Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoires coloniales

Mémoire nationaliste versus mémoire colonialiste

Réflexion sur un paradoxe camerounais
Tièmeni Sigankwé
p. 123-135

Résumés

Pendant 15 ans, de 1956 à 1971, le Cameroun sous-tutelle française est le théâtre d’une guerre d’indépendance menée par l’Union des populations du Cameroun (UPC) contre la puissance coloniale. Le parti nationaliste la perdra et le pouvoir échoira aux forces qui collaborèrent avec l’administration coloniale. Mais, depuis l’indépendance de 1960 et davantage depuis la fin de cette guerre de libération nationale, en 1971, le pouvoir de Yaoundé fait comme si le mouvement nationaliste n’avait jamais existé. Sa politique mémorielle met en avant les figures coloniales françaises et leurs collabos camerounais. Or, si ce silence d’État sur le mouvement nationaliste a pu prospérer pendant 30 ans, sans contradictions à l’échelle nationale, depuis le début de la décennie 1990, de plus en plus de voix dissonantes se font entendre. Le conflit mémoriel, ainsi né, se perpétue et s’accentue au fil du temps. Notre article se propose d’en décrypter les racines et les ressorts.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Certains « collabos » comme Maurice Papon réussirent néanmoins à occuper de hautes fonctions.

1En Afrique noire, le Cameroun est la seule colonie française où le mouvement nationaliste prit la voie des armes (1956-1971) pour revendiquer l’indépendance du pays. Il fut vaincu et ses leaders physiquement éliminés. Ce qui permit au pouvoir colonial, en 1960, en pleine guerre de libération nationale, de confier les rênes du jeune État indépendant à une élite locale qui n’avait jamais réclamé cette indépendance (Joseph, 1986 ; Mbembe, 1996 ; Delthombe, 2011, 2016). Un peu comme si, à la Libération en France, collabos et pétainistes avaient conservé le pouvoir, au détriment de la Résistance1… Cette esquisse de politique-fiction hexagonale traduit pleinement la profondeur du paradoxe historique que vit le Cameroun depuis son indépendance. Sur ce véritable non-sens, se greffe un autre paradoxe : la politique mémorielle du pouvoir de Yaoundé depuis lors. Véritable exception camerounaise, elle a consisté en deux fondamentaux : 1) fabriquer une image d’antipatriotes pour les figures du mouvement indépendantiste camerounais ; 2) effacer d’autorité toute trace de ce passé anticolonialiste dans l’espace républicain.

2Or, si pendant les trois décennies qui suivirent l’indépendance, ces omissions volontaires du roman national ne connurent point de contestations ouvertes, depuis la fin du régime monolithique en 1990, elles font l’objet de critiques de plus en plus vives avec, parfois, des éruptions violentes. En effet, les contestataires dénoncent une hyper-mémorialisation presque exclusive de l’ancien colon et, a minori, de ses affidés locaux dans le récit historique officiel, les lieux de mémoire ou le calendrier liturgique républicain, au détriment des fellaghas camerounais, invisibles ou presque. Pourtant, cette contradiction flagrante, entre vibrant passé anticolonialiste et geste mémorielle officielle, provoque un véritable retour du refoulé nationaliste dans la conscience nationale, aboutissant à la naissance progressive, même chez le « petit peuple », d’une nouvelle conscience historique, à rebours de la parole institutionnelle. Même si aucune étude statistique n’a encore mesuré le pourcentage de Camerounais en opposition frontale ou feutrée avec la politique mémorielle de l’État, l’observation participante et non-participante des réseaux sociaux, des réactions des élèves aux programmes scolaires d’histoire, des débats télévisés ou des échanges dans la rue, permet au moins de soupçonner une chose : l’existence d’un problème. Ajouté à la visible accentuation d’un sentiment anti-français, bruyamment assumé, ou à la défiance croissante et médiatisée vis-à-vis des lieux de mémoire républicains, on aboutit au constat d’un authentique conflit mémoriel, en latence certes, mais qui pourrait exploser sans crier gare.

3La présente contribution se propose de décrypter les racines et les ressorts de ce paradoxe mémoriel. Les ressources empiriques mobilisées ici ont été collectées auprès de sources orales, sur la toile numérique et dans des centres de documentation et d’archives au Cameroun. Ces informations ont été analysées à travers une démarche phénoménologique, dans la perspective de ce qu’on pourrait appeler oblivion studies, en parallèle des naissantes memory studies.

Racines d’un conflit mémoriel

4Avant le début de la décennie 1990, les politiques de mémoire des régimes successifs d’Ahmadou Ahidjo, président de 1960 à 1982, et de Paul Biya, depuis 1982, faisaient déjà l’objet de quelques contestations, mais hors du Cameroun, parmi l’importante communauté des exilés issus des rangs du mouvement anticolonialiste. Pendant 30 ans, le gouvernement put ainsi gommer le nom et toutes les références au seul parti anticolonialiste du territoire sous-tutelle française sans qu’à l’intérieur des frontières nationales des voix s’élèvent pour protester. C’est vrai que le pays vivait alors sous les rigueurs et excès du système monolithique (Bayart, 1979). Pourquoi la contestation de cette politique d’oblitération du passé nationaliste, à l’intérieur du pays lui-même, n’a-t-elle pu s’exprimer qu’au début des années 1990 ?

La lutte pour les libertés (1990-1993)

5Tout le processus de contestation ouverte de la mémoire officielle de l’anticolonialisme au Cameroun trouve sa source dans le mouvement de lutte pour les libertés qui émergea à Douala, au début de la décennie 1990, avant d’essaimer dans le reste du Cameroun. Ce mouvement visait à reconquérir les libertés individuelles, niées durant les 30 premières années d’existence du pays, à l’aide d’un arsenal juridique liberticide mis sur pied par le régime monolithique d’Ahmadou Ahidjo et perpétué par le successeur qu’il s’était choisi, Paul Biya. Durant ces trois décennies, la moindre prise de parole subversive pouvait entraîner les pires souffrances pour son auteur. Dans ce contexte de parti unique et de dictature de la pensée, toute personne évoquant publiquement l’histoire de ceux qui prirent les armes, en décembre 1956, pour exiger l’indépendance du pays, était presque assurément torturée avant d’être tuée ou jetée pour longtemps dans les geôles de la police politique.

6La conquête populaire des libertés, ponctuée d’opérations « ville morte » de 1990 à 1993, permit donc, pour la première fois, la libération de la parole et força la promulgation, par le président Biya, d’un ensemble de lois passées à la postérité sous le nom de « lois sur les libertés ». Même si, comme le démontrent clairement Andreas Mehler (1997) et Fabien Eboussi Boulaga (1997), le véritable changement escompté par les combattants de la liberté de la décennie 1990 n’a pas eu lieu ; puisque le même homme se perpétue encore au pouvoir, à Yaoundé, depuis 35 ans. L’acte de libération de la parole ainsi né, a néanmoins permis que s’installe progressivement dans l’opinion, une suspicion sur le sort mémoriel réservé jusque-là aux fellaghas camerounais des années 1955-1971, avec l’idée sous-jacente qu’il fallait que ce système d’embaumement de la mémoire nationaliste change aussi.

Le retour du refoulé national

7Une autre cause, et non des moindres, de cette contestation ouverte, sur le tard, de la politique camerounaise de mémoire, est à chercher dans le retour de bâton d’une mémoire enfouie dans les rets de l’oubli et du refoulement du moi, à cause de la violence d’État qui, naguère, réprimait toutes les voix commettant le crime d’évoquer simplement le parti nationaliste, son combat et ses leaders. Or, selon la théorie freudienne bien connue, le troisième et inéluctable moment du processus psychologique de refoulement n’est rien d’autre que l’éruption inconsciente de l’objet du refoulement. Dans le contexte camerounais, l’objet même de ce refoulement, la mémoire nationaliste, ressurgissait brutalement, après trois décades d’amnésie involontaire du peuple. La lutte pour les libertés de 1990-1993 semble avoir été le catalyseur de ce retour du refoulé et plus généralement la source de toute la contestation mémorielle elle-même.

  • 2 Um Nyobè, Ernest Ouandié et Félix Moumié sont les figures de proue du mouvement nationaliste au Ca (...)
  • 3 Yém Mback était le secrétaire particulier d’Um Nyobè. Ils furent tués ensemble, le 13 septembre 19 (...)
  • 4 Mbembe A. (1993), « Écrire l’Afrique à partir d’une faille », Politique africaine, 51, p. 93.
  • 5 Ibid.

8Jusqu’alors, les contemporains du mouvement indépendantiste ne pouvaient publiquement raconter ce qu’ils avaient vu dans les années 1950-1970 ; ils ne l’osaient (rarement) alors que dans le secret des chaumières. Cette forme d’entretien et de transmission clandestine de la mémoire nationaliste ostracisée est bien décrite par Achille Mbembe, à travers son expérience personnelle avec sa tante, Martina Ngo Yebga, et sa grand-mère, Susana Ngo Yém. Ce sont ces deux femmes qui, alors que l’historien camerounais était encore adolescent, lui contèrent, de manière chantée ou prosaïquement dite, l’épopée « maquisarde » d’Um Nyobè2, Yém Mback3 et d’autres combattants nationalistes tués pour avoir réclamé l’indépendance de leur pays. Plus tard, le sujet ne cessa de hanter le jeune homme, au point que la question du nationalisme camerounais domina ses travaux d’historien, de 1980 à 1996 (Mbembe, 1984 ; 1985 ; 1986 ; 1989 ; 1993 ; 1996). Dès 1980, il prit conscience de « ce qui [lui] semblait être une profonde injustice4 » et décida de consacrer son mémoire de maîtrise, à l’université de Yaoundé, à cette histoire cachée. Il ne fut jamais autorisé à soutenir publiquement ses travaux. Miraculeusement, il obtint une moyenne non éliminatoire et ne fut pas convoqué ou incarcéré par la Staasi locale… Ce mémoire académique et la suite de ses publications, jusqu’en 1996, constituèrent, pour lui, une manière de « racheter Um Nyobè, et par ricochet Ernest Ouandié et Félix Moumié, d’une mort […] douloureuse5 ».

9Grâce à la libération de la parole, le récit sur les oubliés de l’histoire officielle s’invita désormais dans des échanges de rue (entretiens avec Mack-Kit) et dans la presse privée naissante : Challenge Hebdo et Le Messager notamment. Mais, au-delà de ce retour du refoulé national et de la lutte pour les libertés, l’origine, relativement plus lointaine du paradoxe mémoriel camerounais, qui allait se transformer en crise des mémoires au début de la décennie 1990, se circonscrit, en réalité, dans un élément fondateur et consubstantiel de toute cette situation : la sanctification de la mémoire colonialiste.

La béatification des mémoires colonialiste et collaborationniste

10L’embaumement de la mémoire indépendantiste, au profit du re-jeu exclusif du passé pro-colon, commença en 1955, avec l’interdiction du parti indépendantiste, l’UPC (Joseph, 1986 ; Mbembe, 1996 ; Delthombe, Domergue, Tatsitsa, 2011). Ainsi, à partir de juillet 1955, seuls les partis politiques moqueusement qualifiés de « partis administratifs » par l’UPC (voir Um Nyobè, 1984 et 1989), demeurèrent légaux. Cette élimination de l’UPC du jeu politique au profit des partis alliés de la puissance coloniale eut pour conséquence de permettre à ceux-ci de prendre le pouvoir, avec une légitimité discutable. De ce fait, le Cameroun accéda finalement à l’indépendance, fictive selon le mouvement nationaliste, avec à sa tête des hommes qui n’avaient jamais revendiqué cette indépendance, tels le premier président, Ahmadou Ahidjo et ses ministres. Toutes les rues furent baptisées de noms d’administrateurs coloniaux ou de colons français. En fait, au lendemain de l’indépendance, toutes les rues, avenues, etc., ne portaient que des noms venant de la puissance coloniale. Les premiers dirigeants camerounais perpétuèrent cette situation, tout en injectant progressivement des noms de figures indigènes dans le vieux système colonial d’adressage des rues.

11Aujourd’hui encore, demeure, à titre d’exemple, la place Repiquet, lieu où se trouvait l’ancien parc Repiquet. Or, Jules Repiquet fut commissaire de la France au Cameroun, de 1934 à 1936 (Abwa, 2000). Il en est de même du général Leclerc dont le nom est porté par le monument symboliquement le mieux situé de Douala et le plus grand lycée de la capitale, Yaoundé. À côté d’eux, existent désormais de plus en plus de lieux portant des noms de Camerounais, mais pour la plupart, des collaborateurs dévoués de l’administration coloniale. Ainsi en est-il de la statue de Charles Atangana inaugurée en 1966 en plein cœur du centre-ville de Yaoundé. Même s’il fut le chef supérieur des Éwondo, le peuple autochtone de la ville de Yaoundé, Atangana fut aussi, tour à tour, collaborateur dévoué des Allemands pendant le protectorat allemand, puis, à leur départ forcé en 1916, à la suite de la victoire militaire des alliés franco-britanniques, collaborateur non moins dévoué du pouvoir colonial français.

12D’un autre côté, les programmes et manuels scolaires d’histoire vantaient – et vantent encore – l’œuvre coloniale de la France, en présentant hôpitaux, écoles, routes, etc., comme autant de cadeaux offerts par l’ancienne « mère-patrie », sans contrepartie. En même temps, l’école républicaine camerounaise pointait encore, bien souvent, les membres du mouvement nationaliste comme de simples bandits ou terroristes. Quant aux dirigeants camerounais, ils étaient peints comme des colombes de la paix naguère et toujours au service du développement du Cameroun. Les bandes dessinées à connotations éducatives, pour théâtraliser le récit que le pouvoir de Yaoundé poétisait au sujet de ses commencements et de sa généalogie politique, reprirent à cette époque, presque en chorus, cette même histoire officielle. C’était le cas de Cameroun. La marche vers l’unité (1978) ou de l’Histoire du Cameroun. Il était une fois… Ahidjo (1980), des BD de propagande, conçues comme de véritables épopées magnifiant la vie de l’autocrate au service du Cameroun. Il y est décrit comme l’homme providentiel qui a sauvé le Cameroun.

13Cette histoire officielle allait ainsi constituer l’un des ferments de la contestation de l’ordre mémoriel établi par le pouvoir de Yaoundé, de par ses écarts trop flagrants avec la réalité historique.

Ressorts d’une crise mémorielle

14Dans le déroulement de la crise mémorielle camerounaise, qui démarre en 1990, la découverte de la contradiction flagrante entre récit historique et re-jeu mémoriel du nationalisme camerounais constitue l’une des étapes-clés.

La contradiction entre figure historique et figure mémorielle du nationalisme

15Avec le grand retour du refoulé national, apparaît désormais, aux yeux de nombreux Camerounais, le véritable paradoxe qui existe entre l’histoire du mouvement nationaliste et sa mémoire officielle. Alors que l’historiographie peignait le tableau d’un groupe comparable aux maquisards sous l’Occupation, la mémoire officielle avait sculpté l’image d’un regroupement d’aigris anarchistes ennemis du Cameroun.

16Des livres, interdits jusqu’alors, commencèrent à circuler sous le manteau, comme les Écrits sous maquis et Le problème national kamerunais. Ces éditions des textes de Ruben Um Nyobè, leader historique de l’UPC, sont présentées par Achille Mbembe qui les avait exhumés pendant ses recherches. Parus en 1984 et en 1989, ces recueils de la pensée politique de celui qui incarne toujours la figure tutélaire du nationalisme camerounais, furent interdits par la censure d’État (Mbembe, 1986 et 1993). Il en alla de même pour Le mouvement nationaliste au Cameroun de Richard Joseph, livre fondateur pour la recherche historique sur le mouvement nationaliste, publié en anglais en 1977 et traduit en français en 1986. Ces livres et articles scientifiques publiés dans la décennie 1980 apportent à la communauté historienne, à la presse et à l’opinion, un récit historique sourcé et crédible qui confirme les témoignages informels des contemporains de la décolonisation du Cameroun.

17Ils révèlent tous une même réalité. De 1948 à 1971, l’UPC se leva contre l’arbitraire colonial de la France au Cameroun. Croyant sincèrement que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, plus aucun peuple n’avait besoin de prendre les armes pour réclamer son indépendance (Um Nyobè, 1984 et 1989), ce mouvement choisit plutôt la voie juridique pour résoudre la « palabre de l’indépendance » (Mbembe, 1985). Son chef, Ruben Um Nyobè, alla jusqu’à l’ONU pour défendre le principe « sacré » de la liberté de son peuple à disposer de lui-même, usant savamment de toutes les voies prévues par le droit international encadrant la tutelle onusienne de la France sur le Cameroun. Mais, comme en Algérie, l’administration coloniale réagit invariablement par des obstructions et des violences souvent meurtrières (Joseph, 1986 ; Mbembe, 1996 ; Delthombe, Domergue, Tatsitsa, 2011 et 2016).

  • 6 Voir l’emblématique cas de l’affaire Bernard de Gélis contre Ruben Um Nyobè (Joseph, 1986, p. 262 (...)

18Du fait de la fraude électorale, jamais ce parti nationaliste, pourtant solidement implanté dans le Sud-Cameroun et en train de conquérir le septentrion camerounais (Idrissou, Koufan, 2006, p. 199-217), ne put obtenir des sièges parlementaires via les urnes. Ses cadres furent brutalisés et abusivement poursuivis en justice6. Le pouvoir colonial ne leur laissa presque jamais l’opportunité de jouir de leurs droits. Toutes leurs manifestations étaient brutalement réprimées, par la soldatesque coloniale et ses supplétifs locaux. Après l’élimination de l’UPC du jeu politique en juillet 1955, les upécistes durent prendre le maquis ou le chemin de l’exil. Après de multiples tentatives de retour légal dans le jeu politique, le parti comprit qu’il n’y avait plus que la voie des armes pour se faire entendre.

  • 7 Pour en savoir plus sur la guerre de libération nationale au Cameroun, de 1956 à 1971, consulter J (...)

19Le jour de l’élection des députés de la naissante Assemblée législative du Cameroun, qui allait conduire à la mise sur pied du premier gouvernement camerounais, le mouvement indépendantiste, de facto exclu de ce moment capital pour l’avenir du Cameroun, commit ses premiers actes de guerre. C’était le début d’une guérilla qui allait durer 15 ans. D’un côté, une armée française et ses alliés camerounais jouissant d’une logistique moderne et abondante, et de l’autre, une troupe nationaliste munie d’armes rudimentaires (arcs, flèches, fusils traditionnels, quelques fusils de chasse) et de ce fait, obligée de mener la guerre par des embuscades. Ce conflit se solda par la mort de plus de 100 000 Camerounais, l’écrasement de l’UPC et l’élimination physique de tous ses leaders7. Par ailleurs, le pouvoir étatique est confié, à l’indépendance, à l’élite pro-française.

La contestation mémorielle de 1990 à 2017

20La remise en question publique du monopole de l’État camerounais sur la question des usages du passé a connu deux grandes périodes. Et chacun des temps de notre périodisation a démarré par une contestation bruyante, ou un ensemble de contestations bruyantes ponctuées d’actes de résistances plus discrets ou moins connus.

  • 8 Série d’entretiens avec Samuel Mack-Kit, alors secrétaire général de L’UPC dites des Fidèles, à Do (...)

21Le premier moment de la résistance à l’ordre mémoriel établi coïncide avec les éruptions populaires de la lutte pour les libertés de l’année 1990, d’abord à Douala, puis, dans le reste du pays (supra). Il est essentiellement pensé, organisé et mené par les successeurs de l’UPC historique. Le groupe s’appelle toujours UPC ; toutefois, il a alors déjà perdu une partie importante de son lustre. De nouvelles figures émergent déjà de la naissante opposition. C’est le cas de John Fru Ndi, chairman du Social Democratic Front (SDF) autour de qui gravitent d’influents mouvements politiques et de la société civile, dans le cadre de la coordination pour le changement. Ambition de cette plateforme : provoquer l’alternance politique et sortir le pays de son marasme (Mehler, 1997). Par ailleurs, la perte d’influence de l’historique UPC est également une conséquence de son fractionnisme, encouragé par les autorités de Yaoundé (Eyinga, 1991). Cependant, même si ses diverses factions s’auto-excluent et s’accusent mutuellement de collusion avec le pouvoir, elles s’accordent sur un consensus minimum : la nécessité urgente d’inscrire positivement le combat indépendantiste dans l’histoire et la mémoire officielles8.

  • 9 Voir Njassep, Nganya (s.d., p. 120-127), pour lire l’un des discours phares de ce congrès.

22Pour ce faire, les prises de parole publique au nom des différentes tendances de l’UPC, à partir de 1990, répètent inlassablement l’urgence d’une revivification de la mémoire de leur lutte et de leur sacrifice pour l’indépendance du Cameroun. Pareille ambition, dans un environnement où le pouvoir central est hostile à toute remise en cause de l’historiographie officielle, constitue alors un précédent. Le congrès de relance officielle des activités de l’UPC des fidèles, hors-maquis, à Bafoussam, en 1991, fut l’une des premières grandes occasions d’évoquer, en public, l’histoire du nationalisme camerounais9. Les nombreux écrits de vulgarisation et ouvrages rédigés depuis 1990, constituaient autant de pieds de nez à la « vérité » d’un État-historien (Mbembe, 1989, p. 9-42).

  • 10 Pour ce type de publications, également nombreuses, celles de Moukoko Priso, qui publie sous son p (...)

23Parmi les écrits de vulgarisation de l’UPC, figurent, en bonne place, un opuscule de 48 pages : La constante politique pratiquée par Um Nyobè, imprimé en France en 1959 au lendemain de la mort du leader nationaliste, naguère distribué sous le manteau et qui, désormais, pouvait circuler sans crainte de représailles policières. Dans la même veine, peut être relevé le document « Filiation légitime et légale de la direction de l’UPC de 1948 à 2009 ». En réalité, plusieurs dizaines d’opuscules et documents de toutes sortes ont été rédigés par le parti nationaliste, au cours des années qui ont suivi l’ouverture démocratique. L’avenir nous donnera raison, de Mathieu Njassep et Flaubert Nganya (s.d.), figure également dans le lot. À côté de cette littérature de vulgarisation, d’autres upécistes publient des ouvrages qui rappellent le combat de l’UPC ou décryptent la situation du Cameroun10. L’ensemble de cette littérature s’accorde sur un point essentiel : le nationalisme camerounais a bien existé et ne fut pas le fait d’un groupe d’antipatriotes.

24D’un autre côté, les upécistes ayant participé à la guerre de libération nationale mettent sur pied une association pour défendre leur image. Créée en 2005, sous la houlette de Mathieu Njassep, ex-secrétaire particulier du dernier grand chef politico-militaire du mouvement, Ernest Ouandié, l’Association des vétérans du Cameroun compte « environ 200 personnes » (Njassep, Nganya, s.d., p. 90 et 128-133). Cette initiative permet à l’UPC de contrer la vérité d’État à son sujet, en répondant directement et sans go-between à la question : « UPC, qui dis-tu que tu es ? »

25Au-delà des initiatives upécistes, le monde de la recherche universitaire contribuera également beaucoup à déconstruire le récit national sur le mouvement indépendantiste (supra). Il aura fallu attendre dix années pour que, après le mémoire non-soutenu de Mbembé, des étudiants de l’université de Yaoundé osent s’attaquer à ce sujet tabou de l’insurrection anticoloniale, initiant un mouvement qui prend chaque jour de l’ampleur. Malgré tout, le volume des publications reste de très loin, inférieur à celui des travaux publiés sur la guerre d’Algérie, un conflit comparable à la guerre d’indépendance du Cameroun.

26Dans ce contexte, l’histoire de l’UPC est de mieux en mieux connue, ce qui contribue à la virulence du deuxième moment de la résistance à l’ordre mémoriel. Ce moment a été préfiguré par Mboua Massock, activiste camerounais célèbre pour avoir été à l’origine des villes mortes des années 1990. En 2001, il tenta, en effet, de casser la tête de la statue du général Leclerc située devant la poste centrale, sur la place du gouvernement, à Douala, la place la plus symbolique de la capitale économique du Cameroun. Sans lui laisser le temps de finir son action, les forces de police l’arrêtèrent et le mirent aux arrêts. Mais cette période de remise en question du récit national ne commencera véritablement qu’en 2013. Sa figure de proue est un autre activiste et entrepreneur de la mémoire : André Blaise Essama. Désormais connu à travers le Cameroun et au sein de la diaspora, ce Camerounais à peine quadragénaire s’est illustré en réussissant là où Mboua Massock avait échoué. Il est parvenu à renverser la statue du général Leclerc et à emporter sa tête avec lui. Les photos d’Essama, posant avec le buste du général à ses côtés, ont fait le buzz sur internet. Il a par ailleurs avoué avoir brisé et emporté avec lui une cinquantaine de plaques d’adressage de rues à consonance française. Une bonne partie de l’opinion semble le soutenir, si l’on en croit le sens des publications et commentaires sur les réseaux sociaux, et les marques d’indignations suite à ses nombreux séjours à la prison centrale de Douala. Or, malgré ces emprisonnements, l’homme promet de continuer. Affaire à suivre donc…

Conclusion. Lieux et non-lieux de mémoire, la mémoire qui s’obstine

  • 11 Ces données sont tirées d’observations participantes que nous avons effectué à Éséka en 2010, 2011 (...)

27La question des lieux de mémoire est peut-être l’une des plus révélatrices d’une soupçonnable absence de volonté institutionnelle de faire évoluer les pratiques mémorielles de Yaoundé. Depuis 1990, aucun monument n’a été érigé dans les grandes villes camerounaises en l’honneur des nationalistes camerounais. Le seul qui existe se trouve à Éséka. Représentant Um Nyobè, il est certes d’une taille respectable, 11 mètres, mais il n’a pas été financé par l’État central. C’est une initiative du maire Sendé d’Éséka, un édile membre de l’UPC. De plus, le fait que cette statue se trouve dans une bourgade excentrée et dans la région d’origine du de cujus, consacre, en réalité, pour l’observateur qui connaît un peu la géopolitique interne du pays, la tribalisation de la mémoire de Um Nyobè. Ce qui pourrait freiner, pour un temps, le fait que des ressortissants d’autres régions considèrent cette figure nationaliste comme un héros national. Malgré tout, depuis près d’une décennie, à la date d’anniversaire de son assassinat, le 13 septembre, des délégations de quelques dizaines de personnes venant principalement de Douala, de Yaoundé et d’Éséka et ses environs vont se recueillir sur sa tombe11. À Yaoundé, il n’existe ni statues, ni rues ou avenues en hommage à Um Nyobè ou à ses compagnons de lutte. À Douala, cependant, la communauté urbaine a créé l’avenue 1.100 en l’honneur d’Um Nyobè, mais celle-ci est située à l’écart et dans un quartier populaire.

28Il existe pourtant bien des lieux de mémoire de fait du nationalisme camerounais post-1945. Il s’agit notamment des sites des massacres commis par la France et le jeune gouvernement Ahidjo, des lieux de naissance et de mort des figures de l’anticolonialisme, de leurs anciennes résidences et sièges ou des lieux de meurtres de masse et de déversements des corps des nationalistes tués pendant la guerre d’indépendance. Ces lieux sont finalement devenus des non-lieux de mémoire, puisqu’aucune action publique de mémorialisation n’y a encore été entreprise. La parole institutionnelle ne les évoque jamais. L’exemple des chutes de la Métché, en région bamiléké, semble emblématique de cette situation (Tièmeni Sigankwé, 2017b). Ce site sur lequel les gendarmes français venaient jeter, encore vivants, des militants upécistes – qui s’écrasaient sur les rochers en contrebas, à 40 mètres, avant de se noyer et de succomber à une mort inéluctable –, après les avoir torturés dans leur brigade de Bafoussam, n’a, jusqu’à ce jour, aucune indication in situ des drames individuels que les « maquisards » y ont vécu (Delthombe, Domergue, Tatsitsa, 2011 et 2016 ; Sigankwé, 2017b). Ces non-lieux de mémoire, les livres d’histoire des écoles et lycées camerounais ne les évoquent jamais. Et moins encore les discours officiels. Or, la mémoire de ces lieux demeure vive. Bien plus, les commémorations annuelles qui sont désormais organisées sur presque tous ces sites témoignent d’une véritable obstination de la mémoire nationaliste cachée.

Haut de page

Bibliographie

Sources orales

Koufan Jean (série d’entretiens depuis 2009). Historien, membre de l’université de Yaoundé I et membre d’une jeune formation politique des années 1990 qui participait aux luttes pour les libertés.

Mack-Kit Samuel (séries d’entretiens). À Douala, entre 2010 et 2011.

Nganya Flaubert (entretien). À Dschang, en 2014.

Njassep Mathieu (entretiens). À Douala, en 2010 et 2011 ; et à Dschang, en 2014.

Sources écrites

Abwa D. (2000), Commissaires et hauts commissaires de la France au Cameroun (1916-1960), Yaoundé, PUY-PUCAC.

Bakang ba Tonjé (2007), L’indépendance réelle d’abord. Stratégies et actions de l’upc du 10 avril 1948 au 12 février 1991, Douala, Kundé.

Bayart J.-F. (1979), L’État au Cameroun, Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

Delthombe T., Domergue M., Tatsitsa J. (2011), Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique 1948-1971, Paris, Karthala.

Delthombe T., Domergue M., Tatsitsa J. (2016), La guerre du Cameroun. L’invention de la Françafrique, Paris, Karthala.

Eboussi Boulaga F. (1997), La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Elenga Mbuyinga (1992), Tribalisme et problème national en Afrique noire. Le cas du Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Elenga Mbuyinga (1994), Cameroun/Kamerun. La transition dans l’impasse, Paris, L’Harmattan.

Epanya A., Chatain J., Moutoudou A. (2011), Kamerun, l’indépendance piégée. De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialisme, Paris, L’Harmattan.

Eyinga A. (1991), L’UPC, une révolution manquée ?, Paris, Chaka.

Idrissou A., Koufan J. (2006), « L’Union des Populations du Cameroun (UPC) à l’épreuve du Nord-Cameroun français, 1951-1955 », Annales de faculté des arts, lettres et sciences humaines de l’université de Yaoundé, 5/1, p. 199-217.

Joseph R. (1986), Le mouvement nationaliste au Cameroun, Paris, Karthala.

Kuissu S. (2006), Un congrès envers et contre tout : le premier congrès de l’Union des populations du Cameroun à la sortie de 36 ans de clandestinité, s.l., Menaibuc.

Mbembe A. (1984), « Mpodol s’est-il trompé ? », dans Um Nyobè R., Le problème national camerounais, Paris, L’Harmattan, p. 8-92.

Mbembe A. (1985), « La palabre de l’indépendance : les ordres du discours nationaliste au Cameroun, 1948-1958 », Revue française de science politique, 35, p. 459-486.

Mbembe A. (1986), « Pouvoir des morts et langages des vivants : les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, 22, p. 37-72.

Mbembe A. (1989), « L’État-historien », dans Um Nyobè R., Écrits sous maquis, Paris, L’Harmattan, p. 7-42.

Mbembe A. (1993), « Écrire l’Afrique à partir d’une faille », Politique africaine, 51, p. 69-97.

Mbembe A. (1996), La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960), Paris, Karthala.

Mehler A. (1997), « Cameroun : une transition qui n’a pas eu lieu », dans Daloz J.-P., Quantin P. (dir.), Transitions démocratiques africaines. Dynamiques et contraintes, 1990-1994, Paris, Karthala, p. 95-138.

Njassep M., Nganya, F. (s.d.), L’avenir nous donnera raison. Témoignages d’anciens combattants de l’ALNK, Douala, s.n.

Saint Michel S., Ruffieux J.-M. (1978), Cameroun. La marche vers l’unité. Histoire du Cameroun. Il était une fois… Ahidjo, Paris, ABC Afrique Biblio Club.

Saint Michel S., Ruffieux, J.-M. (1980), Histoire du Cameroun. Il était une fois… Ahidjo, Paris, ABC Afrique Biblio Club.

Sigankwé T. (2014), « Le collège d’enseignement général de Foumban. Une mémoire oubliée de la réunification du Cameroun », Intel’actuel. Revue de lettres et sciences humaines, 13, p. 61-88.

Sigankwé T. (2017a), « Boko Haram, une nouvelle version du Maquis upéciste ? », dans Wassouni F., Gwoda A., Regards croisés sur Boko Haram au Cameroun, Yaoundé, Schabel.

Sigankwé T. (2017b), « Des sites des massacres coloniaux comme lieux d’oublis au Cameroun. L’emblématique cas des chutes de la Métché », communication au colloque « Mémoires des massacres au xxe siècle », 22-24 novembre 2017, mémorial de Caen.

Um Nyobè, R. (1984), Le problème national kamerunais, Paris, L’Harmattan, publication posthume.

Um Nyobè, R. (1989), Écrits sous maquis, Paris, L’Harmattan, publication posthume.

Haut de page

Notes

1 Certains « collabos » comme Maurice Papon réussirent néanmoins à occuper de hautes fonctions.

2 Um Nyobè, Ernest Ouandié et Félix Moumié sont les figures de proue du mouvement nationaliste au Cameroun sous tutelle de la France. Respectivement secrétaire général et présidents successifs de l’UPC, le parti indépendantiste historique, ces hommes qui furent tués au cours de leur quête, se battirent en dépassant les clivages ethniques savamment instrumentalisés par l’administration coloniale à travers la politique dite des oppositions africaines. Voir Joseph (1986), Mbembe (1984 ; 1986 ; 1989 ; 1996), Delthombe, Domergue, Tatsitsa (2011 ; 2016).

3 Yém Mback était le secrétaire particulier d’Um Nyobè. Ils furent tués ensemble, le 13 septembre 1958. Lire Joseph (1986), Mbembe (1996) et Delthombe, Domergue, Tatsitsa (2011).

4 Mbembe A. (1993), « Écrire l’Afrique à partir d’une faille », Politique africaine, 51, p. 93.

5 Ibid.

6 Voir l’emblématique cas de l’affaire Bernard de Gélis contre Ruben Um Nyobè (Joseph, 1986, p. 262 et 291 ; Delthombe, Domergue, Tatsitsa, 2011, p. 119, 162, 178, 666 et 669 ; Mbembe, 1996).

7 Pour en savoir plus sur la guerre de libération nationale au Cameroun, de 1956 à 1971, consulter Joseph (1986) ; Mbembe (1996) ; Delthombe, Domergue, Tatsitsa (2011 ; 2016).

8 Série d’entretiens avec Samuel Mack-Kit, alors secrétaire général de L’UPC dites des Fidèles, à Douala, entre 2010 et 2011.

9 Voir Njassep, Nganya (s.d., p. 120-127), pour lire l’un des discours phares de ce congrès.

10 Pour ce type de publications, également nombreuses, celles de Moukoko Priso, qui publie sous son pseudonyme de guerre, Elenga Mbuyinga, sont d’une profondeur théorique remarquable (Elenga Mbuyinga, 1992 et 1994). Voir aussi Bakang ba Tonjé (2007), Epanya, Chatain, Moutoudou (2011), et Kuissu (2006), autre membre de l’UPC-historique .

11 Ces données sont tirées d’observations participantes que nous avons effectué à Éséka en 2010, 2011 et 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tièmeni Sigankwé, « Mémoire nationaliste versus mémoire colonialiste », Socio-anthropologie, 37 | -1, 123-135.

Référence électronique

Tièmeni Sigankwé, « Mémoire nationaliste versus mémoire colonialiste », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3309 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3309

Haut de page

Auteur

Tièmeni Sigankwé

Tièmeni Sigankwé est chargé de recherche en histoire au Centre national d’éducation de Yaoundé, au Cameroun. Ses travaux portent sur l’histoire et la mémoire du nationalisme camerounais des années 1948-1971. Il est l’auteur, entre autres, de : « Boko Haram, une nouvelle version du Maquis upciste ? », dans F. Wassouni et A. Gwoda, Les dynamiques dérivées du phénomène Boko Haram (Schabel, 2017) ; « Le Collège d’enseignement général de Foumban. Une mémoire oubliée de la Réunification du Cameroun », Intel’Actuel. Revue de Lettres et Sciences humaines, no 13, p. 61-88. Il a récemment présenté la communication « Des sites des massacres coloniaux au Cameroun comme non-lieux de mémoire. L’emblématique cas des chutes de la Métché », lors du colloque Mémoires des massacres au XXe siècle, au Mémorial de Caen (22-24 novembre 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals