Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoires coloniales

Avant-propos : le contexte colonial

Pierre Bouvier
p. 9-12

Texte intégral

1Les colonisations, par marées successives concomitantes, ou espacées dans le temps, abordent les côtes des divers continents. Ces expéditions restent d’abord limitées à des lieux propices à l’installation de comptoirs à l’initiative de telle ou telle puissance européenne. Des raisons économiques, commerciales et militaires en sont les mobiles.

2Divers éléments vont contribuer à rendre possibles et réalisables ces opérations ultramarines. L’un des plus importants semble être le fait que, malgré la détermination parfois hésitante des commandements et des directives, ces opérations de prédation se mettent en place. Ces forces et leurs commanditaires recueillent l’aval des instances métropolitaines. Ils ont su convaincre les autorités et l’opinion publique des nations dont ils relèvent, de la nécessité de ces expéditions au-delà des mers. Non sans débats et reculades, la persistance et l’attrait de richesses potentielles, les enjeux militaires et diplomatiques quant à la reconnaissance de la puissance de ces nations capables d’envoyer au loin troupes et « civilisateurs » ont vaincu les résistances.

3Ainsi en a-t-il été en France sous la IIIe République et alors que le dilemme se posait : mettre tout son poids face aux menaces ennemies sur les frontières septentrionales ou consacrer des budgets et des hommes pour la conquête de terres lointaines. S’affrontèrent Georges Clemenceau pour la première option, versus Jules Ferry pour la seconde. Y participent également les enjeux entre les puissances européennes tournées principalement vers le grand large des océans Atlantique et Pacifique, vers les Indes et la Chine, dont les réputations de richesse n’étaient plus à faire. Les expéditions sont transversales : du centre vers ses ouest et est, et non vers les sud. D’autres nations que la France : le Portugal, l’Espagne et, plus que toutes, l’Angleterre ne lésinèrent pas.

4L’empire britannique ayant supplanté l’espagnol et le français en termes d’envergure, il s’imposa au xixe siècle comme le parangon de la colonisation. Ceci fut possible non seulement par les moyens engagés, mais également du fait des directives applicables à l’ensemble de leurs forces : cela leur assura une cohésion dans les avancées, ainsi que dans les nécessaires tactiques de stabilisation. De fait l’avancée de l’expansion coloniale n’a pas été sans difficultés ; de puissants adversaires se présentèrent face à ces prétentions.

5De par leur multitude, leur connaissance des terrains, leurs capacités guerrières, les populations autochtones furent capables de dresser des obstacles et de repousser, un temps, des agressions extérieures. Il peut paraître cependant paradoxal, compte tenu des forces en présence, que le succès ait couronné ces politiques européennes d’appropriation de territoires étrangers et de leurs vastes étendues. Lors des premières expéditions portugaises, espagnoles, françaises et hollandaises, les contingents débarqués sur les côtes étaient peu fournis. Ils coïncidaient à la capacité limitée des vaisseaux disponibles, à leur nombre et à leurs aptitudes à embarquer des troupes conséquentes.

6La sidération des populations autochtones, mais beaucoup plus encore la supériorité des armements des envahisseurs et leur habilité à jouer des conflits endogènes, des rivalités et de leur capacité à s’allier avec l’un ou l’autre, furent des facteurs assurant aux assaillants les victoires. Ils jouèrent un rôle indéniable dans le processus de colonisation. À terme, l’arrivée de populations allogènes européennes exprimant une volonté de peuplement repoussa les autochtones vers l’intérieur des terres et signa leur disparition et annihilation.

7S’agissant de l’Afrique, continent relativement peu connu, elle ne suscitait pas de raison particulière pouvant justifier des expéditions dont les bénéfices n’apparaissaient pas évidents. De plus, la prépondérance de l’islam, l’ignorance, tant des conditions de vie et des réelles richesses à butiner, étaient parmi les éléments freinant les tentatives.

8Suivant les nations impliquées, divers types d’administration seront mis en place. Des liens directs sont privilégiés par certains, dont les Français ; les Britanniques préférant, eux, une administration indirecte. Pour la première, des strates successives de personnels permettent de tirer parti des richesses de territoires conquis, au détriment des populations indigènes. Des ministres, aux gouverneurs et commandant de cercles, la loi coloniale est supposée transiter par ces intermédiaires au bénéfice de la nation dont ils sont les ressortissants.

9Leurs fonctions et titres captent la lumière. A posteriori, leurs mémoires font l’objet de l’attention de leurs compatriotes tout comme celles de chercheurs en sciences sociales, dont au premier chef les historiens. Elles sont constituées de témoignages, de recueils, de carnets de mission, mais également de directives, d’ordonnances, de jugements. Ces éléments nourrissent les ouvrages spécialisés ou ceux à plus large audience. S’y adjoignent les commémorations et les célébrations de tel ou tel fait, liés à la conquête et à la stabilisation de l’imposition coloniale. La statue de Pierre Sarvognan de Brazza est présente à Brazzaville tout comme une statue de David Livingstone à la Royal Geographical Society, à Londres.

10Ce n’est pas le cas des agents subalternes témoins et acteurs quotidiens des politiques coloniales au plus près des populations locales.

  • 1 Leiris, M. (1934), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard.

11Les mémoires de ces époques passées et de leurs contextes sociétaux, mais également existentiels, trament ce numéro. Il est consacré aux éléments rendant compte au plus près des vécus de personnes colonisées et de colonisateurs comme le fit Michel Leiris dans son ouvrage L’Afrique fantôme1. Ces autobiographies, autoscopies et relevés de documentation, disent le fait colonial dans sa complexité, mais également dans ses ambivalences souvent tues ou délaissées. Le socio-anthropologue essaie de donner à voir les envers masqués par des vulgates voulant s’en tenir aux évidences policées.

12Au mouvement expansif de la période xviii-xxe siècles succède un mouvement pendulaire inversant les flux. La mondialisation et les crises économiques modifient frontalement la direction et la composition des vagues populationnelles. Ce troisième millénaire voit le ressac des anciens conquérants et parallèlement la montée en puissance des migrations indigènes. Le phénomène colonial laisse place à un néo-colonialisme tout autant économique, mais dorénavant doté de valeurs plus idéelles et symboliques. La stase coloniale perd ses atours antérieurs, ceux de la cupidité dénuée de toute vergogne, pour laisser place à une réitération des procédures antérieures, mais sous des jours policés. Dans la mesure du possible, ce néocolonialisme s’appuie dorénavant sur des instances et des représentants émanant des contextes mêmes. L’administration des hommes et des richesses passe par des relais autochtones. Ils présentent l’avantage d’occulter tant soit peu le rôle inchangé des donneurs d’ordre économiques et de leurs impositions face aux populations décolonisées à l’inverse de la manière antérieure, celle de la chicotte et du travail forcé.

13Des travaux historiques, aux lectures trop souvent lisses, occultent les diversités des attitudes des acteurs individuels et collectifs ainsi que des ensembles populationnels de moindre envergure.

14Il s’agit ici de mettre en valeur ces pans de mémoires qui ne relèvent pas des grands récits hors sol estampillés par les nations colonisatrices.

15La tradition, mais également les historiens « classiques » férus de faits saillants, passent à côté de la chair de ces mémoires. Ce sont souvent quelques individus qui eux sont à même d’en mettre à jour l’épaisseur des contradictions face aux discours officiels qui paraissent aller de soi.

  • 2 Bouvier, P. (2011), De la socioanthropologie, Paris, Galilée.

16Il faudra un retour sur soi-même, une autoscopie ainsi que la posture du socioanthropologue pour dégager ces moments antérieurs, leurs facettes sociologiques et anthropologiques, le sociétal et l’existentiel nourrissant les mémoires au-delà des institutions et de leurs impositions2.

17En arrière-plan une foultitude d’agents secondaires et subalternes se sont attachés et impliqués à fortifier ou à s’opposer à ces politiques coloniales d’appropriation de terres et de populations étrangères. Ainsi en est-il par exemple en matière d’instructeurs d’agriculture, de missionnaires catéchisant, d’administrateurs et de colons au champ d’action ponctuel, de militants de parti minoritaire, de travailleurs expatriés.

18Le principe de réalité montre pourtant, et avec violence, ce que ne veulent voir qu’avec réticence les instances internationales : la détermination irrédentiste de populations affirmant ou réitérant leur volonté de souveraineté sur leurs propres territoires. Il s’agit pour ces ensembles populationnels d’affirmer des cohérences, leur cohérence, leur désir de dire et de se dire en tant que sujet. Ces endoréismes considérés comme passéistes, ces prétentions trament les conflits récurrents qui parmi d’autres font l’actualité des affrontements moyen-orientaux ou ceux de l’Afrique centrale.

19Des identités culturelles, sociales religieuses le démontrent pour le meilleur et pour le pire. Les cautères au nom d’un humanisme abstrait n’apparaissent pas comme des thérapies suffisantes sinon efficaces.

20Le phénomène colonial, ses mémoires et ses suites sont des plus divers. Il mérite une attention redoublée alors qu’il se dote, sous les lustres de la globalisation, d’habits neufs. Tel est le propos développé dans les différentes contributions de ce numéro, qui sont réinterrogées dans la postface de Sophie Poirot-Delpech à la lumière du travail de Nathan Wachtel.

Haut de page

Notes

1 Leiris, M. (1934), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard.

2 Bouvier, P. (2011), De la socioanthropologie, Paris, Galilée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bouvier, « Avant-propos : le contexte colonial », Socio-anthropologie, 37 | -1, 9-12.

Référence électronique

Pierre Bouvier, « Avant-propos : le contexte colonial », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3227

Haut de page

Auteur

Pierre Bouvier

Pierre Bouvier est socio-anthropologue, professeur émérite de l’université Paris Nanterre (Paris X), membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain IIAC. Initiateur de la socioanthropologie, il est l’auteur de diverses publications dont Socio-anthropologie du contemporain (Galilée, 1995) ; Le lien social (Gallimard, 2005) ; Aimé Césaire, Frantz Fanon, portraits de décolonisés (Les Belles lettres, 2010) ; De la socioanthropologie (Galilée, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals