Navigation – Plan du site
Dossier : Éclats de fête

Événements festifs et actions caritatives à Bruxelles

La marchandisation comme mode de réparation
Celebratory Events and Charitable Works in Brussels. Commodification as a Way of Reparation
Katerina Seraïdari
p. 75-87

Résumés

Depuis les années 2010, des fêtes grecques sont régulièrement organisées à Bruxelles afin de promouvoir la richesse culturelle et gastronomique de ce pays, et de rassembler des fonds pour aider la population grecque en pleine crise économique. Il y a aussi une intention corrective, dans la mesure où ces fêtes visent à réparer ce qui est perçu comme un dérèglement de l’ordre économique et social. Cet article analyse la manière dont ces fêtes « promotionnelles » révèlent des caractéristiques qui sont typiques des fêtes religieuses traditionnelles. Trois aspects sont plus particulièrement examinés : les dispositifs de promesse, les logiques de calculabilité et les mécanismes de singularisation.

Haut de page

Texte intégral

1Environ dix-huit mille Grecs habitent dans la région de Bruxelles. Les immigrés de première génération se divisent en deux groupes : ceux qui sont arrivés en Belgique dans les années 1950 pour travailler dans les mines et qui se sont ensuite tournés vers l’industrie ou le commerce ; et ceux qui sont venus travailler dans les institutions européennes, depuis l’adhésion de la Grèce en 1981. Ces groupes bien distincts, qui correspondent à deux vagues d’immigration grecque, sont en compétition en ce qui concerne la direction des associations grecques qui ont très vite été formées dans la capitale belge. En effet, chaque groupe essaie d’étendre son influence sur ces structures associatives qui, le plus souvent, regroupent les Grecs selon leur origine régionale (l’Épire, la Macédoine ou la Crète, par exemple), donnent des cours de danse et organisent des fêtes afin de transmettre la culture nationale et régionale et de maintenir le contact entre compatriotes (Seraïdari, 2012).

2Les fêtes qui apparaissent depuis les années 2010 à Bruxelles ne sont pas le résultat de l’action de ces structures associatives. Certaines sont organisées par des personnalités qui parviennent à mobiliser volontaires et partenaires ; d’autres sont le fruit d’initiatives collectives et suscitent l’envie de créer une nouvelle association. Dans les deux cas, elles font émerger l’importance de la société civile et sa capacité d’agir.

3J’examinerai ici trois événements festifs : les Douze heures pour la Grèce, qui est organisé par une association sans but lucratif, à l’initiative du philhellène Jimmy Jamar (chef de la représentation de la Commission européenne en Belgique) ; les Ikarian Days, lancés par l’association sans but lucratif Les Amis d’Ikaria ; et les initiatives de l’eurodéputé grec Stelios Kouloglou. L’objectif de ces fêtes est double : promouvoir la richesse culturelle et gastronomique de la Grèce ; et rassembler des fonds pour aider la population grecque en pleine crise économique. Elles ont pour ambition de réhabiliter l’image du pays qui s’est ternie depuis la crise. Elles visent ainsi à restaurer les liens que la crise a coupés, mais aussi à ouvrir de nouvelles perspectives commerciales et à permettre à de petits producteurs grecs, par l’organisation de dégustations, de faire connaître la qualité de leurs produits et de faciliter leur exportation – étant donné que la demande intérieure a beaucoup diminué.

4Comme nous le verrons, la multifonctionnalité de ces fêtes est redoublée par une évocation tant de la Grèce antique que de la Grèce « traditionnelle ». Les références à l’Antiquité grecque et à un mode de vie traditionnel viennent soutenir l’esprit novateur des entrepreneurs grecs. Dans ce cadre festif, le mélange des temporalités (l’Antiquité, la tradition et la modernité devenant des éléments complémentaires et indissociables) va de pair avec un mélange de genres entre le domaine culturel, la fonction économique et commerciale, le discours et l’action politique. Il y a aussi une intention corrective, dans la mesure où ces fêtes visent à réparer ce qui est perçu comme un dérèglement de l’ordre économique et social : l’endettement de la Grèce qui provoque la paupérisation de sa population.

  • 1 Sur les logiques de calculabilité, voir Callon et Muniesa (2003). Sur les dispositifs de promesse (...)
  • 2 Orléan A. (2011), L’empire de la valeur, Paris, Seuil, p. 158.

5En m’appuyant sur les deux domaines d’expertise qui correspondent aux deux grands thèmes de ma recherche anthropologique (le culte des icônes grecques et leurs fêtes patronales, d’un côté ; les immigrés grecs et turcs à Bruxelles et leurs activités commerciales, de l’autre), j’analyserai enfin dans quelle mesure ces fêtes « promotionnelles », qui n’ont pas encore une forme institutionnalisée, possèdent des caractéristiques qui sont typiques des fêtes traditionnelles. J’insisterai sur trois aspects : les logiques de calculabilité, les dispositifs de promesse et les mécanismes de singularisation. C’est la lecture des travaux de la sociologie économique relationnelle qui m’a poussée à transposer librement ces termes dans le domaine de la fête1. Par cette transposition, qui prend en compte la dynamique économique et sociale de la fête, mon objectif est d’étendre l’analyse vers une nouvelle direction qui pourrait s’avérer fertile. Que l’on pense aux souvenirs locaux ou religieux qu’achètent ceux qui assistent à une fête traditionnelle ou aux produits vendus lors des fêtes promotionnelles bruxelloises que j’examine, les propos d’André Orléan quand il définit le concept de liquidité sont tout à fait pertinents : « la liquidité n’est pas une substance mais un mode de relation à autrui, un lien social par lequel est reconnue entre les protagonistes l’existence d’une communauté d’intérêts mais transfiguré sous la forme d’un désir d’objets2 ». Bien sûr, ceux qui font partie de la fête (qu’elle soit traditionnelle ou récente) ne représentent pas seulement une communauté d’intérêts, mais aussi un groupe de descendance commune et/ou qui partage valeurs, convictions et affinités. Pour eux aussi, l’argent (dépensé ou offert) devient un moyen d’accomplir un vœu dans le cadre d’une cérémonie religieuse, ou de réparer par la redistribution une situation qui est jugée intolérable, comme c’est le cas avec les fêtes promotionnelles bruxelloises. Le but sera donc de montrer que la dimension marchande, qui est introduite dans différents types de fêtes, ne constitue pas une altération de leur nature, mais une autre voie par laquelle le lien social peut se construire.

Fêtes grecques au « cœur de l’Europe »

  • 3 Le retour de ce type d’opération constitue chaque fois une « nouvelle édition ». En effet, il s’ag (...)
  • 4 Comme les lectures marathon de l’Iliade, de l’Odyssée et de la République de Platon par des person (...)

6La première édition des Douze heures pour la Grèce a eu lieu en 2012. Cet événement culturel, qui a fêté ses six ans3 en novembre 2017, consiste en des lectures de texte4, des danses traditionnelles, des classes culinaires, des dégustations de produits grecs, des concerts et des spectacles auxquels participent de grands noms de la scène musicale grecque. Selon les organisateurs, à l’heure où la construction européenne est ébranlée par des réflexes nationalistes, cette manifestation est avant tout une affaire citoyenne permettant d’envoyer un message de solidarité au peuple grec. Elle a la particularité d’être liée à la fois à une association et à une personnalité, Jimmy Jamar – à tel point qu’il est difficile de dire s’il s’agit d’une initiative personnelle ou collective.

  • 5 Les paniyiria aux alentours du 15 août (fête de la Dormition de la Vierge) sont ceux qui rassemble (...)
  • 6 Nous n’évoquerons ici que deux de ceux qui ont participé à l’organisation de ces événements. Une p (...)

7Si les Douze heures pour la Grèce aident, avec les fonds recueillis, différentes localités grecques, d’autres initiatives choisissent d’agir à plus petite échelle, en se focalisant par exemple sur une île grecque. Tel est le cas pour les Ikarian Days. En novembre 2015, les organisateurs de la première édition des Ikarian Days promettaient aux participants d’être transportés sur « l’île grecque d’Ikaria dans la mer Égée » afin d’expérimenter « l’atmosphère idyllique et dionysiaque des fêtes populaires [paniyiria] » de cette île. La référence à Dionysos est omniprésente, puisque Ikaria est considérée comme son lieu de naissance. D’autres éléments renvoyant à la Grèce antique sont mis en avant, comme la possibilité de consommer un vin local qui est connu depuis l’Antiquité et mentionné dans les textes d’Homère, de Platon et d’Aristophane ; ou comme les deux ailes bleues qui ornent l’affiche de la manifestation et qui rappellent le mythe d’Icare qui a donné son nom à l’île. Ces références à l’Antiquité grecque finissent par occulter le fait que les paniyiria sont normalement des fêtes traditionnelles en l’honneur d’un saint, qui respectent le calendrier religieux5. Ce n’est pas le cas des Ikarian Days, qui ne sont liés à aucune célébration religieuse, les organisateurs les faisant ainsi sortir de la contrainte de calendrier et du registre de l’obligation sociale. Cette manifestation bruxelloise, qui combine dégustation culinaire, projection de films, musique et cours de danse, a connu une seconde édition en novembre 2016, et une troisième en mars 2018. Ce qui distingue pourtant cette initiative est l’absence d’une personnalité « fédératrice6 » : le caractère de cette association est « décentralisé » et ses membres se sont retrouvés pour leur première assemblée générale à Bruxelles en décembre 2017. Leur but est de développer l’économie et le tourisme d’Ikaria, ainsi que de promouvoir ses produits sur le marché européen.

  • 7 https://tvxs.gr/news/eyropi-eop/eyrokoinoboylio-ipie-oyzo-kai-efage-elies (consulté le 10 mai 2017 (...)

8Si les Ikarian Days sont censés faire voyager la fête de village ikariote en Europe pour la première fois « dans l’histoire de l’humanité », la manifestation autour de l’Elliniko kafeneio en juin 2016, qui a eu lieu au Parlement européen, consistait à ériger un café traditionnel grec pendant deux jours à Bruxelles. C’est Stelios Kouloglou, un eurodéputé de Syriza (le parti de gauche qui est au pouvoir en Grèce) qui est à l’origine de cette initiative : dégustations, présentation de treize entrepreneurs grecs, exposition de photographies. En juin 2017, nouvelle manifestation dans le restaurant des députés du Parlement européen, avec quatre chefs grecs apportant « La Grèce dans votre assiette ! ». Selon Kouloglou, les Européens ont l’impression que les Grecs ne font que mendier pour régler les échéances de leur dette : ils sont victimes de stéréotypes, il faut donc tout faire pour montrer la créativité de ceux qui se battent pour réussir tant dans le domaine culturel que dans le domaine entrepreneurial7.

9D’autres eurodéputés grecs, comme Spyros Danellis (du parti centriste Potami) qui a organisé une présentation de vins crétois au Parlement européen de Bruxelles en novembre 2012 ou Rodi Kratsa (du parti de droite Nea Dimokratia) qui a participé à l’organisation de la manifestation Taste of Greece en mars 2012, sont à l’origine d’événements promotionnels depuis les années 2010. Mais ces opérations de marketing ne s’adressaient pas au grand public et n’incluaient pas d’éléments artistiques ou festifs. Les manifestations sous la direction de Stelios Kouloglou sont plus participatives ; elles s’inscrivent pourtant clairement dans cette continuité. Elles font donc partie d’une série d’actions promotionnelles, mises en place par des eurodéputés grecs de différentes tendances politiques. Ces événements ne sont pas soutenus par une association, comme c’est le cas pour les deux autres fêtes examinées ici. De plus, ils sont uniques, dans le sens où une deuxième « édition » n’est pas envisagée.

10L’« authenticité » de ces manifestations festives (transposant à Bruxelles la « vraie » fête ikariote ou le « vrai » café grec) vient ainsi soutenir l’authenticité des produits de terroir, qui eux aussi défient les classifications temporelles et font coexister Antiquité (avec des références aux textes antiques quand cela est possible), tradition artisanale et modernité entrepreneuriale. Le mélange des temporalités est ainsi accompagné par celui des espaces : il est possible de sortir une fête de village ou un café hors de leur contexte local afin de les faire exister à Bruxelles, au « cœur de l’Europe ». La fête ikariote ou l’ambiance d’un café en Grèce serait-elle par conséquent reproductible et exportable, à l’image des produits dont ces fêtes font la promotion ? Je reviendrai sur les mécanismes de singularisation plus loin, après avoir examiné dans la section suivante les questions de la redistribution et de la réparation, qui jouent un rôle important dans ces fêtes.

Rationalité économique, redistribution et réparation

  • 8 Fassin D. (2005), « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », dans Fassin (...)

11Si les notions d’excès et de dépenses inconsidérées sont souvent liées à la fête, les manifestations festives que j’examine sont présentées comme des opérations économiquement rentables ; leur caractère caritatif justifie cette exigence de rationalité économique. Les organisateurs et ceux qui y participent cherchent à dénoncer un déséquilibre entre, d’une part, la pauvreté d’une Grèce qui subit une crise grave ; et, d’autre part, le (plus ou moins) bon état financier de ses partenaires européens, surtout dans les pays du Nord (dont la Belgique fait partie). À travers ces manifestations, la solidarité est censée conduire à une redistribution : si l’économie divise et sépare les endettés de ceux à qui ils empruntent, la fête dans ces nouvelles versions veut rassembler et montrer que l’on est « tous ensemble », créant ainsi une forme de fraternité au-delà des origines, des intérêts nationaux et des confrontations intra-européennes. La fête devient ainsi un champ d’action qui permet de remédier à un problème d’ordre social et économique et de réparer l’infortune dont les Grecs seraient les victimes. Les propos de Didier Fassin, qui s’appuie sur l’analyse de Victor Turner pour donner un nouveau sens aux rituels d’affliction, illustrent bien cette dynamique festive : « Faisons donc l’hypothèse que les grands rituels d’affliction collective sont comme des révélateurs pertinents […] de ce qu’une société considère comme un “haut mal” et donc de ce qu’elle se donne comme intolérable »8.

  • 9 Hermant P. (2012), « L’Europe, finalement, c’est une invention grecque, non ? », rédaction RTBF-IN (...)

12Paul Hermant, ancien chroniqueur pour la Première (RTBF), décrit ainsi sa participation à la lecture marathon de l’Odyssée dans le cadre des Douze heures pour la Grèce en 2012 : « J’ai choisi mon passage. Celui où le jeune Télémaque, fils d’Ulysse, convoque l’assemblée des gens d’Ithaque pour dénoncer les puissants et les prétendants qui, en l’absence de son père qui fut le roi de l’île, s’occupent de piller les biens de sa maison et de convoiter sa mère, Pénélope. Je trouve que ça résonne assez. » Il continue en dénonçant les banques, la Troïka, la Commission, Merkel, le FMI : « nous pleurons les enfants grecs qui ont faim et ces salaires coupés à 25 % ». Avant de terminer sur ce constat : « Nous nous mobilisons bien contre les guerres, les famines ou les catastrophes naturelles, pourquoi regardons-nous sans peine se dérouler un conflit économique qui nous entraînera aussi si nous ne faisons rien ou si nous laissons faire9 ? » Les limites de l’intolérable sont tracées grâce à cette mise en parallèle entre la situation grecque et d’autres causes de mobilisation et d’indignation, comme les guerres, les famines et les catastrophes naturelles. Par l’évocation de l’intolérable, l’engagement librement consenti devient presque un devoir.

13Quand j’ai assisté à la première édition des Douze heures pour la Grèce, le mercredi 16 mai 2012, j’ai pu constater l’ampleur de cette logique de dénonciation de l’intolérable : juste avant le concert qui clôturait la soirée, Pierre Mertens, qui est un spécialiste du droit international, a parlé de la période de la junte, pendant laquelle il était venu trente-huit fois en Grèce, en tant que représentant d’organisations humanitaires ; son but était alors de sensibiliser l’opinion publique en Europe au sujet de la torture en Grèce. Puis il est passé à la crise actuelle, à l’humiliation dont souffrent les Grecs et à l’Europe qui est devenue « matricide ». Cette mise en parallèle de deux périodes historiques – la junte des colonels (1967-1974) et la crise actuelle – est représentative de l’esprit qui règne pendant ces manifestations.

  • 10 Weber F. (2000), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnogra (...)

14Ces fêtes ne sont pas seulement un espace de dénonciation de l’intolérable et de renforcement des affinités, mais aussi un lieu de découverte, censé ouvrir des opportunités économiques : en ce qui concerne la gastronomie qui occupe une place importante dans ces événements, l’idée est que la Grèce doit devenir un pays « gastronomiquement extraverti » par ses exportations. La notion de redistribution passe ici par la connaissance et la consommation de produits grecs, qui doit s’étendre au-delà du cadre festif. En effet, ces fêtes s’appuient sur deux formes de redistribution, l’une directe (collecte de fonds) et l’autre indirecte : achat de disques, de livres ou de produits grecs, mais aussi choix de ce pays comme destination touristique. L’engagement pour la « cause grecque » est confirmé ici par la consommation, qu’elle soit artistique, gastronomique ou touristique. Comme le montre Florence Weber10, la transaction marchande se distingue du don pur (dont le modèle est la donation religieuse). Ces deux alternatives s’ouvrent devant ceux qui veulent aider une Grèce en crise : soit le public donne, soit il achète. 

15Les logiques de marchandisation font partie intégrante de ces fêtes. Aucun effort n’est entrepris pour les occulter ; bien au contraire, elles sont mises en avant, puisque ce sont elles qui conduisent à une redistribution indirecte. De ce point de vue, ces fêtes ne nous font pas sortir du monde mercantile, mais parviennent à lui assigner une fonction « noble » : leur caractère promotionnel n’est plus un défaut, il devient même leur point fort, puisqu’il leur permet d’avoir des résultats concrets, mesurables et positifs. De toute manière, elles ne visent pas au renversement de l’ordre des choses, mais à la réparation d’un désordre. Étant donné que le désordre dont il est question relève du domaine économique, la réparation doit aussi passer par ce même registre économique : non seulement la fête n’est pas considérée comme « polluée » par les logiques de marchandisation, mais ses organisateurs les utilisent comme un moyen pour établir un mode d’action.

  • 11 Crozat D., Fournier L. S. (2005), « De la fête aux loisirs. Événement, marchandisation et inventio (...)
  • 12 Dans le cadre de l’opération Fuel for Schools qui vise à acheter du fuel de chauffage pour les éco (...)
  • 13 URL : https://www.thefriendsofikaria.be/the-ikarian-days-2018/the-ikarian-days-2015/ (consulté le (...)

16Ces événements offrent l’immédiateté d’une expérience culturelle et divertissante – située parfois dans le registre de l’apprentissage et de la découverte, comme pour les cours de danse ou de cuisine. Cependant, leur caractère caritatif, qui nourrit l’attente d’un engagement inscrit dans la durée, leur permet de dépasser cette immédiateté. Leur performativité est liée à la mise en avant d’un socle de valeurs communes et à l’envie d’agir sur le monde11. Sur les réseaux sociaux sont régulièrement publiées des photographies montrant la remise d’un chèque par l’association Douze heures pour la Grèce, ainsi que les écoles grecques qui ont bénéficié de cette aide12 ; ou le véhicule de pompiers qui a été acheté en 2015 grâce à la collecte de fonds des Ikarian Days13. Ce type d’annonces, qui obéit à une exigence de transparence, prolonge l’existence de la « communauté » que la fête a créée : il la fidélise et la maintient mobilisée. Le sentiment de faire partie d’une aventure collective qui se prolonge, une fois la fête terminée, renforce la viabilité de ces manifestations et préserve de la lassitude.

17Nous pouvons même parler d’une « communauté de cause » qui se forme, puisque ces manifestations réalisent un travail de constitution en corps et établissent une unité d’intentions et de projets. Elles proposent, en quelque sorte, une vision de ce qu’une Union européenne « par le bas » pourrait être, tout en appelant ceux qui y participent à devenir des militants par leur consommation. Ces fêtes promotionnelles véhiculent des discours qui font coïncider fonction informative (promotion de produits grecs) et contestation (contre la manière dont la Grèce est traitée par les populistes d’Europe qui propagent des préjugés anti-Grecs). Grâce à elles, c’est l’attractivité tant de la ville de Bruxelles (en tant que métropole cosmopolite) que de différents territoires grecs qui est mise en valeur.

18Cela ne signifie pas pour autant que ces opérations ne suscitent pas de critiques : les personnes qui sont impliquées sont parfois accusées d’agir à des fins électorales ou de faire leur propre promotion. Il est aussi vrai que pour un enseignant de danses grecques ou pour un chef cuisinier, le fait d’y participer offre une certaine visibilité : différents informateurs m’ont confirmé que la participation à des opérations de ce genre est nécessaire pour constituer un réseau ou rendre connu et viable un commerce qui vient d’ouvrir à Bruxelles. Mais l’ombre d’une instrumentalisation possible plane sur toutes les fêtes ; celles-ci sont inévitablement traversées par des interrogations concernant les frontières entre désintéressement, intérêt privé et intérêt collectif. De ce point de vue, nous sommes davantage dans la continuité que dans la rupture. C’est précisément cette continuité que je compte examiner maintenant.

Fête traditionnelle versus fête promotionnelle

19Avant l’émergence de ces événements festifs dans les années 2010, la fête correspondait principalement à deux formes pour les Grecs habitant en Belgique : la fête traditionnelle telle qu’elle a lieu en Grèce (le plus souvent, sous sa forme religieuse de paniyiria) ; et la fête que les associations grecques en Belgique organisaient. Le point commun le plus évident entre ces formes festives, anciennes ou récentes, est le pouvoir intégrateur dont elles témoignent. Un autre point commun qui les caractérise est le dispositif de promesses : les paniyiria mettent les participants sous protection divine et leur promettent l’accomplissement de leurs vœux ; les fêtes organisées par les structures associatives traditionnelles de Bruxelles promettent la pérennisation du groupe (d’où l’importance accordée aux jeunes, qui savent parfois mieux danser les danses grecques que parler le grec) ; et les fêtes promotionnelles promettent, grâce à la mobilisation collective, un avenir meilleur pour la Grèce. Dans tous les cas, le dispositif de promesses engage tant les organisateurs que les participants – que la ligne choisie (pour donner à la fête une ou plusieurs orientations) soit dévotionnelle, festive, promotionnelle ou caritative. Comme Lucien Karpik (1996) le montre, les dispositifs de promesse jouent un rôle important en ce qui concerne le maintien de la confiance et la crédibilité des engagements : prenant parfois la forme d’une obligation morale, ils ont pour fonction de faciliter les choses afin que le contrat établi soit honoré.

20Les promesses, auxquelles la fête sous ses différentes formes est associée, posent des questions d’ordre temporel. Si une manifestation de création récente tend à s’inscrire dans la durée par sa réitération (sous forme de nouvelle « édition »), la formule grecque qui clôt traditionnellement chaque fête est : « kai tou hronou » (« à l’année prochaine »). La fin d’une fête est donc généralement marquée par une promesse de réitération. Toute fête construit sa propre unité de temps et promet, pendant son déroulement, à ceux qui y assistent de vivre des moments inédits : les Douze heures pour la Grèce, par exemple, font de ces douze heures une sorte de « don temporel » – comme si ce temps était promis et offert à la Grèce.

21Le dispositif de promesses transforme la fête en lieu d’abondance : cette caractéristique est commune, même si la promesse d’abondance concerne, selon les cas, la grâce, les découvertes ou la consommation. Cette promesse d’abondance renvoie non seulement au présent (le temps du déroulement de la fête) mais aussi au futur (le temps d’après la fête) : la bénédiction qu’un pèlerin est persuadé d’avoir reçue n’a pas de limite temporelle et ne disparaît pas quand la fête religieuse se termine ; même chose pour les découvertes et la consommation, qui peuvent se prolonger au-delà des limites festives, avec la décision de s’inscrire dans un cours de danses grecques, une fois la fête finie, ou avec la consommation des produits achetés lors d’une fête promotionnelle dans un temps autre que celui que la fête impose.

22La réparation constitue également une forme de promesse, dont le délai n’est pas clairement défini : chaque nouvelle édition ne fait que prolonger la durée de cette promesse et la détermination de la « communauté de cause » qui soutient la fête d’y parvenir. Le dispositif de promesses fait ainsi dialoguer le présent et le futur. Il y a, d’un côté, le temps ponctuel de la fête et, de l’autre, un temps différé et indéterminé qui s’étale entre la formulation de la promesse festive et les effets que la fête est censée provoquer.

23La logique de calculabilité, qui passe par l’énumération, est un autre principe générique. Dans le cas des paniyiria, celle-ci est liée à la question de la dévotion, puisque le caractère miraculeux d’une icône est mesuré par le degré de participation à son culte : quantité et valeur des ex-voto, sommes d’argent que l’on est disposé à dépenser pour l’honorer, distance que les pèlerins parcourent afin de la vénérer, présence d’hommes politiques et de notables lors de sa fête (Seraïdari, 2005). Plus une icône est considérée comme miraculeuse, plus son paniyiri est fréquenté et plus les chiffres sont importants. Cette logique de calculabilité marque aussi les festivités de création récente que j’examine. Pour leurs organisateurs, le nombre de visiteurs ne rend pas seulement compte de la dimension du rassemblement ; il est également révélateur de leur résonance, de l’intérêt et de l’adhésion qu’ils suscitent en tant que projets. Les chiffres comptent aussi parce qu’ils montrent l’efficacité de l’action : la calculabilité permet à toute fête de prouver son caractère performatif. Plus la collecte de fonds est importante, plus les organisateurs peuvent insister sur l’impact réel de leur initiative. En somme, la fête est un espace de calcul, dans la mesure où le calcul fournit aux organisateurs et aux participants des outils de classement efficaces et flexibles (Callon et Muniesa, 2003).

  • 14 Cette règle est aussi valable pour les fêtes que les structures associatives traditionnelles organ (...)

24Quant aux mécanismes de singularisation, ils servent à confirmer l’originalité d’une fête, puisque chaque fête, ancienne ou récente, se veut unique et incomparable. Le cas des Ikarian Days est révélateur de ce point de vue : la singularité de cet événement bruxellois s’appuie sur le caractère distinctif du paniyiri ikariote, qui, comme nous l’avons vu, s’est forgé depuis quelques années une réputation de fête branchée et extatique. Si le paniyiri traditionnel constitue un lieu d’interactions entre différentes générations14, à Ikaria ce sont les jeunes entre vingt et trente ans qui tendent actuellement à monopoliser la danse ; même les musiciens doivent être de cette classe d’âge pour pouvoir suivre le rythme effréné imposé par les danseurs. Alors que cette rupture générationnelle renforce la mécanique de singularisation, celle-ci s’affaiblit dans la mesure où d’autres aspects suggèrent une continuité. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la fête ikariote est définie par une particularité par rapport aux autres paniyiria traditionnels du pays : elle est devenue un moyen de financer les travaux publics dans les villages. De petits ports, des routes de campagne, des aqueducs ont été construits grâce à l’argent collecté lors des fêtes, après la mobilisation bénévole des habitants et la contribution des émigrés qui y revenaient pour quelques jours afin de mieux soutenir ces efforts. La transposition de la fête ikariote à Bruxelles constitue le prolongement de cette action territoriale ciblée qui est devenue depuis soixante-dix ans coutumière : la mobilisation collective pour atteindre un but commun d’ordre matériel et l’envie de palier un problème par une action corrective ne constituent donc pas une invention bruxelloise. De ce point de vue, les Ikarian Days s’inscrivent dans un schéma d’action coutumier – leur singularité étant définie par cette hésitation permanente entre caractère branché et forme traditionnelle.

Conclusion

25Dans le cas de ces fêtes bruxelloises promotionnelles, les mécanismes de singularisation et les dispositifs de promesse concernent également les produits qui sont proposés : ceux-ci sont autant singuliers que la fête, et promettent la satisfaction à ceux qui les consomment. La référence à la Grèce antique joue un rôle similaire, dans la mesure où elle renforce la singularité de la fête et des produits qui lui sont associés, tout en introduisant l’attente d’une transposition vers un temps « autre » qui est capable de relier les Européens à leurs racines. Cette promesse de transposition vers l’Antiquité grecque, qui fait la spécificité de la culture européenne, parvient à redonner un rôle central à la Grèce que la crise récente a marginalisée.

26Parmi les fêtes bruxelloises promotionnelles, seuls les Ikarian Days revendiquent un lien direct avec la forme traditionnelle des paniyiria. Dans les autres cas, ce sont des personnes qui travaillent dans les institutions européennes ou des eurodéputés qui sont devenus des concepteurs d’événements. Mais toutes ces manifestations montrent comment la crise économique que traverse un pays peut amener au renforcement du phénomène festif, même si celui-ci a lieu en dehors des frontières du pays lui-même. Elles véhiculent une rhétorique qui insiste sur leur dimension réparatrice et compensatoire, et qui transforme leur caractère promotionnel en action caritative et engagement politique visant à construire une Europe meilleure et plus juste. C’est parce que la redistribution constitue une forme de réparation qu’une fête promotionnelle de ce type ne renvoie pas uniquement au secteur marchand. En fin de compte, la complexité de ces manifestations nous invite à penser autrement tant la fête (lieu d’échanges sociaux et économiques) que le secteur marchand – espace où se forment rituellement les liens entre les hommes, les femmes et les choses.

Haut de page

Bibliographie

Callon M., Muniesa F. (2003), « Les marchés économiques comme dispositifs collectifs de calcul », Réseaux, 122/6, p. 189-233. DOI : 10.3917/res.122.0189

Crozat D., Fournier L. S. (2005) « De la fête aux loisirs : événement, marchandisation et invention des lieux », Annales de géographie, 643, p. 307-328. DOI : 10.3917/ag.643.0307

Fassin D. (2005), « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », dans Fassin D., Bourdelais P. (dir.), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, p. 17-50.

Gaillot M. (2001) « Les raves, “part maudite” des sociétés contemporaines », Sociétés, 72, p. 45-55. DOI : 10.3917/soc.072.0045

Karpik L. (1996), « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, 38/4, p. 527-550. DOI : 10.3406/sotra.1996.2284

Karpik L. (2007), L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Lallement E. (2007), « Événements en ville, événements de ville : vers de nouvelles ritualités urbaines ? », Communication et organisation, 32. DOI : 110.4000/communicationorganisation.275

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur, Paris, Seuil.

Seraïdari K. (2005), Le culte des icônes en Grèce, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Seraïdari K. (2012), La ville, la nation et l’immigré. Rapports entre Grecs et Turcs à Bruxelles, Paris, L’Harmattan.

Weber F. (2000), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41, p. 85-107. DOI : 10.3917/gen.041.0085

Haut de page

Notes

1 Sur les logiques de calculabilité, voir Callon et Muniesa (2003). Sur les dispositifs de promesse et la notion de singularisation, voir Karpik (1996, 2007).

2 Orléan A. (2011), L’empire de la valeur, Paris, Seuil, p. 158.

3 Le retour de ce type d’opération constitue chaque fois une « nouvelle édition ». En effet, il s’agit d’une « forme événementielle mais répétitive » qui joue sur le registre exceptionnel tout en étant attendue chaque année (Lallement, 2007).

4 Comme les lectures marathon de l’Iliade, de l’Odyssée et de la République de Platon par des personnes de diverses origines qui lisent des passages en français, néerlandais, anglais et grec. L’ensemble des manifestations des Douze heures pour la Grèce est présenté sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/12HeuresPourLaGrece/ (consulté le 10 mai 2017).

5 Les paniyiria aux alentours du 15 août (fête de la Dormition de la Vierge) sont ceux qui rassemblent le plus de monde à Ikaria. Les fêtes d’Ikaria sont de plus en plus connues pour leur ambiance « bachique » et « païenne », avec des jeunes qui dansent en transe, portant des couronnes de vigne sur la tête. Sur les sites Internet grecs, nous trouvons des termes comme « panigyri lovers », « réunion de hippies » ou « La Vierge de la rave » pour évoquer le caractère branché des fêtes d’Ikaria, qui sont considérées comme les fêtes « les plus extatiques de Grèce ». Mais si les raves constituent « un retour de l’archaïque » et du « primitivisme » qui est articulé à la culture techno (Gaillot, 2001), dans les fêtes ikariotes c’est la musique traditionnelle qui conduit les jeunes à la transe dionysiaque.

6 Nous n’évoquerons ici que deux de ceux qui ont participé à l’organisation de ces événements. Une partie de la première édition de 2015 a eu lieu dans la salle de concert Art Base, dont le propriétaire flamand, Frans de Clercq, joue lui-même du bouzouki, invite souvent des groupes de musique grecque, s’intéresse à la tradition musicale du rebetiko et participe à des événements caritatifs en faveur de la Grèce. En 2015 et 2016, c’est « le violoniste néerlandais et sa bande » qui ont joué sur la place Sainte-Catherine, lors de la manifestation centrale (étalée sur deux jours en 2015 à la demande du public) : Nikos Plakas, alias « le Néerlandais », a grandi aux Pays-Bas mais est originaire d’Ikaria. Plakas semble être la figure centrale de cette initiative, mais sa présence n’est en aucun cas comparable au rôle que Jimmy Jamar joue dans le cadre des Douze heures pour la Grèce.

7 https://tvxs.gr/news/eyropi-eop/eyrokoinoboylio-ipie-oyzo-kai-efage-elies (consulté le 10 mai 2017).

8 Fassin D. (2005), « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », dans Fassin D., Bourdelais P. (dir.), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, p. 22.

9 Hermant P. (2012), « L’Europe, finalement, c’est une invention grecque, non ? », rédaction RTBF-INFO, 16 mai 2012, https://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_l-europe-finalement-c-est-une-invention-grecque-non-paul-hermant ?id =7770732 (consulté 17 mai 2017). Paul Hermant a créé en 1992 l’association Causes communes qui, durant la guerre en ex-Yougoslavie, a mis en place des réseaux de solidarité pour les réfugiés.

10 Weber F. (2000), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41, p. 87. Ce texte est important, parce qu’il montre que Marcel Mauss rapproche le « don égalitaire » (qui est un modèle de redistribution) du « doux commerce » (ibid., p. 95). Weber conclut l’article en soulignant que « la transaction marchande n’est donc pour l’ethnographe qu’une forme particulière d’échange rituel » (ibid., p. 106).

11 Crozat D., Fournier L. S. (2005), « De la fête aux loisirs. Événement, marchandisation et invention des lieux », Annales de géographie, 643, p. 322.

12 Dans le cadre de l’opération Fuel for Schools qui vise à acheter du fuel de chauffage pour les écoles des régions grecques qui souffrent d’hivers rigoureux.

13 URL : https://www.thefriendsofikaria.be/the-ikarian-days-2018/the-ikarian-days-2015/ (consulté le 10 mai 2017).

14 Cette règle est aussi valable pour les fêtes que les structures associatives traditionnelles organisent à Bruxelles : la transmission y constitue un élément important, étant donné les difficultés auxquelles les parents sont confrontés pour transmettre leur culture à la nouvelle génération qui grandit loin du pays d’origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « Événements festifs et actions caritatives à Bruxelles », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 75-87.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « Événements festifs et actions caritatives à Bruxelles », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3810 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3810

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Katerina Seraïdari, docteur en anthropologie sociale depuis 2000 (EHESS-Toulouse), est membre associée du LISST-Centre d’anthropologie sociale à Toulouse. Elle est l’auteur de trois livres : Le culte des icônes en Grèce (Presses universitaires du Mirail, 2005) ; « Que sa grâce soit grande ! » Pratiques dévotionnelles et conflits idéologiques dans les Cyclades (Erinni-Philippotis, 2007, publié en grec) ; et, enfin, La ville, la nation et l’immigré. Rapports entre Grecs et Turcs à Bruxelles (L’Harmattan, 2012). Ce dernier livre a reçu le prix Adelson-Castiau 2015 de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals