Navigation – Plan du site
Image

Pauvre famille dans sa maison

Commentaire d’une image de Jean-Baptiste Debret
Jacques Leenhardt
p. 197-199

Texte intégral

Pauvre famille dans sa maison

Pauvre famille dans sa maison

Illustration extraite de la planche 84 de Voyage pittoresque et historique au Brésil, Paris, Firmin Didot, 1834-1839.

1Avant d’analyser une image de Jean-Baptiste Debret, il faudrait expliquer tout ce qu’implique le fait qu’elle s’insère dans un livre illustré, Voyage pittoresque et historique au Brésil, paru au retour de l’auteur à Paris en 1831, ouvrage qui est lui-même le résultat d’une expérience historico-politique très singulière. Debret a vécu quinze ans en exil dans le Brésil du début du xixe siècle, étant peintre officiel de la cour au moment où ce pays passe du statut de colonie portugaise à celui d’Empire autonome, après avoir brièvement appartenu au Royaume de Brésil, Portugal et Algarve.

2Il faudrait aussi dire que le dessin de Debret s’est nourri à la source néo-classique de son parent et employeur, Jacques-Louis David, qui a guidé ses pas dans l’art, mais aussi à travers la Révolution française et l’Empire, où il fut avec David un des peintres de Napoléon jusqu’à sa chute et son exil.

3Au Brésil, Debret a réalisé quelque huit cents aquarelles qu’il a soigneusement tenues secrètes tant elles constituaient une critique acerbe et ironique du pouvoir dont il dépendait par ailleurs. Pour son livre, il en choisit 152 qu’il fit lithographier dont : Pauvre famille dans sa maison. Avec un tel titre, on pourrait s’attendre à voir une scène pittoresque et larmoyante. Debret, au contraire, compose une image rigoureuse, ne sacrifiant rien au goût exotique de l’époque, où chaque détail aide à la compréhension de la situation. En outre, afin que rien n’échappe à son lecteur, Debret accompagne chaque planche d’un abondant commentaire qui renvoie à l’analyse historique et sociale du Brésil qu’il développe au long des 450 pages de texte de l’ouvrage.

  • 1 Debret J.-B. (2014), Voyage pittoresque et historique au Brésil, Paris, Imprimerie Nationale/Actes (...)

Si l’on observe la progression décroissante d’une fortune brésilienne, dans une famille tombée de l’opulence au dernier degré de la pauvreté, par des malheurs successifs, on retrouve toujours le plus vieil esclave encore valide, resté seul auprès de ses maîtres, leur prodiguant les derniers secours de ses forces presque épuisées1.

4Ce commentaire qui accompagne l’image résume une situation qui met en jeu trois personnages symbolisant la situation du pays : le Brésil est un pays esclavagiste où, même dans la dernière nécessité, on croirait déchoir de travailler pour gagner sa vie. Dans les sociétés esclavagistes, le travail manuel est dévalorisé à un tel point que la plus extrême misère ne saurait faire enfreindre le tabou. La jeune fille d’origine portugaise s’adonne à un passe-temps élégant, la broderie, et encaisse l’argent que son esclave a gagné comme porteuse d’eau.

5Debret en profite pour nous renseigner sur cette architecture de pauvres. Il observe une influence des techniques constructives Camacãn, une tribu de la région, mais note, en dessinant une porte brinquebalante, l’existence des traces d’un savoir-faire technique européen, dont atteste la serrure. La salle en terre battue se trouve en contrebas du niveau de la rue et des poules de diverses races indiquent une économie de subsistance aussi minimale que les meubles et autres commodités, réduits à presque rien : une estrade vermoulue, qui tient la veuve avec son fuseau hors de la poussière du sol, et une natte sur laquelle est assise la fille à son ouvrage.

  • 2 Ibid.

Ce plancher mobile sert la nuit de bois de lit à la Négresse qui y dort étendue sur sa natte. Le hamac, relevé pendant le jour pour ne pas obstruer le passage, redescendu le soir, devient le lit commun aux deux maîtresses de la maison2.

6Debret démontre un puissant sens théâtral : ses images ne sont pas statiques, il construit une intrigue où chaque geste prend une signification. Il a choisi le moment où l’esclave rentre du travail. Il existe à Rio une catégorie d’esclaves qui exercent divers métiers – artisan, déménageur, porteur d’eau – et remettent leurs gains du jour à leurs propriétaires, comme on le voit sur cette image. La vieille esclave donne les 6 à 8 vintens qu’elle a gagnés, une fois soustraits le prix des quelques bananes qu’on voit au sommet de son seau et qui constituent le dîner de la maisonnée. Debret précise en outre que les poules qui picorent les insectes pullulant sur le sol ne sont pas tant destinées à la consommation familiale, que réservées pour des cadeaux que l’on offrira à de puissants protecteurs, dont on provoque ainsi la générosité aux jours de grandes fêtes. Il explique d’ailleurs que la race qu’il a représentée ici, la galinha de pelucia grise qui est au centre, possède une variété naine – qu’on voit à ses côtés – particulièrement goûteuse et donc appréciée en cadeau en ces occasions.

7S’il est passé maître dans l’art de représenter tous les aspects d’une situation, de figurer un état social et la manière dont ce dernier marque les comportements et les objets (on remarquera que la veuve et l’esclave ont des habits rapiécés, que le broc qui contient l’eau de la maisonnée est ébréché), Debret a cependant aussi recours au texte afin de compléter sa démonstration. À propos de cette image, il détaille ainsi de quelle manière cette famille parvient à vivre avec une somme qu’il évalue à 4 vintens (10 sous de France en 1831), se nourrissant de haricots noirs (1 vintem), de lard gras (1 vintem), de farine de manioc (2 vintems), auxquels il faut ajouter, précise-t-il, 1 vintem pour le blé de Turquie que l’on distribue chaque matin aux poules que l’on veut engraisser.

8Ainsi, dans une seule image, Debret dresse-t-il le tableau des modes et conditions de vie de toute une partie de la population, la plus démunie, comme il le fait dans d’autres planches pour chacune de couches de la population de Rio au temps où s’est établi l’Empire du Brésil.

Haut de page

Notes

1 Debret J.-B. (2014), Voyage pittoresque et historique au Brésil, Paris, Imprimerie Nationale/Actes-Sud, p. 242.

2 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pauvre famille dans sa maison
Légende Illustration extraite de la planche 84 de Voyage pittoresque et historique au Brésil, Paris, Firmin Didot, 1834-1839.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/3342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Leenhardt, « Pauvre famille dans sa maison », Socio-anthropologie, 37 | -1, 197-199.

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Pauvre famille dans sa maison », Socio-anthropologie [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3342 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3342

Haut de page

Auteur

Jacques Leenhardt

Jacques Leenhardt est directeur d’études à EHESS. Président d’honneur de l’Association internationale des critiques d’art (AICA), membre fondateur des Archives de la critique d’art (GIS, Rennes), président de l’Association des amis de Wifredo Lam, directeur de la revue Artelogie, membre du comité de rédaction de la revue Critique d’Art. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : Lecture politique du roman (Éditions de Minuit, 1967) ; avec Martine Burgos, Lire la lecture (le Sycomore, 1982) ; La force des mots. Le rôle des intellectuels (Mégrelis, 1982) ; avec Robert Picht, Au Jardin des Malentendus. Le commerce franco-allemand des idées (Actes Sud, 1990) ; avec Pierre Kalfon, Les Amériques latines en France (AFAA, 1992) ; Dans les jardins de Roberto Burle Marx (Actes Sud, 1994) ; avec Bettina Laville, Villette-Amazone. Manifeste pour l’environnement au XXIe siècle (Actes Sud, 1996) ; Michel Corajoud, paysagiste (Hartmann, 2000) ; avec Anne Favret, Conscience du paysage (Musée de l’histoire vivante, 2002) ; avec Antonio Dimas et Sandra Jatahy Pesavento, Reinventar o Brasil: Gilberto Freyre entre história e ficção (Ufrgs, 2006) ; A construção francesa do Brasil (Aderaldo & Rothschild, 2008) ; Wifredo Lam (HC Éditions, 2009). Il a dirigé l’ouvrage la nouvelle édition de Jean-Baptiste Debret. Voyage pittoresque et historique au Brésil (1835-1839) (Actes Sud, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals