Navigation – Plan du site
Dossier : Éclats de fête

« Là où sont les garçons » : Springbreak et tourisme festif

‘Where the Boys are’: Springbreak and Party Tourism
Alix Boirot
p. 49-64

Résumés

Le Springbreak est un phénomène festif lié au monde étudiant qui apparaît aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Outre la plage et le soleil, l’excès d’alcool et la promesse de relations hétérosexuelles sont des éléments constitutifs de l’imaginaire de ces festivités. Dès les années 1980, des pratiques similaires attachées à des party resorts de bord de mer, et nourries notamment par l’imagerie américaine, émergent ailleurs dans le monde occidental. Le Springbreak donne rapidement lieu à une inquiétude morale. Pourtant, un séjour de ce type s’insère parfaitement dans la construction des âges et des genres conforme aux normes dominantes. Il fait partie d’une constellation de rites de passage visant à préparer l’entrée dans le monde des responsabilités adultes et dans la vie sexuelle monogame et procréative. Ainsi, loin de la transgression redoutée ou convoitée, le Springbreak permet l’incorporation de normes de genre et d’âge et la reproduction du dispositif contemporain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme son nom l’indique en anglais : Springbreak signifie littéralement vacances de printemps.
  • 2 Les étudiant·e·s sont la clientèle traditionnelle du tourisme festif jeune, mais la présence de je (...)
  • 3 De fait, dans cet article, nous utiliserons le mot Springbreak pour désigner la pratique touristic (...)
  • 4 Where the Boys Are est un film de Henry Levin tourné en 1960. Springbreakers a été réalisé par Har (...)
  • 5 On estime à 2 millions les springbreakers étasuniens (Josiam et al., 2005). Il n’y pas de chiffres (...)

1À l’origine, le terme Springbreak désigne une temporalité étudiante : les vacances de printemps en Amérique du Nord1. Cependant, depuis les années 1950, ces vacances sont associées à une pratique festive et touristique intense. Peu à peu la coutume s’est installée : partir plusieurs jours durant cette période, pour faire la fête de façon plus ou moins ininterrompue, entre jeunes, étudiant·e·s (mais pas seulement2), en bord de mer, avec excès d’alcool et promesse de relations sexuelles occasionnelles3. L’imagerie du Springbreak a été largement diffusée via le cinéma (dès l’origine avec Where the Boys Are [1960] jusqu’à Springbreakers [2013]) et la télévision (notamment depuis la fin des années 1980 l’émission à grand succès MTV Springbreak4). Les trente dernières années ont vu fleurir les offres de vacances festives pour jeunes dans le monde occidental. C’est un phénomène qui concerne plus de 2 millions5 de jeunes chaque année. Le Springbreak nord-américain, même s’il fait référence, n’est pas unique en son genre et s’inscrit dans un tourisme festif mondial. Des destinations avec la même orientation existent un peu partout dans le monde : Cancun au Mexique, South Padre au Texas, Lloret de Mar, Salou, Magaluf, Benidorm en Espagne, Kavos en Grèce, Sunny Beach en Bulgarie (ces deux dernières ayant fait l’objet d’une série de reportages à la télévision anglaise), l’île de Pag en Croatie, etc.

  • 6 Ce que l’on peut traduire par « Festival avec une dangereuse frénésie d’alcool et de sexe ».

2Les pratiques festives des jeunes sont parfois considérées comme des moments vides de sens, rien d’autre que l’anomie due au peu d’espoir en l’avenir d’individus désœuvrés, l’excès venant alors masquer la futilité de nuits d’errance alcoolique (Dagnaud, 2008). Cette idée est globalement celle reprise par la presse, en termes sensationnalistes, mettant l’accent sur les plaintes des riverains ainsi que sur les dégâts causés par les fêtard·e·s (vis-à-vis d’eux-mêmes ou du mobilier urbain). De fait, la « panique morale sur la jeunesse » (Bozon, 2012) autour du Springbreak est forte : il faut en effet ajouter au tableau des excès, la débauche sexuelle réelle ou supposée des protagonistes. En 2006, l’AMA (American Medical Association) décrit d’ailleurs le Springbreak comme « a dangerous alcohol and sex binge fest6 » (Laurie, 2008). Pourtant, sous ses faux airs transgressifs et au-delà de l’enchantement festif, ce type de fête vient renforcer les normes d’âge et les inégalités de genre. En effet, une asymétrie demeure : si la masculinité hétérosexuelle se construit en partie sur l’hypersexualité (ce qui rend nécessaire la présence de femmes), la construction de la féminité par la sexualité reste quant à elle mal acceptée. De par la prégnance de la population masculine au sein de ces événements, la question des masculinités est centrale : différents types de masculinités s’y confrontent et font jouer les normes de genre sans toutefois les remettre en question (Connell, 2014 [1993]). Ces festivités font partie d’une constellation de rites de passage à l’âge adulte et, à ce titre, s’insèrent dans un apprentissage des rôles de genre et d’âge qui ne vient pas contredire l’organisation sociétale majoritaire mais la renforcer.

  • 7 Voir, pour l’Australie : Smith et Rosenthal, 1997 ; pour les États-Unis : Josiam et al., 2005 ; po (...)
  • 8 Par exemple l’étude de Mattila et al. (2007), « The Impact of Gender and Religion on College Stude (...)
  • 9 Notamment les travaux de Tutenges sur les touristes danois et ceux de Ditton et Elliot sur les mil (...)

3Il existe quelques rares études quantitatives sur le tourisme festif, centrées sur les risques encourus par les jeunes du monde anglo-saxon voyageant dans les party-resorts tels que Cancun au Mexique, Surfer’s Paradise en Australie et Ibiza en Espagne7. Ces jeunes ont entre 18 et 25 ans, sont issu·e·s de classes sociales assez diverses, viennent souvent de milieux ruraux. Les mêmes méthodes sont appliquées à différents terrains d’analyse et observent les mêmes éléments (alcool, drogue et sexualité occasionnelle), les chercheurs des différentes aires géographiques se citent et tirent des conclusions similaires ; cependant le phénomène n’est que rarement étudié comme un objet global. De plus, la plupart de ces études souffrent d’une orientation moralisatrice discutable notamment sur les questions de promiscuité sexuelle8. Surtout, il existe très peu de travaux qualitatifs sur cet objet9.

  • 10 Les rabatteur·se·s sont chargé·e·s d’attirer les passant·e·s dans la boîte de nuit qui les emploie

4On peut s’étonner de la rareté des recherches effectuées sur le sujet. La fête est pourtant un objet anthropologique classique ; mais il y a des formes festives qui semblent plus « légitimes » que d’autres à étudier. L’objet est disqualifié du fait de son ancrage récent dans le paysage festif et de son lien avec la jeunesse contemporaine, toujours suspectée de perdre ses repères. De plus, les relations occasionnelles, qui font partie intégrante de l’imaginaire du Springbreak, se trouvent assez bas dans l’échelle de « respectabilité sexuelle » (qui place la parentalité et le mariage hétérosexuel monogame au plus haut) (Rubin, 2011), ce qui viendrait entacher l’objet. Enfin, le tourisme a longtemps été perçu comme un objet futile et donc peu prestigieux à étudier (Spode, 2010) ce qui achèverait de disqualifier le phénomène. La fête acoquinée avec le tourisme ne serait nécessairement plus communion mais vulgaire grégarité. Pourtant, l’étude qualitative de cette pratique vient éclairer l’imaginaire festif contemporain. Cet article s’appuie sur une recherche réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat en anthropologie. J’ai récolté mes données de terrains par une observation participante menée sur plusieurs saisons touristiques (printemps et étés 2014 à 2016) en travaillant comme rabatteuse10 dans une boîte de nuit à Lloret de Mar (Espagne). Cette méthode m’a permis d’appréhender le phénomène du tourisme festif des jeunes. Des entretiens formels et informels avec différent·e·s acteur·ice·s du tourisme festif (touristes, barmaid, managers de boîte de nuit, taxi, rabatteur·se·s, etc.) complètent l’enquête de terrain.

5Après une remise en contexte historique, cet article propose d’analyser l’imaginaire de la sexualité attachée à ce type de festivités et s’interroge sur leur éventuel statut de rite de passage.

Un phénomène festif contemporain transnational lié aux mass media

  • 11 Moment le plus marquant, temps fort.

6L’histoire du Springbreak américain n’est pas l’histoire de l’origine du tourisme festif jeune. Chaque espace a ses particularités et s’est nourri d’un contexte spécifique. Cependant le Springbreak étasunien est une référence de ce type de vacances et sa naissance est une bonne illustration des dynamiques qui ont vu ailleurs l’essor du tourisme festif. Contrairement à ce que peut faire penser la couverture médiatique démesurée dont elle fait l’objet, la pratique du Springbreak festif ne concerne que 10 % des étudiant·e·s étasunien·ne·s chaque année (Josiam et al., 2005). En réalité, ce moment est l’occasion pour la plupart des jeunes de retourner au sein de leur famille. Cependant le phénomène touristico-festif, highlight11 de la vie universitaire, a rapidement gagné un statut culte, mythique. Le Springbreak comme pratique festive et touristique est né il y a plus de cinquante ans aux États-Unis, dans la station balnéaire de Fort Lauderdale en Floride. Le phénomène du Springbreak tel qu’on le connaît aujourd’hui s’appuie sur des pratiques préexistantes : dès le début du xxe siècle, certain·e·s étudiant·e·s profitent des vacances de printemps pour rejoindre l’océan entre ami·e·s. Cependant leur nombre est limité et leurs destinations, très diverses. La pratique du Springbreak n’est pas apparue ex nihilo, il a fallu la conjonction de plusieurs facteurs pour qu’il devienne le phénomène culturel massif qu’on connaît aujourd’hui. En effet, l’alliance de l’augmentation du nombre d’étudiant·e·s, du contexte de l’après-guerre favorable à la naissance d’une « culture jeune », de la massification du tourisme et des médias, et de la volonté politique d’attirer de jeunes visiteur·se·s, a permis l’éclosion de ce phénomène nouveau : le Springbreak et, plus largement, le tourisme festif jeune.

  • 12 Années postprohibition durant lesquelles la plupart des États choisissent d’aligner l’âge minimum (...)
  • 13 Un étudiant déclare dans cet article : « It’s not that we drink so much; it’s that we drink all th (...)
  • 14 Le livre devait à l’origine s’appeler Unholy Spring.
  • 15 Le maire Robert Dressler va jusqu’à faire une apparition dans l’émission Good Morning America pour (...)
  • 16 Ces deux dernières années ont vu un léger retour vers cette ville vraisemblablement initié par des (...)

7Mais revenons à Fort Lauderdale. La ville héberge depuis les années 1920 le College Coache’s Swim Forum, une compétition interuniversitaire de natation : c’est l’innocent terreau du futur Springbreak. Plusieurs centaines de compétiteur·rice·s venu·e·s de tout les États-Unis se rendent chaque printemps à Fort Lauderdale. À côté de la compétition proprement dite, les jeunes participent à des concerts, profitent de la plage et des bars, et invitent leurs ami·e·s non nageur·se·s à les rejoindre. Au début des années 1950, l’équipe municipale décide d’élargir le marché et mène une campagne de promotion de la station auprès de plus de 500 établissements de l’enseignement supérieur. C’est un succès : au printemps 1954, Fort Lauderdale accueille environ 10 000 étudiant·e·s (Laurie, 2008). Plusieurs revues à tirage national font des reportages sur « the greatest college town in the country » (Holiday Magazine). Contrairement aux idées reçues, les débordements sont déjà présents : le Time Magazine du 20 avril 1953 reporte un requin mort déplacé dans la piscine par des plaisantins restés anonymes, l’interpellation de nageurs nus, des fenêtres cassées, etc. De plus, dès les années 1950, la consommation de boissons alcoolisées est au cœur de ces vacances. Outre son climat, c’est la législation de la Floride qui en a fait le paradis des Springbreakers : dès les années 193012 et jusqu’en 1987, l’âge légal de consommation d’alcool est de 18 ans en Floride contre 21 ans dans la plupart des États américains. Un article du Time du 19 avril 1959 sur Fort Lauderdale (surnommé Fort Liquordale) est d’ailleurs titré « Beer and the Beach13 ». Cependant, c’est la sortie d’un livre et surtout d’un film qui vient consacrer la pratique touristico-festive et en faire une « tradition américaine ». En 1959, piqué par la curiosité, le professeur Glendon Swarthout passe une semaine à Fort Lauderdale. Ce qu’il observe devient la matière d’un best-seller nommé Where the Boys Are d’après la déclaration d’une étudiante justifiant ainsi son choix de passer ses vacances à Fort Lauderdale dans l’article du Time suscité14. Le livre, immédiatement adapté au cinéma, raconte l’histoire de quatre jeunes filles décidant de passer leurs vacances de printemps à Fort Lauderdale, pour s’amuser et rencontrer des garçons. Le film, sorti en décembre 1960, est un succès. Peu importe le discours moralisateur porté par l’œuvre (la seule jeune fille se laissant tenter par le sexe prémarital finit abandonnée par son prétendant et violée par un autre garçon) : de nombreux jeunes y voient avant tout un film de plage montrant des étudiant·e·s à la mode qui se divertissent et vivent une expérience amusante (Laurie, 2008). Le film signe la réputation de Fort Lauderdale. Dès les années 1960, d’autres villes de Floride accueillent quelques Springbreakers à l’occasion des vacances de printemps mais c’est Fort Lauderdale qui reçoit la plupart des jeunes. Elle est la destination de Springbreak festif en bord de mer jusqu’au milieu des années 1980. L’accroissement conséquent du nombre de participant·e·s (370 000 en 1986), plusieurs faits divers et la pression de certains habitant·e·s décident les autorités à changer de modèle touristique (Santoro, 2015). Une série de mesures dissuasives (restriction sur la consommation d’alcool, surveillance accrue des établissements de nuit, etc.) et les déclarations médiatiques de divers représentants locaux15 sont efficaces : la fréquentation passe à 20 000 jeunes en 1989. La fête est finie à Fort Lauderdale16 mais le Springbreak se déplace.

  • 17 Avec une clientèle presque exclusivement européenne. La Croatie est parfois mentionnée, de façon m (...)
  • 18 Cependant des étudiant·e·s ayant déjà ou pas encore terminé leur High School participent également (...)

8À partir du milieu des années 1980, le marché du Springbreak s’étend et se diversifie. Cette fois, ce n’est pas un film mais une émission télévisée qui va se saisir du phénomène et lui donner une ampleur internationale. En 1986, après un refus de Fort Lauderdale, la chaîne MTV décide de couvrir le Springbreak depuis Daytona Beach (Floride) et d’y organiser des concerts et des animations. Durant une vingtaine d’années, MTV va jouer un rôle primordial pour le Springbreak, dictant les nouvelles destinations tendance (Panama City Beach en Floride, Cancun, etc.), amenant de nombreuses marques à s’intéresser à un événement désormais diffusé au niveau national et international et donnant à connaître dans divers pays les images de fêtes démesurées et de jeunes éméché·e·s en maillots de bain prompts à se dénuder, devenues représentatives du Springbreak. En Europe, l’industrie du voyage festif jeune s’est consolidée à partir des années 1990 avec des agences de voyages spécialisées (l’allemand Abitours, le français Playa y Fiesta, etc.) offrant des forfaits et ajoutant aux classiques transports et hôtels les pass de boîtes de nuit ou les accès open bar. Des Springbreak européens17, organisés généralement au mois de mai, ont émergé depuis une quinzaine d’années. De nouveaux party resorts ciblant les moins de 25 ans sont nés et des stations balnéaires déjà anciennes se sont spécialisées dans la clientèle jeune et festive (Michaud, 2012). Certes, les stations balnéaires sont depuis longtemps associées aux loisirs nocturnes (Urbain, 1994). Cependant, l’imaginaire et l’imagerie du Springbreak ont apporté des éléments nouveaux et se sont imposés comme la référence des vacances festives. En partie parce que les printemps européens sont moins doux que ceux de Floride, ce sont les vacances d’été qui sont privilégiées par les jeunes Européen·ne·s pour leur séjour festif. Ainsi certaines agences vendent des Summerbreak, rappelant directement le terme nord-américain qui véhicule une imagerie bien connue. De manière générale, les jeunes touristes connaissent le Springbreak américain (certains font le voyage pour le vivre, notamment à Cancun) et y font parfois référence pour décrire leur voyage estival européen même quand il ne s’agit pas d’un Springbreak officiel. Quant aux Schoolies Week en Australie, ils ont lieu l’été : une semaine d’excès qui marque depuis les années 1980 la célébration de la fin des études secondaires18 en bord de mer (en particulier la Gold Coast avec Surfer’s Paradise).

9Springbreak, Summerbreak, Schoolies : les jeunes ralliant ces différents événements ont de nombreux points communs. Leurs âges et motivations sont similaires, ils partagent une imagerie (issue du Springbreak américain), une musique (il existe d’ailleurs une compilation annuelle Springbreak Miami-Ibiza-Cancun-Lloret de Mar), des comportements. Nous sommes bien face à un phénomène festif transnational. Dans ces festivités, la possibilité de rencontre sexuelle est centrale. Elle est à la fois motif de peur (perversion de la jeunesse) et d’idéalisation (îlots d’hédonisme). Afin de dépasser cette polarisation, il est essentiel d’analyser l’imaginaire de la sexualité attachée à ces festivités.

Débauche ou hétérotopie ?

  • 19 Un des surnoms de Cancun aux États Unis, Man Cun, vient souligner cette présence masculine.

10Outre la plage, l’alcool, le sexe et dans une moindre mesure la drogue sont les composants essentiels d’un séjour de tourisme festif de type Spring ou Summer break. Ce sont d’ailleurs les trois points étudiés dans les enquêtes quantitatives précédemment citées pointant les risques des jeunes fêtard·e·s. Dans mon enquête, lors des entretiens formels et informels, le premier motif de séjour évoqué par les jeunes touristes de Lloret est l’alcool. La possibilité de rencontre sexuelle est un motif sous-jacent, déclaré de façon plus euphémisée : « on était tous célibataires, on a décidé de venir à Lloret », « je devais partir avec une autre amie, mais elle s’est trouvé un copain ». La possibilité d’avoir des relations sexuelles n’est pas directement évoquée (contrairement à l’ivresse), mais suggérée. Dans ce type de stations balnéaires, les jours et nuits de la saison touristique se ressemblent : la journée est consacrée à la plage ou aux magasins et le soir, aux bars et aux boîtes de nuit. Chaque semaine, les discothèques proposent une soirée « exceptionnelle » : striptease (généralement féminin), soirée mousse, etc. Les promoteurs de rues sont chargés de vendre leur discothèque sur trois points : alcool bon marché, type de musique, présence de filles lorsqu’on s’adresse à des garçons ; les filles savent qu’il y a des garçons puisque l’assemblée est majoritairement masculine19. Les discothèques proposent certes de l’alcool, mais elles vendent surtout une possibilité de rencontre hétérosexuelle. Il n’y a généralement pas d’offre orientée vers la clientèle gay et lesbienne. Dans certaines soirées, un bracelet est remis à l’entrée pour marquer le statut des clients (bracelet rouge « en couple », vert « célibataire », jaune « ouvert à toutes propositions »). La possibilité de rencontre à visée sexuelle est un produit de ces stations balnéaires. En revanche la monogamie ne semble pas y avoir sa place. « Ceux qui viennent en couple à Lloret n’ont rien compris » est une phrase récurrente sur mon terrain et quelques couples m’ont d’ailleurs confié ne pas se sentir à l’aise dans ce qu’un jeune homme a qualifié de « Tinder géant ». Les enquêtes quantitatives nord-américaines concordent : de nombreux jeunes se rendent au Springbreak sans leur moitié (Josiam et al., 1998). Le couple, c’est l’interdit, la fidélité, le bracelet rouge, celui qui empêche de rentrer en contact avec des partenaires. Si une histoire de vacances se noue, elle n’est pas censée se prolonger et ne doit pas représenter une contrainte (en termes de droit à séduire d’autres personnes pendant le séjour par exemple). Ainsi, au-delà de la simple possibilité de rencontre, c’est la disponibilité sexuelle des fêtard·e·s qui est mise en avant, notamment celle des femmes (celle des hommes étant pensée comme allant de soi). Il arrive que des garçons, pris dans cet imaginaire hypersexualisé, se sentent floués : il n’y a pas autant de filles qu’escompté et surtout, elles ne sont pas aussi ouvertes à leurs propositions que ce qu’ils espéraient. Une illustration parmi d’autres sur mon terrain : l’expression de surprise et de désarroi, presque de peine, d’un jeune Toulousain qui me confie « qu’en fait, les filles ici sont les mêmes qu’ailleurs ! » – c’est-à-dire qu’elles ne répondent pas chaleureusement et magiquement à ses avances. En effet, si la promesse d’une rencontre sexuelle entre Springbreakers est une composante importante du séjour, elle fait partie des éléments que même l’industrie de la nuit ne peut véritablement garantir.

  • 20 You only live once.

11Les lieux de Springbreak et de tourisme festif sont perçus par certains acteur·ice·s de la fête comme des espaces à part, des hétérotopies (Foucault, 1967) où les règles seraient suspendues : illusion d’un paradis hédoniste, où les relations sexuelles occasionnelles semblent garanties comme si elles appartenaient à la station balnéaire, au même titre que la plage et les boîtes de nuit. Les destinations de tourisme festif sont paradigmatiques d’un idéal d’hédonisme consumériste. Loin de la définition d’Épicure, qui se réfère à une gestion du plaisir dans la retenue, la compréhension actuelle et populaire du terme (recherche du plaisir et évitement du déplaisir) n’est pas sans point commun avec les écrits d’un autre penseur antique : Aristippe de Cyrène. L’hédonisme aristippien est « une absorption dans le plaisir sans conscience et sans durée » (Michaud, 2012). Tout est organisé sur place pour offrir du plaisir aux touristes de façon fiable et standardisée. Carpe diem, « Yolo20 » : dans ces nuits de beuverie poussées jusqu’aux dernières heures auxquelles succède un sommeil dont on a peine à s’extraire, se joue la difficulté à clore le moment (il faut continuer à boire, à danser, à être éveillé puis à être endormi) et la volonté d’accumulation (des verres, des partenaires embrassé·e·s, des heures de veille, etc.). De tels séjours, loin d’être une suspension et une transgression, s’appuient sur des valeurs hédonistiques dominantes, et poussent seulement un peu plus loin l’accélération et l’accumulation ordinaire (Rosa, 2010).

  • 21 Voir Actes de la recherche en sciences sociales, 218, Plages, territoires contestés, 2017.

12Penser la fête comme retournement des valeurs et suspension des normes habituelles est par trop simpliste. On ne peut plus suivre René Caillois lorsqu’il présente un quotidien diamétralement opposé à la fête : « explosion intermittente » contre « terne continuité » (Caillois, 1939). Comme si les acteur·ice·s se soumettaient absolument à la discipline du quotidien, comme si la fête n’était faite que d’intensité. C’est à la fois oublier l’agency des acteur·ice·s et ignorer à quel point l’événement festif peut être répétitif, constitué en partie de moments d’attente et d’ennui. N’est-ce pas confondre le récit enchanté des festivités et leur réalité ? Le quotidien n’est pas une continuité, ni la fête une soupape de sécurité. Surtout, elle n’est pas vraiment en dehors de la société. Durant le Springbreak, malgré une impression de permissivité particulière, les normes notamment de genre sont respectées, voire exacerbées. L’hédonisme n’est pas transgressif. Il n’est pas non plus égalitaire. Il ne faut pas se laisser happer par l’enchantement festif : les normes de genre ne sont pas magiquement suspendues sur la plage21, l’idéal de liberté sexuelle n’est pas forcément exempt de préjugés de genre et l’imaginaire du lieu, de paradis hédoniste, peut basculer en illusion masculiniste. Le simple fait que les femmes aient choisi de passer tout ou partie de leur été à Lloret induit pour de nombreux hommes la disponibilité sexuelle de celles-ci. Citons pour exemple un touriste belge qui m’assure à propos d’une jeune fille inconnue qu’il convoite dans la discothèque : « Bien sûr qu’elle est chaude, sinon elle serait pas là [sic]. » Paradoxalement, le double standard sexuel demeure (Bozon, 2002), notamment à travers l’injonction à la retenue sexuelle pour les femmes. L’expression directe du désir féminin reste mal vue, sous peine d’être renvoyée à la marge par le vocabulaire de la maladie (« nympho ») ou du professionnalisme (« pute »). De plus, la réification du corps des femmes est poussée à l’extrême. Ainsi à Lloret, plusieurs discothèques ont choisi de promouvoir leur établissement en faisant circuler sur la promenade de la plage des jeunes filles en rollers moulées dans un mini-boxer et une brassière sur lesquels est imprimé le nom de la boîte de nuit (c’est-à-dire sur les seins et les fesses des jeunes femmes). Globalement, on observe une dynamique proche de celle relevée par Mélanie Gourarier au sujet de « la communauté de la séduction » (Gourarier, 2017) : la séduction semble plutôt se jouer entre hommes, les femmes étant un objet permettant de réaffirmer dans l’homosociabilité une masculinité « forte ». Des rappels à l’ordre de genre viennent sanctionner les comportements ou situations pouvant induire une suspicion d’homosexualité masculine (tel que le fait de danser entre hommes : « Non moi je vais pas danser là-dedans, regarde, y a pas une seule fille, moi je suis pas gay ! » me déclare J., un étudiant wallon de 21 ans). Ces festivités viennent rappeler la hiérarchie des masculinités mettant l’homosexualité (masculinité subordonnée) en bas de l’échelle de valeur (Connell, 2014 [1993]). Le marketing est orienté vers la clientèle masculine, dans une logique hétérosexuelle : mise en scène de l’homme qui désire la femme qui jouirait d’être désirée, vision binaire du genre enfermée dans un schéma hétéronormé.

13La pratique se trouve prise entre deux illusions : d’une part, celle de la presse et de certains adultes, portés par une panique morale sur la jeunesse, qui ne voit que le prisme des risques et de la débauche ; d’autre part, pour certains acteur·ice·s de la fête, jeunes et adultes, l’illusion d’un paradis hédoniste, qui vient nier la continuité des dominations. Évoqué généralement en termes sensationnalistes ou au moins alarmistes, le Springbreak (et plus généralement le tourisme festif), sous ses faux airs transgressifs, vient en fait, par la mise en scène de l’excès, renforcer les normes d’âge et de genre. Il est bien un rite, une pratique venant accompagner un temps fort de la vie sociale. Une question subsiste : peut-on le qualifier de rite de passage ?

Un objet festif mondialisé inséré dans une constellation de rites de passage

14Dans les parcours des jeunes, un séjour dans un lieu de tourisme festif s’inscrit très souvent autour d’un événement, individuel ou collectif. Il vient marquer un examen, une rupture amoureuse ou au contraire un mariage proche. Il est un rite, une façon de gérer symboliquement et collectivement des changements, des sociabilités, des identités, attaché à un moment relativement variable et à un lieu spécialisé, un party resort, sorte de bulle festive. Les jeunes Européen·ne·s, Australien·ne·s, Néo-Zélandais·e·s, Étasunien·ne·s, etc. sont nombreux·ses à voyager dans ces lieux pour vivre un excès festif de plusieurs jours. Ainsi ce type de festivité s’insérerait dans un système de rite à échelle globale, un rite propre à la jeunesse occidentale. Ce phénomène est régulièrement présenté comme un rite de passage, notamment dans la presse. Cela peut sembler abusif : un raccourci médiatique, une mauvaise compréhension d’un concept scientifique majeur. En effet, un rite de passage, dans sa définition originelle, marque une frontière, il a pour fonction de faire passer de façon irréversible l’individu d’une situation déterminée à une autre (Van Gennep, 1909 ; Turner, 1969). Or, on ne peut pas reconnaître ce pouvoir au Springbreak. Certains jeunes s’y rendent plusieurs années de suite, y vont dès le lycée, ou après la fin de leurs études : pas de coupure nette entre deux états. Cependant, au vu de l’évolution de la construction des âges, il convient de ne pas écarter trop vite le concept.

  • 22 À Lloret de Mar et plus largement dans les destinations de tourisme festif européennes, la clientè (...)

15Avant la Seconde Guerre mondiale, les étapes du passage à l’âge adulte étaient quasi simultanées (départ du foyer parental vers son nouveau foyer marital, etc.). Ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, le devenir adulte est désormais pensé comme un processus long et réversible lié à l’idée de responsabilité plutôt qu’aux acquisitions matérielles (Van de Velde, 2008). Cependant, la plupart des enquêté·e·s ne voient pas ce processus comme réversible mais bien comme un passage linéaire avec un âge butoir arbitraire (généralement 30 ans). En cela, un séjour de ce type peut être effectivement vécu comme un rite de passage célébré au sein d’un collectif de jeunes (le groupe d’ami·e·s et plus largement les autres fêtard·e·s22). Ce rite serait alors à l’image du passage à l’âge adulte contemporain : diffus, allongé, itératif. Nous aurions alors affaire à une constellation de rites de passage dont un séjour type Springbreak ferait partie. Plusieurs auteurs considèrent que les rites de passage ont disparu (Segalen, 1998), remplacés par des « premières fois » : premier logement indépendant, première rupture, etc. (Bozon, 2002). Pourtant, le concept de « rite de passage » reste heuristique. Au vu de cette recherche, il me semble que l’on peut soutenir que ces rites n’ont pas plus disparu que le passage qu’ils sont censés soutenir : comme lui, ils se sont transformés. « Faire passer l’individu d’une situation déterminée à une autre situation déterminée », voilà la fonction des rites de passage selon Van Gennep. Les rites de passage s’articulent à d’autres rites et se composent de trois phases : le temps de séparation, de marge (ou liminalité pour Turner), puis d’agrégation. Le passage s’étire, le rite qui l’accompagne également. Ainsi, si le voyage fonctionne comme liminalité, l’agrégation quant à elle se fait de manière différée. Elle ne peut en effet être confondue avec le retour de voyage. Le fait de raconter ses souvenirs, plusieurs fois, au sein du groupe avec lequel on est parti ou en dehors de ce groupe, fait encore partie du processus rituel. Les parcours sont moins institutionnalisés, plus divers qu’auparavant mais le passage s’opère. De même les rites de passage se sont en quelque sorte atomisés en plusieurs possibilités, dont aucune n’est exclusive ou obligatoire mais qui viennent accompagner et souligner la transition vers l’âge suivant. Le séjour festif vient marquer le passage du temps : il vient souligner l’appartenance à la jeunesse et le fait que cette jeunesse aura une fin. C’est ce qui est contenu dans l’expression yolo, « you only live once – on ne vit qu’une fois », qui, par son contexte d’utilisation (on utilise ce terme pour qualifier un acte ludique, excessif, irresponsable, risqué, commis ou à venir : autant d’attributs de la jeunesse… et de la masculinité) signifie bien plutôt « on ne vit sa jeunesse qu’une fois » : tout cela aura une fin, il faut « en profiter ». Le tourisme festif participe du « processus permanent de construction de l’identité de genre » et d’âge par les pratiques et leurs répétitions (Butler, 1990).

16Le passage d’une étape de la vie à une autre est notamment marqué par les naissances, la puberté, la ménopause : sexualité, construction genrée et construction des âges de la vie sont liées. Outre les normes de genre, on peut lire dans le Springbreak une puissante norme d’âge : cette pratique est « réservée » aux jeunes. En plus de sa fonction de segmentation marketing, cette limite a un sens social. Mon enquête montre que les relations sexuelles occasionnelles sont pensées par de nombreux fêtard·e·s comme une expérience de jeunesse. Loin d’une débauche vide et nihiliste, les jeunes fêtard·e·s se représentent globalement ces potentiels débordements comme une garantie, un placement pour l’avenir. Vivre une débauche festive et sexuelle dans leur jeunesse, dans une destination de tourisme festif (c’est-à-dire dans un temps et un lieu jugés légitimes pour vivre ce type d’expérience) leur permettrait de préserver leur vie future d’adultes responsables et monogames. Le temps de la jeunesse serait une période de transition leur donnant la possibilité d’engranger une provision d’amusement suffisante pour entamer leur vie adulte avec sérénité. Ces jeunes partagent la croyance selon laquelle « le vivre » (entendez : la fête, le célibat et la multiplication des partenaires) maintenant leur permettrait de ne pas avoir à le vivre plus tard, c’est-à-dire leur permettrait de préserver leur futur couple monogame. La pratique est là pour conjurer le risque, la réussite n’est pas garantie. Si, comme l’écrit Martine Segalen (1998), « le rite se situe en définitive dans l’acte de croire à son effet, à travers des pratiques de symbolisation », alors on ne peut nier l’aspect rituel de ces festivités. Voilà pourquoi le couple est un élément exclu du rite : il appartient au monde adulte et responsable. Ainsi, un séjour festif de ce type permet à la fois d’incarner son rôle de jeune (excessif, irresponsable, multipliant les expériences sexuelles), d’en vivre une étape obligée (« il faut l’avoir fait au moins une fois ») et de se préparer à s’en défaire (puisqu’on le fait dans la perspective d’un acte possible seulement durant la jeunesse).

  • 23 Mon enquête et celle de Bellis concordent sur ce point : les jeunes touristes ne semblent pas avoi (...)

17Ni l’imaginaire touristique préalable, ni les incitations locales ne vont réussir à créer les conditions pour garantir une relation sexuelle occasionnelle23 mais le mythe hypersexuel ne sera pas remis en question. Il est une des conditions de la performance du type de masculinité qui s’opère dans ces lieux. Martine Segalen souligne l’importance de la célébration de la virilité dans de nombreux rites et le tourisme festif ne fait pas exception. Cette pratique festive s’inscrit dans la tradition de l’initiation masculine, celle du Grand Tour des aristocrates du xixe siècle (Littlewood, 2001), du service militaire (Bessin, 2002), des bachelleries d’Ancien Régime (Raineau, 2006), etc. où la présence des femmes, notamment comme potentielles partenaires sexuelles, est requise pour la construction de la masculinité. Il faut cependant bien avoir à l’esprit que le schéma du rite basé notamment sur l’hypersexualisation est loin de résumer la variété des possibilités des acteur·ice·s du tourisme festif. Il n’est pas un rite de passage exclusivement masculin comme pouvait l’être le service militaire. « Là où sont les garçons », les femmes ne se contentent pas du rôle passif qu’on leur assigne et adoptent des stratégies diverses pour vivre au mieux leur expérience. De plus, différents types de masculinité se confrontent dans ces espaces cosmopolites mêlant des jeunes de milieux variés. Le rite est par essence polysémique, il peut à la fois accompagner le passage à l’âge adulte, jouer un rôle d’agrégation à la communauté des hommes ou des femmes, marquer une rupture amoureuse, etc.

Conclusion

18De nombreux acteurs du monde social s’inquiètent d’un éventuel déclin rituel et y voient un vide expliquant les errances de la jeunesse, une crise du symbolique. Il faudrait ainsi, selon eux, rétablir les rites anciens, à commencer par le service militaire (Bessin, 2002). Ces revendications s’inscrivent dans une nostalgie que chaque génération semble reproduire sur sa propre jeunesse, voire cachent un discours conservateur tendant à promouvoir un meilleur encadrement des jeunes, pour leur bien et celui de la société. Dire que les rites de passage existent toujours en brandissant le Springbreak ne ravira sans doute pas ces partisans du retour à la morale. Pourtant, un séjour de type Springbreak participe de la mise en ordre des genres et des âges. Il fait partie d’une constellation de rites de passage visant à préparer l’entrée dans le monde des responsabilités adultes et dans la vie sexuelle monogame et procréative. Les temporalités biographiques ont changé, nous observons des parcours moins linéaires, plus différenciés, moins institutionnalisés. Les rites sont chargés « d’inscrire dans le temps » (Bessin, 2002) ; plastiques, ils ont muté pour accompagner ces changements. Ainsi, loin de la transgression redoutée ou convoitée, le Springbreak et plus généralement les séjours de tourisme festif permettent l’incorporation de normes de genre et d’âge et la reproduction du dispositif contemporain à l’échelle globale.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. (2008), Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

Amirou R. (1995), Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, Presses universitaires de France.

Augé M. (2013), L’anthropologue et le monde global, Paris, Armand Colin (La Fabrique du sens).

Bellis, M. A. et al. (2004), « Sexual Behaviour of Young People in International Tourist resorts », Sexually transmitted infections, 80/1, p.  43-47. DOI : 10.1136/sti.2003.005199

Bessin M. (2002), « Le recours au rite. L’exemple du service militaire », Agora débats/jeunesses, 28, Rites et seuils, passages et continuités, 2002.

Bidet J., Devienne E. (dir.) (2017), Actes de la recherche en sciences sociales, 218, Plages, territoires contestés, Paris, Seuil.

Blanchard V., Revenin R., Yvorel J.-J. (2010), Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (xixe-xxisiècles), Paris, Autrement.

Boyer M. (2005), Histoire générale du tourisme du xvie au xxie siècle, Paris, L’Harmattan.

Bozon M. (2002), « Des rites de passage aux “premières fois”. Une expérimentation sans fins », Agora débats/jeunesses, 28, Rites et seuils, passages et continuités, p. 22-33. DOI : 10.3406/agora.2002.1973

Bozon M. (2012), « Autonomie sexuelle des jeunes et panique morale des adultes. Le garçon sans frein et la fille responsable », Agora débats/jeunesses, 60/1, p. 121-134. DOI : 10.3917/agora.060.0121

Bozon M., Rennes J. (2015), « Histoire des normes sexuelles. L’emprise de l’âge et du genre », Clio, 42/2, p. 7-23.

Butler J. (2005 [1990]), Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.

Caillois R. (1939), L’homme et le sacré, Paris, Gallimard (Folio essais, 84).

Cauvin-Verner C. (2009), « Du tourisme culturel au tourisme sexuel. Les logiques du désir d’enchantement », Cahiers d’études africaines, 49, p. 193-194. DOI : 10.4000/etudesafricaines.18663

Connell R., 2014 [1993], Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam.

Dagnaud M. (2008), La teuf. Essai sur le désordre des générations, Paris, Seuil.

Foucault M. (2009 [1967]), Le corps utopique, suivi de Les hétérotopies, postface de Daniel Defert, Paris, Lignes.

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité, 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Foucault M. (1992), Histoire de la sexualité, 2, L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard.

Galland O. (2011), Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Galland O. (2014), « Les valeurs des jeunes Européens : un tableau d’ensemble », Agora débats/jeunesses, 67, p. 61-78. DOI : 10.3917/agora.067.0061

Gourarier M. (2017), Alpha mâle, Paris, Seuil.

Hesse M., Tutenges S., Schliewe S., Reinholdt T. (2008), « Party Package Travel: Alcohol Use and Related Problems in a Holiday Resort: A Mixed Methods Study », BMC Public Health, 8, p. 351-358. DOI : 10.1186/1471-2458-8-351

Josiam B. M., Hobson J. S. P., Dietrich U. C., Smeaton G. (1998), « An Analysis of the Sexual, Alcohol and Drug Related Behavioural Patterns of Students on Spring Break », Tourism Management, 19/6, p. 501-513. DOI : 10.1016/S0261-5177(98)00052-1

Josiam B. M., Monterrubio J. C., Duncan J.L. (2005), « Tequila at Sunrise: Spring Break Travel Motivations and Risk Behaviors of American Students in Acapulco », Mexico, Hospitality Review, 31/4, article 7.

Laurie J. (2008), Spring Break: The Economic, Socio-Cultural and Public Governance Impacts of College Students on Spring Break Host Locations, University of New Orleans Theses and Dissertations, 876.

Littlewood I. (2001), Sultry Climates: Travel and Sex Since the Grand Tour, Londres, John Murray.

Maticka-Tyndale E., Herold E. S., Menwhinney D. (1998), « Casual Sex on Spring Break: Intentions and Behaviours of Canadian Students », The Journal of Sex Research, 35/3, p. 254-264. DOI : 10.1080/00224499809551941

Mattila A., Apostolopoulos Y., Sonmez S., Yu L., Sasidharan V. (2007), « The Impact of Gender and Religion on College Students’ Spring Break Behaviour », Journal of Vacation Marketing, 2/2, p. 137-150.

Michaud Y. (2012), Ibiza mon amour, Paris, Nil.

Nahoum-Grappe V. (2010), Vertige de l’ivresse, Paris, Descartes et Cie.

Raineau C. (2006), « Du rite de passage au souci de soi. Vers une anthropologie de la jeunesse ? », Siècles, 24, Regard croisé sur la jeunesse.

Rosa H. (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Rubin G. (2011), Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel.

Santoro D. (2015), Where the Boys (and Girls) Were! The Fun and Sun History of Fort Lauderdale Beach, Lulu Publishing Services.

Saskia Cousin S., Réau B. (2009), Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte.

Segalen M. (1998), Rites et rituels contemporains, Paris, Armand Colin (collection 128).

Smith A. M. A., Rosenthal D. (1997), « Sex, Alcohol and Drugs? Young People’s Experience of Schoolies Week », Australian and New Zealand Journal of Public Health, 21, p. 175-180. DOI : 10.1111/j.1467-842X.1997.tb01679.x

Sonmez S., Apostolopoulos Y., Yu C. H., Yang S., Mattila A., Yu L. C. (2006), « Binge Drinking and Casual Sex on Spring Break », Annals of Tourism Research, 33/4, p. 895-917. DOI : 10.1016/j.annals.2006.06.005

Spode H. (2010), « La recherche historique sur le tourisme », Mondes du tourisme, 2, p. 4-18. DOI : 10.4000/tourisme.267

Tabet P. (2004), La grande arnaque. Sexualité des femmes et échanges économico-sexuels, Paris, L’Harmattan (Bibliothèque du féminisme).

Thorton S. (1996), Club Cultures: Music, Media and Subcultural Capital, Hanovre, Wesleyan University Press.

Turner V. (1990 [1969]), Le phénomène rituel. Structure et contre-structure, trad. par Gérard Guillet, Paris, Presses universitaires de France.

Tutenges S. (2012), « Nightlife Tourism: A Mixed Methods Study of Young Tourists at an International Nightlife Resort », Tourist Studies, 12/2, p. 131-150. DOI : 10.1177/1468797612454250

Urbain J. D. (1991), L’idiot du voyage, Paris, Payot.

Urbain J. D. (1994), Sur la plage, Paris, Payot.

Van de Velde C. (2008), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, Presses universitaires de France (Le Lien social).

Van Gennep A. (1909 [1981]), Les rites de passage. Étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l’hospitalité, de l’adoption, de la grossesse et de l’accouchement, de la naissance, de l’enfance, de la puberté, de l’initiation, de l’ordination, du couronnement, des fiançailles et du mariage, des funérailles, des saisons, etc., Paris, Picard.

Wittig M. (2007 [1980]), La pensée Straight, Paris, Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Comme son nom l’indique en anglais : Springbreak signifie littéralement vacances de printemps.

2 Les étudiant·e·s sont la clientèle traditionnelle du tourisme festif jeune, mais la présence de jeunes travailleur·se·s est loin d’être rare. Il n’y a pas de données chiffrées sur cette question, les études quantitatives du Springbreak considérant par défaut les jeunes présent·e·s comme des étudiant·e·s ou n’enquêtant qu’auprès de ceux-ci.

3 De fait, dans cet article, nous utiliserons le mot Springbreak pour désigner la pratique touristico-festive et non la temporalité vacancière.

4 Where the Boys Are est un film de Henry Levin tourné en 1960. Springbreakers a été réalisé par Harmony Korine en 2013. Ces deux films relatent le Springbreak d’un groupe d’étudiantes.

5 On estime à 2 millions les springbreakers étasuniens (Josiam et al., 2005). Il n’y pas de chiffres fiables disponibles pour l’Europe. Les schoolies quant à eux sont environ 30 000 chaque année (Smith et Rosenthal, 1997).

6 Ce que l’on peut traduire par « Festival avec une dangereuse frénésie d’alcool et de sexe ».

7 Voir, pour l’Australie : Smith et Rosenthal, 1997 ; pour les États-Unis : Josiam et al., 2005 ; pour le Canada : Maticka-Tyndale et al., 1998 ; pour le Royaume-Uni : Bellis et al., 2004.

8 Par exemple l’étude de Mattila et al. (2007), « The Impact of Gender and Religion on College Students’ Spring Break Behaviour », Journal of Vacation Marketing, 2 (2), p. 137-150, donnant des recommandations telles que la limitation des concours de T-shirts mouillés pour réduire les comportements à risque.

9 Notamment les travaux de Tutenges sur les touristes danois et ceux de Ditton et Elliot sur les milieux festifs britanniques.

10 Les rabatteur·se·s sont chargé·e·s d’attirer les passant·e·s dans la boîte de nuit qui les emploie.

11 Moment le plus marquant, temps fort.

12 Années postprohibition durant lesquelles la plupart des États choisissent d’aligner l’âge minimum légal pour boire de l’alcool sur l’âge du droit de vote : 21 ans.

13 Un étudiant déclare dans cet article : « It’s not that we drink so much; it’s that we drink all the time. »

14 Le livre devait à l’origine s’appeler Unholy Spring.

15 Le maire Robert Dressler va jusqu’à faire une apparition dans l’émission Good Morning America pour faire passer son message.

16 Ces deux dernières années ont vu un léger retour vers cette ville vraisemblablement initié par des étudiant·e·s curieux·ses de découvrir l’origine du Springbreak plutôt que par les acteur·ice·s locaux.

17 Avec une clientèle presque exclusivement européenne. La Croatie est parfois mentionnée, de façon marginale, sur les sites web américains.

18 Cependant des étudiant·e·s ayant déjà ou pas encore terminé leur High School participent également (on les appelle respectivement toolies et foolies).

19 Un des surnoms de Cancun aux États Unis, Man Cun, vient souligner cette présence masculine.

20 You only live once.

21 Voir Actes de la recherche en sciences sociales, 218, Plages, territoires contestés, 2017.

22 À Lloret de Mar et plus largement dans les destinations de tourisme festif européennes, la clientèle vient de différents pays européens (France, Royaume-Uni, Italie, Allemagne, Hollande, etc.). Le Springbreak américain et les Schoolies australiens et néozélandais concernent un public plus national mais réunissent des jeunes de différents États et régions.

23 Mon enquête et celle de Bellis concordent sur ce point : les jeunes touristes ne semblent pas avoir plus de relations sexuelles pendant leur séjour qu’à l’ordinaire (Bellis, 2014). En fait, la majorité d’entre eux n’auront pas de rapport sexuel pendant leurs vacances festives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alix Boirot, « « Là où sont les garçons » : Springbreak et tourisme festif », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 49-64.

Référence électronique

Alix Boirot, « « Là où sont les garçons » : Springbreak et tourisme festif », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3645 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3645

Haut de page

Auteur

Alix Boirot

Alix Boirot est doctorante en anthropologie sociale et culturelle à l’EHESS (IIAC LAIOS) sous la direction d’Irène Bellier en codirection avec Saskia Cousin.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals