Navigation – Plan du site
Dossier : Éclats de fête

La fête éclatée : un nouveau type de fête locale ?

La Fête de la cerise comme révélateur des recompositions contemporaines
The Shattered Festival: A New Type of Local Festival? The Cherry Festival is Indicative of Contemporary Reconfiguration
Anne-Laure Briand, Laurent Sébastien Fournier, Ghislaine Gallenga et Éric Pons
p. 123-135

Résumés

L’article s’intéresse au renouveau des fêtes locales et à leurs mutations dans un monde de plus en plus marqué par l’individualisme et la notion de loisir. Il suggère qu’un nouveau type de fête locale, la « fête éclatée », est venu s’ajouter aux fêtes traditionnelles et aux fêtes revitalisées déjà bien documentées. Ce nouveau type de fête est caractérisé par une certaine dispersion du public et un éclatement dans l’espace local des activités qui lui sont proposées. La description ethnographique de la Fête du marché aux cerises de La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône) ouvre sur un questionnement qui concerne à la fois les transformations actuelles des fêtes locales et leur relation avec des transformations contextuelles plus générales de la société contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu de la littérature existante, on consultera entre autres Bromberger, Chevallier et D (...)

1En 1992, l’anthropologue néerlandais Jeremy Boissevain publiait un ouvrage important sur la revitalisation des fêtes locales en Europe (Boissevain, 1992). Contre toute attente, à l’époque où Boissevain écrivait, des fêtes qui semblaient vouées à disparaître renaissaient et étaient relancées par tout un ensemble d’acteurs décidés à faire revivre des traditions jusque-là menacées par l’exode rural et l’urbanisation. La perspective ouverte par Boissevain a conduit de nombreuses disciplines à s’intéresser au renouveau des fêtes et à leurs mutations dans un monde de plus en plus marqué par l’individualisme et la notion de loisir1. Mais un quart de siècle après l’ouvrage de Boissevain, la notion de revitalisation reste-t-elle opératoire pour qualifier un mouvement qui s’est inscrit dans la durée ? Que se passe-t-il dans les fêtes créées depuis cette période ? Sont-elles différentes des fêtes plus anciennes ? Quelles pratiques caractéristiques permettent-elles d’observer ? Cet article suggère qu’en deux décennies, un nouveau type de fête locale est venu progressivement s’ajouter aux fêtes traditionnelles et aux fêtes revitalisées déjà bien documentées. Nous proposons ici de qualifier ce nouveau type de fête de « fête éclatée » car il correspond à une certaine dispersion du public et à un éclatement dans l’espace local des activités qui lui sont proposées. De plus, ce nouveau type de fête est organisé de manière partenariale, par des acteurs associatifs nombreux, à la différence des fêtes traditionnelles qui obéissaient le plus souvent à une structure hiérarchique assez centralisée à l’échelle locale, sous l’égide des municipalités ou des comités des fêtes.

  • 2 Une enquête extensive menée en 2007 par le Centre nantais de sociologie a permis de recenser plus (...)

2Plutôt qu’un inventaire des différentes fêtes observables en ethnographie2, cet article pose un regard ethnologique sur une fête spécifique observée collectivement par une équipe de chercheurs anthropologues. Dans un premier temps, il s’agit de décrire la Fête du marché aux cerises de La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône) en insistant sur son déroulement actuel ainsi que sur son histoire. L’ethnographie de cette fête ouvre sur un questionnement qui concerne à la fois les transformations actuelles des fêtes locales et leur relation avec des transformations contextuelles plus générales de la société contemporaine. On verra notamment que l’éclatement observable dans les fêtes locales peut être mis en relation avec un certain éclatement de la société contemporaine elle-même.

Ethnographie d’une fête locale : la Fête du marché aux cerises de La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône)

  • 3 On notera ici que si l’appellation « Fête du marché aux cerises » est le terme officiel de la mani (...)

3Lors de la Fête du marché aux cerises3 de La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône), des animations multiformes sont organisées à des instants précis pendant que d’autres se déroulent tout au long de la journée. Pour l’édition 2017, à côté du « marché aux cerises et aux produits de fabrications artisanales », qui se déroule sur le cours Foch, d’autres animations sont proposées en continu : des démonstrations de savoir-faire artisanaux (vannerie) et de cuisine provençale au feu de bois, une mini-ferme « provençale », diverses prestations musicales et folkloriques et trois expositions différentes. L’une de ces expositions présente des véhicules militaires des années 1940-1950. Une autre présente des vieux tracteurs et des solex. Une dernière est intitulée Les jupons jardiniers et présente des broderies et des tissus traditionnels.

4Sous le soleil provençal du mois de juin, les espaces de la fête couvrent principalement quatre lieux spécialement délimités pour l’occasion : le cours Foch, avec les stands du marché et un spectacle de tauromachie camarguaise en contrebas, la place de la Vierge où a lieu la bénédiction des cerises, la place Palmie-Dolmetta où est organisé un repas collectif, l’office du tourisme enfin, pour l’exposition et la conférence accompagnant l’exposition Les jupons jardiniers. Un autre espace, non mentionné sur le programme, accueille l’exposition de solex et de vieux tracteurs devant un stand « garage » – décoré d’une enseigne « vintage » – ainsi que la mini-ferme, juste en amont du marché.

  • 4 Il s’agit de diverses confections en textile ou de petit artisanat, toutes sur le motif de la ceri (...)

5Un peu après 9 heures du matin, il est encore tôt mais un groupe musical identifié comme « Réveil marseillais » invite déjà le public à la fête en jouant de la musique et en chantant d’anciennes chansons populaires dans les rues du village. Sur le cours Foch, le marché aux cerises est alors ouvert. À côté des stands d’associations du village sont placées les confections « aux motifs cerise » d’une créatrice4, un maraîcher, un stand de vente de tartes aux cerises, un marchand de glaces, un vendeur de vins, un autre de biscuits, de jus de fruits et confitures, et des stands de bibelots, d’animaux en bois – sans lien avec la cerise –, parmi d’autres. De nombreuses associations du village tiennent chacune un stand : tout en mettant en valeur leurs activités propres, elles y vendent des cerises.

  • 5 Carpentras reste l’un des principaux marchés de gros de la région. Sur cette localité, voir l’étud (...)
  • 6 Cela correspond à une subvention municipale aux associations, ce qui illustre bien la porosité des (...)

6Avant la fête, la mairie achète les cerises à des producteurs de Carpentras, à une cinquantaine de kilomètres, puis redistribue localement 35 kilos à chaque association souhaitant participer à la fête (FCPE, la Crèche les Zouzous, le Festival des carnets, les Mains de fées, le Country Roque festival, le Théâtre du vide…)5. Sur les étals du marché, les cerises sont toutes revendues au même prix, 5 euros le kilo, par ces associations qui conservent alors le bénéfice des ventes6.

  • 7 Pour une analyse anthropologique de ce jeu, voir Saumade (1994).

7Vers 10 heures 45, à la sortie de la messe, sur la place de la Vierge, le prêtre du village bénit en quelques minutes une « caisse à porteurs » remplie de cerises. Les cerises sont ensuite portées en procession vers le cours Foch, au son de la musique jouée par un groupe folklorique suivi par des acteurs costumés et les spectateurs. À 11 heures, le public peut assister à un jeu taurin camarguais, l’abrivado, ou bien suivre une conférence à l’Office du tourisme. Il se divise alors en deux groupes. L’abrivado est un jeu où des spectateurs (en général les jeunes gens du village) appelés attrapaïres doivent stopper des taureaux encadrés par des cavaliers, les gardians, et lancés à vive allure dans les rues du village7. Le jeu est précédé par une présentation des participants – gardians à cheval et attrapaïres (dont quelques femmes) –, devant lesquels marche la fanfare taurine de Saint-Étienne-du-Grès, un village des environs d’Arles. Ici, le jeu est cantonné en plusieurs allers-retours sur une portion du cours Foch délimitée par des barrières de protection du public.

8Ensuite, place Palmie-Dolmetta où des guirlandes aux motifs de cerises sont tendues d’arbre en arbre, un apéritif est servi à la population, au son de la fanfare. Un repas champêtre composé de soupe au pistou et d’un dessert aux cerises est proposé sous des tonnelles en toile. L’après-midi, la conférence du Jupon jardinier a lieu pour la deuxième fois. La fête se poursuit par un passo carriero, défilé folklorique au cours duquel est présentée une charrette décorée (la carreto ramado) tirée par deux chevaux, puis les groupes folkloriques suivent, effectuant des danses provençales. Ensuite arrivent des chevaux-jupons puis un tracteur et sa remorque sur laquelle la fanfare a pris place. Le défilé a lieu en contrebas du cours ainsi que sur la rue parallèle au cours, clôturant cette journée festive.

Genèse et histoire d’une fête

  • 8 Que nous nommerons ici Maryse et Irène dans un souci d’anonymat. Entretien du 18 novembre 2017.

9La manifestation locale qui vient d’être décrite est annoncée sur les affiches et les dépliants touristiques comme la « Fête du marché aux cerises ». Elle a lieu dans le village de La Roque-d’Anthéron, à l’extrême nord des Bouches-du-Rhône, sur la rive sud de la Durance, face au massif du Luberon. Le village est situé à une soixantaine de kilomètres d’Arles, porte nord de la Camargue. En 2017, la fête a été sous-titrée « Clin d’œil années 40 » en référence à quelques animations historiques qui en étoffaient le programme, notamment une exposition de véhicules militaires de cette époque. À l’appui d’une enquête menée en juin 2017, une interview de deux fondatrices8 de la fête a également été réalisée à l’automne 2017. L’ethnographie a été complétée par une collecte de divers matériaux auprès de nos deux interlocutrices, sur des sites Internet et les réseaux sociaux. Cette collecte a permis de recueillir des éléments des éditions passées de la fête – photos, vidéos, affiches, programmes, courriers en particulier. La documentation disponible, confrontée aux entretiens, permet de retracer l’histoire de la Fête de la cerise autour de trois grandes étapes ou séquences historiques.

  • 9 Nom donné aux habitantes de La Roque-d’Anthéron.
  • 10 Voir l’ouvrage historique local rédigé par Ghislaine Huin (1997).

10Entre 1997 et 2002, d’abord, la mémoire collective de cette fête s’est lentement constituée au travers d’un regroupement festif consacré à la cerise. La première Fête de la cerise de La Roque-d’Anthéron a eu lieu au cœur du village les 7 et 8 juin 1997. Née de la volonté de six Rocassières9 à la tête desquelles se trouvait Irène, la fête était organisée par une association locale, Les Minots, créée en août 1996 à cette fin essentiellement. L’association s’inspire alors d’un ancien marché aux cerises quotidien qui prenait place tous les ans, entre avril et juin, au centre du village. Ce marché, né à la fin du xixe siècle, s’est tenu pour la dernière fois en mai 197810. La première édition de la fête, dont l’essentiel du programme se tient sur une seule des deux journées, préfigure déjà le type d’organisation et de contenu qui prévaudra les années suivantes : conférence sur la cerise, bénédiction des cerises, marché aux cerises (exclusivement), défilé folklorique provençal (attelages, charrettes et personnages costumés ; musique ; carreto ramado), grand repas champêtre avec soupe au pistou et tarte aux cerises en vedettes, élection d’une demoiselle de la Cerise, scène avec groupe musical, grillades et bal de fin. La fête se tient essentiellement sur le cours même où prenait place le marché aux cerises, le cours Foch, et sur une avenue adjacente, l’avenue du Parc. À cette époque, les stands du marché aux cerises sont tenus exclusivement par les associations locales fournies en cerises par leurs propres adhérents ou par l’association Les Minots qui organisait en amont de la fête une journée de cueillette dans les champs avoisinants. Les années suivantes, jusqu’en 2002, le concept sera maintenu. Les programmes successifs des festivités indiquent que de nouvelles « animations » seront ajoutées occasionnellement (hommages à d’anciens instituteurs et expositions de peintures et de broderies en boutis en 1999, démonstration équestre et concert en 2001) ou de façon pérenne (abrivado et élection d’une reine du clafoutis en 1999, course pédestre et marché provençal réservé aux artisans et producteurs régionaux en 2001, expositions de costumes) et l’espace géographique, augmenté. Des professionnels vendant des cerises (maraîchers, agriculteurs) se joindront progressivement au marché aux cerises.

  • 11 Programme de la fête de 2003.

11À partir de 2003, la Fête de la cerise se transforme et disparaît progressivement. Parce qu’un différend oppose le maire du village et l’association Les Minots, l’édile confie l’organisation de la fête aux services municipaux. Le programme de la manifestation est alors regroupé sur une seule journée et notablement simplifié : disparition de l’abrivado, de la bénédiction et de la carreto ramado ; remplacement du grand repas champêtre par une « restauration rapide » et un « menu “cerises” dans les restaurants du village »11 ; maintien du marché aux cerises et d’une foire artisanale, du défilé et des animations folkloriques, d’une exposition et d’une vidéo-projection. La manifestation est dès lors inaugurée par un discours officiel devant l’office de tourisme. Si le public semble avoir été au rendez-vous en 2003, aux dires d’Irène et Maryse, anciennes présidentes de l’association Les Minots, il désertera progressivement la fête qui, en quelques années, ne conservera qu’un vague marché artisanal et quelques animations sans aucun lien avec la cerise, avant de disparaître :

  • 12 Entretien avec Irène et Maryse, novembre 2017.

— D’abord il n’y a plus eu de repas. Parce qu’il n’y avait personne qui s’inscrivait. […] Alors ils ont fini par faire un gros marché comme le marché du jeudi, où ils faisaient venir tout et n’importe quoi. Enfin ça ressemblait à tout sauf à la Fête de la cerise.
— Après, il y a eu des années où il ne s’est plus passé grand-chose. Il n’y a plus eu de Fête de la cerise12.

12En 2014, le maire nouvellement élu (Irène est désormais adjointe municipale) confie de nouveau l’organisation de la Fête de la cerise à l’association Les Minots pour l’année suivante. L’édition 2015 et les suivantes, bien que concentrées sur une seule journée, se tiennent dans le village avec un programme et une extension géographique comparables aux éditions antérieures à celle de 2003. Maryse décrit ce retour par les mots « Redonner à la fête sa splendeur d’antan », comme s’il s’agissait ici de la recréation d’une fête traditionnelle ancienne interrompue par les aléas de l’histoire, comme si cette opposition avec la municipalité, dans son esprit probablement assimilable à une guerre fratricide (violences et procès ont opposé la municipalité d’alors et les membres de l’association pendant plusieurs années) donnait, outre la légitimité historique liée à l’ancien marché aux cerises, la légitimité de qualifier cette fête comme historique, donc ancienne et traditionnelle, alors que sa fondation initiale ne date que de 1997.

13Enfin, il est intéressant de constater que la dénomination de cette fête indique bien les différentes strates de son histoire. La lecture des documents recueillis (affiches, programmes…) met en lumière une variation du nom de la fête qui oscille presque alternativement entre « Fête de la cerise » pour les années 1997 (1re édition), 1999 et 2002, et « Fête du marché aux cerises », sous le titre exact de « La Roque-d’Anthéron fête son marché aux cerises », pour les années 1998, 2000 et 2001. Le nom « Fête du marché aux cerises » est utilisé par l’organisation municipale en 2003 et nous ne savons rien des années suivantes jusqu’en 2014. De 2015 à 2017, le nom « Fête du marché aux cerises » a été définitivement adopté (jusqu’à ce jour). Ainsi, le nom de la fête a pu varier au cours du temps entre le symbole d’un produit du terroir et celui d’une activité liée à une production territoriale.

Tradition, folklore et patrimoine

14À travers l’ethnographie et l’histoire locale, la Fête du marché de la cerise de La Roque-d’Anthéron s’est révélée un terrain pertinent, révélateur de recompositions plus générales des fêtes locales dans la société française contemporaine, en ce qu’il réunit plusieurs des aspects habituels des fêtes thématiques créées ou recréées depuis la fin du xxe siècle, tout en les renouvelant. À maints égards, elle apparaît comme paradigmatique, en mélangeant des aspects traditionnels, folkloriques, économiques et d’animation locale. Dans le même mouvement, elle constitue un bon exemple de fête éclatée – une fête où l’impératif unanimiste des fêtes anciennes a été remplacé par la coexistence dans un même espace d’animations très diversifiées s’adressant à des publics différents.

15À l’image de ce qui peut être observé dans de nombreuses autres fêtes locales créées au cours de la seconde moitié du xxe siècle, les organisateurs de la Fête de la cerise étudiée ici se réclament explicitement de la notion de tradition, même si on sait bien sur le terrain que les traditions peuvent être inventées de toutes pièces. Comme dans les Fêtes de l’olive et de l’huile d’olive de la vallée des Baux-de-Provence par exemple (Fournier, 2005), ou dans les Fêtes de la châtaigne d’Ardèche (Dupré, 2002), les références à la tradition sont légitimées par l’existence de produits locaux qui sont mis en valeur sur le mode festif. Pour Irène, ainsi, la Fête du marché à la cerise de La Roque-d’Anthéron est une invention contemporaine vue comme une fête traditionnelle :

Ici, en fait, la fête de la cerise, c’était pas une fête, c’était un marché. C’était le plus gros marché aux cerises. C’est nous qui l’avons inventée, la fête. Et les gens s’en sont emparés. Et il y en a qui s’imaginent que ça existe depuis… Mais Non ! On l’a inventée !

16Plus précisément, le terme « tradition » est associé au port du costume régional. Les références au costume régional, porté par les groupes folkloriques, montrent bien en quoi consiste la tradition aux yeux des acteurs de la fête. Le mot « costume » revient à de multiples reprises dans les entretiens :

  • 13 Entretien avec Maryse, novembre 2017.

— C’était aussi dans l’idée de transmission, de transmettre un patrimoine, de transmettre pas que la cerise […]. On avait aussi l’idée du costume13.

17La tradition s’exprime également dans la présence de groupes folkloriques qui, s’ils semblent tous venir de la région (le village ne possède pas de groupe folklorique), illustrent parfois un folklore exotique, avec des représentations de l’empire colonial français :

  • 14 Entretien avec Irène, novembre 2017.

On travaillait sur le costume Empire qu’on avait envie de mettre plus en avant. Donc on prenait plutôt les fanfares un peu plus Empire, des groupes folkloriques qui avaient un peu plus14

18De même, l’observation sur le terrain et les documents disponibles nous donnent une idée des groupes invités : Lou Galoubet, groupe folklorique provençal de Lambesc (programme 1997) ; Bagad Avel Su, groupe folklorique celtique-breton de Marignane (programme 2015) ; Lou Rampèu de Sant-Troupès, groupe folklorique provençal de Saint-Tropez en 2017. Auxquels on peut rajouter les différentes fanfares régionales qui animent l’abrivado, les repas ou les soirées, et qui apparaissent sur les programmes.

19L’exemple de la Fête du marché de la cerise de La Roque-d’Anthéron, ainsi, est utile pour préciser les représentations que les acteurs des fêtes locales se font de notions apparemment aussi proches les unes des autres que la tradition, le folklore et le patrimoine. Dans la littérature anthropologique, ces notions ont chacune des sens bien spécifiques : tandis que la tradition se réfère principalement à une transmission entre les générations (Lenclud, 1987), le folklore suppose une relation forte à la mise en scène et au spectacle (Duflos-Priot, 1996) et le patrimoine renvoie de plus en plus aujourd’hui aux questions de la mise en valeur des territoires et des projets de développement (Furt et Fazi [dir.], 2011). Sur le terrain, ces distinctions ne sont pas aussi nettes. À La Roque-d’Anthéron, les trois notions se rejoignent dans une expérience festive qui est d’abord soucieuse de renforcer l’identité locale, c’est-à-dire de permettre une reconnaissance en tant que groupe, et qui consiste en second lieu à renforcer l’animation de la localité. Ainsi, les acteurs locaux articulent librement les dimensions de la tradition, du folklore et du patrimoine, pourvu qu’elles contribuent à créer des situations festives adaptées à leur localité.

De la fête recréée à la fête éclatée

20Pourtant, et c’est là une des originalités de la fête observée, tradition, folklore et patrimoine n’existent pas que pour eux-mêmes. Ils sont articulés avec d’autres dimensions, moins visibles, absentes de la définition du sens commun de la fête locale, et qui concernent notamment des aspects commerciaux et des enjeux électoraux. De plus, à travers les entretiens, la fête apparaît importante à la fois parce qu’elle renvoie à des références personnelles et parce qu’elle permet une sociabilité exceptionnelle.

21Selon Irène, principale instigatrice de la création de la fête, ainsi, la thématique du marché de la cerise correspond à une remémoration intime du passé local :

Je l’ai pensée parce que quand mon mari me racontait son enfance et quand ses collègues parlaient de La Roque, ils avaient tous le même air émerveillé. Et quand ils évoquaient le marché aux cerises, qu’ils sortaient de l’école et qu’ils plongeaient leurs mains dans les banastes de cerises et que voilà ! Ils avaient tous cette espèce, comme ça, de petite lueur dans le regard, d’émerveillement d’enfants.

22Mais la fête ne se limite pas à des souvenirs personnels, puisqu’elle est un lieu/moment fédérateur ou de rassemblement… ou presque. Selon Irène :

Ce qui a fait le succès de la première [fête], c’est qu’il y avait très, très longtemps que tous les Rocassiers n’avaient pas mangé ensemble. […] ça les a fédérés cette fête. […] On avait un lourd passé politique, de dissensions, d’embrouillages, c’était compliqué. […] Et là, comme ils étaient habillés, ils étaient costumés, on les faisait revenir quelque part en arrière. Et bien il y a des gens qui ont mangé ensemble mais ça devait faire des années qu’ils ne s’étaient pas adressé la parole et ils mangeaient ensemble ! Ils étaient en dehors, c’était une parenthèse.

23De même, pour Maryse, à propos de l’organisation de la Fête de la cerise avant 2003 :

On essayait d’impliquer les autres associations parce que c’était aussi une façon de faire venir des gens qui étaient un peu rétifs au départ. […] Et après de donner des cerises aux associations pour qu’elles les vendent, c’était aussi un moyen d’essayer d’impliquer les gens qui ne seraient pas venus d’eux-mêmes à la fête.

24Mobilisant le folklore et les traditions, permettant de restaurer la mémoire individuelle et de souder le collectif, la fête est aussi efficace parce qu’elle implique des éléments économiques (la vente des cerises), politiques (dans ses rapports avec la municipalité) et religieux (la bénédiction des cerises). Ici, il est intéressant d’observer la manière dont une fête locale a non seulement réussi à être relancée, mais aussi à acquérir des significations nouvelles en environ vingt ans d’existence. En remettant au goût du jour une ancienne ressource locale, la cerise, la fête a permis de rassembler aussi bien des anciens que des nouveaux Rocassiers. Les programmes témoignent d’un effort d’innovation que ne nécessitait pas un simple marché à la cerise, rituellement renouvelé d’année en année au moment de la récolte. En agglutinant des éléments très variés – folklore, tauromachie, commerce, artisanat, reconstitution historique, etc. –, les fêtes contemporaines comme celle-ci servent de prétextes à de nouvelles sortes d’animations villageoises qui n’ont en général aucun lien avec les anciens calendriers festifs du monde rural traditionnel.

25À la fête recréée selon un modèle traditionnel succède une fête éclatée : le public peut se disperser entre plusieurs éléments du programme, qui eux-mêmes prennent place au même moment dans des espaces différents ; on participe apparemment à la même fête de village, mais chacun en conçoit une expérience différente qu’il partagera sur les réseaux sociaux et par les médias connectés. Ainsi, un même prétexte festif, ici la cerise, peut donner lieu à des types de fêtes très différents : fête traditionnelle jusque dans les années 1950 autour d’une activité économique locale, fête revitalisée ou recréée en remettant au goût du jour dans les années 1990 des éléments du patrimoine rural, et fête éclatée aujourd’hui dans un mouvement dispersant où chacun vit sa propre expérience d’une fête qui s’adapte à la fois au goût des anciens et aux exigences multiples des nouveaux venus. Ce nouveau modèle de fête éclatée, observable dans les enquêtes ethnographiques récentes, fait contraste avec le modèle unanimiste et municipal de la fête locale traditionnelle. On s’y réclame toujours de la tradition, mais on est en rupture avec les pratiques traditionnelles de la fête puisque chacun peut y choisir librement son parcours et y affirmer pleinement ses goûts individuels. Le programme est modulable, adaptable, et réinterprétable par des personnes qui ne font pas nécessairement partie du village et qui en diffuseront les contenus à leur manière, dans le monde virtuel, sur des sites de partage d’images.

Fête éclatée et recompositions contemporaines

26L’identification de ce nouveau modèle de la fête éclatée conduit à se demander en quoi les nouvelles fêtes peuvent éclairer les recompositions plus générales de la société contemporaine. Ici, il est intéressant de signaler que la Fête du marché de la cerise de La Roque-d’Anthéron est loin d’être unique, puisque plus de cinquante manifestations festives (d’appellations multiples – fête, festival, foire, marché) autour des cerises coexistent en France. Ailleurs, une vingtaine d’autres fêtes célèbrent la cerise en Europe, dont près de la moitié en Belgique et également en Allemagne, Italie, Espagne, Sardaigne, Suisse, Portugal et sur l’île de Madère. Dans le reste du monde, neuf événements festifs ont été répertoriés en Turquie, Algérie, Maroc, Israël et Argentine. Et cet inventaire est loin d’être exhaustif.

27En France, la cerise peut être également associée à d’autres fêtes : fêtes des fruits rouges, fêtes de produits du terroir, du « temps des cerises », ou à un vide-grenier, entre autres. La majorité des fêtes sont célébrées au cours du mois de juin, mois privilégié de la cueillette des différentes variétés de cerises. La plupart des fêtes se déroulent dans l’Est de la France et c’est le département du Vaucluse qui en voit se dérouler le plus grand nombre : Venasque, Mallemort-du-Comtat, Caseneuve et Cadenet. La cerise est également ovationnée lors de la Fête des fruits rouges à Saint-Saturnin-lès-Avignon. Comparativement, le thème choisi par les gens de La Roque-d’Anthéron pour leur fête n’a donc rien d’original. Au contraire, le fait de choisir un élément de l’environnement économique local répond à des tendances générales de la fête dans les sociétés contemporaines. Partout, les fêtes des produits du terroir se multiplient, ce qui contribue encore à la sensation d’éclatement signalée plus haut : les nouvelles fêtes sont éclatées à l’échelle locale parce qu’elles laissent le choix de leurs parcours aux différents publics ; elles le sont aussi à l’échelle globale parce qu’elles proposent une multiplicité d’occasions comparables dans des localités diverses et dans des contextes sociaux et territoriaux très différents. Cette situation ouvre une réflexion plus générale sur les enjeux contemporains des fêtes.

28Dans le passé, chaque village ou chaque localité concevait ses fêtes comme originales et s’en servait pour se distinguer de ses voisins. La tendance actuelle est différente, puisqu’on observe à la fois une fragmentation et une reproduction de certains motifs de fête. À l’image de la société contemporaine caractérisée à la fois par un fort individualisme et par des phénomènes de consommation de masse, les fêtes actuelles hésitent en permanence entre désir d’originalité et recettes commerciales. Les organisateurs de fêtes veulent créer des événements uniques mais ils le font selon des modalités de plus en plus standardisées. De plus, la mixité sociale impose aux fêtes d’être accessibles à tous et pas uniquement à un fragment de la population ou à une classe sociale en particulier. En conséquence, les fêtes restent un bon observatoire pour juger des recompositions sociales contemporaines : elles révèlent des imaginaires locaux en valorisant certaines ressources territoriales spécifiques, mais sont en même temps prises dans des dynamiques économiques et politiques qui leur confèrent un certain air de famille. Une de leurs principales caractéristiques est leur caractère éclaté, avec des programmes à la fois modulables et reproductibles à l’infini.

29L’enquête menée en 2017 à La Roque-d’Anthéron met en relief les spécificités d’une fête contemporaine « éclatée » à divers titres puisque d’une part elle réunit des personnes issues de mondes sociaux très différents qui fréquentent chacune la fête pour des raisons qui leur sont propres, et d’autre part son thème apparaît potentiellement adaptable à l’infini dans n’importe quelle localité où la culture de la cerise existe. La fête locale n’est plus une fête « où l’on s’éclate » comme dans les années 1970 ; elle est devenue une fête « éclatée » dans le sens où son unité est de plus en plus difficile à trouver. Cette transformation s’inscrit dans une tendance plus vaste d’individualisation des consommations de loisir et de mise en marché des territoires qui valorisent les productions locales sur le mode festif.

30Dans cette « fête éclatée » d’un type nouveau, le sens de la fête se construit alors paradoxalement par le partage d’expériences chez des publics attirés par un thème (ici, la cerise) plutôt qu’appartenant à une seule catégorie sociale ou territoriale. Par ailleurs, le lien à la cerise est très ténu, noyé au milieu des multiples animations. Nous pouvons donc nous interroger sur l’objet de la fête, prétexte à un rassemblement hétéroclite de pratiques d’inspirations géographiques et culturelles diverses. Le syncrétisme à l’œuvre dans la fête étudiée, comme dans beaucoup d’autres fêtes thématiques contemporaines, révèle en tout cas d’importantes transformations de l’environnement politique et économique. La notion de fête éclatée permet dans ce contexte de rendre compte de certaines évolutions récentes des fêtes locales autour d’enjeux tels que leur mise en image et leur réduplication médiatique, leurs relations avec d’autres fêtes de la même catégorie ou consacrées au même produit du terroir, et leur intégration à l’économie locale.

Haut de page

Bibliographie

Boissevain J. (éd.) (1992), Revitalizing European Rituals, Oxford/New York, Routledge.

Bromberger C., Chevallier D., Dossetto D. (dir.) (2004), De la châtaigne au Carnaval. Relances de traditions dans l’Europe contemporaine, Die, Éditions A Die.

Duflos-Priot M.-T. (1996), Un siècle de groupes folkloriques en France, Paris, L’Harmattan.

Dupré L. (2002), Du marron à la châtaigne d’Ardèche. La relance d’un produit régional, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Fournier L. S. (2005), « Old Resources for New Ceremonies. Building up Olive Products as a New Leisure and as a Cultural Heritage in Mediterranean France », Journal of Mediterranean Studies, 15/1, p. 99-120.

Fournier L. S. (2011), « Vegetal and Animal Figures in Contemporary Local Festivals in France: From Case Studies to Global Interpretations », dans Koiva M. (dir.), The Inner and the Outer. The Ritual Year 6, Tartu, Estonian Literary Museum, p. 151-158.

Fournier L. S., Crozat D. (2005), « De la fête aux loisirs événement, marchandisation et invention des lieux », Annales de géographie, 643, p. 307-328. DOI : 10.3917/ag.643.0307

Fournier L. S., Crozat D., Bernié-Boissard C., Chastagner C. (dir.) (2009), La fête au présent/Mutations des fêtes au sein des loisirs, Paris, L’Harmattan (Conférences universitaires de Nîmes).

Furt J-M, Fazi A. (dir.) (2011), Vivre du patrimoine. Un nouveau modèle de développement ?, Paris, L’Harmattan.

Gallenga G. (dir.) (2012), De la porosité des secteurs public et privé. Une anthropologie du service public en Méditerranée, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence (Travail et gouvernance).

Huin G. (1997), La véritable histoire du marché aux cerises, La Roque-d’Anthéron, Association Les Minots.

La Pradelle M. de (1995), Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris, Fayard.

Lenclud G. (1987), « La tradition n’est plus ce qu’elle était », Terrain, 9, p. 110-123. DOI : 10.4000/terrain.3195

Saumade F. (1994), Des sauvages en Occident. Les cultures tauromachiques en Camargue et en Andalousie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu de la littérature existante, on consultera entre autres Bromberger, Chevallier et Dossetto (dir.) (2004) ; Fournier et Crozat (2005) ; Fournier et al. (dir.) (2009).

2 Une enquête extensive menée en 2007 par le Centre nantais de sociologie a permis de recenser plus d’un millier de fêtes à thèmes agricoles en France. En rapportant ce chiffre au nombre de non-réponses à l’enquête et en ajoutant les fêtes de village non thématiques, on peut estimer à 20 000 le nombre de fêtes locales qui sont organisées annuellement en France. Sur les résultats de cette enquête, voir Fournier (2011).

3 On notera ici que si l’appellation « Fête du marché aux cerises » est le terme officiel de la manifestation qui figure sur les affiches et autres documents produits par les organisateurs, lors des entretiens menés pour l’enquête de terrain, le public comme les organisateurs eux-mêmes utilisent exclusivement l’appellation « Fête de la cerise ».

4 Il s’agit de diverses confections en textile ou de petit artisanat, toutes sur le motif de la cerise (notes de terrain, juin 2017).

5 Carpentras reste l’un des principaux marchés de gros de la région. Sur cette localité, voir l’étude classique de Michèle de La Pradelle (1995).

6 Cela correspond à une subvention municipale aux associations, ce qui illustre bien la porosité des secteurs public et privé dans l’organisation des fêtes locales. Sur ce point, voir Gallenga (2012).

7 Pour une analyse anthropologique de ce jeu, voir Saumade (1994).

8 Que nous nommerons ici Maryse et Irène dans un souci d’anonymat. Entretien du 18 novembre 2017.

9 Nom donné aux habitantes de La Roque-d’Anthéron.

10 Voir l’ouvrage historique local rédigé par Ghislaine Huin (1997).

11 Programme de la fête de 2003.

12 Entretien avec Irène et Maryse, novembre 2017.

13 Entretien avec Maryse, novembre 2017.

14 Entretien avec Irène, novembre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Briand, Laurent Sébastien Fournier, Ghislaine Gallenga et Éric Pons, « La fête éclatée : un nouveau type de fête locale ? », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 123-135.

Référence électronique

Anne-Laure Briand, Laurent Sébastien Fournier, Ghislaine Gallenga et Éric Pons, « La fête éclatée : un nouveau type de fête locale ? », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3870 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3870

Haut de page

Auteurs

Anne-Laure Briand

Anne-Laure Briand est ergothérapeute et doctorante en anthropologie à Aix-Marseille-Université. Membre de l’Idemec, ses recherches portent sur les jeux et la créativité du patrimoine dans deux fêtes de la cerise (Itxassou au pays Basque et Séfrou au Maroc).

Laurent Sébastien Fournier

Laurent Sébastien Fournier est docteur en ethnologie et maître de conférences à Aix-Marseille-Université. Membre de l’Idemec, ses recherches portent sur la patrimonialisation des fêtes, des jeux et des sports en Europe.

Ghislaine Gallenga

Ghislaine Gallenga est docteur en ethnologie et maîtresse de conférences à Aix-Marseille-Université. Membre de l’Idemec, elle travaille sur l’anthropologie de l’entreprise et sur les transformations du service public en Méditerranée.

Éric Pons

Éric Pons est ingénieur d’études au CNRS, spécialiste de traitement des données audiovisuelles. Membre de l’Idemec, il participe au programme de recherche du laboratoire sur les transformations des fêtes thématiques en France méditerranéenne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals