Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoires coloniales

Agents coloniaux subalternes

Pierre Bouvier
p. 27-40

Résumés

Le processus colonial a d’abord impliqué des troupes militaires. Au fur et à mesure de ces conquêtes violentes, il est apparu nécessaire, pour assurer la stabilité de ces acquisitions, d’engager divers types de personnel. Une administration spécifique s’attacha à pérenniser ce développement à l’avantage des Européens. À côté des hiérarchies, en lien direct avec les métropoles, des agents furent recrutés pour asseoir au plus près des populations indigènes l’appropriation brutale des richesses escomptées. Ces agents subalternes européens encadrent des travailleurs autochtones pour le bénéfice d’entreprises métropolitaines. L’autoscopie d’un de ces agents éclaire au niveau sociétal et existentiel ces contextes. De fait ces subordonnés trouvent, dans leur mise à disposition de la domination coloniale, des opportunités de carrière. Ces situations perdurent pendant plus d’un demi-siècle. La montée des indépendances va rendre caduques leurs fonctions.

Haut de page

Texte intégral

1Traiter d’un sujet tel que celui des agents de la colonisation subalternes est périlleux. Depuis l’origine de ces expéditions vers des territoires hors du continent européen et de leur appropriation, des critiques virulentes se sont exprimées.

2S’agissant de l’implication dans ce processus, la France fut l’une des premières nations, dès le xve siècle avec les ibériques et les Britanniques à s’y engager. Ultérieurement, le xixe siècle sera celui de la consolidation des ambitions. La colonisation et ses attendus font l’objet, si l’on s’en tient au xixe et à la moitié du xxe siècle, de nombreux débats et controverses. Partisans et opposants s’affrontent avec plus ou moins de virulence suivant les régimes politiques en place. Aux surlendemains de la Révolution de 1789 et de sa condamnation radicale de l’exploitation et de l’esclavage des populations, un regain de volonté de conquête s’empare des hautes sphères politiques.

3Les changements de régime successifs se traduisent par la résurgence d’une volonté d’expansion à l’extérieur de l’hexagone sous la monarchie de Juillet, non vers les voisins européens, mais vis-à-vis de territoires désignés comme relevant de pouvoirs plus ou moins hostiles tel celui de la grande porte ottomane et de ses vaisseaux « barbaresques » sillonnant la Méditerranée. Plus en profondeur du continent dont les berges abritent cet adversaire potentiel, des contrées jugées ignorées sont à découvrir et « s’ouvrent » aux partisans de la colonisation.

4La prise d’Alger marque comme le signal de ces avancées françaises vers la prise de possession de terres sinon vierges, du moins n’ayant pas encore de « parrain » européen dans la partie septentrionale du continent.

5Au début du xxe siècle et à la suite d’expéditions nombreuses et réitérées, de larges étendues relèvent de l’autorité de la France, puissance active dans cet accaparement de territoires africains.

6La propagande coloniale dans les premiers temps met en exergue les figures des personnalités ayant conduit ces opérations au bénéfice d’une politique coloniale étroitement associée aux intérêts économiques de grandes compagnies et de leurs actionnaires La marine puis l’infanterie et des corps d’armée successifs en sont les bras armés.

7Administrativement, se met en place le système colonial. Il repose sur une charpente de fonctions et de personnels qui assure à l’édifice sa stabilité. Du ministre des Colonies aux gardes de cercle, une certaine rhétorique vise à l’efficacité d’une organisation et d’une gestion des affaires. Sa pertinence est sujette à caution. Suivant des contingences diverses tant internes qu’exogènes, des événements peuvent en remettre en cause les biens fondés.

  • 1 Mangin C. (2011), La force noire, Paris, L’Harmattan.
  • 2 Michel M. (2003), Les Africains et la Grande Guerre. L’appel à l’Afrique (1914-1918), Paris, Karth (...)
  • 3 Baratier A. (1914), Au Congo, souvenirs de la mission Marchand, Paris, Arthème-Fayard.

8L’Empire français connaît de multiples réassorts, des détricotages et des remmaillages parfois hors de toute rationalité. Les conflits entre les puissances européennes quant à l’appropriation de terres extérieures mettent à l’épreuve toute lecture lisse. La politique coloniale est l’objet d’appréciations divergentes sur la scène européenne et principalement liées à l’opposition croissante entre la France et la Prusse devenue l’Allemagne. Le déclenchement de la Grande Guerre et l’évolution des affrontements, dont les dangers d’une victoire germanique, font prendre conscience aux Français de la nécessité d’avoir recours à des renforts. Le lieutenant-colonel Charles Mangin a déjà prôné cette alternative en 1910. Son ouvrage La force noire1 indique par son titre même et par la démonstration qu’il développe l’apparente rationalité de cette position du point de vue militaire et colonial. Tout en ménageant le maintien d’une force de travail sur les territoires conquis, il avance la possibilité de pouvoir recruter au moins 40 000 hommes en AOF « à raison de 10 000 par an2 ». Ses propos, compte tenu de la réputation de ce soldat, membre de la mission Marchand qui préluda à la main mise française sur des territoires du Congo3, suscitent de l’intérêt auprès de différents acteurs. Ses thèses sont cependant loin d’être unanimement partagées. Le député socialiste Jean Jaurès proteste contre une telle option qui ne ferait qu’affaiblir les assises démocratiques de la nation ainsi que ses capacités à faire face à l’adversité. Par ailleurs, des commandements militaires, sinon des soldats du rang, apprécient peu la présence sous leurs ordres ou à leurs côtés de sujets extra-européens, qu’ils soient bruns ou noirs, zouaves, turcos ou sénégalais.

  • 4 Dieng A. (1990), Blaise Diagne, premier député africain, Paris, Éditions Chaka.
  • 5 Bâ A. H. (1992), Amkoullel, l’enfant Peul, Arles, Actes Sud, p. 387.

9Cette perspective d’une levée en masse suscite la désapprobation du gouverneur général Joost Van Vollenhoven. Ce dernier est réticent à envoyer outremer une main-d’œuvre qu’il considère comme nécessaire au développement des colonies. Cette position reflète les intérêts des maisons de commerce beaucoup plus que ceux des populations noires4. Nonobstant cette réserve et à la suite de la démission de Van Vollenhoven, c’est en tant que missi dominici du ministère de la Guerre que Blaise Diagne, le premier député noir élu à la Chambre, effectue une tournée en 1918. Il est accompagné par une délégation comprenant des administrateurs blancs et des officiers noirs. Elle est triomphale : chefs coutumiers, personnalités religieuses, notables et ex-opposants, mais également jeunes ruraux et citadins sont impressionnés : « C’était la première fois que nous voyions un Noir prononcer un discours en s’adressant aux Blancs, qui l’écoutaient sans mot dire5. »

10Pour assurer cette permanence, un dispositif vertical égrène une série d’ensembles populationnels cohérents, dispositifs humains se répondant les uns aux autres. Il en est l’un des ressorts essentiels.

11Une fois imposées par la force des armes et la violence, des tâches plus économiques et sociales deviennent le souci des autorités. Le fait colonial tel que posé au début du xxe siècle assemble des territoires découpés suivant les conquêtes successives. Dans chacune de ces entités, un gouverneur est désigné comme représentant de l’autorité. Le gouverneur général officie à la capitale, en l’occurrence à Dakar pour l’AOF. Il est l’interlocuteur, le porte-parole privilégié, et le répondant des colonies auprès des autorités nationales. À un niveau plus proche du terrain, des cercles regroupent des ensembles populationnels spécifiques relevant d’un commandant appuyé par des administrateurs de subdivision. Ces cercles rassemblent a priori, et selon les aléas des prises de possession et des résistances des entités proches ethniquement et/ou en termes de productions : agriculture, élevage, cultures vivrières, etc.

  • 6 Hardy G. (1937), L’Afrique Occidentale Française, Paris, Laurens, p. 60.

12Tant les administrateurs que les commandants de cercle sont porteurs des directives émises par les strates supérieures. Ces dernières s’appuient sur des personnels d’origine métropolitaine dont certains ont suivi les enseignements de l’école coloniale. En contact plus direct avec les populations, ces Européens comptent au recensement de 1936 une vingtaine de milliers de personnes dont 14 400 Français, pour une superficie de 3 millions et demi de kilomètres carrés regroupant plus de 14 millions d’individus6.

13Conscients de la précarité de cette présence, seule la puissance militaire ayant vaincu les résistances des empires autochtones est à même de pouvoir assurer une relative stabilité. Au fil de la progression des infrastructures, routes, canaux permettent la circulation des biens et la modernisation partielle « à l’européenne » de cités indigènes.

14Ces colonies doivent, selon les souhaits des instances gouvernementales, se suffire à elles-mêmes économiquement. Ceci implique des tentatives de rationalisation de l’exploitation de leurs richesses. L’agriculture se présente comme la source tant des moyens nécessaires à la subsistance des populations, qu’au commerce et à l’échange de productions diverses. L’élevage occupe également, suivant les contextes, un rôle effectif. Les forets signalent leur importance au sud du 12e parallèle.

15Pour administrer ces régions et leurs habitants, le goût français pour la rationalité et la concentration du pouvoir ne se prête pas à une délégation indirecte à la britannique, mais à un suivi direct des impératifs édictés par les autorités supérieures.

16Lors de la Grande Guerre, ces colonies sont confrontées au départ de personnels sous les drapeaux, en métropole, à la réticence ultérieure de certains à reprendre leurs postes et plus encore aux décès sur les champs de bataille. Ceci conduit l’administration, tout en ayant recours à un personnel autochtone, à solliciter des candidatures pour les fonctions d’agents coloniaux. Face aux vagues de démobilisés, les divers ministères s’efforcent de trouver des solutions.

17Une brochure indique les formalités à suivre pour retrouver un ancien emploi, mais, quatre ans s’étant écoulés, celui-ci est souvent en métropole, occupé.

18Le bouche-à-oreille tout comme les incitations relayées par la presse tant de grande diffusion, dont Le Temps ou Le Figaro, que spécialisée telles Les Annales coloniales, La Dépêche Coloniale, etc., suggèrent des emplois aux colonies. Des annonces à l’initiative de ministères comme d’entreprises privées mentionnent des opportunités éventuelles dans les colonies : Le Monde colonial illustré publie, en 1927, un article en pleine page intitulé : « Pour réussir aux colonies. » L’auteur ne cache pas les difficultés qui attendent l’impétrant libéré de ses obligations militaires. Par ailleurs les autorités soulignent que des candidats sont plus souvent des laissés pour compte en métropole que des personnels appropriés. Trop souvent, au terme de ces deux ans, ils retournent en France. Puis, de nouveau confrontés à l’absence de débouchés, ils reviennent aux colonies. Le rédacteur observe que l’« expérience coloniale », constituée de divers emplois, ne leur permet pas d’acquérir la maîtrise effective d’un métier. Ceci ne les empêche pas d’impressionner, Tartarins de Tarascon, des métropolitains casaniers.

  • 7 Lombard J. (1927), « Pour réussir aux colonies », Le Monde colonial illustré, no 30.
  • 8 « Le chômage et les colonies », Le Monde colonial illustré, no 92, avril 1931.

19Pour les candidats l’absence de substrat technique induit, comme l’indique tel chroniqueur, un désarroi moral, une négligence, une incompréhension des attentes des administrations. Réussir implique pour l’impétrant de parvenir à s’inscrire dans un contexte commercial ou industriel stable. Il faut qu’il soit assuré d’un salaire correct, installé « non dans des cases exiguës, branlantes et perméables aux moindres pluies », qu’il vive conjugalement et bénéficie de l’appui technique d’un ingénieur conseil et, à ces conditions, obtenir du succès aux colonies7. En 1927 le ministre de l’Éducation publique Édouard Herriot déclare qu’il faut pousser les jeunes vers les colonies. Quelques années plus tard, la crise et le chômage suscitent la réédition ce type d’appel : « Sous le ciel de l’Europe hélas toute place au soleil est prise et sous le ciel de l’Afrique, à un soleil plus beau, toutes les places sont vacantes8. » Il s’agit d’abord d’une campagne pour l’Algérie.

  • 9 Brunschvicg H. (1983), Noirs et blancs dans l’Afrique noire française, Paris, Flammarion.

20Il risque d’être trop tard pour les démobilisés ou du moins pour ceux n’ayant pas choisi une insertion dans une entreprise d’envergure telle que celles impliquées dans le transport maritime, l’exploitation et le commerce des ressources agricoles, pastorales ou forestières. L’historien Henri Brunschvicg collationne les demandes les plus diverses quant à l’obtention du droit d’exploiter telle ou telle ressource. Ces courriers adressés à divers organismes révèlent souvent une non prise en compte des réalités ; celles de la vie quotidienne en colonie et de la réalité des ressources pouvant s’y trouver9.

21Ceci étant, l’administration peut décider d’attribuer une parcelle sinon une surface conséquente à tel ou tel projet. C’est le cas de l’Office du Niger et de ses ambitions à gérer et à exploiter un immense domaine.

  • 10 Weber E. (2011), La fin des terroirs 1870-1914, Paris, Fayard.

22Julien (appelons-le ainsi), idéal-type de cette catégorie d’agent subalterne du processus colonial, fait un travail de mémoire, jette un regard autoscopique sur son parcours ou du moins essaie d’en dégager les moments saillants. S’entrecroisent les longues pérégrinations de Bordeaux vers les rives du fleuve Niger à des milliers de kilomètres de la métropole et du mode de vie rural des champs et des pâturages où il est né à la fin du xixe siècle. Le certificat d’études obtenu, son devenir reste suspendu à la continuité dans le monde de ses anciens. Il est inscrit, comme son jeune frère, dans une école d’agriculture. Au début du xxe siècle une première rupture brise ce cheminement, c’est l’appel sous les drapeaux et les deux années de service militaire et plus encore le sort de l’exploitation dont son père à la charge. Elle est mise en vente. Concernant des classes entières de jeunes adultes, le troisième temps fort, et celui-là le plus radical, est la déclaration de la Grande Guerre en 1914. Né à la fin du xixe siècle, Julien a alors la trentaine. Depuis 1911 il est marié et père. L’appel aux armes de 1914 déconstruit cette existence qui, à beaucoup d’égards, représente celle des jeunes adultes d’une population française constituée au trois-quarts de ruraux10.

23Il ne peut, avec sa solde, satisfaire aux attentes de sa famille d’autant qu’il termine ses obligations militaires avec le grade de maréchal des logis, tout premier grade des sous-officiers subalternes. Le divorce est prononcé. Quant à lui il n’est définitivement démobilisé qu’en mars 1919 à l’âge de 32 ans.

24Dès sa prime adolescence, derrière sa bonhomie et son calme apparent et malgré les avanies subies, il n’en a pas moins des intérêts qui vont au-delà des espaces de sa région d’origine. Sous l’impulsion des cours d’histoire et de géographie dispensés lors de sa scolarité, il s’intéresse aux lointains des terres de son enfance.

  • 11 Benoît P. (1920), L’Atlantide, Paris, Albin Michel.
  • 12 Loti P. (1992[1881]), Le roman d’un Spahi, Paris, Gallimard.
  • 13 Guérivière de la J. (2001), Les fous d’Afrique. Histoire d’une passion française, Paris, Seuil, p. (...)

25S’agissant d’événements opposant tel ou tel pays, et en premier lieu la France et ses voisins, sa curiosité est interpellée par la découverte de régions, de pays, de continents à cent lieues de son quotidien. Tout comme les romans à résonance exotique tels ceux de Pierre Benoît11 ou de Pierre Loti12, la philatélie, collection constituée de paysages et d’individus ignorés, accaparent l’attention de jeunes provinciaux en mal d’aventures et d’étrangeté13.

26Les catalogues Yvert et Tellier présentent une mappemonde des territoires de l’empire français, un corpus où ranger ces représentations en vignette colorées de l’au-delà des mers.

27Mais, plus encore, dans le contexte de la guerre, c’est la confrontation à d’autres, non seulement les Allemands, ennemis décrits en boches, mais également le côtoiement de contingents de soldats provenant d’horizons lointains et venus prêter main-forte à la défense du territoire national qui l’interpelle. Ces Africains, Asiatiques, Antillais constituent autant de représentants d’autres mondes que ceux de son enfance.

28Aux lendemains de la victoire, l’économie ouest africaine est précaire. Les industries y sont encore balbutiantes. Par contre le développement des productions agricoles est à l’ordre du jour compte tenu de l’étendue de terres et des possibilités apparentes qu’elles offrent. Des projets fleurissent soutenus par des intérêts privés imaginant des retours sur investissements conséquents. Les responsables sont loin d’y être indifférents. Albert Sarraut, ministre des Colonies, à plusieurs reprises dans les années 1920-1930, intervient dans ce sens. Les projets d’une liaison ferroviaire à travers le Sahara à l’implantation d’un réseau irrigué de terres, à l’exemple du delta du Nil travaillé par les Britanniques, seraient aptes à fournir aux entreprises textiles de France du coton. Associer à cette culture celle du riz répondrait également aux besoins de la métropole, tout comme à ceux de populations locales et à l’exportation.

29Dans ces régions les espaces consacrés aux cultures villageoises et les pratiques associées (la houe, les feux de brousse, les cultures vivrières, la fabrication par exemple de la bière de mil, mais également les parcelles allouées à telles ou telles plantes) sont étroitement liés à la vie coutumière. Ceci, pour les investisseurs, doit s’effacer à l’avantage de monocultures centrées autour du coton et du riz.

30Cette perspective est celle qui, en Afrique de l’Ouest, s’impose peu à peu. Elle est portée par un ingénieur : Émile Bélime. Elle implique la réalisation d’un delta prenant appui sur le fleuve Niger et plus précisément une zone aménagée irriguée de manière rationnelle dans son parcours médian : la boucle en aval de Bamako et en amont de Tombouctou. Ce projet d’un large secteur devenant grenier de coton et de riz retient l’attention des intérêts tournés vers le domaine colonial et son développement. Ce dernier, pour se réaliser, nécessite des agents métropolitains ayant sinon une formation en école d’agriculture, du moins l’expérience et la pratique des méthodes agricoles « modernes » : assolement, engrais, traction animale et mécanique avec usage de tracteur, etc.

31De plus il s’avère nécessaire de construire des barrages, des retenues d’eau de manière à pourvoir à l’irrigation des terres à cultiver. Dans ce secteur, comme celui de l’érection de barrages, des techniciens, des ingénieurs, contremaîtres et ouvriers sont également requis.

32Pour le riz et le coton, ce sont d’abord des praticiens des travaux de la terre et des cultures que l’on recherche.

  • 14 Besse A. (1905), Manuel de l’employé de commerce aux colonies, Lyon, A. Rey.

33Parmi les anciens combattants fraîchement libérés du cadre militaire et ne souhaitant pas s’y réengager, des incitations récurrentes par le biais d’annonces conduisent certains à opter pour des fonctions créées dans des maisons de commerce et/ou dans des entreprises confrontées au regain de développement souhaité par les autorités, procédures et directives déjà partiellement mises en place au début du siècle14.

34Ce fut ainsi le cas idéal typique de fils d’agriculteur, tel Julien, en manque de perspective après des années passées sous les drapeaux. Leur parcours déroule un pan des mémoires coloniales et des attributions relativement peu qualifiées stricto sensu, mais néanmoins nécessaires au projet colonial.

35Le frère de Julien, Ernest, né en 1897 a, lui, suivi les cours d’une école d’agriculture à Fribourg. Mobilisé par devancement d’appel il est réformé en 1916. C’est en 1926 qu’il postule pour un emploi dans les colonies. Il s’inscrit dans un rite de passage reproduit à de nombreuses reprises. Il implique des métropolitains jouant la carte coloniale. Il s’agit de s’affirmer, d’obtenir un pécule et ainsi, de retour au pays, de témoigner d’une mobilité sociale s’ouvrant sur des perspectives hier inatteignables.

36Ernest est embauché comme son frère par l’Office du Niger en tant que conducteur de travaux agricoles. En 1929 il devient contrôleur de colonisation dans le centre de riziculture de Baguinada également au Soudan. Marié et père de famille, mais également pour des raisons de santé et d’une appétence toute relative pour ses fonctions à l’Office, il effectue de nombreux allers-retours vers la métropole. Ces déplacements et des congés sans solde sont le fait de nombre de ces agents coloniaux dont certains souffrent de la « soudanite », nostalgie dépressive liée à l’éloignement, au climat, à la solitude voire aux dégradations de santé associées entre autres au paludisme. Nommé en fin de carrière en Guinée il est instructeur de colonisation de 1re classe et prend sa retraite en juillet 1949. Il s’implique alors dans l’exploitation agricole prospère de son beau-père.

  • 15 Magasa A. (1978), Papa-commandant a jeté un grand filet devant nous. Les exploités des rives du Ni (...)

37Pour la Société des travaux d’irrigation du Niger, ces agents européens, au fait des techniques modernes de l’agriculture, sont donc nécessaires15.

38Ils jouissent effectivement et symboliquement du statut de Blanc, c’est-à-dire en l’occurrence de « supérieur ». S’agissant de l’organisation des cultures, « ces empereurs sans spectre, ces chefs de la brousse » ne sont pas seulement les administrateurs ou commandants de cercle analysés par William Cohen et Robert Delavignette, mais un ensemble d’agents européens subalternes. En l’occurrence ils sont reconnus comme des chefs compte tenu de leur nombre réduit, tant par les autorités supérieures que nolens volens par les paysans africains soumis à leur autorité. Des centres regroupent plusieurs villages sous l’égide de ces agents de la colonisation que peu de choses distinguent d’un commandant de cercle. Ils se présentent souvent en costume de coton blanc, casque à la tête, badine éventuelle. Ce sont des personnages à mille lieues de l’agriculteur en blouse des terroirs de la métropole, ce qui aurait pu être leurs lendemains s’ils n’avaient pas opté pour l’au-delà des mers.

39Ces dominants trônent parmi leurs « sujets » et ne peuvent en aucun cas être assimilés à ces « colons », titre donné aux cultivateurs africains. Les humiliations qu’ils ont pu connaître dans leur vie antérieure, celles de soldat du rang ou de petits gradés, celles de fils d’agriculteurs ou d’employés de peu de ressource et d’avenir s’effacent dans le cadre de la savane.

  • 16 Baillaud É. (1936), L’organisation économique de l’Afrique occidentale française, notes de voyage, (...)

40Il leur revient l’autorité, tant d’initiateurs des tâches que du contrôle des productions, sinon de la tranquillité et de la discipline, de la justice, des mariages, de la santé des « colons » à leur charge. Ainsi en est-il par exemple des diverses interventions de ces agents. Un vieux « colon » désire s’acheter une nouvelle épouse. Ceci lui est contesté. Il lui est conseillé de dépenser cette somme plutôt pour son jeune fils en âge de se marier. Les anciens du village approuvent cette décision. De même des jeunes colons partis au Sénégal pour trouver des épouses ne reviennent qu’habillés de boubou neuf et coiffe à la mode de la jeunesse sénégalaise aux dépens de leurs économies16.

  • 17 Cohen W. B. (1973), Empereurs sans spectre, Paris, Berger-Levraut.
  • 18 Blum F., Rillon O. (2018), « Mémoires sensibles, mémoires métisses de la colonisation. Les réflexi (...)

41Dans ce contexte colonial, ces agents subalternes peuvent oublier les déchéances antérieures, celles du petit gradé dévalorisé, de l’exploitant devant quitter les terres que ses pères travaillaient. Ces situations passées sont compensées par un statut de semi-commandant, de responsable de dizaines d’individus et de leurs familles, de maître de leur quotidien sinon des obligations édictées par les strates supérieurs et transmises à l’attention de sujets se trouvant sous leur contrôle et autorité. Ces agents subalternes de la colonisation deviennent des personnages à saluer17. Dans les circonstances favorables, ils reçoivent la visite d’autorités louant les résultats obtenus. Ministres, gouverneurs accompagnés de journalistes s’auto congratulent. Une expérience pilote située sur la rive opposée à Koulikoro retient l’attention. Ce site expérimental s’étend sur une superficie de 200 hectares résultant d’un réseau de canaux alimentés par un pompage du Niger. Il regroupe en 1926 14 familles paysannes africaines dites « colons » désignées d’office. Elles participent à la construction du village. En 1927, 9 familles sont retenues. Il leur est attribué un lot de terrain à exploiter suivant les directives de l’Office. Les rapports entre « colons » africains et représentant de l’Office sont emprunts au mieux de paternalisme du moment que les tâches sont exécutées : semailles, récolte du riz et du coton, etc. L’exploitation de ces indigènes leur pose du moins jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale peu de cas de conscience. Les Gabriel d’Arboussier ne sont pas la norme18.

  • 19 Antonelli É (1929), «  La randonnée d’un colonial de cabinet au pays de Samba Diouf et de Dialo », (...)
  • 20 Orwell relatera de telles situations lors de son séjour en Birmanie.

42En fait, le racisme est latent et en décalage avec les propos lénifiants du ministre des Colonies, M. Maginot rapporté par le journaliste l’accompagnant dans ses tournés de promotion de l’œuvre impériale19. Ainsi le refus d’agents de maisons de commerce d’admettre un lieutenant indigène dans un cercle « européen » à Bamako, tout comme les propos tenus par un jeune agent d’une société commerciale lors d’une escale et d’une fête : « Les indigènes étaient des c…, ils sont des c…, et ils resteront toujours des c…20. »

  • 21 Laromiguière de R. (1929), Les Annales coloniales, 30e année, no 6, p. 15.

43À l’occasion de l’inauguration du canal de Sotuba et dans d’autres contextes favorables, le gazetier paraphrasant le ministre des Colonies M. Maginot évoque, délaissant d’éventuelles critiques, des travailleurs indigènes manifestant « leur bonne volonté coutumière… De la fertilité des terres naîtra l’attachement au sol… ce qui induira une évolution vers un mieux-être et une reconnaissance pour la nation protectrice qui assure des conditions meilleures21. »

44Tant que le drainage d’eaux et les ressources de la terre répondent peu ou prou à ces innovations, des modus vivendi se mettent en place. Le consentement n’est qu’illusoire. De manière récurrente prévalent tant la fuite de « colons » hors de l’Office que des comportements volontairement en désaccord avec les attentes des administrateurs.

  • 22 Fall B. (1993), Le travail forcé en Afrique Occidentale française (1900-1945), Paris, Karthala, p. (...)

La désertion reste une constante du comportement des travailleurs qui, à la moindre occasion, s’éloignaient des chantiers sans se soucier du pécule, du salaire, ni des mesures disciplinaires encourues22.

45Ceux-là n’ont pas la propriété des espaces où ils travaillent. Ils ont vocation d’en extraire un maximum de profit pour la compagnie qui les embauche.

  • 23 « L’œuvre de la France en Afrique occidentale », L’Illustration, 94e année, no 4852, 29 février 19 (...)

46Le travail est imposé de nuit comme de jour afin de disposer des tonnes de terre pour les canaux et l’érection d’un barrage23. Apparaissent à côté d’eux, et en symbiose irréelle, autant de ces agents de la colonisation, dont des commandants de cercle et administrateurs dûment estampillés par l’administration coloniale et cette série de « contremaîtres » ou de formateurs s’attachent à convaincre cette main-d’œuvre indigène.

47A priori, pour l’administration, ces populations sont symboliquement quantité négligeable voire constituent un frein aux intentions proclamées. Il en est autrement quant à leur implication dans les buts poursuivis. Ils constituent la main-d’œuvre indispensable. Nombre de familles ont été obligées de quitter leur environnement de Haute-Volta, pour aller rejoindre les villages établis à leur intention près des zones soudanaises où se déploient les travaux de l’Office. Comme l’indique Elikia M’Bokolo :

  • 24 M’Bokolo E. (2004), Afrique noire, histoire et civilisations, Paris, Hatier, p. 379.

Le travail à l’Office était totalement différent de l’agriculture villageoise et la vie quotidienne ressemblait à celle de camps de travail, coupant les Africains de leur milieu, leurs habitudes et leurs références. Cette absence totale de prise en compte des données humaines et cette conviction de la supériorité européenne firent le lit du projet24.

  • 25 Fall B. (1993), Le travail forcé en Afrique Occidentale française (1900-1945), op. cit.
  • 26 Gide A. (1927), Voyage au Congo ; Londres A. (1929), Terre d’Ebène ; Herbart P. (1939), Le chancre (...)

48Trop de réticence conduisit à suppléer aux manques de volontaires par l’appel forcé à la « deuxième portion » des classes mobilisables. Ce terme désigne les adultes non affectés aux conflits armés, mais tenus en réserve. Les contraintes se disent sans ambages. Le travail forcé est le lot commun de nombre d’entre eux comme le souligne Babacar Fall25. Les arguments pour atténuer d’éventuelles critiques, celles des pouvoirs publics, de journalistes, du Bureau international du travail, mettent en avant des formations pouvant bénéficier à ces « colons » et ultérieurement à leur famille. Tout cela ne se retrouve pas dans les témoignages et écrits à très large écho comme ceux d’André Gide, d’Albert Londres ou de Pierre Herbart26. Ces auteurs donnent à voir l’envers des discours et des proclamations, la réalité des dols et des sujétions.

49Ces agents de la colonisation démobilisés lors de la Grande Guerre et ayant effectué le nombre suffisant d’années attendent non sans angoisse le moment où ils accèdent à la retraite.

  • 27 Bouvier P. (2018), La longue marche des tirailleurs sénégalais de la grande guerre aux indépendanc (...)

50Forts de leurs économies et des soldes perçues, le retour vers la métropole peut s’envisager. Certains préfèrent se retirer dans un contexte « colonial » encore apparemment stable tel Julien ou son frère Paul retourné en métropole, Ernest le puiné opte pour la Tunisie. Le Maroc est souvent une de leurs destinations, celle de Julien, avant une rentrée définitive dans les terres septentrionales. La France dans années pré-indépendantistes est peu accueillante pour ces enfants prodigues dont l’aventure, celle de la colonisation, est en train de se terminer d’une manière toute différente de l’image amphigourique qu’elle avait essayé de susciter. Leur retour est moins radical que pour leurs pairs d’Algérie quelques décennies plus tard. Ils n’en sont pas moins questionnés sinon stipendiés. Ils se sont impliqués dans un système inique qui a reposé sur l’exploitation de populations pour leur propre bénéfice d’Européens conquérants et dominants, et plus encore pour celui de leurs commanditaires. Le temps des indépendances est cependant en marche27.

Haut de page

Bibliographie

Ageron, C.-R., Michel M. (dir.) (1992 [2010]), L’Afrique noire française, l’heures des indépendances, Paris, CNRS Éditions.

Augagneur V. (1926 [2010]), Erreurs et brutalités coloniales, Paris, Nuits rouges.

Bâ A. H., (1994), Oui mon commandant !, Arles, Actes Sud.

Baratier A. (1914), Au Congo, souvenirs de la mission Marchand, Paris, Arthème-Fayard.

Barjot D., Frémeaux J. (dir) (2012), Les sociétés coloniales à l’âge des empires des années 1850 aux années 1950, Paris, CNED-SEDES.

Bélime É. (1955), Gardons l’Afrique, Paris, Nouvelles éditions latines.

Bouamama S. (2014), Figures de la révolution africaine. De Kenyatta à Sankara, Paris, La Découverte.

Bouvier P. (2010), Aimé Césaire, Frantz Fanon : portraits de décolonisés, Paris, Les Belles Lettres.

Bouvier P. (2014), De Dakar à Tokyo, carnet de voyage [1966-1967], Paris, Galilée.

Bouvier P. (2018), La longue marche des tirailleurs sénégalais. De la grande guerre aux indépendances, Paris, Belin.

Brunschwig H. (1983), Noirs et blancs dans l’Afrique noire française, ou comment le colonisé devient colonisateur (1870-1914), Paris, Flammarion.

Cabanes B. (2014), La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français, 1918-1920, Paris, Seuil.

Cohen W. B. (1973), Empereurs sans sceptre, Paris, Berger-Levraut.

Conklin A (1997), A Mission to Civilize. The Republican Idea of Empire and West-Africa, 1895-1930, Stanford, Stanford University Press.

Cooper F. (2002), Africa since 1940. The Past of the Present, Cambridge, Cambridge University Press.

Coquery-Vidrovitch C. (dir.), avec la collaboration d’Odile Goerg (1992), L’Afrique occidentale au temps des français, colonisateurs et colonisés, 1860-1960, Paris, La Découverte.

Cousin A. (2011), Retour tragique des troupes coloniales. Morlaix-Dakar, 1944, Paris, L’Harmattan.

Davis S. C. (1934), Reservoirs of Men. A History of the Black Troops of French West Africa, Westport, Negro University Press.

Delavignette R. (1935), Soudan, Paris, Bourgogne, Paris, Grasset.

Dewitte P. (1985), Les mouvements nègres en France 1919-1939, Paris, L’Harmattan.

Fall B. (1993), Le travail forcé en Afrique-Occidentale Française, 1900-1946, Paris, Khartala.

Fanon F. (1952), Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil.

Fanon F. (1964), Pour la révolution africaine, écrits politiques, Paris, La Découverte.

Fargettas J. (2012), Les tirailleurs sénégalais, les soldats noirs entre légendes et réalités, 1939-1945, Paris, Tallandier.

Galen Last van D. (2015), Des soldats noirs dans une guerre de blancs (1914-1922), Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Ginio R. (2006), French Colonialism Unmasked. The Vichy Years in French West Africa, Lincoln, University of Nebraska Press.

Goebel M. (2017), Paris, capitale du Tiers-monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1929-1939), Paris, La Découverte.

Kourouma A. (1970), Les soleils des indépendances, Paris, Seuil.

Leiris M. (1934), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard.

Le Clézio J. M. G. (2004), L’Africain, Paris, Mercure de France.

M’Bokolo E. (1992), Afrique noire : histoire et civilisation, Paris, Hatier.

Mabanckou A. (2012), Le sanglot de l’homme noir, Paris, Fayard.

Magasa A. (1978), Papa-commandant a jeté un grand filet devant nous. Les exploités des rives du Niger1902-1962, Paris, Maspero.

Mann G. (2006), Native Sons, Durham, Duke University Press.

Maran R. (1938), Batouala, Paris, Albin Michel.

Mbembe J.-A. (2013), Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris La Découverte.

Michel M. (2009), Essai sur la colonisation positive, Paris, Perrin.

Michel M. (2013), L’Afrique dans l’engrenage de la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Karthala.

Mourre M. (2017), Thiaroye 1944, Histoire et mémoire d’un massacre colonial, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ousmane S. (1988), Camp de Thiaroye, DVD, Paris, La Médiathèque des Trois Mondes.

Oyono F. (1956), Le vieux nègre et la médaille, Paris, Julliard.

Pounoukon K. B. G. (1952), « La vie d’un militant syndicaliste », dans A. Diop, Le travail en Afrique noire, Paris, Présence Africaine.

Roussel R. (2005 [1910]), Impressions d’Afrique, Paris, Flammarion (GF).

Saada E. (2007), Les enfants de la Colonie. Les métis de l’empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte.

Sarrault A. (1931), Grandeur et servitude coloniales, Paris, Éditions du Sagittaire.

Sibeud E. (2017), « 1919, Deux conférences pour changer le monde », dans Boucheron P. (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil.

Simonis F. (dir) (2005), Le commandant en tournée, Paris, Seli Arslan.

Singaravélou P. (2011), Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne.

Stovall T. (2012), « Colour-Blind France? Colonial Workers during the First-World War », dans Blanchard P., La France noire, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Mangin C. (2011), La force noire, Paris, L’Harmattan.

2 Michel M. (2003), Les Africains et la Grande Guerre. L’appel à l’Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, p. 21.

3 Baratier A. (1914), Au Congo, souvenirs de la mission Marchand, Paris, Arthème-Fayard.

4 Dieng A. (1990), Blaise Diagne, premier député africain, Paris, Éditions Chaka.

5 Bâ A. H. (1992), Amkoullel, l’enfant Peul, Arles, Actes Sud, p. 387.

6 Hardy G. (1937), L’Afrique Occidentale Française, Paris, Laurens, p. 60.

7 Lombard J. (1927), « Pour réussir aux colonies », Le Monde colonial illustré, no 30.

8 « Le chômage et les colonies », Le Monde colonial illustré, no 92, avril 1931.

9 Brunschvicg H. (1983), Noirs et blancs dans l’Afrique noire française, Paris, Flammarion.

10 Weber E. (2011), La fin des terroirs 1870-1914, Paris, Fayard.

11 Benoît P. (1920), L’Atlantide, Paris, Albin Michel.

12 Loti P. (1992[1881]), Le roman d’un Spahi, Paris, Gallimard.

13 Guérivière de la J. (2001), Les fous d’Afrique. Histoire d’une passion française, Paris, Seuil, p. 31.

14 Besse A. (1905), Manuel de l’employé de commerce aux colonies, Lyon, A. Rey.

15 Magasa A. (1978), Papa-commandant a jeté un grand filet devant nous. Les exploités des rives du Niger : 1902-1962, Paris, Maspero.

16 Baillaud É. (1936), L’organisation économique de l’Afrique occidentale française, notes de voyage, Marseille, Institut colonial.

17 Cohen W. B. (1973), Empereurs sans spectre, Paris, Berger-Levraut.

18 Blum F., Rillon O. (2018), « Mémoires sensibles, mémoires métisses de la colonisation. Les réflexions intimes de Gabriel d’Arboussier », Socio-anthropologie, 37.

19 Antonelli É (1929), «  La randonnée d’un colonial de cabinet au pays de Samba Diouf et de Dialo », Les Annales Coloniales, juin.

20 Orwell relatera de telles situations lors de son séjour en Birmanie.

21 Laromiguière de R. (1929), Les Annales coloniales, 30e année, no 6, p. 15.

22 Fall B. (1993), Le travail forcé en Afrique Occidentale française (1900-1945), Paris, Karthala, p. 195.

23 « L’œuvre de la France en Afrique occidentale », L’Illustration, 94e année, no 4852, 29 février 1936.

24 M’Bokolo E. (2004), Afrique noire, histoire et civilisations, Paris, Hatier, p. 379.

25 Fall B. (1993), Le travail forcé en Afrique Occidentale française (1900-1945), op. cit.

26 Gide A. (1927), Voyage au Congo ; Londres A. (1929), Terre d’Ebène ; Herbart P. (1939), Le chancre du Niger.

27 Bouvier P. (2018), La longue marche des tirailleurs sénégalais de la grande guerre aux indépendances, Paris, Belin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bouvier, « Agents coloniaux subalternes », Socio-anthropologie, 37 | -1, 27-40.

Référence électronique

Pierre Bouvier, « Agents coloniaux subalternes », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3240 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3240

Haut de page

Auteur

Pierre Bouvier

Pierre Bouvier est socio-anthropologue, professeur émérite de l’université Paris Nanterre (Paris X), membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain IIAC. Il est l’auteur de diverses publications portant sur la socio-anthropologie dont Socio-anthropologie du contemporain (Galilée, 1995) ; Le lien social (Gallimard, 2005) ; Aimé Césaire, Frantz Fanon, portraits de décolonisés (Les Belles lettres, 2010) ; De la socioanthropologie (Galilée, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals