Navigation – Plan du site
Dossier : Sécuriser l’alimentation ?

Des protéines d’insectes pour la sécurité alimentaire ?

Ethnographie d’un projet de recherche pour le développement en Afrique de l’Ouest
Insect protein for food security? Ethnography of a research project for development in West Africa
Quentin Mégret
p. 129-141

Résumés

Cet article commence par décrire la problématisation scientifique d’un enjeu de « sécurité alimentaire » dans le cadre d’un projet de recherche pour le développement de l’aviculture en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghana). Ce projet a pour thème l’utilisation optimale des insectes comme sources de protéines pour nourrir les volailles de petits élevages en milieu rural. Après avoir décrit la construction de cet enjeu, sous-tendue par une logique biologique et nutritionnelle forte, l’article aborde les usages et les perceptions qui entourent la production, la commercialisation et la consommation des volailles dans ces pays. D’une part, l’enjeu de « sécurité alimentaire », tel qu’élaboré théoriquement par les chercheurs, trouve peu de résonance avec les pratiques des aviculteurs. D’autre part, des dimensions inattendues des relations que les hommes nouent avec leurs animaux émergent. En ce sens, il s’agit de décrire les inévitables décalages qui s’instillent entre la conception d’un projet international de recherche pour le développement et sa réalisation sur le « terrain ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le cas particulier des animaux de compagnie est hors de la focale du présent article.

1Depuis quelques années, la Food and agriculture organization (FAO) cherche à encourager les travaux de recherche et à diffuser les connaissances liées aux potentialités, tant pour les humains que pour les animaux, des insectes pour la sécurité alimentaire dans le monde, même si dans les faits, ils font déjà l’objet de consommation traditionnelle dans de nombreuses sociétés locales, via un ensemble d’activités de cueillette et de chasse. Cet élan s’est notamment traduit avec la publication d’un document phare (Van Huis et al., 2013), recensant les nombreuses espèces d’insectes comestibles à travers le globe et problématisant leur contribution possible à la sécurité alimentaire. Qu’ils soient destinés directement aux hommes ou donnés aux animaux d’élevage monogastriques1, les insectes deviennent des objets de recherche de plus en plus dignes d’intérêt. L’organisation d’une première conférence internationale à Wageningen aux Pays-Bas du 14 au 17 mai 2014 témoigne de cet enthousiasme. Ce premier événement d’envergure, intitulé de façon révélatrice Insects to Feed the World, réunit de multiples acteurs autour des insectes. Leur contribution, sous l’angle notamment de leur apport protéinique, est soulignée :

The conference “Insects to feed the world” organized by the FAO/WUR, that took place last May in The Netherlands was a milestone in the recognition of the professional insect industry. Feed industry leaders, insect breeders, universities, NGOs and other stakeholders gathered for the first time, with a clear message: Insects for feed and food are viable solutions for the protein deficit problem2.

  • 3 Ce projet est surnommé IFWA pour Insects as Feed for West Africa. Il a pour nom complet : Sustaina (...)

2Cette publication de la FAO constitue un effort important pour légitimer l’établissement de programmes de recherche et de développement consacrés à ce thème. C’est un projet interdisciplinaire consacré à cette problématique que l’Institut d’anthropologie de l’université de Neuchâtel a rejoint, en 2014, avec une participation effective depuis 20173.

3Les éléments de contexte, relatifs au déploiement du projet sur les terrains ouest-africains et la démarche méthodologique suivie par l’équipe de socio-anthropologues mobilisée, sont d’abord présentés. L’article présente ensuite, en s’inspirant des travaux de sociologie de la traduction (Callon, 1986), les éléments-clés utilisés par les chercheurs pour problématiser cet enjeu de « sécurité alimentaire » ayant pour objet le développement de nourritures protéinées à base d’insectes pour l’aviculture en Afrique de l’Ouest. Cette première partie permet de mettre en évidence les logiques biologique et nutritionnelle fortes qui gouvernent l’écriture et l’orientation globale de ce projet. Dans un second temps, des exemples ethnographiques témoignant d’usages et de perceptions multiples entourant la production, la commercialisation et la consommation des volailles dans ces trois pays sont discutés. Progressivement, la focale initiale se déplace : l’amélioration de la sécurité alimentaire des familles rurales s’éloigne au profit des multiples valeurs d’usage et qualités assignées à l’élevage et à la nature profonde des relations hommes-animaux. Cela nous conduit à discuter, plus généralement, des inévitables décalages inhérents à tout projet de développement, confronté à son « terrain », du fait d’intérêts et d’objectifs non homothétiques entre recherche et développement.

Un projet de recherche interdisciplinaire comme objet d’étude socio-anthropologique

  • 4 Anthropologue, professeure à l’Institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel.
  • 5 Biologiste et ethnobiologiste, professeur à l’Institut de biologie et à l’Institut d’ethnologie de (...)

4L’équipe de recherche socio-anthropologique participant au projet IFWA s’est constituée initialement autour des professeurs Marion Fresia4 et Alexandre Aebi5 de l’université de Neuchâtel. Trois mémorants de l’Institut d’anthropologie ont réalisé individuellement une étude de cas ethnographique centrée sur l’observation des interactions au sein du dispositif mis en place dans chaque pays ouest-africain concerné. Chaque étude de cas a fait l’objet de la rédaction et de la soutenance d’un mémoire de recherche sanctionnant la validation de diplômes de master. En tant que postdoctorant sur ce projet, j’ai suivi de près la réalisation de ces mémoires tout en conduisant conjointement des recherches avec pour objectif final la réalisation d’une analyse transversale retraçant et comparant les trajectoires d’intervention du projet à l’échelle des trois pays.

5La recherche se situe au carrefour de la socio-anthropologie du développement (Long, 2001 ; Mosse, 2005 ; Olivier de Sardan, 2016) et de la sociologie de la traduction (Akrich, 1987 ; Akrich et al., 2006 ; Callon, 1986 ; Callon et al., 2001), dans la lignée des travaux qui associent ces approches afin d’analyser des projets de développement (Jacob, 2015 ; Le Meur, 2015 ; Jacob et Lavigne-Delville, 2016). Préalablement aux séjours de terrain, nous avons organisé de nombreuses séances de lecture et d’analyse de textes, de la littérature grise et des articles scientifiques produits par nos collègues. Nous avons travaillé à définir des axes de réflexion et des pistes de recherche à explorer en commun tout en laissant à chacun des masterants une marge de manœuvre nécessaire à la prise en compte des spécificités propres aux différents contextes de mise en œuvre.

6Le projet IFWA, d’une durée totale de six ans, a démarré en 2015. Il était donc lancé au moment de notre implication effective en 2017. En fonction d’une répartition nord-sud, liée à des enjeux de diversité écoclimatique, deux villages ont été impliqués au Bénin, deux également au Burkina Faso, tandis que les chercheurs ghanéens ont fait le choix, avec l’implication de quinze districts, d’une dissémination, d’emblée plus vaste, réalisée en collaboration avec les antennes locales du MOFA (Ministry of Food and Agriculture). À l’échelle des villages choisis, les équipes nationales ont nommé des intermédiaires locaux comme points d’entrée du projet IFWA. Ils ont proposé la mise en place de petites structures – des « bureaux » – chargés de recueillir et de diffuser les informations liées à cette recherche et d’établir des petits « groupes d’implémentation communautaires » constituées de personnes pratiquant l’aviculture (allant de vingt à cinquante personnes par village et suivant les contextes). C’est, en particulier, à cette interface qui se veut « participative », associant des chercheurs du projet à des groupes d’aviculteurs, que nous avons questionné les présupposés et les logiques plurielles qui entourent l’aviculture, en lien avec la sécurité alimentaire qui constitue le module thématique au sein duquel le projet est inséré.

7Entre 2017 et 2018, Robert Mikolajewski au Bénin, Jean-Marie Oppliger au Burkina Faso et Jonathan Wütrich au Ghana ont réalisé chacun un séjour de terrain ethnographique d’une durée de quatre à cinq mois dans le cadre de leurs mémoires de master. Sur la même période, j’ai également effectué deux mois de terrain au Burkina Faso, puis au Ghana. L’ethnographie a été conduite sous l’angle d’une anthropologie symétrique entre « développeurs » et « développés » (Lavigne-Delville, 2011). Nous avons observé nos collègues chercheurs dans le cadre de leurs activités quotidiennes, réalisé des entretiens semi-directifs avec l’ensemble d’entre eux. Dès que cela était possible, nous les avons suivis pour observer leurs interactions avec les aviculteurs. Nous avons également séjourné plusieurs semaines au sein des villages sélectionnés pour observer les pratiques d’élevage de la volaille. Nous nous sommes entretenus, de façon formelle et informelle, avec les habitants autour de leurs perceptions de l’aviculture, en rapport étroit avec cette intervention. Nous avons discuté du contenu des expérimentations et des formations auxquelles ces groupes d’aviculteurs ont été conviés.

8Au total, une trentaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec les chercheurs du projet et près d’une centaine avec les aviculteurs membres des groupes d’implémentation communautaires. Au sein de ce corpus, des entretiens ont également été conduits avec des agents en charge de la vaccination ou des membres des administrations étatiques liées aux domaines de l’agriculture et de l’élevage. C’est en particulier le cas au Ghana où les agents de vulgarisation agricole (agricultural extension agents) et leurs responsables (district livestock officers ou regional livestock officers) occupent une place décisive dans le processus de déploiement du projet. À chaque retour de terrain, des séances collectives de discussion et d’analyse autour des matériaux recueillis ont été organisées. Par ailleurs, chaque rencontre avec l’ensemble des partenaires du projet constitue une occasion de réaffirmer notre posture impliquée et réflexive (Fresia et Lavigne-Delville, 2018) et d’ouvrir la discussion autour du parcours de ces innovations conduites au nom de la sécurité alimentaire.

La construction et la problématisation d’un enjeu de sécurité alimentaire

9Touzard et Temple (2012, p. 296) définissent la « sécurisation alimentaire » ainsi :

Un processus dans lequel se construit un enjeu de sécurité alimentaire et se met en œuvre un ensemble d’actions visant à l’améliorer en agissant sur ses différentes dimensions, ou, dans une vision plus pragmatique, visant à limiter les situations d’insécurité alimentaire.

  • 6 Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles (...)

10C’est un tel processus, inséré dans le contexte plus large de « systèmes alimentaires » complexes (Fournier et Touzard, 2014), qui nous intéresse ici. À l’échelle de notre cas d’étude, le processus de construction de cet enjeu correspond d’abord à la première étape identifiée par la sociologie de la traduction et intitulée : « La problématisation ou comment se rendre indispensable6. » Les grandes lignes de cet argumentaire, problématisant le recours aux insectes dans le cadre des élevages de volailles en Afrique de l’Ouest, sont retracées ci-dessous.

11À l’instar du projet PROteINSECT7, dont il est un des prolongements explicites en matière de recherche sur le continent africain, le projet IFWA part du constat que les volailles et les poissons d’élevage8 constituent une source importante de nourriture et de revenus pour les populations rurales d’Afrique de l’Ouest. Pourtant, cette production avicole et piscicole est limitée par la faible quantité et la piètre qualité des aliments disponibles (Kenis et al., 2018). Tel que défini dans le volet scientifique9 de conception et de déploiement du projet, le processus de sécurisation alimentaire porté par IFWA cible l’accès à des sources alternatives de protéines pour favoriser le développement de l’activité avicole en milieu rural ouest-africain. Cette carence protéinique affecterait la productivité des élevages et aurait un impact, tant sur la sécurité alimentaire des aviculteurs (autoconsommation dans le cadre d’une agriculture essentiellement vivrière) que sur leurs revenus (vente commerciale des animaux élevés) (Kenis et al., 2014). IFWA postule une consommation croissante des produits d’origine animale, nécessitant l’accès à des ressources adaptées, développées dans un cadre soutenable (Sanou et al., 2018). À l’échelle du globe, les chercheurs notent une utilisation excessive des provendes10 constituées en partie de farines de poisson-fourrage issues de la pêche intensive, prélèvement peu durable qui pèserait sur la renouvelabilité des stocks. Pour le cas plus spécifique des petits aviculteurs et aquaculteurs de l’Afrique de l’Ouest, l’équipe de IFWA remarque encore le coût prohibitif des aliments conventionnels que constituent ces provendes importées (Koné et al., 2017 ; Pomalégni et al., 2017).

12En comparaison, les insectes évoluant dans les écosystèmes locaux présenteraient des capacités intéressantes de bioconversion des substrats organiques. Si ces matières sont disponibles localement en bonne quantité et qu’elles sont peu valorisées (à l’image de « déchets » organiques), leur bioconversion par les larves de mouche offrirait une alternative de choix pour produire des protéines de qualité. Le projet IFWA ambitionne donc la conception et la mise à disposition des petits aviculteurs et des aquaculteurs ouest-africains des technologies d’élevage de larves de mouche ainsi que l’amélioration des techniques de collecte et de piégeage des termites. Les chercheurs tentent donc de mettre au jour des sources de protéines jusqu’alors peu exploitées, et en situation d’être transmises à un coût économique, social et environnemental optimal tout au long de ces chaînes alimentaires. Suivant cette approche, le processus de « sécurisation alimentaire » concerne l’extraction de protéines à partir de substrats sous-exploités, la mise en valeur des insectes comme aliments dans le cadre de l’activité d’élevage de volailles, lesquelles fournissent finalement aux aviculteurs des protéines animales. Brièvement énumérée, voici une liste non exhaustive des acteurs principaux et potentiels d’une telle chaîne :

  • substrats organiques : bouse de vache, fiente de volaille, déjections de porc, noyaux de mangue, rachis de maïs, son de soja, son de maïs, drèche de bière de mil ;

  • insectes : différentes espèces de termites et différentes espèces de mouche et leurs larves ;

  • animaux : volailles (pintades, poules, dindons…) ;

    • 11 Dans leurs discours, les chercheurs se réfèrent implicitement à différentes typologies des système (...)

    hommes : « aviculture familiale » et exploitations avicoles à petite échelle11 ;

  • biofertilisants : résidus des substrats traités par les larves de mouche (qui peuvent être réemployés pour fertiliser les champs).

13La nature des liens entre les éléments de cette chaîne est d’abord envisagée sous l’angle de leur bioconversion. Les « protéines » issues de la biomasse se retrouveraient finalement consommées par les humains (via la viande des volailles et/ou leurs œufs). Telle est la colonne vertébrale du projet, la problématisation biologique associée à une perspective nutritionnelle forte qui en gouverne l’orientation générale de départ. Le processus de sécurisation alimentaire implicite qu’il sous-tend relie donc théoriquement l’ensemble des éléments de cette chaîne alimentaire suivant des interactions pensées d’abord sous l’angle biologique et nutritionnel. Les humains, c’est-à-dire les aviculteurs qui prendront en charge l’organisation de ce dispositif d’élevage, sont perçus et présentés implicitement par les chercheurs du projet12 comme constituant les maillons ultimes de cette chaîne alimentaire qu’ils organisent. C’est, en particulier sous cet angle, c’est-à-dire en tant que consommateurs finaux de ces produits animaux protéinés, qu’ils sont définis en premier lieu comme bénéficiaires du projet. Reste pour le collectif de chercheurs à trouver les moyens de se « rendre indispensables », à intéresser et à enrôler les groupes d’aviculteurs ciblés. C’est à l’échelle des villages sélectionnés par le projet IFWA, suite au travail de problématisation et d’identification des acteurs « bénéficiaires » identifiés, que nous allons voir si le projet parvient à prendre forme autour d’un tel processus de « sécurisation alimentaire ».

Les volailles comme sujets de processus de sécurisation variables

14Au sein des trois pays considérés, et selon le focus de l’« aviculture familiale » qui donne sens au volet développement du projet, la volaille est notamment perçue comme une « caisse d’épargne sur pattes », selon une métaphore exprimée par un des chercheurs béninois de l’équipe. Ces animaux constituent, en effet, des réserves d’argent facilement mobilisables pour faire face aux aléas de la vie quotidienne (par exemple des frais de scolarité ou de santé), mais aussi pour acheter des céréales ou des condiments utiles pour préparer les sauces. Tous les enquêtés le mentionnent : les volailles sont élevées en vue de résoudre les imprévus du quotidien. Ces animaux permettent donc, à travers leur conversion en monnaie, de « sécuriser » des sommes d’argent aisément mobilisables pour traiter des problèmes courants, mais permettent-elles pour autant de « sécuriser l’alimentation » des éleveurs ?

  • 13 Il s’agit donc, en soi, d’un processus de sécurisation mais finalement lié assez indirectement à l (...)

15Si l’élevage de volailles favorise la sécurisation des revenus et améliore l’accès à du numéraire, les liens articulant sécurité alimentaire de l’élevage et place de l’éleveur au sein de cette chaîne de production alimentaire méritent d’être questionnés. D’abord, les volailles élevées sont rarement autoconsommées, comme les aviculteurs le soulignent tous au cours des entretiens. Ces animaux sont mangés lors d’événements précis, par exemple dans le cadre des festivités annuelles (passage au nouvel an), de cérémonies rituelles et religieuses ou, encore, à l’occasion de la réception d’un invité de marque. Selon une autre logique, qui vise à la sécurisation et à la pérennisation des effectifs, les œufs des poules ou des pintades sont, eux aussi, prioritairement laissés à la ponte en vue de l’éclosion de poussins qui viendront, peu à peu, renouveler le cheptel13. De ce point de vue, le circuit d’un apport nutritionnel reposant sur une chaîne de bioconversion et de transmission des protéines qui profiteraient mécaniquement à l’aviculteur et à sa famille (regardés comme les maillons ultimes de cette chaîne alimentaire), en leur assurant un apport régulier en protéines animales, ne tient pas. Ce schéma demeure pourtant au cœur de l’argumentaire du projet dont la cohérence s’établit via l’exposé de ce circuit classique de la chaîne alimentaire. Il s’agit donc de déplacer le regard porté sur le processus de « sécurisation » tel qu’il a été conceptualisé en amont, pour être attentif à ce que les acteurs disent et font avec les animaux qu’ils élèvent.

16L’hypothèse que la création d’une « plus-value » nutritive, permise par l’apport efficient de protéines d’insectes à la volaille, pourrait profiter à un consommateur humain, reste valable. Mais cela ne permet pas d’affirmer a priori l’amélioration de la sécurité alimentaire d’une famille d’aviculteurs bénéficiaires du projet, notamment parce que l’identité des consommateurs finaux des volailles élevées n’est jamais connue d’avance. On pourrait également supposer que l’opération de vente d’une volaille « bien nutrie » aux insectes permettrait un bénéfice économique plus important pour le producteur, considérant que le poids de l’animal et sa bonne santé apparente, permis par l’apport d’une nourriture de qualité, se convertiront spontanément en un prix plus rémunérateur. Cela est certainement vrai dans bon nombre de cas. Mais de telles affirmations appellent aussi des observations.

  • 14 Mais dont la quantification demeure difficile.

17Ces remarques tiennent en particulier au cadre marchand dans lequel la volaille est insérée localement et aux attributs et qualités qui sont mobilisés par les acteurs au cours de la transaction pour fixer un prix. Dans la région des Cascades, non loin de la petite ville de Banfora au Burkina Faso, l’observation ethnographique d’un marché, où des producteurs participant au projet IFWA écoulent leurs volailles, met en évidence le caractère particulier de l’offre et de la demande qui s’ajustent autour de la singularité des volailles exigées par certains acheteurs, témoignant d’un véritable travail d’individuation des animaux sélectionnés. En l’occurrence, le prix des volailles ne peut s’établir à partir de leur seul poids. Par exemple, dans le contexte de libations requises pour honorer des ancêtres, des génies ou encore des espaces sacrés (bosquets, marigots, rochers), des demandes précises sont formulées par les intermédiaires (marabouts, « féticheurs ») lors des consultations. Les animaux à sacrifier doivent présenter des caractéristiques spécifiques telles que la race et l’origine (« locale »/« exotique »), le sexe, la couleur, le plumage ou un aspect plus singulier encore (tel qu’un handicap physique). Lors de telles négociations, qui représentent une part non négligeable des transactions14, le poids n’apparaît plus comme attribut premier et le poulet n’est pas perçu sous l’angle de son caractère d’aliment sain et protéiné. Il pourrait être intéressant par ailleurs d’envisager la consommation de ces animaux sous l’angle de la « satisfaction alimentaire » (Héron, 2016) qu’ils procurent, par exemple ici, en prolongement de l’accomplissement des obligations coutumières.

18Des liens de natures multiples relient donc, in situ, l’activité avicole à des objectifs divers de production, d’échange et de consommation. Si ces objectifs ont à voir avec diverses stratégies de sécurisation et d’accès rapide à du numéraire, dans des foyers où l’aviculture occupe le plus souvent le rang d’activité secondaire, ils n’entretiennent pas de rapport étroit avec la « sécurité alimentaire » telle qu’elle a été avancée par les chercheurs au moment de la rédaction de l’argumentaire du projet. Les objectifs initiaux d’amélioration de la « sécurité alimentaire » des hommes par les protéines d’insectes, en lien avec la nutrition des volailles, ne sont donc pas des arguments rencontrant un écho puissant auprès des aviculteurs du projet avec lesquels nous nous sommes entretenu. Ils ne constituent pas un facteur d’intéressement permettant un enrôlement efficace et ne sont, d’ailleurs, pas mobilisés par les chercheurs du projet lors des séances de formation et d’expérimentation.

Des protéines d’insectes pour la sécurité alimentaire ?

19Les insectes présentent des atouts qui les placent en situation opportune face aux exigences nouvelles du développement durable. Leur irruption comme option novatrice dans le champ de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest s’inscrit dans ce contexte. Ce processus d’association est actuellement favorisé par le travail d’institutions comme la FAO, à travers la mise en valeur centrale des protéines et de leurs apports nutritifs. Extracteurs et convertisseurs de ces protéines, les insectes, manipulés par les chercheurs, participent à leur échelle à capturer des enjeux de sécurité alimentaire sous un angle inédit. Dans cette configuration de recherche pour le développement, l’insécurité alimentaire est d’abord définie sous le signe du manque (ou de la « carence ») en protéines.

  • 15 Des « chaînes alimentaires » qui peuvent également être appréhendées comme des « chaînes opératoir (...)

20Cette vision participe à élaborer une définition ad hoc d’un enjeu de sécurité alimentaire. L’équipe introduit alors des modalités d’intervention axées, en premier lieu, sur des critères quantifiables mais trop souvent établis hors des contraintes qui caractérisent les exploitations avicoles familiales. Ce faisant, l’introduction des insectes au sein de chaînes alimentaires « bâties sur mesure15 » tend implicitement à affirmer une causalité biologique forte de l’insécurité alimentaire pour laquelle la solution scientifique et technique centrale est de travailler d’abord à une sélection et à une maîtrise optimale – une forme ciblée de « sécurisation » – des différents agents des chaînes alimentaires.

21Si l’on peut raisonnablement penser que l’élevage de volailles permet, sous certaines conditions, de sécuriser des revenus pour les petits producteurs ouest-africains, son impact dans la lutte contre l’insécurité alimentaire n’est pas aussi « naturel » ou mécanique qu’il y paraît de prime abord. De ce point de vue, une description progressive et contextualisée, attentive aux processus de sécurisation tels qu’ils sont éprouvés individuellement par les acteurs concernés, permet de faire apparaître d’autres contraintes, perceptions et appréciations.

22Finalement, nous partageons un constat déjà établi à propos de certaines approches mobilisées en matière de « sécurité alimentaire » :

Les agronomes qui s’intéressent aux filières alimentaires et aux systèmes agricoles ont finalement rarement pour objet d’étude la sécurité alimentaire en tant que telle, même si, de fait, leurs recherches y contribuent. Elle apparaît davantage comme une problématique connexe, déclinée autour de ses nouveaux enjeux, afin de répondre aussi à une nouvelle demande sociale et politique [Janin et Dury, 2012, p. 287].

  • 16 Un but affiché du programme R4D.

23Dans le cas du projet IFWA, la sécurité alimentaire n’est, en fin de compte, pas l’objet central autour duquel l’intervention s’articule. Elle constitue davantage une toile de fond sur laquelle le projet va chercher à construire une problématique originale pour légitimer, avant de la déployer, une part privilégiée de son registre d’action : élaborer des protocoles, déployer des instruments de mesure et produire des résultats scientifiques. Rappelons, pour conclure, que la construction d’un tel argumentaire est fortement liée au cadre rigide et structurant qui pèse sur les équipes de recherche lorsqu’elles se constituent dans l’idée de soumettre des appels à projet lancés dans les pays du Nord. De telles configurations permettent des collaborations internationales de recherche et ouvrent d’indéniables opportunités de financement, de formation et de développement de carrières, notamment pour les acteurs scientifiques des pays du Sud16. Mais d’importants efforts restent à fournir pour permettre le développement d’approches traitant de la sécurité alimentaire comme d’un processus à la fois multiscalaire et multidimensionnel (Janin, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Akrich M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques & Culture, 9, p. 49-64. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00005830/document

Akrich M., Callon M., Latour B. (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines.

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, 36, p. 170-208. En ligne : https://yannickprimel.files.wordpress.com/2014/07/mcallon_la-domestication-des-coquilles-saint-jacques-et-des-marins-pc3aacheurs-dans-la-baie-de-saint-brieuc_1986.pdf

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil (La couleur des idées).

FAO (2014), Développement de l’aviculture familiale. Enjeux, opportunités et contraintes, 12, Rome.

Fournier S., Touzard J.-M. (2014), « La complexité des systèmes alimentaires : un atout pour la sécurité alimentaire ? », VertigO. La revue électronique en sciences de l’environnement, 14/1, http://journals.openedition.org/vertigo/14840

Fresia M., Lavigne-Delville P. (2018), Au cœur des mondes de l’aide internationale. Regards et postures ethnographiques, Montpellier/Paris/Marseille, IRD /Karthala/APAD.

Héron R. (2016), Les mangeurs urbains burkinabè, entre satisfaction et sécurisation alimentaires, thèse de sociologie, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jacob J.-P. (2015), « La sociologie de la traduction, l’anthropologie du développement et l’APAD », Anthropologie & développement, 42-43, p. 85-98. DOI : 10.4000/anthropodev.369

Jacob J.-P., Lavigne Delville P. (2016), Comprendre la trajectoire des interventions de développement. Processus d’acteurs dans trois projets d’eau potable (Burkina Faso, Haïti, Ghana) : rapport final de la recherche, Paris/Montpellier, AFD/IRD.

Janin P. (2010), « La lutte contre l’insécurité alimentaire au Sahel. Permanence des questionnements et évolution des approches », Cahiers agricultures, 19, p. 177-184. DOI : 10.1684/agr.2010.0393

Janin P., Dury S. (2012), « Les nouvelles frontières de la sécurité alimentaire. Une réflexion prospective », Cahiers agricultures, 21, p. 285-292.

Kenis M., Koné N., Chrysostome C. A. A. M., Devic E., Koko G. K. D., Clottey V. A., Nacambo S., Mensah G. A. (2014), « Insects Used for Animal Feed in West Africa », Entomologia, 2, p. 107-114. DOI : https://doi.org/10.4081/entomologia.2014.218

Kenis M., Bouwassi B., Boafo H., Devic E., Han R., Koko G., Koné N’G., Maciel-Vergara G., Nacambo S., Pomalegni S. C. B., Roffeis M., Wakefield M., Zhu F., Fitches E. (2018), « Small-Scale Fly Larvae Production for Animal Feed », dans Halloran A., Flore R., Vantomme P., Roos N. (dir.), Edible Insects In Sustainable Food Systems, Cham, Springer, p. 239-261.

Koné N’G., Sylla M., Nacambo S., Kenis M. (2017), « Production of House Fly Larvae for Animal Feed Through Natural Oviposition », Journal of Insects as Food and Feed, 3/3, p. 177-186.

Lavigne-Delville P. (2011), « Pour une anthropologie symétrique entre “développeurs” et “développés” », Cahiers d’études africaines, 202-203, p. 491-509. DOI : 10.4000/etudesafricaines.16752

Lavigne-Delville P. (2012), « Affronter l’incertitude ? Les projets de développement à contre-courant de la “révolution du management de projet” », Revue Tiers Monde, 211, p. 153-168. DOI : 10.3917/rtm.211.0153

Lavigne-Delville P. (2015), « Un projet de développement qui n’aurait jamais dû réussir ? La réhabilitation des polders de Prey Nup (Cambodge) », Anthropologie & développement, 42, p. 59-84. En ligne : http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010068732

Le Meur P.-Y. (2015), « Un barrage contre le Pacifique. Polders et développement au Cambodge », Anthropologie & développement, 42, p. 27-57. DOI : 10.4000/anthropodev.364

Long N. (2001), Development Sociology: Actor Perspectives, Londres, Routledge.

Mégret Q. (2013), « Comment “faire son cinéma” dans un camp minier du Sud-Ouest burkinabé », dans Cros M., Bondaz J. (dir.), Afriques au figuré. Images migrantes, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 163-188.

Mosse D. (2005), Cultivating Development. An Ethnography of Aid Policy and Practice, Londres, Pluto Press.

Olivier de Sardan J.-P. (2016), « For an Anthropology of Gaps, Discrepancies and Contradictions », Antropologia, 3/1, p. 111-131. DOI : 10.14672/ada2016438%25p

Pitrou P. (2016), « Êtres vivants/artefacts, processus vitaux/processus techniques : remarques à propos d’un cadran analytique », dans Pitrou P., Coupaye L., Provost F. (dir.), Actes du colloque « Des êtres vivants et des artefacts ». En ligne : https://actesbranly.revues.org/653

Pomalégni S. C. B., Gbemavo D. S. J. C., Kpadé C. P., Kenis M., Mensah G. A. (2017), « Traditional Use of Fly Larvae by Small Poultry Farmers in Benin », Journal of Insects as Food and Feed, 3/3, p. 177-186. DOI : 10.3920/JIFF2016.0061

Sanou A. G., Sankara F., Pousga S., Coulibaly K., Nacoulma J. P., Kenis M., Clottey V. A., Nacro S., Somda I. (2018), « Indigenous Practices in Poultry Farming Using Maggots in Western Burkina Faso », Journal of Insects as Food and Feed, 4/4, p. 219-228. DOI : 10.3920/JIFF2018.0004

Touzard J.-M., Temple L. (2012), « Sécurisation alimentaire et innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire : vers un nouvel agenda de recherche ? Une revue de la littérature », Cahiers agricultures, 21/5, p. 293-301. DOI : 10.1684/agr.2012.0577

Van Huis A., Van Itterbeck J., Klunder H., Mertens E., Halloran A., Muir G., Vantomme P. (2013), Edible Insects Future Prospects for Food and Feed Security, Rome, Food and Agriculture Organization, FAO forestry paper 171.

Haut de page

Notes

1 Le cas particulier des animaux de compagnie est hors de la focale du présent article.

2 http://www.ediblebugfarm.com/event/insects-to-feed-the-world-conference-2014/

3 Ce projet est surnommé IFWA pour Insects as Feed for West Africa. Il a pour nom complet : Sustainable Use of Insects to Improve Livestock Production and Food Security in Smallholder Farms in West Africa. Pris dans son ensemble, il réunit quatre pays. La Suisse, en tant que pays porteur du projet et trois pays ouest-africains partenaires que sont le Bénin, le Burkina Faso et le Ghana. Il mobilise un ensemble d’acteurs de spécialités et d’horizons divers : agronomes, entomologistes, aquaculteurs, aviculteurs, zootechniciens, bio-statisticiens, économistes et socio-anthropologues. Il est financé par le Swiss Programme for Research on Global Issues for Development (programme R4D) et s’inscrit dans le cadre du module thématique « food security ». J’adresse ici mes remerciements au programme R4D ainsi qu’à l’ensemble des partenaires du projet IFWA.

4 Anthropologue, professeure à l’Institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel.

5 Biologiste et ethnobiologiste, professeur à l’Institut de biologie et à l’Institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel.

6 Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, 36, p. 180.

7 http://www.proteinsect.eu/

8 Dans le cadre de cet article, nous ne traitons pas du cas spécifique de l’aquaculture qui, s’il constitue un volet du projet, ne concerne en pratique qu’une ONG au Ghana, testant le développement des larves de mouche comme source d’alimentation de ces poissons au sein de sa ferme expérimentale en périphérie d’Accra. Les données empiriques dont nous disposons ne permettent pas ici d’étayer notre propos.

9 Pour un résumé de cet argumentaire : http://p3.snf.ch/project-152154

10 La provende est un mélange alimentaire destiné aux animaux d’élevage.

11 Dans leurs discours, les chercheurs se réfèrent implicitement à différentes typologies des systèmes d’élevage, telles que celles qui sont proposées par la FAO (2014). Voir également : http://www.fao.org/poultry-production-products/production/systemes-de-production/laviculture-familiale/fr/

12 Voir ici à nouveau l’argumentaire : http://p3.snf.ch/project-152154

13 Il s’agit donc, en soi, d’un processus de sécurisation mais finalement lié assez indirectement à l’alimentation des éleveurs. Le cas de la gestion des œufs et de la couvaison est complexe. Il dépend notamment du comportement des animaux (aptitude à la couvaison, cycle et saisonnalité de la pondaison…), différent notamment selon qu’il s’agit de poules ou de pintades, les premières étant également très souvent utilisées pour couver les œufs des secondes. L’apparition des « incubateurs » entraîne un remaniement de ces pratiques. Il n’est pas possible de détailler ces relations ici. Reste qu’en définitive, les œufs sont assez peu consommés.

14 Mais dont la quantification demeure difficile.

15 Des « chaînes alimentaires » qui peuvent également être appréhendées comme des « chaînes opératoires » au sens où elles imbriquent des « processus vitaux » et des « processus techniques » (Pitrou, 2016).

16 Un but affiché du programme R4D.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Mégret, « Des protéines d’insectes pour la sécurité alimentaire ? », Socio-anthropologie, 39 | 2019, 129-141.

Référence électronique

Quentin Mégret, « Des protéines d’insectes pour la sécurité alimentaire ? », Socio-anthropologie [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5440 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5440

Haut de page

Auteur

Quentin Mégret

Quentin Mégret est anthropologue, chercheur postdoctoral à l’Institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel. Ses travaux de recherche portent sur l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghana) et se focalisent en particulier sur l’étude des relations hommes/ressources naturelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals