Navigation – Plan du site
Entretien

De la « civilisation matérielle » à « Matières à former »

Entretien avec Jean-Pierre Warnier. Propos recueillis par Céline Rosselin-Bareille le 19 janvier 2017.
Jean-Pierre Warnier
p. 143-156

Texte intégral

Céline Rosselin-Bareille : Vous avez contribué à mettre la culture matérielle au cœur des questionnements sociologiques et anthropologiques en France en proposant un regard renouvelé par rapport aux approches de technologie culturelle, de sociologies de la consommation ou inspirées de la sémiologie. L’un de vos enseignements dispensés à Paris-Descartes s’intitulait « civilisation matérielle ». Comment êtes-vous passé de la « civilisation matérielle » d’inspiration braudélienne, à la « culture matérielle », puis à « Matière à Penser » dont s’inspire ce numéro de Socio-Anthropologie « Matières à Former » ? Quel a été ce parcours ? Comment a-t-il été facilité, ou pas, institutionnellement, théoriquement, méthodologiquement ?

Jean-Pierre Warnier : Il y a deux manières de présenter les recherches que nous faisons. Celle à laquelle nous sommes habitués quand nous faisons une demande de financements en la justifiant, par exemple, par l’existence d’une vraie lacune dans telle ou telle problématique ou par l’intérêt d’explorer telle ou telle idée. Et ce n’est pas faux. Il y a une autre manière de présenter les choses : le tour que prennent ces recherches est en grande partie le résultat de rencontres qui peuvent être tout à fait capitales. En faire le repérage, c’est tracer le parcours de formation du chercheur et d’un objet d’étude par les rencontres qui l’ont suscité, construit et validé. Cela évite de se raconter à soi-même le roman de la recherche exclusivement problématisée par rapport à des théories.

  • 1 Braudel F. (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, Arma (...)

Jusqu’en 1976, je ne prenais pas en compte la culture matérielle ou la civilisation matérielle. À cette date, j’enseignais au Nigeria, à l’université Ahmadu Bello. C’est alors que j’ai reçu un courrier de Mike Rowlands, archéologue, qui me contactait par l’intermédiaire d’un ami commun, parce qu’il recherchait une situation ethnographique actuelle, des terrains possibles qui lui permettraient de travailler sur les hiérarchies politiques et sociales régionales. Il en avait fait l’objet de sa thèse, sur l’Europe à l’âge du bronze, à partir des inventaires de mobiliers funéraires. Or je travaillais moi-même sur les hiérarchies régionales actuelles ou sub-actuelles dans les hauts plateaux du Cameroun de l’ouest. J’étais demandeur de toutes perspectives théorique et méthodologique nouvelles qui m’aideraient à en mieux saisir les fonctionnements. Il venait de l’University College London, où il avait été recruté en anthropologie et où très tôt, plusieurs enseignants se sont intéressés à la culture matérielle. En ce qui me concerne, c’était la première fois que j’en entendais parler. Le livre de Fernand Braudel1 est postérieur à cette rencontre. Il date de 1979.

Rowlands et moi nous sommes rencontrés à Zaria et nous sommes mis à travailler ensemble sur le même terrain. Il s’est rendu directement au Cameroun, s’est installé pendant un an avec sa femme, et a débuté une enquête sur la culture matérielle en tant qu’elle donne accès aux processus de hiérarchisation à l’échelle régionale. J’ai pris le relais ensuite. Nous échangions toutes nos notes de terrain. Cela m’a ouvert des horizons nouveaux sur les systèmes politiques des hauts plateaux camerounais.

C. R.-B. : On dit toujours que les ethnologues partent sur le terrain, seuls, que c’est leur chasse gardée, mais cette première rencontre autour de la culture matérielle est une belle rencontre, faite de confiance réciproque. Qu’a apporté ce partage de terrain, de données et de points de vue à votre « formation » en matière de culture matérielle ? L’archéologie a-t-elle joué un rôle dans votre intérêt pour le détour historique (d’où aussi peut-être le terme de « civilisation matérielle ») ? L’archéologie n’offrait-elle pas aussi, à travers ses méthodes et le silence autour des objets, les moyens de s’interroger avant toute chose sur les matières ?

J.-P. W. : Mon travail avec Rowlands a été facilité par le fait que nous appartenions à deux établissements différents, que nous n’étions pas en compétition l’un avec l’autre et que nous pouvions publier dans deux langues – anglais et français.

Par profession, les archéologues passent par le truchement des objets pour avoir accès aux rapports sociaux et à la culture. Ce qui était nouveau pour moi, avec Rowlands, c’est qu’il portait un regard d’archéologue sur des sociétés contemporaines. Il observait les échanges au loin de marchandises de prix pratiqués par les rois et les notables, qui venaient enrichir leurs trésors et leur vie quotidienne avec des étoffes importées d’Europe ou de la vallée de la Bénoué, des perles, cauris, fusils de traite, etc. et, de nos jours, ce qu’il en est venu à nommer « la culture matérielle du succès », particulièrement spectaculaire en Afrique. Il entendait désigner par cette expression une mise en objets qui se déclenchait dès que tel ou tel sujet parvenait à un certain niveau d’aisance et de succès sur la scène publique. Cela se manifestait dans la maison, le mobilier, les moyens de communication (téléphone, TV, radio, etc.), la voiture. À partir de cette approche, on pouvait renouveler l’anthropologie des sociétés africaines contemporaines.

  • 2 Pour un résumé sur les gouvernementalités subjectivantes articulant relations stratégiques entre su (...)

Ma rencontre avec Dieudonné Miaffo est un autre moment décisif. C’était un Camerounais, dont j’avais dirigé la thèse et avec lequel j’avais fait des enquêtes à partir de 1986, que nous avons commencé à publier. Il est mort, je crois, en 1992. Il m’a sorti un texte sur les tirelires vitales, écrit par deux prêtres catholiques bamiléké, qui a permis de rattacher la notion de notable ou de roi à la notion d’enveloppe et de récipient, de contenu, de contenant, de transit, etc. C’était fondamental, car, pour parler comme Michel Foucault, les « gouvernementalités subjectivantes2 » de ces royaumes et de ceux que nous avons fini par nommer les « néo-notables » que sont les hommes et femmes d’affaires, sont fondées sur l’identification du sujet à un récipient dont l’enveloppe corporelle est objet de soins attentifs et de diverses préoccupations. C’est ce récipient qui est l’outil des pratiques d’accumulation, d’objets matériels proches du corps, de capital financier et finalement de trajectoires qui aboutissent, après un détour par les tontines, à connaître le succès. Il n’existait aucune théorie vernaculaire du rapport entre l’enveloppe corporelle et les contenus. Les pratiques corporelles du roi, toutes focalisées sur la peau, les orifices et les flux, ne faisaient pas non plus l’objet de commentaires explicatifs susceptibles d’en verbaliser les principes. Elles se déployaient entièrement dans le domaine du non verbal. Ce sont des choses qu’on fait, sans en expliquer les principes.

À partir de la rencontre avec Rowlands, les apports des uns et des autres alimentaient une réflexion sur les aspects politiques des cultures matérielles. Suivre les objets permet de repérer les hiérarchies locales et les systèmes régionaux. L’approche systémique, introduite par Edmund Leach en 1954, n’avait cessé de s’enrichir de divers apports, le dernier, dans les années 1970 et 1980 étant constitué par le marxisme.

Le moment de formation qui a suivi le séjour africain se situe à Paris-Descartes. J’étais libre de définir le contenu de certains enseignements de deuxième cycle. J’ai donc proposé un cours sur la « civilisation matérielle ». Pourquoi « civilisation » plutôt que « culture » ? Il y avait à cela plusieurs raisons. Culture matérielle était une transposition directe de l’anglais. En français, la « civilisation matérielle » passait mieux. En 1979, Braudel en avait fait le titre d’une publication majeure. L’autorité de Braudel était incontestée. Se réclamer de lui me mettait partiellement à l’abri des critiques et incompréhensions dont le milieu universitaire n’est pas avare. Elles n’ont pas manqué. C’était un domaine qui n’avait aucune légitimité universitaire en France. De plus, André Leroi-Gourhan avait jeté l’anathème sur l’expression de « culture matérielle » au motif qu’on ne saurait valider une distinction entre un domaine de la culture qui serait matériel et un domaine qui ne le serait pas. C’était incontestable, mais l’expression de « culture matérielle » était, pour reprendre l’expression de Marcel Mauss, un « jalon d’ignorance », une simple pancarte pour désigner l’entrée d’un domaine insuffisamment exploré.

  • 3 Warnier J.-P. (dir.) (1994), Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation (...)

Il me fallait construire cet enseignement avec les moyens du bord. Une chose est de faire des enquêtes de terrain sur un tel thème, une autre est de construire un cours systématique sur ce domaine nouveau dans l’université française. J’ai fait flèche de tout bois, à partir de Braudel, Jean Baudrillard, la sémiologie, mes enquêtes de terrain au Cameroun, des contributions de Rowlands et des enseignements dispensés à l’University College London. À l’époque, il était difficile de donner une bibliographie en anglais et de demander aux étudiants de lire des textes dans cette langue. J’en étais réduit à ce qui se publiait en français. Mais l’un des grands avantages de l’enseignement, c’est qu’il permet de bénéficier des apports des étudiants. Au fil des discussions et questions en salle de cours, des sujets de maîtrise et surtout des travaux lors du stage annuel d’initiation à l’enquête de terrain, le corpus d’enseignement s’enrichit. En l’occurrence, ces apports ont même débouché sur la constitution d’un groupe de recherche qui, à partir de 1993, s’est réuni une fois par mois. Le stage de terrain, à Mortagne, Besançon et ailleurs, avait souligné la prégnance des thématiques de l’authenticité qui a donné matière à deux publications collectives3, des journées d’étude et deux colloques.

Les étudiants, en licence, maîtrise et DEA prenaient une part grandissante au fonctionnement du groupe. Deux d’entre eux lui donnèrent un nom : « Matière à Penser » (MàP). Puis le groupe produisit un manifeste : « L’être humain est un être de prothèses matérielles. La culture matérielle n’est pas que le vecteur ou la traduction de ce qui se passe ailleurs. Elle est aussi un espace autonome et primaire où prennent corps des intentionnalités qui se cherchent et ne se trouvent que dans la matière. Revisiter la culture matérielle nous donne matière à penser. À penser autrement la matière, à penser autrement l’homme. » Nombre d’approches construites au MàP sont attachées à un nom. Nous n’avons jamais fait l’exercice, mais il faudrait prendre tous les noms du groupe et voir les apports de chacun : certains ont apporté Balandier, la sociologie dynamique, le mouvement. C’est une strate importante de la recherche, car elle nous faisait échapper à ce que les approches précédentes avaient de statique. D’autres ont apporté les neurosciences, la thématique de la subjectivation, l’incorporation, etc.

  • 4 Memmi D., Guillo D., Martin O. (dir.) (2009), La tentation du corps dans les sciences sociales fran (...)
  • 5 Parlebas P. (1981), Contribution à un lexique commenté en science de l’action motrice, Paris, INSEP (...)

À partir des années 1970, les sciences sociales éprouvèrent ce que Dominique Memmi et al. nomment « la tentation du corps4 ». La notion de prothèse, qui prenait de plus en plus d’importance à nos yeux, impliquait une synthèse corps-objet. Il y avait déjà longtemps, j’avais lu La phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945) qui s’interroge sur le membre fantôme, la prothèse, et les matérialités, à partir de la lecture de la psychologie de la forme (Gestalt) et des travaux de Paul Schilder sur le schéma corporel. Entre 1996 et 1998, nous nous intéressions à cette notion. Pierre Parlebas avait publié en 1981 un lexique de praxéologie motrice. Il enseignait au Département de sciences sociales de Paris-Descartes et était tout désigné pour répondre à mes questions sur la pertinence, dans les années 1990, et, pour nos travaux, de la notion de schéma corporel. Je me suis adressé à lui, dans un couloir, je m’en souviens très bien, aux pieds de l’escalier G2, j’ai dit : « Pierre, qu’est-ce que tu penses du schéma corporel ? » Alors, il m’a répondu : « la notion suggère une approche statique, moi j’évite l’expression ». Mais c’est là qu’il m’a donné son livre Contribution à un lexique commenté en science de l’action motrice5. C’était encore une rencontre et un moment de formation décisifs parce qu’il proposait une conceptualisation rigoureuse de l’action motrice et tout un vocabulaire qui incitait à réfléchir sur celui du MàP : nous nous sommes alors demandé si nous pouvions faire de même, mais, finalement, nous avons abandonné parce que ce n’était pas du tout la même problématique.

Nous sommes allés ensuite du côté des neurosciences et des sciences cognitives, je ne sais pas qui a introduit cela et dans quelles circonstances.

  • 6 Hoarau F. (1999), « Trier, transporter à Emmaüs. Ethnographie, sens et sciences de l’action », dans (...)

C. R.-B. : François Hoarau s’est appuyé sur les neurosciences et notamment sur les travaux sur la main, de Marc Jeannerod, puis ceux d’Alain Berthoz, pour comprendre le tri des déchets chez Emmaüs6.

J.-P. W. : Exactement. Il avait remarqué que quand les rippeurs d’Emmaüs avaient, par exemple, une pile d’assiettes et qu’ils estimaient que ça ne valait rien, ils cassaient tout. Et c’était le geste qui fabriquait du déchet ; ça n’était pas la mise en geste d’une élaboration verbale ou mentale préalable, le geste était premier.

Je me souviens qu’avant cela, personnellement, j’étais réticent envers tout ce qui était approche dite « cognitive » parce que c’était celle que proposaient Dan Sperber et Pascal Boyer en anthropologie. Moi, je mettais cela un peu dans le même panier que Sylvain Lazarus qui disait que les ouvriers pensent, on était toujours du côté du langage et des représentions. Alors que nous essayions de creuser autre chose, de beaucoup plus corporel.

Je me demande alors s’il n’y a pas deux listes en parallèle à faire, c’est-à-dire : les rencontres qui mènent à quelque chose et les rencontres par rapport auxquelles on se positionne dans l’indifférence, voire dans l’opposition. Dans la deuxième colonne, je mettrais le cognitivisme de Sperber : quand on se dit « on cherche quelque chose de ce côté-là, mais ce n’est pas eux qui vont nous le fournir ». Par contre, Parlebas tombe clairement dans la liste des rencontres qui font qu’on trouve quelque chose et ce quelque chose nous a aidé à passer de la valeur-signe des corps et des choses dans des systèmes de connotation et de communication, à leur valeur praxique dans des systèmes d’effectuation, dans des pratiques dont l’efficacité passe par l’action peu ou pas verbalisées sur les corps et les matières.

  • 7 Bayart J.-F, Warnier J.-P. (dir.) (2004), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, (...)

À partir de l’année 2000 s’ouvre un autre moment tout à fait crucial avec Jean-François Bayart que j’avais rencontré en 1983. J’avais été très impressionné par sa connaissance de l’anthropologie du Cameroun et par son approche de sociologie historique et comparative du politique inspirée de Michel Foucault et de Max Weber. Elle propose une évaluation critique des dérives culturalistes de l’anthropologie, et des alternatives qui renouvellent l’anthropologie politique. La longue fréquentation de Bayart a abouti en 2000 à une journée d’étude « Matière à Politique », mais, à cette date, je cherchais encore mes marques. C’est en 2004 qu’a eu lieu la publication de Matière à politique7.

C. R.-B. : Il me semble que c’est à l’endroit de la question de la subjectivation et du travail autour des notions de Foucault que la rencontre a été particulièrement riche.

J.-P. W. : On peut condenser l’apport de Foucault par une de ces formules dont il a le secret : « tout pouvoir s’adresse au corps », à condition de voir que le corps dont il est question n’est pas seulement un ensemble organique, même si les notions de contrôle, de discipline, de dispositif, comme dans le Panopticon de Bentham, font porter l’attention sur ce que le corps a de plus physique. En fait, le corps, pour Foucault, c’est le corps du sujet, et le sujet, c’est ce que Foucault, au cours de toute sa vie, a voulu penser, mais « autrement ». Arrivé à ce point, il semble qu’on s’écarte énormément de l’anthropologie du corps et de la culture matérielle. Or il n’en est rien, car, faute de mener la réflexion sur le terrain philosophique, on risque de demeurer sur un plan empirique, voire empiriciste et de passer à côté du potentiel heuristique porté par Foucault. Le sujet, pour lui, comme pour les philosophes qui ont pris acte de la critique radicale de la philosophie néo-kantienne opérée par les sciences humaines et sociales et la psychanalyse (par exemple Zizek, de Certeau, Rancière, etc.), est un événement, quelque chose de fragile qui peut advenir ou non. Ce n’est pas le sujet ontologique du cogito. Le corps est le corps du sujet, qui a un double statut de sujet et d’objet matériel. Il souligne la division du sujet entre soi et l’autre, ou, comme le dit Jacques Lacan, entre la part spécularisable de lui-même et sa part non spécularisable. « Je est un Autre », donc. Cette manière de voir les choses ouvre un large espace où se jouent toutes les pratiques de subjectivation autour du corps, à commencer par les techniques du corps qui sont aussi des techniques de soi. Cela permet de relire Mauss et d’y introduire d’autres dimensions que celle que celui-ci avait en tête (le religieux, la magie), comme le politique.

C. R.-B. : En somme, en compagnie des archéologues, vous découvrez les enjeux politiques des cultures matérielles et vous invitez les politologues à intégrer les matières au politique. Est-ce encore Foucault qui vous a permis d’envisager un « Matière à Religion » ?

J.-P. W. : Certes, c’est bien cela. Et « Matière à Penser » s’est aussi décliné au gré des rencontres. Dès avant « Matière à Politique », je songeais à « Matière à Religion ». J’avais organisé une journée d’étude au milieu des années 1990. Ce fut un succès (au moins de mon point de vue), mais, faute de temps, je rangeai le dossier dans un tiroir. Or, en 2013, j’ai rencontré Urmila Mohan qui rouvrait le dossier. Comme pour la rencontre avec Rowlands, c’est le résultat d’un effet de réseau – celui de University College London. Urmila et moi avons programmé un colloque « Matière à Religion » à Londres. Le colloque a eu lieu, sur deux jours, en juin 2014. Dans la foulée, Urmila a créé un blog : materialreligions.blogspot.com8.

Si l’on revient à la question initiale, celle du parcours de la « civilisation matérielle » au MàP, on est passé peu à peu à l’expression de « culture matérielle » qui s’est maintenant imposée dans le paysage universitaire français. L’expression nous mettait de plain-pied et en dialogue avec ce qui se faisait ailleurs en Europe, notamment par les réseaux Erasmus dans lesquels j’étais très impliqué, et qui ont débouché sur la création d’un master européen (baptisé CREOLE, avec Stockholm, Vienne, Lyon II, etc.) qui ratisse large, mais dans lequel les cultures matérielles et motrices se taillent une place respectable. L’ensemble de ces développements a débouché sur Matière à Politique, Matière à Religion… et finalement Matières à Former.

Quand Foucault parle des gouvernementalités subjectivantes et rejoint Weber – et son souci des styles de vie, des types d’homme, des pratiques quotidiennes qui les définissent et qui s’inscrivent dans des pratiques corporelles et dans un rapport à des inventaires de culture matérielle particuliers et historiquement situés –, on est dans la formation.

  • 9 Warnier J.-P. (2009), Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, CERI/Karthala (Recherches internationa (...)

C. R.-B. : La formation du sujet est toujours une transformation : le roi avec ses calebasses, ses récipients, son palais, la clôture du pays, devient le roi-pot9. Je trouve intéressant d’interroger la nature du lien qui se construit (qui peut être de fluidité ou de résistance), entre le sujet et les objets et de voir que le travail d’incorporation des objets dans les conduites sensori-affectivo-motrices se fait dans la réciprocité. Sans doute, le corps se dilate-t-il dans l’espace et incorpore-t-il des objets ; mais les objets aussi se transforment au cours du processus. Vous avez décrit un jour le travail de soi sur soi du pianiste Schumann qui a fortement contraint son corps pour pouvoir l’adapter à l’objet et atteindre une perfection technique ; ce travail le conduira à une paralysie. Du côté de l’objet, le saxophoniste Max Pinto dit que sa façon de jouer a transformé son saxophone au fil des années, le sien étant très « ouvert », et qu’il garde une empreinte de son propriétaire.

J.-P. W. : Je suis convaincu, par exemple dans la pratique musicale, qu’au bout de trois, quatre ans, un saxo qui a été joué par Pinto n’est plus le même. Et que ça doit pouvoir se repérer de manière pragmatique, empirique, par des tests acoustiques, par exemple. Il ne sera plus le même, c’est-à-dire que le jour où il sera joué par quelqu’un d’autre, ce quelqu’un d’autre pourra reconnaître que ce saxo, à force de jouer d’une certaine manière, a été mécaniquement transformé : il n’a plus les mêmes vibrations, plus les mêmes harmoniques. De façon générale, n’importe quel outillage utilisé habituellement par un même artisan, par un travailleur, s’use d’une certaine manière. Au bout du compte, il s’adapte. Il ne faut pas non plus tomber dans le travers latourien qui attribue aux objets une « agentivité » égale et symétrique à celle des humains au sein d’un collectif humains – non-humains. Bruno Latour ne parle jamais de sujet, mais seulement d’acteur ou d’actant. L’objet ne peut en aucun cas être qualifié de sujet. Construire une théorie autour de la notion de sujet élimine la possibilité d’une anthropologie symétrique comme celle de Latour. Pourtant, il importe de ne pas passer à côté de la réciprocité entre le sujet et ses objets.

  • 10 Faure S. (2000). Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Disput (...)
  • 11 Martin C. (2007), Construire sa compétence en taille de pierre. Processus corporels et sociaux d’ac (...)

Dans sa thèse, Clémence Martin (2007) pose un contraste entre l’apprentissage des compagnons et l’apprentissage proposé par une école de taille de pierre où les choses sont beaucoup plus dites, verbalisées, rationalisées, décrites, codifiées, mises en procédure. Alors que l’apprentissage des compagnons se fait beaucoup plus de manières non verbales par imitation, essais et erreurs, médiation du groupe et socialisation dans un métier. Alors bien sûr, il y a des directives qui peuvent être données par le maître, comme celles que décrit Sylvia Faure dans son livre Apprendre par corps10. Mais surtout, Martin explique qu’« en taille de pierre, le phénomène de pose est très particulier en raison des propriétés mécaniques du matériau. En effet, la pierre présente l’avantage de ne pas réagir entre deux actions techniques, à la différence d’autres matériaux qui travaillent : peinture, bois, etc. Résultats : il n’existe pas, en taille de pierre, d’étape technique où la pose serait impossible – sauf pendant la frappe – ou absolument nécessaire, sinon pour évaluer le résultat11 ». Donc, vous avez des matériaux : peinture, plâtre qui continuent à travailler de manière autonome. Le peintre ou le sculpteur ne sont donc pas menés de la même manière par leurs matériaux.

  • 12 Voir l’article de Tim Ingold dans ce numéro.

C. R.-B. : Certains matériaux se travaillent plus ou moins bien, certains matériaux sont peut-être plus autonomes que d’autres parce qu’ils poursuivent leur processus de transformation. C’est l’idée qu’introduit Tim Ingold12 lorsqu’il souligne que la fabrication est un processus de croissance et qu’il y a des matériaux actifs. Il y a peut-être aussi des matériaux plus faciles à incorporer que d’autres. Le MàP a choisi d’écrire « le sujet-avec-ses-objets » pour décrire les situations d’incorporation ; utiliser les tirets permet d’insister sur le « tout » qui est transformé. Mais ce qu’il y a dans ce tiret, juste avant ou juste après – les frottements, les hésitations, les résistances – est une question que les auteurs de ce numéro ont été invités à explorer. Est-ce qu’il arrive que cela ne marche pas, que le tiret ne se forme pas ?

J.-P. W. : Absolument. Nous avons vraiment beaucoup travaillé dans le positif, le corps-en-action-avec-ses-objets et l’efficacité dont il fait preuve. Mais il y a aussi un travail à faire sur le négatif, sur ce qui rate, sur la dé-formation. Nous avons parlé de désincorporation, car si le sujet peut incorporer tour à tour différents objets et les abandonner pour en saisir d’autres, on ne peut parler d’incorporation sans évoquer son contraire. On voit bien que, dans le mouvement, la perception, il y a des objets qui sont incorporés mais qu’ensuite, ça lâche prise, ça s’en va.

Il est possible aussi que le tiret ne prenne pas du tout. Un professeur de médecine de Paris 13, qui travaillait sur le handicap, m’a fait intervenir dans son séminaire. De Paris 13, il est venu me chercher à la gare RER. Sa voiture était toute petite. Il s’est mis au volant, et j’ai commencé à me contorsionner pour franchir la portière et me poser sur le siège du passager, le faire reculer, incliner le dossier, etc. Il me dit : « vous voyez, ça illustre exactement ce que je travaille sur le handicap, c’est-à-dire : il n’y a pas de handicap en soi, c’est une question d’adaptation mutuelle de l’environnement et de la personne handicapée », mais c’est là qu’on voit à quel point on peut être en inadéquation avec l’environnement.

  • 13 Julien M.-P., Rosselin C. (dir.) (2009), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de (...)

Dans la commune où j’habite, j’ai participé à une action de sensibilisation du public menée par un malvoyant. Cela consistait à parcourir les rues de la ville et à coller sur tous les obstacles des autocollants sur lesquels était imprimé « Aïe ! » en rouge. Chaque fois qu’on rencontrait au milieu du trottoir un réverbère, un support de signalisation, une corbeille, un plot destiné à empêcher les voitures de se garer sur un passage piétonnier, tout ce contre quoi un mal voyant peut se cogner ou se retrouver d’un côté alors que son chien est passé de l’autre, nous posions un autocollant « Aïe ! » sur chacune des deux faces de l’obstacle. Là, on est vraiment, clairement, dans une situation où il n’y a aucun tiret. C’est le sujet contre les objets. « Tout contre », comme vous l’avez titré dans un ouvrage collectif13 mais sur le mode « Aïe ! ». Là, le tiret saute et on a un « Aïe ! », ça serait le « sujet Aïe ! les objets ».

C’est en participant à cette campagne que je me suis rendu compte à quel point l’aménagement urbain est inadapté aux personnes handicapées. Nous avons vite épuisé notre stock d’autocollants. Il y a là matière à formation : formation du public et formation de la municipalité, ses services et ses élus par le truchement des objets matériels qui font obstacle à la mobilité des malvoyants. Que faudrait-il faire pour pouvoir mesurer à sa juste valeur la résistance du réel et la faire mesurer à celles et ceux qui exercent une responsabilité en la matière ?

Je suppose que toutes les situations dans lesquelles il y a une souffrance corporelle, comme les troubles musculo-squelettiques, sont du domaine du « Aïe ! » : du « sujet Aïe ! les objets ».

C. R.-B. : L’accès aux incorporations, aux tirets, est rendu difficile par la relation d’évidence qui s’installe entre les sujets et les objets, c’est pourquoi il peut être pertinent de travailler sur des situations limites, voire extrêmes.

  • 14 Audoin-Rouzeau S. (2008), Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (xixe-xxsi (...)

J.-P. W. : Travailler sur le handicap du point de vue des cultures matérielles et motrices permet un passage à la limite. De tels passages sont toujours pleins d’enseignements. Depuis la fin des années 1990, j’étais convaincu qu’un autre passage à la limite mériterait toute notre attention, c’est celui du combat armé. Le MàP a travaillé sur les arts martiaux. Mais pas sur les pratiques guerrières comme objet d’enquête. C’est un cas extrême de rapport entre le corps et les objets dans lequel le corps court le risque d’être lui-même détruit ou gravement endommagé. Récemment, Thomas Riot a travaillé là-dessus. Pendant plusieurs années, j’ai souhaité contacter l’équipe d’historiens de l’Historial de Péronne dont je savais, par les publications d’Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau qu’ils se posaient ce genre de question. Mais je ne faisais toujours pas la démarche jusqu’au jour où, passant dans le hall de la MSH au 54 Bd Raspail, sur les tables d’une vente de livres, j’ai trouvé le dernier ouvrage d’Audoin-Rouzeau intitulé Combattre14, sur le corps du combattant. Je le feuillette et me dis : c’est exactement ce que je cherchais. Je l’achète et le lis la plume à la main. Il était d’autant plus intéressant que son auteur s’étonnait du fait que des historiens et des anthropologues ayant eu eux-mêmes l’expérience du combat n’en avaient jamais fait un objet anthropologique, sauf de manière marginale dans le cas de Mauss. Nous nous sommes rencontrés et avons travaillé ensemble depuis lors. Encore un moment qui donne matière à formation… y compris du combattant.

  • 15 Warnier, J.-P. (2011), « Bodily/Material Culture and the Fighter’s Subjectivity », Journal of Mater (...)
  • 16 Audoin-Rouzeau S. (2016), Une initiation. Rwanda, 1994-2016, Paris, Seuil.

Je n’avais jamais visité l’Historial de la Première Guerre mondiale à Péronne dans la Somme, qui était pour moi un objet d’effroi. Il me l’a fait visiter de fond en comble, y compris les magasins des collections. Et puis j’ai publié sur la question15 ; il m’a fait intervenir à plusieurs reprises dans son séminaire. Du corps combattant, il est passé au génocide des Tutsis au Rwanda sur lequel il a travaillé pendant plusieurs années et auquel il a consacré tout récemment un livre intitulé Une initiation16, justement dans le registre de l’apprentissage – celui des séquelles de la violence extrême sur les corps et les choses. Il est allé sur les lieux à deux reprises et a rencontré les descendants des victimes du génocide et les génocidaires.

Les thématiques de la subjectivation et de l’assujettissement sont pertinentes dans ce cas d’espèce. Les transformations successives des techniques du corps et de la culture matérielle du combat, ainsi que de toutes les modalités de la formation militaire, ont causé des luttes de subjectivation, comme pendant la Première Guerre mondiale le débat entre le cheval et le moteur, qui suscitait de vives résistances de la part de tous ceux – cavaliers, cadre de Saumur, etc. – pour qui la seule manière possible de combattre c’était à pied ou à cheval. Un char, ça puait le cambouis, c’était chaud, ça faisait du bruit, cela n’avait rien de la noblesse du cheval et de l’art de la guerre du cavalier, et non, on ne se bat pas avec ce genre de choses, qui, dans ses débuts, était par surcroît inefficace. Je pense que, dans l’armée, c’est un débat récurrent. Au xiie siècle, quand sont apparues les arbalètes, elles ont été condamnées par le pape : c’était les armes du diable, non pas parce qu’elles causaient d’horribles blessures, mais parce qu’avec une arbalète, un simple manant bien placé pouvait tuer un noble chevalier sans avoir à l’affronter dans le combat. Cela rappelle bien évidemment le film d’Akira Kurosawa « Les Sept Samouraïs » (1954) et les guerres de subjectivation entre les nobles samouraïs et les brigands armés d’arquebuses autour, précisément, de cultures matérielles et motrices concurrentes. L’usage de l’arbalète exigeait un apprentissage, dans la mesure où il fallait emmagasiner la puissance de l’arc avec des poulies. Il fallait l’appuyer à terre pendant l’opération parce que la tension était phénoménale. On envoyait des carreaux d’arbalètes à 50 mètres, qui traversaient une cuirasse. Il y a là un débat qu’on retrouve aujourd’hui au sujet du drone. Il paraît que le ciel de Mossoul est rempli de drones. Ils vrombissent de tous les côtés en permanence. C’est extrêmement angoissant parce qu’il devient impossible de localiser la menace et d’identifier l’ennemi. Cela suscite des réactions inédites, y compris de la part des pilotes, qui tuent à distance sans engagement corporel dans le combat.

  • 17 Dubey G., Moricot C. (2016), Dans la peau d’un pilote de chasse. Le spleen de l’homme-machine, Pari (...)

C. R.-B. : Est-il possible d’émettre l’hypothèse que les situations extrêmes ont une incidence sur les incorporations, sur leur ténacité par exemple ? Parce qu’elles s’accompagnent de traumatismes ? S’inscrivent dans des logiques de survie ? Sont prises dans des réseaux d’actions sur les actions des autres disciplinées au sens foucaldien, c’est-à-dire où le corps est pris en charge spatialement, temporellement, gestuellement ? Ou au contraire, que les situations extrêmes imposent des passages d’incorporation aux désincorporations rapides : avoir incorporé un avion et être en mesure de s’en éjecter (voir les travaux de G. Dubey et C. Moricot sur les pilotes de chasse17). Finalement, n’est-ce pas cette mise-démise en objets qui est, ou devrait être, travaillée dans certaines formations ?

  • 18 Corbet A. (2008), Nés dans les camps : changements identitaires de la nouvelle génération de réfugi (...)

J.-P. W. : Oui, sans aucun doute, c’est un domaine à explorer. L’évocation du traumatisme attire l’attention sur deux choses. La première, c’est la prise et la déprise sujet-objet, qui met en jeu la totalité bio-psycho-sociale dont parlait Mauss à propos des techniques du corps. Elle a des dimensions neuro-physiologiques, socialement acquises et codées, et psycho-affectives, susceptibles d’être constructives et porteuses, ou à l’inverse traumatiques. La seconde : ce qui est vrai de la prise-déprise sujet-objet l’est également de ce que Lacan et Foucault (après Klossowski) énoncent du sujet : sa fragilité, son vacillement, le fait qu’il peut se faire ou se défaire, qu’il n’est jamais là où on l’attend ni là où il se croit être. Il peut se loger dans des matérialités apparemment extérieures à lui sans qu’on s’en avise, ou au contraire s’en déloger. Sur ces thématiques, les situations extrêmes ont certainement beaucoup à nous apprendre. Le sort des réfugiés – ceux de 2017 comme ceux de 1944-45 en Europe – qui ont vu leur habitation et tout son contenu partir en poussière en une fraction de seconde nous oblige à nous interroger sur la radicalité d’une telle démise en objets et sur les sortes de sujets qu’elle produit, car tous ne réagissent pas de la même manière ni avec les mêmes ressources sensori-affectivo-motrices étalées dans le temps. D’autres situations extrêmes comme celles de la vie en camps de réfugiés, avec ses pénuries et ses matérialités spécifiques, méritent un examen attentif comme celui qu’on trouve dans la thèse d’Alice Corbet18. Cela aussi relève du Aïe.

C. R.-B. : Ce qui caractérise les rencontres importantes ou qui ont permis de déclencher des avancées dans le travail autour de la formation des sujets dans la matière, sont des rencontres souvent en marge de la socio-anthropologie. Nous avons parlé neurosciences, archéologie, histoire, philosophie, etc. N’y a-t-il pas aussi une nécessité de recourir à d’autres disciplines pour pouvoir descendre à une granularité qui permette de rendre compte des tirets ou des « Aïe » ?

J.-P. W. : Ce sont souvent des personnes clairement identifiables qui sont à l’origine de l’aventure intellectuelle. Il faut donc aussi mentionner ce qu’on pourrait appeler des rencontres de validation ; tous les collègues et chercheurs comme Jean-Luc Jamard, très accueillant à nos recherches à partir de la technologie culturelle, ainsi que les étudiants plus ouverts aux innovations que ne le sont bien des universitaires confirmés. (Mais il faut au passage souligner les réactions très encourageantes de Parlebas, Bayart, Romain Bertrand, qui ont intégré les cultures matérielles et motrices à leur programme de recherche.)

On notera que les protagonistes qui déclenchent des moments de formation et de validation se rattachent à divers champs disciplinaires : archéologie (Rowlands), psychologie sociale et science de l’action motrice (Parlebas), histoire (Audoin-Rouzeau), sociologie politique (Bayart), et que les auteurs de référence élargissent encore le champ : philosophie (Merleau-Ponty, Foucault), neurosciences cognitives (Jeannerod, Berthoz). Cela tient à l’objet d’étude : le sujet incarné-et-ses-objets agissant dans de multiples domaines – politique, religieux, vie quotidienne, santé, genre, sexualité, formation. La pluridisciplinarité se trouve au cœur de cette entreprise intellectuelle, des moments de rencontre et de formation, ainsi que de la déclinaison de son sigle « MàP », tant il y a corps et matière à politique, à formation, à religion, à guerre, à socialité, à production, à travail. La déclinaison du sigle ouvre des portes sur de multiples espaces de validation et d’enquête aptes à renouveler l’entreprise anthropologique.

Haut de page

Notes

1 Braudel F. (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, Armand Colin,

2 Pour un résumé sur les gouvernementalités subjectivantes articulant relations stratégiques entre sujets qui entendent gouverner les pratiques des autres, techniques de gouvernement et états de domination, voir Foucault M. (1994), Dits & Écrits, t. IV, 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 728-729, qui fait valoir la liberté du sujet dans le rapport de soi à soi et de soi aux autres et constitue la matière même de l’éthique.

3 Warnier J.-P. (dir.) (1994), Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan ; Warnier J.-P., Rosselin C. (dir.) (1996), Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d’authenticité, Paris, L’Harmattan.

4 Memmi D., Guillo D., Martin O. (dir.) (2009), La tentation du corps dans les sciences sociales françaises. Corporéité et sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS.

5 Parlebas P. (1981), Contribution à un lexique commenté en science de l’action motrice, Paris, INSEP Éditions.

6 Hoarau F. (1999), « Trier, transporter à Emmaüs. Ethnographie, sens et sciences de l’action », dans Julien M.-P., Warnier J.-P. (dir.), Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, p. 97-106.

7 Bayart J.-F, Warnier J.-P. (dir.) (2004), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, CERI/Karthala (Recherches internationales).

8 http://materialreligions.blogspot.fr/ (consulté le 24 mars 2017).

9 Warnier J.-P. (2009), Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, CERI/Karthala (Recherches internationales).

10 Faure S. (2000). Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute.

11 Martin C. (2007), Construire sa compétence en taille de pierre. Processus corporels et sociaux d’acquisition et de transmission du savoir, thèse de doctorat dirigée par Marie Roué, Muséum d’histoire naturelle, p. 232. En ligne : https://www.theses.fr/2007MNHN0036 (consulté le 24 mars 2017).

12 Voir l’article de Tim Ingold dans ce numéro.

13 Julien M.-P., Rosselin C. (dir.) (2009), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, Éditions du CTHS.

14 Audoin-Rouzeau S. (2008), Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (xixe-xxsiècle), Paris, Seuil.

15 Warnier, J.-P. (2011), « Bodily/Material Culture and the Fighter’s Subjectivity », Journal of Material Culture, 10 (4), p. 359-375.

16 Audoin-Rouzeau S. (2016), Une initiation. Rwanda, 1994-2016, Paris, Seuil.

17 Dubey G., Moricot C. (2016), Dans la peau d’un pilote de chasse. Le spleen de l’homme-machine, Paris, PUF.

18 Corbet A. (2008), Nés dans les camps : changements identitaires de la nouvelle génération de réfugiés sahraouis et transformation des camps, thèse de doctorat dirigée par Michel Agier, CEAf-EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Warnier, « De la « civilisation matérielle » à « Matières à former » », Socio-anthropologie, 35 | 2017, 143-156.

Référence électronique

Jean-Pierre Warnier, « De la « civilisation matérielle » à « Matières à former » », Socio-anthropologie [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 04 mai 2017, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/2593 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2593

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Warnier

Jean-Pierre Warnier est titulaire d’un Ph. D. en anthropologie de l’université de Pennsylvanie et d’un doctorat ès lettres (Paris X Nanterre). Depuis 1971, il mène des recherches sur le royaume de Mankon au Cameroun et sur l’histoire de cette région d’Afrique. Il a publié entre autres Échanges, développement et hiérarchies dans le Bamenda pré-colonial. Cameroun (Franz Steiner Verlag Wiesbaden, 1985), Construire la culture matérielle (PUF, 1999), Régner au Cameroun. Le Roi-pot (CERI/Karthala, 2009) et, en codirection avec J.-F. Bayart, Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses (Karthala/CERI/UCAC, 2004).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals