Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6La recherche par l'écritDossier thématiqueLa neutralité du sport africain à...

La recherche par l'écrit
Dossier thématique

La neutralité du sport africain à l’épreuve de Black Lives Matter : une question géopolitique. Le cas de la Confédération africaine de football (1957-2021)

The neutrality of African sport in the face of the Black Lives Matter: a geopolitical issue. The case of the Confederation of african football (CAF) (1957-2021)
La neutralidad del deporte africano ante el Black Lives Matter: una cuestión geopolítica. El caso de la Confederación africana de fútbol (CAF) (1957-2021)
A neutralidade do desporto africano face à questão das Black Lives Matter: uma questão geopolítica. O caso da Confederação africana de futebol (CAF) (1957-2021)
Yvan Issekin

Résumés

Cet article s’intéresse aux dimensions géopolitiques de la neutralité du sport au sein de la Confédération africaine de football (CAF). Il s’agit de montrer comment s’est structuré le déficit d’intérêt de cette confédération pour le mouvement Black Lives Matter (BLM). Il est lié à un travail de normalisation de la neutralité du sport au sein de la CAF. Cette neutralité est remise en question par une (ré)écriture permanente des règlements de l’organisation, non seulement à sa naissance, mais aussi pendant l’ère BLM, entre 1957 et 2021. Pour mener cette recherche, nous nous appuyons sur la presse généraliste et sportive, notamment avec des articles portant sur BLM. Des travaux sur la neutralité du sport, sur la CAF et sur BLM sont également mobilisés pour mieux comprendre les enjeux et les tensions autour de ce principe dans le football africain. Dans un premier temps, nous nous intéressons aux itinéraires géopolitiques de la neutralité du sport à la CAF. L’organisation a d’abord été créée dans le but de construire un panafricanisme sportif pour lutter contre la colonisation, l’apartheid et le racisme. Les différentes cohortes d’amendements des statuts de la CAF révèlent aussi des enjeux de pouvoir autour du droit de la neutralité sportive, allant dans le sens du renforcement d’une autonomie de l’institution panafricaine hostile à BLM. Les affaires Webo et Zaha dévoilent les tensions autour de la neutralité du sport dans le football africain, en insistant sur le caractère extraverti des mobilisations des footballeurs africains en faveur de BLM. Dans un second temps, nous identifions des grilles explicatives de l’échec de la transnationalisation de BLM dans le football africain. Le poids des alternances électorales à la CAF est décisif dans l’échec de l’implantation du mouvement entre 2017 et 2021. La conquête des postes de pouvoir dans la gouvernance africaine et mondiale du football permet d’observer une convergence des objectifs des diplomaties de reconnaissance sud-africaine et marocaine contre BLM. L’industrie du football africain est aussi hostile à BLM en invisibilisant la lutte contre le racisme et l’apartheid dans les politiques de Responsabilité Sociale de la CAF, servant des enjeux économiques, humanitaires et écologiques. Des sociétés civiles africaines divisées sur la question présentent enfin l’ancrage des mobilisations des footballeurs africains contre le racisme en dehors du continent, l’ambiguïté de la CAF vis-à-vis des violations de la neutralité du sport et son désir de ne pas froisser les multinationales et les États sponsors, comme des causes de la désaffection de BLM en Afrique. À travers les dimensions géopolitiques de la neutralité à la CAF transparait l’apparition d’une politisation du football, initialement marqué par son apolitisme. Les résistances de l’organisation par rapport à BLM ont des conséquences certaines sur la situation géopolitique du football africain : elles défendent l’autonomie d’un secteur sportif menacée par la réforme de sa gouvernance archaïque désinvestie de ces questions identitaires.

Haut de page

Texte intégral

1Le principe de neutralité du sport au sein de la Confédération africaine de football (CAF) est mis à l’épreuve à l’ère de Black Lives Matter (BLM). Cette organisation, créée en 1957 en marge du congrès de la Fédération internationale de football association (FIFA) de Lisbonne, par le Soudan, l’Éthiopie et l’Égypte, regroupe aujourd’hui 61 fédérations réparties en 6 sous‑confédérations. La CAF, qui avait mobilisé entre les années 1957 et les années 2017 une diplomatie offensive en vue de lutter contre le racisme, semble se désintéresser des mobilisations actuelles contre les violences policières visant des personnes noires, eu égard à son principe de neutralité.

2Un travail de normalisation de la neutralité du sport au sein de la CAF parait en effet s’être opéré ; une normalisation pouvant se définir comme un travail réglementaire et législatif « entrepris pour modifier les dispositifs, créer des instances, redistribuer des compétences, reconfigurer le réseau de textes et de codes de façon à pacifier les relations entre les protagonistes, réengendrer des repères collectifs » (Chateauraynaud et Torny 1999 : 86). Pourtant, la (ré)écriture permanente des règlements de la CAF sur la question créait paradoxalement une politisation de l’apolitisme sportif. Depuis sa naissance en 1957, jusqu’au mouvement BLM, des phases de plus ou moins grande souplesse ont ainsi existé au sein de la CAF à l’égard du principe de neutralité du sport.

3Dans ce cadre, comment expliquer les origines de la rigidification de l’apolitisme au sein de la CAF ? De quelle façon se structure le déficit d’intérêt de la CAF pour le mouvement BLM ? Pour éclairer ces questionnements, les itinéraires géopolitiques de la neutralité du sport à la CAF seront interrogés, avant d’expliquer l’échec de la transnationalisation de BLM en son sein et ses causes.

4Pour rendre compte des dynamiques de politisation de la neutralité sportive, la sociologie pragmatique (Lemieux 2018) et la géopolitique de l’école française éponyme (Lacoste 2012) sont conjointement sollicitées. La convergence interdisciplinaire permise par ces deux paradigmes participe à rendre compte des jeux comme des enjeux politiques et territoriaux au sein de la CAF, en lien avec BLM. La sociologie pragmatique donne la possibilité de déterminer les régimes rivaux et complémentaires opérant autour de ce travail de normalisation de la neutralité du sport. Elle permet également d’examiner ses mises à l’épreuve, c’est-à-dire ses redéfinitions au cours de ces différentes phases de politisation. Enfin, une analyse géopolitique apporte un éclairage pour comprendre les rivalités internationales entre les acteurs impliqués dans la gouvernance de la CAF à l’ère de BLM, tout en expliquant ces processus de politisation (Boniface 2017). À cela s’ajoute la presse sportive et généraliste africaine ; mobilisées comme sources pour saisir les évolutions de la neutralité de la CAF entre 1957 et 2021, tout en prenant en compte l’influence de BLM dans cette histoire de longue durée. Des travaux sur la CAF (Onana 2004 ; Augustin 2010a ; Augustin 2010b) et sur la neutralité du sport (Clastres 2004 ; Champagne 2010 ; Boniface 2014 ; Vassine 2019 ; Boniface et al, 2021 ; Correia et Brun 2021) ont été également utilisés pour mieux comprendre les enjeux et les tensions autour de ce principe dans le football africain.

Les itinéraires géopolitiques de la neutralité du sport à la CAF

La naissance de la CAF ou la jurisprudence panafricaine de la lutte contre l’apartheid

5La CAF est une « invention diplomatique » (Clastres 2004) visant la construction d’un panafricanisme sportif par le football (Augustin 2010a : 180). Il s’exprime à travers une diplomatie offensive du football dès 1957. Le Soudan, l’Éthiopie et l’Égypte ont souhaité regrouper des fédérations appartenant à un même continent au sein d’une confédération, pour former le noyau d’une organisation sportive panafricaine affiliée à la FIFA. Dès 1960, l’égyptien Abdel Gamal Nasser et ses homologues à la tête de pays africains indépendants anticipent le futur poids géopolitique du continent au sein de cette instance, en créant un cadre continental devant accueillir les fédérations des nouveaux États indépendants.

6L’enregistrement tardif de la CAF par la FIFA en 1961 témoigne de l’importance de la lutte contre l’impérialisme et l’apartheid dans ses orientations diplomatiques (Onana 2004 ; Boniface 2017). À l’époque, il est d’abord question de s’appuyer sur « l’égalité sportive » et « la beauté du sport » (Correia et Brun, 2020) pour lutter contre l’impérialisme. Une mobilisation stratégique des performances sportives des footballeurs africains vise alors à déconstruire les discours racistes autour d’une infériorité des Noirs et des autres peuples colonisés dans le monde. Dans cette optique, Gamal Abdel Nasser et Kwame Nkrumah, présidents respectifs de l’Égypte et du Ghana, ont réfléchi à la création d’équipes africaines susceptibles de rivaliser avec les équipes européennes perçues comme les meilleures dans le monde. De même, la proposition de compétitions de football, alternatives aux « Jeux de l’indépendance » et aux « Jeux de l’amitié », a aussi pour but de déconstruire l’influence des anciennes métropoles coloniales sur les nouveaux États indépendants au profit d’une identité panafricaine (Augustin art.cit :178).

7La lutte contre l’apartheid prolonge ensuite ces postures diplomatico‑stratégiques au sein de la CAF. Elle remet en cause le principe de neutralité du sport par des prises de position en faveur du non-alignement face aux blocs capitalistes et socialistes au cours de la Guerre froide. Dans cette optique, la reconnaissance de l’Afrique du Sud sous apartheid comme représentant unique de l’Afrique au congrès de la FIFA, en 1957, visait à jouer sur le temps pour permettre l’émergence d’autres structures concurrentes au projet égyptien panafricaniste de la CAF, en rupture avec l’apolitisme du sport. La reconnaissance tardive de la CAF en 1961 résulte de sa remise en cause du principe de neutralité du sport alors promu par la FIFA. En effet, les fédérations nationales de football en Afrique furent créées par des États nouvellement indépendants, plutôt que sous l’impulsion des sociétés civiles de ces pays, comme ce fut le cas dans l’histoire du mouvement sportif européen. La création de fédérations nationales et d’une confédération internationale de football sont alors considérées comme autant d’instruments politiques protégeant l’indépendance africaine.

8Le choix de l’Afrique du Sud comme représentant légitime du football africain au sein de la FIFA, du fait de son apolitisme proclamé, a renforcé son isolement sportif vis-à-vis de l’organisation panafricaine. De fait, la CAF naissante a mobilisé deux modes d’action pour mettre en scène le « mécontentement noir devant l’institutionnalisation des discriminations raciales » (Onana, 2004 : 98) au sein de la Fédération sud-africaine de football (FASA). D’une part, elle a refusé d’autoriser la participation de l’Afrique de Sud aux Coupes d’Afrique des Nations (CAN) de 1957 et de 1959. Les puissances politiques fondatrices de la CAF prétextèrent le peu de préparation de l’équipe uniquement composée de joueurs à la peau blanche de la FASA, pour gagner du temps et renforcer l’organisation grâce à l’adhésion, après 1960, de dizaines de fédérations subsahariennes. D’autre part, après les indépendances, le panafricanisme sportif de la CAF dirigé contre la FASA prit la forme de mobilisations électorales au sein de la FIFA. En effet, le poids électoral africain, consécutif à l’adhésion massive des fédérations du continent africain après 1960, rendit crédible leurs menaces de boycott des éliminatoires des Coupes du monde de 1966 et de 1972, dans le cas d’une participation sud-africaine.

9Les pressions sur l’Afrique du Sud se déplacèrent aussi vers les autres instances mondiales du sport. L’adhésion massive des États africains au Comité international olympique (CIO) après 1960 s’est conjuguée avec la coordination des stratégies de boycott par le Conseil supérieur des sports africains (CSSA), pour consolider les stratégies collectives d’isolement et de délégitimation de la puissance ségrégationniste. Elles donnèrent lieu à la suspension de l’Afrique du Sud au sein du CIO en 1970 et au boycott des Jeux olympiques de Montréal en 1976 (Monnin et Maillard 2015 :183-188). La participation de l’équipe de rugby de la Nouvelle‑Zélande à une tournée en Afrique du Sud, motiva le boycott de ces olympiades par 22 nations africaines. Une ligne de fracture se forma pourtant autour de ce boycott : après le début des Jeux, le Cameroun, l’Égypte, le Maroc et la Tunisie se retirèrent quand le Sénégal et la Côte d’Ivoire décidèrent de ne pas s’associer à cette initiative. La fin de l’apartheid marqua cependant la fin de ces postures militantes de la CAF.

La rigidification des statuts

10Dans les années 2010, BLM a mis en lumière l’apolitisme sur lequel repose désormais l’autonomie de la CAF. Le maintien de la neutralité du sport s’impose toutefois comme un terrain d’affrontement géopolitique dans la gouvernance du football africain. Les amendements des statuts de cette organisation témoignent des enjeux de pouvoir autour du droit de la neutralité sportive, qui cherchent à renforcer l’autonomie de la sphère sportive à l’égard de la politique (Vassine 2019).

11Les usages géopolitiques de la neutralité dans les statuts de la CAF révèlent deux grandes configurations politiques. Entre 1957 et 1988, ses statuts, marqués par une remise en cause de l’autonomie et de la neutralité du sport à l’égard de la politique, sont questionnés par les diplomaties sportives africaines afin de lutter contre l’apartheid et la colonisation. Proches du panafricanisme sportif, ils se présentent alors comme le terrain d’expérimentation d’une approche multilatérale et offensive, utilisant le sport comme une arme contre le colonialisme et l’apartheid. L’avènement du camerounais Issa Hayatou à la présidence de la CAF en 1988 transforma le rapport de celle-ci vis-à-vis de l’usage politique du football, en défendant l’autonomie de l’organisation et son développement économique et financier rapide. Cette stratégie de défense a reposé sur la mise en place d’un environnement juridique quasi autarcique au sein de la CAF, pour défendre son autonomie face aux diplomaties étatiques (Vassine, 2019). Ce choix faisait de l’organisation une rivale des États africains, mais aussi de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA, 1963-2002), puis de l’Union Africaine (UA, depuis 2002) dans la gouvernance d’un football africain en plein essor.

12Concrètement, les amendements des statuts de la CAF concernant la neutralité s’inspirent du monopole de la FIFA dans la définition de ses normes autour de l’apolitisme du sport. Dans l’alinéa 22 de l’article 3 des dispositions générales de ses statuts de mai 2021, l’ONG à la tête du football mondial décline sa neutralité en matière de politique et de religion. Elle envisage ensuite des exceptions « pour des questions touchant aux objectifs statutaires de la FIFA » (art. 22). Ce système de défense d’une lex sportiva autonome et neutre se retrouve dans la réécriture des statuts de la CAF, notamment ceux de 2018. Dans les « dispositions relatives aux signes distinctifs de la CAF », l’article 49 n’autorise pas les manifestations ou les actes de propagande de nature politique, religieuse ou raciale dans l’enceinte de ses compétitions. Elle proscrit aussi l’expression d’opinions susceptibles d’aller à l’encontre de ses idéaux sportifs d’égalité et de beauté. Mieux, la CAF s’arroge le monopole de déterminer quelles peuvent être les limites de sa neutralité dans l’article 50 de ses statuts : l’enjeu est de réduire les influences étatiques dans la définition de cette norme sportive. L’article 51 est plus explicite quant à l’organe en charge des inflexions concernant la neutralité. Le Comité exécutif est « seul compétent pour déterminer les principes et les conditions en vertu desquels une forme de publicité peut être autorisée » (art. 51) (voir Issekin, 2021). Finalement, le désintérêt de la CAF pour BLM correspond à une invisibilisation progressive de la lutte contre le racisme en son sein. Cependant, cette conception restrictive de la neutralité du football a été mise en cause par une série de polémiques en 2020 et 2021.

Les affaires Webo et Zaha, ou le dévoilement des tensions autour de la neutralité du sport à l’époque de BLM

13L’exigence de neutralité du sport peut s’exprimer à l’encontre des mobilisations publiques des footballeurs africains en faveur de BLM. C’est notamment le cas de l’affaire Webo. Elle naît à l’occasion d’un arrêt du match de Ligue des champions opposant le Paris Saint‑Germain et le Başakşehir Istanbul à la treizième minute en novembre 2020 (Boniface et al, 2021 : 62). Pierre Achille Webo, ancien international camerounais et entraîneur adjoint de l’équipe turque, a accusé Sebastian Coltescu, quatrième arbitre de la rencontre, de l’avoir traité de « nègre », suite à son expulsion du stade. L’arbitre roumain proteste, l’accusant en retour de l’avoir traité de « gitan ». Face aux silences de l’Union des associations européennes de football (UEFA) sur la conduite à tenir face à ce type d’incident, les joueurs ont choisi de sortir du terrain. La partie a été rejouée plus tard, en changeant la composition initiale du corps arbitral et en annulant le carton rouge adressé à Pierre Achille Webo dans l’attente des conclusions de l’enquête de la commission d’éthique de l’UEFA. La polémique autour de cette affaire révèle deux propriétés majeures des mobilisations publiques des sportifs africains contre le racisme. D’une part, ces mobilisations battant en brèche la neutralité du football, ont lieu hors du continent africain. C’est au cours d’une compétition européenne que ces prises de position contre le racisme ont émergé en solidarité avec BLM. Les journaux africains ont largement relayé cet incident : Jeune Afrique a recueilli les confidences d’un Pierre Achille Webo « offensé par les paroles de l’arbitre », quand le Cameroon Tribune, le quotidien gouvernemental camerounais, a fait un lien direct entre cet incident et BLM, tout en apportant son soutien à l’entraîneur adjoint, en attendant « une réponse adéquate » de l’UEFA1. En dépit de ces soutiens médiatiques d’envergure, un mutisme sourd caractérisa la posture de la CAF sur cette affaire concernant l’ex-international camerounais. Les structures apparaissent ainsi plus favorables en Europe qu’en Afrique pour ce type de mobilisation, notamment en raison de l’importance des mobilisations des sociétés civiles dans les pays européens. D’autre part, l’usage stratégique d’institutions parallèles à la CAF par des athlètes africains pour mettre en avant la question du racisme caractérise ces mobilisations à l’ère de BLM. Les instances de l’UEFA ont été requises par ces acteurs africains pour mettre à l’agenda la question du racisme dans le football africain témoignant, dans ce cas, d’un usage stratégique pour tenter de transnationaliser BLM dans le football africain.

14La polémique autour du refus de Wilfried Zaha de s’agenouiller en signe de protestation contre le racisme au début du match de la 28ème journée du championnat anglais Premier League illustre aussi des stratégies d’évitement de certains sportifs face aux postures conservatrices de la CAF. Ce footballeur, international ivoirien, évolue au Crystal Palace, club du championnat anglais de première division au sein duquel l’ancrage de BLM s’est fait particulièrement remarquer, du fait des multiples prises de positions publiques de joueurs noirs et blancs, sur le terrain et en dehors. Cela transparait notamment avec l’agenouillement au début des matchs, en référence au geste de protestation contre les injustices raciales aux États-Unis, popularisé par le joueur de football américain Colin Kaepernick en 2016 (Holding et al. 2021; Zirin 2021). Le 13 mars 2021, en refusant de s’agenouiller, Wilfried Zaha remet en cause ce geste de solidarité vis-à-vis des victimes du racisme. Sur Twitter, le footballeur avait déjà fait part de ses réticences vis-à-vis d’un geste qu’il considère comme humiliant, ses parents lui ayant appris qu’un Noir devait être fier de lui en restant debout et en gardant la tête haute2.Pour Zaha, mettre le genou au sol peut parfois amener les gens à oublier « qu’on doit le faire », c’est-à-dire rester fier de sa couleur de peau. Bien plus, poursuit-il, ce geste n’aurait aucune efficacité dans la lutte contre le racisme. En dépit de ce geste de solidarité devenu « une partie du protocole d’avant-match », « certains de nous continuent à se faire insulter », déclare aussi Wilfried Zaha. Tout en reconnaissant le « gros travail effectuée en coulisses par la Premier League et d’autres institutions pour changer les choses », il souhaite des mesures institutionnelles sévères et conséquentes face à ce racisme anti-noirs qui n’a pas sa place dans les stades3. Ses positions sont intéressantes pour rendre compte des stratégies d’évitement des sportifs face au silence de la CAF à propos de BLM. Ces postures recourent d’abord aux réseaux sociaux pour critiquer les mécanismes institutionnels contre le racisme dans le football et, par-là, au sein de la CAF. En s’expliquant sur Twitter, Wilfried Zaha perpétue une culture sportive des usages de Twitter, de Facebook et des autres réseaux sociaux pour exprimer des opinions politiques dans un contexte de remise en cause de l’apolitisme du sport à l’ère de BLM.

15Ces stratégies d’évitement tendent à ne pas s’appuyer sur les mobilisations citoyennes contre le racisme exclues des compétitions de la CAF. Ces mobilisations ne sont que peu relayées par des médias comme Jeune Afrique, Cameroon Tribune ou la BBC, quand elles ne sont pas purement et simplement ignorées4. Il y a ici une désaffection des sportifs pour les actions de la société civile ; une démobilisation qui n’est pas sans rappeler leur incapacité à agir en synergie hors des cadres institutionnels extra-africains et mondiaux (FIFA, UEFA, etc.) pour agir contre le racisme dans le football africain. Cette posture est en rupture avec une tradition panafricaine de lutte contre l’apartheid et le racisme dans le sport.

L’échec de la transnationalisation de Black Lives Matter dans le football africain

Alternances électorales et invisibilisation des luttes

16Ce que l’on appelle le sport power (Verschuuren 2013) pour désigner une politique de rayonnement et de reconnaissance par le sport permet d’interpréter le poids des alternances électorales à la tête de la CAF dans l’échec de l’implantation des revendications de BLM en son sein, entre 2017 et 2021. Par exemple, la conquête des postes de pouvoir dans la gouvernance africaine et mondiale du football a permis d’observer une convergence des objectifs des diplomaties de reconnaissance (Verschuuren art. cit.) sud‑africaine et marocaine contre BLM.

17Le contrôle sud-africain et marocain des mandats dans la gouvernance du football entre 2017 et 2021 peut apparaître comme une conséquence des échanges bilatéraux entre ces deux puissances émergentes, dirigées contre le long mandat d’Issa Hayatou (1988-2017). La présidence de la CAF est en effet un enjeu de pouvoir non négligeable dans la géopolitique mondiale du football : elle coordonne 61 fédérations et joue le rôle de sas pour devenir automatiquement vice-président(e) de la FIFA. La victoire du malgache Ahmad Ahmad face à Issa Hayatou en mars 2017 (34 voix contre 20), lors du congrès du 60e anniversaire de la CAF à Addis‑Adeba, en Éthiopie, résulte d’un rapprochement stratégique entre le Maroc et l’Afrique du Sud pour servir leurs intérêts face à leur ennemi commun et hégémonique camerounais.

  • 5 Joseph Blatter est un ancien homme d’affaires Suisse. Il est le huitième président de la FIFA (199 (...)

18La géopolitique électorale de la défaite d’Issa Hayatou a reposé sur la combinaison de plusieurs stratégies. L’effet de voisinage du vote pour Issa Hayatou – s’appuyait sur un vote communautaire subsaharien, associant, depuis 1988, les 24 voix de l’Union des Fédérations de Football d’Afrique Centrale (UNIFFAC, 8 membres) et de l’Union des Fédérations Ouest‑Africaines de Football (UFOA, 16 membres), s’est notamment fragilisé. Il a précédé un clientélisme électoral en faveur d’Ahmad Ahmad, lié aux promesses d’extension du nombre des participants à la phase finale de la CAN, passant de 16 à 24 équipes. Les poursuites judiciaires pour corruption, qui participèrent à l’effondrement du système mis en place par Sepp Blatter à la tête de la FIFA (1998-2015)5, ont enfin fragilisé de façon décisive le Camerounais (Verschuuren 2016).

19La victoire de Patrice Motsepe, le 12 mars 2021, prolonge cette alliance bilatérale entre le Maroc et l’Afrique du Sud pour le contrôle du football africain. Elle entraîne d’abord une inflation des postes de vice-présidents à la CAF. L’accession d’Augustin Senghor (Sénégal) et Ahmed Yahia (Mauritanie) aux postes de premier et deuxième vice-présidents a précédé la cooptation de Suleiman Waberi (Djibouti), Seydou Mbombo Njoya (Cameroun) et Kanizat Ibrahim (Comores) pour siéger au Council for East and Central Africa Football Association (CECAFA) et l’UNAFFAC à la nouvelle gouvernance sud-africaine à la CAF. Ce nouvel équilibre géopolitique à la CAF, intègre également un partage des postes au Conseil de la FIFA. Il passe par une augmentation des conseillers africains : quatre nouveaux délégués africains rejoignent l’égyptien Hany Abo Rida. Fouzi Lekjaâ (Maroc), Mamoutou Touré (Mali), Amaju Melvin Pinnick (Nigéria) et Mathurin de Chacus (Bénin) intègrent quant à eux, les différents groupes linguistiques de ce conseil6.

20Cette nouvelle majorité électorale a infléchi de façon décisive la neutralité du sport de la CAF, dans la mesure où les diplomaties de reconnaissance marocaine et sud-africaine ont invisibilisé les thèmes liés à la lutte contre l’apartheid, le racisme et la colonisation, y compris au moment où ces sujets redevenaient centraux dans le monde à l’ère de BLM7. L’accession de Patrice Motsepe à la présidence de la CAF a renforcé cette politique et par cette élection, l’Afrique du Sud, puissance émergente, a construit une vitrine politique afin de mettre à distance les mouvements de protestations antiracistes qui l’agitaient dans le sillage de BLM, notamment les accusations de xénophobie et de violences policières contre les migrants subsahariens. Le sport power sud-africain a aussi construit une communication au niveau continental fondée sur une géopolitique de la réconciliation liée à l’accession d’un milliardaire noir à la tête de la CAF. L’Afrique du Sud mettait en scène le « succès » de la nation arc-en-ciel dans sa lutte contre le racisme et l’apartheid, dans un contexte local d’émergence de BLM dans le rugby et le cricket8. Pour autant, les réactions racistes de certains anciens joueurs de couleur blanche de la sélection sud-africaine de cricket face à l’appel de Lungisani Ngidi pour soutenir ce mouvement, traduisent les résistances à la lutte contre le racisme et l’apartheid dans le sport9.

21La recherche d’un rayonnement mondial par la diplomatie marocaine est passée quant à elle par une ambition africaine. Elle a été actée par sa réintégration médiatisée au sein de l’UA en juin 2017, après son départ de l’OUA en 1984. En proie aux violences policières contre ses citoyens et les migrants subsahariens, la diplomatie marocaine a dû surtout combattre une image de puissance colonisatrice liée à la question du Sahara occidental. En attirant l’Assemblée générale de la CAF à Rabat, en mars 2021, le Maroc a mis en échec le projet algérien d’admission à la CAF de la Fédération de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), qui revendique l’indépendance du Sahara occidental10. Un soutien sud-africain a été nécessaire pour que soit adopté un amendement de l’article 4 des statuts de la CAF, contraignant les fédérations candidates à une reconnaissance préalable par l’Organisation des Nations unies (ONU) avant une adhésion à l’organisation panafricaine11.

Une industrie du football africain hostile

22Malgré la puissance internationale de BLM, la gouvernance de la CAF est ainsi marquée par l’occultation de l’engagement contre le racisme et l’apartheid dans ses politiques de responsabilité sociale. Ce combat contre le racisme n’apparaît pas au niveau de la gouvernance de la CAF au profit d’autres enjeux, économiques, humanitaires et écologiques. Ce déclassement de la question de la lutte contre le racisme au sein de l’organisation s’explique par plusieurs raisons.

23D’une part, la trusteesation de la CAF participe de l’invisibilisation de la lutte contre le racisme à l’ère de BLM. S’imposant depuis 1961 comme la trustee, c’est-à-dire le commissionnaire de l’idée du football en Afrique, l’institution est contrainte de reproduire les postures de la FIFA dans sa gestion locale de ladite lutte. Si la FIFA a repris l’idée d’un combat contre le racisme systémique, elle n’a pas mis en avant la question des violences racistes. D’un commun accord avec les industries partenaires du marché footballistique, cette posture vise à produire une image du football la plus neutre possible sur le plan politique pour pouvoir le vendre à travers la planète (Correia et Brun art.cit : 10).

24D’autre part, la « managérialisation » de la CAF reprend ce positionnement face à BLM. Dans un souci d’affirmer l’autonomie du monde sportif dans la lutte contre la corruption institutionnelle, elle met en avant des enjeux financiers et économiques au détriment de l’engagement contre le racisme, conformément aux pratiques de la FIFA (Champagne 2010). L’accession de Patrice Motsepe à la tête de la CAF incarne ce tournant managérial dans le football africain après la gouvernance d’hommes politiques depuis 1957. Dans la déclinaison des dix points de son programme, l’entrepreneur de 59 ans insiste sur la transformation du football en entreprise prospère12. Il met l’accent sur la recherche de sponsors pour financer le spectacle sportif en Afrique. Le slogan de sa campagne électorale – « Make African football the Best in the world » – témoigne d’une stratégie géopolitique visant d’abord à renforcer le poids économique du football africain, qui doit être développé et vendu dans le monde grâce à ses sponsors. Les coopérations avec des entreprises comme Total et d’autres commanditaires éloignent donc la CAF du militantisme polémique de BLM.

25Cette posture managériale vise aussi à garantir la respectabilité des États concernés par les débats et les mobilisations autour des violences policières contre les personnes noires (Tunisie, Algérie, Maroc, Afrique du Sud). L’absence d’allusion à BLM lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2019, dans une Égypte traversée par de vives polémiques sur les violences policières dans le pays, procède de la construction d’une neutralité du spectacle sportif en vue de sa marchandisation et du soutien des États13.

26Les scandales financiers au sein de la gouvernance de la CAF illustrent aussi ce recul de la lutte contre le racisme dans les objectifs cardinaux de l’organisation. Les affaires Hayatou et Ahmad ont mis en scène la consolidation de la lutte contre la corruption comme nouveau paradigme des relations internationales du sport (Boniface 2016). Ayant respectivement trait aux droits médias et marketing des compétitions organisées par la CAF, et à une rupture d’un contrat abusif avec Puma14, ces deux affaires ont imposé la nécessité de réformes au sein de la CAF : autant de questions liées à la corruption qui marginalisaient le combat contre le racisme et le colonialisme, pourtant à l’origine de l’histoire de la gouvernance du football africain indépendant.

27Le poids croissant des Coupes d’Afrique des Nations dans l’industrie du football impose une transparence dans la gestion des revenus liés aux milliards de téléspectateurs en audiences cumulées depuis quelques années (Augustin 2010b : 174). Elle précède d’autres réflexions autour de l’organisation de diverses compétitions, pour accumuler plus d’argent. Le lucratif projet d’une Ligue africaine porté par Gianni Infantino, secrétaire général de l’UEFA puis de la FIFA, susceptible de générer plus de 200 millions de dollars de recettes, participe à l’occultation de l’engagement antiraciste.

28La santé et l’écologie se présentent également comme des préoccupations nouvelles invisibilisant la question de la lutte contre le racisme. Ces questions relèvent d’un rapprochement avec l’ONU et l’UA dans le cadre des objectifs du développement mondial liés au renforcement des systèmes de santé et à la lutte contre le changement climatique. La CAF a ainsi participé à la onzième initiative mondiale de la Fondation Clinton en septembre 2015 à New York. L’idée était de soutenir ses objectifs communs avec l’UA et la Banque mondiale concernant le développement international autour de la promotion de solides systèmes de santé, mais aussi de l’éducation, de la paix et de l’intégration sociale. Selon le marocain Hichal El Amarani, secrétaire général de la CAF en 2015, le football est une ressource pour lutter contre les problèmes éducatifs et sanitaires affectant les jeunes sur le continent africain. Ces discours laissent percevoir un déclassement de la lutte antiraciste dans les priorités de l’organisation chargé de gérer le football africain.

29La neuvième conférence sur le changement climatique et le développement en Afrique (13‑17 septembre 2021) a perpétué cette marginalisation de BLM. En écho à l’agenda 2063 de l’UA visant à promouvoir le bien-être humain tout en assurant la santé de l’environnement et des écosystèmes, cette conférence s’était donnée pour objectif d’effectuer « une transition juste, créatrice d’emplois, de prospérité et de résilience climatique en Afrique » afin de « tirer parti d’une économie verte et bleue »15. La CAF a été mobilisée pour présenter les apports du sport face à ces questions, dans un contexte de désistement et de report des compétitions par certains États dans le contexte de pandémie mondiale de Covid‑19. L’institution panafricaine pour la santé et l’environnement semble pour l’instant relativement dépolitisé. La marginalisation de la lutte contre le racisme au profit des questions de santé et environnementales questionne le poids des sociétés civiles dans la démobilisation autour de cette question à la CAF.

Des sociétés civiles africaines divisées sur la question

30Le phénomène de désaffection de la CAF à l’égard de BLM peut se résumer en un certain nombre d’éléments identifiables dans les cultures sportives africaines (Augustin 2010b art. cit.). Le désintérêt de la majeure partie des opinions publiques nationales en Afrique pour le mouvement BLM, que ce soit dans la société en général ou le sport en particulier, est avant tout structurel. Ce désintérêt dépend en effet du faible ancrage des mobilisations antiracistes dans les cultures footballistiques africaines contemporaines. Correspondant à des mobilisations antiracistes qui remettent en cause l’ensemble des structures de la société américaine, BLM n’a qu’un faible écho dans les sociétés africaines. L’alignement des fédérations sur les positions des opinions publiques nationales perpétue ce déficit d’intérêt. En‑dehors des cas sénégalais, nigérian, kenyan, algérien, tunisien ou sud-africain, où des associations des droits de l’Homme se sont mobilisées pour en débattre dans l’espace public, les sociétés civiles africaines se sont relativement désintéressées du sujet des violences policières contre les personnes noires. Le caractère strictement américain de BLM est communément reproché, poussant à considérer ces mobilisations contre les violences policières racistes comme largement étrangères aux sociétés africaines16.

31L’ancrage en-dehors du continent des mobilisations antiracistes de footballeurs africains contribue au peu d’intérêt des sociétés civiles pour BLM. Cet ancrage tient d’abord à une absence de mobilisations citoyennes sur ces questions lors des compétitions de la CAF. Le port du brassard « No to racism » et la présentation de la banderole en faveur du fairplay y sont les seules matérialisations de la lutte contre le racisme. Si les affaires Webo et Zaha ont eu un écho dans les espaces publics africains, c’est parce qu’elles ont eu lieu dans des compétitions européennes fortement médiatisées. Cette visibilité contraste avec le silence entourant les nombreuses agressions subies par les joueurs et les équipes subsahariennes en Afrique dans les compétitions de la CAF (Sadai 2021). Par l’exemple, le mutisme de la CAF face à l’assimilation des joueurs de la sélection burkinabaise à des singes sur la twittosphère algérienne, après une rencontre entre les deux pays lors de la CAN 2017, sous prétexte que ces incidents s’étaient déroulés sur internet en marge de ses compétitions.

32Le silence des sportifs africains contraste avec leurs sorties bruyantes hors du continent17. Ces postures ambivalentes font ressortir une ambiguïté de la CAF vis-à-vis des violations de la neutralité du sport. L’instance continentale du football a en effet déjà pris, par le passé, des sanctions légères contre des sportifs ayant diffusé des messages religieux ou politiques au cours de ses compétitions. Par exemple, Mohammed Aboutrika, ancien international égyptien, pour avoir exprimé son soutien à la cause palestinienne et aux Frères musulmans après ses buts lors des CAN 2006, 2008 et 2010, et de la Ligue des Champions en 2013, n’a reçu qu’un carton jaune et n’a pas été sanctionné par la CAF18. Cette ambiguïté de la CAF au sujet de la répression des opinions politiques et religieuses cache aussi un désir de ne pas froisser les multinationales et, surtout, les États sponsors de ses compétitions. Une lecture géopolitique des articles 49, 50 et 51 des statuts de la CAF de 2018 exprime en effet sa volonté de rassurer les États du Nord et du Sud au cours des mobilisations contre les violences policières contre les personnes noires. Pour des enjeux liés à l’industrie du football, la CAF évite les questions clivantes de politique intérieure liées aux violences policières, qui relèvent d’un racisme anti-noirs dans les pays du Maghreb (Sadai 2021) et de violences xénophobes en Afrique du Sud.

33Les activistes de BLM en Afrique ont trouvé dans ces sociétés travaillées par le racisme, un terreau fertile pour réinterroger des questions raciales qui avaient été occultées pendant la décolonisation. Ces questions se sont d’ailleurs reposées pendant le « Printemps arabe » (2010-2012) dans les sociétés maghrébines, et à l’occasion des débats autour de la « liberté économique » en Afrique du Sud. L’accueil de BLM en Égypte a été fort mitigé, ce mouvement étant perçu comme une imposition depuis l’étranger. Par exemple, les discours de militants antiracistes appelant à « démolir les pyramides » sur Twitter au motif qu’elles auraient été construites par des esclaves19, ont provoqué l’indignation et la défiance des Égyptiens mais aussi des archéologues locaux et étrangers. Les activistes de BLM se sont appuyés aussi sur Twitter pour s’implanter dans les pays d’Afrique orientale. Le hashtag « HakaYetu » (« Nos droits ») décliné en Swahili, langue vernaculaire de la sous-région, a visé avant tout une revendication des droits civiques dans ces pays20.

34Concernant les territoires subsahariens, ce sont davantage les violences policières qui sont occultées par la CAF dans ce choix de contrôler les opinions dans les compétitions. Dans cette optique, elle tend à minorer le caractère autoritaire de ces États pour éviter le développement de la contestation politique de ces régimes par des mobilisations locales inspirées du mouvement aux États-Unis.

Conclusion

35En somme, le déficit d’intérêt de la CAF pour BLM résulte d’un travail de normalisation de la neutralité du sport en son sein. D’une part, les itinéraires géopolitiques de ce principe ont puisé dans une jurisprudence panafricaniste de lutte contre l’apartheid. Des réécritures rigides des statuts de la CAF ont révélé leurs limites face à des polémiques révélatrices des tensions autour de la neutralité du sport dans l’organisation en charge du football africain. D’autre part, les alternances de pouvoir au sein de la CAF ont renforcé les résistances de l’industrie africaine du football à l’égard de ces mobilisations clivantes. En outre, les divisions des sociétés civiles africaines sur la question ont renforcé l’échec de la transnationalisation de BLM dans le monde du football africain. Parallèlement, la normalisation croissante de la neutralité du sport au sein de la CAF a révélé la montée en puissance de nouveaux acteurs dans la gouvernance africaine du sport. Les résistances de l’organisation par rapport à BLM ont des conséquences certaines sur la situation géopolitique du football africain. Face aux partisans de la mobilisation antiraciste, la CAF défend l’autonomie du secteur sportif pour accélérer son désinvestissement à l’égard de la lutte contre le racisme en son sein.

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTIN, Jean-Pierre, 2010a. « Éléments géopolitiques du sport africain », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°250, p. 175-190. Disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/com.5922 [dernier accès, décembre 2021]

AUGUSTIN, Jean-Pierre, 2010b. « En Afrique aussi, le sport n’est pas qu’un jeu : Not just a game », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°250, p. 167-174. Disponible en ligne : http://journals.openedition.org/com/5920 [dernier accès, décembre 2021]

BONIFACE, Pascal, 2017. « Le sport : une fonction géopolitique », Revue Défense Nationale, n° 800/5, p. 134-138. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/rdna.800.0134 [dernier accès, décembre 2021]

BONIFACE, Pascal, 2016. « La lutte contre la corruption, nouveau paradigme des relations internationales », Revue internationale et stratégique, n° 101/1, p.75-81. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ris.101.0075 [dernier accès, décembre 2021]

BONIFACE, Pascal, 2014. « Un empire pacifique et joyeux », Revue internationale et stratégique, n° 94/2, p. 49-53. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2014-2-page-49.htm [dernier accès, décembre 2021]

BONIFACE, Pascal, BRUN Estelle et GOMEZ Carole, 2021. Sport mondialisé : les défis de la gouvernance, Paris, IRIS.

CHAMPAGNE, Jérôme, 2010. « Une FIFA forte pour une gouvernance mondiale du football ! », Géoéconomie, n°3/54, p. 9-20. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/geoec.054.0009 [dernier accès, décembre 2021]

CLASTRES, Patrick, 2004. « La renaissance des jeux olympiques, une invention diplomatique », Outre-terre, n°8/3, p.281-291. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2004-3-page-281.htm [dernier accès, décembre 2021]

CHATEAURAYNAUD, Francis et TORNY, Didier, 1999. Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

CORREIA, Mickaël et BRUN, Estelle, 2020. « Le sport devient‐il militant ? », Observatoire Géostratégique du sport, IRIS. Disponible en ligne : https://www.iris-france.org/notes/le-sport-devient-il-militant/ [dernier accès, décembre 2021]

HOLDING, Michael ; BOLT, Usain ; GOODES, Adam ; HARRIOTT, Jeff ; HENRY, Thierry ; JOHNSON, Michael ; IBTIHAJ, Muhammad ; OSAKA, Naomi ; POWELL, Hope et NTINI, Makaya, 2021. Why We Kneel, How We Rise, London, Simon & Schuster.

ISSEKIN, Yvan, 2021. « La postmodernité et la modernité dans les décrets de 1972 et de 2014 au Cameroun » dans Claude BEKOMBO, l’État et l’équipe nationale de football au Cameroun. La Lex Lions indomptables de 1972 à 2014, Yaoundé, L’Harmattan Cameroun, p.225-250.

LACOSTE, Yves, 2012. « La géographie, la géopolitique et le raisonnement géographique », Hérodote, n°146-147, p.14-44. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/her.130.0017 [dernier accès, décembre 2021]

LEMIEUX, Cyrille, 2018. La sociologie pragmatique, Paris, La Découverte.

MONNIN, Éric et MAILLARD, Christophe, 2015. « Pour une typologie du boycottage aux Jeux olympiques ». Relations internationales, n°162, p.173-198.) Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-relations-internationales-2015-2-page-173.htm [dernier accès, décembre 2021]

ONANA, Jean-Baptiste, 2004. « Le sport sud-africain entre déclin et renaissance, raisons d'un relatif recul », Outre-Terre, n°8/3, p. 95-103. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/oute.008.0095 [dernier accès, décembre 2021]

SADAI, Célia, 2021. « Racisme anti-Noirs au Maghreb : dévoilement(s) d’un tabou », Hérodote, n°180/1, p.131-148. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/her.180.0131 [dernier accès, décembre 2021]

VASSINE, Tatiana, 2019, « La Lex Sportiva en sursis : le droit sportif peut-il être autonome ? », Revue Internationale et Stratégique, n° 120/4, p.71-80. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ris.114.0087[dernier accès, décembre 2021]

VERSCHUUREN, Pim, 2013. « Les multiples visages du “sport power », Revue internationale et stratégique, n° 89/1, p.131-136. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ris.089.0131 [dernier accès, décembre 2021]

VERSCHUUREN, Pim, 2016. « La corruption institutionnelle au sein du sport international : phénomène nouveau, problèmes anciens ? », Revue internationale et stratégique, n° 101/1, p.131-136. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2016-1-page-141.htm [dernier accès, décembre 2021]

ZIRIN, Dave. 2021. The Kaepernick Effect: Taking a Knee, Changing the World, New York, The New Press.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, voir https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/37029/fr.html/racisme-dans-le-football-laffaire-webo [dernier accès, décembre 2021], et https://www.jeuneafrique.com/1092126/societe/football-pierre-achille-webo-jai-deja-ete-la-cible-de-racisme-mais-pas-venant-dun-arbitre/ [dernier accès, décembre 2021].

2 https://www.afrikmag.com/wlifried-zaha-je-ne-vais-plus-mettre-le-genou-a-terre-ou-porter-le-black-lives-matter-cest-humiliant/ [dernier accès, décembre 2021]

3 https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/L-attaquant-de-crystal-palace-wilfried-zaha-a-refuse-de-s-agenouiller-avant-le-match-contre-west-bromwich/1232158 [dernier accès, décembre 2021]. Voir aussi, https://www.google.com/amp/s/www.eurosport.fr/football/premier-league-racisme-zaha-de-crystal-palace-refuse-de-s-agenouiller-avant-le-coup-d-envoi_sto8174762/story-amp.shtml [dernier accès, décembre 2021]

4 Au sujet de BBC, voir https://www.google.com/amp/s/www.bbc.com/afrique/sports-53391977.amp [dernier accès, décembre 2021]

5 Joseph Blatter est un ancien homme d’affaires Suisse. Il est le huitième président de la FIFA (1998-2015).

6 https://www.fifa.com/fr/about-fifa/organisation/fifa-council [dernier accès, février 2022]

7 https://fr.allafrica.com/stories/202102050930.html [dernier accès, février 2022]

8 Sur le cricket, https://www.nouvelles-du-monde.com/ce-que-le-cricket-sud-africain-ne-comprend-pas-avec-le-mouvement-blm-tout-comme-le-reste-du-monde-du-sport/ [dernier accès, février 2022]. Sur le rugby, https://www.voaafrique.com/a/il-est-temps-de-changer-de-comportement-vis-a-vis-des-noirs-selon-le-capitaine-de-l-equipe-de-rugby-sud-africaine/5509923.html [dernier accès, février 2022]

9 Le joueur noir de la sélection sud-africaine de cricket a été particulièrement pris à partie sur Twitter par Pat Symcox, Rudi Steyn ou Boeta Dippenaar. « Toutes les vies comptent », ont-ils affirmé en rappelant au lanceur d’alerte, les meurtres des fermiers blancs en Afrique du Sud. Sur l’affaire Lungisani Ngidi, voir https://www.courrierinternational.com/article/racisme-black-lives-matter-renvoie-le-sport-sud-africain-ses-demons [dernier accès, février 2022]

10 https://www.jeuneafrique.com/1137297/politique/tribune-maroc-caf-quand-fouzi-lekjaa-remporte-une-bataille-diplomatique-contre-lalgerie/ [dernier accès, décembre 2021]

11 https://www.jeuneafrique.com/1137297/politique/tribune-maroc-caf-quand-fouzi-lekjaa-remporte-une-bataille-diplomatique-contre-lalgerie/ [dernier accès, février 2022]

12 https://www.jeuneafrique.com/1127908/societe/election-a-la-caf-le-milliardaire-patrice-motsepe-sort-du-silence-et-expose-sa-strategie/ [dernier accès, décembre 2021]

13 https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/06/22/can-2019-entre-menace-djihadiste-tensions-politiques-et-gestion-des-ultras-l-egypte-face-au-defi-securitaire_5480064_3212.html [dernier accès, décembre 2021

14 https://www.bbc.com/afrique/region-55273808.amp [dernier accès, février 2022]

15 https://www.uneca.org/?q=fr/events/centre-africain-pour-la-politique-en-mati%C3%A8re-de-climat/neuvi%C3%A8me-conf%C3%A9rence-sur-le-changement [dernier accès, février 2022]

16 https://www.bvoltaire.fr/stella-kamnga-black-lives-matter-est-un-mouvement-terroriste-de-la-pensee/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=stella-kamnga-black-lives-matter-est-un-mouvement-terroriste-de-la-pensee&mc_cid=d22f1b78ef&mc_eid=41e48e414f [dernier accès, février 2022]

17 Voir par exemple http://www.sofoot.com/c-est-quoi-ce-racisme-a-la-can-437914.html [dernier accès, décembre 2021]

18 https://stringfixer.com/fr/Mohamed_Aboutraika [dernier accès, février 2022]

19 https://amp.lefigaro.fr/culture/black-lives-matter-les-pyramides-egyptiennes-dans-le-viseur-des-militants-antiracistes-20200622/ [dernier accès, décembre 2021]

20 https://www.jeuneafrique.com/mag/1049474/societe/black-lives-matter-une-colere-noire/ [dernier accès, décembre 2021]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvan Issekin, « La neutralité du sport africain à l’épreuve de Black Lives Matter : une question géopolitique. Le cas de la Confédération africaine de football (1957-2021) »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/6189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.6189

Haut de page

Auteur

Yvan Issekin

Politologue et enseignant-chercheur, université de Yaoundé 2 (Cameroun), Centre d’Études et de Recherche en Droit, Économie et Politique du Sport (CERDEPS)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search