Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Éditorial

Texte intégral

1Le numéro 7 de la revue Esclavage & post~esclavage / Slaveries & Post~Slaveries s’ouvre par un hommage à Gwendolyn Midlo Hall (1929-2022) qui, tout au long de sa carrière universitaire, a mené une lutte acharnée contre le racisme et l’injustice sociale. Dès le début de ses études sur l’histoire de l’esclavage et des esclavisé·es en Louisiane, elle a conjugué engagement politique et scientifique. Elle a lutté contre le Ku Klux Klan et en faveur des droits civiques pour les Afro-Américains, et fut d’ailleurs, en 1949, arrêtée pour avoir violé l’ordonnance de ségrégation de la ville de la Nouvelle Orléans. Dans son travail, elle s’est lancée, dès 1984, dans une vaste entreprise d’identification nominative des personnes mises en esclavage pour leur rendre [leur] humanité en construisant la base de données « Afro-Louisiana History and Genealogy, 1719-1820 », dans un moment où les humanités numériques n’étaient pas valorisées. Tout au long de sa vie, elle a été cette « chercheuse citoyenne » proche du projet intellectuel de notre revue.

  • 1 Entretien avec Charles Henry Rowell, Callaloo, n° 29/4, p. 1054.

2La définition de la culture afro-créole était aussi un sujet central dans la démarche de Gwendolyn Midlo Hall qui la décrivait comme une interaction entre les personnes afro-descendantes, les peuples premiers des Amériques, et les colons français et/ou allemands dans laquelle les musicien·nes avaient toute leur place. Dans cette culture, « Music is considered magic », disait-elle dans un entretien publié dans la revue Callaloo1. Elle a si bien décrit et analysé les conditions pratiques et sensibles de la musique que ses travaux ont inspiré des musicien·nes tel que Wynton Marsalis qui crée, en 1997, un oratorio jazz intitulé « Blood on the Fields ». Sans doute pourrait-il être établi comme « mémorial musical », ainsi que le définissent Elina Djebbari et Charlotte Grabli, coordinatrices du dossier thématique : il est une création investie par l’histoire et la mémoire de l’esclavage tout en construisant une nouvelle narration musicale.

3Celle-ci tend à prouver la résistance des êtres humains mis en esclavage dans les Amériques et dans l’océan Indien. La création comme résilience, la création comme force humaine inépuisable, la création comme capacité à s’imposer au monde, à forcer la reconnaissance de la place des esclavisé·es dans un espace musical. Ce numéro aborde la relation au passé et à la mémoire des spirituals des champs de coton états-uniens, du gwoka et du bèlè des sociétés de plantation des Antilles, du maloya de La Réunion, du jazz, du reggae, du zouk, du rap qui sont les héritiers de ce creuset culturel à l’échelle globale. Il s’attarde sur la transformation de la mémoire de l’esclavage par la création musicale pour projeter au monde une nouvelle mémoire, transfigurée par la musique. « La stratification des appels mémoriels à travers la musique conduit à interroger la fabrique du “mémorial musical” comme un espace de (re)transmissions de la mémoire des traites et des esclavages », écrivent les coordinatrices de ce dossier.

  • 2 Marcus Miller jouant « Gorée » en live au North Sea Jazz Festival 2015. Disponible en ligne : www. (...)
  • 3 Marcus Miller, « Marcus Miller’s message for the 25th Anniversary of UNESCO’s Slave Route Project  (...)

4Des moments particuliers permettent cette cristallisation, comme, par exemple, le projet de l’Unesco « La Route des personnes mises en esclavage ». Quelques années après le commencement de celui-ci en 1994, Marcus Miller, jazzman et ambassadeur de ce projet, fait un voyage de mémoire vers Gorée et crée, en 2010, un morceau éponyme qu’il érige en mémorial universel2. Il dit, en effet, que « the song is no longer about just my own personal feelings on slavery—it’s become way deeper. It’s a universal experience every time I perform “Gorée” […] me, the musicians, and the audience. Everyone connecting through the music and the power of strength, remembrance, hope and resilience3 ». C’est un espace convoquant un recueillement de toutes et tous, une double écoute, de la mémoire historique et de la musique qui la transforme : des « processus mémoriels alternatifs, dialogiques et parfois conflictuels qui s’établissent entre les acteur·rices politiques ou institutionnels et les créateur·rices, auditeur·rices et publics des mémoriaux musicaux » comme l’écrivent Elina Djebbari et Charlotte Grabli.

5Ces processus n’ont pas que la musique comme véhicule. Raphaëlle Rabanes et Djaël Chevry décrivent ici une déambulation carnavalesque des esprits, à l’initiative d’une association guadeloupéenne, après la découverte de sépultures d’esclavisé·es dans la commune de Saint-François ; une revendication de mémoire sous une forme alternative. Celle-ci passe, selon Steven Feld, qui décrit son projet intitulé « Jazz Cosmopolitanism », par l’élaboration d’une mémoire sensorielle de l’Atlantique noire. La revendication de la mémoire de l’esclavage peut aussi être plus offensive. Dread Scott l’exprime en détruisant et en contestant les symboles du mythe américain car, dit-il dans son interview conduite par Thomas Bertail : « There is no Derek Chauvin kneeling on George Floyd’s neck without slavery. That’s the history and legacy of America. »

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Charles Henry Rowell, Callaloo, n° 29/4, p. 1054.

2 Marcus Miller jouant « Gorée » en live au North Sea Jazz Festival 2015. Disponible en ligne : www.youtube.com/watch?v=WYI5eIK-7hg [dernier accès, novembre 2022].

3 Marcus Miller, « Marcus Miller’s message for the 25th Anniversary of UNESCO’s Slave Route Project », à 2 min 32 s. Disponible en ligne : www.youtube.com/watch?v=r8YePdN8tas [dernier accès, novembre 2022].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Cottias et Céline Flory, « Éditorial »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 7 | 2022, mis en ligne le 22 décembre 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/7702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.7702

Haut de page

Auteurs

Myriam Cottias

CNRS (LC2S, CIRESC), France

Articles du même auteur

Céline Flory

CNRS (Mondes Américains, CIRESC), France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search