Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Edito #7

Texte intégral

1Le temps a encore une fois fait une boucle. Dans le tout premier numéro de Slavica Bruxellensia, nous avions publié un entretien avec Marian Pankowski (1919-2011), qui nous a malheureusement quittés le 3 avril dernier. Avec ce septième numéro, nous entrons sur la plateforme de revues.org, une plateforme de référence pour les Sciences humaines, et nous voudrions en profiter pour rendre hommage à cet écrivain, professeur et traducteur polonais et belge. Il a, lui aussi, sa place dans le discours sur l’Orient et les Slaves – le thème de ce numéro – avec son amour pour la richesse du récit et son penchant pour les Confins, avec sa narration de caractère à mille lieues de la sobriété, ainsi que son amour pour Bolesław Leśmian et ses Przygody Sindbada Żeglarza(Aventures de Sindbad le Navigateur, 1913).

2Les liens entre les pays slaves et l’Orient datent de l’Antiquité (le commerce de la route de l’Ambre). Ils se sont tissés au fil des voyages d’hommes instruits et ont été consignés par les premiers chroniqueurs, dont fait partie Ibrāhīm ibn Yaʿqūb, lequel nous raconte comment des souverains de la Sclavinia médiévale s’offraient en guise de somptueux cadeau … un chameau, cet étrange animal venus des lointain pays.

3La modernité slave sera marquée par la mode pour l’exotisme et un vrai engouement pour l’Orient. Ainsi Jan Potocki, à l’âge de 23 ans, découvrit la Turquie et l’Égypte l’année 1784, c’est-à-dire longtemps avant la célèbre expédition de Napoléon Bonaparte en 1798. Ajoutons aussi que l’ouvrage de Volney ne paraîtra qu’après le retour de Potocki. Et que dire de la carrière planétaire des Mille et une nuits ? Une partie de la littérature russe, biélorusse, ukrainienne, tchèque, polonaise, slovène, bulgare perdrait de son caractère merveilleux sans l’enracinement pour de bon de ce livre dans leur univers culturel.

4Aujourd’hui le monde se penche à nouveau sur les pays d’Orient. « Je considère, disait Adonis (Ali Ahmed Sa’id Isbir) au mois de mai à Cracovie dans le cadre du festival littéraire consacré à Czesław Miłosz, que la poésie arabe a joué un rôle très important en préparant l’imagination et l’esprit des gens, et surtout dans la jeune génération, pour le soulèvement contre la tyrannie et l’injustice. »

5Je remercie chaleureusement tous les auteurs de ce numéro, toute la rédaction de Slavica Bruxellensia ainsi que la plateforme qui nous accueille pour le travail acharné et passionné, pour la patience et la confiance.

6Et en guise de cadeau pour la route, encore une citation d’Adonis : « Il n’est pas important pour moi d’être Syrien, Lybien ou Polonais. Pour moi, le plus important est d’être un homme. Je vois mon identité comme quelque chose qui est encore devant moi. Le problème de l’identité chez moi n’est pas lié à la nationalité, ni à l’appartenance géographique. Les anciens poètes arabes disaient : le pays qui t’accepte pourrait être ta patrie. L’on ne peut pas hériter de l’identité ; l’homme la crée jusqu’à sa mort… »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorota Walczak, « Edito #7 »Slavica bruxellensia [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/slavica/897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/slavica.897

Haut de page

Auteur

Dorota Walczak

Responsable de la Chaire de Polonais, section de Langues et Littératures modernes, option Slaves, de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique) ; Rédactrice en chef de « Slavica Bruxellensia »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search