Navigation – Plan du site
Écho

Nourrir dix milliards d’hommes ?

Joseph Klatzmann
p. 159-172

Notes de la rédaction

L’extrait reproduit ici est tiré de l’ouvrage de Joseph Klatzmann, 1983 [1975], Nourrir dix milliards d'hommes ?, Presses universitaires de France (Le Géographe), p. 18-38. L’éditeur remercie les ayants droit, David Klatzmann, Rosine Klatzmann et Michelle Klatzmann Stratijevsky, pour leur aimable autorisation de reproduction. Les éditeurs de ce volume, Pierre Janin, Raphaëlle Héron et Alexis Roy, ont ajouté quelques notes complémentaires à ce texte, signalées comme « Note des éditeurs ».

Texte intégral

Introduction

I. – Quels changements en huit ans ?

1Près de huit années – presque une décennie – se sont écoulées depuis la première édition de ce livre. Notre conclusion, en 1975, avait été double : très optimiste en ce qui concerne les possibilités techniques, les ressources et les connaissances à la disposition de l’humanité pour résoudre le problème alimentaire mondial ; pessimiste quant aux perspectives concrètes, à l’aptitude des nations et des organisations internationales à prendre les mesures indispensables pour faire disparaître le fléau de la faim et de la malnutrition.

2Aujourd’hui, rien ne permet hélas de dire que l’humanité est engagée dans la bonne voie. La production agricole par personne augmente dans les pays riches, où une alimentation excessive menace la santé des populations. Dans le tiers monde, la production augmente à peine plus que la population. Et les pays riches ne sont pas plus disposés qu’il y a une dizaine d’années à augmenter considérablement leur aide aux pays pauvres. Les dépenses militaires augmentent partout, même dans les pays les plus misérables. Lorsque des aides sont accordées par les pays riches, ce n’est jamais sans arrière-pensée politique. Les uns jouent de ce qu’on appelle l’arme alimentaire. Les autres acquièrent autant d’influence politique en rendant aux pays pauvres, sous forme d’aide financière, une petite partie de ce qu’ils leur ont prélevé par la rente sur le pétrole.

  • 1 Note des éditeurs [NDE] : Depuis les années 2010, il est convenu que le problème de la faim relève (...)

3D’autre part, les moyennes mondiales par grandes régions cachent d’énormes différences entre pays. Il existe quelques exemples de réussites brillantes, d’accroissement très rapide de la production agricole. Mais, dans d’autres pays, c’est à une baisse de la production par habitant que l’on a assisté, au cours de la dernière décennie. Pour l’ensemble de l’Afrique, cette baisse a été supérieure à 10 % ; dans plusieurs pays, c’est un véritable effondrement de l’agriculture qui s’est produit1.

4Les différences sont aussi grandes en ce qui concerne l’évolution du régime alimentaire. Les quelques cas d’amélioration spectaculaire sont dus parfois à la progression de l’agriculture et, beaucoup plus souvent, aux importations rendues possibles par les ressources fournies par le pétrole. Dans bien des pays pauvres, la baisse de la production agricole par habitant a provoqué une dégradation du niveau alimentaire. Et c’est précisément parmi les pays les plus pauvres que l’évolution a été la plus défavorable.

5Les réussites elles-mêmes appellent parfois des jugements nuancés : derrière des moyennes nationales apparemment satisfaisantes se cachent souvent des erreurs écologiques qui menacent l’avenir lointain, ou l’accroissement des inégalités, par l’appauvrissement des plus pauvres.

6Il était donc nécessaire de refaire le point, et de jeter un nouveau cri d’alarme. Que des centaines de millions d’hommes continuent à souffrir de la faim et que des milliards voient leur santé menacée par la sous-nutrition et la malnutrition est absolument scandaleux, à une époque où la science continue de faire des progrès fantastiques.

II. – L’humanité menacée : connaissances, ignorances et contradictions

7Comment ne pas s’étonner, en effet, de voir l’humanité incapable de résoudre certains problèmes fondamentaux, dont l’urgence dépasse de beaucoup celle de la conquête de l’espace ? Si l’on s’en tient à l’observation des faits, on constate qu’il est apparemment plus facile d’aller chercher des cailloux sur la Lune que de donner à manger aux foules affamées de Bombay et de Calcutta. En fait, ce n’est pas la science qui est en cause ici –  ou plutôt ce ne sont pas les sciences de la nature. Il est techniquement beaucoup plus facile de cultiver du riz que de lancer un satellite dans l’espace ou même de fabriquer un avion supersonique. Les résultats obtenus dans les stations agronomiques du monde entier sont là pour en témoigner. Si le problème de la faim dans le monde n’est pas résolu, c’est parce que les sociétés humaines se sont montrées incapables de rassembler les moyens nécessaires pour mettre en pratique des techniques connues. Les sciences de la société sont en retard sur celles de la nature ; l’humanité à la pouvoir, mais on ne sait pas encore comment lui donner le vouloir.

8Cependant, même dans les sciences de la nature, le degré d’ignorance demeure considérable dans certains domaines. Un milieu naturel de faible superficie, comme une petite prairie, est le siège d’un ensemble de relations d’une effrayante complexité entre le sol, l’air, l’eau, certains éléments minéraux, les bactéries et autres êtres vivants microscopiques du sol, les vers, les insectes, les plantes, les oiseaux, les mammifères herbivores et carnivores, etc. Il n’existe pas de milieu naturel isolé ; tous sont plus ou moins interdépendants. On conçoit qu’il soit plus difficile d’analyser ce qui se passe dans un milieu naturel, un « écosystème », que de calculer avec une exactitude quasi parfaite la trajectoire d’un satellite. Aussi n’est-il pas surprenant que l’extension des pollutions, pour ne citer qu’un exemple, ait pris de court les meilleurs spécialistes. Il ne faut pas s’étonner non plus de constater que les essais de lutte contre les pollutions ont donné parfois des résultats inattendus – comme l’apparition de pollutions d’une nature nouvelle.

9Dans d’autres domaines, l’ignorance a des raisons évidentes – comme pour tout ce qui concerne l’importance des réserves de matières minérales dispersées à la surface du globe ou au fond des mers.

  • 2 Certains prennent plus facilement le risque de prévoir l’avenir lointain – parce que, dans vingt a (...)

10Si l’homme se heurte à une tâche qui est au-dessus de ses forces lorsqu’il cherche à comprendre et à exploiter à son avantage certains aspects de la nature, sa situation est manifestement beaucoup plus difficile encore lorsqu’il s’agit d’envisager l’avenir – soit pour le prévoir, soit pour le construire2. Un facteur important d’incertitude est que, malgré le caractère beaucoup plus systématique qu’autrefois de la recherche scientifique, la possibilité existe toujours qu’une découverte nouvelle inattendue bouleverse les données du problème. Et le comportement des hommes – de la sagesse à la folie – est lui aussi soumis à bien des aléas. […]

11Les menaces qui pèseraient sur l’avenir de l’humanité constituent un excellent terrain pour les affirmations excessives et les positions contradictoires. C’est depuis quinze à vingt ans que de multiples publications d’écologistes s’efforcent d’attirer l’attention sur les dangers que nous courons. L’accumulation d’exemples partiels a été suivie par les travaux du Club de Rome, premier essai de synthèse dans le cadre d’un modèle global. Dans l’un comme dans l’autre cas, la conclusion est la même : l’humanité court à sa perte, si elle continue dans la voie actuelle. D’éminents biologistes ont proposé, pour éviter la catastrophe, que l’humanité fasse un saut de quelques millénaires en arrière et s’organise en communautés de quelques centaines d’habitants chacune. Dans le même temps, d’autres personnages non moins éminents sont aussi catégoriques dans la conclusion opposée : les découvertes scientifiques s’accumulent à un rythme tel que toutes les prévisions pessimistes seront, comme elles l’ont toujours été dans le passé, démenties. Il est facile, en effet, de rappeler les prévisions que l’on a faites ou que l’on aurait pu faire, à certaines époques, et qui paraissent aujourd’hui parfaitement ridicules.

12Au début de l’ère des chemins de fer, certains médecins avaient affirmé que le cœur de l’homme ne pourrait supporter des vitesses supérieures à 40 km/h. Il y a deux siècles on aurait pu prédire (ou peut-être même a-t-on prédit) un blocage total de la circulation dans Paris, en raison de la multiplication du nombre de voitures à cheval. Les exemples dans ce sens sont presque aussi nombreux que ceux qui sont cités par les annonciateurs de catastrophes. Et si les uns décrivent avec complaisance les menaces que fait courir à l’humanité l’emploi du ddt, l’agronome Borlaug, qui a obtenu le prix Nobel de la Paix pour la création des variétés de blé de la « Révolution verte », a écrit un article qui est un véritable hymne au ddt. Les hommes d’action, les décideurs évoquent les dangers du « doute scientifique », qui paralyse toute initiative. Qu’ils se rassurent, il est beaucoup de « savants » que ce doute n’effleure pas.

13Comment de grands savants peuvent-ils être aussi catégoriques dans leurs conclusions aussi contradictoires ? Peut-être certains écologistes cherchent-ils, consciemment ou inconsciemment, à noircir le tableau pour attirer l’attention d’une opinion indifférente. Et cette attitude provoque elle-même une réaction exagérée de la part de ceux qui se trouvent des raisons d’être optimistes.

14Est-il possible de se faire une opinion, devant cet amas de contradictions ? Est-il possible de procéder à une analyse objective ? Objectivité ne signifie d’ailleurs pas neutralité. Chacun à le droit de prendre parti, en fonction de son idéologie, de sa philosophie, de sa conception du monde. Mais ce droit s’accompagne du devoir de reconnaître les faits, qu’ils soient conformes ou non aux idées préconçues – de ne pas les déformer, consciemment ou inconsciemment, et de ne pas non plus sélectionner ceux qui sont conformes à la théorie en rejetant ou négligeant les autres.

III. – Un bel exemple d’opinions contradictoires : la situation de l’alimentation dans le monde

  • 3 NDE : En 2017, selon le dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et nutritionnelle da (...)

15La population active agricole étant de plus en plus réduite dans les pays économiquement avancés, on en arrive à y oublier que le premier besoin à satisfaire, de façon impérative, est le besoin alimentaire. C’est là une condition de survie de l’humanité. Et si l’on veut que les êtres humains mènent une existence qui vaille la peine d’être vécue, il faut avant tout qu’ils bénéficient d’une alimentation satisfaisante. Ceux qui mettent en avant l’art et la culture dans leurs préoccupations sont généralement des bien nourris. Et si, dans certains domaines, on peut se contenter de poursuivre un objectif à long terme, il n’en est pas de même en ce qui concerne l’alimentation : à quoi serviraient des perspectives radieuses dans un siècle, si l’humanité devait être anéantie par la faim d’ici quelques décennies ? En dehors même du problème de la survie de l’humanité, le fait que des centaines de millions d’êtres humains souffrent aujourd’hui de la faim et des milliards de la malnutrition donne à la question une actualité permanente3.

I) Les incertitudes sur la situation présente

16Combien d’hommes sont mal nourris ? La situation tend-elle à s’améliorer ou va-t-elle en se dégradant ? Voilà des questions essentielles, auxquelles il est plus malaisé qu’on ne croit de répondre.

17Pour apprécier la situation alimentaire et son évolution, il faut disposer de données sûres relatives à la population, à la production agricole et à son utilisation, aux ressources alimentaires d’origine non agricole, aux inégalités de répartition dans les différents pays et, bien sûr, aux besoins alimentaires.

  • 4 Pays « sous-développés », « en voie de développement », « du tiers monde », etc. : aucune terminol (...)

18Or l’incertitude existe sur la population elle-même. Des opinions très divergentes se sont manifestées au sujet du nombre d’habitant de la Chine. Les chiffres de natalité et de mortalité de beaucoup de pays sous-développés4 sont sans doute sous-estimés. En ce qui concerne la production agricole, quand on connaît les faiblesses de la statistique dans bien des pays économiquement avancés, on imagine ce que peut être la situation dans les pays qui ne disposent pas d’un appareil administratif bien au point pour l’élaboration des statistiques et dans lesquels ces dernières sont d’autant plus difficiles à établir que la plupart des petits agriculteurs consomment directement l’essentiel de leur production. Et pour passer de la production agricole à l’alimentation humaine, il faut savoir quelles quantités de grains consomment les animaux, quelles quantités de corps gras utilisent les industries non alimentaires, quelle est l’importance des pertes entre la récolte du produit et son arrivée dans l’assiette du consommateur, quelles sont les ressources alimentaires d’origine non agricole (en dehors des produits de la pêche professionnelle, comment évaluer ce qui provient de la cueillette, de la chasse, de la pêche pratiquée pour l’autoconsommation ?).

19Une fois que l’on a évalué tout ce qui précède, on peut calculer des consommations moyennes par habitant, dans chaque pays. De nouvelles difficultés se présentent lorsque l’on veut convertir ces chiffres en calories, protéines, lipides, etc. Si la composition de certains produits de base, comme le blé et le riz, n’est pas très variable, il en va différemment pour beaucoup d’autres produits : les légumes et les fruits (il faut bien faire des regroupements !), les viandes sont des produits d’une très grande diversité. Même le bifteck consommé dans une région française bien définie peut avoir une composition variable.

  • 5 Food and Agriculture Organization (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agricul (...)

20Les disponibilités en calories, protéines, etc., par tête, sont donc calculées à partir de données sur la population, la production agricole et la composition des aliments qui sont toutes sujettes à caution – et parfois même entachées de marges d’erreur importantes. De plus, de tels calculs ne fournissent que des moyennes nationales (les seules publiées régulièrement par la FAO5). Or quelle est la signification d’une moyenne nationale dans un pays de plusieurs centaines de millions d’habitants, formé de régions très différentes les unes des autres et dans chacune desquelles l’inégalité de la répartition des revenus est considérable ?

  • 6 NDE : Les savoirs nutritionnels ont été largement approfondis depuis les années 1980. Les débats p (...)

21Ce n’est pas tout. On n’a pas fini de discuter, entre experts, sur l’importance des besoins alimentaires en calories et, surtout, en protéines6.

22Les opinions de la fao sont très fluctuantes en ce domaine. Y a-t-il, dans certains pays pauvres, un déficit tragique en protéines animales ? Ou bien, si l’on s’en tient aux derniers travaux publiés par cet organisme, les ressources en protéines sont-elles, dans tous les pays, supérieures aux besoins ? Dans cette dernière hypothèse, seules quelques catégories limitées de la population mondiale souffriraient d’un déficit en protéines.

23Devant cette accumulation d’ignorances et de données contradictoires, il n’est pas surprenant que les uns aient écrit que deux tiers des êtres humains souffrent de la faim, tandis que d’autres affirment que la malnutrition affecte 10 à 15 % au plus de la population mondiale.

2) Encore plus d’incertitudes pour l’avenir

24S’il est si difficile d’apprécier la situation actuelle, dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, il est plus malaisé encore de prévoir ce qui risque de se passer dans l’avenir et, surtout, d’évaluer les possibilités d’action de l’humanité.

25En 1982 c’est à un demi-milliard près, en plus ou en moins, que l’on peut évaluer la population probable du globe en l’an 2000. En ce qui concerne l’évolution de la production agricole, la fao publie de nombreux indices nationaux et un indice mondial. Mais beaucoup de ces séries statistiques sont sans doute assez éloignées de la réalité. Et la prolongation vers l’avenir des courbes du passé est toujours un jeu dangereux, même si elle est le résultat d’analyses approfondies.

IV. – Les controverses sur l’agriculture

26Des discussions passionnées opposent les experts sur de multiples problèmes. Quelle est la réalité des dangers que court l’humanité du fait des pollutions et destructions de ressources naturelles provoquées par l’agriculture d’aujourd’hui ? Lorsque les fabricants d’engrais s’efforcent de montrer qu’on a beaucoup exagéré le rôle des produits qu’ils vendent dans l’accroissement des pollutions, leur objectivité peut être mise en doute. Mais il faut se garder d’en conclure que ceux qui accusent les engrais de tous les maux ont raison. La controverse est tout aussi vive au sujet des pesticides. […]

27Et l’on a pas fini de discuter, non plus, sur les effets de la Révolution verte. Les variétés nouvelles de blé et de riz à haut rendement étaient, pour les uns, le facteur du « décollage » de l’agriculture dans un nombre croissant de pays sous-développés. Pour d’autres, l’augmentation de la production a eu pour contrepartie un accroissement des inégalités sociales, l’enrichissement des plus riches s’accompagnant de l’appauvrissement des pauvres. D’autres enfin, analysant des comptes d’exploitation, ont conclu que la progression des rendements ne paye pas l’accroissement des dépenses de production. Qui croire ? […]

28La controverse porte également sur les progrès de l’agronomie et de la génétique. Pour les uns, des possibilités immenses restent ouvertes ; une meilleure orientation des recherches génétiques doit permettre de créer des plantes associant hauts rendements, qualité, résistance aux ennemis et adaptation à des milieux les plus divers. D’autres estiment au contraire que le plafond du rendement n’est pas loin d’être atteint pour certaines cultures, dans les stations expérimentales.

29Pendant que des experts considèrent l’insuffisance des terres disponibles comme un facteur limitant de la production agricole, d’autres cherchent à explorer l’avenir en construisant des modèles d’agriculture sans terre. Et l’on peut faire toutes les hypothèses en ce qui concerne les ressources alimentaires d’origine non agricole – qu’il s’agisse des produits de la pêche ou des protéines fournies par la culture d’êtres unicellulaires. La « capacité de production » des océans sera bientôt atteinte et elle est déjà dépassée dans certaines régions, disent les uns. L’aquaculture offre des possibilités immenses, rétorquent d’autres.

30Les considérations ci-dessus ne concernent que les aspects directs de l’agriculture et de l’alimentation. Mais la production agricole ne dépend pas seulement des terres disponibles. Elle est liée à l’ensemble des activités humaines et, en particulier, aux ressources en énergie.

31Comment s’étonner, dans ces conditions, que les pessimistes et les optimistes arrivent à des conclusions aussi opposées quant au nombre d’êtres humains que notre globe est susceptible de nourrir ? La population actuelle est déjà trop nombreuse, dit l’un ; il faudrait pouvoir la diminuer. La terre peut nourrir 150 milliards d’habitants, affirme l’autre (en oubliant de préciser que son calcul implique une répartition rigoureusement égalitaire des ressources sur l’ensemble du globe). Comme nous l’avons déjà souligné, ce n’est pas tant la divergence des opinions qui est surprenante que la certitude avec laquelle chaque expert exprime la sienne.

V. – Les affirmations et les idées qui font fortune

32Le texte qui suit pourrait être intitulé « Dictionnaire des idées reçues en matière d’alimentation mondiale ». Il est effarant de constater que n’importe qui peut dire n’importe quoi et, avec un peu de chance, réussir à convaincre au point même qu’il ne trouvera pas de contradicteurs en face de lui. Cela est vrai surtout de certaines affirmations chiffrées, car le sens statistique est peu répandu. Il est même des statisticiens qui n’ont pas le sens ordres de grandeur. Et quand des affirmations sont conformes à l’idéologie de celui qui les entend, le fait même qu’elles soient énoncées constitue une preuve.

33Nous nous contenterons de citer, ci-dessous, quelques exemples parmi les plus frappants.

I) Les 50 millions de morts de faim par an

34Un auteur cite un jour un chiffre. Celui-ci est répété par d’autres auteurs, sans contrôle. À la dixième répétition, personne ne connaît plus l’origine du chiffre, mais il est devenu une vérité officielle. C’est ainsi qu’on entend de temps en temps répéter, à propos des régions françaises qui se dépeuplent, qu’au-dessous de 11 habitants au kilomètre carré, la vie sociale n’est plus possible et la dépopulation s’entretient d’elle-même, jusqu’à la désertification totale. Mais on ne peut faire de reproche grave à ceux qui reproduisent ce chiffre : il est difficile de prouver qu’il ne signifie rien (à la réflexion, on pourrait tout de même se dire que le « seuil de désertification » ne doit pas être le même pour toutes les régions). Mais il est effarant de constater que des affirmations qui ne résistent pas au plus simple examen font fortune et sont reproduites indéfiniment, sans que personne ou presque ne cherche à les contester.

  • 7 L’histoire mérite d’être racontée. À la demande d’un Comité international qui lutte contre la faim (...)

35Dans ce domaine, l’exemple des « 50 millions de morts de faim par an » est peut-être le plus caractéristique. Nous ne savons pas qui a le premier lancé ce chiffre. Mais, depuis quelques années, on le retrouve partout. Il a même figuré sur l’affiche d’un candidat à l’élection présidentielle de mai 1981. Nous avons cependant rencontré, dans la littérature, quelques variantes – comme ce chiffre de 160 000 morts de faim par jour, qui correspond à 58 millions par an7.

36Personne, apparemment, n’a essayé de faire le rapprochement avec le nombre total de décès dans le monde. Personne ne s’est demandé quelle est la proportion des hommes qui meurent de faim. La réponse est la suivante : plus de 100 %, car le nombre total des décès dans le monde s’est élevé à 48 millions en 1981. Même si ce chiffre n’est pas rigoureux, car tous les pays n’enregistrent pas la totalité des décès, il est bien évident que le nombre de morts de faim ne peut se compter que par dizaines de millions. S’il n’était pas malséant de faire de l’humour noir sur une question aussi tragique, on serait tenté de rappeler qu’il faut au moins déduire du nombre des décès ceux qui sont morts des suites d’une alimentation excessive.

37Le terme même de « morts de faim » est équivoque. Considère-t-on uniquement ceux qui meurent réellement de faim, parce qu’ils n’ont rien à manger ? Ou prend-on également en compte tous ceux dont la vie est fortement abrégée parce qu’ils vivent, ou plutôt survivent, en souffrant quotidiennement de la faim ? Avoir faim, parce qu’on ne dispose que de 1 500 calories par jour, n’est pas la même chose que mourir de faim, comme les grévistes de la faim irlandais.

38Nous sommes tenté de dire qu’on ne défend pas efficacement une cause juste avec des affirmations fausses. Mais la réalité dément cette thèse : personne ne conteste les 50 millions de morts de faim par an et ce chiffre absurde frappe l’imagination.

2) Le colonialisme, responsable de tous les maux ?

39Des universitaires, qui sont censés être des scientifiques, n’hésitent pas à affirmer que le colonialisme est le seul et unique responsable du sous-développement. Il est certain que les conquêtes coloniales n’ont pas été faites dans le but d’assurer le bonheur des populations des pays colonisés. Des hommes ont été maltraités, privés de leurs terres. Les ressources naturelles des colonies et protectorats ont été exploitées pour le plus grand bénéfice des grandes puissances coloniales. L’agriculture a été orientée, dans les pays colonisés, en fonction des intérêts de ces puissances : il fallait produire du café, du cacao, de l’huile de palme, des arachides, même si cette dernière culture épuise les sols.

40Tout cela est vrai. Mais qu’est-ce qui permet de dire, pour autant, que les pays anciennement colonisés auraient aujourd’hui un niveau économique satisfaisant s’ils étaient restés indépendants ? Où est l’exemple qui justifie une telle affirmation ?

41Et, en abandonnant leurs colonies, de mauvais gré certes, les grandes puissances ont laissé sur place des infrastructures dont certaines se sont révélées utiles pour le développement économique. Il est peut-être vrai que telle route a été construite, dans un pays d’Afrique, pour permettre à un haut fonctionnaire d’aller plus facilement à la chasse. Mais il n’est pas impossible que cette route présente, aujourd’hui, une autre utilité. Et la réponse ne fait pas de doute lorsqu’il s’agit non plus d’une route, mais d’un puits de pétrole.

42Voici un autre jugement à nuancer. La hausse du prix du pétrole ne constitue pas uniquement une revanche des pauvres sur les riches. D’une part, elle crée de « nouveaux riches ». D’autre part, ce sont les pays les plus pauvres qui souffrent le plus du prix élevé du pétrole.

3) Les cultures vivrières négligées : un jugement à nuancer

43C’est par de multiples moyens de contrainte que beaucoup de petits paysans d’Afrique ont été conduits à développer des cultures pour la vente, négligeant ainsi les cultures vivrières destinées à assurer leur alimentation. Certes, dans tous les pays où l’économie se développe, l’agriculture produit de plus en plus pour la vente et de moins en moins pour la consommation directe sur place, à la ferme. Mais tel n’était pas le cas des paysans d’Afrique. L’augmentation des productions destinées à la vente n’était pas le signe d’un progrès économique. Avec des moyens de travail limités, on ne pouvait développer les cultures nouvelles qu’aux dépens des production vivrières. Et le produit des ventes, à des prix très bas dont bénéficiaient de nombreux intermédiaires, ne permettait pas d’acheter de quoi se nourrir, d’autant plus qu’il fallait payer des impôts. Il est donc probable que beaucoup de petits paysans, dans les pays colonisés de tous les continents, vivaient plus mal qu’avant et souffraient de déficiences alimentaires plus graves.

44Il n’est donc pas surprenant que l’on parle de plus en plus, aujourd’hui, de développer les cultures vivrières, notamment en Afrique. Un nombre incalculable d’articles, de rapports, de mémoires, de thèses ont été écrits sur ce sujet. Mais les choses ne sont pas si simples. Comment se fait-il donc que les dirigeants des pays devenus indépendants continuent à encourager les cultures d’exportation ? Il doit bien y avoir une raison à cela.

45Un pays qui veut assurer son développement économique est obligé de réaliser de grands investissements et doit, dans ce but, importer les équipements qu’il n’est pas encore capable de fabriquer lui-même (ou qu’il ne pourra jamais fabriquer, s’il s’agit d’un pays à faible population). Les importations doivent être payées, au moins en partie, par des exportations. Or que peut exporter un pays dont la majorité de la population est agricole et qui ne dispose pas de matières premières appréciées, comme le pétrole, le gaz naturel ou les phosphates ? Un tel pays ne peut guère exporter que des denrées agricoles, de préférence celles que les pays riches, situés en climat tempéré, ne peuvent produire eux-mêmes.

  • 8 NDE : Avec l’essor important des populations urbaines non agricoles, une forme d’agriculture vivri (...)

46Ce qu’il faut donc, c’est trouver le moyen d’augmenter les productions vivrières, sans que cela se fasse aux dépens des cultures destinées à l’exportation. Le paysan devra d’ailleurs, pour augmenter les productions vivrières, faire des dépenses – acheter des semences de variétés nouvelles, des engrais, des outils de production, etc. Il pourra certes vendre une partie des productions vivrières pour l’alimentation des villes. Mais il lui faudra aussi, pour couvrir tous ses besoins monétaires, continuer à pratiquer les cultures destinées à l’exportation. L’intérêt individuel du paysan et l’intérêt de la nation se confondent donc, pour une large part. Il est donc vrai qu’il faut développer les cultures vivrières, mais, autant que possible, pas aux dépens des cultures d’exportation8.

4) Et les multinationales ?

47Pour certains, ce sont les grandes sociétés multinationales qui sont aujourd’hui la cause de tout le mal, dans les pays du tiers monde. Les grands du commerce mondial des grains figurent parmi les premiers accusés. Cette fois encore, il faut se garder de tout jugement manichéen. L’objectif des multinationales, comme de n’importe quelle société, est de faire des profits. Il n’est pas d’assurer le bonheur de l’humanité, ni d’ailleurs de la persécuter. Et, dans la recherche du profit, il suffit de respecter la légalité. Si le résultat est bon pour les populations concernées, tant mieux, s’il est mauvais, tant pis. […]

  • 9 Et parfois trop dilué !

48On a beaucoup critiqué, au cours des dernières années, la politique de Nestlé qui consistait à encourager les mères, dans certains pays du tiers monde, à utiliser pour leurs enfants du lait en poudre. Dilué9 avec des eaux souvent polluées, ce lait, utilisé en remplacement du lait maternel, risquait fort d’accroître la mortalité infantile. La société Nestlé a certes trouvé des arguments pour sa défense. Mais le moins qu’on puisse dire est qu’il y a certainement eu des cas où le remplacement du lait maternel par du lait en poudre a eu des effets néfastes.

49Si une société qui fabrique des boissons gazeuses réussit à augmenter ses ventes dans des pays du tiers monde, elle méritera les éloges de tous les partisans de l’économie libérale, pour lesquels le profit est le critère de la bonne gestion d’une entreprise. Mais faut-il se féliciter de voir des populations pauvres, subjuguées par la publicité et s’efforçant de suivre la mode, réduire leurs dépenses alimentaires, donc aggraver les carences dont elles souffraient déjà, pour avoir de quoi se payer ces boissons nouvelles ? Or, une politique de publicité peut précisément être très efficace dans un pays peu évolué, où les pauvres n’ont pas la moindre idée de ce que peut être une organisation de défense des consommateurs.

50À l’inverse, une société peut, en faisant de la publicité pour des produits laitiers, créer une demande nouvelle qui encouragera la production locale et permettra ainsi d’améliorer un régime alimentaire déficient en protéines animales. Ou bien une société multinationale créera, dans un pays du tiers monde, des emplois – fort mal payés, certes – qui n’auraient été créés par personne d’autre. Mais le jour où elle trouvera avantageux de fermer l’usine nouvelle, pour en créer une autre ailleurs, ce sera la catastrophe pour la population locale.

51La conclusion est toujours la même : se garder de tout jugement général ; l’accroissement du profit n’a que des effets favorables pour la société qui le réalise ; pour les populations concernées par l’achat ou la fabrication d’un produit, les conséquences peuvent être aussi bien positives que négatives. Par contre, si les grandes sociétés appliquaient des critères de moralité en même temps que des critères de gestion efficace (ce qu’on serait en droit d’exiger de sociétés nationalisées, par exemple), les résultats de l’activité de grandes entreprises bien gérées seraient bénéfiques pour tous. Mais ces considérations utopiques sont sans intérêt ; ce qu’il faut, c’est voir la réalité telle qu’elle est. Et les exemples abondent dans tous les pays, même les plus développés, de comportements des grandes sociétés certes « légaux », mais qui manifestent un mépris total pour la personne humaine, glorifiée cependant dans toutes les déclarations des économistes et hommes politiques « libéraux ».

VI. – Comment se faire une opinion ?

52Faut-il, devant toutes ces ignorances et contradictions, renoncer à se faire une idée et attendre simplement les événements ? Peut-on, au contraire, essayer de dégager quelque chose en faisant la synthèse de tout ce qui a été dit et écrit sur le sujet ? Une telle tâche est manifestement au-dessus des possibilités d’un homme seul. Et si on la confie à une équipe, celle-ci ne pourra que constater les contradictions de ses membres, ou bien les dissimulera dans un texte édulcoré dont on ne pourra rien tirer.

53Mais il ne faudrait pas non plus s’imaginer qu’on ne sait rien. Dans l’analyse de la situation et des perspectives de l’agriculture et de l’alimentation dans le monde, il est des certitudes et des faits qui sont connus au moins en ordres de grandeur. On ne sait pas combien d’humains souffrent de malnutrition. Mais même s’ils n’étaient « que » quelques centaines de millions, il s’agirait d’un problème grave, concernant l’humanité tout entière. La famine dans le Sahel est, hélas, une réalité indiscutable. Et il suffit de se promener dans les rues de Bombay et de Calcutta pour prendre conscience, au-delà de toutes les discussions sur les statistiques globales et les moyennes nationales, du problème de la faim en Inde.

54Les indices de production agricole de la fao peuvent être sérieusement mis en doute. Mais lorsque ces indices montrent que la production alimentaire par tête n’a presque pas augmenté entre 1970 et 1980 dans le tiers monde et qu’elle a même diminué en Afrique, cela signifie quelque chose.

55On ignore quels dangers fait courir à l’humanité l’emploi des pesticides. Mais on sait qu’un risque existe et cela représente déjà beaucoup, par rapport à l’ignorance totale des premières années.

56Ces exemples incitent à penser que l’on peut tenter, avec toute la prudence nécessaire, d’établir un bilan. Le tout est de le faire avec l’humilité scientifique indispensable, en sachant que l’on risque de se tromper et d’être démenti par les faits.

VII. – Notre objectif

57Nous avons donc pris le risque d’écrire ce petit livre, malgré la très grande complexité des problèmes envisagés. Ce qui a été dit plus haut permet de comprendre dans quel esprit nous avons travaillé : avant tout, démonter les affirmations imprudentes, faire ressortir le degré de l’ignorance, même si cela est beaucoup moins confortable pour le lecteur que les belles affirmations catégoriques. Ensuite, malgré ces ignorances, nous avons essayé de tirer des conclusions de l’analyse des faits connus.

58Il ne nous était évidemment pas possible de faire la synthèse de la totalité des faits connus et idées exprimées. Les lacunes inévitables accroissent le risque d’erreur dans les conclusions. Mais ce risque est singulièrement réduit, par ailleurs, par l’absence de parti pris. Celui qui commence une recherche qui exige la synthèse de données innombrables est presque condamné à l’erreur dès le départ, s’il sait à l’avance ce qu’il veut prouver. Quelle que soit sa bonne foi, il sélectionnera inconsciemment les faits qui vont dans le sens de sa théorie. N’ayant pas d’idées préconçues, ne sachant nullement à quelles conclusions nous allions arriver, nous ne courions pas ce risque. Un dernier point doit être souligné : dans le doute, il vaut mieux être un peu trop pessimiste qu’un peu trop optimiste. Il est vrai que cette réflexion concerne surtout ceux qui sont chargés de l’action.

59S’il fallait résumer nos conclusions en une phrase, nous dirions qu’il est grand temps qu’une coopération internationale, organisée à l’échelle de la planète entière, mette en œuvre toutes les ressources à la disposition de l’humanité, si l’on veut que soient nourris convenablement les 10 milliards d’habitants que la terre ne manquera pas de porter un jour – même si la politique de contrôle des naissances devient plus efficace. Il est encore temps, mais grand temps d’agir. Tant mieux si des découvertes nouvelles, justifiant les prévisions les plus optimistes, balayent ces conclusions et préparent à l’humanité un an 2000 bien plus favorable que celui qu’on peut imaginer aujourd’hui. Mais même si cela se passe ainsi, combien de milliards d’hommes auront, entre-temps, souffert de l’incapacité de l’humanité à utiliser les connaissances qu’elle possède déjà ?

60Le plan de ce livre découle des considérations qui précèdent. Après avoir analysé la situation de l’alimentation dans le monde et évalué la croissance nécessaire de la production agricole, il nous faudra montrer quel niveau de production pourrait être atteint, sans compromettre l’avenir des générations futures par la destruction de ressources naturelles et l’accroissement des pollutions.

61Mais les possibilités techniques ne représentent qu’un aspect du problème. Il faudra donc montrer pourquoi elles sont, dans un grand nombre de pays, loin d’être mises en œuvre – c’est-à-dire faire ressortir les obstacles humains au développement de l’agriculture. À ce moment, il sera possible, d’une part, de montrer où l’on va si on laisse l’évolution actuelle se poursuivre et, d’autre part, de définir les moyens à mettre en œuvre pour redresser la situation. Les deux hypothèses extrêmes seront donc ce qui risque de se passer, si l’on ne fait rien de plus qu’aujourd’hui, et ce qui est possible si l’humanité se met rapidement à l’action pour une meilleure utilisation de ses ressources.

62Essayer d’apprécier les limites de l’accroissement possible de la production alimentaire, c’est en même temps définir des limites à la population que l’on pourra nourrir convenablement. Les propositions de politique agricole devront donc être complétées par des propositions de politique démographique. Nous limitant à l’avenir prévisible, nous nous sommes refusé à aller plus loin, à tenter d’imaginer ce qui pourrait se passer en l’an 2050. Cela aurait encore moins de sens qu’il n’y aurait eu, à l’aube de ce siècle, à essayer de prévoir le monde de 1980.

Haut de page

Notes

1 Note des éditeurs [NDE] : Depuis les années 2010, il est convenu que le problème de la faim relève moins d’un problème de production agricole que d’accès à l’alimentation. Par ailleurs, certains auteurs mettent en avant la capacité des campagnes africaines à nourrir les villes. Voir notamment les travaux de Nicolas Bricas.

2 Certains prennent plus facilement le risque de prévoir l’avenir lointain – parce que, dans vingt ans, tout le monde aura oublié leurs prévisions.

3 NDE : En 2017, selon le dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde (2018), 821 millions de personnes sont en situation de sous-alimentation, et 672 millions de personnes sont obèses.

4 Pays « sous-développés », « en voie de développement », « du tiers monde », etc. : aucune terminologie n’est bonne.

5 Food and Agriculture Organization (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture).

6 NDE : Les savoirs nutritionnels ont été largement approfondis depuis les années 1980. Les débats portent également maintenant sur les teneurs et les associations entre les micro-nutriments (vitamines et minéraux) des aliments et des régimes alimentaires.

7 L’histoire mérite d’être racontée. À la demande d’un Comité international qui lutte contre la faim dans le monde, René Dumont écrit un article, dans lequel il parle de 10 000 morts de faim par jour. Les dirigeants du Comité remplacent d’autorité ce chiffre par celui de 160 000 et c’est cette version « corrigée » qui paraît dans Le Monde, sans qu’on ait demandé son avis à René Dumont.

8 NDE : Avec l’essor important des populations urbaines non agricoles, une forme d’agriculture vivrière commerciale s’est largement développée, non pas destinée à l’export, mais bien aux consommateurs urbains.

9 Et parfois trop dilué !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Klatzmann, « Nourrir dix milliards d’hommes ? », Socio-anthropologie, 39 | 2019, 159-172.

Référence électronique

Joseph Klatzmann, « Nourrir dix milliards d’hommes ? », Socio-anthropologie [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5497 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5497

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals