Navigation – Plan du site

Sécuriser l’alimentation

Appel à contribution pour le no 39 de Socio-anthropologie
Appel clôturé

Notes de la rédaction

Numéro coordonné par Pierre Janin (géographe, chargé de recherche à l’IRD – UMR Développement et Sociétés), Raphaëlle Héron (socio-anthropologue, chercheuse associée – UMR Développement et Sociétés) et Alexis Roy, (anthropologue, chargé de recherche au CNRS – UMR Institut des Mondes Africains).

Argumentaire

Tout le monde mange, et « s’alimenter » devient pour certains un acte banal. Mais c’est pour autant un besoin vital, qui n’est jamais définitivement assuré ni dénué de risques.

Au-delà de l’impératif physiologique, « bien s’alimenter » émerge de plus en plus comme une exigence, à la fois ressentie et martelée. Elle implique la formalisation et la transmission de connaissances scientifiques comme de pratiques à maîtriser, allant jusqu’à réinventer les « traditions » ou à remobiliser des savoirs populaires, alors même que les systèmes alimentaires s’industrialisent. Cette diversité de trajectoires – chaîne technique, identitaire ou éthique de valeur, circuits courts ou mondialisés d’approvisionnement, réduction des risques immédiats ou des effets négatifs de long terme – complique les choix de chaque acteur alimentaire (producteur, transformateur, mangeur, décideur, …).

« Sécuriser l’alimentation » apparaît comme une aspiration, un processus, une injonction et une ambition. Mais qui sécuriser (groupe ou classe d’âge particuliers, mangeur-citoyen, …) ? Que sécuriser (produits, filières, sous-systèmes, …) ? Au nom de quoi (menace pathogène, concurrence, bien-être, satisfaction, …) ? Ce dossier souhaite embrasser la dimension historique, politique et éthique de l’alimentation humaine, dans différents contextes de développement, de richesse, de systèmes d’activités, quitte à adopter une lecture critique de la « sécurité alimentaire », telle qu’elle est pensée et promue via son cortège d’innovations techniques et de gestion des risques.

Entre nécessité et contingence

La sécurisation alimentaire se dévoile avec une pluralité de sens : d’ordre matériel (produire des aliments, les transformer, cuisiner), organisationnel (structurer les filières, organiser les lieux d’approvisionnement), comme anthropologique (comprendre ce que manger veut dire).

Mais elle relève aussi d’une pluralité importante d’actions, que l’on peut organiser dans le temps (anticiper d’abord, prévenir, gérer, atténuer ensuite, reconstruire et autonomiser, enfin) ou encore par type (s’approvisionner, diversifier et satisfaire).

Quelle que soit la manière dont on l’aborde, la sécurisation alimentaire présente de nombreux enjeux sociaux et politiques, en lien avec l’accroissement des inégalités et des aspirations des mangeurs d’une part et, d’autre part, avec les effets de la marchandisation des ressources et de leur répartition inégale et inéquitable, du local au global.

Parler de « sécurisation alimentaire » peut donc être une manière de rendre compte de ce qui est fait de manière plus ou moins spontanée, visible comme implicite, dans les discours et surtout dans les pratiques, par un ensemble élargi d’acteurs (allant du mangeur au décideur politique en passant par le transformateur et par les médias) agissant au nom de la fonctionnalité et de la durabilité des systèmes alimentaires.

Manières de voir et de faire

Il est certain que la sécurisation alimentaire se pose en des termes différents, parfois dichotomiques, selon les contextes et selon les attentes : de l’ordre de la survie pour des groupes de population en cas de pénurie aggravée ou de crise, jusqu’à des choix personnels plus éthiques et politiques (rejet de la consommation carnée, des produits agro-industriels, etc.) pour des individus vivant dans des systèmes alimentaires protégés.

Sécuriser vise-t-il à réduire la menace de risques multiples (sanitaires ou nutritionnels), à maîtriser les coûts ou à éclairer les choix, en pleine conscience, des mangeurs ? Sécuriser implique-t-il d’atteindre un standard commun ou la satisfaction individuelle pleine et entière, par l’accomplissement durable des différentes fonctions de l’alimentation (physiologique, sociale, hédonique et identitaire) ?

Selon le choix qui sera fait, ce seront ou des connaissances étiques (normes, standards) ou des savoirs émiques (perceptions, représentations) qui seront pris en considération, diffusés et légitimés. La question des temporalités complexifie le jeu des connaissances et des savoirs puisque le temps de la sécurité physique et nutritionnelle diffère des temporalités marchandes ou identitaires.

Sécuriser consiste-t-il à répondre à la demande changeante des besoins alimentaires, sans cesse réévalués, exprimés par des mangeurs exigeants, parfois sous influence ? Ou, plutôt, à rechercher la stabilité (des prix, des approvisionnements), la garantie (de qualité) ou l’amélioration de la diversité (des produits, des filières, des fonctions) ? Comment stabiliser les approvisionnements, les pratiques, les représentations dans un monde contemporain caractérisé par un double mouvement de globalisation et de revendication des particularismes ?

Sécuriser peut-il, enfin, être fortifié par la mise en place de régulations favorables au bien commun ou au bien-être individuel ?

Sciences sociales et sécurisation alimentaire

La socio-anthropologie, et plus largement les sciences sociales qualitatives, permettent aux chercheurs d’aborder la sécurisation alimentaire en étant particulièrement attentif à la question des dynamiques du changement, reliant sociétés et systèmes alimentaires (production, transformation, consommation). Elles accordent une place privilégiée à l’examen des interactions entre des acteurs, toujours plus nombreux, à différentes échelles temporelles (court et moyen termes) et à différents niveaux d’analyse (individus et groupes ; local et international) afin de restituer toute la complexité de l’objet au cœur des sociétés et des territoires.

En parallèle, afin de sortir de la standardisation chiffrée – comme ordonnancement du monde et des citoyens – les situations de sécurité (et leur corollaire d’insécurité) doivent faire l’objet d’analyses contextualisées localement et enracinées sociologiquement et politiquement.

Le champ que souhaite couvrir ce numéro est donc large. Il va de la sécurisation à l’échelle individuelle (comme pratique locale spontanée) à l’échelle de l’action publique (les actions traitant de l’alimentation et de la sécurité alimentaire, dans le champ de l’humanitaire, du développement ou des politiques au long cours). Il vise, en outre, à interroger les disciplines sur la notion de « sécurisation alimentaire » et sur les manières de la mettre en œuvre.

Modalités de soumission

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue par les coordonnateurs pour le 1er juin 2018 (pierre.janin [at] ird.fr ; raphaelle.heron [at] univ-paris1.fr ; royalexi [at] gmail.com). Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

La remise d’un texte rédigé est fixée au 1er octobre 2018. Le dossier final comportera 8 à 10 textes d’un volume compris entre 25 000 et 35 000 signes.

La parution du numéro 39 « Sécuriser l’alimentation » aura lieu en juin 2019.

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals