Navigation – Plan du site
Écho

La Rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale (1661-1789)1

Jean Nicolas
p. 169-174

Texte intégral

Les corps de jeunesse2

  • 1 Les deux extraits reproduits ici sont tirés de l’ouvrage de Jean Nicolas, La Rébellion française. (...)
  • 2 Ce premier extrait est tiré des pages 677 à 680.

1L’organisation festive était prise en main par la « jeunesse » réunie dans des structures associatives qui variaient selon les lieux et les époques. Les groupes fonctionnaient tantôt de façon à peu près autonome, tantôt sous le contrôle plus ou moins direct de l’autorité seigneuriale, municipale ou religieuse. Les appellations étaient multiples : reynages ou royaumes en Limousin, Auvergne, Lyonnais ou Dauphiné, bachelleries du Centre-Ouest, abbayes ou confréries de jeunesse en Provence et Languedoc, chevaliers tireurs et basoche ou badoche en Savoie, ailleurs corps de jeunesse, enfants de ville, garçons, garçons de paroisse, jeunes gens… Elles recouvraient une réalité tout à fait comparable. À leur tête, les chefs de la jeunesse, rois, rois-bacheliers, rois de l’oyseau ou de l’arquebuse, capitaines, enseignes, abbés, ou abas, etc., qui président aux fêtes patronales dites aussi votives, vogues ou votes, ou encore bachelettes, fêtes baladoires, fréries, reynages, romérages, apports, pardons, ducasses [i.e. dédicace], kermesses, abattues de l’oyseau ou simplement assemblées de paroisse (voir figure 1). Les réjouissances commençaient par des cérémonies en l’honneur des saints patrons, suivies de danses et musiques, et de concours sportifs avec remise de prix. D’autres festivités traditionnelles relèvent aussi des corps de jeunesse comme les cortèges burlesques de carnaval à la suite du roi de Caramentran, la plantation du « mai » ou les feux de la Saint-Jean. Enfin, ils ont un rôle reconnu dans le contrôle sexuel, sous des formes qui associent le grotesque et la violence chaque fois qu’il y a transgression ouverte des normes dans le partage masculin/féminin ou jeunes/vieux : ce dont les conduites de l’âne, les paillades et les charivaris restés vivaces au-delà du xviiie, malgré des interdictions répétées. Hors rituel, les bandes se retrouvent pour des facéties parfois malfaisantes, la nuit de préférence, troublant la paix des bons bourgeois, et ces tapages deviennent la hantise des autorités.

Figure 1. Les fêtes locales au xviiie siècle. Dénominations régionales

Figure 1. Les fêtes locales au xviiie siècle. Dénominations régionales

D’après Daniel Fabre, dans G. Levi et J.-C Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, t. II, L’Époque contemporaine, Seuil, 1966, p. 52.

2Laisser faire ou interdire ? Les pouvoirs civils et religieux ne cessent de balancer entre des principes très sévères et une pratique beaucoup plus tolérante. À lire la masse des ordonnances royales, arrêts des tribunaux, statuts de police, mandements épiscopaux ou homélies des prêtres, on tirerait le sentiment d’une constance répressive, que démentent les faits. La condamnation du divertissement constitue un lieu commun du discours d’Église avant même toute contamination janséniste. Mais le caractère répétitif de la chose introduit des doutes sur son efficacité. Entendez l’abbé Réguis, curé du diocèse de Gap, qui s’évertue à tancer ses ouailles :

  • 3 Abbé Réguis, La Voix du pasteur, Discours familiers d’un curé à ses paroissiens…, 1766, I, p. 274- (...)

« Que des hommes, et des qui font profession de croire en J.-C., se livrent tout à coup, dans une certaine saison de l’année, aux divertissements et à la joie, comme s’ils avaient subitement perdu la tête ; que le laboureur quitte sa charrue, l’artisan sa boutique, le marchand son négoce comme si c’était un grand jour de fête ; qu’on les voie courir dans les rues, comme des insensés, le jour et la nuit, déguisés celui-ci d’une façon, celui-là d’une autre, suivis d’une populace qui crie après eux comme des animaux d’une nouvelle espèce ; qu’on ne se quitte que pour passer au jeu, du jeu à la danse, et puis à la table encore, que les cabarets […] soient remplis le jour et la nuit ; que ceux-là mêmes qui manquent du nécessaire oublient en quelque sorte leur pauvreté, pour crier comme les autres, le carnaval, le carnaval. Que tout cela se pratique par des personnes qui viendront mercredi prochain [jour des Cendres] entendre, à genoux, l’arrêt de mort prononcé contre eux, et que le prêtre leur répétera, en leur mettant des cendres sur la tête […], vous conviendrez, mes chers paroissiens, qu’il y a dans une telle conduite, non seulement, de la folie, mais une sorte d’impiété, et que les divertissements de carnaval ne peuvent être qu’une invention diabolique3 ».

3Combat incessant de la norme et de la vertu contre l’anarchie et le vice : aux yeux des moralistes chrétiens, la pure joie des rencontres et la paix des familles sont constamment menacées par la négativité démoniaque du populaire en proie à l’ivrognerie, au jeu, à la débauche, aux mascarades indécentes et parodies des puissants, aux bagarres et pétarades. Il est vrai que laisser les jeunes s’ébattre en groupe comporte en permanence le risque de transgression. Comment éviter les débordements lors de ces tourbillons jubilatoires qui rythmaient la vie des campagnes et des villes ?

3. Jeunesse frondeuse4

  • 4 Ce second extrait est tiré des pages 695 à 699.

4La foule des incidents ramassés transmet d’autres informations, moins axées sur le localisme et les permanences, plus en phase avec l’actualité du temps, en un mot plus politiques. Ces garçons, forts de leur nombre et qui font les farauds sous les couleurs de leur paroisse, ne se contentent pas d’affirmer des valeurs conservatoires. Sur fond de bagarres rituelles entre égaux, un motif libertaire court à travers la trame tumultueuse. Il y a, de la part des jeunes, une fronde bien ciblée contre tout ce qui représente l’autorité en uniforme ou en chaperon municipal, contre les soutanes et les galons dorés. Rejet de la coercition morale, celle qui empêche de vivre à sa guise ou de s’amuser, refus au degré primaire de ce qui représente sur place la contrainte des institutions, de l’État, de l’Église, de la seigneurie si présente et pesante encore.

Indésirables en uniformes

  • 5 AN, E 1725, f° 319, arrêt du 5 décembre 1664. Aff du 19 novembre 1664 (ct8726).
  • 6 AD 11, B 2568. Aff du 26 juillet 1717 (ct 1116).
  • 7 AD 63 , C 1528. Aff de juillet 1735 (ct 1517). Sur les aléas du recrutement militaire les jours de (...)
  • 8 AN, G7 409 et 1231. Boislisle, Correspondance…, 1883, p. 432-433. Aff. du 10 juillet 1707 (ct 6342
  • 9 AN, G7 1232 et 1651, Gautier, « La contrebande… », 1957, p. 140. Aff. du 8 octobre 1708 (ct 3717).

5L’hostilité aux militaires lors des fêtes se lit sur plusieurs registres. Ils sont perçus à la fois comme étrangers et comme rivaux dérangeants, qui viennent rafler les filles au nez des garçons et perturber les danses. Leurs sabres, leurs uniformes, semblent les autoriser à toutes les arrogances. Ainsi, à Saint-Léonard-de-Noblat, en Limousin, les dragons imaginent de faire battre le tambour pour couvrir le hautbois du bal. Fureur des jeunes, bagarre, un soldat lâche un coup de pistolet et blesse un civil. La foule attrape alors trois des dragons, dont le tambour, et leur fait passer un vilain quart d’heure. Les choses arrivent jusqu’au Conseil du roi en décembre 1664, qui met de l’humour dans son arrêt : les soldats fautifs seront bel et bien emprisonnés, mais à Paris et aux frais des habitants5 ! Il y a des affaires plus méchantes, comme celle de Villasavary, en Languedoc, où une querelle de bal dégénère en véritable affrontement : par une chaude soirée de juillet 1717, un officier « étranger », en visite chez une famille noble de ses amis, se joint à la fête du pays. Il veut danser, mais réclame un menuet, danse distinguée, et se saisit de la flûte. La jeunesse proteste, il y a échange de coups, on sonne le tocsin, des blessés, le militaire est tué. Ses hôtes, qui ont pris peur, s’enfuient, déguisés en paysans6. Il est d’autres présences dérangeantes, de celles qui déclenchent toujours la méfiance. Tels les sergents recruteurs, lorsqu’ils comptent sur l’euphorie cabaretière pour « faire » quelques hommes. Les voici au travail, comme à la foire de Saignes, en Auvergne, avec succès. Mais plus de cinq cents paysans arrivent, assomment à coups de bâtons les soldats qui conduisent les enrôlés et laissent l’officier « considérablement outragé »7. Voilà encore les huissiers et sergents de justice qui profitent de l’affluence pour délivrer des lettres de saisie et décrets de prise de corps. Sans parler des agents de la Ferme, venus guetter les fraudeurs toujours nombreux dans ces grands rassemblements. En juillet 1707, le jour de l’apport à Charensat, sur les limites du Bourbonnais, les gabelous ont réussi à pincer un faux-saunier. Initiative malheureuse : la foule s’amasse autour d’eux, une femme coupe les cordes du détenu, les intrus doivent s’enfuir sous une pluie de pierres après avoir perdu deux chevaux. Informé, l’intendant de Moulins désavoue l’intervention des gardes : « On prétend que les employés ne doivent arrêter personne les jours de fête à cause des émotions qu’ils causent, ainsi que vous le voyez par cet exemple »8. Et encore à Neuvy-le-Roi, en Touraine, lors des festivités du tir à l’arquebuse en 1708. La brigade ambulante s’avise d’extraire de leur prison deux faux-sauniers pour les transférer à Tours : énorme tapage, danse des bâtons, jets de pierres contre les gardes ; les deux fils du syndic mènent le vacarme, le vicaire de la paroisse fait sonner le tocsin sur les employés qui se réfugient chez le receveur du grenier à sel, où ils attendront trois grands jours de pouvoir sortir9.

  • 10 AD 33, 2 B 178, cour des aides, Lafargue, « La sanglante… », 1967 ; Bercé, Croquants, 1974, p. 103 (...)

6Le siècle foisonne d’épisodes de ce genre. Retenons encore les graves désordres survenus en mai 1785 à Soustons, dans les Landes. Le 1er du mois tombe cette année-là un dimanche, et la jeunesse a planté un arbre sur la place, le Mai traditionnel. Tout est prêt, beaucoup de monde au village, cinq ou six cents personnes, mille peut-être, mais la joie vire à la colère au sortir des vêpres dès qu’on aperçoit devant l’église une quinzaine d’employés en uniforme qui guettent les revendeurs de faux-tabac. Le tocsin sonne, la foule gronde et repousse à grands cris les gardes dans leur auberge (« Voleurs, gueux, maltôtiers ! »). Des pierres qui volent, des baïonnettes pointées, et bientôt des coups de feu. C’est la tragédie, sept morts dans la population, de nombreux blessés. Après une longue procédure, quatorze gardes, tous contumaces, seront pendus en effigie. L’exécution symbolique a lieu, mais les condamnés bénéficieront sans tarder de lettres royales de grâce10. On peut voir ici l’entrelacement des thèmes subversifs, l’élan païen et libertaire de la fête de l’arbre, le refus des interdits et le désir de la jouissance sans contrôle symbolisée par le tabac. D’un côté le populaire, le corps et ses plaisirs, de l’autre la répression, la loi armée.

7Quant à la maréchaussée, commise au maintien de l’ordre, sa présence devient souvent facteur de troubles. Les habitants craignent que les « habits bleus » ne profitent du concours de peuple pour mettre la main sur des déserteurs, des miliciens fuyards, des condamnés en justice. Imaginons la brigade, trois à cinq hommes, arrivés le matin même. Ils ont mis pied à terre dans la cour de l’auberge. Après s’être restaurés, ils remontent à cheval et se dirigent à l’oreille vers les lieux où retentissent déjà tambours, musettes et clameurs de grabuge. La foule s’écarte à leur passage, puis elle se rapproche jusqu’à les côtoyer. Oubliant leurs rixes, les tapageurs opèrent un mouvement de flux et reflux autour des cavaliers serrés de si près qu’ils n’arrivent plus à faire avancer leurs chevaux. Les cris montent, les bâtons se dressent. Les « bleus » tirent alors le sabre et tentent d’arrêter les présumés meneurs. Mais devenus eux-mêmes gibier, ils s’échappent péniblement vers l’auberge ou tout autre endroit un peu sûr, le presbytère, une maison de notable, celle du syndic, le logis seigneurial, un couvent. La danse est repartie de plus belle, tambours et violons résonnent à cœur joie, les bandes passent et repassent dans la rue devant la demeure où ils sont assiégés et couverts d’injures classiques : « foutus gueux », « bougres de jean-foutre », « gros talons », « foutus archers », « meurt-de-faim », « valets » ou « cousins germains de bourreau », voire, avec jeu de mots scatologique, « cavaliers de merde échauffée » – pour maréchaussée… Ils quitteront le pays à la nuit tombante, profitant de la lassitude des mutins et de quelques complicités chez les notables. Voilà pour l’ambiance et les images.

Haut de page

Notes

1 Les deux extraits reproduits ici sont tirés de l’ouvrage de Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil (coll. L’univers historique), 2002, © Éditions du Seuil.

2 Ce premier extrait est tiré des pages 677 à 680.

3 Abbé Réguis, La Voix du pasteur, Discours familiers d’un curé à ses paroissiens…, 1766, I, p. 274-276.

4 Ce second extrait est tiré des pages 695 à 699.

5 AN, E 1725, f° 319, arrêt du 5 décembre 1664. Aff du 19 novembre 1664 (ct8726).

6 AD 11, B 2568. Aff du 26 juillet 1717 (ct 1116).

7 AD 63 , C 1528. Aff de juillet 1735 (ct 1517). Sur les aléas du recrutement militaire les jours de fête, voir supra, p. 586 sq.

8 AN, G7 409 et 1231. Boislisle, Correspondance…, 1883, p. 432-433. Aff. du 10 juillet 1707 (ct 6342)

9 AN, G7 1232 et 1651, Gautier, « La contrebande… », 1957, p. 140. Aff. du 8 octobre 1708 (ct 3717).

10 AD 33, 2 B 178, cour des aides, Lafargue, « La sanglante… », 1967 ; Bercé, Croquants, 1974, p. 103. Aff. Du 1er mai 1785 (ct 4025).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les fêtes locales au xviiie siècle. Dénominations régionales
Légende D’après Daniel Fabre, dans G. Levi et J.-C Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, t. II, L’Époque contemporaine, Seuil, 1966, p. 52.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/4069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Nicolas, « La Rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale (1661-1789) », Socio-anthropologie, 38 | 2018, 169-174.

Référence électronique

Jean Nicolas, « La Rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale (1661-1789) », Socio-anthropologie [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/4069 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.4069

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals