Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoires coloniales

« Qu’est-ce qu’un blanc ? » : une contre-enquête Kali’na

Quelques figures du colonisateur dans la mémoire amérindienne en Guyane
Gérard Collomb
p. 137-146

Résumés

Si l’on connaît bien la manière dont l’Occident a, au fil des siècles, construit l’image du Sauvage américain, on ne s’est guère interrogé sur ce qu’a pu représenter pour les populations indigènes la rencontre d’une autre part – tout aussi étrange - de l’humanité. L’intrusion des blancs a posé aux Amérindiens des problèmes classificatoires du même ordre que ceux qui ont nourri le débat européen sur la nature de l’homme américain. Quels étaient, pour les Kali’na des Guyanes, ces arrivants ? Quelle place pouvaient-ils occuper dans les systèmes taxonomiques qui organisaient le monde connu ? Une représentation de ces premiers contacts entre les Kali’na et les Européens nous est livrée dans un certain nombre de récits que l’on peut recueillir auprès des plus anciens. Ensemble, ces récits dessinent plusieurs figures du blanc, fixées dans la mémoire kali’na ; ils suivent les contours d’une histoire douloureuse et nourrissent jusqu’à aujourd’hui représentations, jugements et comportements.

Haut de page

Texte intégral

1À peine digéré le choc de la découverte, vint le temps pour les philosophes et les théologiens de l’Ancien Monde d’attribuer une place à ceux que l’amiral avait rencontrés dans les nouvelles terres. Jusqu’alors, l’Europe chrétienne avait pu reconnaître et penser l’autre à travers la figure du païen, que venait tout à la fois fonder et condamner la rhétorique biblique. Le Livre et ses déclinaisons rendaient compte de l’histoire de l’humanité et assignaient une place à chacun des peuples qui la composent, tels qu’on les connaissait. « Avec l’homme américain, ce fut autre chose : il n’était pas prévu », rappelle Claude Lévi-Strauss (1960). Cette rencontre introduisait une grande confusion, l’Indien, posait à la pensée européenne une question nouvelle en regard du discours de la Bible : si, après Colomb, l’on s’accordait à penser qu’il vivait dans le paradis terrestre, on ne pouvait pour autant imaginer qu’il ait été épargné par les conséquences de la chute du couple primordial. Cette image de l’autre que l’on construisait n’était décidément pas tenable, il fallait, pour le rendre pensable, le ramener à bonne distance, réduire le lointain au proche. Contesté dans la place que les apparences lui avaient fait attribuer, l’homme américain fut d’une certaine manière expulsé du paradis terrestre pour être institué dans la figure du sauvage, tout à la fois fascinant et inquiétant. Dès lors qu’il devint évident que ces êtres étaient bien des spécimens de l’humanité commune, la « différence » fut en quelque sorte plus facile à penser, ouvrant la voie à la colonisation et à l’action missionnaire. L’Indien avait désormais réintégré, à un rang certes peu enviable, une humanité aux contours repérables. Ainsi pouvait commencer de s’écrire l’histoire terrible des rapports entre l’Ancien Monde et le Nouveau.

  • 1 Voir, par exemple, pour la région des Guyanes, Collomb et van den Bel (2014).

2Après le Traité de Tordesillas qui avait fixé en 1494 le partage du Nouveau Monde entre les deux puissances maritimes dominantes, l’Espagne et le Portugal, la région des Guyanes entre l’Orénoque et l’Amazone s’est trouvée à la marge des deux empires coloniaux qui allaient se constituer, laissant le champ libre aux incursions anglaises, hollandaises et françaises sur ce que l’on appelait la « Côte sauvage », un espace peu accueillant, réputé peuplé de Caribes cannibales. Si l’on connaît assez bien la manière dont s’est développée, du point de vue du conquérant, cette lente occupation1, l’européocentrisme absolu de la « Découverte » a occulté ce qu’a pu représenter pour les populations indigènes cette autre rencontre de l’humanité qui, à leurs yeux, n’était pas non plus « prévue ». Pourtant, il n’est pas difficile d’imaginer que l’intrusion des blancs, et leur présence durable sur les nouvelles terres, a posé aux Amérindiens des problèmes classificatoires du même ordre que ceux qui nourrissaient le débat européen sur la nature de l’homme américain. Les Amérindiens se sont trouvés, tout autant que les Européens, dans la nécessité de construire une représentation acceptable de l’autre, pour rendre compte de ce face-à-face, il y a cinq cent ans, avec des hommes blancs aux apparences et aux mœurs étranges. Quels étaient ces arrivants, et quelle place pouvaient-ils occuper dans les systèmes taxonomiques qui organisaient le monde connu ?

  • 2 Les Kali’na de Guyane française et de l’est du Suriname font historiquement partie d’un ensemble d (...)

3La représentation de cette histoire, le souvenir de l’ambiguïté et de l’étrangeté des rapports qui s’établissaient entre Amérindiens et aventuriers européens, de leur dureté aussi, est restée très présente chez les Kali’na2, dans une mémoire cristallisée autour de souvenirs de conquête et d’usurpation par l’homme blanc, et de résistance amérindienne désespérée en des combats armés ou chamaniques. Une autre vision des premiers contacts entre les Kali’na et les Européens nous est ainsi livrée dans les récits que l’on peut aujourd’hui entendre auprès des plus anciens, dans les villages de Guyane ou du Suriname. Ensemble, ces récits dessinent plusieurs figures du blanc, fixées jusqu’à aujourd’hui dans la mémoire kali’na, ils en ajustent les contours aux péripéties d’une histoire tourmentée et douloureuse.

« Ce sont des esprits de la mer, des Palanakere. »

Ce soir-là, tous les animaux de la forêt paraissaient inquiets. Les habitants du village étaient tristes, ils passèrent une mauvaise nuit. On aurait dit qu’ils se doutaient que quelque chose de terrible allait arriver… Le matin, les hommes se rassemblèrent sur la plage, comme ils le faisaient à l’accoutumée, et ils commencèrent à discuter. Soudain, ils virent quelque chose sur la mer, très loin. De grandes choses blanches, qui venaient vers eux, semblant se cacher derrière les vagues. Quand les choses se rapprochèrent, ils virent qu’elles ressemblaient à de gros poissons aux yeux carrés. Ils n’avaient jamais rien vu de pareil sur la terre ! L’un d’eux s’écria « Ce sont les esprits de la mer, des Palanakere. » Les Kali’na se sont enfuis, ils sont allés chercher du renfort dans les autres villages, puis ils revinrent avec leurs armes. Ils commencèrent à tirer des flèches sur les Palanakere, mais ceux-ci avaient des bâtons qui faisaient un grand bruit, et le bruit tuait les Kali’na. Plus tard, les Kali’na ont compris que dans ces bâtons il y avait de la poudre et des plombs.

Une autre fois, un homme était parti à la chasse et il a vu à nouveau les Palanakere qui arrivaient. Il appela les gens du village, qui accoururent sur la plage. Ils regardèrent ces choses étranges… Les Palanakere mirent un canot à l’eau et commencèrent à s’approcher, tout doucement. Les Kali’na les observaient, les armes à la main. Un homme se mit debout dans le canot, et fit des signes avec les bras. Quand il débarqua, il fit encore des signes, il montra le ciel. Les Kali’na virent que ces êtres avaient un corps, une tête, des pieds, ils comprirent que c’étaient des êtres humains comme eux-mêmes. À cette époque, les Kali’na ne connaissaient que les haches de pierre, et les machettes en bois dur. Ces hommes amenaient avec eux des haches et des machettes en fer, ils montrèrent que celles-ci coupaient bien mieux… Cette fois, les palanakere avaient apporté de bonnes choses.

  • 3 Les Espagnols sont les premiers à avoir fréquenté régulièrement les côtes près de l’Orénoque au co (...)
  • 4 Les récits dont sont extraits les textes présentés ont été recueillis par l’auteur en Guyane et au (...)

Les Espagnols3 sont arrivés, ils ont vu qu’il y avait de l’or, alors ils sont repartis pour chercher des armes, des fusils… Beaucoup de bateaux sont arrivés, les chamanes excitaient contre eux les grands requins, et aussi les esprits des eaux… Les Espagnols durent repartir, les Kali’na avaient gagné la bataille. Mais ils sont revenus avec des barriques de rhum, de vin, beaucoup de cadeaux, des haches, des sabres, des miroirs, du tissu… Le prêtre est arrivé aussi, il s’est agenouillé avec sa Bible en face du chef… C’est parce qu’ils avaient déjà beaucoup combattu, que beaucoup de sang kali’na avait déjà coulé, que les Espagnols l’avaient fait venir. Le prêtre s’est agenouillé devant le chef, il a avancé vers lui, en lui présentant les cadeaux, mais les Kali’na les refusaient. Le prêtre a fait amener les barriques de rhum et de vin. Les Kali’na se saoulèrent et tombèrent, ivres. Les Espagnols les tuèrent à coups de bâtons sur la tête. Tu vois, les gens de Dieu ont tué beaucoup de Kali’na… Ensuite, les blancs ont voulu prendre les Kali’na comme esclaves, mais ils ne se sont pas soumis. Alors les Kali’na ont dû partir, vers l’est, vers l’ouest, vers l’intérieur de la forêt, d’autres sont partis vers le Brésil… Voilà pourquoi il y a des Kali’na à l’intérieur, ce sont les descendants de ceux qui se sont enfuis.4

4Trois récits qui parlent aujourd’hui de l’arrivée de l’autre sur les terres indiennes. Premiers contacts, premier regard échangé, premiers affrontements aussi, découverte brutale de tout ce qui sépare les deux mondes. La première figure du blanc est toute de mystère, elle provoque le saisissement, l’incrédulité, la peur aussi. Il faut trouver une place dans le monde pour ces nouveaux arrivants, tenter de ramener l’inconnu au connu, de nommer l’innommable. De toute évidence, les êtres qui apparaissent ne sont pas des humains, ce ne sont pas des Kali’na. Quel ordre de la nature pourrait les recevoir ? Ils ont semblé surgir de la mer, au loin vers l’horizon. Les observateurs en déduisent logiquement qu’ils viennent de ces profondeurs aquatiques qui accueillent la plupart des esprits importants du panthéon kali’na, en tout cas les plus redoutables. Pour les Kali’na qui assistent à leur apparition puis à leur débarquement, ces êtres sont des Palanakere, des « esprits de la mer », avatars marins du Tunakere, cet esprit aux apparences de jeune femme qui hante les profondeurs des fleuves, renversant les pirogues et emportant les imprudents qui ont osé braver ses interdits. Ce nom Palanakere est resté au blanc jusqu’à aujourd’hui pour les Kali’na.

  • 5 « À notre retour à Wyapoco nous donnâmes aux Indiens, pour leurs peines et pour nous avoir approvi (...)

5Le second texte ne réfère plus à la décision taxonomique de classer le blanc parmi les esprits, il annonce plutôt une histoire à venir. Cette histoire commence lorsque le premier blanc distribue à ceux qui l’accueillent quelques colifichets dont le navire est abondamment chargé : des couteaux, des haches, des miroirs qui émerveillent les Kali’na, des perles de verre aux couleurs vives, quelques autres babioles, échangées contre du bois de teinture, du roucou, du coton, des vivres5. Le temps qui s’ouvre alors est celui de la séduction qu’exercera désormais sur les Kali’na, sans jamais faiblir, la civilisation technicienne de l’Europe : le besoin d’outils de métal et de biens manufacturés placera les Amérindiens dans une dépendance sournoise dont les effets seront plus forts et plus durables encore que la domination militaire qu’avaient pu exercer parfois les nouveaux arrivants. « On les accoutuma aisément à la société en leur donnant les nouveaux besoins des productions qu’on leur apportait […] », écrira le Voltaire de l’Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations (1785), évoquant les manières des Jésuites du Paraguay : « Bientôt, ces hommes furent transformés et devinrent sujets de leurs bienfaiteurs. »

6Le troisième récit des temps de la « rencontre » dit plus encore sur la nature véritable des nouveaux arrivants, telle qu’elle se révèle alors aux Kali’na, et telle qu’ils en conserveront la mémoire. De son premier voyage en 1595, l’anglais Walter Ralegh avait retiré la certitude qu’il y avait beaucoup d’or dans les Guyanes, où se trouvaient le lac Parimé et la riche cité de Manoa, siège du royaume de l’El Dorado, et refuge présumé du dernier Inca fuyant les Espagnols. Au cours des xvie et xviie siècles, le contact fut parfois très rude entre les indigènes et les aventuriers espagnols, français, anglais, qui couraient les côtes pour la traite du « bois de braise », mais aussi pour une quête sans limites de l’or et pour la capture d’esclaves indiens destinés aux plantations des îles. Cette figure du blanc, qui prend forme dans les combats livrés contre ces hommes rendus fous par cet or que les indigènes manipulent innocemment, est tout entière de bruit et de fureur. C’est l’image d’un être cupide, violent et fourbe, dont les Amérindiens s’aperçoivent vite qu’il est animé aussi par la prise de possession de ces terres et la possibilité d’y établir des colonies permanentes.

« Païla-undipo a dévoré tous les Kali’na »

7Tout au long du xvie siècle, les Kali’na étaient restés des acteurs du jeu militaire, politique et économique mis en place par l’arrivée européenne, notamment en s’efforçant de contrôler les échanges de traite sur la côte, en nouant des alliances ponctuelles avec les Européens, ou en s’opposant par la force aux premières tentatives d’implantation coloniale permanente (Collomb, van den Bel, 2014). Mais à partir du milieu du xviie siècle les Amérindiens des Guyanes, trop affaiblis, ont cessé de représenter une menace, un enjeu ou un allié potentiel pour la jeune colonie qui s’était formée. En 1664, mille deux cents colons français de la seconde Compagnie de la France équinoxiale, accompagnés de pères Jésuites chargés d’instruire les indigènes dans la vraie foi, se sont installés en Guyane avec deux cent cinquante esclaves africains, sous la direction de François Lefebvre, seigneur de La Barre. À propos des Indiens, ce dernier écrit :

  • 6 Lefebvre de la Barre J.-A. (1666), Description de la France équinoctiale, cy-devant appelée Guyann (...)

[Les Kali’na] étaient autrefois si puissants, qu’ils ont imprimé la terreur et la crainte dans le cœur des Français qui s’étaient établis à Cayenne. […] Ils sont à présent si fort diminués que tous ceux qui habitent depuis Aprouague jusqu’à Marony ne peuvent pas mettre ensemble vingt pirogues de guerre armées chacune de vingt-cinq hommes6.

  • 7 Les études de démographie rétrospective sur le peuplement amérindien des débuts de l’arrivée europ (...)

8La disparition des Indiens a pris une allure dramatique, les épidémies introduites involontairement par les navigateurs exercent des ravages dans les populations amérindiennes des Guyanes7. Les Kali’na avaient bien vu que le commencement de ces malheurs avait coïncidé avec l’arrivée des Européens sur la côte, mais ce qui survenait, par son ampleur, par le mystère qui entourait le mal, restait sans commune mesure avec ce que l’on connaissait, défiait le sens commun. Le mythe, alors, va tisser une autre figure du blanc, une figure métaphorique qui vient unir le Palanakere et le conquérant féroce en un être porteur du mal absolu : Païla-undepo, destructeur des Kali’na, dispensateur de ce mal qui détruit les Amérindiens :

Il y avait beaucoup de Kali’na jusqu’à Cayenne, et du côté du Surinam c’était la même chose, mais Païla-undepo a dévoré tous les Kali’na. C’était une créature qui ressemblait à un homme, il ressemblait à un jeune blanc, mais il avait plusieurs bouches dans le dos et plusieurs sur la poitrine. Il était vêtu comme les autres blancs : quand il arrivait, on ne voyait pas ses bouches. Il arrivait dans les villages, il dévorait tous les Indiens, il n’était jamais rassasié. Il a tout détruit.

  • 8 Récits recueillis par l’auteur en Guyane et au Suriname, entre 1996 et 2000.

Tous les Kali’na sur la Mana ont été dévorés. Des Kali’na ont voulu le tuer à coups de flèches ou de sabres, ils n’y sont pas parvenu… Quand son sang se répandait, il donnait naissance à de nouvelles créatures féroces, semblables à lui […]. On disait qu’il fallait le faire cuire pour le détruire…8

  • 9 Le récit, désignant d’autres formes de polissoirs, semble ici évoquer des modes de consommation ri (...)

9Ce récit reste un des thèmes importants du corpus de la tradition orale kali’na, qui affleure volontiers dans les conversations dès lors que l’on évoque les temps anciens (Collomb, Tiouka, 2001), un de ces motifs récurrents qui structurent la mémoire collective. Cet être, dit-on, a dévoré les Kali’na en les pourchassant dans leurs villages et lorsqu’un ancien conte son histoire il évoque les traces qu’il a laissées à travers le pays kali’na. On les voit notamment sur de nombreux rochers en bordure des rivières sur lesquels, en frottant ses fesses, il a imprimé ces marques que les archéologues appellent des « polissoirs ». Sur d’autres rochers, on observe également des creux qui sont les mortiers dans lesquels il broyait les ossements de ses victimes avant de les ingérer9.

10Le passage de Païla-undepo dans les terres de Guyane annonce aux Kali’na les commencements d’un autre temps, qui va signifier pour eux une sujétion économique et politique croissante. Deux siècles après que cet être terrible eut entrepris de parcourir le pays, dans la seconde moitié du xixe siècle, les Kali’na sont au plus bas de leur démographie, quelques centaines de personnes. Ils se retrouvent serrés de tous côtés par la colonie qui se développe dans la partie ouest de la Guyane jusque-là négligée, qui avait constitué pour eux un sanctuaire. Articulant désormais une part plus grande de leur économie avec les structures de traite, et très limités dans leur mobilité collective, les Kali’na sont entrés pleinement dans l’univers colonial.

Des Indiens à Paris !

  • 10 La venue d’Amérindiens en Europe avait commencé avec l’arrivée de Colomb dans les nouvelles terres (...)

11Juillet 1882. Quinze Kali’na de Guyane sont présentés à Paris au Jardin d’Acclimatation10. En 1883, des familles venues du Suriname sont à l’Exposition coloniale d’Amsterdam. Un troisième voyage est organisé en 1892 : d’autres familles Kali’na de Guyane et du Suriname, une trentaine de personnes, arrivent de nouveau en France. Simple curiosité aux yeux des visiteurs qui se pressent aux « exhibitions ethnographiques » organisées en cette fin de siècle (Collomb, 1992), la venue en France de ces familles, au cours de l’hiver, prendra une dimension tragique : les Indiens tombent malades, trois d’entre eux mourront sur place, d’autres peut-être pendant le voyage de retour. Les plus anciens parmi les Kali’na de Guyane et du Suriname ont conservé, transmis par leurs parents, le témoignage des personnes qui avaient effectué le voyage vers Paris :

Ils étaient nombreux à être partis, et beaucoup étaient jeunes. Ils sont partis, emmenés par les blancs, beaucoup sont morts à cause du froid, très peu revinrent… Ils avaient été enfermés pour que les blancs puissent les voir. Personne n’avait le droit de sortir. Chaque jour les blancs se rassemblaient pour les regarder. Voilà ce que racontait Maliana à ma mère, il n’y a pas très longtemps qu’elle est morte. […]. Ils étaient surveillés et les blancs venaient les regarder travailler, fabriquer des poteries […].

  • 11 Récits recueillis par l’auteur en Guyane et au Suriname, en 1991 et 1992.

Quand ils avaient bu, les jeunes dormaient dehors, ils avaient froid et ils tombaient malades. Ils sont restés comme ça… Quelques-uns ont été conduits à l’hôpital, le frère de ma mère était parmi eux. À la veille de leur départ, sa sœur est allée le voir. Il lui a demandé : « Donne-moi un peu d’eau, je meurs de soif… » Elle n’a plus eu aucune nouvelle de lui, elle n’a jamais su s’il était en vie ou s’il était mort. Lorsque les blancs ont vu que les Kali’na commençaient à mourir, ils les ont renvoyés dans leurs villages. Celui qui les avait amenés est devenu riche grâce à eux.11

12Le discours, ici, évoque à nouveau l’autre, le blanc, mais il en dessine une figure désormais devenue en quelque sorte évidente, trois siècles après l’arrivée des Palanakere. Cette figure n’oblitère aucunement le souvenir des combats des temps de la « rencontre », mais elle prend acte de la relation qui s’est désormais établie entre métropoles et colonies, entre l’Occident et le reste du monde. Des récits qui disent la mise à l’écart, les maladies et la mort, la tristesse, qui traduisent une position dominée et marginalisée et qui ouvrent une longue période de repli sur un entre-soi fragilisé. Pour autant les Kali’na n’ont pas intériorisé une représentation de la soumission, ils se sont plutôt installés dans une posture de résistance. Résistance militaire, d’abord, que l’on opposera au comportement des colons et à leur avidité, et au risque tôt perçu par les Amérindiens de se voir chasser des terres qu’ils occupaient et cultivaient. Résistance chamanique et secrète, culturelle et symbolique plus qu’armée, par la suite, lorsque les forces seront trop déséquilibrées et qu’il faudra dissimuler et composer. Résistance politique aujourd’hui, enfin, pour se voir reconnaître par une France jacobine comme des « peuples ayant droit à disposer d’eux-mêmes », et pour affirmer leur présence culturelle et politique dans l’ensemble national et dans l’espace politique régional (Collomb, 2001).

13Énoncés aujourd’hui, tous ces récits posent des repères qui balisent une lecture proprement kali’na de l’histoire. Mais ils représentent bien plus et autre chose qu’une chronique d’un passé désormais lointain, dont les Kali’na se soucient d’ailleurs assez peu. Ensemble, ils viennent rappeler aux Kali’na le temps où les chefs de guerre pouvaient lever des troupes nombreuses et ardentes, et armer des flottes de canots pour conduire les combattants, le temps où le pouvoir des chamanes permettait, par des prodiges aujourd’hui oubliés, de s’allier les forces de la nature. Ce temps qui, trop rapidement, s’est refermé pour les Kali’na. Et pour les anciens qui délivrent et transmettent ces récits, l’enjeu majeur n’est sans doute pas de dire ce qui est arrivé, mais plutôt de dire la vraie nature des choses et des êtres, de rappeler aussi que tout ce qui s’est passé reste, dans une certaine mesure, susceptible de se reproduire.

14Jusqu’à aujourd’hui, dans les villages kali’na de Guyane, les familles possèdent encore, parmi les plantes qui composent le jardin des simples et des herbes magiques (tulala), une variété de taro réservée à un usage particulier : les feuilles, portées sur soi ou infusées en décoction pour un bain, sont réputées pouvoir transformer l’attitude du blanc qui s’approcherait avec des intentions mauvaises…

Haut de page

Bibliographie

Collomb G., van den Bel M. (dir.) (2014), Entre deux mondes. Amérindiens et Européens sur les côtes de Guyane, avant la colonie (1560-1627), Paris, Éditions du CTHS.

Collomb G. (2001), « De l’indien à l’indigène. L’internationalisation des luttes amérindiennes en Guyane et les enjeux de l’autochtonie », Recherches Amérindiennes au Québec, 31(3), p. 37-47.

Collomb G., Tiouka F. (2001), Na’na Kali’na. Une histoire des Amérindiens Kali’na en Guyane, Cayenne, Ibis Rouge Éditions.

Collomb G., (1992), Kali’na. Des Amérindiens à Paris. Photographies du prince Roland Bonaparte, Paris, Créaphis Éditions.

Hurault J., (1989), Français et Indiens en Guyane 1604-1972, Cayenne, Guyane-Presse-Diffusion (1re édition : Paris, UGE, coll. 10/18, 1972).

Lefebvre de la Barre J.-A. (1666), Description de la France équinoctiale, cy-devant appelée Guyanne et par les Espagnols el Dorado […], Paris, J. Ribou.

Lévi-Strauss C., (1960), « Les trois sources de la réflexion ethnologique », Revue de l’enseignement supérieur, 1, p. 45.

Voltaire (1785), Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations […], dans Œuvres complètes de Voltaire, tome XVIII, Charles Guillaume Ettinger, libraire à Gotha, p. 374-375.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, pour la région des Guyanes, Collomb et van den Bel (2014).

2 Les Kali’na de Guyane française et de l’est du Suriname font historiquement partie d’un ensemble de peuples amérindiens qui étaient installés sur la côte des Guyanes, entre Orénoque et Amazone, lors de la venue des blancs. Ils ont été très tôt en contact avec les navigateurs, tirant parfois avantage des échanges de traite avec les nouveaux arrivants, mais subissant également le plus fortement et le plus constamment les effets désastreux du « contact ». À la fin du xviie siècle ils se sont retrouvés considérablement affaiblis, en particulier par les épidémies véhiculées par les européens, contraints dès lors de d’établir de nouveaux rapports avec des colonies désormais durablement installées (Collomb, Tiouka, 2001).

3 Les Espagnols sont les premiers à avoir fréquenté régulièrement les côtes près de l’Orénoque au cours du xvie siècle. L’importance de ces premiers contacts, et le choc culturel, mais aussi militaire qu’ils ont représenté pour les Amérindiens, se donnent à lire aujourd’hui dans le fait que la langue kali’na a emprunté à l’espagnol la plupart des mots désignant les objets et les techniques introduits par les nouveaux arrivants.

4 Les récits dont sont extraits les textes présentés ont été recueillis par l’auteur en Guyane et au Suriname, entre 1996 et 2000.

5 « À notre retour à Wyapoco nous donnâmes aux Indiens, pour leurs peines et pour nous avoir approvisionnés en vivres durant notre voyage, une hache, pour laquelle ils auraient voyagé avec nous pendant deux ou trois mois si cela avait été nécessaire. Et pour une hache, ils nous procurèrent dans nos habitations pendant deux mois, du pain, de la boisson, des crabes, du poisson, et toutes sortes de viandes qu’ils tuent pour eux-mêmes, pour le même prix », John Wilson [1625], The Relation of Master John Wilson of Wansteed in Essex, one of the last ten that returned into England from Wiapoco in Guiana 1606, dans Collomb, van den Bel (2014), p. 170.

6 Lefebvre de la Barre J.-A. (1666), Description de la France équinoctiale, cy-devant appelée Guyanne et par les Espagnols el Dorado […] , Paris, J. Ribou, p. 36.

7 Les études de démographie rétrospective sur le peuplement amérindien des débuts de l’arrivée européenne sont difficiles et pour une part incertaines, mais les ordres de grandeur sont consternants : les estimations de J. Hurault (1989), qui donnait une population de près 6 000 personnes pour les seuls Kali’na de cette région au début du xviie siècle paraissent aujourd’hui un peu sous-évaluées à la lumière des recherches archéologiques récentes. Deux siècles plus tard un dénombrement donne, dans la même région, à peine plus de deux cents Kali’na.

8 Récits recueillis par l’auteur en Guyane et au Suriname, entre 1996 et 2000.

9 Le récit, désignant d’autres formes de polissoirs, semble ici évoquer des modes de consommation rituelle des ossements des morts qu’ont pu pratiquer les Kali’na, qu’il s’agisse d’endocannibalisme dans le cadre de l’initiation chamanique ou lors des rituels liés à un décès ou, plus anciennement, des pratiques anthropophagiques accompagnant la guerre.

10 La venue d’Amérindiens en Europe avait commencé avec l’arrivée de Colomb dans les nouvelles terres : de son premier périple, il ramena six indiens, qui furent baptisés, et auxquels on donna des noms espagnols. Les xvie et xviie siècles verront se multiplier ces voyages conduisant des Indiens dans les ports et dans les capitales de l’Europe, au gré des contacts que ménage l’avancée européenne sur le nouveau continent (Collomb, van den Bel, 2014).

11 Récits recueillis par l’auteur en Guyane et au Suriname, en 1991 et 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Collomb, « « Qu’est-ce qu’un blanc ? » : une contre-enquête Kali’na », Socio-anthropologie, 37 | -1, 137-146.

Référence électronique

Gérard Collomb, « « Qu’est-ce qu’un blanc ? » : une contre-enquête Kali’na », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3319 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3319

Haut de page

Auteur

Gérard Collomb

Gérard Collomb est anthropologue, chercheur associé à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC). Il travaille en Guyane française et au Suriname sur les formes d’organisation politique des amérindiens Kali’na, pendant les périodes coloniales et post-coloniales. À partir de ce point de vue amérindien, il s’intéresse également aux processus de construction d’une société « multiculturelle » et « multiethnique » dans ces deux pays. Il a co-dirigé, avec Serge Mam Lam Fouck, Mobilités, ethnicités, diversité culturelle. La Guyane entre Surinam et Brésil (Ibis Rouge Éditions, 2016) ; avec Martijn van den Bel, Entre deux mondes. Amérindiens et Européens sur les côtes de Guyane, avant la colonie (1560-1627), (Éditions du CTHS, 2014). Il est l’auteur du chapitre « Shifting Leadership Legitimation: From Heredity to Election among the Kali’na (French Guiana) » (dans Hanne Veber, Pirjo Kristiina Virtanen [dir.] Creating Dialogues: Indigenous Perceptions and Forms of Leadership in Amazonia, University Press of Colorado, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals