Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La recherche par l'écritDossier thématiqueL’identité palimpseste d’“Agricol...

La recherche par l'écrit
Dossier thématique

L’identité palimpseste d’“Agricole” : histoires croisées de subjectivités et de contraintes dans les Antilles françaises esclavagistes du xixe siècle

Palimpsest Identity of “Agricole:” Intersecting Histories of Subjectivities and Constraints in the Slaveholding French West Indies of the 19th Century
La identidad palimpseste de “Agricole”: historias cruzadas de las subjetividades y de las obligaciones en las Antillas francesas esclavistas del siglo xix
A identidade palimpsesto de “Agricole”: histórias cruzadas de subjetividades e de constrangimentos nas Antilhas francesas escravistas do século xix
Myriam Cottias

Résumés

Cet article s’inscrit dans un projet plus large qui est celui de la reconstitution d’histoires de vie, de trajectoire d’individus, de statut esclave ou affranchi·e à partir d’une source particulière : un corpus de lettres et un journal écrit par un planteur, Pierre Dessalles, entre 1807 et 1856. Plus d’une centaine d’esclavisé·es sont évoqué·es dans ce corpus publié par l’un de ses descendants et par des historien·nes spécialistes des Antilles. Ces esclavisé·es apparaissent dans les documents selon les intérêts du planteur ou les événements qu’il considère comme extraordinaires, dérangeants, scandaleux. La méthode proposée dans la première partie de l’article est de partir de ces mentions pour reconstruire ces trajectoires de vie en les croisant avec d’autres sources. Comment ces parcours s’inscrivent-ils dans des projets collectifs, soit par le recours à un groupe défini par le statut ou la race, soit par un ensemble d’individus de statut civil et/ou racial différents, mais qui s’accordent à soutenir les intérêts d’un individu ?
Ces questions sont abordées à partir d’un nom, celui « d’Agricole », signalé pour la première fois en 1825, au sujet de sa manumission, c’est-à-dire de la liberté non enregistrée officiellement de l’esclave Agricole après un voyage à Bordeaux. Il change ainsi de statut et devient un « Libre de fait ». En 1834, une nouvelle mention d’Agricole apparaît dans les lettres de Pierre Dessalles pour signaler qu’il était l’un des chefs de la révolte des « Libres de couleur » connue comme la révolte de la Grande Anse.
Cette tension entre la description initiale d’Agricole comme un « enfant doux » et celle d’un révolté exalté invite à contextualiser ses motivations individuelles. Que révèlent ces histoires sur les attentes individuelles, sociales et politiques des esclaves et de leurs descendants, s’exprimant autour de la notion pivot de « Liberté » ?
Les éléments historiques extraordinaires, a fortiori une révolte, produisent de nombreuses archives et permettent d’en identifier les acteur·rices. La seconde partie de l’article étudie, non pas la période de 1825 (celle de la première mention du nom d’Agricole), mais bien celle de 1834. Il s’agit de décrire la révolte de la Grande Anse, qui débute en décembre 1833 et qui est la dernière grande mobilisation des « Libres de couleur ». Ils·elles y dénoncent les discriminations et le manque de respect qu’ils·elles subissent malgré leur statut de libres et malgré la loi du 24 avril 1833 qui leur donne les mêmes droits politiques et sociaux que les personnes définies comme blanches. Ils réclament « la liberté universelle ». Agricole est décrit comme milicien et meneur de troupe. Condamné à mort, sa peine est commuée en peine de bagne, de prison, puis il obtient du roi sa grâce entière. Il est libéré mais reste placé sous surveillance de police, tout en étant interdit de séjour dans les colonies. Jean-Baptiste Agricole s’installe alors avec les autres gracié·es à Angers. Son acte de décès montre qu’il n’appartient pas aux affranchi·es récents : il est né libre, de parents libres.
Une autre histoire de vie peut ainsi être reconstruite dans la troisième partie. Le recours aux sites de généalogie, à partir d’une recherche sur le nom d’« Agricole » et d’une date approximative de naissance, met sur la piste d’une stratégie bien particulière. En effet, un acte de mariage en 1832 permet de le retrouver en Guadeloupe. Jean-Baptiste Agricole s’y marie, et déclare alors comme père et mère les parents du condamné de la révolte de la Grande Anse. Par cette usurpation d’identité, il peut asseoir de façon définitive son statut de personne « libre ». Cependant, son retour à la Martinique le réinscrit dans une dépendance vis-à-vis de Pierre Dessalles. Agricole décède le 21 avril 1887, à 83 ans. Dans l’acte qui enregistre sa disparition, il est dit veuf de Virginie – auquel il s’est marié sous une fausse identité –, mais cette fois-ci fils de Judith Fortunée, ancienne esclave de Pierre Dessalles.
Ainsi, la première trajectoire de vie, celle du condamné de la révolte de la Grande Anse, met en lumière une revendication portée par le groupe des « Libres de couleur » qui partagent les mêmes objectifs politiques constitués par l’expérience quotidienne de la distance entre statut civil de « libre » et pratiques sociales. La seconde trajectoire d’expérience, celle du « Libre de fait » de 1825, mobilise des acteurs et actrices et des volontés qui ne composent pas de « groupe constitué ».
Chacune de ces trajectoires de vie complexifie, par la révolte ou par la ruse, l’histoire des sociétés esclavagistes. Elles donnent à voir une multiplicité de situations d’esclavage et de solidarités collectives.

Haut de page

Texte intégral

1Le 4 juillet 1825, Pierre Dessalles, un colon de la Martinique qui se préparait pour un voyage à Bordeaux, écrivait à sa mère :

Voulez-vous que je vous conduise Agricole ? C’est un enfant doux, d’un caractère égal, et je pense qu’il ferait un bon domestique ; c’est votre filleul. Son père et sa mère se soûlent tous les soirs. En le tirant de là, c’est un vrai service que vous lui rendriez. (Dessalles 1980-1987, t. 1 : 200)

2Le voyage se fit et Agricole, esclave par statut, revint dans la colonie de la Martinique dès le 27 novembre 1827. Cependant, beaucoup de choses avaient changé. Ce séjour de plus d’un an, à Bordeaux, semblait avoir eu des conséquences importantes, révélées dans une nouvelle lettre, datée du 21 décembre 1827, du fils à sa mère :

Agricole se conduit fort mal, j’ai refusé de le voir, il parle beaucoup de la manière dont on traite les gens de couleur en France. Il fait parade d’un certificat que vous lui avez donné, et que je ne connaissais pas, de sorte que je passe pour un menteur quand je dis que sa conduite n’a pas été bonne… (ibid.)

  • 1 Le terme d’« esclave » est utilisé pour caractériser un statut juridique ; celui d’« esclavisé·e » (...)
  • 2 En 1830, le ministre de la Marine et des Colonies déclare à la Chambre des députés que plus de 8 0 (...)

3Peu d’autres éléments viennent décrire ce changement entre le statut d’esclave et celui d’affranchi par manumission, dans un accord de gré à gré entre, ici, la « propriétaire », la mère de Pierre Dessalles, et l’esclavisé1, Agricole. La remise de ce certificat manifestait tout à la fois des sentiments de proximité interindividuelle – une parentalité symbolique – et la mise en place d’une position juridique officieuse, car l’affranchissement n’était pas entériné par un acte enregistré devant notaire, notamment parce qu’il était payant. Agricole rejoignait ainsi celles et ceux qui appartenaient à la catégorie des « libres de fait », au nombre de plus de 8 000 personnes au début du xixe siècle en Martinique2.

  • 3 « Tu connais à l’heure qu’il est la révolte de la Grande Anse, Sainte-Marie y aurait passé si elle (...)

4Ce changement de statut qui pouvait sembler radical n’était peut-être pas suffisant pour mener une vie hors des contraintes quotidiennes de la vie esclavagiste. En effet, le 8 mars 1834, Pierre Dessalles s’indignant de la révolte de la Grande Anse, emblématique des revendications formulées par des « Libres de couleur » de la Martinique afin d’obtenir une citoyenneté pleine et entière, à l’instar des Blancs, écrivait : « Agricole était un des chefs, il est à la geôle. » Plus encore, Agricole, selon Pierre Dessalles, semblait avoir insisté, auprès de la troupe séditieuse « pour les décider à mettre le feu » à la maison de son oncle, M. Bois-Marcel3.

  • 4 Le Journal de Dessalles a fourni une base d’analyse pour le livre de Rebecca Hartkopf Schloss, Swe (...)
  • 5 Le terme polysémique de « liberté » est central dans l’historiographie des sociétés esclavagistes  (...)

5À partir de ces traces inscrites dans cette source particulière qu’est le Journal de Pierre Dessalles4, il s’agit de voir dans cet article la possibilité qu’a l’historien·ne d’en faire émerger des individualités et, en croisant les sources, de reconstituer des parcours de vie. Dans les sociétés esclavagistes, comme ici en Martinique, que révèlent ces histoires sur les attentes individuelles, sociales et politiques des esclaves et de leurs descendant·es, s’exprimant autour de la notion pivot de « Liberté5 » ? Que signifie-t-elle pour Agricole et les « révoltés » de la Grande Anse ? Comment se construit-elle pour Agricole, dont le statut d’esclave est transformé en celui de « Libre de fait » ? Quelles stratégies de contournement des contraintes statutaires un individu peut-il construire, seul ou avec l’appui d’un groupe, pour passer du statut « d’esclave » à celui de « libre » ?

Les traces : faire apparaître un destin ?

  • 6 Ce corpus de lettres forme le premier volume d’une série de quatre volumes intitulés La Vie d’un c (...)
  • 7 Dessalles 1980-1987, t. 2 : page de titre.

6À partir d’un nom, celui d’Agricole, trouvé dans des documents écrits par un planteur à des membres de sa famille, paraît se dessiner une histoire de vie cohérente. Ce destin d’un individu cheminant entre esclavage, manumission et révolte, semblait pouvoir être reconstitué au travers de lettres, elles-mêmes éparses, qui n’ont formé corpus que par la seule volonté de l’un des descendants de Pierre Dessalles, Henri de Frémont6. Avec leur transcription et celle du « Journal de M. P. Dessalles, Ancien Procureur Général et Conseiller à la Cour Royale de la Martinique7 », il en a fait un projet éditorial auquel ont été associés trois historiens : Léo Elisabeth, co-éditeur, et Émile Hayot, spécialistes tous deux des Antilles françaises, ainsi que Gabriel Debien, spécialiste de l’histoire de la société esclavagiste de Saint-Domingue. Ces lettres, écrites entre 1807 et 1837, suivies du Journal entre 1837 et 1856, forment ainsi un continuum narratif qui permet de suivre les trajectoires d’individus appartenant à toutes les catégories de population des sociétés esclavagistes des Antilles françaises, notamment les esclaves.

  • 8 Ainsi, Pierre Dessalles écrit-il le 22 juillet 1837 : « J’ai parlé ce soir à Victorine (esclave), (...)
  • 9 Sur la question de la subjectivité, voir Cottias & Mattos 2016.

7Cependant, peut-on faire émerger de ces textes du for privé, censurés à plusieurs niveaux – par le planteur lui-même, par ses filles qui en ont brûlé certaines parties, par les éditeurs du volume qui ont enlevé des paragraphes du texte original8 – des histoires de vie, des individualités appartenant à l’histoire de l’esclavage, puisque ces documents sont produits par une élite blanche de propriétaires d’esclaves ? Peut-on faire émerger des individualités représentatives de groupes de population ? En effet, si les esclavisé·es appartiennent au récit du quotidien du planteur, ils en sont comme des sujets furtifs pour la plupart d’entre eux et d’entre elles. Ils·elles sont centraux du fait de leur force de travail permettant la production du sucre et du café des habitations Dessalles, mais toutes leurs interactions choisies, contraintes ou soumises à la domination et à la violence ne sont pas rapportées dans ce texte. Elles dépendent de l’intérêt immédiat du planteur. L’imprévu d’une situation, l’exceptionnalité d’un moment, la singularité d’une action d’un·e esclavisé·e dans l’entendement du planteur, l’anomalie d’un sentiment, tout cela provoque chez lui la nécessité d’en rendre compte dans son journal et permet à l’historien·ne d’entrer dans la subjectivité des esclavisé·es9.

8Il s’agit par exemple de Philippe, esclavisé, cuisinier, qui fait souvent d’excellents repas. Pierre Dessalles note le 9 février 1837, « À quatre et demi, nous sommes descendus à la Nouvelle-Cité. Louis et Alexandre ont voulu dîner. Philippe leur a servi un repas excellent » (Dessalles 1980-1987, t. 2 : 12-13). Bien qu’« excellent sujet », Philippe fait pourtant varier la qualité de ses repas. Pierre Dessalles consigne encore : « À dîner, j’ai fait venir mon cuisinier Philippe qui, depuis assez longtemps, nous donne horriblement à manger. Jadis bon cuisinier, il est devenu gargotier » (ibid. : 77). Les reproches continuent le mois suivant : « M. Pierre Cardin et Louisie Burot ont dîné avec moi. Philippe nous a donné un diner exécrable, je l’ai fortement grondé » (ibid. : 81). Ou encore le 15 février 1838 : « M. Maystre et Louis Le Vassor ont dîné avec moi ; Philippe nous a fait un si mauvais dîner que je me suis fâché contre lui ; j’ai été à la cuisine et je lui ai adressé les plus cuisants reproches. Depuis quelques mois, il se néglige d’une manière horrible. Il lui passe sans doute de mauvaises idées par la tête » (ibid. : 14).

  • 10 Le terme de « négresse » est à prendre ici comme équivalant à « esclave ». Il en est ainsi tout au (...)
  • 11 Lettre datée du 16 mars 1840.
  • 12 Mention du Journal datée du 16 décembre 1840.

9Il s’agit, par exemple, de Joséphine dont l’une des premières mentions concerne son accouchement – « La nuit dernière, la négresse10 Joséphine est accouchée heureusement d’une fille » (ibid. : 112) – mais dont les revendications sont régulièrement consignées : « Au moment du dîner, la négresse Joséphine a fait l’insolente : elle a voulu quitter le travail trop tôt11 » (ibid. : 17), ou encore « La négresse Joséphine a fait l’insolente, elle a invectivé M. Jules Cardin ; je lui ai fait appliquer le fouet et lui ai fait mettre un collier de fer. Je la crois folle, elle a refusé de travailler12 » (ibid. : 74).

  • 13 Mention du Journal datée du 16 décembre 1840.
  • 14 Dénel appartient, lui, à la classe des « créoles », des Blancs colons.
  • 15 Sur la dimension sexuelle de la relation « maître-esclaves », voir notamment Burnard 2004 ; Morgan (...)

10Ces deux personnages, pris au hasard du texte, dont le ou la lecteur·rice apprend ici le nom et quelques actes signifiants, constituent des traces de vies. La manière dont le planteur les inscrit dans son texte en dit déjà beaucoup sur l’individualité de l’esclavisé·e, sur la familiarité ou la distance qu’il ou elle a avec Dessalles. D’une part, la précision, ou non, du statut d’esclave accolée au prénom permet de mesurer la proximité quotidienne du planteur avec l’esclavisé·e et la place qu’il ou elle occupe dans la hiérarchie servile. Le statut d’esclave de Philippe, cuisinier, n’est pas mentionné, tandis que celui de Joséphine, qui travaille la terre, l’est. D’autre part, ces indices fragmentaires permettent d’amorcer le récit autour d’un sujet pris dans l’enchevêtrement des relations esclavagistes et post-esclavagistes qui sont tant des relations de domination « maître-esclave » que des relations de sociabilité, de genre, de dépendances, de stratégies économiques ou sexuelles au sein du groupe des esclavisé·es. Le 21 septembre 1840, Pierre Dessalles note au sujet d’esclavisé·es qu’« Alcindor […] m’a ajouté que Rosa avait fait sa fausse couche, et qu’il ne savait pas si c’était naturellement ou autrement. Depuis, elle est redevenue grosse, et on ne sait de qui. […] Il m’a dit que Nicaise vivait avec Rosa, à laquelle il ne donne pas d’argent, mais qu’il loue des nègres pour travailler dans son jardin13 » (ibid. : 57). Ou encore, le 10 mai 1841, « À mon réveil, Nicaise est venu me dire que le jeune Dénel14, hier soir après que nous étions tous couchés, avait été dans le magasin et dans la case à rhum, et qu’il avait donné du tafia et de la morue à Elie, avec la condition que celui-ci lui procurerait la négresse Valérine. Il tenait tous ces détails du nègre Youcac qui était de garde, qui avait tout vu et tout entendu15 » (ibid. : 33).

11Les éléments fragmentaires sur plus d’une centaine d’esclavisé·es qui se trouvent dans le Journal de Dessalles forment ce paradigme indiciaire défini par Carlo Ginzburg (Ginzburg 1989 : 139-180 ; Lombardo & Rueff 2011 : 451-453). En effet, ce sont des indices du quotidien qui, organisés en continuité et mis en situation par l’historien·ne, composent des narrations significatives du système esclavagiste. Ces traces, au travers des actions contextualisées de l’esclavisé·e – situations coloniales et esclavagistes, régimes de pouvoir articulés à des histoires familiales – sont autant d’indications qui fabriquent du sens et qui, croisées avec d’autres sources historiques, permettent de renouer les fils de vies discontinues, interrompues, suspendues dans le récit du planteur Pierre Dessalles. Par touches se dessinent ainsi les actes de sujets pris dans la violence extrême de la condition d’esclave mais dont les actions démontrent qu’un être humain n’est jamais totalement « réduit » par l’esclavage (Janner Raimondi 2020 : 11‑23).

12Cependant, les traces ne sont pas qu’indices d’un quotidien ordinaire, elles peuvent en appeler aussi à l’extraordinaire, qui est pour l’historien·ne plus aisément analysable. Les révoltes, ainsi, produisent des archives sous forme de rapports, de minutes de procès et d’arrêtés de condamnations qui présentent la version portée par le pouvoir mais permettent aussi de retrouver certains de leurs acteur·rices. La participation d’Agricole à la révolte de la Grande Anse autorise ainsi à considérer un événement largement documenté par les archives coloniales à partir de l’un de ses acteurs, connu seulement par quelques mentions dans le Journal de Dessalles. Comment reconstruire son parcours et expliquer, par ses expériences de vie, son implication dans la révolte de la Grande Anse ? L’historien·ne ne peut chercher à entrer dans la subjectivité de ce personnage que par la dernière mention du Journal qui le concerne, le 8 mars 1834, à savoir sa mise en geôle, point nodal d’une vie en bascule. Travailler en aval et en amont de ce moment judiciaire permet alors de rétablir l’ordonnancement chronologique des traces inscrites par Pierre Dessalles et de leur donner un sens. Si la tâche de l’historien·ne est de mettre en cohérence les épisodes d’une vie à partir des archives avant d’en faire leur analyse, son travail se fait alors à contretemps. Les événements auxquels participent Agricole y obligent d’ailleurs.

Dire la « révolte » de la Grande Anse depuis le condamné Agricole

  • 16 Les « patronés » sont des personnes dont la liberté n’a pas été enregistrée officiellement et qui (...)

13Le 31 mars 1834, la cour royale de la Martinique, statuant sur la « révolte » de la Grande Anse, condamne Jean-Baptiste Agricole avec 173 autres personnes, hommes et femmes, libres, patroné·es16 ou esclaves, comme « auteurs des troubles qui ont agité la commune de la Grande Anse, les 24, 25, 26 et 27 du mois de décembre dernier (1833) ». Dans l’acte d’accusation, il porte le numéro 157 et est accusé avec ses comparses d’avoir participé à un « complot ayant pour but : 1° D’exciter la guerre civile, en armant la population de couleur libre contre la population blanche et en portant, par la séduction, la violence et la menace, les esclaves à prendre les armes contre les Blancs ; 2° De porter la dévastation, le massacre et le pillage dans le quartier de la Grande Anse ».

  • 17 Acte d’accusation, ANOM, Fonds ministériel (FM), Série géographique (SG), Martinique, 1834, carton (...)

14Au-delà de ce motif général, les charges inscrites contre lui sont lourdes. Agricole est poursuivi pour être l’un des principaux insurgés du Marigot, commune du nord de la Martinique, même si le foyer du complot « paraît avoir été à la Grande Anse17 ».

« Colonies Françaises Martinique, Amérique du Sud », Atlas national illustré, hémisphère boréal, n° 90, Victor Levasseur, 1856, Paris, A. Combette.

« Colonies Françaises Martinique, Amérique du Sud », Atlas national illustré, hémisphère boréal, n° 90, Victor Levasseur, 1856, Paris, A. Combette.

Source : David Rumsey Map Collection, David Rumsey Map Center, Stanford Libraries. CC BY-NC-SA 3.0 licence.

  • 18 Avant le xixe siècle, voir Bernand & Stella 2006 ; Régent 2007 : 41-56 ; Lesueur 2014 ; Bonnefoy 2 (...)

15On en retient que c’est lui qui mobilise la compagnie de miliciens du Marigot et que le 26 décembre 1833, il s’est trouvé « à la tête d’une dizaine de miliciens de couleur, dont une partie revêtue de leurs uniformes et tous armés18 ». « Agricole contribue [aussi] à décider l’attaque des Blancs sur l’habitation Bonafon. » L’acte d’accusation indique encore que :

  • 19 Les dragons sont des militaires à cheval.
  • 20 Acte d’accusation, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 376 : 85.

[…] sur l’excitation d’Agricole, qui annonce qu’elles trouveront du biscuit, du beurre salé, du rhum et d’autres vivres sur l’habitation Séguinot, les bandes envahissent et pillent cette habitation ; elles allaient la quitter lorsque les sentinelles font connaître que des troupes et des dragons19 se rendent sur l’habitation Marraud ; à cette nouvelle, Agricole et plusieurs autres s’écrient : « C’est l’ennemi, marchons contre lui ! » Cet accusé ordonne de mettre le feu partout ; il donne lui-même l’exemple, en arrachant une poignée de paille d’une case, l’allumant à la cuisine et cherchant à mettre le feu dans les cannes, ce qu’il ne peut effectuer à cause de la pluie qui tombait. Enfin, il est porté que lorsqu’après les premières sommations une grande partie des insurgés jette bas les armes, Agricole est du nombre de ceux qui conservent leur fusil, dans la position de gens à tirer20.

16Pour sa défense, Agricole indique simplement que « les émissaires de la Grande Anse lui répétant sans cesse, que les Blancs, armés et accompagnés de leurs nègres, marchaient sur les hommes de couleur pour les égorger, il s’est décidé, le 26 décembre, à se rendre dans ce quartier pour porter secours aux hommes de couleur ». Son histoire individuelle se fond ainsi dans le récit d’un collectif menacé.

  • 21 Article Ier : « Les Français sont égaux devant la loi » (Crémieux 1831 : 10).
  • 22 Cité par Serres 2003 : 576.

17De fait, beaucoup de bruits séditieux circulent en ce mois de décembre 1833 et traversent des groupes de personnes qui se définissent par leur statut civil et leur catégorie raciale. Ces rumeurs prennent leur origine dans une succession d’événements qui se déroulent à la suite d’un incident du quotidien advenu quelques mois auparavant. Comme le montre Maurice Nicolas dans l’ouvrage qu’il consacre à l’affaire (Maurice 1960 : 59), les nouvelles conditions politiques et sociales expliquent l’ampleur des heurts et de la violence de 1833. La période est, en effet, à la préparation de la seconde abolition de l’esclavage dont le terme n’est pas fixé mais dont les préalables comprennent la mise à égalité des membres de la classe des Libres, sans distinction raciale. Le principe semble en être acquis dans la Charte de 183021 mais l’article 64 en limite l’application car il « laissait à des lois particulières le soin de régir l’organisation des colonies françaises » (Serres 2003 : 54). « De là, naquit la prétention de faire passer dans le droit une démarcation de fait [entre les hommes de couleur libres et les colons Blancs], qui, malheureusement, existe aux colonies », ainsi que le dénonçait l’avocat abolitionniste Adolphe Crémieux (1831 : 5). Cette demi-mesure entérinait des crispations anciennes sur les droits politiques et civils entre Libres de couleur et Blancs qui semblent trouver une résolution trois ans plus tard. Le 24 avril 1833, en effet, la loi édicte que « toute personne née libre, ou ayant acquis librement la liberté jouit dans les colonies françaises : 1° Des droits civils, 2° Des droits politiques sous les conditions prescrites par les lois » (article Ier) et abroge « toutes les restrictions ou exclusions qui avaient été prononcées quant à l’exercice des droits civils et des droits politiques, à l’égard des hommes de couleur libres et des affranchis » (article 2)22. De fait, les deux revendications historiques des « hommes de couleur » obtenaient satisfaction dans cette loi et formaient le socle de la révolte : la demande de respect dans les relations sociales du fait de l’égalité entre les citoyens libres et les droits objectifs y afférant. Si Agricole manifeste, selon l’acte d’accusation, l’appartenance à ce groupe, ainsi que l’adhésion complète à ces demandes et s’il prend les armes pour en défendre l’intégrité, les archives ne disent rien des expériences individuelles qui expliqueraient ses choix. Seule une analyse par l’historien·ne de la situation des « Libres de couleur » dans le cas de la « révolte de la Grande Anse » en tant que collectif permet de poser des hypothèses.

  • 23 Événements de la Martinique-Gazette des Tribunaux, 14 mars 1834, réponse de M. Bissette, ANOM, FM, (...)

18Le 5 août 1833 a lieu une altercation au cours de laquelle des injures sont proférées entre un homme blanc, officier d’état civil, M. Lasserre, et un « homme de couleur », M. Laboulique. Selon le code d’honneur, un duel est demandé à ce dernier par l’entremise du témoin de l’offensé. Le lendemain, M. Laboulique ne vient pas et M. Lasserre attend vainement, car, dit la défense, il n’y avait « eu ni jour, ni heure, ni lieu indiqué pour la rencontre23 ». Le lendemain, c’est au tour de M. Fréjus, « homme de couleur », de porter un cartel chez M. Lasserre qui réagit très violemment en lui assénant une pluie de coups qui lui valent une incapacité de travail de 20 jours. Une plainte est déposée mais elle n’est reçue ni par le commissaire commandant de la commune, ni par le gouverneur de la Martinique, M. Dupotet. Devant l’indignation qui s’exprime dans la classe des « Libres de couleur », les cavaliers de l’armée sont convoqués pour protéger M. Lasserre : des coups de feu sont échangés et dans cette altercation, l’un de leurs chevaux est tué.

  • 24 Ibid. : 4.
  • 25 Ibid. : 9.
  • 26 Fabien 1834a : 3, n. 1 : « Cette citation est extraite littéralement d’une brochure publiée à Pari (...)
  • 27 « […] et en passant par l’habitation Montferrier, où Auguste Eugénie mis une partie de la bande en (...)
  • 28 Fabien 1831 : 21. Dans un autre cadre, celui de Cuba, Rebecca Scott (2005) a pu établir des degrés (...)

19Sans preuve avérée, c’est un « Libre de couleur », Césaire, qui est accusé des coups de feu, mis en prison, puis condamné à mort. En forme de défense, il désigne alors comme auteurs principaux des faits Rosemond et Louis Adolphe, qui, pour se protéger d’une arrestation, arrivent à mobiliser un large groupe d’hommes : « dès le 24 décembre, [ils] se trouvèrent à la tête d’une bande de 150 à 200 hommes armés, appartenant à la classe de couleur, mais tous libres24 ». Entre le 24 et le 27 décembre 1833, la commune de la Grande Anse s’embrase. Dans ce moment de mobilisation, le sieur Léonce, « homme de couleur sans profession », est menacé lui aussi de prison pour avoir participé à ce rassemblement séditieux, dit le parti des colons. Les hommes de couleur qui prennent, eux, sa défense, affirment qu’il s’est rendu au tribunal pour engager le greffier « à aller recevoir, dans la prison, avant le délai fatal, la déclaration de pourvoi du malheureux Césaire, alors que tous les avocats lui refusaient leur ministère25. » L’affaire pourrait se résumer ainsi : la mort d’un cheval contre la vie d’un homme ! L’équivalent pouvait sans doute être envisagé car la justice coloniale ne permettait point « de mettre le blanc à côté du noir dans le rang des châtiments », ainsi que le formulait un magistrat26 ! Ce qui était considéré comme sédition par les uns qui soutenaient cet adage, était pour les autres, qui s’appuyaient sur la loi du 24 avril 1833, une réaction contre l’injustice et le mépris. Les Libres de couleur réclamaient « la liberté universelle27 » et non cette « liberté, [qui] aux colonies surtout, a plusieurs degrés, plusieurs échelles28… » Dans ce face à face qui peut être qualifié de « racialisé », l’autorité coloniale locale choisit, sans surprise, de traiter les « mulâtres » comme des rebelles car, « pour maintenir sa prédominance, la classe blanche devait, tous les dix ans, faire une pendaison de mulâtres » (Fabien 1834a : 5).

  • 29 Acte d’accusation, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 374 : 85.
  • 30 Arrêt 31 mars 1834 – Cour royale Grande Anse, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 3 (...)
  • 31 « […] d’une collision de partie, d’une guerre entre citoyens armés les uns contre les autres par l (...)
  • 32 « Nous soussignés, détenus dans la prison civile du Fort Royal en vertu d’un arrêt de la cour d’as (...)
  • 33 Louis-Philippe « s’est enveloppé dans un drapeau tricolore ! » (Maurice 1960 : 5).

20Le sort du « Sr Jean-Baptiste Agricole, habitant29 », est ainsi scellé. Dans l’annexe de la dépêche du 1er juillet 1834 qui récapitule les condamnations, son nom est inscrit parmi les 15 condamnés à mort30. Il est alors détenu dans les prisons de Fort-de-France et forme avec ses autres compagnons un appel en cassation rédigé par l’avocat abolitionniste Adolphe Gatine (1834 : 28). Ce mémoire de défense a pour objectifs de démontrer, d’une part, qu’il n’y avait pas eu complot de la part des hommes de couleur, et, d’autre part, qu’il s’agissait d’une « insurrection politique » fondée sur « les passions locales » et sur ce « fatal préjugé de la peau31 ». Outre ces deux arguments qui ont été récurrents dans toutes les pièces en défense, un autre élément, loin d’être anodin, est porté dans une note. Jean-Baptiste Agricole affirme, dans une pétition qu’il signe avec les autres détenus, son allégeance à la nation française en dénonçant le fait que les colons blancs aient hissé le drapeau blanc sur l’habitation où ils étaient regroupés32. Les « Libres de couleur » revendiquent, eux, le drapeau tricolore symbolisant l’égalité que le roi Louis-Philippe a rétablie ; ils affirment ainsi leur loyauté à la France de la monarchie de Juillet33. Diffusés au sein des instances du gouvernement, ces arguments semblent avoir fait mouche dans cette période de campagnes abolitionnistes et d’abolition de l’esclavage par l’Angleterre, le 26 juillet 1833. Pourtant, malgré les symboles, malgré les termes de la loi de 1833, le pouvoir royal confronté à un personnel politique des colonies peu enclin à la clémence, a statué lentement sur le sort des condamnés.

  • 34 Ordonnance royale du 29 avril 1835, ANOM, FM, SG, Martinique, 1835, carton 46, dossier 377.
  • 35 État nominatif de seize condamnés aux travaux forcés arrivés au bagne Brest le 27 avril 1835, prov (...)
  • 36 Lettre de Sa Majesté, Paris le 9 novembre 1836, …, ANOM, FM, SG, Martinique, 1836, carton 46, doss (...)

21Ainsi, entre 1834 et 1836, Jean-Baptiste Agricole voit-il sa peine changer quatre fois. Sa condamnation à mort est transformée en vingt ans de travaux forcés34 après son exposition sur la place publique du Fort Royal, le 5 mars 1835, pendant une heure. Il est envoyé un mois plus tard, le 28 avril, au bagne de Brest35. Dès son arrivée, l’ordre est donné de le mettre plutôt en détention dans la prison du port de Brest, puis dans la prison de Fontevraud. Quelques mois plus tard, le 8 novembre 1836, le roi lui accorde sa grâce entière avec les quinze autres condamnés. Comme eux, il est libéré mais reste placé sous surveillance de la police tout en étant interdit de séjour dans les colonies. Jean-Baptiste Agricole s’installe alors avec les autres graciés à Angers36.

La liberté comme acte de langage individuel ou collectif ?

  • 37 Bureau de l’état civil, ville d’Angers, 3e arrondissement, Archives départementales de Maine-et-Lo (...)

22Peu d’informations sont connues sur la vie de Jean-Baptiste Agricole à Angers, mais les archives consignent son décès le 31 mai 1837 : il est enregistré dans l’état civil de la ville d’Angers le 1er juin comme « propriétaire, âgé de 28 ans, natif du Marigo [sic] (Martinique) […] fils de Joseph Agricole, et de Médeline Lahoussaye ». Il semble être mort d’une longue maladie car il est entré dans l’hôpital civil de la ville le 22 décembre 183637.

  • 38 La naissance est enregistrée le 9 janvier 1809, et les mentions sur le type de liberté de ses pare (...)
  • 39 On peut ajouter une autre preuve de cette appartenance au groupe des Libres de couleur établie à p (...)

23Si une histoire de vie semble ainsi s’achever, quelques éléments inscrits dans cet acte intriguent l’historien·ne lorsqu’ils sont considérés à l’aune du Journal de Pierre Dessalles : sa naissance au Marigot et non à Sainte-Marie, comme on pouvait le déduire du statut d’esclave du jeune Agricole en partance pour Bordeaux en 1825, mais surtout sa filiation légitime. Jean-Baptiste Agricole, selon son acte de décès, est né libre et non esclave. L’acte de naissance retrouvé dans l’état civil le confirme puisqu’il est enregistré comme « métis libre » le 26 octobre 1808. Son père, Joseph Agricole, a obtenu son acte vérificatif de liberté le 6 janvier 1806 et sa mère, Médélice, est autorisée à jouir de la liberté le 13 avril 1807 par le préfet colonial bien qu’elle n’ait pas d’acte confirmatif de liberté38 ; Jean-Baptiste Agricole appartient bien, au vu de ces faits, au groupe des « Libres de couleur39 ».

24Qu’en est-il alors de l’utilisation par Pierre Dessalles d’un même nom, celui d’Agricole, pour deux personnes, l’une, esclave – « domestique » qui obtient sa manumission par la mère de Dessalles, l’autre, libre – appartenant selon les archives à la milice des hommes de couleur ? Jean-Baptiste Agricole est condamné pour avoir porté cette revendication collective de liberté « universelle », mais il n’est pas l’esclave Agricole dont on trouve trace dans les premières mentions du Journal en 1825.

25Si l’hypothèse de départ de cet article suivait l’histoire de vie d’un esclave qui s’engageait dans une révolte par soif de liberté, la découverte de nouvelles archives et leur analyse l’ont peu à peu effritée : l’historien·ne face à ce qu’il·elle peut considérer comme une hostilité des sources qui l’empêchent de déployer son premier objectif, est contraint·e de s’ouvrir à de nouvelles possibilités. Son travail consiste ainsi à déjouer les ruses des sujets sur lesquels il·elle travaille et l’état civil peut être pour cela un outil permettant de révéler des stratégies individuelles.

  • 40 Recherche faite sur les sites généalogiques à partir du patronyme « Agricole » en Martinique et Gu (...)

26Reprendre la lecture du Journal de Dessalles avec les éléments inscrits en 1825 auxquels s’ajoute une recherche sur les sites de généalogie en ligne permet de poursuivre le dossier « Agricole40 ». L’analyse des actes d’état civil, à partir de l’entrée « Jean-Baptiste Agricole » fait ainsi apparaître de nouvelles hypothèses. Elles permettent de basculer dans un registre analytique inverse qui n’est plus celui d’un individu participant à une révolte pour défendre le groupe socio-racial auquel il appartient mais celui d’un individu construisant une stratégie individuelle autour du statut de « libre », avec l’appui d’un certain nombre d’acteurs et d’actrices de différents rang sociaux et raciaux.

  • 41 En 2005, Philippe et Bernadette Rossignol engagent une critique contre Léo Elisabeth à partir de l (...)

27En effet, une personne dénommée Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole surgit des archives, non plus en Martinique, mais en Guadeloupe41, dix-neuf mois avant le début de la révolte de la Grande Anse, à l’occasion d’un mariage, le 5 mars 1832. Presque chaque ligne de cet acte montre le déplacement géographique, civil et social de ce Jean-Baptiste Agricole qui se marie ce jour-là. Géographique, d’abord, car il est déclaré être né au Marigot (Martinique) alors qu’il se marie à Baie-Mahault en Guadeloupe avec une femme dénommée Virginie, née dans cette commune ; civil, ensuite, car il est qualifié de « Sieur », c’est-à-dire que l’origine servile induite par le récit de Dessalles a été gommée. Social, enfin, car ses parents sont qualifiés de « propriétaires ».

  • 42 Ce même mécanisme a été décrit par Scott & Hébrard 2012.

28Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole, âgé de 27 ans, procédant « de son chef », comme indiqué dans l’acte de mariage, se déclare fils légitime du Sieur Agricole et de Dame Médélice, propriétaires, domiciliés au quartier de Saint-Pierre et Saint-Paul, commune du Marigot. Ceux-là même qui sont les parents du condamné de la Grande Anse. Il est à croire que le terme « de son chef » construit cette possibilité d’affirmer son identité et sa liberté sans le prouver par des documents. Un nouveau régime de vérité ne s’applique-t-il pas ici, dont l’enjeu est de faire croire ou d’entériner comme vraie, une identité de « libre », sans preuve avérée, simplement en construisant par la parole une réalité, avant que cet acte de langage ne soit confirmé par l’écrit42 ?

  • 43 Le 21 mai 1841, « décès de Demoiselle Fortunée Luce Virginie Agricole, âgée de 10 ans, native de l (...)
  • 44 Actes de naissance, ANOM, EC, Martinique, Marigot, 1833, actes n° 7 et n° 8.

29Bernadette et Philippe Rossignol avaient postulé que l’identité du futur condamné à mort des événements de la Grande Anse avait été usurpée par l’homme qui se marie en Guadeloupe, aussi surprenant que cela puisse paraître à l’historien·ne, et cela semble avéré. D’une part, car celui-ci se trouve en Guadeloupe dès 1831 et sans interruption jusqu’en 1845, comme l’attestent la déclaration de ses enfants et le décès de sa fille43. D’autre part, car le Jean-Baptiste Agricole, propriétaire, déclare le 21 avril 1833, soit huit mois avant le début de la « révolte », la naissance au Marigot de ses deux enfants jumeaux, Joseph Pierre Florimond et Joseph Eugène Florimond, nés le 19 avril, qu’il a eus « de la demoiselle Marie Sydélise, âgée de 17 ans, résidant chez le sieur François, habitant-propriétaire en cette commune (du Marigot)44 ».

  • 45 Rossignol & Rossignol 2005 : 4612-4617. Dans cet article, ils critiquent une note de bas de page d (...)
  • 46 « Aujourd’hui dimanche 15 juin 1834 s’est présenté le sieur Pierre Sainte-Rose Jean-Baptiste Agric (...)
  • 47 Acte de naissance de Hilaire Ferdinand : « Le 26 novembre 1836, s’est présenté le sieur Pierre Jea (...)
  • 48 « Naissance du Sieur Dieudonné Charles Henry Agricole, le 27 mars 1845, commune Baie-Mahault, est (...)

30Cependant, il faut s’arrêter sur les conditions de construction de cet emprunt d’identité. Comment pouvait-il connaître « l’autre Agricole », le condamné à mort de la révolte de la Grande Anse ? Ce dernier le connaissait-il ? À ce stade de l’enquête, il n’y a pas d’indications dans les archives consultées qui permettent de répondre à ces questions. En revanche, le partage du nom « Agricole » entre les deux hommes peut permettre de poser l’hypothèse qu’ils ont le même père, Joseph Agricole, comme le formulent également Bernadette et Philippe Rossignol45. S’agit-il alors d’un emprunt d’identité de la propre initiative de l’ancien esclavisé ? Qui a pu jouer le rôle de passeur d’identité entre les deux hommes qui semblent appartenir à la même classe de couleur – l’un, celui qui participe à la révolte, est dit « métis », l’autre, « mulâtre », ainsi que le caractérise Pierre Dessalles pour marquer son mépris ? Il semble plus important, au-delà du changement d’identité, d’insister sur le fait que cet emprunt permet essentiellement de construire un statut qui n’est plus celui de « Libre de fait », toujours placé sous la tutelle d’un propriétaire, mais sur celui de « libre ». Si l’on formule l’hypothèse que l’exercice de la liberté est un objectif largement partagé au sein des groupes de populations des sociétés esclavagistes, n’y a-t-il pas eu le projet collectif de permettre la construction de ce statut de libre ? Ces questions demeurent pour l’heure sans réponse mais l’acte de mariage sous le nom de Jean-Baptiste Agricole – auquel il adjoint le surnom de « Sainte-Rose » – à Baie-Mahault lui a permis de s’inscrire dans la société des « Libres de couleur » de la Guadeloupe, lui ouvrant ainsi de nouveaux horizons. Dans les années qui suivent son mariage, à la naissance de son fils Louis-Eugène Augustin, il est présenté comme « sacristain46 », puis « boulanger » à celle de son deuxième fils en 183647, « économe d’habitation » à celle de son troisième fils en 184548, tous nés en Guadeloupe.

  • 49 Lettre du 16 mars 1851 : « En juin 1849, se trouvant au Bourg des Trois Rivières avec son oncle Ag (...)
  • 50 « Agricole m’a dit qu’Adrien s’était enfin décidé à s’associer avec lui pour la Cafféyère ; il s’a (...)

31Pourtant, dès 1843, Pierre Dessalles est ulcéré car il note que la question du retour en Martinique de Jean-Baptiste Agricole se pose. Le 27 novembre de cette année, les conditions qu’il a sans doute mises à la manumission octroyée par sa mère au jeune Agricole se devinent car il écrit : « Lorsque je donnai à ce jeune mulâtre son corps, ce fut avec la condition expresse qu’il ne mettrait plus les pieds à Sainte-Marie » (Dessalles 1980-1987, t. 3 : 95). Las, Agricole revient s’installer en Martinique, avec l’appui de sa sœur, Judith Fortunée dite Trop, et son frère, Saint-Just, esclaves jusqu’en 1848, à une date comprise entre 1845 et 184949. Il entre alors en négociation avec Pierre Dessalles et son fils Adrien et, en 1852, cherche à louer les terres de leur habitation caféière, ce qu’il obtient la même année50. Toute sa famille l’accompagne. Sa femme, Virginie, aide au ménage de Pierre Dessalles tandis que son fils Eugène, avec l’appui de Dessalles, trouve un travail :

  • 51 Journal de Pierre Dessalles, tapuscrit (Archives départementales de Gironde, Bordeaux, Fonds Gabri (...)

Ce matin, Adrien, revenu hier soir, a fait dire à Agricole qu’il avait une place pour Eugène, et qu’il eût de suite à venir causer avec lui. Agricole est parti, et à 2 heures, il est revenu. M. Meyer a trouvé une place pour Eugène qui doit se rendre à St-Pierre demain ; son père s’est décidé à l’accompagner et ils sont descendus au Bourg pour profiter d’un bateau qui doit partir ce soir pour St-Pierre51.

32Les liens de dépendances qui existaient entre Dessalles et lui lorsqu’il était esclave ont été reconfigurés d’une autre façon, dans cette proximité de vie et de relations interpersonnelles, malgré son statut de personne « libre ».

  • 52 Quelques mois plus tôt, le 28 octobre 1886, dans la même commune, Virginie, sa femme, est elle aus (...)
  • 53 « L’an 1887 le 22 avril, la Trinité, hier, le sieur Pierre Jean-Baptiste Sainte-Rose agricole âgé (...)
  • 54 À leur mariage, en 1832, les époux reconnaissent un premier enfant, Fortunée Luce Virginie, née en (...)

33Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole décède le 21 avril 1887, à 83 ans, dans la commune de Trinité, proche de celle de Sainte-Marie52. Dans l’acte qui enregistre sa disparition, tous les éléments, exacts sans doute, autour de son identité sont rassemblés53. Il y est dit veuf de Virginie – auquel il s’est marié sous une fausse identité – mais il est noté cette fois-ci comme fils de Judith Fortunée, ancienne esclave de Pierre Dessalles et dont il a donné un des prénoms – Fortunée – à sa fille54. Son identité palimpseste – par cette locution, je signifie le fait de superposer une identité à une autre, de les empiler, d’en faire apparaître ou disparaître l’une plutôt que l’autre suivant les situations – lui avait permis de construire sa vie adulte en tant qu’homme libre et de transmettre ce statut à ses enfants. À son retour en Martinique, son identité, volontairement ou de façon contrainte par le milieu qui le connaît, est réapparue.

Conclusion

  • 55 L’ordonnance préconise qu’« aucune taxe administrative ne sera perçue dans les colonies pour affra (...)

34Confondues en un seul nom, celui d’Agricole, ces deux histoires de vie tirées du Journal de Dessalles – celle d’un « Libre de couleur » et celle d’un « Libre de fait » émancipé par manumission et dont le statut de libre a sans doute été confirmé par l’ordonnance du 12 juillet 183255 – tracent deux lignes d’expériences significatives de la société esclavagiste en Martinique dont le ressort est la recherche de « Liberté ». Des échelles les différencient cependant.

  • 56 Cette expression est reprise par Schoelcher 1849 ; Gregorio Canela 2017 ; Rogers & Lesueur 2018.

35La première débouche sur une revendication portée par un groupe partageant les mêmes objectifs politiques constitués par l’expérimentation quotidienne de la distance entre statut civil de « libre » et pratiques sociales où la loi donne des droits qui se heurtent à une organisation concrète, locale, des pouvoirs d’une classe raciale dominante. La contradiction vécue quasiment quotidiennement entre le statut de « libres » soumis à des expériences discriminatoires caractérisées par l’avocat abolitionniste, Louis Fabien, sous le terme d’« hermaphrodisme politique56 » , a débouché sur la dernière révolte des Libres de couleur de la Martinique revendiquant à la fois la « liberté universelle », mais aussi proposant un nouveau contrat social reposant sur « l’oubli et la fusion » (Fabien 1831 : 21). S’adressant à la classe des colons blancs, Adolphe Gatine l’explique :

Courbés sous vos oppressions, [les « Libres de couleur »] ont plus de constance à souffrir, que vous d’ardeur à persécuter, plus de générosité, que vous de haine ; plus d’horreurs du sang et des guerres civiles, que vous d’insouciance à déchirer le sein de la patrie. Depuis longtemps leur devise est, fusion, fraternité, oubli. Aujourd’hui encore, si cet appel devait être entendu ; si ce procès de la Grand’Anse, dernier paroxisme de leurs souffrances, devait être le dernier martyre de leur cause, c’est sans compter de toutes ces têtes jetées au bourreau, qu’ils souscriraient le pacte d’union et d’oubli. (Gatine 1834 : 28)

  • 57 Le 23 janvier 1836, les vingt-trois condamnés au bannissement furent autorisés à rentrer dans leur (...)

36À l’abolition de l’esclavage, l’oubli de l’esclavage et la fusion de toutes les classes sociales deviennent de fait, en 1848, le moteur politique des Républicains57.

37La seconde trajectoire d’expérience significative, celle du « Libre de fait », repose aussi sur des acteur·rices et des volontés mis·es en réseau mais ne composant pas de « groupe constitué ». Tous ces acteurs et actrices – « propriétaires, homme et femme », famille civilement libre ou esclave – qui concourent à la stabilisation du statut de personne libre, n’ont pas le même statut social ou la même classification raciale. Ils ne partagent pas non plus les mêmes intérêts. Le statut de « libre » de Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole s’est construit, avec leur appui, en utilisant toutes les possibilités empiriques qu’offre la société esclavagiste, à bas bruit, comme pour beaucoup de personnes dans les Antilles car « sous l’interdit des plantations, les esclaves ont laissé plus de Traces que de démonstrations florissantes, plus d’hésitations chercheuses et mobiles que de proclamations », comme l’écrit Patrick Chamoiseau dans La Matière de l’absence (Chamoiseau 2016 : 122).

  • 58 Ce personnage se retrouve dans les contes des Antilles et du sud des États-Unis. Pour les Antilles (...)

38Chacune de ces trajectoires de vie complexifie l’histoire des sociétés esclavagistes. Pendant longtemps, les historien·nes n’avaient pas réellement investi ce champ permettant de multiplier la description des situations d’esclavage et, en particulier, cette mémoire d’une solidarité interindividuelle discrète qui ne s’expose pas pour ne pas risquer de tomber sous la loi coloniale. Pourtant, elle s’est sans doute perpétuée au sein des sociétés des Antilles post-esclavagistes. En effet, le souvenir de ces histoires de compè lapin (Compère Lapin)58 qui déjoue les pièges de la vie, irrigue les contes des Antilles. À côté des révoltes et du nèg mawon, cette mémoire des individualités triomphant du système de violence et de domination pour affirmer leur liberté au sein d’un système de coercition et de violence est aussi à reconstruire et à reconnaître, car elle redonne de la dignité aussi bien aux esclavisé·es qu’aux « Libres de couleur ».

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Table des abréviations

ANOM : Archives nationales d’outre-mer

EC : État civil

FM : Fonds ministériel

SG : Série géographique

Manuscrits et tapuscrits

Archives départementales de l’Allier, Yzeure, Fonds de la famille Martin de Frémont, 152 J.

Archives départementales de la Gironde, Bordeaux, Fonds Gabriel Debien, Journal de Pierre Dessalles.

Archives départementales de Maine-et-Loire, Angers, Bureau de l’état civil, ville d’Angers, 3e arrondissement, f° 71.

Archives nationales d’outre-mer :

– État civil, Guadeloupe, Baie-Mahault, 1841, n° 142 ; 1845, acte n° 9.

– État civil, Guadeloupe, Basse-Terre, 1831, actes n° 75 et n° 153 ; 1841, n° 142.

– État civil, Martinique, Marigot, 19 janvier 1809, acte n° 1.

– État civil, Martinique, Marigot, 2 juin 1830, f° 1 vo.

État civil, Martinique, Marigot, 1833, actes n° 7 et n° 8.

– État civil, Martinique, Trinité, 1886, acte n° 171 ; 1887, acte n° 107.

– Fonds ministériel, Série géographique, Martinique, 1834, 1835, 1836, 1837, carton 46, dossiers 374, 376, 377. 

Imprimés

Bissette, Cyrille-Charles-Auguste, Fabien Louis, 1834. Affaire de la Grand’Anse, Martinique. Au roi, en son conseil, Paris, Imprimerie J.-S. Cordier. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb30108126f [dernier accès, avril 2023].

Crémieux, Adolphe, 1831. Colonies. Des articles 1er et 64 de la Charte, Paris, Imprimerie de Auguste Mie, p. 5. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb302856545 [dernier accès, avril 2023].

Duvergier, Jean-Baptiste, 1824-1949. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d’État de 1788 à 1949, Paris, A. Guyot et Scribe, 158 vol. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb375780597 [dernier accès, avril 2023].

Fabien, Louis, 1831. Patronés ou libres de la savane : réclamations en leur faveur... / par un homme de couleur, Paris, imprimerie de Dezauche. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : https://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb30413146k [dernier accès, avril 2023].

Fabien, Louis, 1834a. Affaire de la Grand’Anse. Martinique. Au roi en son conseil. Requête à fin d’autorisation de poursuites contre … Disponible en ligne, source BnF/Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5785595n.texteImage [dernier accès, avril 2023].

Fabien, Louis, 1834b. Appel aux amis de l’humanité contre un épouvantable arrêt, Paris, imprimerie de Dezauche. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5786514h [dernier accès, avril 2023].

Fabien, Louis, 1835. Réponse à MM. les avocats et au parquet de la Martinique, relativement au procès de la Grand’Anse, Paris, imprimerie de Dezauche. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb364010631 [dernier accès, avril 2023].

Gatine, Adolphe Ambroise Alexandre, 1835. Procès de la Grand’Anse (Martinique). Mémoire pour les quatre-vingt-treize condamnés soumis à la cour de cassation, saisie de leur pourvoi, au gouvernement, aux Chambres, à la nation, Paris, imprimerie de Dezauche. Disponible en ligne, source BnF/Gallica : gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5785463b.r =Fabien %2C %20Louis %2C %20R %C3 %A9ponse %20 %C3 %A0 %20MM. %20les %20avocats %20et %20au %20parquet %20de %20la %20Martinique %2C %20relativement %20au %20proc %C3 %A8s %20de %20la %20Grand %27 %20Anse %2C ?rk =21459 ;2 [dernier accès, avril 2023].

Sources secondaires

Balguy, Jessica, 2023. Indemniser l’esclavage en 1848 ? L’heure des comptes pour les propriétaires de couleur pour la Martinique, thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Bernand, Carmen & Alessandro Stella, 2006. D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile, xiiie-xxie siècles, Paris, L’Harmattan.

Bonnefoy, Baptiste, 2022. Au-delà de la couleur. Miliciens noirs et mulâtres de la Caraïbe, xviie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Burnard, Trevor G., 2004. Mastery, tyranny, and Desire. Thomas Thistlewood and His Slaves in the Anglo-Jamaican World, Chapel Hill, Londres, University of North Carolina Press.

Canela, Leticia Gregorio, 2017. Escravidão e Liberdade no Caribe Francês : a alforria na Martinica sob uma perspectiva de gênero, raça e classe (1830-1848), thèse de doctorat, Universidade Estadual de Campinas, Campinas.

Chamoiseau, Patrick, 2016. La Matière de l’absence, Paris, Le Seuil.

Charlin, Frédéric, 2011. « La nature juridique de l’affranchissement de l’esclave dans les colonies françaises : d’une liberté octroyée vers un “droit à la liberté” », dans Mathieu Martial (dir.), Droit naturel et droits de l’homme. Actes des Journées internationales de la Société d’histoire du droit (Grenoble-Vizille), Grenoble, Centre d’études et de recherche sur le droit, l’histoire et l’administration publique (CERDHAP), Grenoble, p. 241-270. Disponible en ligne : hal.science/hal-01926574/document [dernier accès, avril 2023].

Cottias, Myriam, 2006. « Oubli, pardon et ressentiment : la citoyenneté à la Martinique (1848-1850) », dans Myriam Cottias, Alessandro Stella & Bernard Vincent (dir.), Esclavage et dépendances serviles. Histoire comparée, Paris, L’Harmattan.

Cottias, Myriam & Céline Flory, 2020. « Éditorial », Esclavages & post~esclavages / Slaveries & Post~Slaveries, n° 2. Disponible en ligne : journals-openedition-org.inshs.bib.cnrs.fr/slaveries/2162 [dernier accès, avril 2023].

Cottias, Myriam & Hebe Mattos (dir.), 2016. Esclavage et subjectivités dans l’Atlantique luso-brésilien et français (xviie-xxe siècles), Marseille, OpenEdition Press. Disponible en ligne : books.openedition.org/oep/771 [dernier accès, mars 2023].

Dessalles, Pierre, 1980-1987. La Vie d’un colon à la Martinique au xixe siècle. t. 1 : Correspondance 1808-1834 [1980] ; t. 2 : Journal 1837-1841 [1984] ; t. 3 : Journal 1842-1847 [1985] ; t. 4 : Journal 1848-1856 [1986], présenté et édité par Henri de Frémont et Élisabeth Léo, publié à compte d’auteur.

Hartkopf Schloss, Rebecca, 2009. Sweet Liberty. The Final Days of Slavery in Martinique, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Hearn, Lafcadio, 1926. Contes des Tropiques, traduit du créole par Marc Logé, Paris, Mercure de France.

Janner Raimondi, Martine, 2020. « Présentation », Le sujet dans la cité. Actuels, n° 10, p. 11-23. Disponible en ligne : doi.org/10.3917/lsdlc.010.0011 [dernier accès, avril 2023].

Ginzburg, Carlo, 1989. « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, traduit de l’italien par Monique Aymard, Christian Paolini, Elsa Bonan & Martine Sancini-Vignet, Paris, Flammarion, p. 139-180.

Lesueur, Boris, 2014. Les Troupes coloniales d’Ancien Régime. Fidelitate per mare et terras, Paris, Éditions SPM.

Lombardo, Patrizia & Martin Rueff, 2011. « Sur les traces de Carlo Ginzburg », Critique, n° 769-770, p. 451-453.

Maurice, Nicolas, 1960. Chronique des années 30. L’Affaire de la Grand’Anse, Fort-de-France, s.n.

Morgan, Jennifer, Reckoning with Slavery. Gender, Kinship and Capitalism in the Early Black Atlantic, Durham, Duke University Press, 2021

Niort, Jean-François, « La condition des libres de couleur aux îles du vent (xviie-xixe siècles) : ressources et limites d’un système ségrégationniste », Cahiers Aixois d’Histoire des Droits de l’Outre-Mer français, n° 2, 2004, p. 61-119.

Pierre-Louis, Jessica, 2015. Les Libres de couleur face au préjugé. Franchir la barrière à la Martinique aux xviie-xviiie siècles, thèse de doctorat, Université des Antilles, Pointe-à-Pitre.

Régent, Frédéric, 2007. « Armement des hommes de couleur et liberté aux Antilles : le cas de la Guadeloupe pendant l’Ancien Régime et la Révolution », Annales historiques de la Révolution Française, n° 348, p. 41-56.

Rossignol, Philippe & Bernadette Rossignol, 2005. « La famille Agricole et celle d’Honorée Fortunée », Généalogie et Histoire de la Caraïbe, n° 184, p. 4612-4617.

Schoelcher, Victor, 1985. La Vérité aux ouvriers et aux cultivateurs de La Martinique, Paris, Pagnerre.

Scott, Rebecca, 2005. Degrees of Freedom. Louisiana and Cuba after Slavery, Cambridge, Londres, Harvard University Press.

Scott, Rebecca & Jean Hébrard, 2012. Freedom Papers. An Atlantic Odyssey in the Age of Emancipation, Cambridge, Harvard University Press.

Serres, Olivier, 2003. « La réforme électorale dans les colonies antillaises sous la monarchie de Juillet », Revue historique de droit français et étranger, n° 81/4, p. 54.

Haut de page

Notes

1 Le terme d’« esclave » est utilisé pour caractériser un statut juridique ; celui d’« esclavisé·e », pour désigner la personne mise en esclavage. Voir Cottias & Flory 2020.

2 En 1830, le ministre de la Marine et des Colonies déclare à la Chambre des députés que plus de 8 000 « patronés » réclament leur patente de liberté. Voir Fabien 1831 : 3.

3 « Tu connais à l’heure qu’il est la révolte de la Grande Anse, Sainte-Marie y aurait passé si elle n’avait pas été arrêtée à son origine, j’en ai envoyé tous les détails à Cécilie, qui pourra te les communiquer. Agricole est un des chefs, il est à la geôle, cette affaire s’instruit et ne sera pas terminée de longtemps. Le calme est rétabli partout mais nous pouvons nous attendre à ces épisodes, à moins que le rappel de Monsieur Dupotet remplacé par Monsieur Algan ne vienne changer la fermentation qui règne dans les esprits […] mon oncle Bois Marcel s’est conduit, pendant toutes les affaires de la Grande Anse, de la manière la plus courageuse. Il n’a pas quitté son habitation, et ces scélérats n’ont pas osé lui faire le plus léger mal malgré les insistances qu’Agricole faisait auprès d’eux pour les décider à mettre le feu près de sa maison […] » (Dessalles 1980-1987, t. 1 : 200). L’acte de naissance d’Agricole (né le 26 octobre 1808) révèle que M. Dessalles Bois Marcel signe le document en qualité de témoin (ANOM, EC, Martinique, Marigot, 19 janvier 1809, acte n° 1).

4 Le Journal de Dessalles a fourni une base d’analyse pour le livre de Rebecca Hartkopf Schloss, Sweet Liberty. The Final Days of Slavery in Martinique, 2009.

5 Le terme polysémique de « liberté » est central dans l’historiographie des sociétés esclavagistes ; à partir d’une recherche des mots-clés « esclavage » et « liberté » entre 1950 et 2021, plus de 13 000 entrées existent dans la base de données « bibcnrs » : bib.cnrs.fr [dernier accès, avril 2023].

6 Ce corpus de lettres forme le premier volume d’une série de quatre volumes intitulés La Vie d’un colon à la Martinique au xixe siècle ; Journal 1837-1841 ; Journal 1842-1847 et Journal 1848-1856, édités par Henri de Frémont et Léo Elisabeth entre 1980-1987 (Dessalles 1980-1987).

7 Dessalles 1980-1987, t. 2 : page de titre.

8 Ainsi, Pierre Dessalles écrit-il le 22 juillet 1837 : « J’ai parlé ce soir à Victorine (esclave), je lui ai fait sentir l’énormité de sa faute ; une circonstance que je dois taire rend cette folie criminelle. » (Dessalles 1980-1987, t. 2 : 46). Les premières pages du Journal, rédigées entre le 1er janvier et le 1er février 1848, ont été brûlées partiellement par les filles de Pierre Dessalles, selon une lettre d’Henri de Frémont du 13 décembre 1981 (Archives départementales de l’Allier, Yzeure, Fonds de la famille Martin de Frémont, 152 J). Gabriel Debien a aussi opéré un certain tri dans les informations, principalement sur les conflits entre colons, entre les Blancs, ou des éléments qu’il juge « impubliables », notamment lorsque Pierre Dessalles raconte comment il a été dérangé par de jeunes cultivateurs alors qu’il était aux toilettes (Archives départementales de la Gironde, Bordeaux, Fonds Gabriel Debien), ce que ce dernier considère comme impubliable (ibid.). Henri de Frémont signale par ailleurs que « certaines lettres ont dû être assez sévèrement élaguées : elles s’étendaient abusivement, avec pessimisme et nombreuses redites, sur des questions d’intérêts » (Archives départementales de l’Allier, Yzeure, Fonds de la famille Martin de Frémont, 152 J).

9 Sur la question de la subjectivité, voir Cottias & Mattos 2016.

10 Le terme de « négresse » est à prendre ici comme équivalant à « esclave ». Il en est ainsi tout au long du Journal, que ce soit pour le terme de « nègre » ou de « négresse ».

11 Lettre datée du 16 mars 1840.

12 Mention du Journal datée du 16 décembre 1840.

13 Mention du Journal datée du 16 décembre 1840.

14 Dénel appartient, lui, à la classe des « créoles », des Blancs colons.

15 Sur la dimension sexuelle de la relation « maître-esclaves », voir notamment Burnard 2004 ; Morgan 2021.

16 Les « patronés » sont des personnes dont la liberté n’a pas été enregistrée officiellement et qui dans cet état intermédiaire sont placées sous le « patronage » d’une personne libre. Louis Fabien, avocat abolitionniste, déclare en 1831 en défense du « patroné » Louisy : « Une classe nouvelle, les patronés, s’est produite au milieu de la société coloniale ; c’est encore une classe de libres ; c’est encore une position intermédiaire entre l’esclavage et la liberté, pris dans un sens absolu. C’est une classe de création nouvelle et postérieure aux vieux édits. » (Fabien 1831 : 21)

17 Acte d’accusation, ANOM, Fonds ministériel (FM), Série géographique (SG), Martinique, 1834, carton 46, dossier 376 : 23.

18 Avant le xixe siècle, voir Bernand & Stella 2006 ; Régent 2007 : 41-56 ; Lesueur 2014 ; Bonnefoy 2022.

19 Les dragons sont des militaires à cheval.

20 Acte d’accusation, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 376 : 85.

21 Article Ier : « Les Français sont égaux devant la loi » (Crémieux 1831 : 10).

22 Cité par Serres 2003 : 576.

23 Événements de la Martinique-Gazette des Tribunaux, 14 mars 1834, réponse de M. Bissette, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 374 : 8 : « Que M. Lasserre, redresseur de torts, ait cru très courageux à lui, d’aller attendre en champ clos, un adversaire auquel il n’avait pas donnée rendez-vous, personne ne lui enviera ce nouveau genre de courage. »

24 Ibid. : 4.

25 Ibid. : 9.

26 Fabien 1834a : 3, n. 1 : « Cette citation est extraite littéralement d’une brochure publiée à Paris par M. Bovis, magistrat et créole de la Guadeloupe, et intitulée : Essais sur l’esprit des lois coloniales (page 34). »

27 « […] et en passant par l’habitation Montferrier, où Auguste Eugénie mis une partie de la bande en bataille, ce chef, qui se dit colonel, s’écria en arrivant, et en s’adressant aux esclaves : vive la liberté universelle », Arrêt du 31 mars 1834 – Cour royale Grande Anse-Acte d’accusation, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 374 : 102.

28 Fabien 1831 : 21. Dans un autre cadre, celui de Cuba, Rebecca Scott (2005) a pu établir des degrés dans la liberté.

29 Acte d’accusation, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 374 : 85.

30 Arrêt 31 mars 1834 – Cour royale Grande Anse, ANOM, FM, SG, Martinique, 1834, carton 46, dossier 374 : 4.

31 « […] d’une collision de partie, d’une guerre entre citoyens armés les uns contre les autres par l’égarement des passions locales. Le fatal préjugé de la peau, ce ferment de discorde si actif aux colonies, et surtout à la Martinique, est le principe de cette lutte… Lorsque les hommes de couleur eurent connaissance de l’amnistie, ils mirent en signe de paix, des branches au bout de leurs fusils, et se rendirent aux sommations du capitaine de Montigny, qui les fit conduire au camp Bonafon. Là, les colons demandèrent que les amnistiés fussent jugés sur le lieu par un conseil de guerre. » (Gatine 1834 : 22, n. 1).

32 « Nous soussignés, détenus dans la prison civile du Fort Royal en vertu d’un arrêt de la cour d’assises de Saint-Pierre, en date du 30 juin 1834, déclarons par ces présentes qu’il a été de notoriété publique qu’un drapeau blanc avait flotté dans le camp Bonafon pendant les journées de décembre 1833. Cette déclaration n’a pas été faite à la justice par nous, parce que le monsieur le conseiller instructeur a refusé de consigner cette partie de notre déclaration ; et en outre, nos défenseurs ont exigé que nous gardions le silence sur ce fait, ajoutant que la défense déserterait la cause si mention était faite du drapeau blanc. Nous persistons donc à affirmer que c’est un signe de la réaction blanche manifester dans la commune de la Grand Anse a été vu par nous au camp Bonnafon. Fort-Royal le 7 juillet 1834 signé Jean-Baptiste Agricole » (Gatine 1834 : 14, n. 1).

33 Louis-Philippe « s’est enveloppé dans un drapeau tricolore ! » (Maurice 1960 : 5).

34 Ordonnance royale du 29 avril 1835, ANOM, FM, SG, Martinique, 1835, carton 46, dossier 377.

35 État nominatif de seize condamnés aux travaux forcés arrivés au bagne Brest le 27 avril 1835, provenant de Saint-Pierre, Martinique, sur la corvette L’Hermine, n° 237, ANOM, FM, SG, Martinique, 1835, carton 46, dossier 376 : « Agricole, Jean-Baptiste, Peine : 20 ans pour commutation de la peine de mort ; causes : insurrection de la Grande Anse, emploi ou commandement dans les bandes séditieuses ».

36 Lettre de Sa Majesté, Paris le 9 novembre 1836, …, ANOM, FM, SG, Martinique, 1836, carton 46, dossier 376 : « par décision du 8 de ce mois, a daigné accorder grâce entière aux nommés : 1- Marine Jean-Bart ; 2- Barthelemy Léandre ; 3- Céleste Volny ; 4- Elysée Arc-en-ciel ; 5- William Richard ; 6- Jean-Baptiste Agricole ; 7- Jean-Philippe Cyriaque ; 8- Raphaël Galliot ; 9- Danation Petitfrère ; 10- Léandre Lucette ; 11- Praxède Jérémie Ste Catherine ; 12- Jean-Baptiste Simon ; 13- Damart ; 14- Pierre Paul Joachim ; 15- Salomon dit Laboulique ; 16- Samuel. Tous hommes de couleur, détenus dans la maison centrale de Fontevrault, par suite de la décision en date du 1er février dernier qui avait commué en réclusion la peine de la détention en laquelle avaient été précédemment commuées les diverses peines contre ces individus, le 30 juin 1834 par la Cour d’assises de Saint-Pierre (Martinique) pour crime de rébellion, incendies et dévastations à main armée. »

37 Bureau de l’état civil, ville d’Angers, 3e arrondissement, Archives départementales de Maine-et-Loire, Angers, f° 71 & ANOM, FM, SG, Martinique, 1837, carton 46, dossier 377.

38 La naissance est enregistrée le 9 janvier 1809, et les mentions sur le type de liberté de ses parents sont portées dans l’acte de naissance, 19 janvier 1809 (ANOM, EC, Martinique, Marigot, 19 janvier 1809, acte n° 1, p. 1).

39 On peut ajouter une autre preuve de cette appartenance au groupe des Libres de couleur établie à partir du travail de thèse de Jessica Balguy (2023) et confirmée par la base de données REPAIRS (esclavage-indemnites.fr/public/Recherche/Base/2). En effet, à partir de ces travaux, on sait que les « Libres de couleur » ont possédé des esclaves, et en l’occurrence les parents de Jean-Baptiste Agricole. Le 1er mai 1851, la dame Veuve Agricole née Médélice Marie-Sainte obtient une indemnité de 6 098,45 francs (titre 1906) pour la possession d’un nombre d’esclaves entre 14 et 15. Son mari, Joseph Agricole, né le 7 mai 1781, est décédé le 2 juin 1830 au Marigot (ANOM, EC, Martinique, Marigot, 1830 f° 1 vo).

40 Recherche faite sur les sites généalogiques à partir du patronyme « Agricole » en Martinique et Guadeloupe : Généanet (www.geneanet.org [dernier accès, avril 2023]) et Filae (www.filae.com/v4/genealogie/homepage.mvc/homepageconnected [dernier accès, avril 2023]).

41 En 2005, Philippe et Bernadette Rossignol engagent une critique contre Léo Elisabeth à partir de la descendance d’Honorée Fortunée. Ils s’appuient sur l’état civil et formulent pour la première fois l’hypothèse d’une « usurpation d’identité » émanant du Jean-Baptiste Agricole qui se marie à Baie-Mahault en Guadeloupe. « Majeur, disent-ils, il “procède de son chef” et se serait fait passer, sans en donner la preuve, pour un fils légitime d’un couple du Marigot, qui avaient justement un fils prénommé Pierre Jean Baptiste, comme lui, né en 1808. » « L’autre » famille Agricole du Marigot serait celle « d’un des meneurs de l’affaire de la Grande Anse en décembre 1833 » ; cependant, comme presque tous les auteurs qui ont traité de cette question, Henri de Frémont comme Léo Elisabeth, ils se trompent sur le lieu de son décès en indiquant qu’il est mort au bagne de Brest (Rossignol & Rossignol 2005 : 4612-4617).

42 Ce même mécanisme a été décrit par Scott & Hébrard 2012.

43 Le 21 mai 1841, « décès de Demoiselle Fortunée Luce Virginie Agricole, âgée de 10 ans, native de la Baie-Mahault, fille légitime de Sieur Jean-Baptiste Agricole et de Dame Virginie » (ANOM, EC, Guadeloupe, Basse-Terre, 1841, n° 142).

44 Actes de naissance, ANOM, EC, Martinique, Marigot, 1833, actes n° 7 et n° 8.

45 Rossignol & Rossignol 2005 : 4612-4617. Dans cet article, ils critiquent une note de bas de page du Journal : « Ils ne sont plus ici que treize, car deux sont morts en France : notamment est mort au bagne de Brest Jean-Baptiste Agricole (fils de Trop), lié à Dessalles de Boismarcel ; il avait en outre accompagné Pierre Dessalles lui-même et Charles Auguste de Loyac en avril 1826 sur l’Achille à destination de Marseille ; il était revenu en 1827 à bord de l’Anna-Rosélia avec Pierre Dessalles et Adrien, qui avait pour lui une particulière affection. ». Les éditeurs du Journal, comme Philippe et Bernadette Rossignol, mélangent les deux personnes dénommées Agricole et se trompent, eux aussi, sur le lieu de décès du condamné de la révolte de la Grande Anse.

46 « Aujourd’hui dimanche 15 juin 1834 s’est présenté le sieur Pierre Sainte-Rose Jean-Baptiste Agricole âgé de 31 ans, sacristain domicilié à Morne à Vache banlieue de cette ville (Basse-Terre) lequel nous a requis de dresser l’acte de naissance de Louis Eugène Augustin son fils légitime et de dame Virginie âgé de 26 ans, son épouse » (ANOM, EC, Guadeloupe, Basse-Terre, 1831, acte n° 75).

47 Acte de naissance de Hilaire Ferdinand : « Le 26 novembre 1836, s’est présenté le sieur Pierre Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole, 32 ans, boulanger, domicilié à cette ville (Basse-Terre), lequel nous a requis de dresser l’acte de naissance de Hilaire Ferdinand, son fils légitime, et de Dame Virginie, son épouse, âgée de 27 ans, lequel est né le 18 courant (signature P. Agricole) » (ANOM, EC, Guadeloupe, Basse-Terre, 1831, acte n° 153).

48 « Naissance du Sieur Dieudonné Charles Henry Agricole, le 27 mars 1845, commune Baie-Mahault, est comparu le sieur Jean-Baptiste Sainte-Rose Agricole, âgé de 41 ans, économe d’habitation, demeurant en cette commune, enfant de sexe masculin, né le 27 du mois dernier, de lui déclarant, en sa maison, sise sur l’habitation de Jabrun, dans cette commune et de dame Virginie, âgée de 37 ans, sans profession, son épouse… (signature P. Agricole) » (ANOM, EC, Guadeloupe, Baie-Mahault, 1845, acte n° 9).

49 Lettre du 16 mars 1851 : « En juin 1849, se trouvant au Bourg des Trois Rivières avec son oncle Agricole, un individu fit appeler son oncle, et lui confia que les nouvelles de la Basse Terre lui apprenaient que la guillotine était en permanence en France et que Ledru Rollin avait été élu dictateur » (Dessalles 1980-1987, t. 4 : 6-7).

50 « Agricole m’a dit qu’Adrien s’était enfin décidé à s’associer avec lui pour la Cafféyère ; il s’agit de savoir comment ils s’arrangeront pour ma jouissance. », Journal de Pierre Dessalles, tapuscrit (Archives départementales de Gironde, Bordeaux, Fonds Gabriel Debien, 4 juillet 1852, p. 185). Ce passage n’est pas reproduit dans Dessalles 1980-1987.

51 Journal de Pierre Dessalles, tapuscrit (Archives départementales de Gironde, Bordeaux, Fonds Gabriel Debien, 4 juillet 1852, 4 juillet 1852, p. 185). Ce passage n’est pas reproduit dans Dessalles 1980-1987.

52 Quelques mois plus tôt, le 28 octobre 1886, dans la même commune, Virginie, sa femme, est elle aussi décédée : décès de la « dame Agricole Jean-Baptiste Sainte-Rose née Virginie 1886, 28 octobre, Trinité, dame Agricole Jean-Baptiste Sainte-Rose, née à la Baye Mahaut, Guadeloupe, fille de feue Virginie, mariée à M. Agricole Pierre Jean-Baptiste, âgé de 82 ans, agriculteur, en sa demeure sur l’habitation Merveilleuse » (ANOM, EC, Martinique, Trinité, 1886, acte n° 171).

53 « L’an 1887 le 22 avril, la Trinité, hier, le sieur Pierre Jean-Baptiste Sainte-Rose agricole âgé de 83 ans, sans profession, né à Sainte-Marie, domicilié à la Trinité, fils de feu Judith fortunés, veuf de la dame Virginie (en marge Philippe Sainte-Suzanne) est décédé. » (ANOM, EC, Martinique, Trinité, 1887, acte n° 107).

54 À leur mariage, en 1832, les époux reconnaissent un premier enfant, Fortunée Luce Virginie, née en 1831 à Baie-Mahault qui décède en 1841 (ANOM, EC, Guadeloupe, Baie-Mahault, 1841, n° 142).

55 L’ordonnance préconise qu’« aucune taxe administrative ne sera perçue dans les colonies pour affranchissement » (Duvergier 1824-1949 : 391).

56 Cette expression est reprise par Schoelcher 1849 ; Gregorio Canela 2017 ; Rogers & Lesueur 2018.

57 Le 23 janvier 1836, les vingt-trois condamnés au bannissement furent autorisés à rentrer dans leur foyer en Martinique avec cinq ans de surveillance de haute police. Voir Cottias 2006.

58 Ce personnage se retrouve dans les contes des Antilles et du sud des États-Unis. Pour les Antilles, les contes ont été transcrits par Hearn 1926.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Colonies Françaises Martinique, Amérique du Sud », Atlas national illustré, hémisphère boréal, n° 90, Victor Levasseur, 1856, Paris, A. Combette.
Crédits Source : David Rumsey Map Collection, David Rumsey Map Center, Stanford Libraries. CC BY-NC-SA 3.0 licence.
URL http://journals.openedition.org/slaveries/docannexe/image/8459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Cottias, « L’identité palimpseste d’“Agricole” : histoires croisées de subjectivités et de contraintes dans les Antilles françaises esclavagistes du xixe siècle »Esclavages & Post-esclavages [En ligne], 8 | 2023, mis en ligne le 10 mai 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/slaveries/8459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slaveries.8459

Haut de page

Auteur

Myriam Cottias

CNRS (LC2S, CIRESC), France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search