dans l’Athènes classique fournit un certain nombre de doctrines à repenser à la lumière des travaux récents. La théorie n’est pas aveuglément prise à contrepied, et c’est avec doigté que l’auteur entreprend de louvoyer entre les écueils des grands récits qui avancent les uns, le caractère négligeable ou peu discriminant des statuts « en regard d’une réalité économique, qui autoriserait un ensemble de relations de nature contractuelle entre libres et non‑libres » (p.77) et les autres, que « les catégories statutaires définissaient des droits ou des capacités spécifiques réservées à certains esclaves au sein de la population servile » (p.77). L’auteur s’y donne l’occasion de faire le pas de côté nécessaire et s’inspirant des historiens du travail à Rome, il importe la notion de statut de travail, « à mi‑chemin du statut juridique et de la classe sociale ». À travers les formes du louage d’esclave, comme les mines du Laurion, les porneia (maisons de prostitution), les chantiers de construction, nous filons vers l’hypothèse d’une double exploitation de l’esclave directe et indirecte, vers une économie rentière de l’esclavage qui appréhende l’organisation légale du travail « comme un continuum de formes de contrainte embrassant la majeure partie des travailleurs par-delà la distinction entre hommes libres et esclaves » (p.113). Les conclusions du chapitre sont formelles : l’existence d’actes de location (misthôseis) entre un maître et un esclave, n’ébauchait pas un « ordre du contrat » qui eut conféré aux esclaves un statut de personne au regard du droit, « une autonomie légale et patrimoniale » (p.114). L’existence même d’esclaves « casés » et la possibilité d’un pécule n’entamait en rien le droit propriétaire, et la responsabilité du maître demeurait illimitée sur le versant économique, commercial ou financier.

11C’est en ce point qu’affleure, outre la variation comparatiste externe au chapitre, la première pause réflexive d’une épistémologie de l’histoire. Justifiant les digressions comparatistes internes aux chapitres et les incises par lesquelles il a choisi d’y faire entendre les contrepoints et de les clore, s’instruit un changement de logique qui se substitue au schème topographique (familier à l’Histoire), le schème topologique brillamment appliqué ici au contrat de travail.

Parole

12Au tiers de l’ouvrage se situe ce chapitre dont l’effet d’étrangeté semble, à la lecture, le plus intense. Aucune société esclavagiste ne tient pour négligeable la parole de l’esclave prononcée contre le maître, mais à Athènes, cœur de la « civilisation de la parole politique », « l’attention que la cité porte à l’injure prononcée par les esclaves est l’indice d’un régime de la parole servile original, fait d’institutions et de procédures singulières, autour desquelles se déploie un ensemble de significations qui ne mettent en jeu rien de moins que l’ordre des discours dans la cité » (p. 134). Par glissements successifs de l’injure à la dénonciation, l’auteur nous fait parvenir, « dans le contexte étroit du procès », à un espace dévolu à la parole servile : la saisissante procédure du basanos (pierre de touche servant à éprouver l’or et l’argent), définit par l’auteur comme « la déposition d’un esclave sous torture » (p. 135). Protégé, si l’immunité (adeia) lui est concédée, l’esclave peut dénoncer (mênuein) des faits délictueux ou criminels. Et la partie incriminée pouvait exiger en retour que l’esclave dénonciateur fût soumis à la question. Fouet, supplices par torsion (échelle, chevalet ou bien roue) « appuyaient » l’interrogatoire qui, c’est essentiel, consistait en une série de questions fermées auxquelles l’esclave ne pouvait répondre que par oui ou par non. Le résultat, recueilli sous forme écrite, était ensuite archivé en vue du procès comme preuves extérieures (atechnoi ou epithêtoi), voire témoignage (marturiôn). « Radicalement contraire à la logique procédurale athénienne » puisque « le témoignage implique la responsabilité légale de celui qui le prononce » (p.143), les orateurs athéniens en faisaient pourtant « la meilleure des preuves », si décisive qu’elle permettait d’éteindre l’action ; si puissante qu’il fallait en user avec grande parcimonie tout comme du serment judiciaire des libres avec lequel cette parole arrachée au corps de l’esclave entretient peut-être des liens secrets.

13« Fiction légale » ou menace toute rhétorique pour nombre d’historiens, l’auteur entend en restaurer la gravité en insistant sur son rapport au corps, à la voix et enfin à l’écrit. La réflexion se clôt sur des accents « agambenniens » : « le corps de l’esclave pourrait être décrit comme la production d’une forme de "vie nue", définie par son exclusion du politique et sa destitution originaire, mais à partir de laquelle une vérité peut s’énoncer » (p. 153). Corps parlant, « vie nue », l’esclave devient le support, le délieur de signes « par lequel se crée une parole alternative à la parole citoyenne » (p.174).

14Cette substituabilité absolue mais secrète exigée de l’esclave par le maître, cette représentation parfaite est bien ce qu’aborde la très belle troisième incise : « Aux origines de la représentation politique : l’esclavage ». Il est affirmé que l’Athènes démocratique ne peut être tenue pour le berceau des démocraties représentatives modernes. L’absence rigoureuse de toute forme de représentation (qu’elle soit d’incarnation ou de mandat) entre deux citoyens ou individus libres y est indissociable de la « représentation parfaite » qui, liant indissolublement un esclave et son maître, exige la « négation » absolue du premier « en tant que personne juridique » (p. 190).

Asylie

15La rigueur de l’effacement juridique, la violence exercée sur le corps et le verbe conduisent naturellement à chercher les limites de la toute-puissance magistériale. Seul le dispositif de l’asylie servile semble tracer un espace de protection ou de négociation entre les maîtres et les esclaves. Le mouvement comparatiste livre un tableau contrasté. L’examen des règles observées dans les temples accueillant les esclaves fuyant les violences (Ephèse, Samos, Chios, Andanie ou Sybaris), montre que l’asylie servile « apparaît paradoxalement comme un lieu d’élaboration et de mise en scène de l’idéologie esclavagiste ». Cependant, il révèle surtout l’originalité du cas athénien. Le Theseion est situé au cœur de l’espace urbain, aux alentours de l’ancienne agora, sur le versant nord-est de l’Acropole et les esclaves pouvaient, si l’on en croie les auteurs comiques, y demeurer un certain temps suivant leur fuite, temps qualifié d’attente (menein) et, ce qui est plus étonnant, de recherche de la vente (prasin heurômen). Le sanctuaire y prenait des airs de « second marché » où l’esclave asulos rompait certes avec son ancien maître, mais pour en trouver un nouveau confirmant l’immuabilité de son statut servile (p. 221).

Méditations philosophiques et littéraires : Fictions

16À suivre ces méditations, nous vient en mémoire le souvenir des propos soucieux de Roger Chartier (Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 2009) qui se demandait « pourquoi l’histoire avait ignoré son appartenance à la classe des récits » (p. 16) et comment il se faisait que « les historiens » eussent « préféré d’autres compagnonnages » et « négligé les propositions venues d’autres horizons » (p.17), notamment littéraires et philosophiques. Paulin Ismard fait œuvre de réponse.

17Outre l’attention exigeante, philologique, à l’ambigüité linguistique et rhétorique des sources, même si leur caractère hautement performatif est un peu négligé, l’un des aspects les plus intéressants de l’ouvrage est l’espace qu’il ouvre à la réflexion philosophique et à la fiction littéraire. Le chapitre 5, « Politique » (p. 223-246) et la quatrième incise, « Fictions : le gouvernement des esclaves » (p. 249-262) concentrent les acquis de celles-là et, à l’instant de refermer la réflexion, lui offrent maint reflets dans la galerie des glaces du Benito Cereno d’Hermann Melville et du Roi Christophe d’Aimé Césaire.

18Avec le chapitre « Politique » s’ouvre une exploration de la pensée grecque de l’esclavage traduite par l’impact « du développement fulgurant de l’esclavage marchandise » (p. 226) en repensant ce qui articule l’archê despotikê et l’archê politikê.  La constitution des Athéniens du Pseudo‑Xénophon retient premièrement l’attention en ce qu’elle symbolise et désigne les relations entre Athènes – son impérialisme – et ses alliés sous la notion de douleia. La déplaçant ensuite, le pamphlétaire l’étend à toutes les relations internes à la cité faisant irréversiblement de l’archê despotikê, « la loi implicite de l’ordre politique ». À travers la figure de l’intendant (epitropos) de Xénophon, ou de la science royale (basilikê technê) exposée dans le Politique de Platon, qui permet que « l’étoffe tissée sous [sa] conduite réuni[sse] indistinctement les hommes libres et les esclaves » (p. 234), se pense une « représentation inclusive de la communauté civique qui reconnaît toute leur place aux esclaves dans la politeia » (p. 235). La douleia, héritage socratique, « s’impose comme métaphore absolue » et fait d’elle « la condition à travers laquelle le monde lui‑même dans toutes ses dimensions révèle l’ordre qui lui est propre » (p. 241).

19Toutefois, Aristote, pourtant héritier du socratisme et lecteur de Platon, écrit que « la liberté de ses membres est la condition préalable à l’existence d’une communauté politique » (p. 246). Dans de telles conditions, esclaves et maîtres ne peuvent « faire société » et Aristote, en refondant le lien politique sur l’exclusion radicale d’un lien despotique étendu, « conjurait une hypothèse qui avait traversé l’ensemble de la pensée politique athénienne » (p. 247). Reconnaître, nous dit Paulin Ismard, « face à la généralisation de l’institution esclavagiste dans l’espace social, la dimension proprement politique du lien despotique », a dû soulever le cœur d’Aristote puisqu’elle niait que la condition de liberté personnelle fût à l’origine du politique. Si l’homme libre existe, si la communauté politique repose sur cette liberté, alors que doit être l’esclavage ? Il n’y a guère d’autre solution que celle avancée par Aristote et qu’il ne parvient pas, Montesquieu l’a souligné, à prouver : l’esclavage par nature (kata phusin). Toutefois, la « monstruosité » de son questionnement et de son raisonnement est cruciale, non seulement pour Athènes mais encore pour toutes les configurations politiques se prétendant fondées sur la liberté de ceux qui peuvent l’exercer dans le champ politique. Une telle voie de lecture – que la réception torturée de ce texte et l’histoire politique autorisent d’ailleurs – laisserait entrevoir que c’est la notion même de liberté telle que nous n’avons cessé de l’élaborer, dans le sillage grec, qui porte irrémédiablement l’ombre de l’esclavage et l’enfante dans la lumière des sociétés qui le pratiquent.

20« Ce que toute pensée de la souveraineté préfère taire », serait-ce qu’elle est construite sur l’esclavage, ou bien sur cet idéalisme fondateur qu’est la liberté ? En ce cas, elle ne peut que méconnaître sa part maudite ; le déterminisme, la sujétion, la soumission, la pulsion qu’elle réunit en un ensemble qu’elle appelle corps ou esclave (sôma). N’est-ce pas aussi ce que pourrait suggérer le double‑corps de Babo–Benito qui meurt en un seul et même instant ? Telle est la richesse de ce livre qui, jusqu’à la dernière ligne, éveille la conscience et la pensée.

Haut de page

Notes

1 Nous soulignons.

2 Giorgio Agamben, Homo Sacer, Vol. 4.2, L’Usage des corps, p. 1079, 1.5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Guillèn, « Paulin Ismard, La cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/5955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.5955

Haut de page

Auteur

Fabienne Guillèn

Maîtresse de conférence en études médiévales hispaniques et en histoire médiévale, laboratoire Alter EA 7504, université de Pau et des Pays de l'Adour, faculté de Lettres et Sciences Humaines

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search