Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closNo 9, Novembre 2023 – « Le genre ...

No 9, Novembre 2023 « Le genre dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes : Approches globales »

Date limite pour l’envoi des articles : 28 février 2023

Éditeurs scientifiques

  • Sarah J. Zimmerman, Associate Professor of History, Western Washington University

  • Nathan Marvin, Assistant Professor of History, University of Arkansas at Little Rock

Argumentaire

Ce numéro cherche à utiliser le genre comme catégorie d'analyse afin de comparer et de contraster les histoires globales de l'esclavage et leurs héritages. Les deux dernières décennies ont vu une augmentation de la production de littératures théoriques concernant les femmes esclavisées, affranchies et libres dans les sociétés esclavagistes du monde atlantique. Plus récemment, les chercheur·euses ont également commencé à examiner la féminité et la masculinité y compris les violences sexuelles contre les hommes et les garçons esclavisés (Vainfas 2014, Aidoo 2018, Foster 2019), l'expression de genre non-binaire (Snorton 2017), les sexualités non-normatives et la famille comme des fenêtres à travers lesquelles comprendre la création et le maintien de ces sociétés.

Dans ce numéro spécial, les coordinateur·rices cherchent à capitaliser et à prolonger ce travail en s'intéressant au genre, comme cadre et catégorie d'analyse, dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes, au-delà et/ou en comparaison avec les contextes du « monde atlantique ». L’objectif est de « raconter des histoires différenciées de l'esclavage, tout en maintenant une attention continue à l'hégémonie épistémologique du modèle atlantique » (Arondekar 2016 : 153). Nous donnons la priorité au genre afin de mieux comprendre les conventions qui définissent le statut de personne et façonnent la sexualité et la famille dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes. Le genre est un élément central, voire nécessaire, pour une compréhension globale de ces dynamiques historiques et de leurs héritages. Cependant, comme le note Judith Butler, « le genre n'est pas toujours constitué de manière cohérente ou consistante dans différents contextes historiques » (Butler 1990 : 6). Ce numéro vise à attirer l'attention sur les contingences et les facteurs contextuels qui ont construit les normes, les identités et l'expérience vécue du genre (y compris de la famille et de la sexualité) dans les sociétés esclavagistes à l'échelle mondiale. Les coordinateur·rices de ce numéro attendent les articles de recherche, des biographies, des essais de revue, des essais méthodologiques et des évaluations d'archives et de sources.

Le genre a émergé comme catégorie critique d'analyse à l'intersection du poststructuralisme, du postmodernisme et de la troisième vague féministe influencée par des féministes noir.es, queers et international.es. Ces (re)cadrages théoriques ont attiré l'attention sur l'hégémonie du patriarcat, du capitalisme et de la suprématie blanche dans la production de sujets sexués. Le genre en est venu à être compris comme « un champ primaire au sein duquel ou au moyen duquel le pouvoir s'articule » (Scott 1988 : 45). Les chercheur·es ont également attiré l'attention sur l'intersectionnalité (Crenshaw 1989) et ont critiqué l'« universalisme ethnocentrique » dans la production de l’idée de la « femme du Tiers-Monde » et les hypothèses sur les relations de genre en dehors de « l'Occident » (Mohanty 1988). Oyèrónkẹ Oyèwùmía fait écho à la critique de Mohanty en faveur du découplage du genre et de la biologie afin de mieux faire comprendre comment les forces de l'universalisme, facilitées par le colonialisme et la mondialisation, ont tenté de rendre les binarités de sexe et de genre uniformes et « naturelles ». Depuis plusieurs années, les chercheur·es ont consacré une nouvelle énergie pour dénaturaliser et dissocier le genre de son « association européenne moderne unidimensionnelle avec la différence sexuelle binaire » (Sinha 2012 : 358). Mettre l'accent sur le genre comme une vaste catégorie d'analyse nous permet de reconsidérer l'histoire de la sexualité, de dénaturaliser « les hypothèses sous-jacentes sur l'universalité de la division hétéro/homo » (Mitra 2020 : 8), et d'ouvrir de nouvelles voies pour rendre compte à la fois du genre non-binaire et des sexualités dites « déviantes » et « divergentes » dans l’histoire de l’esclavage dans des contextes comparatifs et mondiaux.

L'esclavage a existé sous une multitude de formes de l'Antiquité à nos jours et sur pratiquement tous les continents. La traite transatlantique et ses héritages ont longtemps dominé la recherche sur l'esclavage. Cet ensemble de travaux a élargi les débats historiographiques et a produit des cadres multidisciplinaires et intersectionnels à travers lesquels historiser les sociétés esclavagistes et mieux comprendre l'identité, le statut de personne et la sexualité. Dans les études atlantiques, le genre est devenu un axe crucial pour examiner l'esclavage en relation avec la théorie juridique, le libéralisme, la jurisprudence, les pratiques religieuses et l'économie politique, entre autres champs. Les chercheur·es ont mobilisé et complexifié ces prémisses pour décrire comment les propriétaires d'esclaves et les personnes qu'ils asservissaient ont contesté les termes et la manifestation de la domination genrée (Morgan 2004, Jones-Rogers 2019). Dans les études sur les sociétés esclavagistes, les chercheur·es utilisent l'analyse de genre pour déconstruire les études sur le travail, sur la reproduction biologique, sur la parenté, sur l’hétéronormativité, sur l’autorité religieuse, sur l’intimité, sur la violence, etc. (Aidoo 2018, Vidal 2019, Johnson 2020, Morgan 2021). La production de la connaissance historique, l'assemblage des archives et ses silences inhérents révèlent le fonctionnement de l'autorité genrée et du pouvoir discursif dans les sociétés esclavagistes (Fuentes 2016, White 2019). Le prisme du genre et de la sexualité a fourni de nouvelles possibilités pour comprendre le monde en train de se construire et d'imaginer l'avenir des populations esclaves et anciennement esclavisées (Peabody 2017, Semley 2017, Félix & Larcher 2018). L'historiographie sur le genre et l'esclavage en dehors du contexte du « monde atlantique » se développe (Chatterjee 1999, Zilfi 2010, Jones 2011, Hua 2014, Gordon & Hain 2017, Argit 2020, Herzog 2021) et de nouvelles synthèses portant sur l'histoire mondiale de l'esclavage depuis l'Antiquité ont insisté sur le rôle central du genre dans tous ces contextes (Rossi 2021, Perry et al 2021).

Les contributeurs peuvent envisager de travailler autour des sujets suivants :

  • Les théorisations de l'intersection dynamique du genre et de l'esclavage, ainsi que des essais historiographiques sur des sujets liés.

  • La production de la connaissance épistémique, autour de l'esclavage et du genre, dans et au-delà des archives.

  • L’analyse méthodologique des sources, qui incluent les sources écrites, les bases de données numériques, les traditions orales, l'archéologie, la production matérielle, etc.

  • Se concentrer sur les expériences historiques des esclaves, des ancien.nes esclaves et leurs descendant.es, avec une analyse intersectionnelle.

  • L’analyse des normes genrées, des rôles genrés, de la sexualité au sein des sociétés esclavagistes et post-esclavagistes.

  • Le genre en relation avec la reproduction biologique ou sociale dans les sociétés esclavagistes.

  • Les analyses de l'organisation genrée dans les sociétés esclavagistes qui se sont co-constituées par les processus violents du colonialisme, de l'impérialisme, du militarisme, de l'immigration, du génocide, de la dégradation de l'environnement, etc.

  • Aborder les héritages genrées de l'esclavage chez les peuples émancipés ou dans les sociétés post-émancipatrices.

  • Examiner la manière genrée dont les acteurs locaux, nationaux et internationaux produisent des histoires publiques et des mémoires collectives concernant l'esclavage.

  • Utiliser l'analyse genrée pour s'engager dans des exemples comparatifs d'esclavage à travers des chronologies et des géographies.

Modalités de soumission

Les résumés d’articles (entre 500 et 800 mots) sont à envoyer avant le 05 décembre 2022 à ciresc.redaction@cnrs.fr.

Les propositions d’articles (45 000 signes maximum, espaces compris, bibliographie incluse) devront être soumises en français, en anglais, en espagnol ou en portugais, avant le 28 février 2023 impérativement. Elles seront accompagnées d’une synthèse de 3 600 signes maximum espaces comprises. La liste complète des recommandations aux auteur·trices est disponible ici.

Les articles retenus seront publiés dans la revue Esclavages & Post~Esclavages en novembre 2023.

Références

Aidoo, Lamonte, 2018. Sex, Power, and Violence in Brazilian History, Durham, Duke University Press.

Argit, Betül İpşirli, 2020. Life after the Harem: Female Palace Slaves, Patronage, and the Imperial Ottoman Court, New York, Cambridge University Press.

Arondekar, Anjali, 2016. “What More Remains: Slavery, Sexuality, South Asia,” History of the Present, vol. 6, n°2, p.146-154.

Butler, Judith, 1990. Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge.

Chatterjee, Indrani, 1999. Gender, Slavery, and Law in Colonial India, New Delhi, Oxford University Press.

Foster, Thomas A., 2019. Rethinking Rufus: Sexual Violations of Enslaved Men, Athens, Georgia, The University of Georgia Press.

Fuentes, Marisa J., 2016. Dispossessed Lives: Enslaved Women, Violence, and the Archive. Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Germain, Félix F. & Silyane Larcher (eds), 2018. Black French Women and the Struggle for Equality, 1848-2016, Lincoln, University of Nebraska Press.

Gordon, Matthew & Kathryn A. Hain (eds.), 2017. Concubines and Courtesans: Women and Slavery in Islamic History, New York, Oxford University Press.

Herzog, Shawna, 2021. “Gender and Slavery in Asia.”, in Slavery and Bonded Labor in Asia, 1250–1900, Leiden, Brill, p. 77–108.

Hua, Hsieh Bao, 2014. Concubinage and Servitude in Late Imperial China, Lanham, Lexington Books.

Johnson, Jessica Marie, 2020. Wicked Flesh: Black Women, Intimacy, and Freedom in the Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Jones, Eric, 2011. Wives, Slaves, and Concubines: A History of the Female Underclass in Dutch Asia, Ithaca, Cornell University Press.

Jones-Rogers, Stephanie E., 2019. They Were Her Property: White Women as Slave Owners in the American South, New Haven, Yale University Press.

Mohanty, Chandra Talpade, 1988. “Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses”, Feminist Review, vol. 30, n°1, p. 61-88.

Morgan, Jennifer L., Laboring Women: Reproduction and Gender in New World Slavery, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004.

Morgan, Jennifer L., 2021. Reckoning with Slavery: Gender, Kinship, and Capitalism in the Early Black Atlantic, Durham, Duke University Press.

Oyěwùmí, Oyèrónkẹ́, 1997. The Invention of Women: Making an African Sense of Western Gender Discourses, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Peabody, Sue, 2017. Madeleine's Children: Family, Freedom, Secrets, and Lies in France’s Indian Ocean Colonies, New York, Oxford University Press.

Perry, Craig, Eltis, David, Engerman, Stanley L. & David Richardson, 2021. “Slavery in the Medieval Millennium”, in Perry, Craig, Eltis, David, Engerman, Stanley L. & David Richardson (eds.), The Cambridge World History of Slavery, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-24.

Rossi, Benedetta, 2021. “Genre”, in Les mondes de l’esclavage : une histoire comparée, Ismard, Ismard, Vidal, Cécile & Benedetta Rossi (dir.), Paris, Seuil, 2021.

Scott, Joan Wallach, 1988. Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press.

Semley, Lorelle, 2017. To Be Free and French: Citizenship in France’s Atlantic Empire, New York, Cambridge University Press.

Sinha, Mrinalini, 2012. “A Global Perspective on Gender”, in South Asian Feminisms, Loomba, Ania & Ritty A. Lukose (eds.), Durham, Duke University Press, p. 356-374.

Snorton, C. Riley, 2017. Black on Both Sides: A Racial History of Trans Identity, Minneapolis, University Of Minnesota Press.

Vainfas, Ronaldo, 2014. “Sodomy, Love, and Slavery in Colonial Brazil: A Case Study of Minas Gerais during the Eighteenth Century” in Sex, Power and Slavery, Campbell, Gwyn & Elizabeth Elbourne, Athens, Ohio University Press, 2014.

Vidal, Cécile, 2019. “Femmes et genre dans les historiographies sur les sociétés avec esclavage (Caraïbes anglaise et française, xviie-mi-xixe siècle)”, Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°50, p. 189-210.

White, Sophie, 2019. Voices of the Enslaved: Love, Labor, and Longing in French Louisiana. Williamsburg, Omohundro Institute of Early American History and Culture.

Zilfi, Madeline, 2010. Women and Slavery in the late Ottoman Empire: The Design of Difference. New York, Cambridge University Press.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search