Navigation – Plan du site
Dossier : Éclats de fête

Terrain festif contemporain : une mise en perspective de fêtes et festivals

Contemporary Party Grounds: A Perspective on Parties and Festivals
Céline Spinelli
p. 19-30

Résumés

La dimension festive est une composante complexe de la vie sociale encore difficile à cerner. Marqué par l’empreinte éphémère et ancré dans l’univers socioculturel où il se réalise, chaque événement festif est un objet d’étude à part entière. Tenant compte de ces spécificités, cet article s’appuie sur la mise en perspective de deux études de cas réalisées au Brésil dans le cadre d’enquêtes ethnographiques. L’observation de certains aspects d’une fête communautaire, d’une part, et d’un festival, d’autre part, permettra de proposer une montée en généralité afin de mettre en évidence des attributs de ces deux formats et de les qualifier sur un plan conceptuel. L’enjeu de ce déplacement de l’échelle d’analyse consiste à démontrer le potentiel de ce terrain d’enquête pour la compréhension de certains rouages du monde contemporain.

Haut de page

Texte intégral

1Excès, inversion, réjouissance. Nombreux sont les termes qui décrivent le phénomène festif, aussi bien dans le sens commun que dans la littérature anthropologique. Si, d’un côté, la fête s’associe à une dimension rituelle et traditionnelle, de l’autre, elle s’actualise en différentes formes d’événements culturels qui motivent des rassemblements sociaux, tels les festivals. Tous deux, fête et festival, ont en commun l’origine étymologique latine. Les deux catégories partagent, par ailleurs, certaines caractéristiques : la socialisation festive, la dimension de l’éphémère, la suspension de la temporalité quotidienne en faveur d’un moment de marge. Néanmoins, malgré les similitudes, fêtes et festivals diffèrent sur plusieurs aspects : cet article se centre sur l’analyse de ces deux catégories afin de démontrer certaines dissonances et continuités qui les rattachent. Est-il possible d’appréhender les principaux attributs qui permettent de qualifier « fêtes » et « festivals » ?

2La qualité protéiforme des événements festifs rend ces catégories complexes et difficiles à cerner. Si chaque événement est unique de par son mode d’organisation, ses empreintes et son historicité, il s’avère que des aspects communs regroupent différents phénomènes sociaux sous l’appellation « fête » ou « festival ». L’enjeu consiste à développer ces catégories sur un plan conceptuel à partir d’une analyse qui se centre, d’abord, sur une étude de cas et, ensuite, sur une démarche de « montée en généralité » (Passeron et Revel, 2005). La micro-analyse se base sur des données d’enquêtes ethnographiques que j’ai menées au Brésil entre 2007 et 2013. L’une des études de cas invite à suivre une fête communautaire et traditionnelle qui a lieu à Pirenópolis, dans l’État de Goiás ; l’autre, à Caxambu, dans le Minas Gerais, concerne un festival artistique à programmation internationale. Ces terrains d’enquête permettent d’observer différentes caractéristiques de fêtes et de festivals qui émergent sur le plan empirique, tout en servant de base pour approfondir l’analyse du phénomène festif de façon plus large.

Parcours de Pirenópolis à Caxambu

3Dans les terres du Brésil, à 150 kilomètres de la capitale Brasília, se trouve une petite ville d’environ 25 000 habitants nommée Pirenópolis. Ancien village minier fondé au xviiie siècle, Pirenópolis est aujourd’hui un pôle d’attraction régional en raison de plusieurs aspects parmi lesquels figure un riche calendrier festif. L’événement le plus connu de la ville, la fête du Saint-Esprit (Festa do Divino Espírito Santo), se réalise annuellement depuis 1819 à la Pentecôte et suit une tradition qui renvoie à la culture portugaise. En 2010, la fête reçoit le label de « patrimoine » brésilien par l’Institut du patrimoine historique et artistique national (IPHAN). Cette démarche fait écho à un projet instauré dans les années 1970, époque de création de l’entreprise de tourisme du Goiás (Goiastur) qui met en valeur des aspects historiques et culturels de la ville.

4Dans ce cadre de valorisation de la ville, les cavalhadas ont été mises en évidence. Il s’agit d’un théâtre équestre représentant une joute entre Maures et chrétiens qui intègre la Festa do Divino. Cette manifestation a été sélectionnée parmi les différentes expressions culturelles de la fête en raison de son esthétique et de l’engouement du public. Quelques décennies à peine ont permis à Pirenópolis d’être reconnue au niveau national comme la « ville des cavalhadas » (Spinelli, 2012). Ce statut a eu des impacts sur la Festa do Divino d’une façon globale et, en particulier, sur les cavalhadas, dont certains aspects ont été progressivement réinventés. C’est le cas des costumes et de l’espace scénique, qui a été transformé par la construction d’un lieu fixe pour la représentation nommé cavalhódromo (faisant allusion au sambódromo bâti à Rio de Janeiro pour encadrer les défilés du carnaval).

5La création d’une arène pour les cavalhadas matérialise le processus d’institutionnalisation qui accompagne l’engagement politique envers la Festa do Divino. Ici se dessine un enjeu central pour la compréhension de l’univers festif, profondément enraciné dans la culture brésilienne. Les nombreuses fêtes qui se déroulent dans l’espace public et intègrent le calendrier festif annuel sont reconnues comme représentatives de ce qui se nomme positivement au Brésil « culture populaire ». Néanmoins, ces fêtes sont souvent en partie institutionnalisées, bénéficiant de l’aide financière, logistique et organisationnelle des municipalités ou des États régionaux. Ainsi, les limites entre la dimension populaire, à vocation horizontale, organique et démocratique, et la dimension institutionnelle de la fête sont fréquemment poreuses. Par ailleurs, une même fête peut être soutenue par les pouvoirs publics de façon inégale, ce qui favorise certains aspects plutôt que d’autres, comme le démontre le cas des cavalhadas à Pirenópolis.

6Ces deux dimensions de la fête publique, organique et horizontale, ou bien à tendance institutionnalisée, sont concomitantes et complémentaires au Brésil. Tandis qu’une fête communale est souvent organisée par un groupe social à son propre profit, l’ingérence de la municipalité peut transformer ce cadre par l’introduction d’un nouvel acteur. Lorsque l’événement est intégralement pris en charge par la municipalité, un clivage s’établit entre l’organisateur et le bénéficiaire de la fête : un tiers (la mairie) produit un moment festif au profit d’un public (la population). Du point de vue de l’organisation, ce modèle de fête se rapproche de celui d’un festival. Ce dernier est généralement mis en place par une association, une entreprise ou un groupe de personnes qui ne bénéficient pas directement des activités, dédiées à un public spécifique. De fait, une sorte de verticalité est plus évidente en ce qui concerne l’organisation des festivals, comme l'indique l’étude de cas à Caxambu.

7À 1 000 kilomètres au sud-est de Pirenópolis, située dans l’État du Minas Gerais, Caxambu est une ville de 22 000 habitants. Ces deux villes partagent quelques traits communs de par leur histoire : pôle thermal reconnu au niveau national, Caxambu est dotée d’un bassin d’eaux minérales important dont les bienfaits y ont motivé au xixe siècle le séjour de personnes illustres de la couronne portugaise. Après un déclin de popularité, la ville retrouve de nos jours l’intérêt d’instances politiques dans une perspective d’attractivité territoriale. Récemment, l’empreinte culturelle a joué un rôle dans cette démarche avec la mise en place d’un appel à projets nommé « Festivals culturels ». Parmi les candidatures répondant à cet appel, le projet du bureau de production Agentz a été retenu et un accord triennal a été signé en 2013 pour la réalisation du Festival Mundial de Circo. Il s’agit de l’un des festivals de cirque les plus importants du pays, créé par l’équipe de l’Agentz en 2001 et réalisé depuis dans plusieurs villes de la région.

8La proposition d’un festival à Caxambu a été une initiative du gouvernement du Minas Gerais, qui lance l’appel à projets par le biais de son secrétariat du Tourisme. Cette action visait à dynamiser l’économie défaillante de villes à potentiel touristique, l’un des critères de la candidature des propositions étant la présentation des « bénéfices sociaux » qui reviendraient à la ville en raison de la réalisation du festival. Il s’avère qu’au Minas Gerais, l’utilisation de festivals comme outils de valorisation locale et de promotion touristique est très répandue. Selon un recensement du Fórum Mineiro de Festivais de Cultura de 2013, l’État comptait à l’époque 265 festivals et événements culturels : les festivals les plus connus ont lieu dans la capitale Belo Horizonte et dans quelques villes historiques, dont l’apogée économique se situe au début du xviiie siècle en raison de l’extraction de l’or et des pierres précieuses et qui aujourd’hui ont une forte empreinte touristique.

9La quantité croissante de festivals au Minas Gerais est un indice de l’émergence d’un marché de ce type d’événement. L’attractivité économique s’accroît par le fait que de nombreux festivals culturels sont proposés par des secrétariats du tourisme au niveau municipal ou régional. Ceci est à double tranchant : d’un côté, ces initiatives permettent la création de festivals qui autrement n’auraient pas lieu, ce qui renforce l’industrie culturelle et l’économie créative du pays ; d’un autre côté, ces festivals se centrent parfois davantage sur les retombées économiques que sur le contenu de l’offre culturelle. En tant que produits qui s’insèrent dans une industrie culturelle plus vaste, les festivals se distinguent, sur le plan organisationnel mais aussi symbolique, des fêtes publiques qui intègrent le calendrier commémoratif national. En prenant appui sur ces deux études de cas, il est possible d’entreprendre une montée en généralité afin de tisser une analyse qui permette de souligner d’autres éléments qui composent les fêtes et les festivals, ainsi que d’observer certaines convergences et dissonances entre ces deux catégories d’événements sociaux.

Une esquisse de la fête

  • 1 Il convient de souligner que cette analyse répond à une particularité des langues d’origine latine (...)
  • 2 Selon la définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL/CNRS), le mot (...)

10Fêtes et festivals partagent, tout d’abord, l’origine étymologique latine1. Les deux catégories s'associent aux notions « de fête », « où il y a fête », de sorte qu'elles remettent à une idée de joie et de divertissement2. Si cette définition première apporte des éléments de précision, elle manque d’informations concernant les conditions socio-économiques, historiques, culturelles et politiques associées à la réalisation de l’événement festif. Il ne s’agit pas ici de développer tous ces aspects, mais d’en présenter certains pour esquisser une définition plus approfondie de ces catégories. Tandis que le mot « festival » a une acception récente, le vocable « fête » renvoie à un univers traditionnel. Commençons donc par la fête, entendue ici comme une célébration comprenant une dimension collective, communautaire et publique. Qu’est-ce qu’une « fête » ? Autrement dit, quels sont les éléments qui permettent de distinguer la « fête » face à d’autres événements de rassemblement collectif à caractère festif ?

11Ce sujet a été développé par la littérature anthropologique de différentes formes, parfois de façon indirecte, notamment par les auteurs dédiés à l’analyse de rituels et de cérémonies. Dans le cadre de l’ethnologie française, Robert Hertz est l’un des premiers à consacrer une étude ciblée sur la thématique de la fête, publiée en 1913. Son étude a lieu dans un contexte religieux, lors d’une fête alpestre en hommage à Saint-Besse. En suivant les enseignements d’Émile Durkheim, l’auteur s’intéresse à la force symbolique qui motive le rassemblement social au sommet d’une montagne d’accès difficile dans les Alpes italiennes. En tant qu’ethnologue, Robert Hertz enquête sur les lieux, les communautés de dévots, les mises en récit et les significations attribuées par les fidèles aux rituels dans lesquels ils s’engagent. Son collègue et collaborateur, Marcel Mauss, développera quelques années plus tard (1925) une analyse du don et du contre-don dans le cadre des échanges agonistiques. Cette thématique éclaire l’univers de la fête dans la mesure où celle-ci engendre différents circuits de relations entre des acteurs qui s’associent à travers des logiques complexes de don et de réciprocité. Pourtant, l’essence même du don sera mise en question par Jean Duvignaud dans les années 1970 lorsqu’il souligne, dans son ouvrage Le don du rien (1977), la gratuité de l’action de donner. Suivant Roger Caillois (1950), Jean Duvignaud invite à une réflexion autour de l’excès propre à la fête, qu’il définie par ailleurs comme marquée par une « surabondance d’énergie », puis il se concentre sur ce qu’il nomme le « gaspillage ». La notion de « sacrifice » est quelque part ici présente, inculquée par la dimension cosmologique et par le rapport au sacré qui y est attaché dans plusieurs cultures.

  • 3 Au Brésil, le carnaval témoigne de la complexité et de l’ambivalence du phénomène festif. En dépit (...)

12La pensée de l’école durkheimienne se retrouve dans un grand nombre d’études concernant l’univers des rites et des festivités. En ce qui concerne l’ethnologie brésilienne, cette présence théorique se fait remarquer dans le domaine des fêtes religieuses par la distinction classique entre « sacré » et « profane » (Brandão, 1974), ainsi que par l’analyse d’échanges basés sur le principe du don et de la réciprocité (Contins et Gonçalves, 2008). D’autres références, issues de l’anthropologie sociale britannique, ont aussi été mobilisées et réinterprétées dans le cadre des analyses entreprises par différents auteurs face à la multiplicité des événements festifs au Brésil. L’un des premiers à se consacrer à ces thématiques, l’ethnologue Roberto DaMatta, a centré son attention sur le cas du carnaval. Dans son étude la plus connue, parue dans l’ouvrage Carnavais, Malandros e Heróis (1979), Roberto DaMatta compare le carnaval à deux autres événements, la fête nationale et la semaine sainte. Cette mise en perspective lui a permis d’entrevoir trois mécanismes d’action des rites qui opèrent sur la structure sociale : « renfort », « inversion » et « neutralisation ». Suivant ces catégories, le mode d’« inversion » s’associe à des événements qui génèrent une suspension de la routine, un temps d’« anti-structure » et de « liminarité » (Turner, 1969) où certains codes sociaux peuvent être basculés, permettant l’émergence de moments créatifs et transgressifs. Pourtant, malgré ce potentiel disruptif, la fête est également en mesure de renforcer les structures établies pouvant agir en tant qu’exutoire. Elle peut, par ailleurs, se configurer comme une arène politique où les hiérarchies sociales sont mises en scène, comme le démontre aussi le cas complexe du carnaval au Brésil3.

13Différentes composantes de la fête peuvent être soulignées à partir de ces références : la multiplicité et l’ambivalence ; la dimension de marge et le potentiel transgressif ; la médiation entre différents acteurs et plans symboliques ; l’excès, le don, le sacrifice ; le renforcement des modèles sociaux établis. Par ailleurs, la fête se déroule suivant une structure et une temporalité précises. Le caractère à la fois éphémère et cyclique est l’un des piliers de la fête, qui participe à son intensité et à son efficacité symbolique. Il est important de remarquer que le temps, l’espace et les lieux sont des éléments qui se combinent de façons parfois complexes. Si un lieu implique, selon la définition de Michel de Certeau, « une indication de stabilité », l’espace s’associe à la mobilité en pouvant être conçu comme un « croisement de mobiles » qui engage des vecteurs de direction ainsi que des variations concernant la vitesse et le temps (Certeau, 1990). Il s’avère que la fête a la qualité de s’étendre sur une ville ou un territoire donné en ayant certains points référentiels (une place, une église, un bâtiment), ce qui en fait un mixte d’espace-lieu. Elle est traversée par un vecteur temporel condensé (plusieurs activités se passent simultanément) et par un vecteur spatial élargi (les activités se déroulent en plusieurs espaces et lieux différents). Ainsi, la fête implique la mise en place d’un plan spatio-temporel spécifique, toujours unique et éphémère, où des expériences sont vécues et partagées par un certain groupe de personnes hors du cadre de la routine.

14Si la suspension de la routine est une marque du temps de la fête, une autre dimension temporelle lui est rattachée, d’ordre chronologique et instituée dans le calendrier annuel. Vu sous une perspective historique, le calendrier festif est tout d’abord associé à l’activité agricole et saisonnière. Il marque ainsi les périodes de plantation et de cueillette et, par conséquent, les moments de rareté ou d’abondance alimentaire. Progressivement, de nouveaux plans de significations y sont ajoutés à mesure que les fêtes s’associent à des cosmologies. L’observation du calendrier en vigueur dans le monde occidental contemporain indique la présence proéminente de la trame narrative religieuse, qui ordonne encore les principales pauses sociales de l’année (Noël, Pentecôte, Pâques, Assomption, Fête-Dieu, la Toussaint). Une autre sorte de narrative, civique et nationale, s’est ensuite superposée à ce calendrier pour l’agencement du temps social. Le jour férié, consacré à « être en fête » ou bien à « chômer », renforce le rapport diamétralement opposé entre le temps de la fête et celui du travail.

15L’observation sur un plan historique est significative pour la compréhension du phénomène festif. Il s’avère que l’équilibre entre le temps du travail et celui du loisir fut nettement recomposé lors du processus d’industrialisation. Tandis que, d’un côté, l’avènement du capitalisme industriel associe le temps à la productivité, d’un autre, la limitation des rassemblements sociaux et l’impulsion de l’individualisme bâtissent de nouvelles mentalités et modes de vies. Il n’est donc pas anodin que l’émergence des festivals ait eu lieu dans l’Europe en voie d’industrialisation. Face à ce contexte, il est vraisemblable que les festivals comblent un déséquilibre entre le temps consacré au travail et celui dédié au repos. Ils revitalisent, par ailleurs, le partage d’expériences collectives dans des pays où les célébrations populaires et communautaires deviennent progressivement désuètes. Cela permet d’entrevoir un passage de la fête au festival. En effet, plusieurs aspects structurants font converger ces deux formats d’événements, notamment leur rapport au temps et à l’espace, au rassemblement et à la marge. Cependant, les festivals répondent de façon particulière à un certain nombre d’enjeux contemporains, ce qui les distingue d’une fête publique. D’où l’intérêt de dissocier ces deux formes festives avant d’en proposer une lecture transversale.

Festivals et singularités contemporaines

  • 4 Un dossier thématique intitulé « Festivalisation(s) » a été publié en 2014 dans les Cahiers d’ethn (...)
  • 5 Autissier A.-M. (dir.) (2008), L’Europe des festivals : de Zagreg à Édimbourg, points de vues croi (...)
  • 6 Il s’avère que la plupart des festivals se concentrent autour d’un objet culturel : gastronomie, œ (...)

16Le format actuel des festivals ne s’est stabilisé que récemment, même si les premiers événements du genre datent du xviiie siècle (Fléchet et al., 2013). Les années 1980 ont marqué un accroissement vertigineux du nombre de festivals à un niveau international, ce qui justifie le néologisme « festivalisation4 » souvent emprunté de nos jours pour faire référence à ce phénomène. Une définition univoque est difficile à entreprendre étant donné la grande diversité des formes nommées « festival », néanmoins, l’appellation indique l’existence d’éléments de convergence. Certains de ces aspects communs ont été recensés par la sociologue Anne-Marie Autissier : « création ou recréation d’un espace public, fédération de publics épars, affirmation de valeurs ou d’une idéologie, et, de tout temps, création d’emplois pour les artistes5 ». L’historien Pascal Ory (2013) a lui aussi proposé une définition de festival, plus large. En accord avec cet auteur, il est possible de concevoir que le festival implique un temps éphémère, à vocation périodique, pendant lequel un espace spécifique est investi par des acteurs sociaux qui partagent une énergie festive autour d’un objet commun6.

  • 7 Bertho A. (2008), « Lieux éphémères de la mondialisation culturelle », dans Autissier A.-M. (dir.) (...)

17En règle générale, les festivals s’appuient sur quatre groupes d’acteurs : l’équipe d’organisation, les mécènes ou les commanditaires, les professionnels et les publics. Ces groupes n’échangent pas de façon directe mais se relient de par les festivals, qui opèrent en ce sens comme des dispositifs de médiation. Les déplacements des acteurs génèrent des circuits culturels qui sont en mesure d’intégrer différents territoires (Spinelli, 2015). Cette mobilité s’inscrit dans une dynamique de mondialisation que le concept d’« ethnoscape » d’Arjun Appadurai (2005) traduit fort bien. Comme l’a remarqué l’anthropologue Alain Bertho, les festivals offrent ainsi la possibilité d’accéder à des « flux d’images, d’imaginaires et de créations culturelles dans lesquels chacun peut choisir de nourrir sa subjectivité7 ». En permettant la diffusion des œuvres, ces dispositifs favorisent par ailleurs la démocratisation de l’accès à la culture, tout en participant à la fabrication de goûts qui modèlent un public spécifique, nommé usuellement « festivalier » (Fabiani, 2008 ; Ethis, 2011).

18L’enquête ethnographique menée dans le cadre de festivals artistiques a permis d’observer des aspects plus spécifiques. Ces festivals opèrent comme des plateformes de rencontres et d’échanges pour les différents acteurs d’un « monde de l’art » (Becker, 2010). Puisque les artistes y présentent le résultat de leur travail, les œuvres sont le plus souvent conçues comme des produits culturels. Un enjeu de marché peut donc être sous-jacent, mais ceci varie selon chaque type d’événement. De fait, même des aspects comme la dimension de rassemblement ou de festivité dépendent des différents intérêts des acteurs engagés. Être un lieu de rencontres et d’échanges implique une organisation qui met en place des espaces de convivialité ou des activités telles des ateliers, des lancements d’ouvrages et des discussions. Autrement dit, un festival peut développer une dynamique qui favorise la monstration de différentes œuvres et non pas l’interaction sociale. Pour les professionnels, ce modèle est souvent associé à une idée de « vitrine », l’empreinte du travail et celle de la diffusion étant les enjeux centraux dans ces cas. En ce qui concerne les publics, un festival basé essentiellement sur une programmation artistique peut générer une logique de consommation : l’objectif se concentre sur la connaissance d’une offre plurielle et condensée dans un temps précis, sans qu’une énergie festive et collective soit mobilisée.

19Il s’avère que cette dimension marchande, spécifique à certains festivals, n’est pas toujours soulevée. Les discours en faveur des festivals mettent le plus souvent en récit les aspects suivants : la valeur fédératrice et la création de nouveaux publics ; la dynamique de mise en réseaux et la médiation entre différents acteurs ; le soutien à la création artistique, la valorisation ou même la légitimation des œuvres artistiques contemporaines ; le potentiel de démocratisation de l’accès à la culture ; la mise en place de dispositifs mobiles de diffusion permettant l’étendue de la présence culturelle sur les territoires ; le renforcement de l’économie locale ; la valorisation des villes et leur rayonnement à différents niveaux. Quelques-uns de ces éléments rejoignent ceux soulignés dans le cadre des fêtes populaires, mais il est clair ici que certaines lignes distinctives séparent les différents formats festifs. L’un des aspects les plus frappants des festivals est le rapport à l’internationalisation des pratiques et à la formation de réseaux de circulation. Même une fête institutionnalisée à visée touristique, comme c’est le cas du carnaval de Rio de Janeiro, par exemple, ne mobilise pas un réseau significatif d’acteurs qui se déplacent à un niveau international. En effet, son rayon d’attraction demeure majoritairement ancré au niveau régional et national. Cela rejoint le propos initial de cet article : à la différence des fêtes populaires, les festivals répondent de façon plus spécifique à des dynamiques du monde contemporain et de la globalisation, phénomène que ces dispositifs sont eux-mêmes en mesure de renforcer.

Traces de l’événement festif

20L’étude à Pirenópolis et à Caxambu a permis de soulever d’emblée quelques aspects propres au format d’une fête publique et à celui d’un festival. Le changement d’échelle d’observation, allant d’une micro vers une macro-analyse, nous a éloignés de la complexité de chaque cas au profit d’une montée en généralité afin de qualifier « fêtes » et « festivals ». Parmi les particularités de ces deux formats, une différence est significative : rattachées aux notions de don, de partage et d’entraide, les fêtes communales sont porteuses de sens assez précis et participent à la structuration du temps de la vie sociale, ce qui se traduit par leur présence dans le calendrier annuel. Sur le plan social, l’efficacité symbolique de ces fêtes ne retrouve pas sa place dans le contexte des festivals, plus nettement insérés dans une perspective marchande, propre aux industries créatives contemporaines.

21Si les modes d’organisation de ces événements permettent d’entrevoir des logiques distinctes, une convergence s’opère à mesure que la fête s’actualise en s’institutionnalisant, ce qui transforme son aspect organique et horizontal. Néanmoins, la fête conserve une empreinte rituelle, étant marquée par des modes d’action prescrits, qui circonscrivent aussi bien l’organisation que les dynamiques d’interaction mises en place. Tandis qu’un événement comme la Festa do Divino engage largement la population locale, qui se mobilise en raison du partage d’une croyance, par tradition ou par plaisir, un festival attire le plus souvent un public ciblé, composé notamment par des professionnels, des amateurs ou des spectateurs avertis. Ces aspects renforcent les dissonances entre ces deux formats festifs, qui finalement ne répondent pas aux mêmes contextes historiques, la fête étant marquée par une longue durée qui renvoie à des formes plus anciennes de sociabilité.

22Tenant compte de ces spécificités, certains aspects propres à l’événement festif au sens large peuvent être soulignés en guise de conclusion. Le point de convergence le plus évident concerne le rapport au temps et à l’espace : la festivité se présente comme un moment extraordinaire, à potentiel créatif et transgressif, qui transforme la perception et le vécu de l’espace, notamment dans le cadre d’événements qui se déroulent dans des lieux de la vie quotidienne. Le rattachement territorial est par ailleurs une empreinte significative des fêtes et des festivals puisque tous deux opèrent comme des outils d’attraction. Selon l’amplitude, ces phénomènes engendrent la mobilité d’une quantité plus ou moins significative de personnes, ce qui génère la dynamisation de l’économie locale, tout en favorisant la fabrication d’un renouveau de l’image projetée par les villes d’accueil. En ce sens, l’événement festif œuvre en faveur du rayonnement territorial, pouvant s’associer à des enjeux politiques. Enfin, en tant que « fait social total », fêtes et festivals agissent sur le plan socioculturel, politique et économique, de sorte que l’événement festif se configure comme un terrain particulièrement riche pour l’analyse des rouages du monde contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (2000), Anthropologie du carnaval. La ville, la fête et l’Afrique à Bahia, Marseille, Parenthèses.

Appadurai A. (2005), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot & Rivages.

Araújo R. C. B. (1996), Festas: máscaras do tempo. Entrudo, mascarada e frevo no carnaval do Recife, Recife, Fundação de Cultura da Cidade do Recife.

Autissier A.-M. (dir.) (2008), L’Europe des festivals. De Zagreg à Édimbourg, points de vue croisés, Toulouse, L’Attribut.

Becker H. (2010), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bertho A. (2008), « Lieux éphémères de la mondialisation culturelle », dans Autissier A.-M. (dir.), L’Europe des festivals. De Zagreg à Édimbourg, points de vue croisés, Toulouse, L’Attribut, p. 43-49.

Brandão C.-R. (1974), Cavalhadas de Pirenópolis: um estudo sobre representações de mouros e cristãos em Goiás, São Paulo, Oriente.

Caillois R. (1950), L’homme et le sacré, Paris, Gallimard.

Certeau M. de (1990), L’invention du quotidien 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Contins M., Gonçalves J.-R. (2008), « Entre o Divino e os homens: a arte nas festas do Divino Espírito Santo », Horizontes Antropológicos, 29, Antropologia e Arte, p. 67-94.

DaMatta R. (1979), Carnavais, malandros e heróis: para uma sociologia do dilema brasileiro, Rio de Janeiro, Jorge Zahar.

Duvignaud J. (1984), Fêtes et civilisations, Paris, Scarabée & Compagnie.

Duvignaud J. (2007 [1977]), Le don du rien. Essai d’anthropologie de la fête, Paris, Téraèdre.

Ethis E. (2011), La petite fabrique du spectateur. Être et devenir festivalier à Cannes et à Avignon, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon.

Fabiani J.-L. (2008), L’éducation populaire et le théâtre. Le public d’Avignon en action, Saint-Martin-d’Hères, Presses universitaires de Grenoble.

Fléchet A., Goetschel P., Hidiroglou P., Jacotot S., Moine C., Verlaine J. (dir.) (2013), Une histoire des festivals. xxe-xxie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Hertz R. (1913), « Saint Besse : étude d’un culte alpestre », Revue de l’histoire des religions, LXVII.

Mauss M. (2007 [1925]), Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses universitaires de France.

Ory P. (2013), « Qu’est-ce qu’un festival ? Une réponse par l’histoire », dans Fléchet A., Goetschel P., Hidiroglou P., Jacotot S., Moine C., Verlaine J. (dir.), Une histoire des festivals. xxe-xxie siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 19-32.

Passeron J., Revel J. (dir.) (2005), Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Queiroz M. I. P. (1992), Carnaval brésilien. Le vécu et le mythe, Paris, Gallimard.

Queiroz M. I. P. (1994), « A ordem carnavalesca », Tempo Social, 6, p. 27-45.

Ronström O. (2014), « Festivals et festivalisations », Cahiers d’ethnomusicologie, 27, Festivalisation(s), p. 27-47.

Spinelli C. (2012), « Tradition et identité dans un contexte rituel : les cavalhadas de Pirenópolis », dans Tacussel P. (dir.), Les dynamiques de l’imaginaire, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, p. 159-165.

Spinelli C. (2015), Circuits d’un art itinérant. Festivals de cirque et échanges artistiques entre la France et le Brésil, thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie, École des hautes études en sciences sociales/Université de São Paulo.

Turner V. (1969), The Ritual Process: Structure and Anti-Structure, Chicago, Aldine Publishing.

Haut de page

Notes

1 Il convient de souligner que cette analyse répond à une particularité des langues d’origine latine. Les mots « fête » et « festival » ne se présentent pas de la même manière en anglais, par exemple, où différentes formes d’événements festifs peuvent être encadrées de façon univoque par le lexique festival (malgré les différences évidentes entre un carnaval et un festival comme celui du cinéma à Cannes).

2 Selon la définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL/CNRS), le mot « fête » est une dérivation du latin festa, féminin de l’adjectif festus, signifiant « de fête ». Quant à l’origine étymologique et historique du mot « festival », le dictionnaire renvoie au latin festivus, « où il y a fête, divertissant ».

3 Au Brésil, le carnaval témoigne de la complexité et de l’ambivalence du phénomène festif. En dépit de l’image homogène qui se fixe lorsque le carnaval devient un symbole national, cet événement est pluriel et doté de multiples composantes qui ont déjà suscité de nombreuses études. Si cet événement peut être conçu comme un rite d’« inversion » comme le suggère Roberto DaMatta lors de son analyse du carnaval de Rio de Janeiro, il permet d’observer le renforcement des hiérarchies et des clivages sociaux dans d’autres contextes (Queiroz, 1992, 1994 ; Araújo, 1996 ; Agier, 2000). Par ailleurs, chaque carnaval peut se façonner de manières variables dans une même ville. C’est le cas à Rio de Janeiro, par exemple, où l’arène du sambódromo est dédiée aux défilés des Escolas de Samba qui répondent à des enjeux spectaculaires et se distinguent du modèle du carnaval dit « de rue », gratuit et de libre accès, où chacun peut suivre les différents groupes musicaux (blocos) qui investissent l’espace public.

4 Un dossier thématique intitulé « Festivalisation(s) » a été publié en 2014 dans les Cahiers d’ethnomusicologie sous la direction de Yann Laville. Il réunit un recueil de douze articles autour de la thématique des festivals dans le contexte musical. Celui de l’ethnologue Owe Ronström, en particulier, développe les catégories « festival » et « festivalisation ».

5 Autissier A.-M. (dir.) (2008), L’Europe des festivals : de Zagreg à Édimbourg, points de vues croisés, Toulouse, Éditions de l’Attribut, p. 40.

6 Il s’avère que la plupart des festivals se concentrent autour d’un objet culturel : gastronomie, œnologie, boissons ou produits alimentaires ; livre, poésie, littérature ; différentes formes d’expression artistique (musique, théâtre, danse, cirque, arts de la rue, marionnette, cinéma, bande dessinée).

7 Bertho A. (2008), « Lieux éphémères de la mondialisation culturelle », dans Autissier A.-M. (dir.) (2008), L’Europe des festivals. De Zagreg à Édimbourg, points de vues croisés, Toulouse, L’Attribut, p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Spinelli, « Terrain festif contemporain : une mise en perspective de fêtes et festivals », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 19-30.

Référence électronique

Céline Spinelli, « Terrain festif contemporain : une mise en perspective de fêtes et festivals », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3560 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3560

Haut de page

Auteur

Céline Spinelli

Céline Spinelli est ethnologue, formée à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) où elle a soutenu sa thèse de doctorat en cotutelle avec l’université de São Paulo. Elle s’intéresse au phénomène de la globalisation et aux échanges culturels à un niveau international. Ses enquêtes se centrent sur les festivités urbaines, les industries culturelles, l’art contemporain, les techniques du corps et la santé. Actuellement, elle est chercheuse et enseignante associée à l’Université fédérale du Pernambouc (Brésil).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals