Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6La recherche par l'écritNotes de lectureÀ propos du livre La Sainte entre...

La recherche par l'écrit
Notes de lecture

À propos du livre La Sainte entreprise. Vie et voyages d’Anne-Marie Javouhey (1779-1851)

Pascale CornuelLa Sainte entreprise. Vie et voyages d’Anne-Marie Javouhey (1779-1851), Paris, Alma éditeur, 2020, 610 p., ISBN : 9782362794841, 25,90€
Pascale Cornuel

Texte intégral

1Qu’il me soit permis tout d’abord de remercier Edenz Maurice pour sa recension ainsi que Céline Flory et Myriam Cottias, qui m’offrent à cette occasion la possibilité de m’exprimer sur le choix a priori surprenant de faire une biographie fictionnée à partir d’une thèse, exercice scientifique reposant sur l’administration de la preuve.

2Celle-ci portait sur la très singulière naissance d’un village de Guyane française, Mana, de la fin des années 1820 aux débuts des années 1840. Avec les méthodes de la micro‑histoire, l’objectif était de retracer le parcours d’Anne-Marie Javouhey, la femme et supérieure générale de congrégation qui en eut la charge.

  • 1 Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1996, 438 pages, p. 21.

3Si « [l’] histoire est un tissu de processus1 », comme l’écrit Paul Veyne, alors dans ce récit s’enchevêtrent trois processus : la colonisation du Nord‑Ouest de la Guyane française ; un esclavagisme à l’agonie dans un système colonial assigné à s’adapter à cette mutation structurelle ; le rôle de cette femme, Anne‑Marie Javouhey, femme de l’oral, aux représentations sociales, culturelles et religieuses forgées dans les campagnes d’Ancien Régime, en action/réaction à la grande dévastation subie par l’Église catholique sous la Révolution. Leur étude s’est nourrie de nombreux fonds d’archives dont les principaux étaient aux ANOM, au CARAN, au Service historique de la Défense, à la BNF, à la congrégation Saint‑Joseph de Cluny, aux Archives départementales de Côte d’Or et territoriales de Guyane, à l’évêché d’Autun et à l’archevêché de Paris. Il s’y ajoutait un inestimable fond privé qui n’avait jamais été exploité. Ces différents fonds faisaient se croiser des domaines de recherches spécialisés en interaction constante.

4Après la thèse, la question s’est posée de savoir comment valoriser ce travail et la forme de la biographie s’est imposée comme permettant d’aborder, à travers la figure d’Anne‑Marie Javouhey, l’ensemble des fils de l’histoire qui la définissaient. L’ouvrage intitulé La Sainte Entreprise, une expression de son cru, y trouve son origine.

5Pourtant, dans ce récit biographique où Anne‑Marie Javouhey est suivie pas à pas, seules les archives donnent la substance du récit : il n’y a ainsi pas d’anecdote sur l’enfance de la petite Nanette Javouhey, en revanche, l’accent est mis sur ses racines paysannes, creuset du modèle socio‑religieux de Mana. Dans ce travail de transformation du récit, la rigueur scientifique a été conservée et aucune lacune archivistique n’a été « comblée » dans les sources du premier chapitre.

6L’idée de « fictionner » la forme, et non pas le fond, est partie de plusieurs constats. Les premiers sont négatifs et touchent à la diffusion des résultats de la recherche : l’édition historique est en crise ; les contre‑vérités historiques font de nos jours le tour du monde en trois minutes de vidéo alors que les remarquables apports de la recherche, qui ne s’énoncent pas eux en trois minutes, restent trop souvent cantonnés à un entre‑soi. Les seconds constats sont positifs : l’intérêt du public pour l’histoire est réel ; le numérique ouvre des perspectives et cette revue en atteste.

7Toutefois, à tous ces constats bien connus s’en ajoutent d’autres, spécifiques au cas Javouhey. Après avoir été encensée par une littérature aux accents fortement hagiographiques, la religieuse a subi le retour de bâton d’une historiographie plus critique dans un contexte de remise en cause des missions et du colonialisme, particulièrement dans son œuvre à Mana.

8Le problème est que ces travaux, quoique rédigés dans une écriture tout à fait académique, ne sont pas exempts d’erreurs, signalées et analysées sur le site internet https://annemariejavouhey.com, dans les onglets Notes et Historiographie. Certaines terminologies approximatives sont à l’origine de fausses pistes débouchant sur des conclusions erronées. Faute d’un examen préalable acéré, des affirmations qu’on y trouve sont parfois prises pour argent comptant, ou même appliquées à des années ultérieures. Le résultat évidemment logique de déductions n’est pas toujours confronté aux sources. C’est aussi le cas d’inductions qui, sans justification par ces mêmes sources, font d’un fait exceptionnel une généralité. Tout ceci brouille la lecture de ce cas de micro‑histoire.

9La mère Anne‑Marie Javouhey est devenue plus récemment un enjeu mémoriel. Fondatrice d’une congrégation coloniale dont certaines des membres se sont accommodées de l’ordre esclavagiste, elle se retrouve ainsi ballotée à hue et à dia par des zélateurs et des détracteurs.

10La volonté de s’adresser et au public scientifique et au "grand public", assignait à prendre en compte les impératifs et scientifiques et dramaturgiques, deux forces par définition en tension. Là est la raison d’un dispositif en deux volets qui se complètent : le livre imprimé, où la suggestion voire l’émotion peut être requise ; un site internet, celui signalé ci-dessus, où toutes les références, sans limitation d’espace, sont indiquées et sont même plus fournies que dans la thèse, puisqu’il fallait aussi justifier des dispositifs scéniques, des dialogues et autres procédés dramatiques non explicitement attestés par les sources mais plausibles et passés à la critique.

11Un tel dispositif est un pari mais il est particulièrement efficace dans le cas d’Anne‑Marie Javouhey et toutes les questions qu’elle soulève. Il en reste cependant. Dans cette histoire si humaine, bien des zones sont restées dans l’ombre. Les lettres d’Anne‑Marie Javouhey racontent à la fois beaucoup et bien peu. C’était une praticienne avant tout. L’agencement de ses mots et de ses actes est subtil. Sur les « Africains » de Mana et des sœurs qui partageaient leur quotidien, des bribes d’informations, glanées dans les archives et soigneusement recueillies en quelque 600 fiches individuelles, disaient tout juste de quoi deviner des ombres mouvantes et des voix à peine audibles. Pour cette part d’indicible, l’écriture littéraire a été précieuse.

12Je remercie Edenz Maurice de voir dans mon livre « une contribution de poids au débat renouvelé́ et nécessaire sur l’écriture de l’histoire ». C’était effectivement mon vœu d’apporter ma pierre à ce qui restera toujours un défi.

Haut de page

Notes

1 Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1996, 438 pages, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Cornuel, « À propos du livre La Sainte entreprise. Vie et voyages d’Anne-Marie Javouhey (1779-1851) »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/6543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.6543

Haut de page

Auteur

Pascale Cornuel

Historienne, agrégée de l’université et docteure en histoire, Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search