Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série35VariaSpectres de Mars

Varia

Spectres de Mars

Le mouvement breton et ses fantômes au xxe siècle
Sébastien Carney

Résumés

De 1919 à 1939, la revue nationaliste bretonne Breiz Atao a été hantée par les spectres des soldats bretons tombés dans les combats de la Grande Guerre. 240 000 cadavres qui signifient surtout la francisation des Bretons, synonyme de dégénérescence aux yeux des militants, et une dette de sang impossible à assumer. Dès lors, il s’agit d’exorciser la Bretagne en créant un Breton nouveau, racialement purifié. Un guerrier que quelques-uns prétendent incarner dans des groupements paramilitaires alliés aux Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais à la place d’un exorcisme s’est opéré un transfert et ces activistes sont eux-mêmes devenus des fantômes. Ces derniers viennent aujourd’hui rappeler, à un mouvement depuis passé à gauche, la captation de l’héritage qu’ils lui ont légué et l’obligation de devoir l’assumer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deschamps É., Dard O. (dir.) (2005), Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, ré (...)
  • 2 Comme on l’entend dans les rayonnages des dépôts d’archives, où le fantôme est la fiche qui remplac (...)
  • 3 Allusion à Derrida J. (1993), Spectres de Marx. L’état de la dette, le travail du deuil et la nouve (...)

1« Résurrection » est une carte postale de propagande éditée en 1922 par Breiz Atao (Bretagne toujours), organe de l’Union de la Jeunesse de Bretagne, qui deviendra le Parti autonomiste breton (1927), puis le Parti national breton (1931), expressions bretonnes des « relèves1 » européennes de l’entre-deux-guerres. Imaginée par Olier Mordrel, un des ténors de l’équipe, la carte représente un Breton conforme aux stéréotypes du siècle précédent : cheveux longs, sabots de bois, costume traditionnel. Le personnage surgit d’une sépulture sur laquelle on lit : Ama eo beziet Breiz, ci-gît la Bretagne. Un pied encore dans la tombe, il signale aux militants une tâche inachevée : le relèvement de la Bretagne. Inscrite dans l’air du temps de ces années 1920 marquées par le retour constant des morts (Becker, 2015), cette carte eut la faveur des nationalistes bretons, agissant sur eux comme un miroir. Car, contrairement aux apparences, ce n’est pas un revenant que montre « Résurrection », mais le fantasme d’un Breton régénéré, d’un homme nouveau riche des caractères des ancêtres disparus. À elle seule, l’image résume toute l’histoire du mouvement nationaliste breton, qui est une histoire de spectres. En Bretagne, depuis la Grande Guerre, la presse militante, mais également divers producteurs de mémoire sont sujets à des phénomènes de revenance. Ces « apparitions » ne témoignent pas d’un retour du refoulé ou d’une irruption intempestive du passé dans le présent : elles participent d’une démarche volontariste, d’une convocation du passé par le présent. Le mouvement breton est hanté par des fantômes2 qui sont sa projection hors du temps. Ces spectres résultent de la conscience qu’ont leurs créateurs de la tension existant entre ce qu’ils sont eux-mêmes et ce qu’ils ne sont pas. Les fantômes du mouvement nationaliste breton sont l’insupportable souvenir d’une Première Guerre mondiale que les militants n’ont pas faite, l’impossible oubli d’une Seconde qu’ils ont menée. Ce sont des spectres de Mars3, des fantômes de guerre, qui hantent le mouvement breton.

Les 240 000 et le complexe de Mars

  • 4 On en dénombre aujourd’hui un peu plus de 130 000.
  • 5 Reder-mor, « Petit commerce », Breiz Atao, 230, 18 août 1935, p. 4.

2Dans ses dernières années de parution, sur sa dernière page, Breiz Atao oppose à l’image d’une jeune Bretonne souriante celle d’une tête de mort grimaçante ayant pour linceul un drapeau français flanqué des dates 1914-1918. On ne saurait mieux signifier à quel point la revue a été hantée par les soldats bretons tombés dans les combats de la Grande Guerre. Ils seraient 240 000, dit-on alors4, et ce chiffre, ou l’évocation de « l’impôt du sang », apparaissent dans près d’un numéro de Breiz Atao sur deux, entre 1919 et 1939. Si ce bilan énorme fait alors consensus, son interprétation divise : pour certains il atteste du sacrifice des Bretons à leur foi, pour d’autres il témoigne de leur attachement à la République. Pour les activistes bretons, la rémanence régulière de ces cadavres semble d’abord être le rappel d’une dette contractée par une France injuste envers des Bretons dont elle se serait honteusement servie. En effet, puisque les fantômes apparaissent pour demander l’accomplissement des œuvres nécessaires à leur salut, les 240 000 permettent aux nationalistes d’affirmer que la Bretagne a donné les meilleurs de ses fils pour obtenir les faveurs que l’État lui a toujours refusées, par exemple l’enseignement de la langue bretonne. Cette situation est d’autant plus injuste que les Bretons auraient été des victimes choisies et désignées, de la chair à canon sacrifiée aux intérêts de « protégés Mocos de l’impérialisme français5 », des Parisiens, des Juifs associés aux « mercantis » et autres « embusqués ».

  • 6 Non-signé, « Position », Breiz Atao, 177, 25 juin 1933, p. 4.
  • 7 Le Comité Directeur, « À travers le Pays », Breiz Atao, 7, juillet 1920, p. 25.

3Mais il est également admis que le fantôme surgit quand la mort du défunt, subite, sans préparation, présente le danger d’une souillure pour la communauté (Schmitt, 1994). C’est surtout cela qu’exprime la revenance des 240 000, en rappelant aux militants que ces soldats ne sont pas tombés pour la Bretagne mais bel et bien pour la France. Cette réalité de l’engagement volontaire des Bretons à la guerre, Breiz Atao l’admet assez vite, évoquant les « 240 000 fils qui, au lieu de pourrir dans les barbelés de l’Est auraient mieux fait de prendre exemple sur l’activité déployée par les Volontaires en Irlande6 ». De là jaillit un constat aussi simple qu’insoutenable : les Bretons sont devenus Français, ils ont donc dégénéré, et les 240 000 spectres viennent rappeler aux vivants leur décadence. Breiz Atao constate l’introduction en Bretagne de « l’esprit parisien », des « mœurs d’Apache », du « système D » assimilé à « certaines habitudes d’immoralité7 ». La guerre a « débretonnisé », francisé le pays : la Bretagne a perdu la guerre et on ne peut pas pleurer ses morts. Pourquoi vouloir croire cela ?

  • 8 Derrida J. (1993), Spectres de Marx, op. cit., p. 46.
  • 9 Hardier T., Jagielski J.-F. (2001), Combattre et mourir pendant la Grande Guerre : 1914-1925, Paris (...)
  • 10 Fonds Mordrel, OM22 C1218, lettre de Joseph Mordrelle à son fils Olivier, 26 juin 1918.

4« On n’hérite jamais sans s’expliquer avec du spectre et, dès lors, avec plus d’un spectre8. » Le martèlement jusqu’à l’obsession de références à « l’impôt du sang » souligne la difficulté des militants, tous enfants de la Grande Guerre, à assumer la « dette de sang9 » de leurs pères qui se sont battus pour leur assurer un monde meilleur. En 1917, lors de son discours d’investiture, évoquant les soldats jetés dans la fournaise, Clemenceau n’avait-il pas déclaré : « ils ont des droits sur nous » ? Ainsi, lorsqu’un jour le père d’Olier Mordrel lui écrit du front pour lui dire avoir échappé providentiellement à la mort, il lui demande de prier pour lui, et de bien veiller à ses examens scolaires10. Ces enfants, et pas uniquement les orphelins, doivent se montrer dignes du sacrifice de leurs pères : les fils de héros doivent eux-mêmes vivre en héros (Audoin-Rouzeau, 1993). Devenus responsables d’une guerre faite pour eux et qui leur intime des responsabilités accablantes, ils sont redevables de leurs aînés. Dans cette perspective, la guerre qui tue comme elle fait les héros devient une expérience trouble, qui sublime des pères devenus monuments écrasants auxquels il devient progressivement impossible de s’identifier, et dont il convient, peu à peu, de s’éloigner (Fouchard, 2013 ; Pignot, 2012). Les dernières années de guerre marquent de fait une rupture entre la génération du feu – les combattants – et celle de la guerre – leurs fils – dont certains refusent une victoire d’autant plus lourde à assumer qu’ils n’ont pu y contribuer. La rémanence des 240 000 signale également la perte de la guerre comme irremplaçable expérience de vie, une dette que la vie a contractée à l’égard des militants.

  • 11 Breuer S. (1996), Anatomie de la Révolution conservatrice, Paris, Éditions de la MSH, p. 35.
  • 12 Processus par lequel, soumises à la banalisation de la violence en temps de guerre, les sociétés eu (...)
  • 13 Voir également le dossier « La Grande Guerre comme initiation » dans Histoire@politique, 28, janvie (...)
  • 14 Céline L.-F. (1952), Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, p. 14.
  • 15 J’emprunte cette expression à Fernandez D. (2009), Ramon, Paris, Grasset, p. 117.

5Les principales voix du mouvement breton de l’entre-deux-guerres font partie d’une génération très tôt identifiée sous le nom de « génération superflue11 ». Mobilisés par l’enseignement, la lecture, la prière, les jouets dans la croisade de la civilisation contre la barbarie, ces jeunes gens nés entre 1900 et 1910 ont été très tôt marqués par la politique. Habitués à la violence de guerre, ils vécurent un véritable « ensauvagement12 ». Éduqués et instruits dans la perspective de leur propre sacrifice, ils étaient promis à la guerre. Mais l’armistice a mis un terme à ce qui fut leur seul horizon pendant plus de quatre ans. Arrivés trop tard, ces jeunes éprouvent le manque de ne pas avoir combattu, d’autant plus que le champ de bataille est perçu comme un lieu d’initiation13 qui participe d’un mythe de la guerre, dont on croit qu’elle fut une aventure transformant les corps et les âmes. Mordrel le premier, à qui son père répète que c’est au feu que les gens révèlent leur vraie personnalité. Condamnés à être des « puceaux de l’horreur14 », privés de l’expérience unique de la découverte du bord du monde, de la frontière qui, au cœur du no man’s land, sépare les hommes des surhommes, ces jeunes sont sujets à ce qu’on a appelé le complexe de Mars15.

6Cette frustration qui conduit à l’action concerne évidemment l’Allemagne de la défaite. On pense par exemple à Ernst Von Salomon, qui est d’ailleurs une référence pour plusieurs activistes bretons des années 1930. Mais l’Allemagne n’est pas seule concernée par ce complexe qui touche aussi quelques jeunes gens des pays vainqueurs, notamment la France, où la frustration de ne pas aller à la guerre a été attisée par l’importance du fantasme de l’enfant héros (Ingrao, 2010).

7Aussi, en 1918, le désarroi de certains fut complet. Le militant Célestin Lainé raconte son état d’esprit à l’annonce de l’armistice :

  • 16 Il n’est pas anodin que Lainé évoque un voyage impossible sur une planète dont le nom est celui du (...)

Qu’allait-on pouvoir faire désormais si la Grandeur de la Patrie, l’Héroïsme et toutes les Vertus qui nous avaient menés à la Victoire venaient à se démoder ? À quoi allait servir la Justice si l’on ne pouvait plus combattre l’Injustice ? À quoi pourrait-on s’occuper ? Faire du sport ? C’est bien fade ! Dire des prières ? C’est peu mouvementé ! Travailler ? Sans doute, mais pourquoi ? […] L’aviation ne me tentait pas ; il m’eût fallu bien davantage ; au moins un voyage à la lune ou à la planète mars16.

  • 17 J’accuse, film réalisé par Abel Gance, sorti le 25 avril 1919, prod. Charles Pathé, 166 minutes.
  • 18 Derrida J. (1993), Spectres de Marx, op. cit., p. 14.
  • 19 Becker R. de (1942), Livre des vivants et des morts, Bruxelles/Paris, Éditions de la Toison d’Or, p (...)

8Ainsi, les 240 000 évoquent moins les pertes à la guerre que la perte de la guerre comme expérience. Les fantômes de la sortie de guerre ne sont pas ici les morts du J’accuse d’Abel Gance17 venus demander des comptes aux vivants, ils sont les morts que devaient être les vivants qui n’ont pas eu le temps de participer aux combats. Ces spectres naissent de la tension exercée entre la présence au monde de ces militants, et leur disparition jadis programmée mais avortée. Les jeunes de la « génération superflue » sont des vivants qui devaient mourir, des morts finalement appelés à vivre. Comment séparer le mort du vivant est la question que se sont posée nombre d’entre eux qui, engagés dans des mouvements « non-conformistes », ont cherché une troisième voie. « Ni dans la vie ni dans la mort seules, écrit Derrida. Ce qui se passe entre deux, et entre tous les “deux” qu’on voudra, comme entre vie et mort, cela ne peut que s’entretenir de quelque fantôme18. » C’est ce mal-être européen que dans Le livre des vivants et des morts, Raymond de Becker résuma en termes lumineux : « Les hommes de ce temps ont bien appris à mourir, mais il leur reste encore à savoir vivre19. »

Les vrais vivants sont les morts

  • 20 O. M., « Les Avantages du Panceltisme », Breiz Atao, 4-5, 15 avril-15 mai 1923, p. 295.

9Les militants conçoivent vite le projet de se réinventer comme Bretons. La dette de sang et le complexe de Mars supposent en effet une métamorphose de cette Bretagne qui n’est plus à la hauteur de son passé lointain. Cela induit une redéfinition des liens de filiation et une tentative de régénérer une race déchue à force d’être latinisée. Les premiers espoirs de résurrection sont placés dans la fréquentation des supposés frères celtes. « Le Panceltisme, assure Mordrel, nous fera sortir de notre ambiance pétrifiée, il nous plongera dans un courant de vie intense qui réveillera un génie, une sensibilité et un caractère endormis, abrutis par une trop longue servitude20. »

  • 21 Non-signé (Olier Mordrel), Le nationalisme breton. Aperçu doctrinal, Rennes, Éditions du PNB, 1932, (...)

10Mais, au début des années 1920, les contacts pris avec des nationalistes Gallois et Irlandais déçoivent. Les jeunes de Breiz Atao se tournent alors vers les étudiants Flamands et les autonomistes Alsaciens, considérés comme des frères de sort également victimes de la latinisation. Il est vite opportun de voir en eux des frères de sang, et de croire que Germains et Celtes sont réunis sous la même voûte nordique. Désormais, le salut des Bretons passe par « le retour des peuples du Nord à leurs traditions ethniques21 ». Plus radical encore, Célestin Lainé écrit :

  • 22 Chef de guerre.
  • 23 CRBC, fonds Lainé, CL8 T106, « Foi celtique », première rédaction, 1934.

Aujourd’hui que la Bretagne est si oubliée, il y a quelque chose qui nous étreint le cœur quand nous lisons dans le récit des expéditions du romain Agricola contre les Bretons la harangue que le tiern22 Galgacos adressait à ses soldats :
« Bretons, en allant au combat, souvenez-vous de vos ancêtres et pensez à vos descendants ! »
Ainsi les Bretons d’il y a dix-neuf siècles ne nous ont pas seulement transmis inconsciemment leur sang, mais ils ont pensé à nous, mais ils ont puisé le courage de combattre et de mourir bravement dans la pensée que nous – ceux d’aujourd’hui – pourrons ainsi vivre en Celtes comme l’avaient fait leurs pères avant eux.
Où en sommes-nous vraiment ? Aurions-nous le front de nous montrer devant eux sans disparaître dans la honte23 ?

  • 24 Ibid.

11Son constat est simple : les Bretons n’ont plus assez de foi celtique. Pour la retrouver, Lainé prône la « force violente des Nordiques », nécessaire et sans état d’âme ; le racisme, qui définit l’ennemi et justifie la guerre ; l’ignorance du mal, et donc du bien. On s’en doute, Lainé a lu Nietzsche et Maître Eckhart. Dès 1934, il est inspiré par Gerhard von Tevenar. Jeune celtisant allemand, agent de l’Abwehr II, ce proche d’Ahnenerbe (institut scientifique de la SS), rompu aux théories raciales de Hans Günther, est également disciple de l’Unabhängige Freikirche (Église libre indépendante) fondée par Friedrich Hielscher, un intellectuel de la Révolution conservatrice, chantre d’un Reich nordique dominant l’Europe. Grosse de ces influences, la Weltanschauung de Lainé est une vision héroïque de la vie, projection de son complexe de Mars : « C’est la lutte qui a trempé et élevé les hommes, qui sauvegarde les plus puissants et leur assure l’avenir ; […] ce qui est à craindre, c’est que l’aspect guerrier ne s’affaiblisse dans notre idéal24. » Le Celte doit donc être un guerrier. Le redevenir est affaire de possession et d’incarnation.

  • 25 Renard T., « Éditorial », 303, 140, p. 5.

12Sur le modèle des Wandervögel allemands, comme d’autres mouvements de jeunesse du temps, des militants bretons se lancent sur les routes, sac au dos. Marcher ensemble, c’est raffermir sa foi en la cause, c’est aussi chercher dans le contact avec la nature l’homme « réel » opposé à l’homme artificiel francisé de la culture matérielle moderne. Cette nature est surtout faite de ruines, devant lesquelles, selon Thomas Renard, tout un chacun peut « ressentir la grandeur des temps passés, la déception du temps présent, le sentiment d’être né au mauvais moment, qu’un autre présent serait possible25 ».

  • 26 Assoun P.-L., « L’inconscient des vestiges. Psychanalyse de la ruine », 303, p. 53-56.

13« “Spectre optique” du passé26 », présence de ce qui n’est plus, la ruine n’est ni dans le passé, ni dans le présent. Habitat naturel des fantômes, elle suggère un rapport à la mélancolie, où le spectateur s’identifie à ce qui est mort et l’incorpore. Ainsi par exemple du cimetière des bateaux à Landévennec, ou des ruines du château du roi Morvan à la Roche-Maurice, que visitent les randonneurs. Ou plutôt qu’ils hantent. Car ce n’est pas le passé qui surgit soudain dans le présent : c’est l’inverse. Ces Bretons francisés se croient morts et viennent chercher une âme dans les ruines, parmi les glorieux ancêtres disparus – les vrais vivants. Dans ces mémoires de pierre, matérialisation de leur propre paysage psychique, jouissant de la contemplation de l’objet sinistré, ceux qui fréquentent les ruines ne se laissent pas mortifier. Bien au contraire, conjurant la perte, ils s’y rétablissent (Assoun, 2016). D’autant plus à une époque où l’on assiste à une personnification et une héroïsation des ruines de la Grande Guerre, ruines combattantes où l’on se rend en pèlerinage (Danchin, 2015).

14Car conjurer son propre spectre de guerre c’est aussi substituer au deuil impossible des poilus bretons celui des héros du duché breton. Ainsi compare-t-on la faiblesse des soldats de 1914 à l’héroïsme de ceux de 1488, qui s’illustrèrent à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier livrée contre la France :

  • 27 Fanch Le Lay (1935), « Antimilitarisme à la française et Nationalisme breton », Breiz Atao, 237, 24 (...)

Nous ne voulons pas que le Peuple Breton emprunte le chemin qu’il parcourut en chantant en 1914, pour revenir en 1919 déchiré […] Nous ne sommes pas bâtis sur le gabarit de ceux qui nous ont précédés. L’ombre des 6 000 héros tombés à Saint-Aubin-du-Cormier pour défendre l’indépendance bretonne plane sur nos fronts et vivifie nos cœurs27.

  • 28 Encart anonyme, Breiz Atao, 59, 28 juillet 1929, p. 2.

15Puisque les fêtes de guerre constituent un champ d’affrontement identitaire (Dalisson, 2013), il vient à l’idée des militants de créer des contre-monuments (Robin, 2000). Une manifestation annuelle sur le champ de bataille de Saint-Aubin-du-Cormier devient la « journée de deuil national de la Bretagne28 » en lieu et place du 11 novembre dont on copie la liturgie, pour que les militants puissent s’inspirer des morts, dialoguer avec eux. En témoigne ce discours prononcé in situ :

  • 29 Derrien J. (1935), « Non, nous n’oublierons jamais... », Breiz Atao, 221, 14 avril 1935, p. 2.

Non, Bretons qui dormez ici de votre dernier sommeil, dans cette lande qui fut le théâtre de votre résistance acharnée, qui a bu à flots votre sang pur et généreux, non Bretons, votre sacrifice n’aura pas été vain. Il est à l’heure actuelle une armée de jeunes qui se lève en Bretagne, une armée de jeunes fils de votre race qui ont compris la sublime leçon que vous nous avez donnée à Saint-Aubin-du-Cormier, une armée de jeunes dont les représentants ici ce soir viennent jurer sur votre tombeau de redonner vie, de redonner corps, de redonner âme surtout à cette génération opprimée pour laquelle vous avez versé joyeusement, à la bretonne, jusqu’à la dernière goutte de votre sang. […]
Camarades, les entendez-vous ce soir, ces 6 000 héros dont la lande est pleine, ces 6 000 héros qui sont là, couchés au hasard des sillons, et dont les âmes toujours vivantes nous enveloppent et nous étreignent, les entendez-vous, camarades, nous crier ce soir dans le grand vent de la lande : « En avant, les gars, en avant, c’est pour la Bretagne ; en avant toujours, jusqu’à la mort »29.

16À la fin des années 1930, ces cérémonies se déroulent de nuit. On assiste alors au spectacle quasi-vampirique de morts (les Bretons francisés contemporains), cherchant auprès de vivants (les héros Bretons du passé), de quoi revenir à la vie. Les soldats de Breiz Atao, dont la rebretonnisation est à comprendre sous la forme d’un « debout les morts ! », deviennent eux-mêmes des revenants. Mais ces morts-vivants disent une Bretagne qui n’existe pour personne, un combat qui n’est que le leur.

  • 30 CRBC, fonds Lainé, CL1 T3, Autobiographie, p. 16 et 31.

17La lutte que mènent alors les activistes bretons est une grande guerre continuée par d’autres moyens. La politique est l’aventure (Gaxie, 2005) par laquelle ils espèrent pallier leur complexe de Mars, comme d’autres recourent à l’alpinisme, à la gymnastique, à la moto (Mosse, 1999). Revenant en 1946 sur le discours du Breiz Atao d’avant-guerre, Lainé évoquera avec mépris « une guerre de Mots30 » Lui-même prône l’action : en 1932 il fait exploser à Rennes le monument commémorant l’union de la Bretagne à la France ; en 1937 il met sur pied le Kadervenn (sillon de combat), embryon d’une future armée bretonne. Une vingtaine de jeunes gens y reçoivent un enseignement militaire fait de cours théoriques et de manœuvres fictives sur le terrain. Évidemment, c’est en souvenir des héros de Saint-Aubin-du-Cormier, où en 1488 l’armée bretonne fut défaite par l’armée française, que ces hommes jurent obéissance et fidélité à leur chef et à la Bretagne.

  • 31 J’emprunte ici les concepts de fantôme et de crypte (lieu où, dans l’appareil psychique, le secret (...)
  • 32 Du nom de l’abbé Jean-Marie Perrot, père spirituel de Lainé et de l’ensemble du mouvement breton, q (...)

18Mais les gesticulations paramilitaires et la guerre de papier, c’est encore vivre la guerre sans la vivre – un ailleurs. Ces répétitions d’une possibilité d’existence passée participent également de la revenance (Hamel, 2006). Ici, le fantôme semble être la résurgence d’une mémoire dissimulée dans la crypte d’un traumatisé31, d’une personne possédée par la guerre non vécue. Après 1939, lorsque la guerre est déclarée pour de bon et que la France est occupée, la majeure partie des nationalistes bretons opte pour la collaboration. Parmi eux, la troupe de Célestin Lainé baptisée Formation Perrot32 devient en 1943 une unité supplétive de l’armée allemande. Engagés dans la SS, ses hommes portent un calot à tête de mort.

De nouveaux spectres

19En Bretagne, la fin de l’année 1944 est marquée par des vagues d’arrestations de collaborateurs ou présumés tels. Rejeté ou ignoré avant-guerre, le mouvement breton est désormais franchement condamné par la population. Suite à quelques procès médiatiques, une délégation galloise aiguillée par des militants réfugiés au Pays de Galles se rend en Bretagne enquêter sur l’épuration à laquelle sont soumis les nationalistes. Contre toute vraisemblance, son rapport publié en 1947 affirme que le gouvernement français s’est servi des agissements de la petite troupe de Lainé pour jeter le discrédit sur l’ensemble d’un mouvement dégagé de tout soupçon.

20Ce rapport devient vite la vulgate d’un activisme renaissant, qui a tout intérêt à s’amputer d’un seul membre déclaré gangrené pour permettre aux réputés sains d’espérer croître. Dès lors, plusieurs militants produisent un récit du passé permettant d’établir un cordon sanitaire autour de l’Unité Perrot. Joseph Martray, pendant l’occupation rédacteur en chef d’un quotidien dérobé à sa direction première grâce à l’aide des Allemands, écrit :

  • 33 J.-M., « le scandale de l’épuration en Bretagne », Le Peuple Breton, 6, 16 mars 1948, p. 5-8.

Sur l’initiative d’un homme dont la responsabilité nous apparaît écrasante vis-à-vis de la Bretagne, une milice fut en effet créée et mise au service des Allemands. Cette milice commit des crimes sur lesquels nous sommes parfaitement informés et ce n’est certes pas nous qui demanderons l’indulgence. Encore distinguerons-nous entre le véritable responsable – nous n’hésiterons nullement à nommer Célestin Lainé – et les jeunes gens trompés par lui qui crurent venger la mort de l’Abbé Perrot assassiné en décembre 1943 et se virent enrôlés dans une formation nazie dont ils ne pouvaient plus ensuite s’évader33.

21De fait, les actes de Lainé n’engageaient que lui. Pire même : Lainé voulait d’abord utiliser son unité contre le parti qui était sa première victime, et derrière lui tout le mouvement breton, du temps même de la guerre. Ce discours sert évidemment tous ceux qui, déjà aux affaires sous l’occupation, veulent rejouer un rôle dans le mouvement, après avoir bénéficié de l’oubli juridique organisé par les amnisties, débattues à l’aube des années 1950. L’historiographie du mouvement breton entre donc dans ce que Henry Rousso a identifié comme la seconde phase du syndrome de Vichy, celle du refoulement (Rousso, 1990).

  • 34 Porteuse d’une crypte.

22En témoignent les réactions suscitées en 1953 par la publication sous pseudonyme de la « Galerie Bretonne » de Mordrel, alors réfugié en Argentine. Dans cette succession plus ou moins chronologique de portraits des figures majeures du mouvement, Mordrel convoque les héros du passé pour vanter leurs mérites, et régler quelques comptes. Une brève polémique éclate entre lui et Lainé – réfugié en Irlande. Les vieilles rancœurs de ces fantômes des années noires sont du plus mauvais effet. Accusé d’être un indicateur des Renseignements Généraux à cause de la masse d’informations qu’il livre dans son ouvrage, Mordrel est sommé de se taire : sa prose est bien trop compromettante pour les militants en fuite qui n’ont pas encore bénéficié des lois d’amnistie votées en 1951 et 1953, à une époque où le tout jeune Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons (CELIB) peine à obtenir quelque résultat. La prudence s’impose donc, d’autant que sur fond de mythe résistancialiste, d’anciens résistants, et à leur suite d’anciens collaborateurs, construisent une mémoire cryptophore34, lourde de fantômes potentiels. Les morts-vivants bretons, les militants-vampires d’hier, y sont logiquement cantonnés.

23Ainsi, Yann Poupinot, un proche de Mordrel, aborde l’attitude du mouvement breton sous l’occupation en ces termes :

  • 35 Poupinot Y. (1955), La Bretagne contemporaine, II, Paris, Ker Vreiz, p. 213.

Même si la preuve d’une collusion des patriotes bretons avec les Allemands est impossible à faire et s’il est patent, au contraire, que la quasi-totalité d’entre eux n’a eu en vue que ce qu’ils considéraient comme le bien de La Bretagne, on saura monter en épingle des cas maladroits, compromettants ou douteux, inévitables dans une telle entreprise, de manière à effacer sous l’opprobre la seule évolution régionale centrifuge de France35.

24Ce déni est d’autant plus nécessaire que deux ans après la parution de son ouvrage, Poupinot participe à la création du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB), dirigé par Yann Fouéré, patron de presse pendant la guerre, qui vient alors d’être acquitté d’une accusation d’intelligence avec l’ennemi. En 1962, Fouéré publie sa propre histoire du mouvement – « La Bretagne écartelée » – où il s’efforce d’établir un martyrologe breton.

  • 36 Nom donné au mouvement breton par le mouvement lui-même.

25Or il y a au MOB quelques étudiants de gauche lassés par les discours d’une équipe dirigeante constituée des anciens revenus aux affaires. En 1964, ces jeunes dissidents fondent l’Union démocratique bretonne (UDB), qu’ils tâchent d’éloigner du discours hérité de l’entre-deux-guerres. Eux aussi ont intérêt à tenir le passé à distance : leur problème est d’assumer une partie de l’héritage du mouvement breton tout en s’en émancipant. C’est dans ce climat que le Strollad an Deskadurezh Eil Derez (Groupe d’éducation du second degré) invente un découpage chronologique de l’histoire du mouvement breton en trois périodes bien distinctes. Un premier emzao36 aurait existé avant 1914, un second de 1918 à 1945, le troisième avait débuté à la Libération. Ce découpage, aujourd’hui largement utilisé dans de nombreux travaux, est censé garantir l’étanchéité du passé en mettant entre parenthèses le passé qui ne passe pas. C’est oublier que les fantômes traversent les murs et sautent les générations.

  • 37 Frélaut B. (1970), L’heure bretonne, Rennes, mémoire de maîtrise d’histoire, publié sous le titre L(...)

26Dans la Bretagne de la fin des années 1960, une Armée révolutionnaire bretonne multiplie les attentats. Ses chefs sont vite assimilés aux anciens « collabos » par la presse nationale. L’un d’eux, Yann Goulet, chef du service d’ordre du PNB pendant la guerre, est sommé de démontrer qu’il n’a pas été nazi. Dans le même temps, les difficultés que rencontre l’UDB incitent de jeunes militants ou sympathisants à se pencher dans des études universitaires sur le passé du mouvement, pour essayer de comprendre les raisons de son échec. L’un d’eux, Bertrand Frelaut, explore L’Heure bretonne37. Condamnant la tentative de fascisme breton ébauchée par le PNB dans les années 1930-1940, il en appelle au socialisme breton. On ne saurait mieux dire le refus de l’héritage : se confronter au passé, ce n’est pas pour autant faire avec. Il est alors d’autant plus urgent de chasser les fantômes du mouvement que, à la faveur du Revival post-gaulliste, d’anciens militants comme Mordrel surgissent sur le devant de la scène en publiant leurs mémoires. De fait, dans les années 1980, militants et universitaires, qui restent parfois les mêmes, se partagent la parole, dans un prudent statu quo.

27Les années 1990 voient le retour du passé vichyste, jusqu’à l’hypermnésie. Les discussions autour de la ratification de la charte européenne des langues régionales et une nouvelle vague d’attentats de l’ARB alimentent en Bretagne un climat particulier. Une polémique éclate autour du passé de Roparz Hemon, linguiste compromis pendant l’occupation. En 2000, un collège Diwan qui portait son nom est débaptisé, et sous une forte pression sociale, un colloque d’historiens est organisé à Brest en 2001 pour dépassionner le débat et montrer qu’en dépit des opérations de déni les historiens avaient fait leur travail. Restait, inlassablement, à le (re)diffuser.

  • 38 The time is out of joint (Shakespeare, Hamlet, I-5).

28Or, s’il fut rarement autant sollicité, l’historien est peu écouté et soumis à une rude concurrence de récits du passé soumis aux exigences morales et justicières du devoir de mémoire (Ledoux, 2016). Certaines voix s’élèvent pour refaire le procès des « collabos », condamner un mouvement breton considéré comme insuffisamment dénazifié et défendre la mémoire de la Résistance en Bretagne (Morvan, 2002, 2010). Ce dernier réagit dans sa diversité, voyant dans la traque de ses fantômes un complot jacobin. À droite, on vise à la réhabilitation intégrale, affirmant que les Bretons auraient eu davantage à souffrir de la résistance communiste que du nazisme et de son allié breton (Mervin, 2013). Dénonçant les « amalgames » – entendre une tromperie délibérée (Doury, 2003) –, les militants de gauche décrivent la dérive d’un mouvement victime de sa droitisation dans l’entre-deux-guerres et pendant la Seconde Guerre mondiale, avant que les choses ne rentrent dans l’ordre, c’est-à-dire qu’il revienne à gauche. Des études se multiplient, qui tendent à montrer un mouvement inspiré par quelques penseurs libertaires ou proches du communisme opportunément exhumés. Cette idée de dérive, non-sens historique, suppose qu’un temps la Bretagne serait sortie de son histoire. Or, c’est justement là, où « le temps est hors de ses gonds38 », qu’apparaissent les spectres. D’ailleurs, sur les réseaux sociaux, la droite identitaire bretonne ne cesse de se réclamer de Mordrel, Fouéré et d’autres encore.

Dialogue avec le spectre

29Il a déjà été observé que les fantômes surgissent quand la raison politique tend à les refouler de la mémoire des peuples (Schmitt, 1994). La mémoire sert à oublier, tout le monde le sait. Mais il ne faudrait pas croire que le passé surgit dans le présent : c’est le présent qui convoque le passé pour faire face à une tension insurmontable. Les fantômes du mouvement breton n’apparaissent pas pour demander justice, ils sont les créatures d’entrepreneurs mémoriels qui s’en servent pour demander justice. À la fois être et non-être de ces créateurs, les spectres sont la projection du mal-être de guerriers sans guerre, d’héritiers sans héritage, au cœur de dettes impossibles à honorer. Ils sont aussi les ombres que l’on aime fréquenter pour tenter d’oublier d’autres spectres encore. L’être-avec les spectres serait une politique de la mémoire, de la succession des biens et du pouvoir, des générations (Derrida, 1993 ; Schmitt, 1994). D’où leur importance au lendemain des guerres, temps du deuil, de la mémoire à vif et des héritages compliqués, périodes où l’on voit des gens sujets à un spectre de guerre devenir eux-mêmes des spectres de la guerre pour les générations suivantes. Cette mutation trouve son origine dans le déni vital opéré par les militants des années 1950-1960, mais n’a lieu véritablement que dans la fin des années 1990, années du « devoir de mémoire » dont la temporalité et les modalités – stratégie de groupes dont le but n’est pas l’intelligibilité du passé, mais la vérité du présent pour s’identifier comme victimes du passé et revendiquer ce statut en vue d’obtenir privilèges, gratifications et réparations (Ledoux, 2016) – en font un proche parent, sinon l’équivalent, du Spectral turn. Ainsi le devoir de mémoire produit du spectre, qui assure à son entrepreneur la fréquence d’une certaine visibilité, mais aussi la certitude d’en être le premier hanté. Il n’est donc pas étonnant que ses promoteurs entretiennent des relations conflictuelles avec les historiens. Quand ils travaillent sur le temps présent, ces derniers sont parfois confrontés à la présence physique des acteurs, plus souvent de gardiens du temple ou d’entrepreneurs mémoriels qui refusent la mise au passé de ces acteurs, c’est-à-dire le basculement dans un registre temporel relevant de l’Histoire, comme une façon de quitter le monde (Rousso, 2012) : la conjuration des spectres. Mais les fantômes sont à la mémoire ce que les pales sont au moulin, et l’historien est leur Don Quichotte. Sauf à en faire des objets d’étude pour les dépasser, faire son métier et ne pas se voir, à son tour, en victime ou en juge. L’historien pourrait alors parler aux fantômes, comme Hamlet déclare au spectre :

Le temps est hors de ses gonds. Ô sort maudit
Qui veut que je sois né pour le rejointer !
Allons, rentrons ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Abraham N., Torok M. (1987), L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion

Assoun P.-L. (2016), « L’inconscient des vestiges. Psychanalyse de la ruine », 303, 140, p. 53-56.

Audoin-Rouzeau S. (1993), La guerre des enfants, 1914-1918. Essai d’histoire culturelle, Paris, Armand Colin.

Becker A. (2015), La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, 1914-années 1930, Paris, Armand Colin.

Breuer S. (1996), Anatomie de la Révolution conservatrice, Paris, Éditions de la MSH.

Dalisson R. (2013), La guerre et la mémoire, Paris, CNRS Éditions.

Danchin E. (2015), Le temps de ruines, 1914-1921, Rennes, PUR.

Derrida J. (1993), Spectres de Marx. L’état de la dette, le travail du deuil et la nouvelle internationale, Paris, Galilée.

Deschamps É., O. Dard (dir.) (2005), Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités, Bruxelles/Bern/Berlin, P.I.E./Peter Lang.

Doury M. (2003), « L’évaluation des arguments dans les discours ordinaires. Le cas des accusations d’amalgame », Langage et société, 105(3), p. 9-37.

Fernandez D. (2009), Ramon, Paris, Grasset.

Fouchard D. (2013), Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, PUR.

Frélaut B. (1970), L’heure bretonne, Rennes, mémoire de maîtrise d’histoire, publié sous le titre Les nationalistes bretons de 1939 à 1945, Brasparts, Beltan, 1985.

Gaxie D. (2005), « Rétributions du militantisme et paradoxes de l‘action collective », Swiss Political Science Review, 11, p. 157-188.

Hamel J.-F. (2006), Les revenances de l’Histoire. Répétition, narrativité, modernité, Paris, Minuit.

Hardier T., Jagielski J.-F. (2001), Combattre et mourir pendant la Grande Guerre : 1914-1925, Paris, Imago.

Ingrao C. (2010), Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard.

Ledoux S. (2016), Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Mervin Y. (2013), Joli mois de mai 1944. La face cachée de la résistance en Bretagne, YM.

Morvan F. (2002), Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes sud.

Morvan F. (2010), Miliciens contre maquisards. Enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne, Rennes, Ouest-France.

Mosse G. L. (1999), De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette.

Pignot M. (2012), Allons enfants de la patrie. Génération grande guerre, Paris, Seuil.

Renard T. (2016), « Éditorial », 303, 140, p. 5.

Robin R. (2000), « Transfert de mémoire. Autour du mémorial de Berlin », dans Huglo M.-P., Méchoulan E., Moser W. (dir.), Passions du passé. Recyclages de la mémoire et usages de l’oubli, Paris, L’Harmattan, p. 295-322.

Rousso H. (1990), Le syndrome de Vichy : de 1944 à nos jours, Paris, Seuil.

Rousso H. (2012), La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard.

Schmitt J.-C. (1994), Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Deschamps É., Dard O. (dir.) (2005), Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités, Bruxelles/Bern/Berlin, P.I.E./Peter Lang.

2 Comme on l’entend dans les rayonnages des dépôts d’archives, où le fantôme est la fiche qui remplace un document retiré d’un fonds jusqu’à son retour, la trace d’une absence.

3 Allusion à Derrida J. (1993), Spectres de Marx. L’état de la dette, le travail du deuil et la nouvelle internationale, Paris, Galilée.

4 On en dénombre aujourd’hui un peu plus de 130 000.

5 Reder-mor, « Petit commerce », Breiz Atao, 230, 18 août 1935, p. 4.

6 Non-signé, « Position », Breiz Atao, 177, 25 juin 1933, p. 4.

7 Le Comité Directeur, « À travers le Pays », Breiz Atao, 7, juillet 1920, p. 25.

8 Derrida J. (1993), Spectres de Marx, op. cit., p. 46.

9 Hardier T., Jagielski J.-F. (2001), Combattre et mourir pendant la Grande Guerre : 1914-1925, Paris, Imago, p. 347.

10 Fonds Mordrel, OM22 C1218, lettre de Joseph Mordrelle à son fils Olivier, 26 juin 1918.

11 Breuer S. (1996), Anatomie de la Révolution conservatrice, Paris, Éditions de la MSH, p. 35.

12 Processus par lequel, soumises à la banalisation de la violence en temps de guerre, les sociétés européennes ont intériorisé, domestiqué, transformé puis réinvesti cette violence en temps de paix. Mosse G. L. (1999), De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette.

13 Voir également le dossier « La Grande Guerre comme initiation » dans Histoire@politique, 28, janvier-avril 2016.

14 Céline L.-F. (1952), Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, p. 14.

15 J’emprunte cette expression à Fernandez D. (2009), Ramon, Paris, Grasset, p. 117.

16 Il n’est pas anodin que Lainé évoque un voyage impossible sur une planète dont le nom est celui du dieu de la guerre. Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC), fonds Lainé, CL1 T2, autobiographie 1946. C’est l’auteur qui souligne.

17 J’accuse, film réalisé par Abel Gance, sorti le 25 avril 1919, prod. Charles Pathé, 166 minutes.

18 Derrida J. (1993), Spectres de Marx, op. cit., p. 14.

19 Becker R. de (1942), Livre des vivants et des morts, Bruxelles/Paris, Éditions de la Toison d’Or, p. 289.

20 O. M., « Les Avantages du Panceltisme », Breiz Atao, 4-5, 15 avril-15 mai 1923, p. 295.

21 Non-signé (Olier Mordrel), Le nationalisme breton. Aperçu doctrinal, Rennes, Éditions du PNB, 1932, p. 27.

22 Chef de guerre.

23 CRBC, fonds Lainé, CL8 T106, « Foi celtique », première rédaction, 1934.

24 Ibid.

25 Renard T., « Éditorial », 303, 140, p. 5.

26 Assoun P.-L., « L’inconscient des vestiges. Psychanalyse de la ruine », 303, p. 53-56.

27 Fanch Le Lay (1935), « Antimilitarisme à la française et Nationalisme breton », Breiz Atao, 237, 24 novembre 1935, p. 2.

28 Encart anonyme, Breiz Atao, 59, 28 juillet 1929, p. 2.

29 Derrien J. (1935), « Non, nous n’oublierons jamais... », Breiz Atao, 221, 14 avril 1935, p. 2.

30 CRBC, fonds Lainé, CL1 T3, Autobiographie, p. 16 et 31.

31 J’emprunte ici les concepts de fantôme et de crypte (lieu où, dans l’appareil psychique, le secret est enfoui) à Abraham N., Torok M. (1987), L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion.

32 Du nom de l’abbé Jean-Marie Perrot, père spirituel de Lainé et de l’ensemble du mouvement breton, qui fut tué par la Résistance en décembre 1943.

33 J.-M., « le scandale de l’épuration en Bretagne », Le Peuple Breton, 6, 16 mars 1948, p. 5-8.

34 Porteuse d’une crypte.

35 Poupinot Y. (1955), La Bretagne contemporaine, II, Paris, Ker Vreiz, p. 213.

36 Nom donné au mouvement breton par le mouvement lui-même.

37 Frélaut B. (1970), L’heure bretonne, Rennes, mémoire de maîtrise d’histoire, publié sous le titre Les nationalistes bretons de 1939 à 1945, Brasparts, Beltan, 1985.

38 The time is out of joint (Shakespeare, Hamlet, I-5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Carney, « Spectres de Mars », Socio-anthropologie [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/2611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.2611

Haut de page

Auteur

Sébastien Carney

Sébastien Carney est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Bretagne Occidentale, et membre du Centre de recherche Bretonne et Celtique, à Brest. Ses recherches portent sur les relèves politiques de l’entre-deux-guerres, la recomposition des identités en sortie de guerre, le nationalisme breton et l’instrumentalisation de l’histoire. Sa thèse a été publiée aux Presses Universitaires de Rennes en 2015 sous le titre Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search