Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série45Enquêter à distance : nouvel eldo...Quand le terrain s’invite à domicile

Enquêter à distance : nouvel eldorado ?

Quand le terrain s’invite à domicile

Observer à distance la diplomatie multilatérale en ligne
When the Fieldwork Comes Home. Digital Observation of Online Multilateral Diplomacy
Mélanie Albaret
p. 47-60

Résumés

L’article part d’une comparaison de deux expériences d’observation d’une session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies : alors que la première enquête a lieu in situ, la deuxième se déroule à distance. La comparaison de ces deux terrains permet une mise en perspective réflexive et interroge les effets sur ma position d’enquêtrice, sur le projet de recherche, sur les données collectées, de ce passage à distance d’une enquête d’abord pensée en coprésence. Après une mise en contexte de l’enquête de terrain telle que définie initialement et de la première observation in situ, l’article questionne la situation d’enquête en codistance et en dresse un premier bilan au regard du projet de recherche.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Émilie Dairon, Hugo Lassalle, Kari de Pryck, Lucile Maertens, Milena Dieckhoff ainsi que les évaluateurs anonymes pour leur lecture, leurs commentaires et leurs questions.

1Jeudi 4 mars 2021 : mes enfants, rentrant de l’école, arrivent discrètement dans mon bureau et demandent s’ils peuvent entrer. Ils s’approchent, regardent l’écran de l’ordinateur où se déroule une réunion informelle de la 46e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH). L’un d’eux, visiblement très déçu, m’interroge : « C’est ça que tu fais quand tu es à Genève ? » Bien que n’ayant pas été posée dans cette intention, cette question rejoint pourtant tout un ensemble de questionnements sur les changements de mon terrain. Alors que j’avais observé la 41e session du CDH (24 juin-12 juillet 2019) in situ au Palais des Nations à Genève, je me retrouve, en raison de la pandémie et de ses effets, à observer, depuis mon bureau à mon domicile, la 46e session du CDH (22 février-24 mars 2021) organisée à distance.

  • 1  Des sessions extraordinaires du CDH peuvent également être organisées à la demande d’un tiers des (...)
  • 2  Annexes de la résolution du CDH, « Mise en place des institutions du Conseil des droits de l’homme (...)

2Composé de 47 États membres élus pour un mandat de trois ans, le CDH, organe subsidiaire de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU), est chargé de la promotion et de la protection des droits humains. Il se réunit lors de trois sessions ordinaires par an : en mars, en juin et en septembre1. Lors de chacune d’elles, en parallèle du débat général ou des dialogues interactifs qui ont lieu dans la salle des droits de l’homme et de l’alliance des civilisations (salle XX), se déroulent, souvent à l’étage inférieur, des side-events et des réunions dites informelles (informal meetings) pendant lesquelles sont négociés, en partie, les projets de résolutions. En effet, « chaque projet de résolution et/ou de décision devrait faire l’objet d’au moins une consultation informelle ouverte avant que le Conseil ne l’examine pour statuer2 ». Ces réunions informelles s’avèrent, dans les pratiques, très formalisées : leur programme quotidien est disponible dans un Bulletin of Informal Meetings (BIM) jusqu’à la 43e session puis sur l’application Sched à partir de la 44e session.

3La mise en comparaison des deux expériences d’enquête, in situ et à distance, permet une mise en perspective réflexive et interroge les effets de ce passage à distance d’une enquête d’abord pensée in situ sur ma position d’enquêtrice, sur le projet de recherche et sur les données collectées. Après une mise en contexte de l’enquête de terrain telle que définie initialement et de la première observation in situ, l’article questionne la situation d’enquête en co-distance et en souligne les limites au regard du projet de recherche.

Coprésence et mises à distance lors de l’enquête de terrain in situ

4Le projet de recherche qui m’a conduite à l’observation de sessions d’une institution onusienne porte sur la contestation des et dans les organisations internationales, ses formes, ses modalités, son contenu, sa portée et ses conséquences à partir d’une étude de cas : le Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Il vise à identifier les modes de contestation du et au CDH, à repérer les réponses apportées à ces protestations et leurs effets sur l’institution et sur le multilatéralisme. Il implique donc une bonne connaissance des pratiques, des codes, des façons de faire au CDH.

  • 3  Chaîne de télévision des Nations unies diffusée sur Internet : http://webtv.un.org/
  • 4  Le Serpentin ou Bar (du) Serpent est un bar, cafétéria, situé à l’étage en dessous de la salle XX (...)

5Bien que nombreuses, les sources accessibles en ligne telles que les réunions des sessions officielles disponibles en webcast via l’UN Web TV3 ne s’avèrent pas suffisantes. Elles ne donnent accès qu’à une représentation très partielle de la session officielle souvent réduite à une succession de gros plans de la personne qui s’exprime et donc à la juxtaposition de discours officiels. Les autres activités qui ont lieu dans cette même salle – les allées et venues, les réactions du public, les discussions à voix basse, les journalistes qui installent ou rangent les caméras, etc. – ne sont guère visibles et ne peuvent faire l’objet d’études plus détaillées. Ces documents officiels ne disent rien des pratiques des réunions informelles (retransmises en direct en audio), des pratiques plus informelles dans les couloirs ou au Serpentin4.

  • 5 Olivier de Sardan J.-P. (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthro (...)

6Pour saisir les pratiques de contestation, une enquête de terrain « polymorphe5 », qui combine l’observation des sessions du CDH, des entretiens semi-directifs et des discussions informelles avec les acteurs, fait sens par rapport aux objectifs du projet. Cette recherche entre ainsi en résonnance avec toute une série de travaux qui s’appuient sur l’observation d’une ou des organisations internationales en anthropologie (Fresia, 2009 ; Abélès, 2011 ; Bellier, 2012 ; Scalettaris, 2020), en sociologie (Bourrier, 2017 ; Kimber, 2020) ou en relations internationales (Ambrosetti, 2009 ; Autesserre, 2014 ; Maertens, 2016 ; Mérand, 2021). Dans ce dernier cas, le recours à l’observation, lié en partie au tournant pratique des relations internationales (Neumann, 2002 ; Adler et Pouliot, 2011) et aux approches sociologiques des relations internationales (Siméant, 2015 ; Basaran et al., 2016 ; Devin, 2018), a participé au renouvellement de l’étude de thématiques classiques à l’instar de la diplomatie ou de la politique étrangère (Pouliot et Cornut, 2015 ; Lequesne, 2019).

  • 6 Malinowski B. (1989), Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, p. 64.
  • 7 Olivier de Sardan J.P. (2000), « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquê (...)
  • 8  L’entrée au Palais des Nations est une exception notable : seul compte le badge. Pareillement, pou (...)
  • 9 Abélès M. (dir.) (2011), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNR (...)

7Le CDH est une institution onusienne relativement ouverte, au moins pour les États et les ONG bénéficiant d’un statut consultatif (Albaret, 2020). Peuvent participer aux sessions tout diplomate national même si son État n’est pas l’un des 47 membres du CDH, ainsi que tout représentant d’une ONG ayant un statut consultatif, à condition, pour l’un et l’autre, d’être accrédité. Lors des sessions, convergent donc au Palais des Nations le cercle genevois des droits humains (diplomates en poste depuis plusieurs sessions et nouveaux venus, personnels du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, représentants d’ONG présentes à Genève), des diplomates qui viennent, depuis leur capitale ou depuis New York, en renfort pour la session ; des défenseurs des droits humains accrédités pour la session ; des hommes et des femmes politiques, des dignitaires, des rapporteurs spéciaux, etc. Se rencontrent, à cette occasion, des acteurs en interconnaissance mais aussi tout un ensemble d’individus qui sont étrangers les uns aux autres et étrangers en partie à l’institution. Dans ce cadre, ma présence in situ rendue possible par l’accréditation obtenue grâce au soutien d’une ONG de droits humains ayant un statut consultatif, ne constitue par un « élément perturbateur6 » et ne modifie pas les comportements des coprésents. Ce relatif anonymat me place dans une position d’« implication douce7 ». L’exercice relève plus de l’observation directe (De Pryck et Rauch, à paraître) que de l’observation participante dans le sens où je ne travaille pas pour l’ONG qui a accepté de m’accréditer ni ne m’exprime en son nom. Lorsque j’interagis avec un acteur, je me présente aux acteurs comme une universitaire réalisant un travail de recherche sur les pratiques de négociation et de contestation au CDH8. Ma posture n’est pas non plus complètement extérieure car je suis « munie d’un badge9 » qui me permet, une fois entrée au Palais, de circuler dans les différents espaces assez librement.

  • 10 Bendix R. (2012), « Une salle, plusieurs sites : les négociations internationales comme terrain de (...)
  • 11 Louis M., Maertens L., Saiget M. (2016), « L’enquête de terrain », dans Devin G. (dir.), Méthodes (...)

8Dans ce jeu multilatéral où se retrouvent « tant de “mondes” à la fois dans une même salle10 », la question de la « juste distance » (Bensa, 1995) est continûment posée. Du fait de la diversité des acteurs présents, toute tentative de processus « d’indigénisation », d’« autochtonisation » semble vouée à l’échec : que pourrait-il signifier dans une telle « configuration d’acteurs multiples »11 ? Celle-ci se caractérise par une tension entre coprésence et mise à distance sans cesse rejouée selon les salles, les interlocuteurs, les interactions, les temporalités, etc., ainsi que l’illustrent les exemples suivants. L’observation depuis le site onusien met à distance le travail effectué au sein des missions, entre elles et entre les missions et leur capitale. En outre, l’entrée sur le terrain via une accréditation octroyée par un acteur (dans mon cas, une ONG de droits humains) positionne d’emblée le chercheur à distance d’autres, ou bien du fait des rôles différents attribués aux acteurs (États, personnels onusiens, ONG, etc.), ou bien en raison des positions variables sur les thématiques de droits humains (acteurs conservateurs ou progressistes par exemple). Enfin, la coprésence dans une même salle souligne combien les autres acteurs évoluent aussi dans d’autres espaces sociaux. Ainsi, certaines technologies mettent de la distance là où existe une proximité physique : observer une réunion informelle ne permet pas d’avoir accès aux messages WhatsApp que s’envoient les diplomates présents dans cette salle pour affiner leurs stratégies et leurs arguments.

  • 12 Ibid., p. 22.

9Cette enquête de terrain qui s’inspire d’une « ethnographie multisituée à l’envers12 » est redéfinie en raison des effets de la pandémie. Alors qu’elle se déroulait sur un site à la fois spatial et politique (Gupta et Ferguson, 1997), l’unité spatiale disparaît lors du terrain suivant : j’observe à distance la 46e session (février-mars 2021) elle-même organisée à distance.

De la coprésence à la codistance

  • 13  Minutes du bureau du CDH, 29 juin 2020.

10Avec la diffusion de l’épidémie liée au Covid-19 en Europe à l’hiver 2020, des aménagements ont lieu mais le travail du CDH se poursuit en présentiel dans un premier temps. La 43e session (février-mars 2020) est écourtée pour reprendre en juin (du 15 au 23). Des mesures spécifiques sont ensuite prises lors des 44e (30 juin-17 juillet 2020) et 45e sessions (14 septembre-7 octobre 2020) pour permettre la distanciation physique et réduire le nombre d’acteurs dans les salles : par exemple, le nombre de personnes autorisées dans une salle par délégation est restreint ; les réunions informelles peuvent être organisées virtuellement ou se déroulent dans des salles plus vastes qu’habituellement ; les déclarations peuvent être préenregistrées par vidéo ; les side-events ne peuvent avoir lieu dans le Palais des Nations13.

11Malgré cette hybridité, mon observation de la session de juin-juillet 2020 comme initialement prévue est remise en cause et ne peut avoir lieu en raison des incertitudes liées à l’épidémie (liste des pays concernés par les périodes de quarantaine, ouverture/fermeture des frontières, politique des institutions universitaires, etc.).

12Avec la décision, en février 2021, d’organiser la 46e session du CDH entièrement à distance, le CDH expérimente des pratiques déjà mises en place dans d’autres instances multilatérales, à l’ONU, dans l’UE (Maurer et Wright, 2020 ; Eggeling et Adler-Niessen, 2021), dans les clubs multilatéraux (Naylor, 2020), dans les négociations de paix (Bramsen et Hageman, 2021) ou sur l’environnement (Vadrot et al., 2021). Bien que la problématique de la digitalisation de la diplomatie ne soit pas nouvelle (Bjola et Zaiotti, 2020 ; Hedling et Bremberg, 2021), la pandémie a conduit à la virtualisation de nombreux débats multilatéraux. Le choix du CDH ouvre à nouveau la possibilité d’une observation, à distance cette fois. Alors qu’on aurait pu imaginer observer le travail du CDH depuis un autre site (une mission permanente par exemple), ce scénario de coprésence avec un acteur qui suit la session à distance s’avère trop complexe à préparer en raison des restrictions de voyage, des exigences de distanciation physique et du délai très court entre cette annonce et le début de la session. Je suis donc cette session en ligne depuis mon bureau, grâce à une accréditation obtenue selon le même processus qu’en juin 2019.

13Cette observation se caractérise non plus par la coprésence mais par la codistance dans le sens où tous les acteurs expérimentent simultanément la distance. Cette expérience se distingue donc de celle d’autres chercheurs obligés, pour des raisons de sécurité par exemple, de quitter leur terrain (Bouju, 2015). Dans ce cas, seul le chercheur se trouve à distance.

  • 14 Bendix R. (2012), « Une salle, plusieurs sites », art. cité, p. 37.
  • 15  L’unité de temps reste importante pour la session officielle, notamment pour les points d’ordre et (...)

14Cette codistance modifie la définition du site d’observation car les acteurs ne convergent plus vers un même lieu physique, mais vers un « espace matériel14 ». Depuis des lieux très différents (Assembly Hall du Palais des Nations pour la présidente du CDH et quelques personnels du Haut-Commissariat aux droits de l’homme ; bureaux dans les missions permanentes ; salles de réunion ; domiciles), ils se retrouvent dans des espaces virtuels en cliquant sur des liens Webex ou Zoom pour participer aux réunions informelles et à la session officielle ou pour les suivre. Plus que par l’unité de temps qui peut d’ailleurs être discutée pour celles et ceux qui ont enregistré leur déclaration15, l’unité est assurée par les pratiques, les « façons de faire socialement organisées et dotées de sens » (Pouliot, 2017, p. 182) du Conseil.

  • 16  Bien que le nombre de consultations informelles par jour évolue au fil de la session, à certains m (...)

15Pourtant, du fait de l’organisation de la session en ligne, des pratiques changent. La situation de codistance attire l’attention sur ces modifications, comme l’illustre l’exemple suivant. Le passage à distance modifie les processus de contrôle et surtout les acteurs qui en sont chargés. En effet, pour assister aux réunions informelles, il est nécessaire d’écrire un e-mail à un focal point (un diplomate d’un pays du core group ou du pays leader sur le projet de résolution) pour demander le lien de la réunion. Le contrôle n’est plus effectué une fois par jour à l’entrée par des personnels de sécurité onusiens mais par les États qui mènent les négociations sur un projet précis et il se répète pour chaque réunion informelle16. Le relatif anonymat qui caractérise la configuration d’acteurs lors d’une session in situ au CDH est, à ce moment précis, remis en cause. Contrairement au dessin de Peter Steiner publié dans le New Yorker en 1993, dans lequel un chien dit à un autre « on the Internet, nobody knows you’re a dog » (cité dans Lee et al., 2017, p. 10), les sessions en ligne obligent à un processus d’identification auprès d’acteurs étatiques, processus qui n’a pas d’équivalent en présentiel.

16Outre son caractère très chronophage, ce processus laisse la place à des pratiques différenciées selon les missions, les États, les individus : envoi du lien à la suite de ma demande par e-mail dans laquelle je joins mon ground pass (c’est-à-dire l’équivalent du badge autour du cou dans les sessions in situ) ; le plus souvent, demande de précision, notamment sur l’identité de l’ONG que je représente, avant de communiquer le lien ; demande de transmission de la lettre d’accréditation de l’ONG ; quelquefois, même si rarement, non réponse aux e-mails (ce qui oblige à trouver une autre façon d’accéder au lien). L’absence d’espace matériel génère des pratiques plus éclatées, plus dépendantes des acteurs (étatiques dans cet exemple) et donc moins onusiennes.

17Ces changements ont une incidence sur ma posture d’enquêtrice. La demande de précision reçue la plupart du temps contraint à plusieurs ajustements. Elle implique de repenser la présentation de soi vis-à-vis des représentants des États mais également de l’ONG qui m’appuie dans le processus d’accréditation. Elle repose, de ce fait, la question de la relation avec cet acteur pour éviter que le soutien octroyé ne lui pose de problème et n’entrave son travail au quotidien. Ces demandes actualisent quotidiennement le principe éthique Do No Harm. Des échanges par WhatsApp avec l’une des personnes représentant cette ONG m’ont permis d’établir la conduite à tenir. Lorsque mon interlocuteur me demandait qui je représentais, je me suis présentée comme universitaire. J’ai envoyé la lettre d’accréditation fournie par l’ONG à ceux qui me l’ont explicitement réclamée ou à ceux qui me demandaient des précisions sur mon accréditation.

  • 17 Becker H. (2006), Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg (...)

18Non seulement cette observation en codistance entraîne des ajustements sur ma position d’enquêtrice, mais elle a également des conséquences sur « la richesse des données17 », soulignant ainsi les limites de cette enquête à distance.

Les limites de cette enquête à distance

19J’ai, dans un premier temps, bien accueilli la possibilité de renouer avec l’observation, même à distance : elle signifiait la relance de l’enquête de terrain. Comme les enquêtés étaient eux-mêmes à distance, cela me permettait de partager, au moins en partie, leur expérience quotidienne. À leurs côtés, je découvrais les pratiques en ligne, les adaptations qu’elles génèrent dans le travail quotidien, les questionnements sur la mise en scène. J’expérimentais les problèmes techniques, les interactions sans visage (du fait des caméras fermées), les heures passées derrière un écran qui conduisent à une « Zoom fatigue ». En ce sens, l’enquête en codistance était paradoxalement assez proche de ce que vivaient les acteurs qui participaient à la session du CDH.

20Ce terrain a également permis de prendre acte des changements des pratiques diplomatiques lorsqu’elles se déroulent en ligne, des processus d’inclusion et d’exclusion des acteurs (Eggeling et Adler Niessen, p. 9-10) ou des façons dont émergent des espaces et des objets de contestations partiellement distincts de ceux se développant lors des sessions in situ. Du fait de la réitération de l’observation en codistance lors des sessions suivantes, j’ai été attentive à la manière dont des pratiques en ligne commencent à faire partie du sens pratique des acteurs multilatéraux.

21Pourtant, le passage de la session à distance a eu pour effet de réduire la possibilité de collecter des données pertinentes pour mes recherches. Les carnets manuscrits sont quantitativement moins fournis (moindre nombre de pages noircies) et ils sont qualitativement moins denses. Pour le comprendre, trois pistes principales peuvent être avancées.

  • 18  Entretiens réalisés en ligne à la suite de la 46e session (diplomate national d’un pays du groupe (...)

22Tout d’abord, du fait du passage à distance, tout un ensemble de pratiques ne sont plus observables. Certaines n’ont plus lieu du fait des contraintes sanitaires : les rencontres plus ou moins inopinées au Palais des Nations, les discussions de couloirs, les échanges au Serpentin ne se sont pas produits pendant cette session. Cette session en ligne a finalement laissé peu de place à des pratiques vraiment informelles en présentiel. L’essentiel des tractations et discussions ont eu lieu par mail, par téléphone, par WhatsApp, etc. Les rencontres en présentiel en extérieur ont été très rares et très liées à des sociabilités amicales au sein du cercle genevois18.

23D’autres pratiques, si elles ont persisté, ont été invisibilisées : les conditions de la codistance ne permettent plus de les observer. Ainsi, lors des réunions informelles in situ, il est tout aussi intéressant d’observer celui ou celle qui prend la parole que les « spectateurs ». Or, à distance, tous les individus n’utilisent pas leur vidéo et la plupart ne l’utilisent que lorsqu’ils prennent la parole. Dès lors, l’observation des spectateurs n’est plus possible de manière systématique. Le travail des personnels onusiens s’avère également moins visible : repérer leurs va-et-vient ou évaluer, même de manière imprécise, le nombre de personnels impliqués, n’est guère envisageable.

24Ensuite, hormis quelques exceptions comme des commentaires sur la mise en scène et la présentation de soi des personnes qui parlent, une grande partie des notes de la session à distance renvoient à des positions officielles et/ou aux textes en cours de négociations. Cette caractéristique du journal de terrain à distance est liée à la formalisation de l’exercice diplomatique qui résulte de la Zoomplomacy. Le caractère formel et officiel des réunions informelles est accentué avec le passage en ligne. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées pour interpréter ces changements. Elles sont liées à la possibilité que les sessions puissent être enregistrées, à la fatigue en ligne, à la disparition des discussions informelles en présentiel dans les couloirs. Les réunions informelles en ligne ressemblent in fine plus à une succession de déclarations d’une position qu’à un exercice de négociation d’un texte, basé sur l’interaction. Finalement, la plupart des pratiques de contestation observables dans une telle configuration recoupent celles que l’observatrice peut saisir depuis les documents officiels et les données mises en ligne par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (amendements hostiles, demande d’un vote sur un projet de résolution, écarts et répartition des votes).

25Enfin, l’observation à distance d’une session elle-même à distance complique l’accès aux acteurs pour des entretiens ethnographiques (Kimber et Dairon, à paraître) ou des prises de rendez-vous pour des entretiens semi-directifs. La présence à Genève permet de se présenter en personne, de croiser un acteur à la sortie d’une réunion, de frapper à une porte et donc de donner chair à une demande d’entretien envoyée par e-mail, d’entamer une discussion informelle qui est quelquefois le seul moyen d’obtenir des informations (sur les processus informels) ou d’en trianguler d’autres. Même si le nombre d’entretiens en « présentiel » lors d’une session in situ est relativement limité du fait de la faible disponibilité des acteurs dans une période très intense, les demandes en coprésence ont souvent abouti à des entretiens post-sessions, à distance donc (par téléphone ou Skype) mais à partir d’une interaction en présentiel. Dans le scénario de codistance, il devient difficile de relayer des demandes très formelles d’entretien réalisées par courriels.

  • 19  « The Bureau further underscored that, with the exception of an official representative of a UN Me (...)

26Dans un autre registre, la codistance a aiguisé ou fait apparaître des questions éthiques, notamment dans le travail de restitution et de publication des résultats. Même si ces questions ne sont pas nouvelles, la session en ligne les a renouvelées. Bien que les réunions informelles soient qualifiées de « publiques » par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, lors de la session en codistance, à plusieurs reprises, des interlocuteurs ont, sciemment ou non, dévoilé des morceaux de vie privée, notamment parce que ces personnes travaillaient depuis leur domicile. À cet égard, le rappel du Bureau du CDH, dans ses minutes, n’est d’ailleurs pas anodin : « Le Bureau a en outre souligné qu’à l’exception d’un représentant officiel d’un État membre des Nations unies prenant la parole devant le drapeau national et/ou la photo officielle du chef d’État, l’arrière-plan doit être neutre, sans aucun autre drapeau, bannière, prospectus, image ou symbole19. » Peut-on dès lors rendre compte de ces éléments ? Si la réponse s’avère positive, comment peut-on le faire tout en s’en tenant au principe Do no harm ?

27Last but not least, en écho à l’anecdote rapportée au début de l’article, le fait d’observer depuis mon bureau a eu une incidence sur mon investissement. Contrairement à la session à Genève, mon travail au quotidien n’a pas été entièrement dédié à la session. La distance et le fait que la période n’ait pas été exclusivement réservée au terrain à cause de la faible possibilité d’anticiper ont rendu le processus d’imprégnation (Olivier de Sardan, 1995) difficile.

  • 20 Vadrot A. et al. (2021), « Marine Biodiversity Negotiations during Covid-19. A New Role for Digita (...)

28En guise de conclusion, cette expérience d’observation à distance du travail diplomatique multilatéral en ligne s’avère pertinente en ce sens qu’elle permet de développer une analyse critique de la situation d’observation in situ et réciproquement. Cette comparaison révèle en outre des ajustements dans les pratiques et invite à être plus attentive à des changements déjà en cours. Elle pose également des questions quant à l’articulation des pratiques diplomatiques en ligne et en face-à-face. Si cette expérience d’observation à distance était en partie conforme à ce que vivaient les enquêtés, ces sessions en ligne ne représentent qu’une partie du travail quotidien des acteurs et « sont porteuses de sens parce qu’elles s’appuient sur des pratiques “anciennes” tout en mettant en œuvre de nouvelles pratiques20 ».

  • 21 Hine C. (2017), « Ethnographies of Online Communities and Social Media. Modes, Varieties, Affordan (...)

29La comparaison des deux enquêtes souligne ainsi combien l’observation à distance est insuffisante pour mener à bien le projet de recherche initial. L’enquête en situation de codistance se révèle limitée au regard des objectifs premiers du fait de la formalisation des sessions, de l’impossibilité d’observer des pratiques de contestation pertinentes et du moindre accès aux acteurs. En ce sens, si cet exercice s’apparente à une ethnographie en ligne qui « est relativement peu coûteuse et ne perturbe souvent que très peu le mode de vie de l’ethnographe par rapport à d’autres approches ethnographiques », il faut également souligner que « l’étude la moins chère n’est pas nécessairement la meilleure, et que la recherche qualitative dans des domaines complexes en ligne/hors ligne ne sera pas rapide, facile ou bon marché21 ». Dès lors, le défi méthodologique consiste à trouver des dispositifs permettant de collecter des données sur les pratiques multilatérales en ligne et hors ligne afin de comprendre leur articulation et leurs évolutions. Dans cette perspective, la combinaison d’enquêtes in situ et à distance peut permettre d’éclairer des points qui demeureraient aveugles si la chercheuse n’en conduisait qu’une seule.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. (dir.) (2011), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS.

Adler E., Pouliot V. (2011), « International Practice », International Theory, 3/1, p. 1-36. DOI : 10.1017/S175297191000031X

Albaret M. (2020), « Négocier et contester au Conseil des droits de l’homme des Nations unies », Négociations, 34/2, p. 79-93. URL : pol.umontreal.ca/public/FAS/science_politique/Documents/1-PROGRAMMES_ET_COURS/Cours_et_horaires/Automne_2021/POL3906_A21_Rousseau.pdf

Albaret M. (à paraître), « Digital Observation », dans Badache F., Kimber L., Maertens L. (dir.), Introduction to International Organizations Research Methods, Ann Arbor, Michigan University Press.

Ambrosetti D. (2009), Normes et rivalités diplomatiques à l’ONU. Le Conseil de sécurité en audience, Bruxelles, Peter Lang.

Autesserre S. (2014), Peaceland. Conflict Resolution and the Everyday Politics of International Intervention, New York, Cambridge University Press.

Basaran T., Bigo D., Guittet E., Walker R. B. J. (dir.) (2016), International Political Sociology. Transversal Lines, Londres, Routledge.

Becker H. (2006), Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Bellier I. (2012), « Les peuples autochtones aux Nations unies : un acteur dans la fabrique des normes internationales », Critique internationale, 54, p. 61-80. DOI : 10.3917/crii.054.0061

Bendix R. (2012), « Une salle, plusieurs sites : les négociations internationales comme terrain de recherche anthropologique », Critique internationale, 54, p. 19-38. DOI : 10.3917/crii.054.0019

Bensa A. (1995), « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance », Enquête, 1, p. 131-140. DOI : 10.4000/enquete.268

Bjola C., Zaiotti R. (2020), Digital Diplomacy and International Organisations. Autonomy, legitimacy and Contestation, Londres, Routledge.

Bouju J. (2015), « Une ethnographie à distance ? », Civilisations, 64. DOI : 10.4000/civilisations.3933

Bourrier M. (2017), « Conditions d’accès et production de connaissances organisationnelles. Quelles possibilités de produire des connaissances contextualisées sur le fonctionnement du “système de santé global” ? », Revue d’anthropologie des connaissances, 11/4, p. 521-547. DOI : 10.3917/rac.037.0521

Bramsen I., Hagemann A. (2021), « The Missing Sense of Peace. Diplomatic Approachment and Virtualization during the Covid-19 Lockdown », International Affairs, 97/2, p. 539-560. DOI : 10.1093/ia/iiaa229

De Pryck K., Rauch S. (à paraître), « Direct Observation », dans Badache F., Kimber L., Maertens L. (dir.), Introduction to International Organizations Research Methods, Ann Arbor, Michigan University Press.

Devin G. (2018), Sociologie des relations internationales, 4e éd., Paris, La Découverte.

Eggeling K. A., Adler-Nissen R. (2021), « The Synthetic Situation in Diplomacy. Scopic Media and the Digital Mediation of Estrangement », Global Studies Quartely, p. 1-14

Fresia M. (2009) « Une élite transnationale : la fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut-Commissariat des Nations unies aux Réfugiés », Revue européenne des migrations internationales, 25/3, p. 167-190. DOI : 10.4000/remi.4999

Gupta A., Ferguson J. (1997), « Discipline and Practice. The “Field” as Site, Method, and Location in Anthropology », dans Gupta A., Ferguson J. (dir.), Anthropological Locations. Boundaries and Grounds of a Field Science, Berkeley, University of California Press.

Hedling E. et Bremberg N. (2021), « Practice approaches to the Digital Transformations of Diplomacy. Toward a New Research Agenda », International Studies Review, p. 1-24. DOI : 10.1093/isr/viab027

Hine C. (2017), « Ethnographies of Online Communities and Social Media. Modes, Varieties, Affordances », dans Fielding N. G., Lee R. M., Blank G. (dir.), The Sage Handbook of Online Research Methods, Londres, Sage, p. 401-415.

Kimber L. (2020), The Architecture of Exclusion at the United Nations: Analyzing the Inclusion of the Women’s Group in the Negotiations of the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction, thèse de doctorat en sociologie, université de Genève.

Kimber L., Dairon E. (à paraître), « Ethnographic Interviews », dans Badache F., Kimber L., Maertens L. (dir.), Introduction to International Organizations Research Methods, Ann Arbor, Michigan University Press.

Lee R. M., Fielding N. G., Blank G. (2017), « Online Research Methods in the Social Sciences. An Editorial Introduction », dans Fielding N. G., Lee R. M., Blank G. (dir.), The Sage Handbook of Online Research Methods, Londres, Sage, p. 3-16.

Lequesne C. (2019), Studying Diplomatic Practices Through The Lens Of Direct Observation, Londres, Sage.

Louis M., Maertens L., Saiget M. (2016), « L’enquête de terrain », dans Devin G. (dir.), Méthodes de recherche en relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, p. 141-158.

Maertens L. (2016), « Ouvrir la boîte noire », Terrains/Théories, 5. DOI : 10.4000/teth.749

Malinowski B. (1989), Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard.

Maurer H., Wright N. (2020), « A New Paradigm for EU Diplomacy? EU Council Negotiations in a Time of Physical Restrictions », The Hague Journal of Diplomacy, 15, p. 556-568. DOI : 10.1163/1871191X-BJA10039

Mérand F. (2021), Un sociologue à la Commission européenne, Paris, Presses de Sciences Po.

Naylor T. (2020), « All That’s Lost: The Hollowing of Summit Diplomacy in a Socially Distanced World », The Hague Journal of Diplomacy, 15, p. 583-598. DOI : 10.1163/1871191X-BJA10041

Neumann I. B. (2002), « Returning Practice to the Linguistic Turn: The Case of Diplomacy », Millennium. Journal of International Studies, 31/3, p. 627-651. DOI : 10.1177/03058298020310031201

Olivier de Sardan J.-P. (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, 1, p. 71-109. DOI : 10.4000/enquete.263

Olivier de Sardan J.P. (2000), « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41/3, p. 417-445. DOI : 10.2307/3322540

Pouliot V. (2017), L’ordre hiérarchique international, Paris, Presses de Sciences Po.

Pouliot V., Cornut J. (2015), « Practice Theory and the Study of Diplomacy: A Research Agenda », Cooperation and Conflict, 50/3, p. 297-315. URL : www.jstor.org/stable/45084291

Scalettaris G. (2020), « Bureaugraphier le HCR. Approche empirique et englobante d’une organisation internationale », Critique internationale, 88, p. 153-172. DOI : 10.3917/crii.088.0153

Siméant J. (dir.) (2015), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS.

Vadrot A. et al. (2021), « Marine Biodiversity Negotiations during Covid-19. A New Role for Digital Diplomacy? », Global Environmental Politics, 21/3, p. 169-186. DOI : 10.1162/glep_a_00605

Haut de page

Notes

1  Des sessions extraordinaires du CDH peuvent également être organisées à la demande d’un tiers des États-membres.

2  Annexes de la résolution du CDH, « Mise en place des institutions du Conseil des droits de l’homme », A/HRC/RES/5/1, 18 juin 2007, § 113

3  Chaîne de télévision des Nations unies diffusée sur Internet : http://webtv.un.org/

4  Le Serpentin ou Bar (du) Serpent est un bar, cafétéria, situé à l’étage en dessous de la salle XX et à proximité des salles où ont lieu la plupart des informal meetings. Il s’agit d’un vaste espace avec une porte donnant vers le parc. On y trouve des tables pour manger, mais également des tables basses rondes et des sièges confortables. C’est un lieu de rencontres et discussions informelles où il est possible d’échanger, à la vue de tou·te·s, avec des défenseur·e·s de droits humains, des rapporteur·e·s spéciaux·ales, des délégué·e·s des États, etc.

5 Olivier de Sardan J.-P. (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, 1, p. 71-109, § 52.

6 Malinowski B. (1989), Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, p. 64.

7 Olivier de Sardan J.P. (2000), « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41/3, p. 417-445, ici p. 433.

8  L’entrée au Palais des Nations est une exception notable : seul compte le badge. Pareillement, pour pénétrer dans la salle XX, les personnels de sécurité onusiens vérifient le badge, seul moment où le badge est systématiquement contrôlé.

9 Abélès M. (dir.) (2011), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS., p. 22.

10 Bendix R. (2012), « Une salle, plusieurs sites : les négociations internationales comme terrain de recherche anthropologique », Critique internationale, 54, p. 19-38, ici p. 32.

11 Louis M., Maertens L., Saiget M. (2016), « L’enquête de terrain », dans Devin G. (dir.), Méthodes de recherche en relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, p. 141-158, ici p. 142.

12 Ibid., p. 22.

13  Minutes du bureau du CDH, 29 juin 2020.

14 Bendix R. (2012), « Une salle, plusieurs sites », art. cité, p. 37.

15  L’unité de temps reste importante pour la session officielle, notamment pour les points d’ordre et les droits de réponse. Notons que les horaires indiqués correspondent au fuseau horaire de Genève.

16  Bien que le nombre de consultations informelles par jour évolue au fil de la session, à certains moments de la session, se déroulent en moyenne, de cinq à sept réunions informelles par journée.

17 Becker H. (2006), Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, p. 82.

18  Entretiens réalisés en ligne à la suite de la 46e session (diplomate national d’un pays du groupe des États d’Europe occidentale et autres États [WEOG], diplomate national d’un pays du groupe Europe orientale, représentants de deux ONG de droits humains différentes).

19  « The Bureau further underscored that, with the exception of an official representative of a UN Member State speaking in front of the national flag and/or the official picture of the Head of State, the background should be neutral without any other flag, banner, flyer, picture or symbol », minutes du bureau du CDH, 29 avril 2021, p. 1 (nous traduisons).

20 Vadrot A. et al. (2021), « Marine Biodiversity Negotiations during Covid-19. A New Role for Digital Diplomacy? », Global Environmental Politics, 21/3, p. 169-186, ici p. 181.

21 Hine C. (2017), « Ethnographies of Online Communities and Social Media. Modes, Varieties, Affordances », dans Fielding N. G., Lee R. M. et Blank G. (dir.), The Sage Handbook of Online Research Methods, Londres, Sage, p. 401-415, ici p. 411-412.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Albaret, « Quand le terrain s’invite à domicile », Socio-anthropologie, 45 | 2022, 47-60.

Référence électronique

Mélanie Albaret, « Quand le terrain s’invite à domicile », Socio-anthropologie [En ligne], 45 | 2022, mis en ligne le 28 février 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/11075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.11075

Haut de page

Auteur

Mélanie Albaret

Mélanie Albaret, docteure en science politique (relations internationales) de Sciences Po Paris, est maîtresse de conférences en science politique à l’université Clermont Auvergne et chercheuse au Centre Michel de L’Hospital (CMH – UPR 4232). Elle est membre du Groupe de recherche (GDR) CNRS GRAM portant sur l’action multilatérale. Ses recherches portent sur le multilatéralisme, les organisations internationales (et notamment les Nations unies) et l’insertion internationale des pays d’Amérique latine.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search