Navigation – Plan du site
Dossier : Les migrants numériques

La mise en nombre des réfugiés syriens

Données humanitaires et cartographie du camp de Zaatari en Jordanie1
Putting Figures on Syrian Refugees: Humanitarian Data and the Mapping of the Zaatari Camp in Jordan
Léa Macias
p. 45-55

Résumés

La « numérisation » des réfugiés et la mise en nombre de la réponse humanitaire s’illustre par les processus de collecte de données dans les camps de réfugiés. La production de savoir humanitaire, systématiquement via une mise en nombre, participe d’un mode de gestion technocratique de l’espace humanitaire du camp. Cette recherche fournit un cadrage international à cette question en explicitant comment l’information est devenue un pré requis à toute réponse humanitaire ; puis en étudiant un nouveau paradigme qui lie une bonne réponse humanitaire à une réponse informée sous forme de chiffres. Le camp devient ainsi un espace de production de savoirs humanitaires qui passe par la mise en nombre des réfugiés et de leurs besoins. En se concentrant sur la mesure et la donnée dans l’humanitaire, il s’agit de dépasser le questionnement de la fiabilité des données pour explorer les effets performatifs de la donnée sur le camp, les humanitaires qui y opèrent et les réfugiés qui y habitent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu d’une recherche de thèse entamée en septembre 2016 à l’EHESS sous la directio (...)

1La « numérisation » des réfugiés et la mise en nombre de la réponse humanitaire s’illustre par les processus de collecte de données dans les camps de réfugiés.

2Le camp de réfugiés syriens de Zaatari en Jordanie est un terrain d’observation riche, en ce qu’il est devenu l’objet d’une production massive de savoirs humanitaires dont la mise en nombre occupe une place privilégiée : évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Ce camp a été constitué comme un parfait objet statistique pour les humanitaires avec une population contrôlée, des flux entrants et sortants enregistrés, et de ce fait des possibilités d’échantillonnage et la production de résultats dits statistiquement représentatifs (Macias, 2019).

3Au cours de trois terrains de deux mois chacun, et près de deux ans d’observation participante au sein d’une ONG spécialisée dans la collecte et l’analyse de données entre 2014 et 2018, cette recherche prend appui sur des entretiens semi-directifs avec des humanitaires et des résidents réfugiés du camp. Dans la planification du site comme dans la gestion des camps, la production et l’analyse stratégique de l’information sont devenues des pratiques incontournables des acteurs humanitaires. Cela soulève un certain nombre de questionnements : quels appareils statistiques, tels les questionnaires et les évaluations, existent dans les camps de réfugiés ? qui fabrique ces chiffres ? comment les indicateurs sont-ils créés et choisis ? quelles stratégies des acteurs de la gouvernance humanitaire cette analyse révèle-t-elle ? quelle circulation pour ces savoirs et ces acteurs ?

4Cet article explore l’enjeu de l’information dans la réponse humanitaire, et ainsi la mise en nombre des réfugiés dans l’espace en urbanisation que constitue un camp de réfugiés. Il démontre que la production de savoir humanitaire, via une mise en nombre systématique, participe d’un mode de gestion technocratique de l’espace humanitaire du camp. Trois axes de recherche seront privilégiés. Le premier viendra donner un cadre international à cette recherche en explicitant le « data deal », ou comment l’information est devenue un prérequis à toute réponse humanitaire. Dans un deuxième temps, cet article s’interrogera sur un nouveau paradigme, celui qu’une bonne réponse humanitaire est une réponse informée en forme de chiffres. Enfin, nous observerons le camp comme un espace de production de savoirs humanitaires qui passe par la mise en nombre des réfugiés et de leurs besoins. En se concentrant sur la mesure et la donnée dans l’humanitaire, il s’agit de dépasser le questionnement de la fiabilité des données pour explorer les effets performatifs de la donnée sur le camp, les humanitaires qui y opèrent et les réfugiés qui y habitent.

Le « data deal » : quantifier dans l’humanitaire

5Le camp de Zaatari en Jordanie, « installation provisoire » selon le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), a été créée dans un contexte d’afflux massifs de réfugiés en provenance de Syrie (UNHCR, 2015). « Camp modèle », « gouffre financier », « ville », tous ces qualificatifs ont été associés au nom de Zaatari, devenu objet d’une production massive de savoirs humanitaires : évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Depuis 2013, ce camp est devenu la quatrième « ville » la plus peuplée de la Jordanie, et fait l’objet d’une large couverture médiatique. Avec des entrées et des sorties du camp enregistrées et contrôlées, cet espace fermé qu’est le camp devient un parfait objet statistique et cartographique. Ainsi, ce sont plus de 80 rapports d’évaluation et 140 cartes qui ont été publiés en ligne depuis l’ouverture du camp de Zaatari en 2012.

6En effet, la production et la gestion stratégique de l’information via des bases de données, des rapports et des cartes sont devenus des pratiques incontournables des acteurs humanitaires, comme des organisations internationales et" des ONG internationales et locales. Outil de gestion des populations, ces statistiques sont aussi une forme d’interaction codifiée entre les acteurs de l’aide humanitaire et les réfugiés.

7Observer la mesure et la donnée dans le contexte des opérations humanitaires permet de révéler ce qui est mis en avant par ses acteurs, les stratégies et les évolutions d’un secteur en pleine professionnalisation. Il s’agit de contribuer à répondre à la question sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, et la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés d’information, des cartographes.

8De leur enregistrement auprès du HCR, à la collecte d’indicateurs sectoriels standardisés, les réfugiés sont comptés, leurs besoins quantifiés, et la réponse humanitaire évaluée. Cette ingénierie humanitaire de la production de chiffres, d’outils de suivi de la réponse, pousse à une professionnalisation de l’aide humanitaire, en occultant des débats de fond pour n’aborder que les aspects techniques. La décision publique, celle de l’aide humanitaire, devient un exercice mathématique selon un modèle coût-bénéfices. Étudier la mise en nombre des réfugiés et les statistiques dans le contexte des opérations humanitaires permet ainsi de révéler ce qui est mis en avant par les acteurs, les stratégies et les évolutions du secteur en pleine mutation. Produire des chiffres est un enjeu pour les États (Desrosières, 1993), lesquels chiffres deviennent alors un instrument du pouvoir, et les opérations statistiques de classification une ressource cognitive du pouvoir politique (Moulin, 2011). Des institutions comme l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) – et sa fabrique du statut de réfugiés (Akoka, 2012) – à la production d’une catégorie de « quartier sensible » en France (Tissot, 2007), la catégorisation recoupe de nombreux enjeux pour les États, y compris en ouvrant un camp de réfugiés comme réponse à une situation qualifiée de crise. Mais c’est aussi un enjeu pour les États et les institutions internationales en termes d’attraction de fonds via des études commandées à divers organismes de recherches. On voit ainsi se positionner, en Jordanie, l’Institut de recherche norvégien Fafo pour la production de statistiques sur les réfugiés Irakiens à la suite de la chute du régime de Saddam Hussein, et plus récemment sur les réfugiés Syriens depuis le début du conflit en 2012 (Dalen, Pedersen, 2007).

9Le précédent secrétaire général des Nations unies, Ban-Ki Moon, qui avait commandité un rapport en 2014 à un groupe indépendant d’experts sur une révolution des données pour le développement durable (IEAG, 2014), a aussi prononcé de nombreux discours mentionnant la nécessité de mesurer l’état d’avancement des objectifs du développement durable. Son discours pour la journée internationale de la fille en 2016 mentionne que « ce qui ne peut être mesuré ne peut être géré », et que si les données nécessaires ne sont pas collectées, alors il est impossible de savoir si les objectifs sont atteints (OMS, 2016). Enfin, pour rendre compte du sommet humanitaire mondial qui a eu lieu en 2016 à Istanbul, à l’Assemblée générale des Nations unies (ONU), il inclut la question de la donnée comme la base même d’une nouvelle façon de travailler et un moyen de renforcer la prise de décision (ONU, 2016).

10Cette attention portée aux données et à la mesure se traduit aussi par l’organisation de conférences, dont la thématique centrale est la production de statistiques. La conférence sur les données et statistiques organisée par l’Organisation des Nations unies en 2017 en Afrique du Sud, réunissait pour la première fois, acteurs privés, agences nationales de statistiques et organisations internationales pour débattre des enjeux du Big Data, des recensements, et des données humanitaires. Enfin, un dernier exemple de cet engouement à l’échelle globale pour la question des statistiques est la création du Groupe européen sur les données pour les réfugiés et les personnes déplacées internes (EGRIS) en 2016, regroupant agences nationales de statistiques, organisations non gouvernementales (ONG) et agences onusiennes.

11Les enjeux de la quantification ont été analysés comme la volonté de comprendre la situation d’un État à gouverner (Rey, 2016), mettant en lumière « ce qui compte » pour le débat public (Fassert, 2011) ou encore comme créant la réalité (Desrosières, 1993).

  • 2 Les indicateurs Sphère constituent un ensemble de standards minimaux dans les différents secteurs (...)
  • 3 Le Camp Management Toolkit est un document produit par le Norwegian Refugee Council, et présente u (...)

12Dans le cadre des opérations humanitaires, les statistiques sont collectées en accord avec un ensemble de standards internationaux (les indicateurs Sphère2, le Camp Management Toolkit3, etc.). Pour chaque aspect de l’aide humanitaire, appelés secteurs, une série d’indicateurs vient quantifier la réponse. Cette approche sectorielle crée un mode d’opération standardisé et ainsi une réponse identique et un paysage de camps. Portant uniquement sur le contenu de l’assistance, tel que le nombre de litres d’eau potable par personne et par jour à distribuer dans le camp, ces indicateurs participent d’une ingénierie humanitaire centrée sur les aspects techniques de l’aide (Agier, Saulnier, 2003).

Un nouveau paradigme : une meilleure réponse humanitaire est une réponse informée

  • 4 Le VAF est un cadre d’évaluation de la vulnérabilité en Jordanie et coordonné par le HCR. Document (...)

13Un enjeu de maximisation de l’impact des programmes est aussi observable et au sein du camp de Zaatari, cette volonté de maximisation de l’impact passe par des politiques de triage et de choix des bénéficiaires : les ressources humanitaires sont limitées et, dans le camp, certains réfugiés sont caractérisés comme plus vulnérables que d’autres. En effet, ce type de réponse qui s’inscrit dans la durée et dans un contexte de diminution des budgets de bailleurs clés, comme l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), devient un enjeu pour les ONG qui opèrent une sélection auprès des réfugiés. Ces derniers deviennent alors « bénéficiaires » d’une aide humanitaire distribuée selon des critères de vulnérabilité, eux aussi établis selon des cadres d’analyses et des indicateurs créés notamment au sein des clusters humanitaires (sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, etc.), eux-mêmes composés d’organisations internationales et d’ONG. En Jordanie, les critères établis par les humanitaires ont été compilés dans le Vulnerability Assessment Framework4 (UNHCR, 2017). Il s’agit de pouvoir classer les réfugiés afin de prioriser l’assistance, les plus vulnérables devant ainsi entrer dans la catégorie de bénéficiaires.

  • 5 Les rapports et les cartes produits par REACH sont disponibles ici : http://www.reachresourcecentr (...)
  • 6 Exemple de cartographie produite par REACH Initiative et ACTED pour UNICEF : http://www.reachresou (...)
  • 7 Exemple de factsheet publiée sur le site de REACH Initiative : http://www.reachresourcecentre.info (...)
  • 8 Chloroplèthe se dit d’une carte thématique pour laquelle une mesure statistique est représentée su (...)

14Les cartes produites à l’aide d’images satellites sont utilisées dans un but de mesure de la réponse humanitaire. Une illustration de cette démarche se trouve dans le corpus cartographique produit par l’initiative Reach5, un consortium de deux ONG et d’une agence onusienne pour le compte de l’Unicef. Il s’agit d’un suivi du statut des blocs sanitaires installés dans le camp, dans de grandes allées entre les tentes et les caravanes. Une des premières cartes représentait ainsi le nombre de ménages accédant à chaque point d’eau, latrines et douches6. Puis ces cartes ont été inclues dans des rapports plus courts, appelés factsheets, représentant les résultats d’un monitoring hebdomadaire de ces centres7. Puis, ce sont des index complexes qui apparaissent, combinant jusqu’à quatre indicateurs Sphère,afin d’attribuer un score par district de l’accès et du statut des structures d’eau, assainissement et hygiène. Ces cartes ont ainsi pour fonction de représenter une mesure construite par des acteurs humanitaires à l’aide d’une représentation chloroplèthe8. Elles viennent harmoniser, et simplifier une réalité spatiale et sociale complexe liée à un usage des blocs sanitaires. En effet, en 2017 ces lieux ont finalement été détruits, car une majorité des réfugiés avaient installé des douches et toilettes privatifs dans leurs caravanes.

Fig. 1 : Carte de la densité des points d’eau dans le camp de Zaatari en mars 2013

Fig. 1 : Carte de la densité des points d’eau dans le camp de Zaatari en mars 2013

Carte réalisée par Reach Initiative.

15L’utilisation de ces documents est un enjeu majeur de la production de données dans le camp de Zaatari. Ainsi, dans le cadre de la construction des réseaux d’adduction d’eau et de collecte des eaux usées entamée en 2015 dans le camp sous la direction de l’Unicef, une carte représentant l’installation de tanks enterrés pour récupérer les eaux usées sur un fond de carte utilisant une image satellite du camp a été publiée sur les plateformes telles que ReliefWeb, mais ce n’est toutefois pas cette carte qui est utilisée par les ingénieurs travaillant sur l’installation du réseau. Ces derniers utilisent une carte produite à l’aide du logiciel Autocad, sans fond de carte, et représentant district par district la forme des abris ainsi que leur adresse. La carte est donc utilisée, pour le bailleur qui finance le projet de construction du réseau, autant pour montrer l’avancée des travaux que pour informer leur planification sur le terrain. Les catégories sont donc créées pour rendre compte aux bailleurs qui viennent ainsi valider leurs dépenses et leurs investissements dans le camp en toute transparence.

16Faire de la mesure, et de sa représentation cartographique, un objet de recherche permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’opérations humanitaires mieux informées, nécessairement plus efficaces.

17Ainsi, les chiffres viennent nourrir un système cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices. Les camps de réfugiés, en tant qu’espaces de contrôle fermés, deviennent ainsi des espaces idéals et idéalisés de la production statistique et cartographique dans un paysage global de camps. Ces enjeux, liés à des formes de quantification, font du camp, selon Adi Ophir, un assemblage structuré de pouvoirs et de connaissances qui inclut la coordination d’instruments physiques, d’arrangements spatiaux, de moyens de communication ainsi que de collecte et de traitement des données, de procédures logistiques et de pratiques discursives (Ophir, 2007).

La donnée chiffrée : entre mise en nombre contestée et expérience vécue des réfugiés

18Si cette ingénierie humanitaire a donné lieu à des travaux ethnographiques sur le camp, comme ensemble urbain de gestion des populations déplacées, peu de recherches s’interrogent sur l’action humanitaire, par ses programmes et la construction de batteries d’indicateurs, d’outils cartographiques, et donc de normes, mais aussi sur les perceptions qu’en ont les réfugiés.

19L’urbanisation des camps de réfugiés est devenue un paradigme d’analyse, repris comme discours politique engendrant des engagements humanitaires variables : dès lors que le camp de Zaatari est qualifié de ville, cela affecte les perceptions, les discours, les représentations cartographiques et les politiques mises en place autour de ce lieu de déplacement qui reste malgré tout un lieu fermé et contrôlé par des militaires en armes. Certains chercheurs vont plus loin en affirmant que les programmes de développement intégrés dès la planification même du camp viennent opérer un contrôle social qui dépasse la conscience des travailleurs humanitaires et vient agir comme plan ordonnateur de la ville en devenir (Rose, 1991).

  • 9 Tous mes interlocuteurs et interlocutrices ont été anonymisés, et j’utiliserai des lettres afin de (...)

20Ces catégories, produites par les acteurs décrits précédemment, ont pour objectif de faciliter la mise en place de leurs opérations et surtout leur devoir de transparence auprès des bailleurs de fonds ; elles ont des effets performatifs sur l’espace du camp et les réfugiés, lesquels ne se retrouvent par ailleurs pas dans ces catégories, voire les contestent. Un des exemples de cette inadéquation des catégories créées par ce mode de gestion humanitaire et les réalités observées – ou perçues –, est l’utilisation du nom « Champs Élysées » pour décrire l’axe principal du camp. Lors des entretiens, certains réfugiés m’expliquent que ce nom utilisé entre eux pour qualifier ce lieu est bel et bien ironique. Mais lorsque des humanitaires, repris par des journalistes s’en sont emparés pour eux aussi qualifier cet espace, c’est une violence symbolique qu’ils décrivent avoir ressenti. « Zaatari n’est pas Paris », me dit ainsi O9.

21Ces catégories sont présentées dans des cartes et des rapports d’évaluation. Ces évaluations essentiellement de besoins, sont disponibles en accès libre sur des plateformes globales telles que ReliefWeb, ainsi que sur des portails régionaux comme celui du HCR et/ou d’acteurs producteurs de données eux-mêmes, tel que Reach Initiative. Il existe aussi des « produits d’information », tels que les bulletins de situation autrement appelés « sitreps », publiés à la fois pour Zaatari, et pour le reste de la Jordanie. Ces documents diffusent une information standardisée, centrée sur les évolutions démographiques du camp, et cela bien au-delà des opérations humanitaires de différentes crises humanitaires (Hyndman, 2000). Aucun de ces rapports, rédigés en anglais, n’est distribué aux réfugiés. Les cartes ne sont pas distribuées non plus, sauf lors de la procédure de ré-enregistrement des réfugiés qui a eu lieu dans le camp en 2014. À cette occasion A., une femme réfugiée raconte en ironisant « on m’a demandé notre adresse dans le camp et on nous a distribué une carte que j’ai immédiatement perdue ».

22La procédure de collecte de données est devenue normale, ou aadi comme les familles interrogées dans le camp qualifient ces interactions avec les humanitaires qui viennent les interroger. Ils notent tous que peu ou pas d’explications leur sont données au moment de la collecte, et encore moins pour les résultats de l’enquête. B., un homme réfugié d’une cinquantaine d’années, dit que « des fois ça se passe bien parce qu’ils sont agréables, mais des fois ils sont énervés et je ne me sens pas à l’aise ». Il poursuit en expliquant « on ne voit jamais les résultats, j’aimerais les connaître». Lors des entretiens il décrit la situation ainsi : « De nombreuses questions sont peu claires, ils posent une question, mais veulent savoir autre chose. Ils posent des questions générales, mais ils veulent en fait savoir quelque chose d’autre. Le questionnaire est guidé. » Ce ressenti de gêne, d’absence d’information, y compris sur le résultat des enquêtes, amène R. une femme âgée à utiliser une expression arabe signifiant que ces enquêtes « ne sont que de l’encre sur du papier », elles ne mèneront à rien.

23Il en va de même pour ce manque de transparence lors de la collecte de leurs données biométriques, et de l’enregistrement de leur iris. C’est un type de données collectées peu étudié dans le cadre de ses effets performatifs, et d’autant plus dans le contexte d’opérations humanitaires. R. poursuivra ainsi son entretien en parlant de l’usage de son iris dans le supermarché du camp pour accéder à l’aide humanitaire du programme alimentaire mondial (PAM) : « Je vais devenir aveugle si je continue à utiliser mon iris comme ça. » B., un homme réfugié décrit l’usage de son iris au supermarché: « Je me sens agacé. Au supermarché les gens vous donnent pleins d’instructions : regardez en haut, en bas. On n’a pas le choix. » C’est cet enjeu du choix, de donner ou non ses données biométriques, de répondre aux évaluations des besoins, ou aux enquêtes de suivi des opérations humanitaires, qui est au cœur de la mise en nombre des réfugiés dans le camp de Zaatari. Si aide et données sont liées dans l’exercice de la collecte, il devient difficile voire impossible pour les réfugiés de refuser de donner leurs données biométriques. Sans leur iris enregistré ils ne peuvent accéder à l’aide humanitaire du PAM.

24En 2019, le PAM annonce justement la signature d’un partenariat avec l’entreprise Palantir afin de « permettre aux managers de programme de prendre des décisions informées très rapidement sur le terrain », mais surtout d’économiser 100 millions de dollars tous les ans , lesquels seront réinvestis pour nourrir plus de gens (PAM, 2019). Cette entreprise, liée à la CIA, aura donc accès aux données de l’organisation humanitaire afin de les analyser et de repérer des anomalies dans les données (Parker, 2019). Ce partenariat a soulevé de larges objections de la communauté universitaire et humanitaire mais Enrica Porcari, responsable de l’information pour le PAM a répondu qu’il s’agissait d’un impératif moral que d’utiliser les nouvelles technologies au service de l’efficacité (Parker, 2019).

Haut de page

Bibliographie

Agier M., Bouchet-Saulnier F. (2003), « Espaces humanitaires, espaces d’exception », dans Fabrice W. (dir.), À l’ombre des guerres justes. L’ordre cannibale et l’action humanitaire, Paris, Flammarion, p. 303-318.

Akoka K. (2012), Du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile : la fabrique des réfugiés à l’Ofpra (1952-1992), Poitiers, université de Poitiers. Soutenance de thèse. En ligne : http://theses.univ-poitiers.fr/notice/view/33762.

Bakewell O. (1999), « Can we Ever Rely on Refugee Statistics », Radical Statistics Journal, 72. En ligne : http://www.radstats.org.uk/no072/article1.htm.

Beauchemin C., Ichou M. (dir.) (2016), Au-delà de la crise des migrants : décentrer le regard, Paris, Khartala.

Crisp J. (1999), « Who has Counted the Refugees? UNHCR and the Politics of Numbers », Genève, centre de documentation et recherche, Haut-Commissariat aux réfugiés.

Dalen K., Pedersen J. (2007), « Iraqis in Jordan. Their Number and Characteristics », Oslo, Fafo Fondation. En ligne : https://www.unhcr.org/47626a232.pdf.

Desrosières A. (1993), La politique des grands nombres, histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Enten F. (2008), « L’aide alimentaire et la politique des chiffres en Éthiopie (2002-2004) », Paris, CRASH Fondation/Médecins Sans Frontières. En ligne : https://www.msf-crash.org/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/laide-alimentaire-et-la-politique-des-chiffres-en.

IEAG (2014), « A World that Counts. Mobilising the Data Revolution for Sustainable Development », rapport pour les Nations Unies. En ligne : http://www.undatarevolution.org/wp-content/uploads/2014/11/A-World-That-Counts.pdf.

Fassert C. (2011), « Tout ce qui compte ne peut pas être compté : la (non)-fabrication d’un indicateur de sécurité dans le contrôle aérien », Sociologie et sociétés, 43/2, p. 249-271. DOI : 10.7202/1008246ar.

Hyndman J. (2000), Managing Displacement. Refugees and the Politics of Humanitarianism, Minneapolis, University of Minnesota Press. En ligne : https://www.jstor.org/stable/10.5749/j.ctttscf9.

Lachenal G., Lefève C., Nguyen V. K. (2014), La médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie, Paris, Puf.

Lussault M. (2009), De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset.

Macias L., (2019), « Digital Humanitarianism in a Refugee Camp », dans Smets et. al (dir.), The SAGE Handbook of Media and Migration, Londres, SAGE, chap. 33.

Madianou M. (2016), « Digital Humanitarianism: Myths and Realities », article présenté à l’AoIR en 2016. En ligne : https://journals.uic.edu/ojs/index.php/spir/article/view/8541/6808.

Nyers P. (2006), Rethinking Refugees, Beyond States of Emergency, New York, Routledge.

OMS (2016) « UN Secretary-General Ban Ki-moon’s statement about International Day of the Girl 2016 », point presse de l’Organisation mondiale de la santé. En ligne : http://www.who.int/life-course/news/events/intl-day-of-the-girl/en/#.

ONU (2016) « Outcome of the World Humanitarian Summit, Report of the Secretary-General ». En ligne : https://agendaforhumanity.org/sites/default/files/A-71-353 - SG Report on the Outcome of the WHS.pdf.

Ophir A. (2007) « The Sovereign, the Humanitarian, and the Terrorist », dans Feher M. et al., Non-governmental Politics, New York, Zone Books, p. 161-166.

PAM (2019), « How can Palantir benefit the World Food Programme? », entretien d’Enrica Porcari pour France 24. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=HnbNzAlRSlQ.

Parker B. (2019), « New UN Deal with Data Mining Firm Palantir Raises Protection Concerns », IRIN News, 5 février 2019. En ligne : https://www.irinnews.org/news/2019/02/05/un-palantir-deal-data-mining-protection-concerns-wfp.

Porter T. M. (2003), « Measurement, Objectivity, and Trust », Measurement: Interdisciplinary Research and Perspectives, 1/4, p. 241-255. DOI : 10.1207/S15366359MEA0104_1.

Rey O. (2016), Quand le monde s’est fait nombre, Paris, Stock.

Rose N. (1991), « Governing by Numbers: Figuring out Democracy », Accounting, Organizations and Society, 16/7, p. 673-692. DOI : 10.1016/0361-3682(91)90019-B.

UNHCR (2015), « Le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie a trois ans ; quel avenir pour les milliers de réfugiés qui y résident  », point presse du Haut-Commissariat aux réfugiés. En ligne : http://www.unhcr.fr/55b8eb409.html, consulté le 30 septembre 2019.

UNHCR (2017), « Vulnerability Assessment Framework Guidance note ». En ligne : https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/VAF101.pdf, consulté le 30 septembre 2019.

Tissot S. (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu d’une recherche de thèse entamée en septembre 2016 à l’EHESS sous la direction de Michel Agier, et la supervision de Kamel Doraï, portant sur la production de données statistiques dans le camp de Zaatari en Jordanie.

2 Les indicateurs Sphère constituent un ensemble de standards minimaux dans les différents secteurs d’opération humanitaire (santé, abris, éducation, etc.)

3 Le Camp Management Toolkit est un document produit par le Norwegian Refugee Council, et présente un ensemble de standards minimaux spécifiques à la gestion des camps de réfugiés. En ligne : https://cms.emergency.unhcr.org/documents/11982/42900/UNHCR,+Camp+Management+Toolkit,+2008/f64d7b91-bb46-4cc0-b01c-44467be2cb11.

4 Le VAF est un cadre d’évaluation de la vulnérabilité en Jordanie et coordonné par le HCR. Documents d’information disponibles : https://data2.unhcr.org/en/working-group/54.

5 Les rapports et les cartes produits par REACH sont disponibles ici : http://www.reachresourcecentre.info/.

6 Exemple de cartographie produite par REACH Initiative et ACTED pour UNICEF : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/jor_zaatri_waterpointdensity_31mar2013_a0_acted_landscape.pdf.

7 Exemple de factsheet publiée sur le site de REACH Initiative : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/reach_jor_map_zaatari_wat_nearestwash_17jun2014_a1.pdf.

8 Chloroplèthe se dit d’une carte thématique pour laquelle une mesure statistique est représentée sur une zone avec une couleur.

9 Tous mes interlocuteurs et interlocutrices ont été anonymisés, et j’utiliserai des lettres afin de les identifier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de la densité des points d’eau dans le camp de Zaatari en mars 2013
Crédits Carte réalisée par Reach Initiative.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/5664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Macias, « La mise en nombre des réfugiés syriens », Socio-anthropologie, 40 | -1, 45-55.

Référence électronique

Léa Macias, « La mise en nombre des réfugiés syriens », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5664 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5664

Haut de page

Auteur

Léa Macias

Léa Macias est doctorante en anthropologie contemporaine à l’EHESS sous la supervision de Michel Agier et Kamel Doraï. Elle est titulaire d’un master en études du développement de l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Elle a réalisé des évaluations des besoins humanitaires en Jordanie, au Liban, en Iraq et dans les Balkans entre 2014 et 2016 pour le compte d’une ONG. Sa thèse de doctorat porte sur le développement d’outils statistiques et d’initiatives de gestion de l’information dans le secteur humanitaire. Ses recherches visent à explorer les outils statistiques utilisés et les données collectées par divers acteurs humanitaires dans les camps de réfugiés, puis à en mesurer l’impact sur l’intervention humanitaire, la géographie du camp et les réfugiés impliqués dans ces exercices.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals