Navigation – Plan du site
Dossier : Sécuriser l’alimentation ?

L’alimentation aujourd’hui : sécuriser et satisfaire

Food today: Making it safe and satisfying
Raphaëlle Héron et Pierre Janin
p. 9-23

Notes de la rédaction

Les réflexions sur les concepts de sécurisation et de satisfaction alimentaire présentés dans cet article ont bénéficié du soutien du Groupe Nutriset via un partenariat public-privé pour le concept de sécurisation (convention de recherche SAOATI) et une convention Cifre de financement de thèse pour le concept de satisfaction.

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’expression d’Arditi, Janin et Marie (2011).

1Ce numéro de la revue Socio-Anthropologie part du postulat que l’alimentation est un objet résolument complexe, souvent réduit à ses dimensions matérielles et techniques. Documenter l’alimentation, sans passer par une méthode « quantophrénique1 », réductrice, conduit à reconnaître aux individus, toutes catégories sociales confondues, une expérience du « manger » qui dépasse la seule réponse à un besoin organique, sans pour autant minimiser les contraintes, les difficultés ou les aspirations.

La complexité du fait alimentaire

2S’alimenter, bien se nourrir, est un défi quotidien quels que soient les contextes. Il dépasse la question des quantités de nutriments disponibles et englobe celles de l’accessibilité des aliments, de la durabilité des systèmes de production (Griffon, 2006) ou encore de l’adéquation culturelle, éthique ou sociale des régimes alimentaires. En effet, derrière ce qui est produit, transformé, préparé et consommé, le champ de l’alimentation est construit par un ensemble de valeurs, d’identités, ou de patrimoines. Ainsi est affirmée la réalité tant physique qu’immatérielle de l’alimentation à laquelle ce dossier fait fortement écho. Pour Jean-Pierre Corbeau (voir « Entretien »), elle est même un « métalangage » qui en dit long sur nos sociétés et sur chacun.

  • 2 Les aspects politiques (système de pouvoirs et traitement des inégalités) restent néanmoins singul (...)
  • 3 Dans les faits, si la relation entre food security et nutrition security a été pensée dès le début (...)

3Qu’il s’agisse de sécurité nutritionnelle, de sécurité alimentaire, d’alimentation durable ou culturellement satisfaisante, l’alimentation est un champ de recherches et d’actions multiples. Dans cette diversité, la définition de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) fait l’objet d’un large consensus2. Elle a été énoncée lors du Sommet mondial de l’alimentation de 1996, organisé par la FAO, puis précisée, en 2012, par le Comité de sécurité alimentaire des Nations unies3 :

La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique, social et économique à une nourriture saine dont la quantité consommée et la qualité sont suffisantes pour satisfaire les besoins énergétiques et les préférences alimentaires des personnes, et dont les bienfaits sont renforcés par un environnement dans lequel l’assainissement, les services de santé et les pratiques de soins sont adéquats, le tout permettant une vie saine et active [FAO, 2012].

4Cette définition rappelle donc l’objectif global à atteindre en matière d’alimentation, tout en désignant et en incitant à la mise en place d’actions, qui peuvent être menées par différents types d’acteurs : politiques publiques des gouvernements, initiatives des organisations de la société civile, choix sociétaux de certains acteurs économiques ou encore opérations humanitaires et coopération internationale dans le cas de pays dits « du Sud », aux taux encore souvent élevés de sous-nutrition. Mais ces priorités peuvent différer selon le niveau de développement d’un pays ou d’une région de même que la nature des problèmes à résoudre (Janin et Suremain, 2012).

5L’alimentation, à l’instar d’autres grands défis sociétaux (la santé, l’environnement…), est un domaine où la question des niveaux d’analyse et des échelles (de temps et d’espace) depuis celle des États (stratégie nationale, données macroéconomiques d’accès et de consommation par exemple) jusqu’à la dimension individuelle, joue un rôle majeur pour la compréhension et la définition des actions à mener.

6Dans la rubrique « Entretien », Jean-Pierre Corbeau rappelle, par exemple, que les attentes des mangeurs se portent aujourd’hui plus encore sur la relation entre « vivre-ensemble » et « bien manger » que sur la qualité nutritionnelle des aliments. Principal récepteur des campagnes de sensibilisation, l’individu est censé être maître de son corps, responsable – comme le consommateur modèle que la logique libérale voudrait qu’il soit – des choix conscients et raisonnés de son alimentation et de sa santé. Les faits montrent que la réalité est souvent différente. Entre ces deux échelles extrêmes, la chaîne de causalités et de cohérence peut parfois se rompre. L’une des causes de la rupture relève de l’insuffisante prise en compte de la complexité du fait alimentaire par l’action publique.

  • 4 Lahlou S. (1995), Penser manger. Les représentations sociales de l’alimentation, thèse de doctorat (...)

7La combinatoire entre valeurs, normes, déterminants matériels, représentations et pratiques, est constitutive de ce que l’on pourrait appeler la satisfaction alimentaire (Héron, 2016). Dans ce cadre, celle-ci ne se réfère pas à ce que l’on entend habituellement (Vad Andersen and Hyldig, 2015), soit un jugement « réflexif » qu’un acteur peut émettre, mais bien au résultat d’une mise en cohérence (ou pas) d’un ensemble quasi infini de « microsystèmes de représentations », propre aux individus, et évolutif selon les contextes et les temporalités. C’est, à notre avis, en considérant l’alimentation comme un système complexe que l’on peut saisir pourquoi certaines pratiques des mangeurs, jugées inappropriées par les nutritionnistes, font pourtant sens pour ceux-ci : « Certains comportements qui peuvent sembler “irrationnels” suivent en fait une rationalité bien précise, celle de l’articulation des représentations4. »

8En débordant le cadre de l’approvisionnement et de la qualité nutritionnelle ou sanitaire, et en considérant la satisfaction alimentaire comme un système qui met en cohérence les fonctions hédoniques, sociales, identitaires, ainsi que les enjeux environnementaux et sociétaux, la sécurisation questionne comment ces systèmes de représentations évoluent en réaction ou comme moteurs de l’évolution des systèmes alimentaires à plus large échelle (Rastoin et Ghersi, 2010). Par exemple, les modifications apportées par la globalisation, par l’urbanisation, par l’industrialisation, par les avancées de la médecine, par la mise en place de politiques publiques diverses…

Des actions aux accents technocratiques et technicistes encore forts

  • 5 Celles-ci sont illustrées par le poids croissant des cadres harmonisés d’analyse des risques et de (...)

9Dans ce champ très large, deux points communs principaux relient les actions prescriptives ou curatives menées par les institutions (États, collectivités, associations) : leur prisme encore fortement technocratique, avec leur lot de réductions et de simplifications5, sans pour autant parvenir à répondre à tous les défis et à toutes les attentes ; ainsi que l’importance accordée aux innovations technologiques comme solution « prête à l’emploi », garantie d’une promesse d’efficacité et de « mieux vivre ».

10À cet égard, le témoignage fourni par Marie-Christine Zélem sur la transition alimentaire accélérée subie par les amérindiens Wayana de Guyane, historiquement chasseurs-cueilleurs, est exemplaire. L’électrification rurale bouleverse les façons de s’approvisionner, de cuisiner et de consommer : les bénéfices immédiats, en matière de conservation (réfrigérateur) et de préparation (cuisinière), sont contrebalancés par les risques sanitaires liés au non-respect de la chaîne du froid. Pire, l’autonomie énergétique s’effectue au prix d’une modification importante du régime de consommation alimentaire et d’une perte de savoirs traditionnels locaux (en matière d’approvisionnement et de préparation). Il en résulte une dépendance alimentaire croissante et une insécurité alimentaire qui se manifeste par l’apparition des pathologies jusque-là inconnues.

  • 6 Fischler C. (2001), « La peur est dans l’assiette », Revue Française du Marketing, 183/184 (3-4), (...)

11Dans le cadre de ces changements alimentaires profonds et systémiques, sécuriser est alors ici plutôt synonyme de « mettre en conformité anthropologique » : assurer la cohérence entre les nouvelles et les anciennes représentations, pour que la satisfaction alimentaire fasse sens pour le mangeur. Face aux transformations des modèles alimentaires, il faut questionner la manière dont les individus façonnent de nouvelles manières de penser l’alimentation pour maintenir une cohérence d’ensemble et ainsi réduire l’« anxiété alimentaire fondamentale6 », forme d’insécurité alimentaire sociopsychologique.

12C’est ce que propose Pierrine Didier, en partant d’une enquête menée dans le Maine-et-Loire. Elle analyse les perceptions et les représentations des consommateurs en matière de risques sanitaires liés à l’alimentation, qu’ils soient d’origine bactériologique, infectieuse ou environnementale, endogènes ou exogènes. Entre méfiance et défiance, chacun se construit une représentation personnelle de la menace et du risque, qui se matérialise lors des achats et de la consommation dans l’espace domestique et qui peut différer des messages émis par les décideurs publics. Elle s’enracine aussi dans les éventuels épisodes vécus d’intoxications alimentaires. Au final, c’est donc les notions d’arrangement et de bricolage qui prennent le pas en matière de sécurisation sanitaire des aliments.

13Si l’on assiste également à un élargissement des questionnements de la nutrition publique aux marqueurs socio-économiques (inégalités, genre…), cela reste souvent mené avec des méthodes quantitatives réductrices de la complexité des situations vécues. Dans ce domaine comme dans tant d’autres, la quantification comme vérité révélée et pseudo-objectivée (Béné, 2013) exerce une attractivité forte. Les chiffres circulent souvent entre les différents niveaux d’experts et de décideurs, sans qu’ils soient réellement questionnés et débattus et sans qu’ils puissent toujours être comparés.

Se nourrir à l’heure des transitions et des dilemmes

14Ainsi posé ce premier jalon, force est également de reconnaître combien la question alimentaire est aujourd’hui en tension (Ruth et Davies, 2018). Il serait banal de rappeler le monde d’inadéquations que le fait de manger dévoile lorsqu’il ne parvient pas à satisfaire un ensemble de besoins, d’attentes et de représentations individuelles. En revanche, il nous semblait important de rappeler trois processus globaux qui tendent à donner à la question « sécuriser l’alimentation ? » un caractère de défi renouvelé.

Risques et évolutions des pratiques liés à une convergence croissante des transitions

  • 7 http://www.institutmomentum.org/wp-content/uploads/2013/12/2013-Servigne-LES-VERTS-Nourrir-leurope (...)

15Les travaux de Popkin (1994 et 1999) ont mis en lumière les liens intrinsèques entre transition démographique, transition épidémiologique et transition nutritionnelle. La transition alimentaire, phénomène plus large, explicite par l’évolution des pratiques des mangeurs, les modifications nutritionnelles, qui sont indéniablement liées aux évolutions des pratiques agricoles et de transformation des aliments industriels (Spaargaren et al., 2013)7. Leese et Meisch (2015), notamment, pointent les risques systémiques qui en découlent qui, de ce fait, seront d’autant plus difficiles à anticiper et à réduire.

16L’article d’Emmanuelle Ricaud Oneto, qui s’intéresse au programme Qaliwarma de distribution de repas scolaires auprès des communautés Nativas Maijuna du nord du Pérou, illustre de manière fine cette réalité. Ce projet dévoile bien la façon dont l’État considère l’alimentation « traditionnelle » de ces populations, et à laquelle elle substitue, à marche forcée, des aliments industriels transformés. Tout semble les opposer : fraîcheur contre conservation des aliments, valeurs de solidarité, de commensalité et d’identité contre extériorité et neutralité. Le programme d’aide alimentaire semble dès lors instaurer une nouvelle forme de dépendance qui s’inscrit dans un rapport de pouvoir établi entre l’État péruvien et les communautés amazoniennes.

Gouvernance plurielle des systèmes et pluralité des modèles alimentaires

  • 8 Pour une définition des différents systèmes, voir Lang et Barling (2012).

17Il existe une segmentation concurrentielle des modèles de gouvernance des systèmes agroalimentaires8 révélée par McMichael (2009). Elle opposerait un « système conventionnel sous régime agroalimentaire entrepreneurial » – favorable à la globalisation et à la standardisation – à des réseaux alimentaires alternatifs démocratiques et justes (Sassatelli, 2004). Cette segmentation organise l’alimentation autour de produits, de filières ou de circuits à distance sociale, géographique variables selon un partage inégal de la valeur, discutable d’un point de vue éthique et économique et souvent de plus en plus discuté, à tel point qu’il est désormais commun de parler de « consensus fracturé » (Maye et Kirwan, 2013) comme de paradigmes opposables (Lang, 2005).

18Ainsi, l’article proposé par Valérie Angeon et Émilie Barraud présente les différentes acceptions de la notion de « manger autrement » dans le cadre de la mise en œuvre de la transition agroécologique en Guadeloupe. Partant de l’étude d’un projet de transformation alimentaire industriel, porté et soutenu par les collectivités territoriales, les auteures montrent que l’objectif de territorialisation et d’autonomisation, fort louable, devra composer avec la dualité des représentations et des valeurs des deux catégories d’acteurs parties prenantes : agriculteurs et acteurs institutionnels.

Place centrale des normes et des connaissances dans les mobilisations

19Ce point fondamental était pointé, dès 1975, par Joseph Klatzmann (voir rubrique « Écho » pour la version plus récente de 1983) : selon lui, la réalité des faits scientifiques ne permettant pas de gommer les opinions contradictoires, ni de tordre le cou à certaines idées reçues en matière d’agriculture et d’alimentation. Il l’est, plus encore, dans une ère annoncée et instrumentalisée – par les médias, les gouvernants – de la rareté (food scarcity) (Mehta et al., 2019) qui risque de se traduire par un renforcement tendanciel des confrontations (Forssell et Lankoski, 2018).

20Entre la réalité crue des ajustements alimentaires contraints (de Bommert et Landzettel, 2019) et les nouvelles perspectives en matière de sécurité alimentaire dans le champ de l’aide et du développement (Dury et Janin, 2012), on peut aussi poser le fait de s’alimenter, de manière plus dialectique, sous l’angle des « dilemmes » qui se posent à chacun (producteur, transformateur, décideur, mangeur…) (Gosh, 2009). On considère par là les décisions et les arbitrages, difficiles à prendre, dans des contextes d’information imparfaite et de rapports de pouvoir différenciés dans le champ de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition (Goldman et Vanhonacker, 2006). En situation d’urgence humanitaire, tout dilemme possède une intensité éthique et morale supplémentaire (Schloms, 2005).

21Le texte proposé par Bénédicte Bonzi renvoie clairement à ce type de questionnement. L’adoption de la loi Garot relative à la lutte contre le gaspillage en France et les nouvelles normes sanitaires qu’elle impose ont des effets ambivalents sur la distribution de l’aide alimentaire aux bénéficiaires comme en termes d’organisation du travail pour les bénévoles des Restos du cœur.

  • 9 Pour reprendre certains termes actuels : « Partager les expériences, inspirer la transition », 2e  (...)

22Entre recherche de solutions s’appuyant sur des innovations technologiques et incitation à la résistance et à la dissidence (Margulis, 2013), quelles pistes défricher pour des « futurs alimentaires viables et désirables9 » ? Une meilleure articulation des cadres d’analyse, des cadres d’organisation de l’action et des cadres d’évaluation de l’action peut se révéler une piste préalable utile (Janin, 2018).

23Le terme « sécurisation alimentaire » nous semble un outil utile pour saisir au mieux cette intrication d’enjeux complexes, liant de fait tous les êtres humains (qu’ils soient mangeurs, acteurs des filières, politiques…). Au-delà de distinguer l’objet (la sécurité) et la dynamique (la sécurisation ; le suffixe en -ation marquant l’action), le concept de sécurisation alimentaire proposé ici ouvre des pistes sur les manières de penser et de faire la sécurisation, en s’appuyant notamment sur la multifonctionnalité de l’alimentation, qui ne saurait se résumer à sa seule dimension nutritionnelle ou sanitaire. Utiliser le terme « sécurisation », c’est se démarquer de l’idée de standards normés et s’intéresser davantage aux acteurs, à leurs actions et à leurs interactions. Relève donc de la sécurisation alimentaire toute analyse critique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle comme champ d’action publique, mais également toute analyse des comportements alimentaires apportant des éléments d’intérêts pour effectuer cette critique de l’action publique.

Les manières de « sécuriser »

24Le choix du titre, Sécuriser l’alimentation ?, s’inscrit, certes, dans la ligne des nombreuses réflexions (inquiètes) sur la viabilité (compromise) des systèmes alimentaires, la durabilité (incertaine) des modes de production et la soutenabilité (impossible) des choix des mangeurs (Hubert, 2006 ; Lawrence et al., 2011) dans un monde de risques et d’incertitudes. Cette trame de fond génère de l’anxiété, nourrit les peurs nouvelles tout en agissant comme un aiguillon utile pour fortifier les mobilisations (Essex, 2014). Une part très importante de l’action publique porte, dès lors, sur la prise en charge des risques (et des peurs) – et des crises qui peuvent en découler – alors même que les repères sont brouillés et que la confiance est écornée.

25Plusieurs articles du dossier (Bonzi, Ricaud Oneto, Zélem) attestent de cette difficulté à se nourrir dans un environnement changeant, insuffisamment sécurisé. Pour autant, leur objet était moins de décrire les efforts pour sécuriser son alimentation que de questionner, de manière critique, les actions entreprises. D’autres contributions (Didier, Duboys de Labarre et Crenn, Mégret) renvoient à ce qui est fait – de manière plus ou moins spontanée ou organisée, à l’échelle individuelle, communautaire, comme dans le domaine professionnel, en composant avec la diversité des produits transformés ou pas, avec la multiplicité des savoirs (locaux ou experts) comme avec un ensemble de normes, de valeurs et de représentations. Tous ces éléments contribuent à rendre plus difficile les choix éclairés et rappellent l’importance du contexte socioculturel.

26Ainsi, Victoria Chantseva, Pascale Garnier et Sylvie Rayna abordent les enjeux de sécurité sanitaire de l’alimentation, dans les lieux d’accueil collectif des jeunes enfants, comme un ensemble de pratiques culturelles, à la fois situées et instituées, en mobilisant des observations et des entretiens en France et en Norvège. Elles montrent combien les représentations des risques et des interdits et l’organisation sociale des repas y diffèrent.

27Au final, « sécuriser » présente des visages assez différents.

    • 10 La rubrique « Image » évoque, avec le film Soleil vert, les dérives d’un système d’approvisionneme (...)

    Il peut s’agir de celui du contrôle biopolitique des corps et sécuritaire des produits (Alcock, 2009), réalisé par un gouvernement, via l’application des normes nutritionnelles de bonne santé ou sanitaire. Cette volonté s’exprime par le biais d’injonctions, de mises en objectifs, afin de délimiter ce qui est « bon », « souhaitable », « déconseillé », « mauvais », plus forte encore en situation de crise, lorsque la pression médiatique et citoyenne est forte. On se situe donc clairement dans la culture globale du risque au sens où l’entend Ulrich Beck (2001) : le management opérationnel du risque l’emporte sur les actions visant à créer les conditions d’une sécurité alimentaire durable, permettant l’émergence de l’autonomie de chacun (Essex, 2014)10.

  • Il peut aussi, dans les pays en développement, se déployer autour de la réalisation de l’ODD no 2 en termes de sécurité alimentaire et nutritionnelle, par un ensemble de programmes et projets organisés autour d’actions sectorisées (production agricole, microcrédit et filets sociaux, aide alimentaire et éducation nutritionnelle…). Si la dimension participative est très souvent mise en avant, les activités restent encore très souvent « greffées » sur les sociétés locales, tout en étant pensées et menées à l’aune de critères technocratiques internationaux, ciblant le ménage ou l’individu, au risque d’exclure toute dimension collective (groupe villageois, communauté villageoise, réseau familial…). Quant à la prise en compte des attentes individuelles des mangeurs, tant du point de vue des représentations que de la satisfaction, elle reste encore à démontrer. En matière d’alimentation, les efforts visent encore essentiellement à satisfaire les besoins de base, plus rarement à améliorer leur qualité intrinsèque.

  • Il peut, enfin, être question de dynamiques engageant les sociétés et les systèmes prenant en compte les enjeux alternatifs au productionnisme agricole et alimentaire, grâce au développement de contre-modèles productifs (agroécologie et permaculture notamment) et sociétaux (circuits courts pour des pouvoirs locaux renforcés par exemple) ou du développement, à marche forcée, de biotechnologies (production bactérienne de protéines par exemple).

28Mathieu Duboys de Labarre et Chantal Crenn décrivent, d’abord, le contexte dans lequel s’est construit le lien entre agriculture et aide alimentaire, passant d’une logique de « scandale de la faim » dans des sociétés de surabondance à un glissement vers des problématiques de santé publique, puis d’alimentation durable. Ils présentent ensuite les transformations des logiques à l’œuvre, tant du point de vue de la conception des « bénéficiaires » que des relations entre pouvoirs publics et associatifs. Enfin, ils examinent comment s’articulent ces logiques politico-administratives avec l’expérience des individus et des collectifs.

29Le lecteur aura donc bien compris : « sécuriser l’alimentation » dépasse la seule démarche sécuritaire et relève d’une pluralité de sens et d’actions : d’ordre matériel (produire des aliments, les transformer, les cuisiner), organisationnel (structurer les filières, organiser les lieux d’approvisionnement et de commensalité) comme représentationnels (comprendre et respecter ce que « manger veut dire » pour chacun). Mieux, au-delà de l’impératif physiologique ou de l’injonction nutritionnelle, « bien manger » émerge de plus en plus comme une exigence (auto-)imposée, impliquant la formalisation et la transmission de connaissances et de pratiques particulières.

30La sécurisation et la satisfaction doivent être pensées de concert : comment sécuriser les différentes fonctions de l’alimentation ainsi que le fonctionnement des systèmes alimentaires eux-mêmes (Hubert et Casabianca, 2003 ; Lawrence et al., 2011) ? Comment concilier les attentes et les besoins des individus, des producteurs, des transformateurs, des experts ou des gouvernants ? Les acteurs impliqués dans la question alimentaire visent-ils, intrinsèquement, leur propre reproduction (économique, politique et symbolique) ou participent-ils, de manière plus constructive, à la sécurisation, imparfaite sans doute, des dispositifs (filières, circuits, marchés…) et donc des sociétés ?

Penser la sécurisation : applications et implications

31Le glissement de « sécurité alimentaire » à « sécurisation alimentaire » peut paraître anodin tant les termes semblent proches. Pour autant, la distinction est forte : le premier, objet principal de l’action publique, se focalise sur l’atteinte de standards nutritionnels normés et la réduction des risques sanitaires et de leurs effets ; le second prend en compte les dynamiques comportementales complexes de la satisfaction alimentaire (voir point 1). C’est ce que font, chacun à leur manière, les auteurs de ce numéro, et c’est ce qui donne toute sa place à cette approche dans une revue socioanthropologique.

32Le terme « sécurisation » renvoie explicitement à deux champs distants de l’alimentation proprement dite : celui de la sécurité publique avec la théorie qui l’inspire (McDonald, 2008), celui de la sécurisation de l’aide et de ses acteurs (Howell, 2014) et, plus proche de notre thématique, celui de la sécurité des dispositifs publics liés à l’approvisionnement alimentaire (Nussio et Pernet, 2013 ; Farina, 2017). Au demeurant, en matière de recherches sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, peu de travaux l’ont mobilisé avant le milieu des années 1990, si ce n’est en termes de « sécurisation des systèmes de vie et des moyens d’existence » (sustainable livelihoods) (Scoones, 1998) ou de renforcement des capacités fonctionnelles (capacity building). Ces dernières expressions désignent l’ensemble des actions, à l’échelle régionale ou locale, permettant de renforcer le pouvoir d’agir des populations afin d’acquérir une meilleure autonomie alimentaire, dans le respect de leurs modes de vie et de leurs identités (Chambers et Conway, 1991). Cela englobe aussi l’ensemble des efforts visant à fournir des cadres politiques structurants à la lutte contre l’insécurité alimentaire, sous forme d’appui, d’incitations, de formation (Touzard et Temple, 2012). La sécurisation se focalise sur la création des « conditions de pérennisation d’une situation donnée » (Janin, 1996) plutôt que sur l’accomplissement d’objectifs, sur les processus de temps long plutôt que sur les résultats immédiats.

33De notre point de vue, un champ de recherche sur la sécurisation alimentaire doit s’engager dans une analyse compréhensive de la complexité des dynamiques alimentaires sans faire de l’évaluation systématique des écarts entre normes et réalités son objet central. Il y a donc, au cœur de la sécurisation, la volonté de saisir les réagencements processuels des capabilités au gré des circonstances (Hubert, 2006 ; Hubert et Casabianca, 2003).

  • 11 Définition issue du glossaire « Les mots de Sen et au-delà », Revue Tiers Monde, 198, 2009.

34L’agencéité, telle que définie par Amartya Sen, exprime « la capacité à définir des buts et à agir de manière cohérente pour les atteindre. Cette action intentionnelle orientée vers une finalité choisie peut être faite de manière individuelle ou collective en interaction avec d’autres11 ». Elle reconnaît le caractère changeant des contextes (en termes de contraintes et de ressources) et la multiplicité des logiques et des réagencements d’acteurs, comme leurs capacités à réajuster leurs pratiques. La sécurisation peut constituer ce que Bruno Latour (2001) appelle « une entité stratégique », c’est-à-dire un schème organisateur de la pensée et de l’action. Touzard et Temple insistent d’ailleurs, en 2012, sur la « coexistence d’actions intentionnelles et de processus non intentionnels, à plusieurs échelles, ce qui suppose une représentation systémique » (Touzard et Temple, 2012). La sécurisation alimentaire s’inscrit donc résolument dans une perspective systémique, dynamique, interactionniste et critique.

35La plupart des articles de ce dossier illustrent cette volonté d’élargir la perspective comme de « faire autrement ». Mais c’est sans doute Quentin Mégret qui repousse le plus les frontières de l’alimentation, avec l’étude d’un projet, en Afrique de l’Ouest, de mobilisation des insectes comme sources de protéines pour nourrir les volailles en milieu rural. Cela lui offre matière à rappeler la diversité ethnographique des usages et des perceptions qui entourent la production, la commercialisation et la consommation des volailles. L’enjeu de sécurité alimentaire, initialement défini, cède alors la place à d’autres dimensions plus incarnées et inattendues des relations entre hommes et animaux, rappelant les décalages entre intention de recherche, objectifs de développement et dimension située.

36S’il fallait sortir du champ de la recherche et l’inscrire dans une démarche pratique, opérationnelle, la sécurisation alimentaire consisterait à proposer des initiatives (dispositifs, instruments et outils) qui ne soient pas surimposées ou prédéfinies, à l’aune de cadres de référence globalisés, mais résulteraient plutôt d’un patient travail de co-construction avec l’ensemble des acteurs locaux (syndicats et associations de producteurs ou de consommateurs, ONG, réseaux sociaux, entreprises, élus politiques…). L’enjeu principal, d’ordre organisationnel, est de taille : mettre l’accent sur les dispositifs locaux d’action mobilisant des acteurs à fort potentiel conduisant, à terme, à une évolution des responsabilités et des pouvoirs. Ce type d’initiatives présente un coût important d’acquisition de connaissances et d’analyse des représentations émiques mais constitue un gage de redevabilité envers des populations qui cessent d’être des consommateurs passifs au profit d’un rôle de contributeurs et de partenaires.

Haut de page

Bibliographie

Alcock R. (2009), « Speaking Food: A Discourse Analytic Study of Food Security », University of Bristol, Working Paper, no 07-09. En ligne : http://www.bristol.ac.uk/media-library/sites/spais/migrated/documents/alcock0709.pdf

Anonyme, (2009), Glossaire « Les mots de Sen… Et au-delà », Revue Tiers Monde, 198, Paris, Armand Colin, p. 373-381. DOI : 10.3917/rtm.198.0373

Arditi C., Janin P., Marie A. (dir.) (2011), La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Réalités et faux semblants, Paris, Karthala (Hommes et sociétés).

Babu Suresh C., Quinn V. J. (1994), « Food Security and Nutrition Monitoring in Africa », Food Policy, 19/3, p. 211-217.

Beck U., (2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par L. Bernardi, Paris, Aubier.

Bommert W. de, Landzettel M. (2019), La fin de l’alimentation. Comment le changement climatique va bouleverser ce que nous mangeons, Paris, Vuibert.

Béné C. (2013), « Towards a Quantifiable Measure of Resilience », IDS Working Paper 434, Institute of Development Studies, septembre. En ligne : https://opendocs.ids.ac.uk/opendocs/handle/123456789/2990

Chambers R., Conway G. R. (1991), « Sustainable Rural Livelihoods: Practical Concepts for the 21st Century », IDS Discussion Paper, 296, décembre. En ligne : https://opendocs.ids.ac.uk/opendocs/handle/123456789/775

Dury S., Janin P. (dir.) (2012), La sécurisation alimentaire en Afrique. Enjeux, controverses et modalités, Paris, John Libbey Eurotext, Cahiers Agricultures, 21/5, p. 281-384.

Essex J. (2014), « From the Global Food Crisis to the Age of Austerity: The Anxious Geopolitics of Global Food Security », Geopolitics, 19/2, p. 266-290. DOI : 10.1080/14650045.2013.811641

FAO (2012), Coming to Terms with Terminology, Committee on World Food Security. En ligne : htttp://www.fao.org/docrep/meeting/026/MD 776E.pdf

Farina F. (2017), « The 1970s Global Food Crisis and the Securitization of Food in Japan », The International Conference on Japan & Japan studies 2017, Official Conference Proceeding.

Forssell S., Lankoski L. (2018), « Shaping Norms. A Convention Theoretical Examination of Alternative Food Retailers as Food Sustainability Transition Actors », Journal of Rural Studies, 63, p. 46-56. En ligne : https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2018.04.015

Goldman, A., Vanhonacker, W. (2006), « The Food Retail System in China: Strategic Dilemmas and Lessons for Retail Internationalization/Modernization », Globalizing Retail Workshop, vol. 17.

Ghosh B. N. (2009), « Globalization and Food Policy Dilemmas in Developing Countries: Contextualizing the Indian Scenario », Journal of Third World Studies: Americus, 26/2, p. 107-120. DOI : 10.1191/1464993404ps073oa

Griffon M. (2006), Nourrir la planète. Pour une révolution doublement verte, Paris, Odile Jacob (Science).

Héron R. (2016), Les mangeurs urbains burkinabè, entre satisfaction et sécurisation alimentaires, thèse de sociologie, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Howell J. (2014), « The Securitisation of NGOs Post-9/11 », Conflict, Security & Development, 14(2), p. 151-179. DOI : 10.1080/14678802.2014.903692

Hubert B. (2006), « Introduction. Sécuriser l’alimentation de la planète », dans Hubert B., Clément O. (dir.), Le monde peut-il nourrit tout le monde ? Sécuriser l’alimentation de la planète, Versailles, Quæ, p. 11-22.

Hubert B., Casabianca F. (2003), « Entre mondialisation et dynamiques localisées, quelle sécurisation pour des systèmes alimentaires durables ? », Productions agricoles et développement durable, Inra mensuel, 116, p. 10-13.

Janin P. (2018), « Penser et agir contre la faim. Entre crise et sécurisation », conférence Quand manger est un problème. Politiques de l'alimentation au xxie siècle, Bordeaux, 20 mars 2018. En ligne : https://www.researchgate.net/publication/323987144_Penser_et_agir_contre_la_faim_Entre_crise_et_securisation

Janin P. (1996), « Stratégies de sécurisation alimentaire en milieu rural et urbain dans le Centre de la Côte d’Ivoire », Bulletin du Gidis, 14, Abidjan, Centre Orstom de Petit Bassam, décembre 1996, p. 30-50.

Janin P., Suremain C.-É. de (2012), « L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes, enjeux », dans Cambrézy L., Petit V. (dir.), Population, mondialisation et développement. La fin des certitudes ?, Paris, La Documentation française (Les études), p. 147-167.

Klatzmann J., (1983) [1975], Nourrir dix milliards d'hommes ?, Presses universitaires de France, « Le Géographe », p. 18-38.

Lahlou S. (1995), Penser manger. Les représentations sociales de l’alimentation, thèse de doctorat en psychologie sociale, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Lang T. (2005), « Food Control or Food Democracy? Re-Engaging Nutrition with Society and the Environment », Public Health Nutrition, 8/6A, p. 730-737. DOI : 10.1079/PHN2005772

Lang T., Barling D. (2012), « Food Security and Food Sustainability: Reforming the Debate », The Geographical Journal, 178/4, p. 313-326. DOI : 10.1111/j.1475-4959.2012.00480

Latour B. (2001), Le métier de chercheur. Regard d’un anthropologue, Versailles, Quæ/INRA (Sciences en questions).

Lawrence D., Beddington Sir J., Godfray C., Crute I., Haddad L., Muir J., Pretty J., Robinson S., Toulmin C. (2011), The Challenge of Global Food Sustainability, Food Policy, 36/S1, p. S1-S114. En ligne : https://www.sciencedirect.com/journal/food-policy/vol/36/suppl/S1

Leese M., Meisch, S. (2015), « Securitising Sustainability? Questioning the “Water, Energy and Food-Security Nexus” », Water Alternatives, 8/1, p. 695-709. En ligne : http://www.water-alternatives.org/index.php/alldoc/articles/vol8/v8issue1/272-a8-1-5/file

Leroy J. L., Ruel M., Frongillo E. A., Harris J., Ballard T. J. (2015), « Measuring the Food Access Dimension of Food Security: A Critical Review and Mapping of Indicators », Food and Nutrition Bulletin, 36/2, p. 167-195. DOI : doi.org/10.1177/0379572115587274

Margulis M. (2013), « The Regime Complex for Food Security: Implications for the Global Hunger Challenge », Global Governance, 19/1, p. 53-67.

Masset E. (2011), « A Review of Hunger Indices and Methods to Monitor Country Commitment to Fighting Hunger », Food Policy, 36, p. S102-S108.

Maye D. and Kirwan J. (2013), « Food security: A Fractured Consensus », Journal of Rural Studies, 29, p. 1-6.

McDonald M. (2008), « Securitization and the Construction of Security », European Journal of International Relations, 14/4, p. 563-587. DOI : 10.1177%2F1354066108097553

McMichael P. (2009), « A Food Regime Genealogy », Journal of Peasant Studies, 36/1, p. 139-169. DOI : 10.1080/03066150902820354

Mehta L., Huff A., Allouche J. (2019), « The New Politics and Geographies of Scarcity », Geoforum, à paraître.

Nussio E., Pernet C. A. (2013), « The Securitization of Food Security in Colombia, 1970–2010 », Journal of Latin American Studies, 45, p. 641-668. DOI : 10.1017/S0022216X1300117X

Popkin Barry M. (1994), « The Nutrition Transition in Low-Income Countries: an Emerging Crisis », Nutrition Review, 52, p. 285-298. DOI : 10.1111/j.1753-4887.1994.tb01460.x

Popkin Barry M. (1999), « Urbanization, Lifestyle Changes and the Nutrition Transition », World Development, 27/11, p. 1905-1916. DOI : 10.1016/S0305-750X(99)00094-7

Rastoin J.-L., Ghersi G. (2010), Le système alimentaire mondial. Concepts et méthodes, analyses et dynamiques, Versailles, Quæ (Synthèses).

Rut M., Davies A. R. (2018), « Transitioning Without Confrontation? Shared Food Growing Niches and Sustainable Food Transitions in Singapore », Geoforum, 96, p. 278-288. DOI : 10.1016/j.geoforum.2018.07.016

Sassatelli R. (2004), « The Political Morality of Food: Discourses, Contestation and Alternative Consumption », dans Harvey M., McMeekin A., Warde A. (dir.), Qualities of Food, Manchester, Manchester University Press, p. 176-191.

Schloms M. (2005), « Le dilemme inévitable de l’action humanitaire », Cultures & Conflits, 60. DOI : 10.4000/conflits.1924

Scoones I. (1998), « Sustainable Rural Livelihoods: a Framework for Analysis », IDS Working Paper, 72, Institute of Development Studies. En ligne : https://www.researchgate.net/profile/Ian_Scoones/publication/251873585_Sustainable_Rural_Livelihoods_A_Framework_for_Analysis/links/5561c41808ae6f4dcc94f72b/Sustainable-Rural-Livelihoods-A-Framework-for-Analysis.pdf

Spaargaren G., Oosterveer P., Loeber A. (2013), Food Practices in Transition: Changing Food Consumption, Retail and Production in the Age of Reflexive Modernity, Londres, Routledge.

Touzard J.-M., Temple L. (2012), « Sécurisation alimentaire et innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire : vers un nouvel agenda de recherche ? », dans Dury S., Janin P. (dir.), La sécurisation alimentaire en Afrique. Enjeux, controverses et modalités, Paris, John Libbey Eurotext, Cahiers Agricultures, 21/5.

Vad Andersen B., Hyldig G. (2015), « Consumers’ View on Determinants to Food Satisfaction. A Qualitative Approach », Appetite, 95/1, p. 9-16. DOI : 10.1016/j.appet.2015.06.011

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l’expression d’Arditi, Janin et Marie (2011).

2 Les aspects politiques (système de pouvoirs et traitement des inégalités) restent néanmoins singulièrement en retrait et font l’objet de propositions alternatives avec les approches en termes de souveraineté et de justice alimentaires.

3 Dans les faits, si la relation entre food security et nutrition security a été pensée dès le début des années 1990 (Babu et Quin, 1994), elle n’a été définitivement validée qu’en 2010 par le Comité à la sécurité alimentaire de la FAO sous le vocable food and nutrition security.

4 Lahlou S. (1995), Penser manger. Les représentations sociales de l’alimentation, thèse de doctorat en psychologie sociale, Paris, École des hautes études en sciences sociales, p. 128.

5 Celles-ci sont illustrées par le poids croissant des cadres harmonisés d’analyse des risques et de crises permettant leur traitement opérationnel et managérial, par la propension à décrire la réalité à l’aide d’indicateurs chiffrés ou de scores comme préalable à toute prise de décision et intervention, loin de permettre de restituer la densité perçue et vécue du fait alimentaire (Masset, 2011 ; Leroy et al., 2015).

6 Fischler C. (2001), « La peur est dans l’assiette », Revue Française du Marketing, 183/184 (3-4), p. 7-10.

7 http://www.institutmomentum.org/wp-content/uploads/2013/12/2013-Servigne-LES-VERTS-Nourrir-leurope-en-temps-de-crise.pdf

8 Pour une définition des différents systèmes, voir Lang et Barling (2012).

9 Pour reprendre certains termes actuels : « Partager les expériences, inspirer la transition », 2e Rencontres de l’alimentation durable en janvier 2019, https://www.lesfruitsdeterre.fr/alimentation-du-futur/, projet Désirable de l’INRA depuis 2013, https://www.pour-nourrir-demain.fr/cha%CC%82teau-de-nanterre-tiers-lieu-dedie-a-lalimentation-durable; http://www.institutmomentum.org/wp-content/uploads/2013/12/2013-Servigne-LES-VERTS-Nourrir-leurope-en-temps-de-crise.pdf

10 La rubrique « Image » évoque, avec le film Soleil vert, les dérives d’un système d’approvisionnement et de transformation alimentaires, à la fois autoritaire et dénaturé, qui va bien au-delà en matière de manipulation de l’opinion et de contrôle de la société.

11 Définition issue du glossaire « Les mots de Sen et au-delà », Revue Tiers Monde, 198, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaëlle Héron et Pierre Janin, « L’alimentation aujourd’hui : sécuriser et satisfaire », Socio-anthropologie, 39 | 2019, 9-23.

Référence électronique

Raphaëlle Héron et Pierre Janin, « L’alimentation aujourd’hui : sécuriser et satisfaire », Socio-anthropologie [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5104 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5104

Haut de page

Auteurs

Raphaëlle Héron

Raphaëlle Héron est socio-anthropologue de l’alimentation et de la sécurité alimentaire, docteure de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille sur les concepts de sécurisation et de satisfaction comme outils d’exploration de « ce que manger implique » pour les mangeurs et les systèmes alimentaires, dans une portée qui se veut à la fois académique et opérationnelle. Elle est, en parallèle, chargée de mission au sein du Groupe Nutriset et chercheuse associée à l’Unité mixte de recherche Développement et sociétés (IRD-université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Articles du même auteur

Pierre Janin

Pierre Janin est docteur (habilité à diriger des recherches – HDR) en géographie et chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Ses recherches de terrain, menées en Afrique de l’Ouest et du Centre, s’inscrivent dans le champ du développement et, plus spécifiquement, des questions agricoles et alimentaires, de la lutte contre l’insécurité alimentaire et de la gouvernance des crises alimentaires et nutritionnelles. Il a dirigé l’UMR Développement et sociétés entre juillet 2013 et décembre 2018. Entre 2014 et 2017, il a coordonné un projet de recherche partenarial public-privé (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Groupe Nutriset) consacré à la sécurisation et la satisfaction alimentaires avec des jeunes chercheurs et chercheuses. Il est corédacteur en chef de la Revue internationale des études du développement depuis juin 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals