Navigation – Plan du site
Dossier : Éclats de fête

Montmartre festif ou l’écho du passé

Montmartre’s Party Atmosphere or an Echo of the Past
Anne Monjaret et Michela Niccolai
p. 109-121

Résumés

Le passé bohème de Montmartre surprend par sa continuité. C’est sur la Butte que les Parisiens, les provinciaux, les étrangers se rendaient et se rendent encore pour « faire la fête », pour s’amuser, danser, chanter, « s’encanailler »… Ce territoire est donc pensé, promu et vécu comme historiquement festif. Il est le lieu où les établissements de spectacle (Moulin-Rouge, Au lapin agile, Trianon, Élysée-Montmartre) prennent vie à la tombée de la nuit avec ses figures emblématiques, comme Michou. Les plaisirs d’être ensemble se conjuguent souvent encore avec l’affirmation d’une autonomie vis-à-vis de Paris. Les expériences et les imaginaires de la fête montmartroise contemporaine prennent leur source dans le passé, mais peuvent indifféremment garder un lien avec la tradition « authentique » ou réinterpréter l’histoire. Il est donc montré, dans cet article, comment les acteurs composent avec ces héritages festifs et cherchent à faire perdurer ces patrimoines tant matériels qu’immatériels qui contribuent à la visibilité de Montmartre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lanzmann J. (texte), Keystone (photos) (1992 [1987]), « Paris, la fête ». Paris des années 30, Par (...)

1Paris a toujours eu ses quartiers festifs, avec leurs temporalités et leurs cultures spécifiques. On pense à l’effervescence de Montparnasse notamment durant les Années folles1, à la tradition carnavalesque, ou encore, osant un bond historique, à la plus récente conquête festive du canal Saint-Martin (Jolé, 2006). Ces manifestations participent de l’économie touristique de la ville et ont donné de Paris l’image d’une capitale novatrice et impulsant des nouvelles fêtes comme celle de la Musique, à partir des années 1980.

2Parmi les quartiers de la rive droite, Montmartre semble, cependant, se distinguer par sa constance. La Butte semble imperméable au temps, faisant ou cherchant à faire perdurer ses patrimoines. Elle est un territoire pensé, promu et vécu comme historiquement festif, c’est le lieu où les Parisiens, les provinciaux, les étrangers se rendaient et où ils se rendent encore pour « faire la fête », pour s’amuser, danser, chanter, se libérer ; c’est un lieu avec ses établissements emblématiques comme le Moulin-Rouge, avec ses figures des nuits parisiennes, comme Michou. C’est aussi un lieu où les expériences de la fête sont multiples, allant notamment des soirées « intimes » de cabaret aux spectacles publiques de la fête des Vendanges. On y vient pour célébrer les catherinettes et les « non-demandes » en mariage, élire des miss, enterrer sa vie de célibataire, écouter des concerts dans ses Arènes et ses nombreuses salles de spectacle, s’encanailler dans les bars, regarder passer les défilés des confréries, les chars avec des sujets ironiques, etc.

  • 2 On assiste, par exemple, au développement des commerces vestimentaires au détriment de ceux de bou (...)

3En étudiant le Montmartre festif, ce n’est qu’à l’une des facettes de la Butte que nous nous attachons, avec ses contradictions et ses caractéristiques propres au regard de Paris. Montmartre est un quartier qui se transforme économiquement, socialement et démographiquement et se gentrifie2.

4En cela, il se présente comme un terrain emblématique (Monjaret et Niccolai, 2016a et b) et nous permet de revenir autrement sur le thème de la fête que nous connaissons pour l’avoir déjà exploré : la fête de la Sainte-Catherine (Monjaret, 1997, 2008a, 2015, 2017) et plus généralement les fêtes d’entreprise (2001, 2008b, 2012) ainsi que les fêtes d’antan en plein air comme la Vachalcade (Niccolai, 2010, 2011) ou celles à l’intérieur des cabarets (Niccolai, 2012, 2017).

5Pour comprendre pourquoi la réputation de Montmartre ne faillit pas, voire se reproduit et est cultivée, nous avons choisi ici d’interroger la fête à travers le rapport que les Montmartrois et plus largement ses publics entretiennent avec cet héritage festif. Selon les fêtes, on peut avoir des publics variés : spectateurs ou participants habitant le lieu ou venant d’ailleurs exprès pour l’occasion (Parisiens, touristes français ou étrangers) ou des badauds happés par le spectacle de rue. Que viennent chercher tous ces publics ? Quels rapports au passé nouent-ils ?

6Les fêtes appartiennent aux patrimoines immatériels et matériels, toujours valorisés, de ce quartier parisien, un patrimoine dans la ville (Saint-Pierre, 2014). C’est bien la façon dont la fête, les fêtes d’aujourd’hui, s’ancrent dans une épaisseur historique que nous aimerions saisir. Autrement dit, nous tenterons d’appréhender comment s’établit, dans ce contexte particulier, le dialogue entre histoire et contemporanéité, passé et présent, rupture et continuité, essayant de concilier les « traces » du passé (Ginzburg, 2010) avec les pratiques contemporaines. Cet article se propose de questionner les régimes de la temporalité dans les expériences contemporaines de la fête, pour mieux cerner également les usages du passé et le sens des résurgences sociales, idéologiques, politiques des fêtes montmartroises, car la fête n’est pas seulement divertissement (Duvignaud, 1973 ; Collectif, 1976).

7Pour ce faire, nous partirons des résultats de l’enquête que nous menons en tandem – une ethnologue et une historienne de la musique – depuis 2008, cherchant à concilier deux approches : l’une plus historique et l’autre, plongée dans le contemporain. Nous nous pencherons plus avant sur un corpus de la presse locale, sur une étude iconographique, en plus des observations et des entretiens que nous avons réalisés à différentes occasions (Monjaret et Niccolai, 2015, 2016a et b).

Montmartre, terrain de fêtes

8C’est par la fête que Montmartre a réussi à maintenir son passé bohème, marqué par les plaisirs d’être ensemble, parfois par ses débordements, mais aussi par la volonté d’affirmer son autonomie, s’opposant avec ironie aux institutions parisiennes ou étatiques (Monjaret et Niccolai, 2016b).

9Montmartre est un lieu géographique qui existe comme une entité, presque personnifié, et qui comprend ses habitants d’aujourd’hui et d’antan, qui n’hésitent pas à revenir sur les pas de leur enfance et de leur jeunesse, pas seulement par nostalgie, mais aussi par attachement au lieu. Balades familiales du dimanche, pèlerinages au Sacré-Cœur ont toujours été des rendez-vous prisés par les Parisiens ou les habitants de la proche banlieue.

10Devenir et être Montmartrois passent par la fête. D’ailleurs, n’est-ce pas ses habitants, ses commerçants, ses associations qui ont en partie contribué et contribuent toujours à stimuler cet engouement festif montmartrois, en investissant, en s’appropriant ce territoire, un territoire élargi tant il faut tenir compte de la morphologie de la Butte ? Sa topographie – le « Haut » Montmartre, sommet de la Butte et le « Bas » Montmartre, avec ses boulevards, qui court jusqu’aux Folies-Bergère (Crespelle, 1978) – nous renvoie à celle de son histoire festive et à la variété des formes de ces divertissements :

  • 3 Seigel J. (1991 [1986]), Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise, 1830- (...)

[Montmartre] en bas, était le quartier où les Parisiens étaient longtemps venus s’amuser et boire du vin à bon marché (les bistrots hors les murs ne payaient pas d’octroi). Boulevard Rochechouart, boulevard de Clichy, et (un peu plus tard) place Pigalle, on pouvait trouver des bars, des cafés-concerts et des bals populaires qui attiraient une population pittoresque et socialement mêlée, en fin de semaine et les jours de congé3.

11Montmartre attire, de jour comme de nuit, les visiteurs. Des personnalités comme Michou, pseudonyme de Michel Catty, ne manquent pas d’en faire la promotion. Le « prince bleu de Montmartre », comme il se dénomme lui-même dans sa biographie (Michou, 2017), est surtout le roi de la fête, des nuits blanches passées dans son cabaret éponyme Chez Michou. Le syndicat d’initiative de Montmartre (SIM), la mairie de 18e arrondissement et nombre d’associations sont, par ailleurs, à l’initiative de manifestations attendues chaque année, où danses et musiques trouvent place, nous y reviendrons.

12Et selon Éric Hazan, il ne faudrait pas croire que ce qui pourrait être qualifié de folklore villageois n’existe qu’à destination des touristes, il concerne également, sans se recouvrir totalement, les Montmartrois (Hazan, 2002). Les habitants du quartier côtoient donc les visiteurs. Ainsi les publics sont hétérogènes certes de par leur provenance : les touristes (Parisiens compris !) débarquent à Montmartre des quatre coins du monde et trouvent en ces manifestations une facette typique de « l’esprit de la Butte » mais aussi de par leurs âges : les grands-parents, les parents et les enfants sont attirés par les festivités intergénérationnelles qui sont proposées.

  • 4 Anne Hidalgo, 10 octobre 2015 : « Je vais vous dire que le 18e est vraiment un arrondissement qui (...)

13D’ailleurs, lors de l’édition 2015 de la fête des Vendanges, le samedi 10 octobre 2015, au moment du lancement du grand défilé des confréries vineuses, gastronomiques et culturelles, au pied de la mairie du 18e arrondissement, il est intéressant de noter qu’Anne Hidalgo, maire de Paris, salue dans son discours la place des habitants du quartier dans ces manifestations4.

14Qu’ils soient issus d’une longue tradition avec un protocole bien défini ou qu’ils soient une reprise moderne d’anciennes fêtes populaires, ces rassemblements qui ponctuent l’année deviennent une occasion de se retrouver, de faire la fête et de continuer à transmettre cette atmosphère familiale et bon enfant, revendiquée et en lien avec le passé bohème de Montmartre. Et s’ils peuvent être pour partie qualifiés de folklore populaire, il reste que ce folklore populaire montmartrois cristallise la mémoire, jouant le rôle de « passeur », oscillant entre rupture et continuité. Ce folklore territorialisé est ancré dans l’histoire des lieux et plus largement de Paris, devenant un « folklore parisien » (Privat, 2013). Il apparaît comme l’un des garants de l’authenticité de la Butte parce qu’il traverse le temps, faisant du passé son histoire. Trois axes nous sont apparus pertinents pour creuser les façons d’entretenir aujourd’hui par la fête (ou les fêtes) ce rapport au passé : « À la recherche du temps perdu », « Le passé revu et corrigé », « Le passé comme décor ».

À la recherche du temps perdu

15La dimension nostalgique qui se dégage de certaines des manifestations montmartroises participe de cette construction qui appartient à l’histoire de la Butte.

16Les soirées organisées dans certains cabarets jouent sur cette corde sensible, proposant aux spectateurs (provinciaux, étrangers – notamment Asiatiques et quelques Parisiens) de se retrouver dans une ambiance d’antan : le Lapin agile en fournit un bel exemple. Temple de la chanson française, il est passeur d’un patrimoine immatériel, la chanson montmartroise (chant et piano ou, parfois, avec accordéon), qui garde en soi la spécificité de tout genre musical, c’est-à-dire son côté éphémère, celui de l’hic et nunc de sa dimension temporelle (Hennion, 2007).

17Le Lapin agile se présente comme le garant d’une tradition festive – celle de la veillée musicale où le chanteur est accompagné au chant par les spectateurs-clients du café –, il est, en quelque sorte, un musée sonore qui sauvegarde et transmet à la fois tant le répertoire que les pratiques d’interprétation, de gestion du spectacle (le propriétaire est aussi gérant, chanteur et formateur des artistes qui s’y produisent) et de « faire la fête » pour projeter les spectateurs dans une autre époque. Pour Yves Mathieu, propriétaire du lieu issu d’une longue lignée de chansonniers montmartrois, il est de son devoir de « continuer à transmettre cette tradition aux générations futures » devant un public qui est resté fidèle à cette forme festive de spectacle qui franchit la barrière entre artiste et public :

  • 5 Entretien avec Yves Mathieu, 19 février 2016.

On chante sans micro déjà, il n’y a pas de micro, c’est la voix naturelle, […] donc, c’est pour ça que, ici, on a dans le public… le public qui vient ici, il s’accorde, il prend la dimension… […] Il vient ici, déjà ouvert, pour essayer d’adhérer à la conception de la veillée, oui5.

18Le côté rêveur et surnaturel de la nuit montmartroise, bien évoqué par les artistes de la bohème, reste toujours d’actualité.

  • 6 Le texte et la musique sont ensuite repris par l’interprétation de l’un des derniers chansonniers, (...)

19La dimension populaire n’est pas non plus oubliée, les chanteurs de rue sont toujours présents et participent d’une théâtralisation de la Butte, lui rendant son âme. Encore récemment, la chanteuse Zaz a investi les rues de Montmartre – citons notamment la reprise de Dans ma rue d’Édith Piaf, dont le clip est filmé en live (2010) dans les ruelles du Bas-Montmartre – rappelant que la Butte est une référence pour la musique, mais aussi pour le music-hall, avec notamment la salle historique du Moulin-Rouge et ses danseuses de French cancan où les spectateurs se replongent dans une atmosphère qui résonne avec l’histoire des lieux, et ce bien que sa revue soit périodiquement renouvelée… Les célèbres escaliers de la Butte, déjà rendus immortels par les images de French cancan de Jean Renoir et sa bande-son, La Complainte de la Butte – sur un texte de Renoir et une musique de Georges Van Parys (1955)6 –, ont fait également le tour du monde pour revenir… à Montmartre, où les escaliers sont encore montrés sous la pluie, la nuit, fournissant le décor d’une chanson avec ambiance sonore montmartroise (Zaz, Éblouie par la nuit, 2010).

20À Montmartre, le visiteur vient chercher le temps perdu ou plus exactement le retrouver. Cette recherche du temps perdu est aussi celle d’un esprit, l’esprit d’un Montmartre libre que la cérémonie des « non-demandes » en mariage incarne tout à fait :

  • 7 https://www.parisinfo.com/decouvrir-paris/les-grands-rendez-vous/paris-romantique/lieux-inoubliable (...)

En hommage à la célèbre chanson de Georges Brassens, les couples amoureux peuvent exprimer leur amour devant monsieur le maire et en public, lors de la cérémonie de non-demandes en mariage qui a lieu chaque année, en septembre, pendant la Fête des vendanges à Montmartre. J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main7.

  • 8 Corbillé S. (2013), Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, Presses universitai (...)

21Il ne s’agit pas ici de tenter la réplique mais de poursuivre cette volonté historique de se démarquer8.

Le passé revu et corrigé

22Les manifestations qui font référence à l’histoire, histoire du lieu et de ses habitants, s’inspirent du passé tout en changeant son sens et son langage : elles inscrivent le changement dans la continuité. Ainsi, Montmartre possède ses fêtes « paysannes » en plein air. La Butte se présente alors comme un village dans la ville (Barbichon, 1982) dont les acteurs impliqués veulent conserver le caractère villageois. Pour ce faire, ils contribuent à la revitalisation des traditions tout en renforçant la dimension rurale du lieu.

23Les ruelles et le vignoble de la bourgade lui servent de décor « villageois », renvoyant par là même au passé rural (Champagne, 1977) de la Butte. La Fête des vendanges, qui est l’une des plus anciennes, réinscrit Montmartre dans un territoire à la connotation provinciale. Elle a été créée en 1934 après que les vignes ont été replantées en 1933 alors qu’elles avaient disparu quelques années plutôt. Avec le temps, se déroulant sur le flanc de mairie du 18e et jusqu’à la place du Tertre, elle a vu les événements de sa programmation se démultiplier. Elle est devenue spectacle, foire, avec certes ses vendanges mais aussi ses marchés, son défilé des confréries, etc. Le 10 octobre 2015, à l’occasion de ce défilé, le maire du 18arrondissement souligne : « Ce défilé, c’est un moment de tradition mais une tradition qui a su renaître ». Pour le chanteur Raphaël, parrain du défilé,

c’est une initiative merveilleuse parce que, je trouve ça beau qu’il y ait encore une fête de village à Paris, à l’heure où le monde est totalement standardisé. [...] Là, garder un peu de folklore, un peu d’identité, je trouve ça merveilleux, je trouve que toutes ces confréries, avec leurs costumes, ils sont magnifiques et ça me plaît que ça existe encore.

  • 9 Entretien avec une Montmartroise, 7 septembre 2016.

24Et pour une Montmartroise, « les vendanges sont une institution à Montmartre [...] il y aura des volontés de faire vivre cette fête qui a duré depuis au moins un siècle9 ». D’autres manifestations n’auront pas la même constance que la Fête des vendanges, mais si elles retiennent notre attention, c’est qu’elles œuvrent à une invention de la tradition (Hobsbawm et Ranger, 2012).

25La Vachalcade – promenade de la vache enragée – est un exemple intéressant pour penser ce rapport au passé. Elle fait écho aux défilés carnavalesques qui ont eu lieu en 1896 et 1897 sur la Butte (Bihl, 2009). Ces deux événements, expression d’un mécontentement à l’initiative d’artistes, étaient une réponse à l’opulente promenade ou cavalcade du Bœuf gras de la Rive gauche. Les organisateurs furent censurés pour débordement et firent faillite.

26C’est en 2010, puis par intermittence (2011, 2013, 2015), que la Vachalcade est réapparue dans les rues de la Butte.

27Toutefois, cette version festive contemporaine ne garde pas de liens – tant par les raisons qui avaient motivé les défilés que par leur organisation – avec les anciennes Vachalcades, excepté l’appellation : elles mélangent les genres, perdant ainsi leur dimension politique et provocatrice. Loin des volontés anarchisantes et libertaires des manifestations d’antan, les organisateurs – des associations locales supportées par d’autres venant de province – en proposent aujourd’hui une version édulcorée.

28Si donc les modalités de cet événement collectif ont changé au fil du temps, laissant la place à une volonté commerciale plus marquée (représentée aussi par l’association des commerçants des Abbesses et du Bas-Montmartre, ACLA), ce sont les habitants – adultes et enfants, dont certains costumés – qui sont mobilisés, participant activement à la fête. Des fanfares venues des quatre coins de France, des danseurs, des chars empruntent les rues de Montmartre sur le flanc du 9arrondissement, suivant un parcours autour de la place des Abbesses et, pour la dernière édition, se déployant jusqu’au boulevard de Clichy.

29L’un des symboles du cortège est une vache noire et blanche en carton-pâte grandeur nature, souvenir d’un passé légendaire ; en 2015, un char était aussi dédié à la bohème. Il s’agit surtout de maintenir les liens entre hier et aujourd’hui, de montrer que Montmartre s’inscrit dans l’histoire, ce qui en fait en quelque sorte sa raison d’être… Les traditions montmartroises sont ainsi réinventées pour le plaisir du plus grand nombre.

30C’est ce qui a certainement incité une modiste qui tient son atelier-boutique à Montmartre à relancer, entre 2007 et 2012, la Sainte-Catherine, soutenue par le SIM et la République de Montmartre, « garant » de l’authenticité de cette reprise. Montmartre a longtemps été le lieu référent des catherinettes et des couturières célébrant leur sainte patronne : défilés, concours de chapeau, soirées dansantes renouent ici avec la tradition, car les catherinettes en fête ont souvent envahi les espaces géographiques et sonores de la Butte (Monjaret, 1997, 2008a). Elles ont été supportées, pendant les années 1920, par Gustave Charpentier le compositeur de l’« opéra-Montmartre » Louise (Monjaret, 2017). L’idée était donc de « renouer avec les souvenirs de ces célèbres bals des Catherinettes des années folles présidés par la République de Montmartre, avec Francisque Poulbot, Maurice Chevalier et Joséphine Baker en guest stars10 ».

31Toutes ces manifestations sont régulièrement accompagnées par la fanfare des P’tits Poulbots, vêtus de l’uniforme révolutionnaire aux couleurs du drapeau français et tambour sonnant, en référence au dessinateur du même nom qui créa cette figure de gamin des rues. Cette fanfare souligne encore le lien entre le passé et le présent : elle est la preuve tangible que de nouvelles générations ont repris le flambeau.

Le passé comme décor

32Enfin, les vestiges résonnent comme un rappel historique du décor festif, véhiculant des images qui peuvent servir à la promotion de la Butte. Les rues pavées, les façades d’immeubles, les jardins se transforment en décor, tout comme les « chiens-assis » en haut des toits, dont la sauvegarde a commencé au tout début des années 1960 grâce aux initiatives de Claude Charpentier, neveu du célèbre compositeur évoqué plus haut.

33Les immeubles haussmanniens qui longent la rue du Mont-Cenis et accompagnent la pente jusqu’au sommet de la Butte sont des témoins muets des habitations d’antan. Une plaque sur la façade rend hommage d’abord à la maison de Berlioz puis, plus haut, un bas-relief à proximité du château d’eau, à la maisonnette de Mimi Pinson, symbole des grisettes parisiennes qui, dans les années 1900, avaient quitté le quartier Latin pour s’installer sur les hauteurs de la Butte.

  • 11 L’original est aujourd’hui conservé au Musée de Montmartre.
  • 12 Entretien avec Yves Mathieu, 19 février 2016.

34Le Lapin agile affiche extérieurement les traits de ce passé aujourd’hui facilement identifiable : une petite bâtisse, face aux vignes, avec des barrières qui ouvrent sur un jardinet avec une table accolée à la façade sur laquelle se lève une copie du tableau éponyme, Le Lapin à Gill, du nom du peintre André Gill11. Un arbre projette son ombre sur la porte entièrement décorée de vitraux aux couleurs sombres. À l’intérieur, une salle est restée on ne peut plus fidèle à celle du xixe siècle. Un piano et des tables pour les hôtes se dessinent à travers une lumière tamisée, qui laisse entrevoir les silhouettes de nombreux tableaux souvent laissés par les artistes (Picasso et Modigliani notamment) en échange d’un coup d’éponge sur l’ardoise. Le propriétaire souligne son esprit de divertissement et de fête, s’insérant parfaitement dans la dimension villageoise de Montmartre : « Il y a la vigne qui est là, il y a le cimetière qui est là et nous, on est au milieu, on fait partie d’un village. Donc, c’est pour ça, on n’est pas dissociés et le Lapin agile fait partie de Montmartre, évidemment12. »

  • 13 Entretien avec une habitante de Montmartre, ancienne pharmacienne et trésorière de l’association L (...)

35Lors d’un entretien, une habitante du quartier et trésorière de l’association le Vieux Montmartre avait également souligné l’importance de préserver les lieux emblématiques, gardiens de l’histoire (et de la légende !) de la Butte : « Je ne sais pas si ça ne va pas un jour disparaître et c’est ce qu’on redoute un peu pour le Lapin agile, il ne faudrait pas que des endroits comme ça, mythiques, disparaissent13 ! »

  • 14 Rappelons notamment le « Bal du moulin de la Galette », « La Balançoire » ou le « Jardin de la rue (...)
  • 15 Ibid.

36Dans cette volonté de réutiliser l’ancien pour rendre encore plus attrayant le présent, le Musée de Montmartre a modifié l’ambiance de son jardin qui surplombe les vignes, cherchant à se rapprocher de l’image qu’il avait à l’époque où Auguste Renoir a vécu sur place et y a peint plusieurs tableaux qui rendent gloire à ce microcosme de rêve14. Grâce à la « vue exceptionnelle sur les vignes du Clos Montmartre et, au-delà, la vaste plaine au nord de Paris15 », les jardins attirent de nombreux touristes tout comme des Parisiens en quête d’un peu de fraîcheur en été : pour l’occasion, l’administration du lieu organise des rendez-vous festifs, des concerts en plein air et des animations avec des acteurs déguisés reproduisant parfois les décors des tableaux de Renoir et se mêlant à la foule épatée et amusée d’un tel divertissement !

37L’attachement des habitants à leur « village » les a conduits à se mobiliser à plusieurs reprises pour faire inscrire certaines salles de spectacle à la liste des Monuments historiques comme le Trianon, l’Élysée-Montmartre (1988) et le Louxor (1981). Les boulevards, les bâtiments de quelques anciens établissements de spectacle ont profité récemment d’un traitement de jeunesse qui en exalte davantage encore l’élégance et la beauté jamais démodée. En 2011, un incendie a ravagé l’Élysée-Montmartre, détruisant la salle mais préservant sa façade, avec le bas-relief de Jules Chéret provenant du célèbre Bal Mabille (démoli en 1882). La salle de spectacle a pu rouvrir en 2016 grâce à la volonté d’Abel Nahmias et de Julien Labrousse, nouveaux propriétaires des lieux ayant déjà réhabilité et restauré le Trianon un peu plus bas sur le boulevard.

  • 16 http://www.cinemalouxor.fr/histoire-du-louxor/ (consulté le 24 mars 2018).
  • 17 Lallement E. (2014), « Le Louxor-Palais du cinéma 1921-2013. Une observation au temps de la fantas (...)

38Sauvé de la démolition grâce au dynamisme de trois associations (Action Barbès, Paris-Louxor et Les Amis du Louxor), le cinéma Louxor a pu rouvrir ses portes en 2013. La bâtisse a été rachetée par la Ville de Paris en 2003 et sa restauration a permis de remettre en état les décorations de style exotique à la mode dans les Années folles qui faisaient son originalité dès sa construction16. Dans cette opération de réhabilitation et de réouverture de la salle, nous assistons à un « plein montage » où l’« illusion consiste à faire apparaître un passé comme authentique par des procédés bien contemporains »17.

39Enfin, nous pouvons évoquer le Moulin-Rouge, symbole du Montmartre érotique et festif. Partant de la place Blanche, les ailes déployées du moulin le plus célèbre au monde ont attiré l’attention de nombreux réalisateurs – rappelons Vincente Minnelli, Jean Renoir et Bruno Podalydès parmi tant d’autres – qui en ont figé la façade à jamais. Encore une fois, ce sont les écrins du passé qui sont utilisés pour valoriser le présent et rappeler l’ancrage festif de ce territoire parisien.

40Les fêtes montmartroises peuvent indifféremment garder un lien supposé avec la tradition « authentique » ou se baser sur une réinvention, une réinterprétation de l’histoire. Elles traversent le temps et montrent les manières multiples de composer avec le passé de la Butte.

41Un rapport ambigu se tisse entre l’envie de reproduire un événement « historique », dans le sens de « lié à l’histoire du lieu », et celle de sortir des sentiers battus en proposant des attractions et des divertissements renouvelés dans ses formes, voire ses contenus. Autrement dit, nous observons à la fois une volonté de s’inspirer d’un passé qui, identifié, devient un modèle renvoyant à des formes de solidarités « rurales » au cœur de la ville auxquelles certains aspirent, et celle de le renouveler pour ne pas s’enfermer dans une nostalgie quelque peu figée. Quoi qu’il en soit, les monuments et plus largement le bâti montmartrois sont là pour raviver les mémoires, en particulier celles qui sont associées aux fêtes, aux divertissements, à la musique et à la danse.

42Dans ce lieu iconique qu’est Montmartre, nous avons pu ainsi comprendre la place que peut avoir le passé dans les expériences et les imaginaires de la fête contemporaine et la façon dont les acteurs composent ou non avec les héritages festifs, aussi variés soient-ils, contribuant par là à la visibilité d’un territoire, dont la marque est notamment ici historique et patrimoniale. Les nouvelles formes de la fête ne peuvent donc s’affranchir d’une analyse des temporalités et des représentations du spectacle festif, suspendu entre hier et aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Barbichon G. (1982), « Ruralité citadine et spécificité urbaine », Ethnologie française, 12 (2), Anthropologie culturelle dans le champ urbain, p. 217-223.

Bihl L. (2009), « L’“Armée du chahut”. Les deux Vachalcades de 1896 et 1897 », Sociétés & représentations, 27/1, p. 167-191. DOI : 10.3917/sr.027.0167

Champagne P. (1977), « La fête au village », Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18, La paysannerie, une classe objet, p. 73-84. DOI : 10.3406/arss.1977.2577

Collectif (1976), La fête cette hantise… Derrière l’effervescence contemporaine : une re-naissance ?, 7, novembre, Paris, Autrement.

Corbillé S. (2013), Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, Presses universitaires de France.

Crespelle J.-P. (1978), La vie quotidienne à Montmartre au temps de Picasso, 1900-1910, Paris, Hachette.

Duvignaud J. (1973), Fêtes et civilisations, Genève, Librairie Weber (Terra universalis).

Ginzburg C. (2010 [1986]), « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Ginzburg C., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, nouvelle édition augmentée revue par Rueff M., Paris, Verdier (Verdier poche), p. 139-180.

Hartog F. (2003), Les régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, Paris.

Hazan É. (2002), L’invention de Paris, Paris, Seuil.

Hennion A. (2007), La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Métailié.

Hobsbawm E., Ranger T. (2012 [1992]), L’invention de la tradition, trad. fr. par Vivier C., Paris, Éditions Amsterdam.

Jolé M. (2006), « Le destin festif du canal Saint-Martin », Pouvoirs, 116/1, p. 117-130. DOI : 10.3917/pouv.116.0117

Lallement E. (2014), « Le Louxor-Palais du cinéma 1921-2013. Une observation au temps de la fantasmagorie urbaine », Théorèmes, 21, Aïm O. et al. (dir.), Persistances benjaminiennes, p. 67-73.

Lanzmann J. (texte), Keystone (photos) (1992 [1987]), « Paris, la fête ». Paris des années 30, Paris, La Martinière, p. 105-137.

Michou (2017), Michou, prince bleu de Montmartre, Paris, Le Cherche-Midi

Monjaret A. (1997), La Sainte-Catherine. Culture festive dans l’entreprise, Paris, Éditions du CTHS.

Monjaret A. (2001), « La fête, une pratique extra-professionnelle sur les lieux du travail », Revue Cités, 8, Le travail sans fin ?, p. 87-100. DOI : 10.3917/cite.008.0087

Monjaret A. (2008a), Les catherinettes en fête, Paris, Éditions Archives & culture (Images d’autrefois).

Monjaret A. (2008b), « La fête de fermeture de trois hôpitaux parisiens, ou comment se marque, se ritualise et se fabrique l’événement », Paris et Ile-de-France. Mémoires, 59, Balard M., Gérôme N. (dir.), Les fêtes et leur histoire en Ile-de-France, p. 333-356.

Monjaret A. (2012), « Fêtes et travail dans les organisations professionnelles : quelles relations possibles ? », Varia, Ethnographiques.org, http://www.ethnographiques.org/2012/Monjaret, 24, juillet.

Monjaret A. (2015), « Jour de fête pour les midinettes. L’envers de la Sainte-Catherine : les normes derrière la dérision festive », Modes pratiques. Revue d’histoire du vêtement & de la mode, Charpy M. (dir.), Normes et transgressions, 1, p. 70-95.

Monjaret A. (2017), « Gustave Charpentier et les catherinettes, la rencontre du savant et du populaire », dans Niccolai M., Montemagno G. (éd.), Beyond the Stage. Musical Theatre and Performing Arts between the fin de siècle and the années folles, Bologne, Ut Orpheus (Ad Parnassum Studies, 10), p. 285-313.

Monjaret A., Niccolai M. (2015), « Elle trotte, danse, chante la midinette ! Univers sonore des couturières parisiennes dans la chanson (xixe-xxe siècle) », L’homme, 215-216, Fabre D. et Jamin J. (dir.), Connaît-on la chanson ?, p. 47-89.

Monjaret A., Niccolai M. (2016a), Rapport de recherche « Montmartre c’est nous ! », Association Pavages, Ministère de la Culture et de la Communication, Directions générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (janvier 2015-septembre 2016).

Monjaret A., Niccolai M. (2016b), « Montmartre ou l’autre Paris », Ethnologie française, Chandivert A., Sagnes S. (dir.), Capitales en minuscules, 4, p. 709-718. DOI : 10.3917/ethn.164.0711

Niccolai M. (2010), « Entre la redécouverte des danses anciennes et les spectacles révolutionnaires : Le Couronnement de la Muse de Gustave Charpentier », dans Branger J.-C. (dir.), Musique et chorégraphie en France de Léo Delibes à Florent Schmitt, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne (Musicologie – Cahiers de l’Esplanade, 6), p. 173-214.

Niccolai M. (2011), « La Vache enragée et la première Vachalcade (1896) », dans Niccolai M., La Dramaturgie de Gustave Charpentier, Turnhout, Brepols (Speculum Musicae, XVII), p. 88-111.

Niccolai M. (2012), « Aux Muses et à la Joie. Le Chat Noir entre musique et mise en scène », dans Cate P.-D., Künzi F. (dir.), Autour du Chat noir. Arts et plaisirs à Montmartre, 1880-1910, Paris, Skira/Flammarion, p. 54-66.

Niccolai M. (2017), « La gestualité dans l’art de chanter d’Yvette Guilbert », dans Niccolai M., Montemagno G. (dir.), Beyond the Stage. Musical Theatre and Performing Arts between the fin de siècle and the années folles, Bologne, Ut Orpheus (Ad Parnassum Studies, 10), p. 315-332.

Privat J.-M. (2013), « Un peuple (parisien) sans folklore ? », dans Preiss N., Privat J.-M., Yon J.-C. (dir.), Le peuple parisien au xixe siècle ? Entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg/SERD (Formes et savoirs), p. 185-206.

Saint-Pierre C. de (dir.) (2014), La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Seigel J. (1991 [1986]), Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise, 1830-1930, trad. fr. par Guitard O., Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Lanzmann J. (texte), Keystone (photos) (1992 [1987]), « Paris, la fête ». Paris des années 30, Paris, La Martinière, p. 105-137.

2 On assiste, par exemple, au développement des commerces vestimentaires au détriment de ceux de bouche en haut de la Butte, mouvement significatif de sa gentrification.

3 Seigel J. (1991 [1986]), Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise, 1830-1930, trad. fr. par Guitard O., Paris, Gallimard, p. 318.

4 Anne Hidalgo, 10 octobre 2015 : « Je vais vous dire que le 18e est vraiment un arrondissement qui est le creuset, le creuset de beaucoup de choses et d’initiatives qui se font à Paris. […] Donc, je veux vous dire que je suis heureuse d’être ici, j’aimerais tellement qu’il y ait des fêtes comme celle-ci, aussi traditionnelles, aussi belles, aussi créatives, dans tous les arrondissements de Paris. »

5 Entretien avec Yves Mathieu, 19 février 2016.

6 Le texte et la musique sont ensuite repris par l’interprétation de l’un des derniers chansonniers, Marcel Mouloudji, en 1997, qui apporte une patine contemporaine à ce « tube » mondial.

7 https://www.parisinfo.com/decouvrir-paris/les-grands-rendez-vous/paris-romantique/lieux-inoubliables-pour-une-declaration/la-non-demande-en-mariage (consulté le 24 mars 2018).

8 Corbillé S. (2013), Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, Presses universitaires de France, p. 234-239.

9 Entretien avec une Montmartroise, 7 septembre 2016.

10 http://juice.over-blog.com/pages/Concours-des-catherinettes-de-montmartre-5976384.html, consulté le 29 février 2016.

11 L’original est aujourd’hui conservé au Musée de Montmartre.

12 Entretien avec Yves Mathieu, 19 février 2016.

13 Entretien avec une habitante de Montmartre, ancienne pharmacienne et trésorière de l’association Le Vieux Montmartre, 26 février 2016.

14 Rappelons notamment le « Bal du moulin de la Galette », « La Balançoire » ou le « Jardin de la rue Cortot ». Voir notamment http://museedemontmartre.fr/jardins/,consulté le 24 mars 2018.

15 Ibid.

16 http://www.cinemalouxor.fr/histoire-du-louxor/ (consulté le 24 mars 2018).

17 Lallement E. (2014), « Le Louxor-Palais du cinéma 1921-2013. Une observation au temps de la fantasmagorie urbaine », Théorèmes, 21, Aïm O. et al. (dir.), Persistances benjaminiennes, p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret et Michela Niccolai, « Montmartre festif ou l’écho du passé », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 109-121.

Référence électronique

Anne Monjaret et Michela Niccolai, « Montmartre festif ou l’écho du passé », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3822 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3822

Haut de page

Auteurs

Anne Monjaret

Anne Monjaret, ethnologue et sociologue, est directrice de recherche CNRS au IIAC/équipe LAHIC (EHESS, CNRS). Elle est présidente de la Société d’ethnologie française (SEF) et directrice de publication de la revue Ethnologie française depuis 2012. Elle a été rédactrice en chef de cette même revue de 2003 à 2006 et est rentrée dans son comité de direction en avril 2017. Elle enseigne à l’EHESS et à l’université Paris 13-Villetaneuse. Ses travaux portent notamment sur les cultures, mémoires et patrimoines professionnels, féminins et urbains. La fête est l’un de ces thèmes de recherche.

Articles du même auteur

Michela Niccolai

Michela Niccolai est docteur en musicologie, elle s’occupe actuellement du Fonds Bornemann (cabarets, music-hall) pour le Palazzetto Bru Zane et enseigne aux universités Paris 3 et Paris 4. Collaborateur scientifique au Laboratoire de musicologie à l’Université libre de Bruxelles et membre associé au laboratoire IHRIM-Lyon 2, elle a, à son actif, trois monographies sur l’opéra, la direction de plusieurs ouvrages collectifs ainsi que de nombreux articles sur la mise en scène d’opéra et la musique de cabaret (xixe-xxe siècles). Sa prochaine publication, en collaboration avec Charlotte Ginot, s’intitule Musique et fascisme (Fayard, à paraître). La musique pour la fête dans une ambiance populaire est l’un des fils rouges de ses travaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals