Navigation – Plan du site
Dossier : Les migrants numériques

Numériser les vulnérabilités des migrants

Les ambivalences du recensement associatif d’octobre 2016 dans le camp de Calais
Digitising Migrants’ Vulnerabilities: The Ambiguities of the 2016 Census by Voluntary Organisations in the Calais Camp
Marjorie Gerbier-Aublanc
p. 29-43

Résumés

Cet article analyse le processus de collecte des données du recensement d’octobre 2016 mené par trois associations dans le camp de migrants de Calais. En réponse à l’annonce gouvernementale d’une destruction totale et imminente du camp, cette initiative associative visait à pointer les risques d’une opération précipitée et mal-préparée, en quantifiant les vulnérabilités et besoins multiples des personnes installées en ce lieu. Issue d’une immersion parmi les bénévoles associatifs, cette ethnographie décrypte les ambivalences et les angles morts de ce procédé de comptage. Si la « mise en nombre » des situations des migrants partait d’une intention bienveillante et contestataire des associations, la « mise en catégorie » pensée pour ce faire n’a pas permis de traduire la pluralité des sentiments de vulnérabilité des migrants ni de mettre en lumière leur expérience subjective de l’expulsion d’un lieu qui, mal ou bien, était le seul monde qu’ils habitaient alors.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Afin de protéger l’anonymat de nos interlocuteurs, tous les prénoms cités dans cet article ont été (...)
  • 2 En association avec l’ONG britannique Safe Passage, les associations cherchent ainsi à prévenir la (...)
  • 3 Bambino est le terme italien utilisé dans la « Jungle » afin de désigner les mineurs.
  • 4 Ils le seront en effet, car Tourial bénéficiera du regroupement familial en Grande Bretagne tandis (...)

112 octobre 2016. Nous pénétrons dans une cabane en bois occupée par trois jeunes Afghans. Ils sont assis dans l’obscurité. Nous leur présentons le recensement-diagnostic que nous réalisons. Ils sont d’accord pour y participer. Nous commençons par identifier le type d’abri et cochons shelter dans notre application mobile. Puis nous indiquons qu’ils sont trois résidents, de nationalité afghane. Tourial1 a 16 ans ; Qasim et Walid respectivement 18 et 19 ans. Lorsque nous saisissons les données de Tourial, un onglet « mineur » s’ouvre. Tourial a le regard vitreux. Souffrant de troubles dépressifs, il est suivi dans le camp par le psychologue d’une ONG. Il nous montre ses médicaments et sort de la poche de son jeans de multiples feuillets indiquant ses rendez-vous. « Quand je prends mes médicaments, je ne suis plus triste », nous confie-t-il. « Parfois, je deviens méchant avec mes amis. Je leur crie dessus. Alors je monte sur le toit du shelter et je pleure pour me calmer ». Qasim et Walid regardent tristement leur ami duquel ils prennent quotidiennement soin, tandis qu’eux-mêmes semblent désemparés. Nous relevons le numéro de téléphone de Tourial, afin de suivre sa trajectoire suite au démantèlement2. Puis nous lui demandons s’il a de la famille proche, en situation régulière, à l’étranger. Son grand frère est en Grande-Bretagne. À Qasim et Walid, nous ne posons pas de questions. « 18 ans, ce n’est plus bambino3 ? », nous demande le premier. L’application mobile ne prévoit pas d’onglet « jeune majeur ». Les trois amis ont peur d’être séparés lors du démantèlement4. Ils nous posent des questions auxquelles nous ne pouvons répondre, faute d’informations communiquées par le gouvernement. Nous prenons note de leurs besoins matériels : des chaussures et des vêtements chauds. En ce mois d’octobre froid et humide, les jeunes sont en tongs et en vestes de survêtement légères. Walid nous remercie : « En six mois sur le camp, c’est la première fois qu’on vient nous demander si on a besoin de quelque chose. » Nous leur promettons que quelqu’un leur apportera vêtements et chaussures dans les prochains jours. En réalité, personne ne repassera voir ces jeunes.

  • 5 Deux associations, l’une locale et l’autre britannique, s’étaient associées depuis le mois de févr (...)
  • 6 Selon le recensement associatif de septembre 2016.

2Issue d’une observation participante au recensement-diagnostic mené par des associations dans le camp-bidonville de Calais, à l’aube de sa destruction, cette vignette ethnographique introduit les ambivalences de la « mise en nombre » des besoins des migrants. Du 11 au 15 octobre 2016, 50 bénévoles de 3 associations accompagnés de 25 résidents du camp5 sont en effet passés dans les abris afin de recenser les habitants et leurs besoins, ainsi que pour identifier les « vulnérables ». L’agrégation d’un diagnostic des vulnérabilités et des besoins aux recensements de population mensuels réalisés par ces associations depuis février 2016 s’est posée comme une réponse à l’annonce gouvernementale de la destruction totale imminente du camp, abritant en septembre 10 188 personnes6, sans précision des dates ni des modalités de l’opération. Encore affectées par les souvenirs de la destruction violente de la partie sud du camp huit mois plus tôt, ces trois associations cherchaient par-là à mettre l’État en garde contre « les conséquences humaines désastreuses » d’une opération précipitée ainsi qu’à plaider pour une préparation avisée, et donc le report, de la destruction du camp. L’analyse de ce recensement-diagnostic soulève néanmoins plusieurs interrogations. Comment le contexte politique a-t-il façonné les procédés de numérisation (quantitatif et qualitatif) des besoins des migrants mis en œuvre par les associations ? Comment cette procédure de mesure et de classification (Desrosières, 1995) a-t-elle été vécue par les migrants et les bénévoles associatifs ? Quels niveaux de réalité la production numérique a-t-elle permis d’appréhender ?

3Dès les années 1990, la « mise en nombre » des migrants a généré un ensemble de controverses dans le monde académique (Fassin, 1999 ; Héran, 2010, 2017 ; Geisser, 2007 ; Tripier, 1999). Tandis que certains démographes craignaient le détournement politique des catégories statistiques produites (Le Bras, 1998), les recherches menées depuis deux décennies ont permis non seulement de représenter des trajectoires sociales, mais également de révéler des discriminations (Beauchemin et al., 2015 ; Desgrées du Loû, Lert, 2017 ; Marsicano, Dray-Spira, Lert, 2014) et de déconstruire des représentations erronées (Desgrées du Loû et al., 2015 ; Héran, 2018). Pour autant, la numérisation des migrants n’est pas uniquement le fait du monde académique. Les associations se sont également efforcées de dénombrer certaines réalités migratoires en l’absence de statistiques officielles. Le comptage des morts du VIH issus de l’immigration (Musso, 2008) et des migrants disparus aux frontières (Agier, 2017 ; Blanchard, Clochard, Rodier, 2008) a par exemple permis de déchiffrer, afin de mieux dénoncer, les effets létaux des politiques publiques et, dans le cas du VIH, de les faire évoluer. De manière similaire, le recensement-diagnostic, analysé dans cet article, visait à contester les décisions politiques, en pointant les risques d’une destruction précipitée du camp. Les travaux académiques s’intéressant aux statistiques associatives ont principalement mis en lumière les usages et effets politiques de ce type de comptage. Néanmoins, les procédés de production des données quantitatives (mesure et classification) ont rarement été analysés. Je propose dans cet article de décrypter les ambivalences de la « mise en nombre » et de la « mise en catégorie » des migrants et de leurs besoins, en centrant spécifiquement mon étude sur le processus de collecte des données, analysé depuis une perspective ethnographique. L’approche qualitative offre en effet un accès direct aux situations et aux vécus des personnes ayant façonné le processus de numérisation, tout en mettant en lumière les limites de la quantification.

  • 7 Cette recherche postdoctorale a été soutenue par la Fondation Croix-Rouge Française et son partena (...)
  • 8 Ces réunions hebdomadaires portées par les coordinateurs de la plateforme Service aux migrants (PS (...)

4Cette étude fait partie d’une investigation plus large sur les enjeux de la pluralisation des acteurs de l’aide aux migrants, menée dans le camp de Calais à l’automne 20167. Privilégiant une approche socio-anthropologique enracinée dans le terrain (Olivier de Sardan, 2008), je me suis immergée au sein d’une association nationale. Hébergée la nuit parmi les bénévoles, je les accompagnais le jour dans leurs missions, dont la conduite du recensement-diagnostic a fait partie. Favorisant un accès rapide au terrain, l’immersion associative s’est avérée d’autant plus nécessaire que, le démantèlement approchant, je disposais de peu de temps pour réaliser mes recherches. Cette posture d’observatrice-participante m’a en outre permis d’accéder à de nombreux espaces et informateurs clés. Les données mobilisées dans cet article ont ainsi été collectées lors de séquences d’observation-participante multi-situées. En participant aux réunions de coordination inter-associative8, j’ai pu saisir la manière dont les différentes associations appréhendaient la destruction annoncée du camp et les stratégies qu’elles ont mobilisées pour atténuer l’incertitude. Immergée en parallèle dans l’association de bénévoles, j’ai participé à la collecte des données destinées au recensement-diagnostic ainsi qu’aux temps de préparation préalable et aux débriefings quotidiens qui se sont tenus pendant les cinq jours de son déroulement. Présente au quotidien dans le camp entre début septembre et fin octobre 2016, j’ai enfin pu observer les réactions (émotions et stratégies) des migrants, comme des bénévoles associatifs, face à l’annonce de la destruction du camp puis lors de son déroulement.

5Partant de là, je pointerai dans cet article l’ambivalence et les angles morts des procédés de numérisation (quantification et qualification) (Desrosières, 1995) des vulnérabilités et besoins des migrants mis en place par les associations lors de la conduite du recensement-diagnostic. Après avoir souligné la dimension pragmatique et contestataire de cette « mise en nombre », je montrerai que la « mise en catégorie » pensée pour ce faire n’a pas permis de traduire la pluralité des besoins des migrants ni de mettre en lumière leur expérience subjective de l’expulsion d’un lieu qui, mal ou bien, était le seul monde qu’ils habitaient alors.

« Mettre en nombre » les vulnérabilités : une initiative pragmatique et contestataire

6Le premier recensement associatif a été réalisé en février 2016, en amont de la destruction de la partie sud du camp, afin de contester le comptage gouvernemental. L’État évaluait entre 800 à 1 000 personnes à reloger, les associations en dénombraient 3 455. Ce recensement de population s’est poursuivi mensuellement afin de rendre compte des évolutions démographiques au sein du camp et de mettre l’État face aux réalités d’une sous-évaluation de la situation9. Ce recensement s’est par ailleurs ajusté à l’actualité politique, en ajoutant au comptage de nouvelles dimensions permettant de contester les décisions gouvernementales au fil des mois. En août 2016, suite à une requête préfectorale demandant au tribunal administratif de décider la fermeture des commerces créés par les habitants du camp, les associations ont par exemple fait porter une partie du recensement sur « le rôle social des commerces et restaurants du bidonville10 » afin de plaider en faveur de leur maintien. En septembre, tandis que la destruction totale du camp était annoncée, ce sont les problèmes rencontrés par les personnes qui souhaitaient rester en France, la difficulté d’accéder à l’hébergement institutionnel notamment11, qui ont été quantifiés.

7Dans cette continuité, le recensement-diagnostic d’octobre 2016 a été présenté comme une initiative à la fois pragmatique et contestataire. Pragmatique d’abord, car il s’agissait d’un acte de prévention de la survie et de l’intégrité des personnes, en particulier des mineurs non accompagnés, dans un contexte où l’État, détenant secrètes les informations relatives au déroulement de la destruction du camp, empêchait les personnes de s’y préparer (Gerbier-Aublanc, 2017). Contestataire ensuite, car la « mise en nombre » des besoins et vulnérabilités des migrants visait à opposer au traitement des migrants comme des « masses », la mise en visibilité de besoins individuels spécifiques, requérant l’organisation de prises en charge adéquates, incompatibles avec un démantèlement précipité et mal préparé. Cette initiative apparaissait également comme un moyen de mettre en lumière les situations de vulnérabilité auxquelles l’État n’avait pas su répondre jusqu’à présent et de dénoncer la production politique de ces situations.

  • 12 « We created and conducted an internationally respected monthly census to ensure every vulnerable (...)
  • 13 Pour la conduite du recensement-diagnostic, l’utilisation de cette application mobile ne nécessita (...)

8Pour ce faire, deux associations – l’une britannique, l’autre locale – ont mis en place une méthode de comptage, affinée au fil des recensements, en concevant des outils et en pensant des façons de faire « pour s’assurer que chaque personne vulnérable soit comptée et prise en charge12 » ; méthode soumise et jugée rigoureuse par le défenseur des droits. Le recensement-diagnostic d’octobre 2016 a ainsi été mené à partir de deux outils – un questionnaire numérique et un formulaire papier – élaborés par ces associations afin de mettre au jour les vulnérabilités et besoins des habitants du camp. Le questionnaire numérique a été conçu via une application mobile de collectes de données – KoBoCollect – spécialement adaptée à un usage humanitaire par le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), l’Harvard Humanitarian Initiative (un regroupement de scientifiques spécialistes de l’humanitaire) et l’ONG International Rescue Committee (IRC)13. Cette application, installée sur des téléphones portables mis à disposition des bénévoles, permettait de collecter cinq niveaux de données : 1/ les conditions de survie dans le camp (type d’habitation, nombre de personnes cohabitant, date d’arrivée dans le camp, lieux de satisfaction des besoins basiques – alimentation, hygiène) ; 2/ les données socio-démographiques des personnes (nationalité, âge, sexe) ; 3/ l’état d’avancement des projets migratoires (demande d’asile déposée ou non en France, procédure Dublin ou non, pays de destination souhaité) ; 4/ les besoins matériels des personnes (vêtements, chaussures, bagages, …) ; 5/ les besoins en santé (pathologie chronique, situation de handicap, blessure grave, …). Lorsqu’une personne relevant d’une catégorie de vulnérabilité était enregistrée (femme, mineur non accompagné, personne âgée, malade), un onglet spécifique s’ouvrait dans lequel étaient renseignées des données complémentaires : les coordonnées de la personne (noms, numéro de téléphone ou, le cas échéant, celui d’un accompagnant), la présence d’un membre de la famille proche régularisé dans le pays de destination, les problèmes de santé particuliers. Le formulaire papier présentait quant à lui un résumé synthétique des données enregistrées dans l’application, renseignant uniquement le type d’habitation, le nombre de personnes en situation de vulnérabilité au sein de chaque habitation et les besoins matériels des habitants. Ces outils de « mise en équivalence » (Desrosières, 1995) ont permis aux associations de mettre en perspective une série d’expériences biographiques hétérogènes, autrement difficilement comparables, et de les traduire en données susceptibles d’être publiées et d’alimenter leur plaidoyer politique.

  • 14 Notons que les associations intervenant à Calais ont collectivement mis en place un dispositif de (...)
  • 15 « Many have already moved to accommodation centers (CAOs), up to 80 people a day have been arreste (...)

9Les résultats de l’agrégation des données collectées en octobre ont été publiés sur les réseaux sociaux le week-end précédent la destruction du camp, au même moment que l’annonce médiatique de la date de début des opérations. Deux chiffres ont particulièrement été mis en avant afin de dénoncer l’ampleur des conséquences humaines d’une décision politique mal-préparée. D’abord, le fait que 8 143 personnes aient été recensées dans le camp, soit 2 000 de moins que le mois précédent. La publication de cette différence, interprétée comme un effet de l’annonce de la destruction du camp, est venue illustrer les risques auxquels s’exposaient les personnes refusant de se soumettre aux mises à l’abri en Centres d’accueil et d’orientation (CAO) prévues par l’État. « Près de 80 personnes par jour ont été arrêtées14 et nous craignons que beaucoup plus doivent affronter l’hiver dans des camps sans aucune infrastructure ni soutien, au sein desquels elles seront encore plus vulnérables15 », pouvait-on lire en commentaire de la publication de ce chiffre. En dispersant les migrants sur le territoire français et en les éloignant de Calais, ce dispositif gouvernemental de mise à l’abri mettait en cause les projets migratoires des personnes souhaitant atteindre le Royaume-Uni. Or, le devenir de ces « indésirables » de l’État français inquiétait considérablement les associations à l’aube de la destruction du camp.

10Ensuite, le recensement d’octobre révélait la présence de 1 291 mineurs non-accompagnés dans le camp soit 200 de plus qu’en septembre, faisant écho à l’augmentation systématique de la proportion de mineurs non accompagnés dans le camp entre mars et septembre 201616. Ce chiffre, mis en perspective avec le temps de présence des mineurs dans le camp, a permis aux associations de produire un résultat statistique pointant « l’inaction des pouvoirs publics » pour protéger ces enfants : 52 % des mineurs auraient vécu seuls, dans le camp, pendant plus de trois mois, selon le recensement d’octobre 2016. Ces chiffres et statistiques ont également servi un plaidoyer transnational en ce qu’ils illustraient clairement le manque d’application de l’amendement Dubs, passé en mai 2016, prévoyant la relocalisation en Grande-Bretagne de mineurs bloqués en France, en Grèce et en Italie. En effet, en octobre, les associations dénonçaient le fait qu’aucun mineur n’ait encore bénéficié d’une telle relocalisation17. En ce qu’ils incarnent une figure particulière de vulnérabilité, la situation des mineurs non accompagnés a fait l’objet d’une attention particulière au fil des comptages mensuels. Les recensements pré et post-évacuation de février et mars 2016 avaient en ce sens mis en lumière la disparition de 129 mineurs, dont la trace a été perdue « faute de registre officiel et de système de protection ».

11Tandis que la production de tels chiffres est venue alimenter le plaidoyer associatif, les effets politiques et pragmatiques d’une telle initiative sont restés limités ; le gouvernement procédant comme annoncé à la destruction du camp sans prendre en considération les mises en garde associatives, comme en atteste notamment le traitement des mineurs non accompagnés au moment de vider le camp (Gerbier-Aublanc, 2017). Partant d’une intention bienveillante, le processus de collecte des données n’a pas non plus été exempt d’effets collatéraux, non anticipés par les associations.

Quand les émotions interrogent la « mise en nombre »

12Si le processus de collecte des données a bien permis de préparer psychologiquement les habitants du camp à sa destruction, les réalités du terrain ainsi que le contexte politique ont rendu cette mission émotionnellement éprouvante pour les migrants comme pour les bénévoles. En effet, le passage des associations a rendu réelle la destruction prochaine du camp, suscitant un ensemble de tensions – incompréhensions et méfiance de la part des migrants, frustrations et questionnements éthiques du côté des bénévoles associatifs –, tout en révélant des émotions (peurs, angoisses, colère) impossibles à numériser.

13Aussi précaires fussent les conditions d’installation des personnes dans le camp, il s’agissait là du seul monde qui leur était alors permis d’habiter. Or, aucune information précise ne pouvait être fournie par les bénévoles associatifs sur les lieux de mise à l’abri prévus par le gouvernement et cette décision mettait en jeu le projet migratoire d’une partie des habitants du camp. Par ailleurs, trois recensements étaient conduits en parallèle : le recensement-diagnostic des associations, un recensement des mineurs mené par une organisation prestataire d’État ainsi que le comptage préfectoral conduit par la police. La multiplication des acteurs les sollicitant a généré de la confusion et exacerbé l’inquiétude des migrants.

Nous pénétrons dans une cour commune à quatre shelters occupés par des Soudanais, qui se montrent très critiques à l’égard de notre démarche. « Ça ne sert à rien ! Qu’est-ce que ça va changer à la décision du gouvernement ? La police est passée ce matin. Ils nous ont dit “La Jungle, c’est fini ! Dans 4 jours, on ne veut plus vous voir ici !” Mal-à-l’aise, nous leur expliquons qu’on ne peut rien garantir, mais qu’au moins les associations essaient de faire quelque chose. Sceptiques, ils acceptent de répondre à nos questions. Un peu plus tard dans la journée, nous nous arrêtons devant une tente occupée par des Afghans. L’un d’eux nous répond, sur un ton de colère en faisant de grands gestes, qu’il n’a pas envie de nous parler. Il s’exclame alors « La Jungle, c’est fini maintenant ?! Et bien, je rentre en Afghanistan ! Je n’aime pas votre France-là. » Nous renonçons à relever les informations des habitants de cet abri. (Extrait du journal de terrain du 12/10/16)

14Cette séquence d’observation montre combien les émotions des habitants du camp ont façonné la collecte des données du recensement-diagnostic. Le scepticisme de certains mettant l’éthique des bénévoles à l’épreuve, tandis que la colère d’autres a tout simplement faussé le relevé numérique. La collecte des données du recensement-diagnostic a par ailleurs alimenté la frustration des bénévoles incapables de répondre aux besoins qu’ils recensaient. Souvenons-nous de Tourial, Qasim et Walid à qui nous promettions chaussures et vêtements chauds, après avoir fait remonter leurs besoins. Ces distributions avaient en effet été annoncées aux bénévoles prélevant les données comme l’une des contreparties directes du recensement-diagnostic, mission finalement très administrative malgré sa visée politique. Or, rapidement, la multiplicité des besoins relevés a rendu cet objectif impossible à atteindre pour des associations manquant de temps et de ressources matérielles. Les chaussures – denrée rare au sein du camp – se sont particulièrement posées comme un sujet de discorde entre opérateurs et coordinateurs du recensement-diagnostic, les premiers ne supportant pas « de donner de faux espoirs aux gens » tandis qu’ils incarnaient des interlocuteurs de confiance et étaient en ce sens directement confrontés aux attentes des migrants sur le terrain.

  • 18 Fassin D. (2000), « Qualifier les inégalités », dans Leclerc A., Fassin D. et al., Les inégalités (...)

15Tandis que ce recensement-diagnostic est apparu aux associations comme une forme de narration politique des situations vécues par les personnes à l’aube de la destruction du camp, les « expériences émotionnelles » (Vermot, 2017) ayant façonné le processus de collecte des données n’ont pas été transcrites numériquement. En effet, certains éléments « ne se laissent guère saisir dans la grille d’un questionnaire, aussi sophistiqué soit-il18 ». L’application numérique ne comportait pas de champs destinés aux témoignages ou aux notes de contextualisation, permettant de rendre compte des expériences subjectives de la destruction du camp. Le procédé de quantification des vulnérabilités et besoins des migrants a, en ce sens, fait disparaître les émotions des migrants, tout comme le travail émotionnel des bénévoles opérant la transformation quantitative des situations singulières observées.

16Par ailleurs, cette « mise en nombre » supposait un procédé de qualification (Desrosières, 1995) : la « mise en catégorie » des situations des personnes. Or, la classification retenue par les associations reprenait les catégories existantes de l’action publique (les femmes, les mineurs, les personnes âgées, les malades). Cet usage du langage étatique est venu hiérarchiser les expériences de vulnérabilité, produisant une forme de « tri » entre les habitants du camp (vulnérables ou non).

Une « mise en catégorie » qui occulte les subjectivités des migrants

17Cette « mise en catégorie » a notamment occulté les sentiments de vulnérabilité des personnes exclues des catégories de l’action publique. C’est notamment le cas des jeunes majeurs qui, à l’instar de Qasim et Walid cités en introduction, ont été rendus invisibles par de telles « mises en catégories », bien qu’objectivement leur expérience dans le camp diffère peu de celle des mineurs. Soutenir un plaidoyer associatif implique en effet de parler un langage compris des pouvoirs publics. Cette mobilisation du langage de gestion publique des populations a permis aux associations de transformer les faits en preuves recevables ou, ici, en chiffres « politiquement compréhensibles », d’autant que la « mise en nombre » de telles catégories renvoyait à des responsabilités gouvernementales indéniables – la protection des mineurs non accompagnés par exemple –, dont la décharge ne pouvait être pointée qu’à travers cet usage. Or, si cette mise en catégorie a servi le plaidoyer associatif, elle est venue réifier le rapport subjectif des migrants à la vulnérabilité. En outre, s’inscrivant dans un ensemble de représentations genrées/ethnicisées, ce procédé de qualification destituait les « vulnérables » de leurs capacités d’agir (Gerbier-Aublanc, 2016), tout en dissimulant les sentiments de vulnérabilité, impensables et non quantifiables, des exclus de ces catégories ; les hommes majeurs seuls, notamment. L’usage des catégories de l’action publique lors du recensement-diagnostic a, en ce sens, produit des désajustements entre une traduction politiquement entendable de la vulnérabilité et le vécu subjectif des situations vulnérabilisantes (Diaz, 2017).

18Plus que des catégories ou un état, la « vulnérabilité » demande en effet à être envisagée à partir des conditions sociales, culturelles, économiques et politiques qui la produisent et qui façonnent les possibilités de l’agir, l’inscription de chacun dans les rapports sociaux et sa capacité à y être reconnu (Châtel, 2008). Rendre compte de la vulnérabilité suppose donc de regarder les « processus de vulnérabilisation » : ce qui, dans les rapports sociaux et les interactions sociales, rend vulnérable et maintient dans la vulnérabilité (Perrault, 2008) ; processus que les réactions émotionnelles des hommes migrants décrites dans le point précédent ont introduit et que l’histoire d’Eyobe illustre tout particulièrement.

Eyobe a 33 ans. Il est Erythréen. Il est arrivé dans le camp depuis 3 mois avec sa femme, aujourd’hui enceinte de 4 mois. Après avoir demandé de l’aide pendant plusieurs semaines, cette dernière vient d’être prise en charge au Centre d’hébergement pour les femmes et les enfants (CHFE), duquel Eyobe est exclu. N’ayant « pas le droit de dormir avec elle », il « dort dans le restaurant ». Pour les hommes, me dit-il, « il n’y a pas d’aide, pas d’assistance médicale ». Il semble très déprimé. Il m’explique qu’il a « besoin » d’aller au Royaume-Uni, car il a de la famille là-bas. Mais, avec le démantèlement annoncé, il craint de ne pouvoir y parvenir. S’il ne peut pas passer, sa décision est prise, il se suicidera. (Extrait du journal de terrain du 8/10/16)

19Le désespoir d’Eyobe reflète les sentiments d’un certain nombre de personnes déçues de l’accueil qui leur est réservé en Europe, après avoir traversé une multitude d’épreuves pour y chercher refuge. En effet, les politiques de l’immigration fragilisent physiquement et psychiquement les personnes, en les assignant à des conditions de survie déshumanisantes, en multipliant les maltraitances institutionnelles et en cherchant à les destituer de toute capacité d’agir. Eyobe est, dans ce contexte, privé de son épouse, et son projet migratoire initial est fortement mis en cause. D’un point de vue matériel, la vulnérabilisation d’Eyobe apparaît au prisme « du processus contextuel empreint de ruptures, d’épreuves sociales, économiques, politiques » qui limitent ses capacités d’agir pratiques et son pouvoir de décider de son avenir. D’un point de vue symbolique, la vulnérabilisation de cet homme se lit dans la mise en cause progressive de sa place au sein de la société (Châtel, 2008) ; son rôle d’époux, de futur père et d’homme autonome étant déniés par les décisions politiques. Comme le souligne l’histoire d’Eyobe, les processus de vulnérabilisation traversés par les migrants ne sont pas catégorisables et ne peuvent être transcrits qu’en reconstituant, à partir de matériaux qualitatifs, leurs récits et trajectoires.

20En visant la production de chiffres et en s’appuyant sur une mise en catégorie des personnes, le recensement-diagnostic a façonné une traduction incomplète des expériences subjectives des personnes. En effet, tandis que les chiffres produits ont bien permis de dénoncer la production politique de processus de vulnérabilisation, le choix du langage gouvernemental est venu masquer la multiplicité des expériences de la vulnérabilité. Si l’un des objectifs initiaux du recensement-diagnostic était de favoriser le comptage et la prise en charge de chaque personne vulnérable dans le camp, les choix méthodologiques des associations, déterminés par un agenda politique imprédictible, ont rendu cet objectif inatteignable. La classification des situations vécues impliquait leur dé-singularisation. Or, associer la publication des chiffres du recensement à une analyse des témoignages relevés et des situations vécues aurait permis d’enrichir leur « traduction » numérique (Diaz, 2017). Au-delà de la remise en cause des catégories de la pensée d’État (Sayad, 1999), les associations auraient pu mobiliser les matériaux qualitatifs en leur possession afin de « qualifier » (Fassin, 2000) ces processus et de révéler l’invisible et l’innombrable.

21Bien que les associations aient quotidiennement œuvré à rendre le camp de Calais vivable et à défendre le respect de la dignité des migrants y étant installés, certaines de leurs actions n’ont pas atteint les effets escomptés. La conduite du recensement-diagnostic pré-démantèlement en est un exemple emblématique. L’objectif de cet article était de souligner combien l’usage de l’outil numérique a, dans ce contexte politique et malgré la bienveillance des bénévoles associatifs, produit un certain nombre d’effets pervers et de violences symboliques, tandis que cette mission a été pensée comme un moyen de contestation politique et de mise en visibilité des vulnérabilités des migrants. Mettant à l’épreuve bénévoles et migrants, la collecte des données s’est avérée une expérience éminemment subjective, interrogeant l’éthique des premiers tout en masquant la complexité des processus de vulnérabilisation et des sentiments de vulnérabilité des seconds. Ces réalités, non quantifiables et façonnées par le contexte politique, n’ont pas pu être traduites et se sont vues noyées dans le processus de transformation des situations collectées en données chiffrables. En dépassant l’étude de ses usages politiques, cet article est venu révéler l’ambivalence de la numérisation des vulnérabilités des migrants, en dévoilant combien le vécu sensible de la destruction du camp a façonné la collecte des données et en soulignant comment les catégories mobilisées à cet effet se sont posées comme des facteurs de vulnérabilisation. Au-delà d’une critique des efforts associatifs, par ailleurs louables, cette étude plaide finalement pour la richesse des méthodes mixtes ; la mise en dialogue de données quantitatives et qualitatives étant le meilleur moyen de mettre en lumière la complexité des processus de vulnérabilisation.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (dir.) (2017), La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin.

Beauchemin C., Hamel C., Simon P. & Héran F. (dir.), (2015), Trajectoires et origines : enquête sur la diversité des populations en France, Paris, Ined Éditions.

Blanchard E., Clochard O., Rodier C. (2008), « Compter les morts », Plein droit, 77/2, p. 30-34. DOI : 10.3917/pld.077.0030.

Châtel V. (2008), « Au-delà de la vulnérabilité sociale, la vulnérabilité symbolique », dans Id., Roy S., Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 201-240

Diaz P. (2017), « Les chemins de la publicisation de la torture au Chili », SociologieS. En ligne : http://sociologies.revues.org/6281.

Desgrées du Loû A., Lert F. (dir.) (2017), Parcours : parcours de vie et de santé des Africains immigrés en France, Paris, La Découverte.

Desgrées du Loû A., Pannetier J., Ravalihasy A., et al. (2015), « Migrants subsahariens suivis pour le VIH en France : combien ont été infectés après la migration ? », estimation dans l’étude ANRS-Parcours, Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, p. 752-758. En ligne : http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010069801.

Desrosières A. (1995), « Classer et mesurer. Les deux faces de l’argument statistique », Réseaux, 713, p. 11-29. En ligne : https://www.cairn.info/revue-reseaux1-1995-3-page-11.htm.

Fassin D. (2000), « Qualifier les inégalités », dans Leclerc A., Fassin D. et al., Les inégalités sociales de santé, Paris, La Découverte/INSERM, p. 123-144. En ligne : https://www.cairn.info/les-inegalites-sociales-de-sante--9782707132475-page-123.htm.

Fassin D. (1999), « L’indicible et l’impensé : la “question immigrée”, dans les politiques du sida », Sciences sociales et santé, 17/4, p. 5-36. DOI : 10.3406/sosan.1999.1472.

Geisser V. (2007), « “Statistiques ethniques”, statistiques éthiques ? », Migrations Société, 114, p. 3-11. DOI : 10.3917/migra.114.0003.

Gerbier-Aublanc M. (2016), Du care à l’agency : l’engagement associatif des femmes d’Afrique Subsaharienne dans la lutte contre le VIH/sida en France, thèse de doctorat en sociologie, université Paris Descartes. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01524125.

Gerbier-Aublanc M. (2017), « L’humanitaire instrumentalisé à Calais », Plein droit, 112, p. 32-35. DOI : 10.3917/pld.112.0032.

Gerbier-Aublanc M. (2018), « L’improvisation humanitaire : potentialités et limites des solidarités citoyennes dans les camps de migrants à Calais et à Paris », Les Papiers de la fondation, Fondation Croix-Rouge française, 15.

Héran F. (2010), Inégalités et discriminations. Pour un usage critique et responsable de l’outil statistique, Rapport du Comité pour la mesure de la diversité et l’évaluation des discriminations (COMEDD), La Documentation française. En ligne : https://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000077/.

Héran F. (2017), Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, La Découverte.

Héran F. (2018), « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes », Population & sociétés, 558. En ligne : https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/europe-spectre--migrations-subsahariennes/#tabs-3.

Le Bras H. (1998), Le démon des origines : démographie et extrême droite, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Margalit A. (2007), La société décente, Paris, Flammarion.

Marsicano É., Dray-Spira R., Lert F. (2014), « Les personnes vivant avec le VIH face aux discriminations en France métropolitaine », Population & sociétés, 516. En ligne : https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/discriminations-personnes-vivant-vih-france/.

Musso S. (2008), Sida et minorités postcoloniales. Histoire sociale, usages et enjeux de la cible des «migrants» dans les politiques du sida en France, thèse de doctorat en anthropologie, EHESS.

Olivier de Sardan J.-P. (2008), La rigueur du qualitatif: Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Academia/Bruylant.

Perrault M. (2008), « Une vulnérabilisation qui rend vulnérable au VIH/sida », dans Châtel V., Roy S., Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 13-36.

Sayad A. (1999), « Immigration et “pensée d’État” », Actes de la recherche en sciences sociales, 129, p. 5-14. DOI : 10.3406/arss.1999.3299.

Soulé B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, 27, p. 127-140. En ligne : http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/edition_reguliere/numero27%281%29/soule.pdf.

Tripier M. (1999), « De l’usage de statistiques “ethniques” », Hommes et Migrations, 1219, p. 27-31. DOI : 10.3406/homig.1999.3322.

Vermot C. (2017), « Introduction : la migration comme expérience émotionnelle », Migrations Société, 2, p. 15-22.

Haut de page

Notes

1 Afin de protéger l’anonymat de nos interlocuteurs, tous les prénoms cités dans cet article ont été modifiés.

2 En association avec l’ONG britannique Safe Passage, les associations cherchent ainsi à prévenir la perte de vue des mineurs. En effet, 129 jeunes ont disparu suite à la destruction de la partie sud du camp en février/mars 2016.

3 Bambino est le terme italien utilisé dans la « Jungle » afin de désigner les mineurs.

4 Ils le seront en effet, car Tourial bénéficiera du regroupement familial en Grande Bretagne tandis que ses amis seront envoyés en Centres d’accueil et d’orientation (CAO) en France.

5 Deux associations, l’une locale et l’autre britannique, s’étaient associées depuis le mois de février afin de réaliser le recensement mensuel de la population du camp. La troisième, une association nationale, s’est jointe aux deux premières pour les soutenir dans la conduite de ce dernier recensement-diagnostic. Le recensement-diagnostic a été mené par des binômes de bénévoles accompagnés de résidents convertis en interprètes.

6 Selon le recensement associatif de septembre 2016.

7 Cette recherche postdoctorale a été soutenue par la Fondation Croix-Rouge Française et son partenaire, le groupe Malakoff-Médéric.

8 Ces réunions hebdomadaires portées par les coordinateurs de la plateforme Service aux migrants (PSM) réunissaient les représentant·e·s des associations locales, nationales et transnationales intervenant sur le camp de Calais ou auprès des migrants en ville ainsi que deux avocats du barreau de Paris, accompagnant les acteurs associatifs dans leurs actions de plaidoyer.

9 Ce recensement mensuel s’est par ailleurs ajusté à l’actualité politique, en ajoutant au comptage de nouvelles dimensions permettant de contester les décisions gouvernementales successives. En août 2016, suite à une requête préfectorale demandant au tribunal administratif de décider la fermeture des commerces créés par les habitants du camp, les associations ont fait porter une partie du recensement sur « le rôle social des commerces et restaurants du bidonville » afin de plaider en faveur de leur maintien. En septembre, tandis que la destruction totale du camp était annoncée, les associations ont numérisé les problèmes rencontrés par les personnes qui souhaitaient rester en France : la difficulté d’accéder à l’hébergement institutionnel notamment.

10 Voir en ligne : https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/08/12/bidonville-de-calais-recensement-daout-plus-de-9000-habitant-e-s/, consulté le 23/10/2019.

11 Voir en ligne : https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/09/19/recensement-plus-de-1000-mineur-e-s-dans-le-bidonville/, consulté le 23/10/2019.

12 « We created and conducted an internationally respected monthly census to ensure every vulnerable person was accounted and cared for in the area », Help Refugees, Impact Report August 2015-December 2017, p. 9. En ligne : https://helprefugees.org/wp-content/uploads/2018/05/Help-Refugees-impact-report-Aug-2015-Dec-2017-LQ.pdf, consulté le 23/10/2019.

13 Pour la conduite du recensement-diagnostic, l’utilisation de cette application mobile ne nécessitait pas de connexion internet. Le branchement des dispositifs mobiles sur un ordinateur en fin de journée permettait de récupérer instantanément l’ensemble des données collectées au cours de la journée, d’en extraire des données chiffrées et de produire des graphiques permettant de mettre ces chiffres en images.

14 Notons que les associations intervenant à Calais ont collectivement mis en place un dispositif de veille permettant de surveiller, de dénoncer et de dénombrer les arrestations et violences policières.

15 « Many have already moved to accommodation centers (CAOs), up to 80 people a day have been arrested, and we fear many more are now facing winter in camps with no infrastructure or support where they are much more vulnerable ». En ligne : https://passeursdhospitalites.wordpress.com//?s=recensement&search=Go, consulté le 23/10/2019.

16 Voir en ligne : https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/06/17/recensement-du-bidonville-population-en-hausse/ ; https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/07/21/bidonville-de-calais-le-recensement-de-juillet/ ; https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/10/22/bidonville-de-calais-recensement-doctobre/, consultés le 23/10/2019.

17 « No children have yet been transferred under the Dub amendment ».

18 Fassin D. (2000), « Qualifier les inégalités », dans Leclerc A., Fassin D. et al., Les inégalités sociales de santé, Paris, La Découverte/INSERM, p. 123-144, p. 128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjorie Gerbier-Aublanc, « Numériser les vulnérabilités des migrants », Socio-anthropologie, 40 | -1, 29-43.

Référence électronique

Marjorie Gerbier-Aublanc, « Numériser les vulnérabilités des migrants », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5595 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5595

Haut de page

Auteur

Marjorie Gerbier-Aublanc

Marjorie Gerbier-Aublanc est socio-anthropologue des migrations, docteure de l’université Paris-Descartes. Après une thèse intitulée Du « care » à l’« agency » : l’engagement associatif des femmes d’Afrique subsaharienne dans la lutte contre le VIH/sida en France, elle s’est intéressée aux enjeux de la pluralisation des acteurs de l’aide aux migrant·e·s dans les camps de Calais et de Paris, grâce à une bourse postdoctorale de la Fondation Croix-Rouge française. Dans le cadre de l’ANR Babels dirigée par Michel Agier à l’EHESS, elle a conduit une enquête postdoctorale sur l’hospitalité individuelle en direction des migrant·e·s à Paris. Elle étudie actuellement l’accès aux soins des demandeurs d’asile en Bretagne dans le cadre du programme « Accès aux soins des demandeurs d'asile en Bretagne » (Accedab), dirigé par Pascal Jarno au Centre hospitalier universitaire Pontchaillou de Rennes. Ses différents travaux portent ainsi sur les catégorisations politiques et l’accès aux droits sociaux et de santé des migrant·e·s primo-arrivant·e·s en France, ainsi que sur les solidarités individuelles et collectives à leur égard. Elle a publié plusieurs articles parmi lesquels : « Un migrant chez soi » (Esprit, 2018/7-8, p. 122-129) ; « L’hybridation humanitaire : des citoyens ordinaires dans les camps de migrants en France » (Alternatives Humanitaires, 2018/9, p. 90-101) ; « Être accueilli chez l’habitant. De l’hébergement-épreuve à la cohabitation tremplin » (Rhizome, 219/1, p. 51-60). Elle est par ailleurs l’autrice du livre Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá (Éditions de l’IHEAL, 2013) et co-autrice de l’ouvrage Hospitalité en France. Mobilisations intimes et politiques (Le passager clandestin, en 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals