Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoires coloniales

La malédiction du catéchiste

Bernard Ngou ou le récit caché de la genèse (Cameroun, 1900-1950)
Franck Beuvier
p. 13-26

Résumés

L’institution des catéchistes autochtones constituera le bras armé de l’évangélisation au Cameroun et dans les chefferies Bamiléké. Recrutés pour garnir les bancs de l’école chrétienne, enfants et adolescents représenteront pour les missionnaires les futurs cadres autochtones de l’Église nouvelle. Au début des années 1910, les premiers catéchistes forment une catégorie émergente qui, très vite, s’avère être le pivot de la vie chrétienne. Promus représentants de l’ordre religieux des blancs et médiateurs entre les populations et le missionnaire, ils se doivent de prêcher la doctrine en s’opposant aux mœurs et coutumes locales.
La biographie du catéchiste Bernard Ngou sert ici de fil conducteur, et révèle en ces premiers temps un destin impossible : une vie guidée par un attachement aux préceptes chrétiens, et ponctuée par des circonstances insolites ou malheureuses, où le soupçon de sorcellerie n’est jamais désarmé. Ce chemin de croix qui domine le récit dessine un motif proprement Bamiléké de la persécution chrétienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grassland et Grassfields : nom donnée par les Allemands puis par les Britanniques à cette région m (...)
  • 2 Le territoire du Cameroun est placé sous protectorat allemand en 1884, lors de la Conférence de Be (...)

1Bernard Ngou est né vers 1890 dans la chefferie de Bafreng, chefferie aujourd’hui située dans la région anglophone du Nord-Ouest du Cameroun. Cet ensemble, dit « Bamenda », compose, avec les chefferies Bamiléké et le royaume Bamoun, les Grassfields1. Bernard Ngou rencontre pour la première fois un Blanc en 1904, le jour du marché, un colonel de l’armée allemande qui le prend à son service comme cuisinier2. En 1910, une mission catholique est créée dans la chefferie de Dschang par les Pères Pallottins. Le militaire, qui s’est lié à ce jeune homme au fil des années, décide d’inscrire Bernard Ngou à l’école de la mission. Le 12 mars 1913, ce dernier reçoit le baptême. L’année suivante, Ngou est envoyé comme moniteur à Mbetta, dans l’actuelle région du Littoral, non loin de la frontière ouest de la région Bamiléké, puis, devant l’avancée des armées françaises et britanniques, revient à Dschang quelques mois plus tard. Les Pères allemands, contraints de fuir vers la Guinée espagnole, confient la mission et ses biens aux cinq chrétiens Grassfields qui sont là. En raison des troubles, de la situation incertaine liée à la conquête, Ngou décide de rentrer dans son village, à Bafreng. En décembre 1915, il relate :

  • 3 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, Paris, Proc (...)

Je suis parti à Bamenda où j’eus beaucoup de difficultés à vivre en chrétien au milieu de ma famille païenne. Je me suis construit une cabane très éloignée du village pour être tranquille, car on me tendait des pièges3.

  • 4 Ibid., p. 61-69.

2Ainsi débute le récit de ce futur catéchiste catholique, dont les souvenirs manuscrits sont reproduits dans l’ouvrage du Père Goustan Le Bayon, dans ses mémoires de missionnaire au Cameroun publiées en 19864. Nous allons, au fil des pages, suivre pas à pas son histoire, en soulignant les faits qui caractérisent cette trajectoire de catéchiste des premiers temps – à la fois singulière et commune à bien d’autres – pour entrevoir ce destin inattendu – à bien des égards improbable – de cadre de l’Église chrétienne. Ce parcours, tel que redessiné par son auteur, rime avec persécution. Un motif qui prend corps au travers d’événements choisis, de moments incertains, de drames personnels, de tensions et de conflits, indissociables de sa condition. Des ressentis, des blessures encore vives, manifestes derrière le choix des épisodes relatés, que nous allons traduire suivant la démarche adoptée par Pierre Bouvier (2016). Nous suivrons d’abord la trame de son récit, en veillant à sa ponctuation, avant de revenir sur deux traits majeurs qui révèlent l’ambiguïté de sa trajectoire : l’impact durable de la séparation culturelle, synonyme d’anomie, une position certes assumée, mais difficilement tenable en raison de la situation coloniale ; les avatars d’une vie entre deux mondes, où le catéchiste revêt les habits du bouc émissaire, victime de son statut ambivalent de subalterne gênant et de sorcier. Son récit, finalement, témoigne du mauvais rôle endossé par ces premiers chrétiens aux Grassfields.

La vie est un chemin de croix

  • 5 Ibid., p. 61.

En 1904, au marché de Bafreng, je vois un Blanc pour la première fois. Je suis avec quatre amis. Le Blanc, c’est M. Adamas, colonel allemand. Il nous appelle. Mes quatre amis se sauvent. Je reste. Voyant que personne ne venait me réclamer, il m’amène à Bamenda, et me confie à son cuisinier5.

3Le début de son récit relève, rétrospectivement, d’un coup de dé : le fruit d’un hasard et d’un choix fait en situation. En ce jour de marché de Bafreng, lorsque le militaire fait signe à ce groupe de jeunes gens, tous se dérobent sauf lui. Bernard Ngou a alors treize ou quatorze ans et décide de suivre ce Blanc. Jusqu’à son départ pour la mission de Dschang six ans plus tard, l’officier supérieur, semble-t-il satisfait de ce garçon, veillera sur lui, le confiant à des proches, amis et relations, lors de ses déplacements et ses voyages en Allemagne. Selon ses mots, l’officier supérieur l’envoie à la mission à des fins d’instruction, mettant un terme à ses fonctions domestiques pour le placer dans cette école nouvellement créée. Nous sommes en 1910, Dschang devient un chef-lieu de l’administration allemande et une mission ouvre ses portes.

  • 6 Ibid.

Il me donne l’habillement dans deux cantines et deux de ses ouvriers me conduisent à Dschang. Je me présente à l’administrateur qui veut me garder comme cuisinier. Je refuse, et je vais à la mission où je trouve un Blanc à longue barbe, le Père Ruf […]. Deux jours après je suis inscrit à l’école et au catéchuménat6.

4Même s’il n’en dit rien, instruction scolaire rime avec instruction religieuse. Non que le jeune Ngou fut ignorant des croyances et pratiques chrétiennes des Blancs – il vit auprès et au service des Blancs –, mais il fait l’expérience d’une vie religieuse au quotidien. La mission, synonyme de cloître, devient foyer, où le novice est placé sous l’autorité des missionnaires et sensibilisé à la doctrine catholique, à sa liturgie, son rythme codifié et son calendrier. Plus qu’un apprentissage de la langue, c’est une initiation, au sens propre du terme, que débute le jeune homme. La consécration a lieu trois ans plus tard, le 12 mars 1913 – il a environ vingt-trois ans –, lorsqu’il reçoit le baptême, un sacrement qui lui confère un nom – Bernard – et un statut – celui de chrétien.

5Si Bernard Ngou n’entend pas, à ce moment, vouer son existence au service de Dieu, plus désireux de se consacrer aux lettres, sa formation spirituelle et la hiérarchie missionnaire vont lui dicter d’autres besoins. Contre son gré, il est d’abord envoyé comme moniteur à Mbetta, puis, au seuil de la Grande Guerre, il se voit confier avec quelques autres chrétiens Grassfields les biens de la mission. Après le départ et l’évacuation de l’ensemble du personnel de l’Église allemande – du Frère et des quatre Sœurs restés sur place –, Bernard Ngou, accompagné de deux « camarades » de la mission, tente d’approcher un Père Blanc à Douala. Ils se fondent alors dans une colonne de prisonniers en route vers la côte et séjournent en prison pendant deux mois. Finalement libérés, ils décident de rentrer dans leurs villages respectifs. Retour difficile si l’on se rapporte à ses mots, la cohabitation avec les siens s’avérant impossible. La suite immédiate du récit est celle d’une quête fiévreuse : Ngou guette la présence de prêtres dans ce Cameroun instable que viennent de conquérir français et britanniques.

  • 7 Ibid., p. 63.

En septembre 1916, je m’enfuis à Buea. […] Là je rencontre plusieurs camarades de l’école. Je reconnais Mathias Efiem qui est devenu par la suite catéchiste de Soppo. C’est lui qui, avec M. Siméon Ngouti a assuré mon entretien en habillement et nourriture pendant six mois. Mais je n’étais pas satisfait, car il n’y avait pas de prêtre et je ne recevais pas les sacrements7.

  • 8 Ibid.

6Bernard Ngou se presse de constituer quelques économies pour rejoindre Douala, pour aller à la rencontre des missionnaires arrivés. Sans papiers, perdu au gré des déplacements successifs, il peine à prouver qu’il est chrétien. Son baptême est finalement attesté par les Pères allemands retranchés sur l’île de Fernando Po. « J’étais rassuré, écrit-il, et je pus me confesser8. » Ce passage est significatif : il souligne combien Bernard Ngou est attaché à la liturgie catholique, imprimée dans son corps et son esprit. Il ne peut vivre sans cette liturgie qui désormais l’accompagne dans son existence. Ce besoin, devenu vital, est à la hauteur de l’hostilité ressentie lors de son retour sur ses terres natales. Son destin est irrémédiablement lié à celui de la famille chrétienne naissante. Ses besoins, ses repères, ses semblables, relèvent d’une communauté inventée. Ses membres prennent le nom de « camarade » pour en souligner la nécessaire fraternité. Sauf exception, l’entraide, l’affection, la protection, ne peuvent être assurées et apportées en dehors de cette nouvelle parenté sociale, dont l’aîné, le fondateur, est un Père Blanc.

  • 9 Nkongsamba sera instituée comme mission en 1928, année de l’installation du premier Père, le Père (...)

7Bernard Ngou retrouve sa sérénité lorsque l’opportunité lui est offerte de se réinstaller à la mission. Début 1918, il revient et s’installe à Douala, va régulièrement à la mission et se lie d’amitié avec son supérieur, le Père Retter. Ngou en devient résident et débute son initiation à la langue française au printemps 1919. En novembre, le supérieur décide de l’envoyer à Nkongsamba, dans cette petite ville en plein essor située au sud du pays Bamiléké, pour réunir les quelques chrétiens recensés sur place. D’abord réticent à cette idée, balbutiant encore le français, il accepte finalement, et, un an et demi plus tard, en juillet 1921, le nouveau poste secondaire9 dispose d’une chapelle et d’une maison d’habitation, et compte une soixantaine de catéchumènes. La communauté chrétienne de Nkongsamba naît, sur l’initiative de Bernard Ngou, promu catéchiste.

8Le succès des premiers temps, décrit sous les traits d’une œuvre prometteuse, laisse place au désenchantement. En 1922, Bernard Ngou reçoit un certificat d’enseignement, élargit la base de ses fidèles, enregistre ses premiers baptêmes, et, en 1923, il se marie et devient le père d’un premier enfant. Mais les difficultés se font jour peu après, prenant irrémédiablement le pas sur la dynamique bienfaisante du commencement. L’histoire bascule, dorénavant ponctuée d’épisodes malheureux. Le poste est d’abord contraint de déménager sur une autre colline, sur ordre de l’administrateur Hugues Chapoulie ; puis, craignant l’installation d’un village chrétien, les autorités locales invoquent l’absence d’autorisation. Ngou ne dispose d’aucun droit lui permettant d’occuper le site.

  • 10 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p (...)

Mais les autochtones ne m’en voulaient pas, précise-t-il. Au contraire, ils avaient peur de cet endroit qu’ils considéraient comme la résidence des esprits et la cause de mort d’hommes10.

  • 11 Devant l’importance des flux migratoires, l’administration française met en place au début des ann (...)

9Chapoulie et Adam Arab, haoussa, alors chef des étrangers de la ville11, lui vouent une profonde inimitié, et, en 1927, il se voit déféré au tribunal pour avoir enterré un jeune catéchumène sur les terres de la mission. Manifestement, Ngou ne distingue pas clairement les enjeux qui motivent ces initiatives, où il fait figure soit de maillon faible soit de présence menaçante. La volonté conjointe de l’administrateur et du représentant légal est évidemment de freiner l’institutionnalisation de ces lieux à caractère religieux, alternatifs et potentiellement influents, tenus par des Camerounais. Officiellement ils ne sont reconnus comme mission que lorsqu’un Père en prend la direction. Mais un catéchiste n’est pas un administré comme les autres : il relève in fine de l’autorité d’un représentant ecclésiastique, qui lui confère un droit d’exercer. Aux yeux du chef des étrangers, le catéchiste est un chef, un père – au sens de chef de famille – plus exactement, concurrent. Comme lui, il est à la tête d’une communauté.

10En avril 1931, Bernard Ngou quitte Nkongsamba, après y avoir passé près de onze ans, pour Njombé où il est nommé catéchiste, au sud de Nkongsamba, sur la route menant à Douala. Il part un temps seul, bientôt rejoint par sa femme, qui consent à venir auprès de lui après l’intervention de sa hiérarchie. Une expérience, qui s’apparente à une descente aux enfers :

  • 12 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p (...)

À Njombé j’ai été calomnié et accusé au tribunal. Chaque fois les juges et les missionnaires ont constaté mon innocence. Mais les épreuves n’ont pas cessé. On s’est attaqué à mes enfants. Mon deuxième fils mourut, empoisonné par trois chrétiens de Njombé. Ils l’ont avoué. Le 9 mai 1935, mon troisième fils mourait lui aussi. Je perdrai encore mon dernier fils, le 20 juin 1949, empoisonné par une femme de Njombé12.

11Ngou ne dit rien de l’œuvre accomplie à Njombé où il restera jusqu’à sa mort, en 1982. Près de cinquante ans passés dans cette petite ville, sa plus longue expérience en tant que catéchiste, qu’il résume en deux paragraphes. L’épisode, long, se révèle pénible, cruel à ses yeux. Il est de nouveau traduit en justice, en raison probablement d’accusations de sorcellerie. C’est, du reste, ce que l’on devine derrière l’usage policé du terme « calomnie ». Deux de ses fils meurent dans des circonstances tragiques, victimes à l’évidence de jalousies et de querelles intestines au sein de la communauté chrétienne. Ngou perd trois enfants au cours de son ministère, rappelant ce premier épisode douloureux : le décès de son premier fils âgé de quatre mois début 1923 à Nkongsamba, peu avant ses démêlés avec l’administration. Il trouvera finalement le salut dans ses pèlerinages effectués en Europe, en 1950 après la disparition de son dernier fils, puis en 1954. Un réconfort moral, que lui apporteront aussi son second mariage et les quatre enfants nés de cette union. À bien des égards maudit, Bernard Ngou aura perdu cinq de ses enfants au cours de sa vie de catéchiste, tous jeunes ou en bas âge. Le dernier décédera en 1963.

Messager de Dieu et sorcier

  • 13 Difficile de préciser le moment où Ngou décide de consigner son histoire. Il décède en 1982 à pres (...)

12Sur quoi insiste-t-il ? Moins sur l’œuvre accomplie que sur une vie semée d’embûches. Exceptés les premiers temps à Nkongsamba, le récit de ses souvenirs est finalement dominé par un regret : celui d’être devenu cadre de l’Église. Ce regret constitue sans doute le fil rouge qui guide rétrospectivement l’énoncé des faits et des épisodes remémorés. Un même procédé d’énonciation – de la réserve émise à l’aversion ressentie – introduit chacune des expériences : réticence exprimée lors de sa première mission à Mbetta, réticence encore lorsqu’il se voit proposer l’animation de la vie chrétienne à Nkongsamba, affliction éprouvée enfin à Njombé, où rien de son engagement ne semble digne d’être souligné. Une remontée dans le temps qui se conjugue au présent, un présent encore endeuillé par la perte de ses enfants13. Bernard Ngou établit à l’évidence une relation de cause à effet entre sa mission de catéchiste et le drame vécu sur le plan personnel.

13Pouvait-il en être autrement ? Ou, plus exactement, pouvait-il ressentir les choses différemment ? Assurément non. Sa trajectoire le précipite aux confins de deux mondes présentés comme irréductibles. Entre les deux, seul l’interstice chrétien lui procurera repères et protection, un monde à l’état embryonnaire au début de sa trajectoire. Il dévoile successivement des choix, des initiatives, des désirs, des besoins, qui ne peuvent que le mettre en porte à faux avec certaines réalités inhérentes à cette vie en colonie. Reprenons son parcours : Ngou décide de suivre un Blanc et de fréquenter ce milieu colonial, qui le tolère dans un rôle subalterne. L’apprentissage des outils de la langue coloniale prend la forme d’une initiation, d’une initiation religieuse qui le mène à la conversion. Cette adhésion marque un point de non-retour, synonyme d’un triple rejet : désormais il ne se reconnaît plus dans les siens, tout comme les siens ne se reconnaissent plus en lui. Mais il devient aussi un objet non – ou mal – identifié pour l’administration, n’ayant finalement pour seul soutien que la mission. Bernard Ngou se confronte dès lors à une vie d’épreuves, pour reprendre son mot, où il oscille entre deux régimes de présence et de perception : celui du représentant religieux, hybride et embarrassant, et celui du sorcier. C’est à l’analyse de ces deux régimes que nous allons nous attacher.

  • 14 Le Bayon leur rend un hommage appuyé, et Jean-Paul Messina rappelle leur rôle clé dans le processu (...)

14Considérons les enjeux et les contours de cette fonction accordée par les missionnaires, catholiques et protestants. L’évangélisation prend en effet la forme d’une course de vitesse entre les Églises en présence, chacune évaluant les forces et les faiblesses de l’autre. Une concurrence, entretenue également en raison des attendus, des statistiques que doivent établir les représentants ecclésiastiques sur la fréquentation, les initiatives – scolaires, sanitaires, etc. –, les sites ouverts, et, bien entendu, sur le nombre de communions, de confessions, de baptêmes enregistrés. Sur ce terrain, la statistique missionnaire n’a rien à envier à la statistique administrative. Dans les monographies missionnaires – pour ne considérer que ce support –, une place est invariablement accordée aux tableaux et aux chiffres, qui permettent de mesurer l’œuvre apostolique. L’enjeu est à la fois œcuménique et économique. De la statistique établie dépendent l’influence respective des Églises catholique et protestante, et les ressources financières mises à disposition. Au lendemain de la Grande Guerre, la présence de chrétiens est partout scrutée, et on dépêche des animateurs pour redonner un élan à ces foyers presque éteints, dans un climat de rivalité entre obédiences. Nécessité faisant loi, on envoie des fidèles, des croyants, sur lesquels on peut compter, indépendamment de toute autre considération. L’objectif est de répondre à une situation d’urgence, et les fidèles les plus zélés sont en première ligne14.

  • 15 Ce pidgin anglais prévaudra jusque dans les années 1940. Ce dialecte, qui apparaît au xixe siècle, (...)
  • 16 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p (...)
  • 17 Nous empruntons le terme aux Comaroff (1991).
  • 18 Voir Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. ci (...)

15À l’image de Bernard Ngou, désireux de poursuivre ses études en allemand lorsqu’il est nommé à Mbetta, puis d’assimiler la langue française avant de se rendre à Nkongsamba, soulignons l’épineux problème de la langue. Ce problème contribue à éclairer le rôle joué par les catéchistes dans le processus d’évangélisation, et, de façon concomitante, à préciser la réalité de cette action. Le Père Le Bayon reconnaît que la communication constitua un frein à la propagation de la parole de Dieu. Maîtriser une langue vernaculaire demandait six années de pratique quotidienne. La tâche devenait plus ardue encore dans la région Bamiléké en raison des variantes linguistiques. Il en allait de même à Nkongsamba, où nombre de communautés, Bamiléké en particulier, s’installaient à un rythme rapide. Le « pidgin english », dit « anglais de brousse », constituait la langue véhiculaire15. Les pasteurs protestants et les cadres de l’Église catholique prêchaient dans cette langue (Van Slageren, 1972 ; Le Bayon, 1986 ; Essono, 2013). Outre que cette contrainte fut source d’erreurs et de multiples malentendus au regard des coutumes, reconnaît Le Bayon, instaurer un dialogue avec la population locale incombait aux « interprètes16 », chrétiens et catéchistes. Ces derniers étaient les véritables médiateurs17 de la parole du missionnaire, partant de Dieu, traduisant la doctrine, la liturgie, les préceptes de vie, etc. Les catéchistes sont à cet égard porteurs d’un ordre moral intermédiaire. Un ordre intermédiaire résultant de ce que les catéchistes ont saisi du christianisme, de la manière dont ils vivent leur conversion, et de la nature du message qu’ils délivrent, censé être intelligible par les membres de la communauté dont ils ont la charge. Bernard Ngou compose cet ordre intermédiaire, fort de ses quelques mots de français, de sa connaissance de l’allemand, du Yemba de Dschang, et, surtout, du pidgin. Lorsqu’il est nommé fin 1919 à Nkongsamba, l’intercompréhension s’établit sans doute sur la base de l’allemand et du pidgin, qu’il s’agisse du dialogue entre chrétiens ou de la traduction des manuels et supports en français dont il dispose. Auprès des jeunes cependant, il s’essaye à l’enseignement du français, soucieux de rallier ses catéchumènes en herbe partis suivre les cours des maîtres protestants18. Ici et là, le catéchiste bricole un monde chrétien, dont il devient la figure de proue.

16Les catéchistes sont pourvus d’un certificat d’exercice. Délégation leur est donnée par un supérieur d’évangéliser, de propager la parole de Dieu, de sensibiliser un nombre accru de personnes, de jeunes en particulier, par le biais de l’école et du catéchuménat. En colonie, la place de l’Église s’avère ambiguë, car le prosélytisme présente des dangers. L’administration doit veiller aux équilibres rencontrés çà et là, asseoir son pouvoir en vertu de ce principe et, le cas échéant, prévenir ou arbitrer les conflits. Le catéchiste, dont la mission est de constituer une communauté nouvelle, représente un aléa, potentiellement vecteur de tensions. Le catéchiste est donc à surveiller de près, et, si besoin, il importe de le dissuader de sa mission. Il est source de désordre au sein des communautés, et met à mal le principe de la délégation administrative, qui veut que le chef local soit l’agent référent. Pour le représentant des populations immigrées, le catéchiste est chef, nous l’avons dit, un chef en devenir qui ne peut que saper son autorité. Qui plus est, le catéchiste, comme il apparaîtra plus bas, cumule les fonctions de chef de famille, de chef politique et de chef religieux. En raison de la faiblesse de son statut, il est une figure à contenir voire à combattre, avec l’appui de l’administration. Nous touchons là l’une des raisons pour lesquelles Bernard Ngou réclame à plusieurs reprises la présence d’un Père blanc. Seul un représentant ecclésiastique peut mettre fin à ces pressions et véritablement instituer une communauté religieuse. Le catéchiste, subalterne au profil incertain, sert en quelque façon de réceptacle des différends entre l’administration, ses représentants locaux, et l’Église.

17Passons maintenant de l’autre côté du miroir, où la métamorphose conduit finalement à un résultat plus fâcheux encore. Pour se faire une idée de ce qu’implique le pas franchi vers l’Église, citons cette remarque du Père Pelletier, missionnaire en Birmanie Septentrionale, en réponse au Vicaire apostolique qui décida en 1912 de le relever de son ministère. Ce dernier avance plusieurs motifs à cette décision, dont une forme d’adhésion des autochtones plus par intérêt que par engouement pour le christianisme. Le soutien matériel apporté aux volontaires en constituerait la raison principale. À ce reproche, le missionnaire oppose qu’il ne peut en être autrement :

  • 19 Pelletier R. P. E. (1913), Courte notice sur la Birmanie et le mode d’évangélisation des indigènes(...)

Pour venir à nous, ils ont dû quitter leur lieu de résidence, abandonner leurs anciennes relations […]. Les voilà transplantés dans un milieu entièrement inconnu, où ils ne peuvent donc pendant longtemps attendre aucun soulagement de personne. […] Non seulement désormais ces transfuges seront pour tous des parias ; mais déjà, avant leur départ même, si […] ils avaient quelques dettes, il leur a fallu, et de suite, rendre gorge jusqu’à la dernière obole19.

18Ce choix avait partout de lourdes conséquences, justement signifiées sous le terme « paria ».

19Devenu croyant, Bernard Ngou emploie à deux reprises le terme « païen » pour qualifier sa famille, faisant sien ce postulat de la déviance religieuse au regard du monothéisme originel ou primitif (Mary, 2015). Ce monde païen prend le visage de l’animisme pour l’administration, du fétichisme pour l’Église, marquant ainsi la frontière entre deux natures humaines. Chez les missionnaires – plus que chez les administrateurs –, cet écart est en quelque façon damnation et appelle la réprobation. L’école et le catéchuménat sont les lieux où les novices acquièrent une distance critique à l’endroit de là où ils viennent, de là où ils sont nés. À l’instar des représentants ecclésiastiques, ils se doivent de condamner tout ce qui est contraire à ou en dehors de la morale chrétienne, ici le fétichisme dont témoignent les us et coutumes de leur milieu d’origine. Le mot « païen » fixe cette différence de fond, miroir des fondements légitimes qui justifient l’entreprise missionnaire.

20Ce choc, Bernard Ngou l’éprouve à l’évidence lorsqu’il rentre chez lui en décembre 1915, à sa sortie de prison. Il invoque alors les nombreuses « difficultés » rencontrées, qui l’obligent à élire domicile à distance du village. Il n’en précise pas la nature, mais nous pouvons émettre ici quelques hypothèses. En cause, à tout le moins, l’effet du départ prolongé, le mélange de reproches et de sollicitudes dont il fait l’objet à son retour, de la part de sa parentèle et des représentants de la chefferie. Ngou revient au village transformé, peut-être vêtu de l’habit colonial, mais ne ramène rien. Statutairement, il est toujours célibataire, et, sur le plan économique, il ne dispose d’aucune ressource. De plus, il a changé de nom, et doit le faire valoir dans l’incompréhension générale. Cette mutation s’exprime au quotidien, au travers d’habitudes, de manières de faire et de dire. Et puis il se démarque de ce qui va de soi, de la croyance en l’ordre des défunts qui justifie l’organisation familiale et l’institution de la chefferie, des protocoles ritualisés qui l’expriment et le codifient, auxquels il doit opposer doctrine et liturgie chrétiennes. De cette vérité faisant loi, qui fixe droits et devoirs de chacun, Bernard Ngou s’en est inexorablement éloigné, jetant sans doute un regard sévère sur ce qui fait la vie des siens.

  • 20 Le Bayon cite à ce sujet le récit de la rencontre houleuse entre Monseigneur Plissonneau et le che (...)
  • 21 « Sur les traces du kemsi. Médecine missionnaire, divination au nom de dieu et naissance des proph (...)

21Quant aux « pièges » dont il dit avoir été victime, difficile de s’en faire une idée. Parle-t-il des agissements à son encontre des confréries de la chefferie chargées du maintien de l’ordre ? De la colère provoquée par l’usage du titre de père (ta) que lui accordent peut-être les chrétiens de Bafreng ? Ou, tout simplement, de la pollution engendrée par son baptême, qui appelle, aux yeux de ses congénères, un rite de purification20 ? En tout état de cause, il est une cible. Au lendemain du départ des Pères allemands, les chefs Grassfields verront d’un mauvais œil l’arrivée de nouveaux missionnaires. Dans l’intervalle, certains ont toléré le maintien, discret, de lieux de culte, d’autres ont tout interdit. Sauf exception, toute forme de prosélytisme fut bannie. Nous l’avons analysé ailleurs : pour les chefs, le catéchiste incarnait la figure à contenir expressément : à isoler, à mettre au secret, à expulser, en un mot à tourmenter par tous les moyens21.

  • 22 Le fait a été plusieurs fois relevé : les catéchistes, comme les missionnaires, sont réputés être (...)

22Le désir de sacrement exprimé à la suite de ce retour malheureux souligne un autre fait : Bernard Ngou a vraisemblablement été maudit, par les siens ou par les dignitaires de sa chefferie, suivant un énoncé collectif rituellement codifié. Connue sous le nom de ndo (littéralement « malédiction »), l’imprécation prononcée est synonyme de mort sociale pour celui qui en est la cible. Par ailleurs, il est probable que, durant son séjour, il fut accusé, au gré des événements et des tensions générées par sa présence, de sorcellerie. Accusations que motivaient l’état contre nature qui était le sien en raison de son baptême, mais aussi l’aura, étrange, qui émanait de lui, dans le sillage de ses initiatives et de ses prises de position22. Ngou choisit de s’isoler pour échapper à la tempête, mais le retour à l’équilibre ne peut se faire sans réponse ritualisée, que seuls les sacrements, à ses yeux, sont susceptibles d’apporter. Le besoin d’être confessé – et béni – illustre sans doute un contrepoint efficace à sa mise au ban, approuvée selon la procédure de serment en vigueur, qui ne pouvait le laisser indifférent.

23Le soupçon sorcellaire va de pair avec l’image drainée par le catéchiste, qui est celle d’un chef rituel. Outre qu’il a été initié et consacré par le baptême, le catéchiste dirige plusieurs rites sacramentels là où il est envoyé : la communion, l’eucharistie, le baptême des mourants, l’onction des malades. Auxquels nous pouvons ajouter dans certains cas le mariage. De plus, il rythme la vie chrétienne, transmet la doctrine, conduit l’office, anime la prière, et joue un rôle actif dans le traitement des maladies – le pouvoir de guérison incarnant l’un des faits les plus marquants aux yeux des populations. Le catéchiste dispose sur ces terrains d’un savoir et d’une compétence manifestes, dont l’équivalent autochtone est évidemment le devin. Enfin, il est à la tête d’une communauté qu’il se doit d’élargir, s’occupe de la formation scolaire, règle les problèmes quotidiens, répond aux besoins des fidèles et apaise les différends. Le catéchiste condense ainsi les principales figures de l’autorité. Localement, il constitue une menace, il est un rival, exposé en cela aux accusations de toute sorte.

24Ajoutons que certaines initiatives prises par les cadres de l’Église les associaient directement à l’univers de la sorcellerie. Ngou fait état de la crainte inspirée par le sommet des collines à Nkongsamba, « siège des esprits » et « cause de mort d’hommes ». Il en était de même chez les Bamiléké voisins, comme à l’échelle des Grassfields. Ngou, du reste, ne pouvait ignorer ce fait : le haut des collines, peu fertile, est réputé pollué. Siège de toutes les mauvaises choses accumulées. Avant l’arrivée des Européens, nul n’aurait pensé s’installer en ces lieux. À la faveur de la colonisation, administrateurs et personnels religieux optent pour ces sites en hauteur. Aux yeux des locaux, leurs occupants sont entourés de sentiments contradictoires pour ne pas dire négatifs. De fait, les chrétiens étaient contaminés par les lieux. Ils étaient soupçonnés de collusion avec les êtres y résidant. Sur un autre registre enfin, la violence sorcellaire s’exprime, à mots couverts, à Njombé. Bernard Ngou ne dit rien des raisons de sa nomination à Njombé. Il ne fait qu’insister sur les « calomnies » dont il a été l’objet – le mot calomnie a peut-être été choisi par le Père Le Bayon –, ses déferrements successifs au tribunal et les atteintes à la vie de ses enfants par les chrétiens locaux. Que se passe-t-il pendant près de vingt ans ? Impossible de le dire. Mais les affaires d’empoisonnement avaient partie liée avec la sorcellerie, sur fond de jalousie, de rivalité ou de tension économique au sein de la communauté chrétienne.

  • 23 Voir Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. ci (...)

Ici s’arrêtent les souvenirs de Bernard Ngou. Il restera jusqu’à sa mort catéchiste de Njombé, donnant l’exemple d’une vie de foi, de prière, de travail23.

25Difficile d’apprécier les interventions du Père Le Bayon dans la biographie laissée par le catéchiste. Ce récit est cependant traversé par un motif : celui de la persécution chrétienne. Au fil des mots, Bernard Ngou en dessine les contours, donnant vie à ce motif, à l’une de ses innombrables variantes en colonie. À l’image de Jésus portant sa croix, Bernard Ngou endosse le fardeau de la conversion au moment où les Allemands perdent le Cameroun. Alternativement, il portera le poids de la perte et de l’hostilité. L’absence d’un côté, qu’il exprime au travers de la quête d’un père missionnaire adoptif, de la coupure avec sa famille natale et son berceau d’origine, du décès de ses enfants ; l’inimitié de l’autre, qui prend corps via les figures de l’administrateur et du semblable. Une vie de souffrances qu’épouse Bernard Ngou dans son témoignage de chrétien et de catéchiste camerounais au Cameroun, dont il choisit de taire le pendant : la délivrance.

Haut de page

Bibliographie

Beuvier F. (2018, à paraître), « Sur les traces du kemsi. Médecine missionnaire, divination au nom de dieu et naissance des prophétismes (Cameroun, Grassfields) », Archives de sciences sociales des religions.

Bouvier P. (2016), « Avec les avant-gardes éphémères, le détour par le social subjectivé : Michel Leiris », Socio-Anthropologie, 33, p. 21-30. DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1972.

Comaroff J., Comaroff J. (1991), Of Revelation and Revolution: Christianity, Colonialism, and Consciousness in South Africa, vol. 1, Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Essono A. K. P. (2013), L’annonce de l’Évangile au Cameroun. L’œuvre missionnaire des Pallottins de 1890 à 1916 et de 1964 à 2010, Paris, Karthala.

Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, Paris, Procure des Missions SCJ.

Mary A. (2015), « Science de l’Homme ou “Science de Dieu” ? Révélations primitives et formes élémentaires du religieux », dans Laurière C. (dir.), 1913. La recomposition de la science de l’Homme, Carnets de Bérose, vol. 7, p. 196-221. En ligne : http://www.berose.fr/?1913-La-recomposition-de-la-675, consulté le 27 mars 2018.

Messina J.-P., Van Slageren J. (2005), Histoire du christianisme au Cameroun. Des origines à nos jours, Paris/Yaoundé, Karthala/CLÉ.

Pelletier R. P. E. (1913), Courte notice sur la Birmanie et le mode d’évangélisation des indigènes, Le Mans, Imprimerie A. Bienaimé.

Van Slageren J. (1972), Les origines de l’Église évangélique au Cameroun, Leyde, E. J. Brill.

Haut de page

Notes

1 Grassland et Grassfields : nom donnée par les Allemands puis par les Britanniques à cette région montagneuse et verdoyante, occupée par plusieurs centaines d’unités politiques hiérarchisées (distinguées en chefferie et royaume).

2 Le territoire du Cameroun est placé sous protectorat allemand en 1884, lors de la Conférence de Berlin. Ce n’est qu’à la fin des années 1890 que débute véritablement l’administration de cette région.

3 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, Paris, Procure des Missions SCJ, p. 62-63.

4 Ibid., p. 61-69.

5 Ibid., p. 61.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 63.

8 Ibid.

9 Nkongsamba sera instituée comme mission en 1928, année de l’installation du premier Père, le Père Lommel.

10 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p. 66.

11 Devant l’importance des flux migratoires, l’administration française met en place au début des années 1920 une délégation de gestion pour les lieux à forte composante immigrée, en créant un statut de représentant des communautés nouvellement installées sous le nom de « chef des étrangers ».

12 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p. 67-68.

13 Difficile de préciser le moment où Ngou décide de consigner son histoire. Il décède en 1982 à presque quatre-vingt-dix ans. Même resté catéchiste de Njombé jusqu’à sa mort, Bernard Ngou réduira ses activités au cours de la décennie précédente. C’est dans cet intervalle qu’il fixera vraisemblablement ses souvenirs et son récit de vie.

14 Le Bayon leur rend un hommage appuyé, et Jean-Paul Messina rappelle leur rôle clé dans le processus d’évangélisation et dans la fondation des futures missions (Messina, Van Slageren, 2005, p. 200-201).

15 Ce pidgin anglais prévaudra jusque dans les années 1940. Ce dialecte, qui apparaît au xixe siècle, procède des rapports établis en matière de commerce et de prosélytisme. Il se diffuse dans le sillage des échanges développés avec l’intérieur et de l’évangélisation amorcée en 1841 par la mission Baptiste de Londres.

16 Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p. 53-54.

17 Nous empruntons le terme aux Comaroff (1991).

18 Voir Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p. 64-65.

19 Pelletier R. P. E. (1913), Courte notice sur la Birmanie et le mode d’évangélisation des indigènes, Le Mans, Imprimerie A. Bienaimé, p. 38.

20 Le Bayon cite à ce sujet le récit de la rencontre houleuse entre Monseigneur Plissonneau et le chef de Bandjoun en 1923. Ce dernier exige que le baptême de son fils soit « lavé », que l’on mette fin à la conjuration ; Le Bayon G. (1986), p. 47.

21 « Sur les traces du kemsi. Médecine missionnaire, divination au nom de dieu et naissance des prophétismes (Cameroun, Grassfields) », Archives de sciences sociales des religions.

22 Le fait a été plusieurs fois relevé : les catéchistes, comme les missionnaires, sont réputés être à l’origine de formes et de pratiques de sorcellerie.

23 Voir Le Bayon G. (1986), Les prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l’Église au Cameroun, op. cit., p. 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Beuvier, « La malédiction du catéchiste », Socio-anthropologie, 37 | -1, 13-26.

Référence électronique

Franck Beuvier, « La malédiction du catéchiste », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3228 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3228

Haut de page

Auteur

Franck Beuvier

Franck Beuvier est anthropologue, chargé de recherche au CNRS et directeur adjoint de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC). Ethnographe des chefferies Bamiléké de l’ouest du Cameroun, il développe une anthropologie historique des modèles et des valeurs qui impriment à ce régime son mouvement. Il a notamment publié Danser les funérailles. Associations et lieux de pouvoir au Cameroun (Éditions de l’EHESS, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals