Navigation – Plan du site
Dossier : Sécuriser l’alimentation ?

Dilemme de l’aide alimentaire et conflits de normes

Dilemma of food aid and conflict of standards
Bénédicte Bonzi
p. 67-82

Résumés

Basé sur une enquête ethnographique réalisée avec des bénévoles des Restaurants du cœur de Seine-Saint-Denis, cet article interroge en quoi le renforcement des exigences sanitaires liées aux aliments pourrait, paradoxalement, rendre plus difficile leur accès et conduire ainsi à renforcer ou à créer de l’insécurité alimentaire. Il propose de revenir sur la notion de don afin de souligner l’inadéquation de l’usage de ce terme – comme qualificatif des échanges réalisés – dans le système actuel de l’aide alimentaire. La description du poids que prennent les normes sanitaires, en vigueur dans les centres de distribution étudiés, montre comment les lois du marché, en particulier via la loi de lutte contre le gaspillage alimentaire, s’immiscent de plus en plus dans l’organisation de l’aide alimentaire. L’effet relevé est, au-delà d’une gestion technique, la mise à mal des droits fondamentaux, notamment celui du droit à l’alimentation. Ce constat engage une réflexion sur la portée politique d’une telle forme de redistribution quand l’urgence s’envisage sur le long terme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon la dernière enquête de l’IFOP réalisée, en 2016, pour la Banque alimentaire.
  • 2 En 1992, la chercheuse Kathy L. Radimer définit l’insécurité alimentaire ainsi : « La disponibilit (...)

1Pour ne plus laisser mourir de faim, différents dispositifs d’aide alimentaire ont été configurés dans le monde en fonction des situations et des époques. En France aujourd’hui, cette action représente une véritable institution chargée de nourrir 4 millions de personnes1 considérées en insécurité alimentaire2. Cette gigantesque organisation de l’aide implique divers acteurs tels que des associations humanitaires, l’État, les industries agroalimentaires, certaines entreprises et des particuliers, aux intérêts parfois complémentaires, mais aussi concurrents et possiblement opposés. Ce champ d’acteurs assure la sécurité alimentaire des populations, soit au travers du don alimentaire en nature, soit par la mise en place d’épiceries sociales accessibles sous conditions de ressources.

2Si le terme « sécurité alimentaire » est apparu, en 1974, lors du Sommet mondial de l’alimentation, c’est à Rome, en 1996 que ce même Sommet précisera :

La sécurité alimentaire est assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener une vie active et saine.

3Cette définition énonce clairement deux dimensions concomitantes et associées dans l’aide : la quantité et la qualité de la nourriture.

4Ces dernières années, les différents modes de distribution alimentaire dédiés aux plus démunis intègrent de plus en plus des pratiques propres au secteur marchand de l’alimentation : traçabilité des filières, respect de la chaîne du froid, règles d’hygiène spécifiques, appel d’offres et libre-concurrence. Pour importantes qu’elles soient, la mise en œuvre de ces normes révèle des effets complexes et inattendus qui pourraient se résumer comme des écarts et des tensions entre Droits de l’homme et loi du marché. Par exemple, si auparavant un plat pouvait être cuisiné par un particulier afin de répondre aux envies des bénéficiaires, la réglementation en vigueur, la même que pour les professionnels de l’agroalimentaire, interdit désormais cette pratique. Par conséquent, seules les structures respectant les critères des professionnels peuvent répondre à la demande.

  • 3 La confiscation des ressources alimentaires peut s’observer dès le champ de l’agriculteur, à trave (...)
  • 4 Source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, Le MAG, 96, juin 2016.

5Ainsi, la défense des intérêts des États et de leur population, le Lex Publica, se confronte au Lex Mercatoria dès lors que les règles d’un marché sont associées à des règles sanitaires imposant une limitation de l’accès à une nourriture disponible, mais non distribuable3. En France, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), ce sont 10 millions de tonnes de denrées qui sont jetées chaque année4, réparties ainsi : 4 % dans la production alimentaire, 4,5 % lors de la transformation, 3,3 % dans la distribution et 7,3 % dans la consommation. La valeur commerciale de ces pertes se chiffre à 16 milliards d’euros. Si l’essentiel des pertes est lié au secteur de la restauration collective et commerciale (138 g par personne et par repas), les particuliers jettent 34 g de nourriture par personne et par repas, soit 108 euros, en moyenne par personne et par an. Ce chiffre de 10 millions de tonnes indique bien que la quantité d’aliments nécessaires pour nourrir la population est disponible ; pour autant, de nombreuses personnes n’ont pas accès à de la nourriture lorsqu’elle est dans le circuit classique, notamment pour des raisons pécuniaires. Dans l’impossibilité de subvenir directement à leurs besoins alimentaires, des personnes recourent aux dispositifs d’aides alimentaires.

  • 5 Loi no 2016-138 du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

6Dans ce cadre, la mise en œuvre récente de la loi Garot5, la loi de lutte contre le gaspillage alimentaire, concernant directement le don de nourriture aux associations en charge de l’aide alimentaire, entraîne de profondes modifications de l’ensemble de cette chaîne de redistribution. Elle concilie, à la fois, dans une perspective d’optimisation, la question de la gestion des déchets alimentaires et celle de l’assistance aux populations vulnérables. Ainsi, les considérations d’ordre éthique, liées à la dignité des personnes, à la qualité des produits, aux choix, décrites dans la définition de la sécurité alimentaire précédemment citée, disparaissent dans le pragmatisme que conférerait l’urgence alimentaire. La loi revient à autoriser à nourrir les pauvres avec ce qui était destiné à être jeté. Donner une valeur fiscale à des produits qui ont perdu leur valeur marchande (car moins frais, moins beaux, moins bons) parce qu’ils sont donnés aux structures d’aide alimentaire fait, par ailleurs, courir le risque de considérer les pauvres comme une variable d’ajustement. En effet, ne pas jeter, quand trop d’aliments ont été commandés pour permettre aux consommateurs de choisir, avoir la possibilité de donner ces produits et pouvoir être défiscalisé, neutralise le coût de la destruction alimentaire qu’il fallait auparavant payer, tout en évitant d’enregistrer des pertes. Ainsi, le système de surproduction global n’est pas remis en cause.

7Le propos de cet article est d’observer comment, et à quelles conditions, les surplus alimentaires sont redistribués dans une perspective de sécurisation partielle, puisqu’il s’agit uniquement de répondre au problème de la quantité.

  • 6 Ces matériaux sont issus de participations observantes effectuées lors des maraudes, des distribut (...)

8Les matériaux ethnographiques6 et leur analyse mobilisent les données d’un terrain réflexif et participatif d’une recherche-action menée avec les Restaurants du cœur de Seine-Saint-Denis entre 2015 et 2019. L’intérêt de ce cadre particulier est d’avoir eu un accès à des discours peu connus. Les bénévoles des Restos du cœur ne parlent « vraiment » qu’aux personnes qui se sont « salis les mains à la tâche ». C’est un gage de confiance, une initiation qui s’avère nécessaire pour engager un travail d’une autre nature, en produisant des outils qui associent les personnes à la réflexion menée par le chercheur.

9Aux Restaurants du cœur, force est de constater que dans le climat actuel de montée des incertitudes (Castel, 2009), les personnes bénévoles qui gèrent, depuis plusieurs dizaines d’années, l’aide alimentaire disent se sentir remises en cause dans leurs pratiques. Elles soulignent devoir désormais se former aux questions d’hygiène, remplir de nombreux documents à des fins de traçabilité, faire des relevés de température, signer des conventions avec les grandes surfaces... Face au risque de laisser mourir de faim s’élève celui de faire mourir en nourrissant.

10Que penser de ces protections quand les droits fondamentaux des personnes ne sont pas respectés ? Dans cette nouvelle configuration, où les associations sont beaucoup plus contrôlées, selon quels critères situer la transgression du droit et des lois ?

Du bon usage du terme « don »

11Dans son Essai sur le don, publié pour la première fois en 1923, Mauss montre qu’observer ce qui est échangé et la manière dont se déroulent les échanges permet de rendre compte de phénomènes sociaux qui ne se limitent pas à des relations économiques mais véhiculent d’autres valeurs : ce qu’il nomme alors le hau. De nos jours, les dons de nourriture effectués dans le cadre de l’aide alimentaire sont chargés de valeurs morales en plus des aspects économiques, juridiques et politiques derrière lesquels une organisation sociale se dévoile.

12Si l’héritage maussien interroge le fait de pouvoir rendre dans une perspective de réciprocité, afin d’observer les liens de domination et de dépendance, Jacques T. Godbout propose, en 2000, dans Le don, la dette et l’identité, une autre lecture. Ce dernier mentionne que, souvent, la question préalablement posée pour comprendre le don réside principalement dans la causalité du don : pourquoi donne-t-on ? Ainsi, pour lui, il faut également interroger pourquoi l’on cesse de donner. Dans ce nouveau paradigme, le don est considéré comme un acte naturel, dégagé du prisme néolibéral fondé sur l’appât du gain et permet de réfléchir à l’appât du don. Cette lecture donne à voir le fait social total attribué au don, qui rend identifiables de nombreuses interactions sociales dépassant le simple fait de donner ou ne pas donner pour rendre visible un phénomène politique.

  • 7 Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.
  • 8 La maraude alimentaire consiste en une tournée de rue, auprès des personnes SDF et constitue une f (...)

13À la lumière de cette pensée, la sécurisation de l’aide alimentaire peut être comprise dans sa globalité. Elle n’intervient pas uniquement sur des éléments sanitaires et des marges économiques, elle agit aussi sur l’ensemble de la chaîne des personnes impliquées dans l’échange de nourriture. Les intérêts de ceux qui désirent la réduction du gaspillage alimentaire cohabitent avec le souhait de certains de réduire l’impôt et passent par l’importance, pour d’autres, de réduire les inégalités et d’accéder à un droit fondamental. Dans le cadre analytique du don, les émotions, les intentions des personnes deviennent des éléments tangibles face aux règles instituées par le marché. Au sein d’un échange de nourriture, tous les éléments en jeu devraient pouvoir être considérés au même niveau. Or, actuellement, la question de l’arbitrage économique définit les priorités. Il devient nécessaire de rationaliser les coûts pour justifier les dépenses et prouver l’efficacité du système. Donner à manger ne suffit plus, il faut prouver que cela est bien fait. C’est le principe de redevabilité qui s’impose comme dans d’autres secteurs ; on apporte du soin aux personnes âgées dans les EHPAD7, mais il convient de prouver la qualité du processus. Par obligation, les associations appliquent des normes strictes d’hygiène, des règles de sécurité et de comptabilité qui, aussi nécessaires soient-elles, semblent contrevenir à l’essence même du don, à l’origine de l’engagement de nombreux bénévoles. Le temps de gestion augmente ainsi au détriment de la main-d’œuvre indispensable à la distribution et à la quantité de nourriture nécessaire. Tout doit être anticipé et calculé en amont ; commander des repas quinze jours avant la maraude8, par exemple, sans savoir combien de personnes se présenteront réellement et risquer, soit de manquer, soit de jeter. Pourtant, dans son analyse qui vise à percevoir ce qui fait qu’un don est un don, Jacques T. Godbout (2000) souligne :

L’acteur d’un système de don tend à maintenir le système dans un état d’incertitude structurelle pour permettre à la confiance de se manifester. C’est pourquoi les normes, quelles qu’elles soient (justice, égalité, etc.), doivent continuellement être transgressées, changées, dépassées. Il faut que se produise quelque chose de non prévu dans ce qui est obligatoire.

  • 9 La « ramasse » désigne l’opération de collecte des produits frais (viande, fruits et légumes), don (...)

14Mais il souligne aussi que le don se caractérise par l’absence d’attente de retour. Ces deux caractéristiques mettent à l’épreuve l’utilisation du terme « don » pour parler d’une nourriture pour laquelle une convention, qui garantit un retour économique au donateur, doit être signée afin de permettre l’échange alors que le destinataire lui-même n’est pas assuré d’obtenir ce dont il a besoin. La relation de confiance, à la base de la crédibilité et du sens de l’engagement des bénévoles, est, selon les dires de ces derniers, ébranlée : « Franchement, la ramasse9, c’est plus ce que c’était, on n’a plus assez de bonnes choses, les gens ils ne viennent plus, y’a pas assez ! », explique Monique, bénévole/bénéficiaire dans un centre. Ces spécificités du don, l’incertitude et la non-attente de retour, caractérisent surtout le bénévolat. Il offre une alternative au marché libéral par l’importance accordée à la gratuité et à une économie du « bricolage ». Ce qui compte, c’est le temps qui est donné afin d’agir face à une inégalité d’accès à la nourriture. Le problème est qu’il est difficile de prendre en compte les besoins des personnes, ce qui augmente le coût prévisionnel. Les manques de moyens humains et logistiques sont signalés par les organisations, mais la réponse, loin de permettre aux stocks de grossir, est avant tout d’appliquer les normes indispensables à la manipulation de nourriture.

  • 10 Les bénévoles sont accueillis de manière très positive par les personnes qui bénéficient de l’aide (...)

15Quand les bénévoles servent des personnes qui dorment sur des monticules de déchets au milieu de rats, assurer les normes d’hygiène leur est impossible. Ils transgressent donc des obligations qu’ils connaissent pertinemment, ils désobéissent parce que, s’ils ne viennent pas dans un tel lieu, personne d’autre ne viendra rencontrer ceux qui vivent depuis des années sur des cartons au bord du périphérique. Les règles, les normes propres aux entreprises agroalimentaires ne tiennent pas à l’épreuve des besoins fondamentaux de sécurité physique et psychique des personnes en situation de très grande vulnérabilité. Je prends, ici, l’exemple de la poignée de main pour établir un contact physique avant d’offrir de la nourriture. La chaleur qu’apporte, par ce geste, le bénévole est essentielle et, peut-être, la condition même de l’acceptation du repas. Le don est alors indissociable du sens qui lui est conféré : ne chercher en rien un retour direct, mais simplement créer un lien social, adresser un message. Comme l’explique Jeannot, responsable de la maraude : « Le repas distribué n’est qu’un prétexte à la rencontre. » L’absence de gants, de charlotte, de tablier garantit l’humanité d’un acte qui ne veut pas reproduire les signes de l’institution10 et sont, de fait, assumés comme défiant les règles de contrôle des services d’hygiène. Loin de se restreindre à l’homo eoconomicus forcé d’appliquer les normes imposées par la concurrence, l’homme, ici le ou la bénévole, se présente comme homo donator. Si le premier a pour objectif de liquider une dette, le plus rapidement possible, afin de poursuivre son objectif d’enrichissement via le marché, le second établit des liens fondés sur la dette qui perpétuent les liens. Et Jacques T. Godbout (2000) de poursuivre :

On constate ainsi que les acteurs du don introduisent volontairement et en permanence une incertitude, une indétermination, un risque dans l’apparition du contre-don. Afin de s’éloigner le plus possible du contrat, de l’engagement contractuel (marchand ou social) et aussi de la règle du devoir – en fait de toute règle universelle.

16À l’heure où la responsabilité de nourrir repose de plus en plus sur l’engagement individuel des personnes en charge de remplir les stocks (chacun est invité à faire des dons, à remplir les caddies des associations les jours de collecte, à devenir bénévole, etc.), comment la multiplication des contrats de dons, envisagés à long terme, pourra-t-elle enrayer l’urgence ?

Niveaux de responsabilité et état de nécessité

  • 11 L’intercampagne se déroule sur deux périodes, d’avril à juin et de septembre à octobre.

17Depuis sa réouverture pour l’intercampagne11 de 2018, le centre de distribution des Platanes, situé en banlieue parisienne, doit faire face à de nouvelles questions. Habitués à gérer les flux de récupération des invendus des supermarchés à l’aide de congélateurs, les bénévoles redoutent la visite des services vétérinaires. Ces derniers font des « descentes » et imposent la destruction de produits congelés de manière non conforme. Une épicerie sociale voisine vient d’en faire l’expérience. Raymond est bénévole au centre depuis sa retraite, soit presque onze ans. Il a, petit à petit, pris des responsabilités, dont celle de gérer la ramasse et les stocks qui y sont liés. Lors d’une séance d’analyse des pratiques, il partage avec le groupe son inquiétude :

Avec les conventions de don, nous devons prendre ce que les supermarchés nous donnent, mais selon le jour de la distribution, nous sommes bloqués ! Comment distribuer des poulets, des pizzas à tous, si ce qui nous est donné le vendredi expire le dimanche et que notre première distribution a lieu le lundi ?

  • 12 Le barème est calculé en fonction du reste à vivre des personnes (soit l’ensemble des revenus auxq (...)

18En ce début de printemps, face à la peur d’un contrôle duquel pourrait découler un ordre de fermeture, les congélateurs sont presque vides. À l’intérieur, seuls les produits qui proviennent du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) et ceux commandés par les Restos du cœur sont admis. Il s’agit principalement de viandes et poissons surgelés. Dehors, la file d’attente des personnes inscrites pour ces distributions s’étend toujours sur plusieurs dizaines de mètres entre 8 h 30 et 11 h 30. Mais, pour celui qui passe vers 10 heures, le constat est sévère : il reçoit moins que les personnes qui l’ont précédé. Il y a rupture de stock. Avant qu’il n’y ait des contrôles sanitaires, les associations en charge de l’aide alimentaire pratiquaient, de manière informelle, la congélation afin de créer du stock avec les produits arrivant à leur date limite de consommation (DLC) qui leur avaient été donnés par les supermarchés et qu’ils ne pouvaient pas distribuer tout de suite. On pouvait y trouver des poulets entiers, des rôtis, des steaks, des pizzas et d’autres plats préparés. Ces produits offraient une marge de manœuvre afin d’équilibrer les distributions les jours où les demandes excédaient les commandes prévisionnelles. Pour les bénévoles, c’était là une façon de gérer l’imprévu et les inscriptions exponentielles afin d’offrir un panier, à peu près égal, du début à la fin de la matinée – car, aux Restos du cœur, toutes les personnes qui se présentent et qui entrent dans le barème12 sont inscrites et vont être servies. Le nombre de personnes n’est donc pas limité par le volume des approvisionnements. En revanche, le stock de nourriture, et notamment de produits frais – qui est commandé en amont –, l’est.

19Les conséquences de cette situation sont perceptibles à deux niveaux. D’une part, la file d’attente concentre une véritable tension qui peut exploser en faits de violence. Claude, jeune retraité, bénévole depuis trois ans, est chargé de réguler les entrées. Il fait office de portier les jours de grande affluence, il raconte : « Avant, je la sentais la tension, mais là t’ouvres la porte et t’as l’impression, tu sais ! Comme quand tu es sous des lignes à haute tension. Quand ça fait bzzzz, pareil… ! Et là, j’ai les cheveux qui se dressent, t’es électrique, même les poils des cannes, tu vois ? »

20Comme lui, nombre de bénévoles sont sous pression : « Si ça continue comme ça, j’arrête ! », confie Guillaume. Ils ont le sentiment de ne pas pouvoir donner de manière juste. En face d’eux, les personnes – qui sont venues chercher une aide – sont dans la peur et dans l’angoisse d’attendre deux heures et de devoir rentrer chez elles, le panier vide. Ainsi, certes, la chaîne du froid est respectée de manière drastique, mais ce que vivent les « mangeurs » relève de l’insécurité alimentaire : ils demeurent toujours dans l’incertitude.

  • 13 Une maraude alimentaire correspond à une distribution de repas chauds. Celle des Restos du cœur du (...)
  • 14 Certains points de rencontre peuvent passer subitement de 50 personnes un soir à plus de 100 le le (...)

21De la même manière, dans le cadre de la maraude alimentaire13, afin de pallier des épisodes de très forte affluence14, un bénévole avait pour habitude de cuisiner les produits récupérés à la ramasse. Ces surplus offraient la possibilité de servir tout le monde en bonne quantité. À cette époque, la maraude commandait chaque jour, à un chantier d’insertion, entre 300 et 400 repas facturés 2 euros, soit une dépense mensuelle située entre 18 000 et 24 000 euros. Les 100 à 200 repas cuisinés sur place permettaient une économie comprise entre 6 000 et 12 000 euros, mais bien plus qu’une économie, ce qui était visé était alors d’allier goût et quantité. Jean-Paul, ancien cuisinier à la retraite, pilier de la maraude, mettait dans la confection de ces plats tout son savoir et son envie de bien nourrir avec des plats « goûtus ». Lors des distributions, je pouvais constater, par les sourires des personnes et le temps qu’elles passaient à manger, un niveau de satisfaction supérieur à celui manifesté avec les repas achetés. L’engagement des bénévoles était alors récompensé. Ces repas – cuisinés en dehors des normes et des règles officielles d’hygiène pour la restauration collective – étaient appréciés, car fraîchement préparés, ils se distinguaient des plats réchauffés commandés en barquette sous vide.

22Conscient de l’importance d’augmenter la qualité des repas sans avoir les moyens économiques de le faire, le responsable de la maraude s’est saisi de la proposition d’une entreprise d’économie sociale et solidaire pour capter des surplus des repas de la restauration collective. Les repas, visés par cette opération, sont supérieurs, en qualité gustative et nutritive, aux repas achetés, de plus ils sont très diversifiés. Ce projet, qui s’inscrit dans le programme de lutte contre le gaspillage alimentaire, a nécessité de transformer complètement les locaux. À l’automne 2018, après plusieurs mois de travaux financés par l’ADEME, la région Île-de-France et les Restos du cœur national, pour un montant d’environ 200 000 euros, le bilan est mitigé. Au départ, Jeannot imaginait que cette opération allait lui permettre de cesser les commandes des repas réchauffés, les repas à 2 euros. C’est avec cet objectif que son équipe et lui avaient accepté d’installer une chambre froide, un four de remise à température et l’ensemble du matériel indispensable, ainsi que de subir plusieurs contrôles sanitaires pour avoir le droit de récupérer des repas et de les distribuer, soit le droit de faire ce qu’ils faisaient déjà depuis des années.

  • 15 Une cuisine centrale est la cuisine d’un établissement qui fabrique sur place la nourriture pour u (...)

23Aujourd’hui, l’entreprise d’économie sociale et solidaire, qui a aidé l’équipe de la maraude à démarrer, apporte 50 repas par jour en échange d’une cotisation de 30 centimes par repas. Par ailleurs, une seule des cuisines centrales15 d’entreprises privées et de collectivités respecte ses engagements et donne 140 repas par jour. Les blocages pour les autres établissements sont en grande partie liés au transport, pour lesquels un camion frigorifique est indispensable. Une mesure de température est effectuée au départ et à l’arrivée. Ce travail supplémentaire dans les cantines indispose, et si un cuisinier a pu être motivé, le changement d’une équipe, d’une personne, remet tout le projet en question. Aussi, Jeannot est loin des 600 repas qui lui ont été promis quand il a commencé les travaux. Pour lui, une insécurité quotidienne s’est installée dans la dépendance de ces dons, variables et précaires. De plus, soumis à des normes d’hygiène et des règles de concurrence qui dépassent ses prérogatives associatives, Jeannot se sent sous le contrôle de bureaucrates, ce qui l’éloigne de sa mission, et de ce qui est appelé « l’esprit Coluche ». Désormais, il a, de nouveau, peur de n’avoir pas suffisamment de nourriture pour remplir ses camions. Bien que, pour respecter les règles en cas d’inspection sanitaire, il ait amélioré les processus de distribution, avec des locaux mieux entretenus, du matériel professionnel, il éprouve le sentiment amer de perdre de la flexibilité, de la liberté de bricoler, au jour le jour, selon les situations.

24Dans la « culture » des Restos, le système D est considéré comme une marque de fabrique. Ainsi, le bricolage de ces dernières années, à travers la conception de repas et la congélation, correspondait à une culture de la débrouille, une force d’adaptation et de rebondissement indispensable sur le terrain de l’urgence. Ces pratiques répondaient au problème constant de gestion des tensions et des faits de violence dans les distributions. Rodolphe, maraudeur expérimenté, raconte : 

Le niveau de violence baisse quand on ne manque plus de bouffe ! Plusieurs fois, j’ai cru que j’allais m’en manger une, quand on manquait de bouffe ! Quand tu arrives sur un point et que de 50 personnes à servir tu passes à 150, t’as plus rien dès le début de la tournée. Moi, ça, c’est ma terreur ! Revivre cette époque-là ! Où on a le camion vide, on appelle les collègues, les autres camions sont vides, on arrive à un point où il y a 30 personnes et on n’a à bouffer que pour 10 ! […] et du coup faut expliquer à un mec qui attend depuis 3 heures, qui a faim, qu’il va pas avoir à bouffer !

25Ce bricolage avait donc un rôle : assurer la sécurité physique et morale des personnes aidantes. L’application stricte de règles sanitaires à toute la chaîne du don alimentaire génère, en parallèle, et contre toute attente, une hausse d’un sentiment d’insécurité alimentaire et, par suite, la montée des tensions – voire des faits de violences – qui touchent indistinctement les bénéficiaires et les bénévoles. Toutefois, il serait réducteur de ne pas s’intéresser aux questions liées à la qualité, elles aussi sources de tension, qui mettent en scène les premiers acteurs concernés, les bénéficiaires de l’aide alimentaire.

« Je suis quoi, moi ? »

  • 16 « Art. L. 541-15-4. La lutte contre le gaspillage alimentaire implique de responsabiliser et de mo (...)

26En effet, la loi de lutte contre le gaspillage alimentaire permet deux choses : la gestion des produits frais avec une date limite de consommation (DLC), et celle des produits secs, ayant, sur les emballages, une date limite d’utilisation optimale (DLUO). Les produits à DLUO dépassés ne peuvent plus être vendus par les magasins, mais ces derniers peuvent les donner aux associations car ils sont toujours propres à la consommation humaine16.

  • 17 L’entreprise récupère donc 66 % de déduction sur un maximum de 20 % du revenu imposable basé sur l (...)

27Ces dons sont défiscalisés. L’entreprise donatrice récupère la TVA sur ce produit qu’elle n’a pas vendu et en retire un avantage fiscal. Depuis la loi Garot, elle ne paye plus de taxe pour la destruction alimentaire puisqu’elle est encouragée à cesser de gaspiller17. Dans ce cadre, la maraude a bénéficié d’un don important de biscuits individuels au chocolat. Ces biscuits ont été mis, semaine après semaine, dans les sacs à dessert, distribués chaque soir. Puis, un jour, lors d’une distribution, un jeune homme plonge sa main dans le sac à dessert, saisit le gâteau et fait de même avec les sacs des deux collègues qui l’accompagnent. Il revient vers moi, très en colère jetant les biscuits sous mon nez et m’interroge : « C’est quoi ça ? » Au départ, je ne comprends pas, je n’ai jamais pris soin de regarder les dates sur les gâteaux, alors je lui réponds : « Des gâteaux au chocolat ? » Comme ce jeune homme mange halal je pense qu’ils contiennent peut-être de l’alcool et qu’il vient de le découvrir. Je lui demande quel est le problème, il répond : « Ça fait trois mois que nous avons dans nos sacs ces gâteaux, secs et sans goût, regarde ! Regarde la date ! Depuis six mois ils sont périmés, et toi tu nous sers ça ! On est quoi ? »

28Je suis confuse. À quoi bon lui préciser que cela ne le rendra pas malade, que c’est une DLUO et non une DLC. Ce soir-là, il vient crier autre chose : « On est quoi ? » Dans ses mots, dans son attitude physique, il rend compte d’un sentiment de trahison, de la souffrance du déclassement que représente le fait de devoir manger les restes d’une société dans laquelle il ne peut pas se nourrir comme il l’entend.

29De fait, cet incident a divisé les bénévoles. Pour certains, « quand on a faim on mange, et d’ailleurs, nous, on les mange, ces produits ! ». Pour d’autres, qui ne les consommeraient pas, ce refus s’apparente bien à un cri d’injustice. En réalité, choisir de manger un paquet de gâteaux oublié depuis plusieurs mois dans son placard, d’une marque choisie, à un moment donné, et aller attendre la nuit, dans le froid, pour obtenir ce paquet, sont deux situations bien différentes. Dans la première, la personne est libre de manger ou pas ; dans la seconde, un message est adressé à celui qui reçoit le sac et l’assiette. Ainsi, lorsque ces produits, dont personne n’a voulu, arrivent entre ses mains, non pas un soir, mais chaque soir, durant plusieurs mois, la personne s’interroge sur ce qu’elle est aux yeux de la société, sur la place qui lui est assignée. Quelle est la valeur qui doit être donnée à l’article 1 de la loi 2010 – 874 ?

Art. L. 230-1. La politique publique de l’alimentation vise à assurer à la population l’accès, dans des conditions économiquement acceptables par tous, à une alimentation sûre, diversifiée, en quantité suffisante, de bonne qualité gustative et nutritionnelle, produite dans des conditions durables. Elle vise à offrir à chacun les conditions du choix de son alimentation en fonction de ses souhaits, de ses contraintes et de ses besoins nutritionnels pour son bien-être et sa santé.

  • 18 « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux (...)

30Si cette loi est entrée en vigueur en 2010, l’observation fine du terrain montre que le texte n’est pas appliqué, tout comme l’article 25-118 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Paradoxalement la loi Garot, plus récente, puisque votée en février 2016, est appliquée et invisibilise un projet politique. Sur le terrain de l’aide alimentaire, il devient difficile de savoir quelle est la priorité : venir en aide aux plus démunis ou réguler le marché ? Les bénévoles et les aidants sont-ils plus tenus d’appliquer les règles d’hygiène ou d’assurer un accueil inconditionnel des plus démunis ?

L’aide, un projet technique et politique

  • 19 Produit dérivé d’un autre. Mauvaise imitation, produit de qualité médiocre (dictionnaire Larousse)

31La loi de lutte contre le gaspillage alimentaire ne remet pas frontalement en cause le système de surproduction et ses effets sur les personnes exclues. Son esprit est surtout utilitariste. Elle répond à un problème technique : gérer l’abondance de déchets. Pour réguler ces flux indispensables à la libre concurrence, à la création de nouveaux besoins, la redistribution ne se fait pas lorsque le produit est bon pour tout le monde, mais une fois que le produit est déclassé. L’ingéniosité du système est, ici, que loin de se sentir responsable de la surabondance d’aliments et/ou de leur mauvaise répartition, la politique publique s’octroie l’usage du terme « don ». Ce mécanisme consolide une politique de la pitié et non une politique de la justice (Boltanski, 2007). Le lex publica, cet intérêt de l’État et du peuple d’accéder directement à la nourriture, disparaît dans la consolidation d’un deuxième marché, celui des sous-produits19. Motivé par le lex mercatoria, l’impossible accès à l’alimentation des plus vulnérables apparaît comme un nouveau besoin identifié auquel l’économie marchande répond et par le biais duquel elle s’impose par l’usage de règles et de normes sanitaires et économiques. Le marché fixe, ainsi, la flexibilité des DLUO – qui deviennent adaptables – même si, par ailleurs, elles imposent la surproduction dans un fort turnover des produits (Ariès, 2016).

  • 20 Goodall J., Mcavoy G., Hudson G. (2008), Nous sommes ce que nous mangeons, Arles, Actes Sud.
  • 21 Agamben G. (2014), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot et Rivages (Petite bibliothèque), p. (...)

32Les dimensions d’ordre éthique – que sont le respect de la dignité des personnes mais aussi celui de leurs cultures, pour lesquels se battent les organisations sans parvenir à un droit opposable depuis 2002 (Ziegler, 2002), année au cours de laquelle un groupe de travail international s’est constitué pour réfléchir au droit à l’alimentation au sein des Nations unies – sont, ici, mises à mal. Malgré les textes, l’intérêt de la personne n’est toujours pas au cœur du système. Or, la nourriture n’est pas un objet anodin, elle fait corps avec celui de l’individu. « Nous sommes ce que nous mangeons20. » La qualité, la quantité et la manière de distribuer sont donc autant d’aspects à comprendre comme constitutifs du corps de celui à qui l’on donne qui est un Être pourvu de droits, et non une variable d’ajustement. Cet aspect est très bien décrit dans les travaux de Giorgio Agamben qui perçoit au nom d’une définition restrictive de la qualité, un processus de déshumanisation dans les dispositifs : « Ce qui définit les dispositifs auxquels nous avons à faire dans la phase du capitalisme est qu’ils n’agissent plus par la production d’un sujet, mais bien par des processus que nous pouvons appeler des processus de désubjectivation21. »

33La personne apparaît, de moins en moins, comme celle à laquelle il faut apporter une réponse : elle n’est pas considérée par rapport à ses droits fondamentaux et, donc, comme acteur social. L’analyse de la restructuration de l’aide alimentaire que montre cette enquête donne à voir comment, ces dernières années, une gestion de masse semble prendre le pas sur un traitement individualisé des besoins. La prise en charge des situations et des populations vulnérables s’accompagne d’un pragmatisme utilitariste croissant qui met en tension deux phénomènes : celui du gaspillage de la nourriture et celui de son accessibilité. Les associations, prises dans les conventions de don, doivent prendre et donner en fonction des règles qui gouvernent la sécurité des aliments et la gestion alimentaire, quand, pourtant, ses bénévoles et les agents qui l’incarnent au quotidien voudraient pouvoir répondre aux besoins perçus sur le terrain et, ainsi, « donner » dans le respect de la dignité. Les coopérations – qui s’étaient établies entre les acteurs – sont mises à mal quand il devient indispensable d’obtenir des conventions officielles. Avant cette obligation, les associations s’entendaient pour se répartir les jours de ramasse qui correspondaient à leurs distributions.

  • 22 http://www.wearephenix.com/

34Désormais, les magasins de grande ou moyenne distribution préfèrent avoir un interlocuteur capable de venir chaque jour de l’année plutôt qu’une association dont la présence ou l’absence des bénévoles et la saisonnalité des distributions rendent les passages plus aléatoires. Paradoxalement, les nouvelles structures, nées au lendemain de la loi Garot, qui récupèrent les invendus pour les revendre, à moindre coût, ou les redistribuer sont des concurrents, malgré les dynamiques de partenariat. C’est le cas de Phénix22, maillon supplémentaire et nouvel arrivant dans la chaîne de redistribution. Les magasins vont au plus simple : ils conventionnent avec ceux qui parlent le langage de l’entreprise et qui adoptent leurs règles. Les structures doivent fonctionner comme des entreprises ou risquent de disparaître. Les relations deviennent professionnelles et des résultats sont attendus pour justifier les investissements (Hubert et Nieuwenhuys, 2010). Cette désubjectivation visible – le stock et les chiffres ont plus d’importance que la qualité des liens tissés avec les personnes – aboutit à une déshumanisation du don ressenti et exprimé par les personnes interrogées. Un retour est attendu, mais pas de celui à qui l’on donne ; il s’agit de l’État qui défiscalise. Ainsi, celui qui est destinataire de la marchandise se retrouve dans l’impossibilité de rendre en retour. Une telle relation s’inscrit dans un processus de domination des plus vulnérables.

Conclusion : vers la biopolitique

35Loin de jouer le rôle d’État providence agissant contre les inégalités, le passage par la pensée foucaldienne permet d’envisager, ici, un gouvernement de plus en plus contraint par le marché pour lequel la prise en compte du risque devient un instrument de contrôle, y compris de la liberté, et donc un moyen de faire accepter des choix intrusifs et restrictifs de la liberté individuelle (Foucault, 2004).

36Les normes agissent par le biais d’injonctions faites aux associations, en relation avec les corps des personnes et ainsi qu’en termes de vie ou de mort. Dans ce cas précis, le risque encouru, du fait de la confusion dans l’usage du terme « don », est de favoriser l’émergence cachée d’un marché de la faim qui s’inscrit dans le cadre du capitalisme et de ses règles. Retirer l’autonomie et la liberté de donner aux bénévoles selon leurs propres règles est ressenti et exprimé comme une déresponsabilisation, qui rompt la confiance au sein d’un système d’entraide et de solidarité, situé en dehors des règles marchandes. Par contrecoup, la mission même des associations peut se trouver fragilisée, puisque leurs agents peuvent être désorientés et être tentés de réduire leurs soutiens. Dans l’absolu, qu’attendent et que demandent ces agents-citoyens ? Que ces associations matérialisent le droit à l’alimentation, en lieu et place de l’État ? Plus certainement, que l’État le fasse et qu’il applique ce à quoi l’oblige sa Constitution et les traités qu’il a ratifiés avec leurs références aux Droits de l’homme. L’enjeu de l’urgence – reconnaître l’existence de toute personne comme sujet de droit, y compris celui qui a recours à l’aide alimentaire – se trouve, à nouveau, posé comme un défi.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G. (1997), Homo sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Seuil [1re éd. 1995].

Agamben G. (2014), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages poche (Petite bibliothèque).

Ariès P. (2016), Une histoire politique de l’alimentation. Du paléolithique à nos jours, Paris, Max Milo.

Boltanski L. (1993), La souffrance à distance, Paris, Gallimard (Folio essais) [1re éd. 2007].

Bonneuil C., Thomas F. (2009), Gènes, pouvoirs et profits. Recherche publique et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM, Versailles, Quæ.

Boucobza X. (2012), « La méthode de promotion de la sécurité alimentaire », Revue internationale de droit économique, 26/4, p. 71-85. DOI : 10.3917/ride.258.0071

Castel R. (2009), La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil (La couleur des idées).

Foucault M. (2004), Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard.

Godbout J-T. (2000), Le don, la dette et l’identité. Homo donator versus homo oeconomicus, Paris, La Découverte (MAUSS).

Godbout J.-T., Caille A. (1992), L’esprit du don, Paris, La Découverte.

Goodall J., Mcavoy G., Hudson G. (2008), Nous sommes ce que nous mangeons, Arles, Actes Sud.

Hubert H.-O., Nieuwenhuys C. (2010), L’aide alimentaire au cœur des inégalités, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales).

Mauss M. (1925), Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, présentation par Florence Weber, Paris, Puf [1re éd. 2012].

Müller B. (2013), The Gloss of Harmony: The Politics of Policy-Making in Multilateral Organisations, Londres, Pluto Press.

Retiere J.-N., le Crom J.-P. (2018), Une solidarité en miettes. Socio-histoire de l’aide alimentaire des années 1930 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ziegler J. (2002), Le droit à l’alimentation, Paris, Fayard (Mille et une nuits).

Haut de page

Notes

1 Selon la dernière enquête de l’IFOP réalisée, en 2016, pour la Banque alimentaire.

2 En 1992, la chercheuse Kathy L. Radimer définit l’insécurité alimentaire ainsi : « La disponibilité limitée ou incertaine d’aliments adéquats nutritionnellement et sûrs, ou une capacité limitée ou incertaine pour acquérir des aliments appropriés par des moyens socialement acceptables » (Étude FORS-Recherche sociale, 2013).

3 La confiscation des ressources alimentaires peut s’observer dès le champ de l’agriculteur, à travers les droits de propriété intellectuelle sur les semences (Bonneuil et Thomas, 2009), dans les instances internationales telles que la FAO (Müller, 2013) comme dans la gestion de l’accès aux aliments (Ariès, 2016).

4 Source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, Le MAG, 96, juin 2016.

5 Loi no 2016-138 du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

6 Ces matériaux sont issus de participations observantes effectuées lors des maraudes, des distributions de repas chauds la nuit et de distributions de denrées, en journée, dans deux centres de distribution où j’effectuais les mêmes tâches qu’un bénévole. J’ai mené des entretiens auprès d’une cinquantaine de bénévoles soit dans les camions, soit lors de temps dédiés ; j’ai complété ces données par la tenue d’un groupe d’analyse des pratiques, coanimé avec une psychologue, portant sur la file d’attente, la mise en place d’une formation dédiée aux maraudeurs et la participation à des ramasses. Ces temps de travail ont été l’occasion d’élaborer des outils dédiés aux bénévoles, avec eux, et de travailler les restitutions. Par ailleurs, j’ai également suivi un groupe de personnes vivant dans la rue pendant plus de six mois, et réalisé une enquête auprès d’une soixantaine de bénéficiaires de l’aide alimentaire sur la qualité des produits. J’ai mené une quinzaine d’entretiens plus approfondis, dont certain filmés.

7 Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

8 La maraude alimentaire consiste en une tournée de rue, auprès des personnes SDF et constitue une forme de la visite à domicile.

9 La « ramasse » désigne l’opération de collecte des produits frais (viande, fruits et légumes), donnés par les magasins partenaires, qui seront redistribués ensuite, sous forme de panier alimentaire, aux bénéficiaires.

10 Les bénévoles sont accueillis de manière très positive par les personnes qui bénéficient de l’aide alimentaire, quand les professionnels sont craints. Lors de mon expérience de terrain, j’ai été saisie d’entendre une jeune femme bénéficiaire dire à son collègue en parlant de moi : « Tu peux lui parler, à elle, elle n’est pas assistante sociale ! »

11 L’intercampagne se déroule sur deux périodes, d’avril à juin et de septembre à octobre.

12 Le barème est calculé en fonction du reste à vivre des personnes (soit l’ensemble des revenus auxquels sont soustraits toutes les dépenses), il est tenu secret et évolue en fonction des nécessités et de la quantité de nourriture disponible.

13 Une maraude alimentaire correspond à une distribution de repas chauds. Celle des Restos du cœur du 93 se déroule en camion. Elle est divisée en 7 tournées qui rayonnent sur l’ensemble du département et permet d’apporter un repas chaud à environ 500 personnes rencontrées individuellement ou lors d’arrêts. Chaque tournée comporte entre 6 et 12 arrêts, et mobilise 2 à 3 bénévoles.

14 Certains points de rencontre peuvent passer subitement de 50 personnes un soir à plus de 100 le lendemain.

15 Une cuisine centrale est la cuisine d’un établissement qui fabrique sur place la nourriture pour une ou plusieurs structures.

16 « Art. L. 541-15-4. La lutte contre le gaspillage alimentaire implique de responsabiliser et de mobiliser les producteurs, les transformateurs et les distributeurs de denrées alimentaires, les consommateurs et les associations. Les actions de lutte contre le gaspillage alimentaire sont mises en œuvre dans l’ordre de priorité suivant : 1o La prévention du gaspillage alimentaire ; 2o L’utilisation des invendus propres à la consommation humaine, par le don ou la transformation […]. »

17 L’entreprise récupère donc 66 % de déduction sur un maximum de 20 % du revenu imposable basé sur le coût des produits même s’il est donné la veille de DLC. En 2016, à trois jours de cette date, le produit n’était pris en compte que pour 50 % de sa valeur.

18 « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment par l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires. »

19 Produit dérivé d’un autre. Mauvaise imitation, produit de qualité médiocre (dictionnaire Larousse).

20 Goodall J., Mcavoy G., Hudson G. (2008), Nous sommes ce que nous mangeons, Arles, Actes Sud.

21 Agamben G. (2014), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot et Rivages (Petite bibliothèque), p. 43.

22 http://www.wearephenix.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Bonzi, « Dilemme de l’aide alimentaire et conflits de normes », Socio-anthropologie, 39 | 2019, 67-82.

Référence électronique

Bénédicte Bonzi, « Dilemme de l’aide alimentaire et conflits de normes », Socio-anthropologie [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5248 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5248

Haut de page

Auteur

Bénédicte Bonzi

Bénédicte Bonzi est anthropologue. Elle finalise une thèse sur le thème du don et des violences alimentaires à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). Elle s’intéresse aux questions d’accès à l’alimentation en temps de guerre, de crise et de paix. Elle a effectué un premier travail au Kurdistan irakien dont l’ouvrage Le blé dans la tourmente (Les Éditions du Panthéon, 2018), s’intéresse à la continuité de la violence faite au vivant.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals