Skip to navigation – Site map
Dossier : Sécuriser l’alimentation ?

De quoi la sécurisation alimentaire des « démunis » est-elle le nom ?

What does food security for the ‘disadvantaged’ stand for?
Matthieu Duboys de Labarre and Chantal Crenn
p. 83-98

Abstracts

This work aims to analyse the food securisation of “needy” in France. It is based empirically on collective intervention research, ECOALES (Empowerment, Food Behaviour and Solidarity Economy), which took place from 2012 to 2016. It is about understanding at the same time the evolutions of social treatment of poverty and to question articulation of political logics with actor’s experience (associations, volunteers and beneficiaries). How we went from a logic of “hunger scandal” in societies of plethora to a public health then sustainable food issues. After having qualified them, we show how the links between the public authorities and the associations constitute a supervision of food aid’s field and what are the repercussions.

Top of page

Full text

1Cet article se penche sur la question de la sécurisation alimentaire des publics dits « défavorisés » en France en se basant sur une expérimentation dans des épiceries sociales de Nouvelle-Aquitaine. Ce travail se veut à la croisée d’une sociologie de la construction des politiques publiques et d’une anthropologie « par le bas » des pratiques quotidiennes d’approvisionnement alimentaire. Au travers de ce regard porté sur l’aide alimentaire, il s’agit, à la fois, de comprendre les évolutions du traitement social de la pauvreté sur la base d’un cadre d’action spécifique (la lutte contre la faim) et d’interroger l’articulation de ces logiques politiques avec l’expérience des acteurs.

  • 1 Ecoales a été coordonnée par le Centre Émile-Durkheim (CNRS, Sciences Po Bordeaux et université Bo (...)
  • 2 Association nationale des épiceries solidaires, un des réseaux français regroupant ce type de stru (...)
  • 3 Uniterres, qui est expérimenté dans les régions Poitou-Charentes, Aquitaine et Midi-Pyrénées, repo (...)

2Ce texte s’appuie empiriquement sur une recherche interventionnelle collective, Ecoales (Empowerment, comportement alimentaire et économie solidaire)1, qui s’est déroulée de 2012 à 2016 au sein d’épiceries solidaires du réseau Andes2 et qui avait pour objectif d’accompagner l’intervention Uniterres3. Il est d’abord le fruit d’un constat empirique fort qui nous a interrogés : les épiceries sociales – que nous avons enquêtées – sont des lieux marqués, tant par des formes d’injonctions, de violences symboliques, que par des résistances (Delavigne et Crenn, 2017). Cela se cristallise, tout particulièrement, sur la question des légumes. Mais il est également le produit d’une nécessité analytique, allant du micro au macro, en passant par le méso. Pour comprendre de quoi cette sécurisation alimentaire est le nom, il nous a fallu articuler une approche sociohistorique et institutionnelle de la construction du champ de l’aide alimentaire à une anthropologie « par le bas » du fonctionnement des épiceries. C’est sous cet angle que nous pouvons saisir toute la complexité des interactions qui se nouent en face en face (Goffman, 1963).

  • 4 Pour un des fondateurs de l’ANDES, l’acte d’achat est censé redonner de la dignité aux « pauvres » (...)
  • 5 La dénomination « bénéficiaire » contient, en elle-même, des limites idéologiques qui nécessitent (...)
  • 6 Centre communal d’action sociale. Dans les deux villes où nous avons observé le fonctionnement des (...)

3Deux perspectives, touchant au traitement social de la pauvreté (Agier, 1995 ; Hoggart, 1970), ont irrigué notre réflexion. La première porte sur la dimension caritative qui marque l’aide alimentaire. Nous sommes en présence de « dons » à l’échelle de l’approvisionnement des épiceries et « d’achat » à prix extrêmement bas pour les « clients »4. Cela va considérablement marquer les relations entre les différents protagonistes, à la fois au travers de la charge morale intrinsèque à cet acte et parce qu’il dresse une « frontière symbolique » entre celui qui vend et celui qui achète. La seconde est à rapprocher d’une vision foucaldienne des espaces de pouvoir et de contrôle qui passe par des processus de rationalisation. Nous verrons comment le changement de statut des dits « bénéficiaires5 » en clients et le progressif encadrement administratif de l’activité des épiceries nous permettent d’éclairer les enjeux entre professionnels des CCAS6 et/ou des associations en charge des épiceries et bénévoles, « bénéficiaires » et bénévoles « bénéficiaires ».

  • 7 Membre de l’association porteur du projet et personnes travaillant dans les épiceries.

4Dans un premier temps, nous décrirons la succession de « strates » qui ont présidé à la structuration du champ de l’aide alimentaire depuis la fin des années 1980. Nous verrons comment nous sommes passés d’une logique de « scandale de la faim » dans des sociétés de pléthore à un glissement vers des problématiques de santé publique, puis d’alimentation durable. Cette sédimentation d’attentes contradictoires nous permettra de saisir la complexité des relations et des enjeux moraux qui se cristallisent dans l’acte caritatif. Nous l’analyserons au travers de l’exemple particulièrement emblématique de la distribution de légumes. Dans un second temps, nous qualifierons le progressif processus d’encadrement de l’aide alimentaire. Ces évolutions se sont accompagnées d’un triple mouvement touchant, à la fois, à la conception des « bénéficiaires » et aux relations entre pouvoirs publics et associations. Nous verrons que cela éclaire le fonctionnement des épiceries comme la place respective de ses protagonistes. C’est aussi à l’aune de cette régulation que nous questionnerons le manque de capacité réflexive des acteurs « caritatifs7 » sur l’expérimentation.

5Les résultats de ce travail se basent sur une approche ethnographique mêlant recherche documentaire (législation française et européenne, plans d’action et littérature grise sur le domaine), entretiens semi-directifs et observations. Un corpus de dix-sept entretiens a été réalisé auprès de certains salariés de l’association ANDES, des politiques et administratifs au niveau local (DRAAF et ARS Aquitaine et Poitou-Charentes, régions et départements) et au niveau national (plusieurs directions au sein du ministère de la Santé et de l’Agriculture). Ces entretiens ont été complétés par des observations participantes réalisées au sein du comité de pilotage et au cours des différentes réunions liées au projet. Par ailleurs, des entretiens et des observations participantes ont été réalisés à Bruxelles lors de visites de l’ANDES (rencontres avec des membres de plusieurs institutions et associations européennes : associations, parlementaires, plusieurs directions de la Commission et membres de la représentation permanente de la France). Un cadre méthodologique similaire a été mis en place au niveau des épiceries solidaires (observations directes et entretiens auprès des salariés, des bénévoles et des usagers). Plus précisément, nous nous appuierons ici sur des observations issues de deux épiceries dans les villes de Bergerac et de Miramont de Guyenne situées en territoire dit « rural ».

Les logiques de l’aide alimentaire : de l’économie de la charité à la « durabilité »

L’aide alimentaire comme variable d’ajustement de la surproduction

  • 8 Les principales sources d’approvisionnement actuelles de l’aide alimentaire en France sont les aid (...)
  • 9 C’est Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, et Coluche, comique français, q (...)

6La première impulsion politique autour de l’aide alimentaire s’est construite au travers de la notion classique de sécurité alimentaire. Il s’agissait de répondre, d’un point de vue quantitatif, aux besoins en fournissant des biens alimentaires aux populations défavorisées. Qui plus est, comme l’illustrent les sources d’approvisionnement de l’aide alimentaire8, cette première « couche » s’inscrit dans ce que nous qualifions de « scandale du gaspillage ». Comment, dans une société de surproduction et de surconsommation, est-il possible que des gens n’aient pas suffisamment à manger ? La réponse initiée au niveau européen, sous l’impulsion française9, est emblématique de cette posture.

  • 10 Les stocks d’intervention étaient troqués par les États membres contre des denrées alimentaires au (...)

7Le Conseil européen crée, en 1987, le Programme européen d’aide alimentaire aux plus démunis (PEAD). Son inscription dans la Politique agricole commune (PAC) établit un lien avec la sphère agricole. Le PEAD repose sur la possibilité offerte aux pays membres d’utiliser les stocks d’intervention de produits bruts10. La politique européenne, en ce domaine, constitue un mécanisme de stabilisation des prix agricoles. Ainsi, l’aide alimentaire est perçue comme l’une des variables d’ajustement de la situation de surproduction de cette période.

  • 11 Le FEAD dépend du Fond social européen (FSE) et non de la PAC.

8Dès les années 1990, les stocks ne sont plus suffisants et une enveloppe financière issue de la PAC vient alimenter le PEAD. Une fois encore, au travers de ce mécanisme, l’approvisionnement de la filière européenne « Aide alimentaire » s’appuie sur les circuits longs et l’industrie agro-industrielle. En ce qui concerne la France, en 2004, est mis en place le Programme national d’aide alimentaire (PNAA). Il vise à améliorer et à diversifier l’approvisionnement. En 2011, plusieurs pays, dont la République fédérale d’Allemagne, vont contester l’enveloppe financière européenne. Le PEAD sera alors remplacé, en 2014, par le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD11).

9Historiquement, en France, ce sont quatre acteurs du milieu caritatif (les Restaurants du cœur, les banques alimentaires, la Croix-Rouge et le Secours populaire) qui seront désignés par l’État pour bénéficier du PEAD (ainsi que du PNAA, à partir de 2004). Ils vont structurer le champ de la sécurisation alimentaire des personnes en situation de précarité. Ce modèle s’apparente à une délégation de service public et implique des liens étroits entre administration centrale et associations.

10Ainsi, les interactions entre l’aide alimentaire et l’agroalimentaire sont intégrées à la logique productiviste dominante (Duboys de Labarre et al., 2016). Cela est vrai des appels d’offres qui s’adressent aux filières longues, mais cela l’est également au niveau européen. Par ailleurs, l’approvisionnement de l’aide alimentaire est conçu, pour partie, comme devant se tourner vers des sources évitant le « gaspillage » : récupération des invendus, lots comportant des défauts (tant qu’ils ne sont pas impropres à la consommation) ou excédents agricoles. Toutes ces orientations renvoient l’aide alimentaire, à la fois, à une logique traditionnelle de sécurité alimentaire et à un rôle de « variable d’ajustement » de la surproduction.

  • 12 Kessl F. (2014), « Charity Economy: A Symbol of a Fundamental Shift in Europe », Paper presented a (...)

11L’aide alimentaire en France constitue un pilier de ce que Fabian Kessl décrit comme la nouvelle économie de la charité (2014) : « A distribution system in which elementary goods—often goods considered to be surplus—are distributed or sold at discount prices to “the poor” or “the needy” through voluntary helpers12. » Deux idées principales irriguent cette notion : l’observation d’un glissement (retour ?) de formes traditionnelles de l’État-providence vers une logique caritative : délégation de l’action à des acteurs de la société civile, les ONG, au travers d’une aide matérielle (et non monétaire) ; mais aussi, comme nous l’avons décrit, le fait que ce système soit adossé à l’économie de marché en permettant de gérer la surproduction.

Les « populations précaires » : une cible prioritaire de santé publique

12À partir du début des années 2000, sous l’impulsion du Plan alimentation et insertion (PAI, 2003), puis de la première enquête ABENA (Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l’aide alimentaire, financée par le PNAA en 2005) et enfin du Plan national nutrition santé 2 (2006), une nouvelle sensibilité émerge.

13On assiste à un déploiement d’une injonction diététique orchestrée tant par les pouvoirs publics et leurs politiques sanitaires que par les ONG et par l’industrie agroalimentaire. Chacun est désormais amené à devoir optimiser son corps, son alimentation, ses performances physiologiques et cognitives, sa vie biologique et sociale. Cette invitation à la maximisation de soi a donc investi, via leurs concepteurs (Fassin et Memmi, 2004), les programmes de santé publique. Face à ce processus de nutritionnalisation (Poulain, 2009), les corps des populations dites précaires deviennent une cible prioritaire.

14Une série d’actions se focalise sur les changements de comportements alimentaires, avec un glissement de la question de la quantité (avoir suffisamment à manger) vers celle de la qualité et de la diversité nutritionnelles. Cette inflexion est présente dans le PNAA évoqué dans le paragraphe précédent. Cette politique nationale d’approvisionnement de l’aide alimentaire est hybride, entre un souci de sécurité alimentaire au sens classique et des questions de santé publique (au travers de la préoccupation pour la diversité et les produits frais).

  • 13 Issues du PAI qui n’est plus financé depuis 2015.

15Cette « couche » ne s’intègre pas naturellement avec la première logique. Elle entre, pour partie, en contradiction avec cette dernière (récupération des surplus et des invendus de la grande distribution contre la mise en avant de la diversité, l’équilibre et les produits frais). Cela est particulièrement flagrant quand se télescopent, dans le même lieu, des étals défraîchis avec des affiches13 illustrées par de beaux fruits et légumes.

16Par ailleurs, l’insistance sur les changements de pratique et l’éducation nutritionnelle porte, en germe, la question de la responsabilisation des personnes en situation de précarité. Elle va s’inscrire dans l’utilisation de produits bruts et frais et l’émergence d’activités collectives autour de ces denrées (ateliers cuisine et jardins potagers collectifs). Fournir des légumes frais implique pour les personnes de transformer (stocker, laver, préparer, cuire...). Ces pratiques domestiques deviennent un enjeu dans l’aide alimentaire. L’injonction à cuisiner (c’est-à-dire à plus d’« autonomie » alimentaire) se fait en cohérence avec le « message diététique ». La mise en place d’ateliers de cuisine est censée régler des défaillances, tant en termes de sociabilité que de compétences. Mais ces représentations réactualisent aussi la valeur « travail » en la fondant sur la sphère domestique. L’insistance sur les légumes frais (leur cuisson, leur récolte) suppose de remettre « les pauvres » en activité.

17Dans les stéréotypes, fréquemment véhiculés par les acteurs de terrain, les bénéficiaires sont parfois perçus comme des « inactifs », des « profiteurs » : notamment, quand ils préfèrent acheter des plats préparés, des légumes surgelés plutôt que de choisir des légumes frais qu’il faut laver, couper et cuisiner soi-même ou qu’ils « désertent » les ateliers de cuisine ou de jardinage mis en place « exprès pour eux ». « Une fois par mois, on cuisine avec les légumes cultivés par les agriculteurs. L’autre jour, on voulait préparer un gratin de courgettes mais ça ne les intéresse pas. Ils ont la flemme de faire à manger. Ils préfèrent les plats cuisinés », explique une bénévole

18Parfois, les clients préfèrent s’approvisionner ailleurs en légumes (voire les cultiver ou se les faire offrir par leur réseau amical) et ainsi acheter à l’épicerie sociale, à bas prix, des marchandises onéreuses ailleurs. Tel est le cas de Carole (50 ans, au chômage, mère de quatre enfants et fille de harki) qui vit très mal de devoir acheter des légumes alors que son mari cultive les siens propres dans leur jardin potager : « On a tout ce que l’on veut à la maison et, en plus, ils sont meilleurs, car c’est mon mari qui s’en occupe ! En fait, ça m’intéresse quand je n’ai pas les légumes chez moi. »

Aide alimentaire et agriculture « durable »

  • 14 Cette réflexion est animée par différents acteurs (associations agricoles, secteur de l’économie s (...)

19Au début des années 2010, en France, émerge une dynamique plurielle et multiforme14 qui vise à proposer un autre modèle d’aide alimentaire. Cette dernière strate vient se superposer aux deux précédentes. Elle s’inscrit, pour partie, dans le prolongement de l’idée que la sécurisation alimentaire est aussi un problème de nutrition, en posant la question de l’accès à une alimentation de qualité (diversité des produits frais), mais elle va au-delà. Deux idées principales irriguent ce mouvement. La première, évoquée plus haut, est que les sources conventionnelles de l’aide alimentaire ne sont pas satisfaisantes en ce qui concerne les produits frais, tant en termes de diversité, de qualité que de quantité. La seconde, issue conjointement de certains mouvements agricoles et de la consommation critique (Dubuisson Quellier, 2009 ; Pleyers, 2011), est qu’il faut rétablir un lien entre producteur et consommateur dans le but de soutenir une agriculture durable et de proximité.

20Cette dernière vague insiste sur le lien entre une certaine forme d’agriculture et l’aide alimentaire. Elle est portée par des acteurs spécifiques et minoritaires dans l’aide alimentaire : des associations issues du secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS), des chercheurs, certaines collectivités territoriales et des membres de services déconcentrés de l’État et, plus récemment, des associations du monde agricole (les Civam, Centres d’initiatives pour favoriser l’agriculture et le milieu rural, par exemple). Le développement de financements, sous formes d’appels d’offres et de projets, a favorisé l’éclosion d’une multitude d’initiatives s’inscrivant dans cette logique.

  • 15 Le basculement du PEAD au FEAD a porté un coût d’arrêt au financement européen des épiceries (le F (...)

21Uniterres, qui a été l’objet de notre terrain, participe de cette vague. Ce dispositif va contribuer à renforcer la légitimité de cette approche, en particulier par le soutien de l’Andes au niveau de l’administration centrale (DGCS). L’association entre aide alimentaire et agriculture alternative est une logique marginale de ce secteur. Toutefois, elle sera sanctionnée positivement par le Crédit national des épiceries sociales (CNES), en 2013-2014, à la suite de la réforme du PEAD évoqué plus haut15.

22Cette action expérimentale se met en place autour d’un dispositif d’approvisionnement en circuit court de proximité destiné à fournir ces épiceries en produits alimentaires saisonniers, frais et variés. Pour ce faire, un réseau de producteurs locaux, souvent en situation de fragilité financière, a été constitué à l’échelle régionale. Des précédents, notamment anglo-saxons, existent, pour résoudre ce qui est désigné outre-Atlantique comme « food gap » et atteindre plus de « justice alimentaire ». Chercher à fournir de la « qualité » (de l’achat, du frais, du bio) est un retournement des principes de l’aide alimentaire qui ne va pas sans produire de tensions aussi bien dans les lieux de distribution que sur les territoires (Delavigne, 2012).

23De la même manière que dans le champ humanitaire international, on trouve, finalement, au sein de ces économies, dites « solidaires », des expressions morales paradoxales, certains professionnels et bénévoles estiment incarner, par des aides alimentaires nouvelles, une résistance à ce que Polanyi appelle « l’économie de marché » en proposant des circuits courts, du qualitatif au lieu du quantitatif alimentaire grâce à l’introduction de légumes frais, bio, en plus des rebuts de la grande distribution. D’autres, au contraire, considèrent que tout ceci n’est qu’artifice et estiment devoir se plier, pour bénéficier des aides de l’association nationale, à une philosophie « bien-pensante », à travers la vente de légumes « moches », « soi-disant bio », à laquelle ils n’adhèrent pas (eux-mêmes et les bénéficiaires). Dans plusieurs épiceries, forcer les bénéficiaires à choisir les légumes revient à éviter le gaspillage, à vider les stocks et à contribuer au succès de l’action (par ailleurs très médiatisée) : assurer la survie économique des producteurs dont une partie est en difficulté, justifier les financements, légitimer l’embauche de salariés. Toutefois, les différents positionnements des professionnels et bénévoles sont à resituer dans des enjeux plus globaux et qui leur échappent en partie. En effet, cette dimension qualitative correspond, sur le marché de l’aide alimentaire, à un nouveau débouché en termes de subventions, d’emplois et de reconnaissance dans le champ politique national.

L’encadrement de l’aide alimentaire

24Au-delà de la superposition de ces différentes visions de la sécurisation alimentaire et de leurs contenus moraux, il faut également se pencher sur l’évolution de la relation entre les pouvoirs publics et les associations. Nous avons identifié trois mouvements majeurs. Le premier, illustré par la mise en avant du modèle des épiceries, est le passage d’une logique caritative à une logique d’insertion sociale et de responsabilisation des bénéficiaires. Le deuxième mouvement touche à une rationalisation et à une professionnalisation de l’aide alimentaire médiatisées par la centralisation des appels d’offres et la mise en place d’un système informatique de traçabilité au sein des associations. Enfin, le troisième mouvement concerne les modalités de financements des actions (hors approvisionnement) et leurs conséquences. UNITERRES en sera un exemple empirique.

Les épiceries sociales : innovation sociale et injonction à la responsabilité

25S’il n’est pas nouveau que les mouvements caritatifs, en particulier ceux tournés vers l’alimentation, sont marqués par une volonté de « réforme » des comportements des populations auxquels ils sont destinés, une inflexion significative est perceptible en ce qui concerne l’aide alimentaire en France. Nous passons d’une logique caritative « pure » à une logique de responsabilisation illustrée par le modèle des épiceries sociales et solidaires.

26Le principe de ces établissements est de demander une participation financière aux personnes en situation de précarité. Baptisées « épiceries », on y fait payer 10, 20 ou 30 % de la somme réelle d’un produit. Un tel dispositif, présenté comme une application du principe de Mauss (Malandrin et Ferraton, 2004), est supposé permettre de redonner de la dignité aux personnes. L’objectif de lutter contre la stigmatisation, liée au fait d’être « bénéficiaire » de l’aide alimentaire, est affiché dans la charte du réseau Andes : « La contribution financière participe à la dignité des personnes et à la liberté de choix […] le fait de payer […] les affranchit du sentiment d’être redevable […]. Un des principes fondamentaux des épiceries solidaires est de faire en sorte que la lutte contre l’exclusion ne s’accompagne pas d’une forme d’assistanat. » Soulignons que la participation financière sollicitée est indispensable à certaines épiceries pour assurer leurs coûts de fonctionnement.

  • 16 « Missions de l’épicerie solidaire », charte du réseau Andes, mise à jour adoptée le 23 avril 2012

27La précarité est évaluée par des travailleurs sociaux, extérieurs ou salariés de l’épicerie, qui vont déterminer une durée d’accès à ces services et une valeur mensuelle d’aide alimentaire à partir d’un calcul des rapports entre ressources et dépenses (« le reste à vivre »). L’objectif concret que se donnent les épiceries sociales et solidaires est de réduire temporairement le budget alimentation des bénéficiaires pour l’affecter à d’autres postes. Les exemples de ces « coups de pouce » sont l’accès au logement, le passage du permis de conduire, l’achat de matériels électroménagers, le remboursement de dettes. Cet objectif se révèle souvent caduc tant les situations de précarité économique des « bénéficiaires » sont importantes. Il a cependant l’avantage de fournir un outil aux épiceries qui l’appliquent pour gérer les demandes exponentielles. Chacune des épiceries rencontrées précise les critères permettant de sélectionner les bénéficiaires (et, par là, peut être assimilés à une pratique d’encadrement des classes populaires : Mauger, 2001). D’autant que l’accès aux services de l’épicerie est fonction, non seulement, d’aspects financiers, mais également d’engagement dans « un projet personnel » visant « l’insertion durable des personnes en situation de difficulté financière »16. C’est, en partie, ce qui fait du champ de l’aide alimentaire un outil de gestion de la pauvreté (Lhuissier, 2007).

28Ce modèle est largement promu par l’administration centrale qui, en soutenant l’activité de l’ANDES, le met « en avant » comme une forme « d’innovation sociale » pour le secteur de l’aide alimentaire. L’appui à cette association lui permet indirectement de toucher les acteurs de l’aide alimentaire majoritaires (les quatre grandes associations) et ainsi de pousser à la généralisation d’une philosophie inspirée d’une forme entrepreneuriale de l’économie sociale et solidaire.

29Progressivement, cette dernière colonise l’ensemble de la sphère de l’aide alimentaire, en particulier autour de la notion d’atelier et de projet personnel évoqués plus haut. Cela s’accompagne d’une certaine injonction à la participation : « le bénéficiaire » doit être acteur, dans une logique guidée par la notion de réinsertion sociale.

30Il ne s’agit plus uniquement de dons accompagnés d’actions centrées sur l’éducation comme dans la logique caritative, mais de la mise en avant de la participation et de la responsabilisation « individuelle ». Cette bascule renvoie à l’importance que prend le « souci de soi » et ses techniques dans nos sociétés contemporaines. Elle est d’ailleurs médiatisée dans les épiceries par des ateliers directement orientés vers cette sphère (intervention d’esthéticiennes par exemple). Les préoccupations autour d’une alimentation « saine » ou « durable » sont également au cœur de cette logique. Mais, dans le cadre de l’aide alimentaire, cela s’exprime comme un gouvernement, une discipline des corps : une relation de pouvoir asymétrique orienté vers le souci de soi et la responsabilité individuelle. C’est le cas pour Monique, 55 ans, au chômage et qui vit avec son compagnon et trois de ses fils qui travaillent comme intérimaires :

  • 17 Angélique est la conseillère en économie sociale et familiale de l’épicerie.

Les légumes, ça n’intéresse pas ma famille. Moi, j’aimerais bien, car j’ai du cholestérol mais ça ne remplit pas. Mon mari et mes enfants veulent manger des choses qui tiennent au corps… il faut qu’ils tiennent toute la journée quand ils sont sur les chantiers ou dans les vignes. À la maison je ne décide pas ! Si je ne cuisine pas des gros plats pour eux, ça ne va pas. Alors mes kilos en trop… ça passe après. C’est difficile d’être comme il faut. Il faut répondre aux attentes d’Angélique17, puis à celles de mon mari…

31Dans les épiceries nous pouvons observer une superposition d’injonctions : redevenir acteur de son « soi » par l’acte de « bon achat », se réinsérer socialement en participant aux ateliers alimentaires, bien se nourrir en termes de santé pour optimiser son corps, bien se nourrir en termes de durabilité environnementale.

Rationalisation de l’aide alimentaire : le renforcement du contrôle administratif

  • 18 Évaluation du programme européen d’aide aux plus démunis et de l’organisation de l’aide alimentair (...)
  • 19 Cour des comptes, « Sur les circuits et mécanismes financiers concourant à l’aide alimentaire en F (...)

32À la suite d’un rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) et du CGAAER (Conseil général de l’agriculture de l’alimentation et des espaces ruraux)18, puis de la Cour des comptes19, une série de mesures ont été prises par l’administration centrale pour remédier aux « dysfonctionnements » mis en exergue. Ces réformes visaient à rationaliser l’approvisionnement issu des aides publiques (via le PEAD et le PNAA) et à améliorer la remontée d’informations sur l’activité des acteurs de l’aide alimentaire.

33Un premier volet a eu pour objectif de mieux gérer les appels d’offres. En particulier de les mutualiser par produits plutôt que chaque association exprime ses besoins propres. Il s’agit d’harmoniser les demandes pour gagner en volume et en lisibilité. La comparaison est explicitement faite avec les centrales d’achats de la grande distribution qui apparaissent comme plus efficaces. Il y a donc un souci d’optimisation de l’utilisation de l’argent public.

34Le second volet a eu un impact sur les relations qu’entretiennent les différents échelons impliqués dans l’aide alimentaire : administration centrale, associations nationales et acteurs locaux (entre autres les épiceries, mais pas uniquement). Il s’agit, pour l’État, d’avoir une plus grande visibilité sur l’action menée au sein de l’aide alimentaire. Deux types d’informations sont recherchés : d’une part, ce qui concerne la traçabilité physique et comptable des flux alimentaires et, d’autre part, le nombre et la nature des « bénéficiaires ». En 2009, au travers du plan de relance pour l’économie, l’État subventionne les quatre associations historiques et l’Andes pour qu’elles mettent en place un système informatique permettant le recueil de ces données. De manière indépendante, elles élaborent des logiciels et les mettent progressivement en place sur le terrain. À partir de 2012, la remontée de ces informations devient une obligation afin d’être habilitées à distribuer des denrées obtenues sur fonds publics.

35Cette logique vise à rationaliser le champ de l’aide alimentaire, dont la conséquence est la mise en place de procédures d’accréditation et de contrôle qui renforcent les rapports descendants et pyramidaux entre les têtes de réseaux et les acteurs locaux. Cela est perceptible dans les relations qu’entretiennent l’Andes et les épiceries de son réseau. Il faut professionnaliser les bénévoles et faire remonter l’information. Ainsi se créent des relations asymétriques (des animateurs de l’Andes sont chargés des formations et la qualité des informations collectées est vérifiée). Cela se traduit par une relative perte d’autonomie des épiceries, une forme de dépendance affaiblissant leur capacité à dire non aux propositions de l’Andes. Cette évolution est également source de tension entre certaines épiceries et l’association (la concurrence entre les différents logiciels leur permettant d’avoir des alternatives).

36Cette mise en place d’un système de traçabilité n’est donc pas neutre. Elle a des conséquences en termes de dépendance et constitue une forme de pouvoir au sens organisationnel. Cela n’est évidemment pas propre à l’Andes mais, comme dans le cas des épiceries sociales, l’association a servi de « poisson pilote » à la DGCS pour entraîner les quatre associations historiques.

Financement en mode projet

37Le dernier aspect des relations entre les associations et l’administration touche aux modalités de financement. Une partie de ces ressources est allouée sous forme d’appels d’offres, par exemple le premier PNA en 2010 (et ceux qui suivront). Le budget, attribué par le ministère chargé de l’alimentation aux actions régionales, était de 700 000 euros. Sur le nombre conséquent de projets aidés, une cinquantaine traitent d’aide alimentaire.

38De la même manière, les collectivités territoriales (régions, départements, communes, métropoles) et les fondations privées relèvent de ce mode de financement.

39La manière dont a été financée Uniterres est symptomatique de cet accès aux ressources. Initialement soutenu par la DRAAF et la région Poitou-Charente, ce dispositif émarge de manière conséquente auprès de fondations privées (Fonds français Alimentation et Santé, puis Fondation Carasso et de nombreuses autres), auprès de divers services déconcentrés de l’État (DRAAF et ARS), de collectivités territoriales (départements et régions) et d’un plan national (le PNA). Nous observons donc un morcellement des ressources constituées par ces différents appels d’offres. Structurellement, ces derniers permettent l’obtention de financements limités dans le temps et doivent faire l’objet d’une importante activité de justification (qui plus est, avec des modalités à chaque fois différentes).

40Ce mode de financement n’est donc pas sans conséquences. Il constitue un travail important pour les associations si elles veulent pérenniser leur existence. Cette dimension chronophage prend, pour partie, le pas sur le fond de leur action. Par ailleurs, l’aide limitée dans le temps est une source de fragilisation des projets. Ce phénomène est redoublé, comme observé dans le cas d’Uniterres, par le recours à du salariat reposant sur des contrats aidés. Les ressources humaines sur lesquelles se fonde le dispositif sont donc, elles-mêmes, précaires. Il va de pair avec une injonction à communiquer des résultats et la multiplication de l’activité de reporting, ce qui pousse les associations à présenter leurs actions sous un jour favorable et à minimiser incertitudes et échecs. Enfin, ce type de financements est soumis à des phénomènes de « mode » (dans la formulation des projets). Cela est particulièrement perceptible dans l’apparition (et le financement) de projets mettant en avant le modèle alimentaire durable.

41L’ensemble de ces raisons limite structurellement la capacité réflexive et de remise en question des organisations. Cela est redoublé par la dimension morale inhérente à leur activité. On retrouve là une forme de domination spécifique, décrite par James C. Scott (2009), pour laquelle toutes les parties en présence (bénévoles, professionnels, bénéficiaires, services sociaux municipaux ou généraux, etc.) ont de bonnes raisons de sauvegarder les apparences. Les analyses critiques, issues du groupe de chercheurs accompagnant Uniterres, ont pu être reçues avec une certaine violence et provoquer des tensions. Et ce, sans doute, avec raison de la part des porteurs du projet car elles venaient heurter leur propre situation de relative précarité.

42Ce triple mouvement (promotion du modèle des épiceries, rationalisation et financement en mode projet) qui caractérise les interactions entre les pouvoirs publics et les acteurs de l’aide alimentaire renvoie à un entrelacement de relations asymétriques : entre les bénéficiaires et les bénévoles, entre les acteurs locaux et les têtes de réseaux, entre les financeurs et les porteurs de projet. Ces rapports de pouvoir viennent se superposer à l’accumulation des différentes visions morales portées par la sécurisation alimentaire (ne pas gaspiller, prendre soin de son corps et avoir une alimentation durable), avec en ligne de mire cette question brûlante : qu’est-ce que l’analyse de cette sécurisation alimentaire des « précaires » nous dit de leur « citoyenneté » ?

Conclusion : de quoi cette sécurisation alimentaire est-elle le nom ?

  • 20 Naïma se rebiffe à la caisse : « Pourquoi vous me mettez des pâtissons dans mon panier ? Vous dite (...)
  • 21 À comprendre, ici, comme un accroissement du pouvoir d’agir de ces populations.

43La sécurisation alimentaire des publics « précaires » en France est, à la fois, traversée par une série de visions morales et encadrée au travers de relations entre les pouvoirs publics et les associations. Ce contexte structurel rend singulièrement difficile l’émergence d’une vision inclusive qui reconnaîtrait l’autonomie et la citoyenneté des « bénéficiaires ». La portée morale intrinsèque à l’acte caritatif (même « modernisé » dans le cadre des épiceries) et les relations asymétriques présentes à tous les échelons semblent des freins importants. Pourtant nous avons pu observer des formes de résistance. Celle des « démunis » qui vont contester la forme, la couleur, le goût des légumes20. Résistance en sourdine d’une partie des acteurs de terrain qui, tout en acceptant le projet, le critiquent en sous-main. Résistance des porteurs de projet eux-mêmes qui défendent leur position précaire en promouvant le dispositif. Mais, pour reprendre Certeau (1990), ces multiples et contradictoires formes de résistance restent à l’état de « tactiques », de marge de manœuvre réduite. Si nous prenons au sérieux l’idée que les « épiceries » constituent des lieux du politique, au sens de Foucault (2004), où se discutent, où se jouent la citoyenneté de ceux que l’on appelle les bénéficiaires mais aussi celle de ceux qui encadrent le dispositif d’aide, alors, l’enjeu essentiel est celui du pouvoir. En quoi et à qui Uniterres permet-il l’acquisition de pouvoir : aux fondations, aux institutions politiques locales et/ou nationales, à l’Andes, aux épiceries, aux personnes fréquentant les épiceries ? En ce sens, un renouvellement de la question de la sécurisation alimentaire des « démunis » serait de pouvoir répondre à cet enjeu : en quoi et comment peut-elle constituer un processus d’empowerment21 de ces populations ?

Top of page

Bibliography

Agier M. (1995), « Pour une anthropologie critique de la pauvreté. Notes sur trois paradigmes culturalistes »,dans Le développement peut-il être social ? Pauvreté, chômage, exclusion dans les pays du Sud, Royaumont, texte ronéotypé de l’Orstom, p. 1-21. En ligne : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_7/b_fdi_57-58/010024427.pdf

Certeau M. de (1990), L’invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard [1re éd. 1980].

Delavigne A.-H. (2012) « Logique du local et pratiques territoriales dans une action d’aide alimentaire », POUR, 215-216, p. 295-303. DOI : 10.3917/pour.215.0295

Delavigne A.-H., Crenn C. (2017), « Résister aux légumes », dans Gonzalez-Raymond A. (dir.), Résister, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier, p. 23-34.

Duboys de Labarre M., Carimentrand A., Crenn C., Delavigne A.-H., Montagne K., Parvu C., Paturel D., Précigout F., Téchoueyres I. (2016), « Creating New Links Between Agriculture and Food Aid: New Perspectives from France », dans Caraher M., Coveney J. (dir.), Food Poverty and Insecurity: International Food Inequalities, Food Policy, Londres, Springer, p. 67-77.

Dubuisson Quellier S. (2009), La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po (Contester).

Fassin D., Memmi D. (dir.) (2004), Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS.

Foucault M. (2004), Cours au Collège de France, 1978-1979 : Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard.

Goffman E. (2013), Comment se conduire dans les lieux publics, Paris, Économica (Études sociologiques) [1re éd. 1963].

Hoggart R. (1970), La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit (Le sens commun).

Kessl F. (2014), « Charity Economy: A Symbol of a Fundamental Shift in Europe », Paper presented at the International Conference on Volunteering for Youth Employment, Mobilization, Social Inclusion & Quality of Life, Copenhague.

Lhuissier A. (2007), Alimentation populaire et réforme sociale, Paris/Versailles, Éditions de la maison des sciences de l’homme/Quæ (Natures sociales).

Malandrin G., Ferraton C. (2004), « Le regard des usagers sur les épiceries solidaires : une évaluation sur trois sites rapport final », Centre Walras, CNRS/Université Lyon 2. En ligne : http://www.opnalim.org/wp-content/uploads/2013/11/Le-regard-des-usagers-sur-les-épiceries-solidaires-une-évaluation-sur-trois-sites.pdf

Mauger G. (2001), « Précarisation et nouvelles formes d’encadrement des classes populaires », Actes de la recherche en sciences sociales, 136-137, p. 3-4. DOI : 10.3917/arss.136.0003

Pleyers G. (éd.) (2011), La consommation critique. Mouvement pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

Poulain J.-P. (2009), Sociologie de l’obésité́, Paris, Puf.

Scott J. C. (2009), La domination et les arts de la résistance. Fragments d’un discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam [1re éd. 1990].

Top of page

Notes

1 Ecoales a été coordonnée par le Centre Émile-Durkheim (CNRS, Sciences Po Bordeaux et université Bordeaux Ségalen) et associait le monde de l’économie solidaire et celui de la recherche (sociologie, anthropologie, économie et épidémiologie nutritionnelle). Il a été financé par le Fonds français pour l’alimentation et la santé (FFAS), la Fondation Carasso, l’Agence régionale de santé (ARS) et la région Aquitaine.

2 Association nationale des épiceries solidaires, un des réseaux français regroupant ce type de structures, https://andes-france.com/.

3 Uniterres, qui est expérimenté dans les régions Poitou-Charentes, Aquitaine et Midi-Pyrénées, repose sur l’idée d’une double solidarité au travers d’un mode d’approvisionnement innovant des épiceries qui s’apparente à celui des Amap : solidarité avec les producteurs (stabilité d’une partie de leurs revenus par contractualisation) et solidarité avec les bénéficiaires (accès à des légumes et œufs en circuits courts locaux).

4 Pour un des fondateurs de l’ANDES, l’acte d’achat est censé redonner de la dignité aux « pauvres » tout en sachant que le « droit » de pouvoir « être client » dans ces épiceries tient à l’obligation d’avoir un projet de formation validé par les assistantes sociales et/ou les responsables des associations.

5 La dénomination « bénéficiaire » contient, en elle-même, des limites idéologiques qui nécessitent d’un point de vue scientifique l’usage de guillemets. Peut-on réellement parler de « bénéfice » alors que les personnes qui s’approvisionnent dans ces lieux sont contraintes et qu’elles servent de variable économique d’ajustement ?

6 Centre communal d’action sociale. Dans les deux villes où nous avons observé le fonctionnement des épiceries, l’une était entièrement gérée par le personnel du CCAS, l’autre par des professionnels embauchés par l’association de l’épicerie mais travaillant étroitement avec le CCAS.

7 Membre de l’association porteur du projet et personnes travaillant dans les épiceries.

8 Les principales sources d’approvisionnement actuelles de l’aide alimentaire en France sont les aides apportées par l’État français et par l’Union européenne, l’achat direct, les dons (des particuliers, de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution), mais aussi la récupération d’excédents agricoles.

9 C’est Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, et Coluche, comique français, qui seront les moteurs de ce plan.

10 Les stocks d’intervention étaient troqués par les États membres contre des denrées alimentaires au travers d’appels d’offre portant sur une cinquantaine de produits. Les industriels qui remportent ces appels d’offre sont payés en matière première. Les denrées alimentaires sont ensuite livrées à des associations caritatives.

11 Le FEAD dépend du Fond social européen (FSE) et non de la PAC.

12 Kessl F. (2014), « Charity Economy: A Symbol of a Fundamental Shift in Europe », Paper presented at the International Conference on Volunteering for Youth Employment, Mobilization, Social Inclusion & Quality of Life, Copenhague.

13 Issues du PAI qui n’est plus financé depuis 2015.

14 Cette réflexion est animée par différents acteurs (associations agricoles, secteur de l’économie sociale et solidaire, chercheurs et administrations) de manière concomitante et non unifiée.

15 Le basculement du PEAD au FEAD a porté un coût d’arrêt au financement européen des épiceries (le FEAD ne finançant que des dons gratuits, excluant de fait le principe des épiceries). Afin de compenser cette perte, l’État français a mis en place, en 2014, le CNES qui, en plus des canaux habituels d’approvisionnement, autorise l’achat de denrées en circuits courts de proximité. Cette nouvelle possibilité d’approvisionnement (basculement des circuits longs conventionnels au circuit territorial de proximité) est partiellement liée à l’expérimentation du programme UNITERRES que la DGCS a suivi de près.

16 « Missions de l’épicerie solidaire », charte du réseau Andes, mise à jour adoptée le 23 avril 2012.

17 Angélique est la conseillère en économie sociale et familiale de l’épicerie.

18 Évaluation du programme européen d’aide aux plus démunis et de l’organisation de l’aide alimentaire, française, IGAS et CGAAER, juillet 2008.

19 Cour des comptes, « Sur les circuits et mécanismes financiers concourant à l’aide alimentaire en France », septembre 2009.

20 Naïma se rebiffe à la caisse : « Pourquoi vous me mettez des pâtissons dans mon panier ? Vous dites que c’est comme chez Leclerc ici mais, en fait, pas du tout. Là-bas, on ne me dit pas ce que je dois acheter. » Comme beaucoup elle ne supporte pas d’être « suivie » dans son cheminement à l’épicerie. Il y a, d’abord, la vétusté des lieux qui ne correspond en rien à la brillance des supermarchés, puis la salle d’attente pour être identifiée comme ayant-droit par une assistante sociale, le panier minuscule et le bénévole qui vous suit tout au long des achats, les calculs en fin de course pour arriver à la somme autorisée, les légumes qu’on impose et, enfin, la culpabilisation si on ne soutient pas les agriculteurs par le non-achat de légumes.

21 À comprendre, ici, comme un accroissement du pouvoir d’agir de ces populations.

Top of page

References

Bibliographical reference

Matthieu Duboys de Labarre and Chantal Crenn, « De quoi la sécurisation alimentaire des « démunis » est-elle le nom ? », Socio-anthropologie, 39 | 2019, 83-98.

Electronic reference

Matthieu Duboys de Labarre and Chantal Crenn, « De quoi la sécurisation alimentaire des « démunis » est-elle le nom ? », Socio-anthropologie [Online], 39 | 2019, Online since 27 May 2019, connection on 07 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5289 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5289

Top of page

About the authors

Matthieu Duboys de Labarre

Matthieu Duboys de Labarre est maître de conférences en sociologie à Agrosup Dijon. Il est chercheur au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER/UMR 1041 AgroSup Dijon, INRA, université Bourgogne Franche-Comté). Spécialisés sur le thème de l’alimentation, ses travaux de recherches récents portent sur l’aide alimentaire, les circuits courts et la consommation alimentaire « durable » et questionnent, entre autres, les notions de démocratie alimentaire et d’empowerment. Les méthodes qualitatives, une sociologie des usages et des processus sociopolitiques constituent le socle de son approche.

Chantal Crenn

Chantal Crenn est maîtresse de conférences HDR en anthropologie à l’université Bordeaux Montaigne, membre de l’UMR Les Afriques dans le monde (LAM/UMR 5115 Bordeaux). Ses recherches portent sur les liens entre migrations, alimentation, altérités et globalisation. Elle a travaillé, ces dernières années, sur les milieux viticoles ainsi qu’à propos de l’aide alimentaire destinée, entre autres, aux ouvriers agricoles venus d’Afrique du Nord ou aux demandeurs d’asile. Elle mène également des recherches sur le vieillissement des ouvriers sénégalais retraités des usines Ford de Blanquefort, via leur alimentation entre Bordeaux et Dakar. Elle est corédactrice en chef de la revue en ligne Anthropology of Food.

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals