Navigation – Plan du site
Dossier : Les migrants numériques

Le portable comme « chez-soi » dans un contexte de précarité résidentielle

Le cas des habitants de résidences sociales issues de foyers de travailleurs migrants
The Mobile Phone as « Home » in Precarious Living Conditions. The Case of the Residents of Social Housing Converted from Migrant Workers’ Hostels
Laura Guérin
p. 97-113

Résumés

Le téléphone portable intensifie les échanges transnationaux et modifie les expériences migratoires. L’omniprésence du dispositif dans les résidences sociales issues de foyers de travailleurs migrants s’accompagne, de plus, d’une inscription dans l’espace du logement, voire d’une transformation des pratiques spatiales. Dans un contexte où plusieurs personnes cohabitent au sein d’un espace de vie qualifié d’individuel par les gestionnaires – le studio –, quels rôles et quelles places le téléphone portable endosse-t-il dans le processus de la construction du chez-soi ? L’article propose une observation des pratiques numériques dans l’espace du logement afin d’y déceler les relations entre résident et téléphone se nouant et se dénouant au cours de la journée et des coprésences. Il propose de concevoir le téléphone comme outil et support de la construction du chez-soi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vassart S. (2006), « Habiter », Pensée plurielle, 12, p. 9-19, p. 14.

1Le parcours migratoire et la vie en migration ont été, ces dernières décennies, profondément bouleversés par l’arrivée et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Facilitant l’accès à un emploi ou la diffusion d’information (Archambault, Ngaméni, 2010 ; Diminescu, 2002), la communication a un rôle majeur au cours de la trajectoire et dans le quotidien en terre de migration. C’est plus particulièrement le téléphone portable qui est apparu, pour les sciences sociales, comme un outil rapprochant les migrants de leurs proches vivant dans le pays d’origine. Cependant, certaines enquêtes montrent que ce dernier bouleverse les ordres hiérarchiques dans la famille et dans la société (Archambault, Ngaméni, 2010 ; Dia, 2012). D’autres soulignent que le mobile renforce le contrôle social sur les épouses restées au pays (Hannaford, 2014). Enfin, certaines enquêtes mettent également en lumière une réception et un usage genré du téléphone, les femmes trouvant un réconfort à utiliser leur téléphone alors que les hommes y voient un renforcement du « stress migratoire » (Chib et al., 2013). Cependant, si le portable connecte les individus, une relation forte se tisse également entre le mobile et son propriétaire ; le téléphone devenant « le réceptacle de significations, de sentiments, d’affectivité » (Garabuau-Moussaoui, Desjeux, 2000). C’est la littérature portant sur les pratiques des adolescents qui détecte cette création d’une intimité autour et grâce au téléphone mobile (Archambault, 2017 ; Castells et al., 2009). Comme le souligne Georgiou (2010), les médias et plus particulièrement le téléphone produisent non seulement une représentation du monde, mais également une représentation du chez-soi. C’est à cette relation intime au téléphone portable que nous nous intéressons dans cet article, en analysant la place et les usages de cet objet au quotidien. Nous nous intéresserons davantage au rôle du téléphone dans la production spatiale quotidienne du chez-soi qu’au contenu des échanges. En nous ancrant dans une sociologie du logement, nous définissons, dans ce travail, le chez-soi comme « le plus privé de nos territoires et [qui] renvoie à la relation la plus intime que nous puissions développer, la manière la plus personnelle d’exprimer notre territorialité1 ». Cet article s’inscrit dans les travaux étudiant la production quotidienne du chez-soi, envisageant le chez-soi hors des murs de la maison comme un sentiment plus mobile de l’appartenance à un lieu et à partir des pratiques spatiales, corporelles et émotionnelles des individus (Winther, 2009).

  • 2 Nous appelons « usage » les conversations (audio, vidéo ou photographique), l’utilisation d’applic (...)

2Notre article se construit dans le contexte particulier des résidences sociales issues de foyers de travailleurs migrants (FTM) logeant principalement des hommes migrants originaires d’Afrique de l’Ouest. Le chez-soi s’y façonne dans des studios le plus fréquemment habités par un résident officiel, mais aussi un hébergé, non reconnu par les gestionnaires. Un tel arrangement entraine une cohabitation dans l’espace de vie et ajoute à l’espace réduit du logement des conditions inégalitaires d’inscription spatiale entre les cohabitants. Nous chercherons à voir comment l’usage2 du téléphone portable amène à compenser ces inégalités sociospatiales. Quelles places et quels rôles le téléphone mobile a-t-il dans l’inscription spatiale et le développement du chez-soi pour les hommes migrants des résidences sociales issues de FTM ? De quelles manières le statut d’occupation (résident ou hébergé) impacte-t-il le rôle du mobile dans cette production du chez-soi ? Comment l’utilisation du téléphone portable permet-elle de pallier, du moins partiellement, la difficile appropriation des lieux ? Après avoir présenté plus en détail la méthodologie d’enquête et les caractéristiques de la vie en résidence, nous nous intéresserons aux liens entre téléphone portable et construction du chez-soi, en étudiant particulièrement les marquages spatiaux du portable dans les logements. Sans nous centrer exclusivement sur le contenu des échanges avec les proches, nous nous intéresserons, dans un premier temps, au caractère intime du téléphone et à sa charge affective pour les migrants, en étudiant son installation dans « l’espace péri-lit » (Bony, 2015). Dans un deuxième temps, nous nous concentrerons sur l’utilisation du mobile comme support de la construction d’un territoire privé dans des contextes de promiscuité résidentielle et physique, où l’installation spatiale n’est pas possible pour tous. Enfin, aborder le téléphone portable comme objet ou support de l’intime nous permettra de questionner les nouvelles frontières qui marquent les limites de ce privé au travers des transgressions qui ébranlent ce chez-soi.

Terrains et méthodologie

3Cet article s’appuie sur les trois résidences sociales issues de FTM étudiées dans le cadre de notre travail doctoral à Stains, Saint-Denis et Paris. La place primordiale du téléphone portable est apparue progressivement au cours de nos observations de terrain, mettant en lumière son rôle dans la migration, les conflits, l’entraide, mais également l’ancrage spatial de nos enquêtés originaires, en majorité, de la vallée du fleuve Sénégal. Nos interlocuteurs sont, principalement des hommes de confession musulmane et, bien que les échanges que nous avons menés aient été réalisés en français, les langues de communication principales de nos enquêtés sont le soninké et le peul. Les méthodes mises en place ont été l’observation des espaces, ici, principalement, celle des logements privatifs et de leurs usages. Ces observations ont été accompagnées d’entretiens non directifs auprès des résidents qui abordent les usages téléphoniques (pratiques et contenus) ; ce travail ethnographique commencé en février 2016 est encore en cours aujourd’hui. Les entretiens s’accompagnent d’un temps de présence dans les logements allant d’une courte visite à une après-midi passée à partager, avec nos interlocuteurs, des verres de thé ou un repas. Notre présence régulière sur les lieux, deux fois par semaine en moyenne, nous a permis d’étudier différentes configurations spatiales dans les logements au cours de la journée. Les entretiens, enregistrés ou non, ont eu lieu dans les logements des individus qu’ils y soient résidents officiels ou hébergés. Nous avons réalisé l’ethnographie d’une vingtaine de logements dans lesquels nous avons pu rencontrer les résidents officiels et les hébergés. Certains logements ont été visités deux ou trois fois au cours de notre enquête, d’autres, en revanche, sont un point d’ancrage plus important et nous nous y rendons jusqu’à trois fois par mois. Au cours des six premiers mois de l’enquête, nous avons réalisé des observations complémentaires, deux à trois fois par semaine, lors de cours d’alphabétisation fréquentés par des résidents, ayant lieu dans les résidences ou à proximité.

La vie en résidence, la vie en migration

  • 3 Cette terminologie fait référence à un célibat géographique, les femmes des résidents rencontrés h (...)

4Logés dans des studios d’une quinzaine de mètres carrés en moyenne, les migrants célibatairisés3 (Bernardot, 1997 ; Hmed, 2006 ; Sayad, 1980) originaires de la vallée du fleuve Sénégal que nous avons rencontrés regrettent l’époque des vieux foyers et leurs espaces collectifs. Les restructurations, débutées en 1997, transforment progressivement tous les foyers en résidences sociales pour les faire entrer dans la norme du logement social (Béguin, 2015 ; Mbodj-Pouye, 2016). Les salles de douche, toilettes et cuisines autrefois collectives entrent dans le studio qui remplace alors les dortoirs comportant parfois plus de 18 lits. Cette individualisation des espaces de vie est accompagnée d’une disparition des salles collectives où s’organisaient activités commerciales, cultuelles et associatives (Fievet, 1996). Pour compenser cette perte d’espaces communs, le studio devient un lieu collectif où familles, proches et amis se succèdent pour manger, boire le thé ou simplement discuter. En plus de visites fréquentes qui structurent l’espace et le temps du studio, les forts flux migratoires et le coût de l’immobilier font que nombre de résidents accueillent plus ou moins longuement des proches dans leur logement (Timera, 1993). Les conjonctures du monde du travail prolongent la période de précarité pour les migrants arrivant en France. Cette précarité est d’autant plus saillante pour les sans-papiers, pour qui l’intégration professionnelle est encore plus difficile. Ces complications économiques et administratives allongent les périodes d’hébergement et contraignent les résidents à contourner les clauses du contrat de l’hébergement de tiers, permettant de régulariser la cohabitation auprès des gestionnaires pendant deux fois trois mois par an. Il va de soi que, pour les résidents hébergeant des sans-papiers, la régularisation de la cohabitation n’est pas envisageable.

5Lieu d’accueil des jeunes migrants et de centres d’associations de développement là-bas (Daum, 1998 ; Quiminal, 1991), le foyer et la résidence actuelle sont fortement connectés aux pays d’origine des migrants, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Les envois de lettres ou de colis et les files d’attente aux cabines téléphoniques d’antan sont partiellement remplacés par le téléphone portable qui devient omniprésent dans le discours des résidents et dans l’espace des logements. Le téléphone portable apparaît alors comme un support de discussion avec la chercheuse pour présenter la famille au pays. Ainsi, Bocar, résident dionysien de 60 ans, en parlant de son dernier-né, accompagnait son discours d’un diaporama des dernières photos envoyées par sa femme :

Eh oui ça, on envoie des photos comme ça oui, là regarde ! Il a son petit pull là sorti, regarde ! […] il regarde dans le vide « regarde y a papa qu’est là-bas », mais il voit rien du tout, c’est la photo qui vient.

6Empreint de nostalgie, l’envoi de photographies rapproche, car il permet de voir et de donner à voir, mais souligne également la distance entre migrants et familles restées au pays (Chib et al., 2013). Les nouvelles technologies modifient les distances entre les lieux, accélérant les contacts, sans pour autant rapprocher les individus (Georgiou, 2010). Cependant, l’amélioration des réseaux dans les zones rurales en Afrique subsaharienne renforce les échanges et contribue à faire du téléphone portable un outil présent au quotidien (Archambault, 2017). Si les usages des mobiles et la valeur des échanges entre ici et là-bas ont été étudiés en sciences sociales, c’est à cette quotidienneté et à son empreinte spatiale que nous nous intéresserons dans cet article.

Le téléphone portable dans le chez-soi

  • 4 Staszak J.-F. (2001), « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de géo (...)
  • 5 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, p. 163.

7Le terme de chez-soi répond aux quatre dimensions fondamentales que sont l’aménagement, l’appropriation, l’attachement et l’ancrage dans un lieu (Jouve, Pichon, 2015). Il permet la production d’un espace intime et privé, un espace à l’écart du monde pour permettre un retour à soi (Pichon, 2002). Cet ancrage fondamental de l’individu dans le chez-soi permet, d’après G. Bachelard, un « refuge », une « immobilité » (1958) au sujet. Étudié par la sociologie du logement, ce « territoire fondamental », « le plus approprié, le plus chargé, celui qui porte le plus d’émotions et d’affects, de souvenirs et espoirs »4 est le plus souvent celui de la chambre à coucher ou du grenier (Barrère, Lévy-Vroelant, 2012), lieux qui permettent la mise à l’abri en se soustrayant au regard de l’autre. Un désir de protection auquel s’opposent des espaces de vie comme le salon ou l’entrée qui remplissent, en revanche, le rôle « d’avant-scène de la maison » visant à « transmettre une image idéalisée de l’hôte »5. Dans les nouvelles résidences sociales issues de FTM, comment construire ce coin de l’intime dans un studio qui réunit accueil et sommeil ? En effet, les pièces de vie des studios de résidences ne laissent aucun espace à l’abri du regard du visiteur, le lit devenant, lors des visites, une place assise à part entière. Des bricolages visibles spatialement sont donc mis en place par les résidents pour compartimenter cet espace de vie entre privé et public. La production de ce recoin privé permet, en le protégeant du regard extérieur, la création d’un refuge pour le résident. Nous posons ici l’hypothèse que c’est dans ce recoin privé que le portable va trouver sa place lorsqu’il n’est pas utilisé.

Lors de notre première entrée dans le logement d’Aminata, c’est le peu de décoration dans sa chambre qui frappe, en effet, seule une chaise est positionnée en face de son lit. Elle a du mal à se déplacer à cause de sa cheville douloureuse depuis son accident, et passe la plupart de ses journées allongée sur son lit à regarder d’un œil la télévision. Afin de réduire au maximum ses déplacements, elle a placé sous son oreiller son portable ainsi que le chargeur de celui-ci, ses médicaments et quelques autres choses précieuses qu’elle souhaite garder avec elle.
Extrait du journal de terrain, entretien dans le logement d’Aminata, 75 ans, résidence de Stains.

8Arrivée récemment en région parisienne pour raisons médicales, cette Bamakoise n’a que très peu de famille en France. Si son frère et sa belle-sœur résident dans un logement social à proximité, le reste de sa famille vit à Bamako. Pour maintenir des liens et voir ses petits-enfants grandir, elle choisit de garder son téléphone au plus près d’elle. Si c’est le dessous de l’oreiller qui est choisi par Aminata pour ranger ses objets précieux, Moussa lui, investit son meuble de nuit. Arrivé en France il y a trente ans, Moussa attend avec impatience sa retraite qui lui permettra de rentrer en Mauritanie, à Sélibabi. Il a commencé à renvoyer chez sa femme les affaires dont il peut se passer avant son retour, afin de rentrer le jour de sa retraite « seulement avec une valise ». D’autres objets, en revanche, rentreront en Mauritanie avec lui, dont certains, les plus précieux, ne quittent pour l’instant même pas la tête de son lit.

  • 6 De l’encens pour parfumer la maison, fréquent dans la vallée du fleuve Sénégal.

Dans le meuble de la tête de lit de Moussa, nous relevons des produits de soin (crèmes pour le corps et de visage) et des parfums, un pour lui et l’autre pour « la chambre », du cuuraay6 fabriqué par sa femme et ramené du pays lors de ses vacances. Cachés par un tissu, prennent également place le portable et son chargeur, les clefs du logement et ses papiers de retraite, qu’il prendra dans quelques semaines maintenant. Proche du meuble, un chapelet est entortillé autour de son pied de lit.
Extrait du journal de terrain, entretien dans le logement de Moussa, 62 ans, résidence de Stains.

  • 7 Ou espace de sommeil si le résident ne dispose pas de sommier et matelas.

9Observer l’appropriation des studios souligne l’importance des recoins du mobilier, en particulier ceux du lit, alors utilisés pour protéger le « caché ». Une observation qui rappelle les travaux de Bony (2015) sur les espaces carcéraux où cet « espace péri-lit » fonctionne comme un espace « péri-corporel » en y accueillant « les objets chargés affectivement » pour les résidents. Cette importance du lit est également notable lors des entretiens, où il devient l’ancrage spatial de l’enquêté face à la chercheuse et aux invités, assis sur des chaises dans l’espace de vie. Officiels ou non, les résidents s’adressent à autrui et entrent dans la conversation à partir de leur lit7.

  • 8 L’usage du pluriel, ici, se justifie, car la majorité de nos enquêtés possèdent deux mobiles, l’un (...)
  • 9 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, op. cit., p. 137.

10Cachés sous l’oreiller ou disposés dans les meubles proches de la tête de lit – dissimulés ou non par un tissu – les téléphones portables8 trouvent leur place dans cet espace intime du péri-lit. S’ils sont visibles, les téléphones portables sont généralement disposés sur la table de nuit ou directement aux côtés du résident. Nous notons alors que l’organisation du studio semble faire du lit l’espace le plus intime et le plus sûr pour le résident qui y conserve, à l’abri des regards, les objets les plus chargés émotionnellement. En effet, les clefs ouvrent la porte qui « protège et structure [l’]intériorité9 », les chapelets et Coran renforcent l’identité religieuse du résident, et les parfums et encens véhiculent une dimension genrée et sexuelle, en particulier le cuuraay. Accompagnant les téléphones portables, ces trois catégories d’objets, symboliquement forts, participent à la production du chez-soi comme espace intime et lieu d’émotions (Staszak, 2001). La place attribuée au mobile dans ce « territoire fondamental » (Staszak, 2001) aux côtés de ces autres objets souligne la relation intime qui se noue entre le résident et son, ou ses, téléphone·s portable·s. Le chez-soi apparaît donc comme un refuge pour l’individu, mais aussi pour ses objets chargés symboliquement (Merla, Nobels, 2019).

  • 10 Nous reprenons la terminologie « jeune » utilisée par nos enquêtés. Il ne s’agit pas ici uniquemen (...)

11Notons ici que la grande proximité entre le résident et son mobile est d’autant plus notable à l’extérieur du logement, où le portable et ses accessoires sont une « extension corporelle » qui deviennent un « enjeu identitaire » (Martin, 2008), en particulier chez les jeunes. Les écouteurs aux oreilles et le portable à la main, les comparaisons vont bon train entre les apprenants, lors des cours d’alphabétisation dispensés dans la résidence parisienne. Comparant les qualités et les prix, le portable devient un enjeu de convoitise et un marqueur social entre les « jeunes10 ». Ici, le mobile « participe à la mise en scène de soi dans l’espace public » (Martin, 2008). Notons que cette mise en scène dans l’espace public est loin de ne concerner que les jeunes ayant connu un parcours migratoire (Castells et al., 2009).

Un chez-soi par le portable pour s’extraire sensoriellement d’un lieu de vie partagé

12Alors qu’au matin les matelas sont rangés et les nattes roulées, quels refuges restent-ils aux résidents informels dans ces studios partagés ? Leur marquage territorial, réduit au minimum, ne permet pas la construction durable du « refuge », de « l’immobilité » (Bachelard, 1958) nécessaire au chez-soi. Comment, alors, s’extraire du monde, quand on n’a pas d’espace à soi ? Si, comme nous l’avons vu plus haut, « l’espace du chez-soi ne correspond pas nécessairement avec l’espace que stricto sensu nous appelons une maison » (Vassart, 2006) et peut couvrir des espaces plus ou moins vastes, comme le montrent les travaux sur le sans-abrisme (Pichon, 2002 ; Margier, 2014), nous posons ici l’hypothèse que cet espace du chez-soi peut se construire au travers de pratiques circonscrites tant spatialement que temporellement. Dans le studio, comment l’usage du téléphone peut-il participer à la production d’un chez-soi dans un espace et un temps donnés ?

Aboubacar s’installe sur le lit. Je suis assise sur une chaise en face. Un matelas d’une place et demie est installé dans l’angle sous la fenêtre où se trouve un homme. Il est sur son portable. Les écouteurs aux oreilles, il semble écouter des enregistrements audio WhatsApp diffusés sur des conversations de groupe, il ne parle pas. Il est dos à nous. Je ne sais même pas s’il remarque que l’on s’installe. C’est le petit-cousin d’Aboubacar. Ce dernier m’explique d’ailleurs que c’est son fils qui dort dans le lit [sommier et matelas donc surélevé du sol ; le lit officiel] lorsqu’il est au pays, sinon il partage le matelas [sans sommier et donc au sol] avec le cousin qui en revanche n’est jamais sur le lit et reste sur le matelas.
Extrait du journal de terrain, entretien dans le logement d’Aboubacar, 68 ans, résidence de Stains.

13Aboubacar est à la retraite depuis cinq ans, il fait souvent des allers-retours entre la France et le Sénégal, et laisse son logement à son fils et son cousin lorsqu’il n’est pas là. Lorsqu’il est de retour à Stains, le grand matelas disposé au sol devient l’espace de sommeil de son fils et de son cousin qui doivent alors le partager. La vingtaine de mètres carrés qui constitue le logement, est occupée par les trois individus ; s’octroyer des lieux à soi demande de développer des tactiques physique et sensorielle dans cet espace restreint. Si le cousin d’Aboubacar se construit un refuge grâce au téléphone dans le logement où il est hébergé, certains jeunes s’octroient une respiration dans le quotidien de la résidence, au sein de logements dans lesquels ils ne dorment pas, accentuant la décorrélation entre chez-soi et espace de sommeil. C’est le cas du logement d’Oumar. Jeune délégué des résidents à Saint-Denis, il ne voit jamais son studio désemplir. Les visiteurs, habitant ou non la résidence, s’y succèdent afin de transmettre des nouvelles, glaner des conseils administratifs ou simplement se reposer.

Je m’installe sur ma chaise habituelle et commence à discuter avec Oumar, assis sur son lit, il me propose du thé. Vers le mur du fond est installé un jeune qui est souvent là. Il est hébergé dans la résidence, mais pas chez Oumar. Il est sur son portable, écouteurs aux oreilles, je crois qu’il regarde des vidéos sur YouTube. Il est dans le grand fauteuil de bureau, il nous tourne le dos et a posé ses pieds sur le meuble télé. Il ne nous parle pas.
Extrait du journal de terrain, entretien dans le logement d’Oumar, 42 ans, résidence de Saint-Denis.

  • 11 Tschanz A. (2018), Dialectique de l’intimité dans l’espace carcéral. L’expérience des personnes in (...)

14Les extraits de journaux de terrain présentés ci-dessus documentent des situations d’entretiens. Cependant, nous nous intéressons ici davantage aux usages téléphoniques du tiers plutôt qu’à ceux de nos interlocuteurs. C’est même en comparaison avec la conversation que nous créons avec l’enquêté que les usages des tiers prennent sens. En effet, dans les situations décrites ci-dessus, nous observons la même construction de deux espaces physiques et sensoriels distincts. D’une part, celui de l’entretien créé autour de la conversation entre l’enquêté et la chercheuse et, d’autre part, celui du troisième acteur fabriqué par le corps (tournant le dos au premier espace), l’assise et le dispositif portable-écouteur. Notons que la construction d’un espace intime dans les contextes de vie à plusieurs n’a pas attendu le développement des téléphones mobiles. Les tactiques spatiales et surtout corporelles ont toujours été développées pour maintenir un espace intime : l’usage privatif d’espace de rangement ou l’attribution privée de certains recoins des logements. Cependant, le portable permet de fabriquer, plus ou moins longuement, une bulle sensorielle. Une bulle sonore et visuelle qui, à l’instar du chez-soi, « recouvre les comportements tels que la liberté de s’isoler des autres, le degré de disponibilité à autrui, le choix du type de stimulations externes acceptées ou rejetées par la personne » (Serfaty-Garzon, 2003). Il est certain que l’intimité offerte par ce bubbling (Petersen et al., 2010) ne peut être totale et, comme le soulignait Gotman (2001), « l’intimité comporte elle-même des degrés, mais on la trouve dès qu’un individu ou un groupe entend se soustraire à la fois à l’observation et à l’interaction ». Ici, l’usage du téléphone portable poursuit et facilite cette production d’un espace intime, si temporaire et fragile soit-il, en devenant support visuel et auditif et surtout « extension corporelle ». Le corps devient le premier outil de cette production du chez-soi tant spatialement, au travers des tactiques corporelles, que sensoriellement. De fait, l’écoute de vidéos et musiques sur YouTube, ou la conversation avec des proches par WhatsApp constituent les deux usages les plus courants du téléphone, et favorisent les sphères auditive et visuelle, renforçant par là la distanciation avec les autres individus présents dans le logement. C’est la consommation de ces ressources numériques, qu’elles soient communicationnelles ou musicales, qui peut renforcer le sentiment « d’immobilité » du retour à soi (Bachelard, 1958) dans l’incertitude de la migration et des multiples résidences. En s’extrayant de la conversation principale, le téléphone portable comme l’extension du corps du résident lui permet un retour à soi, un « refuge » hors du monde (Bachelard, 1958). Cet espace numérique comme chez-soi illustre donc que le corps demeure le premier espace occupé et habité (Bachelard, 1958). Comme le souligne Anaïs Tschan, « l’intimité ne s’arrête pas au corps physique et visible, mais se prolonge à travers son extension […] c'est-à-dire aux objets intimes11 ». Lorsque les conditions résidentielles ne sont pas favorables à la production d’un chez-soi matériel, c’est le corps et ses extensions, ici le mobile, qui produisent et délimitent le « territoire fondamental » de l’individu (Staszak, 2001).

15Le contenu des informations partagées et diffusées sur les différents réseaux renforce également le caractère intime du portable. Support des contacts avec les familles restées aux pays ou des proches en migration, le mobile permet la conservation de photos qui ne sont plus que rarement imprimées. Comme nous l’expliquait Samba, résident dionysien en France depuis trente ans :

Le portable, c’est bien, comme ça on sait tout, on est moins loin. On s’appelle par Whatsapp quand ils sont connectés sinon je les appelle directement avec celui-là [le portable qui contient la puce pour appeler l’Afrique]. Mais je préfère recevoir des photos, oui, on s’envoie des photos parce que c’est plus concret.

  • 12 Notons ici que ces outils permettent des échanges riches sans demander nécessairement la maîtrise (...)

16Les applications comme WhatsApp, Viber et Messenger sont les plus utilisées dans les échanges vocaux et de photographies12, entre proches, mais également dans des réseaux plus larges au travers de conversations de villages, de familles et de ressortissants partageant la même langue (Dia, 2012). Ses applications ont également un rôle politique, comme nous l’expliquait Mamadou, délégué des résidents à Paris :

Tu vois c’est le groupe Whatsapp « Foyers en danger » et il y a tout le monde, les délégués et le Copaf [association de soutien]. Ça peut être en toutes les langues, mais faut quand même écrire ou parler en français pour le Copaf. Comme ça, ça permet de venir et de lutter vite quand y a un problème, j’ai lutté pour Boulogne [un foyer francilien] comme ça.

  • 13 Lors de procès pour suroccupation ou de descente de police dans certains sites, le réseau est mobi (...)

17En Île-de-France, des groupes rassemblent tous les délégués de foyers-résidences sociales et les associations de soutien afin d’organiser des mobilisations et de construire un réseau réactif en cas de besoin13. Georgiou (2006) soulignait le rôle des échanges numériques de textes et d’images dans le renforcement des identités collectives ; ici, l’identité migratoire et celle du groupe en migration traversant les mêmes conditions de vie.

18L’usage du portable permet donc, d’une part, de créer un espace privé et intime dans le logement, tout en construisant, d’autre part, des liens avec un autre espace, celui d’internet et des réseaux sociaux. Il est donc à la fois support spatial de l’intime et interface avec l’extérieur. C’est d’ailleurs ce rôle d’interface avec l’extérieur qui nous a permis d’enquêter ses usages. Bien que, dans certains cas, les observations de ces pratiques aient pu être renseignées sans observer le contenu des activités numériques, le portable a pu, dans d’autres, devenir objet et support de discussion. Pour montrer des photos, des vidéos, des échanges entre membres de groupes voire écouter des musiques et des chants, le portable comme espace à soi s’ouvre aux autres.

19Cependant, afin de préserver cet espace intime connecté du téléphone portable, les frontières entre le nouveau monde du net et la sphère privée demandent à l’utilisateur de contrôler le degré d’ouverture et la porosité de ce sas numérique.

Reconstruire les frontières du numérique ; protéger son chez-soi

20La production du chez-soi demande une régulation des contacts entre soi et l’autre, le monde extérieur. Étudier ce chez-soi peut consister à analyser la construction et le maintien de ses liens avec l’extérieur. Notre travail se concentrera ici sur la rupture de ses liens, au travers de l’érection de frontières. Afin de questionner et d’analyser la construction de ces nouvelles frontières, nous introduirons notre réflexion par une anecdote rapportée par l’un de nos enquêtés au cours d’un entretien enregistré. Alors que nous abordions l’usage du téléphone au quotidien et des différents groupes WhatsApp auxquels il participait, il évoque ses craintes concernant le manque de protection des données individuelles, et, rapporte alors une expérience, se révélant traumatisante, de piratage de son mobile. Nous ne cherchons pas ici à savoir si ce piratage était réel ou non, nous nous concentrons sur les mécanismes de défense mis en place par notre interlocuteur.

Les gens ne savent pas sécuriser leur téléphone, n’importe qui heu il y a une semaine y a quelqu’un qui m’a piraté. Moi je quitte le travail, j’arrive, je pose mon téléphone là, et je vois le téléphone qui est affiché, là [il nous montre]. Donc la personne elle m’a piraté d’une manière par le wifi. Par mon wifi, mon wifi là de box. Donc j’ai éteint tous les appareils, j’ai tout éteint même le lendemain. Quand je suis parti au travail, je l’ai allumé, j’ai vu le téléphone, il est affiché, mais il est pas resté longtemps. Parce que y a pas de réseau là-bas [rire] le wifi public je l’ai, mais c’est pas le wifi qui est collé à mon nom comme ici. Voilà, la personne peut pas avoir les données alors ça, ça s’est arrêté. Bon ça c’est le piratage […]. Voilà, donc faut pas le prendre à la légère. Voilà, donc je n’ai que deux WhatsApp, deux groupes seulement et le premier groupe c’est avec lui [un ami présent lors de l’entretien] et le deuxième groupe c’est comme je t’ai dit, lui et c’est tout.
Extrait de l’entretien de Bocar, 60 ans, résidence de Saint-Denis.

21Cet extrait d’entretien met en jeu plusieurs éléments, la connexion wifi provenant de la box internet personnelle « collé[e] à [son] nom », le téléphone et un pirate extérieur utilisant les supports existants pour pénétrer dans le téléphone et y « avoir les données ». Si le téléphone est un chez-soi, ce piratage devient une intrusion, une agression, un cambriolage de l’espace de l’intime. Cette intrusion entraine alors chez Bocar, une perte de confiance dans ses connexions wifi et un contrôle plus strict de ses usages téléphoniques. En effet, il restreint sa présence sur des groupes publics au minimum, seulement deux, valorisant surtout des contacts avec les amis proches et la famille « en dehors de ça [les deux groupes] je suis dans WhatsApp, mais juste pour appeler ».

  • 14 Kaufmann J.-C. (1988), La peur et la porte, Paris, ministère de l’Équipement, du logement, de l’am (...)
  • 15 Ibid.

22Cependant, cette expérience de l’intrusion génère également, chez Bocar, la mise en place d’un rituel de protection. Comme le souligne Kaufmann (1988, p. 101) « le fait d’être victime d’une agression, ou d’un fait qui peut donner à y penser, accélère […] la modification des gestes machinaux dans un sens plus protecteur14 ». Cette sécurisation du téléphone passe alors par l’extinction de la box internet et donc du wifi ainsi que du téléphone pendant la nuit. L’allumage du téléphone, le lendemain, n’a pas lieu dans le logement, mais dans un espace où le wifi est public et qui n’est donc pas « collé à [son] nom » ne permettant alors pas au pirate de retrouver le chemin pour accéder au mobile et aux données personnelles. On voit ici que, à l’instar des rituels de fermeture de la porte d’entrée, « c’est bien souvent grâce à quelques petits gestes et trouvailles très personnels que l’idée du risque est domptée. » Ici les « gestes protecteurs15 » pour sécuriser le téléphone ont donc pour objectif de fermer la frontière entre les pirates et les informations personnelles contenues dans le téléphone. Si internet apparaît comme la sphère publique pour cet enquêté, comptant des utilisateurs mal intentionnés, c’est le wifi qui symbolise la frontière entre ce public et le privé du téléphone. Il faut donc, afin de préserver l’intime du téléphone et des données qu’il contient, reconstruire et renforcer les frontières qui le séparent de l’extérieur menaçant. Comme le souligne Perla Serfaty-Garzon :

  • 16 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, p. 200.

L’habiter est mis à l’épreuve à l’occasion du cambriolage. La perte de la confiance dans la force symbolique de la porte se double de la blessure d’une intrusion à l’état pur. Le cambriolage est atteinte et effraction du corps de l’habitant, une souillure qui exige un effort de réinstauration des limites16.

  • 17 Kaufmann J.-C. (1988), La peur et la porte, op. cit., p. 97.

23La restauration des frontières passe alors, pour Bocar, par l’extinction des outils informatiques et internet pendant la nuit, des « petits gestes » qui cherchent, d’une part, à décourager les pirates et à bloquer leurs accès aux données, mais surtout à calmer « les visions noires de l’angoisse »17.

  • 18 Publiques au sens de « non privées », car elles comptent des individus non connus du résident et d (...)
  • 19 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, op. cit., p. 69.

24L’expérience de l’intrusion génère un renforcement des frontières, entre le privé à protéger et le public menaçant, et rappelle ainsi les cambriolages résidentiels et le viol de l’intimité du chez-soi. La mise à l’épreuve par le piratage révèle l’importance de la sécurisation du téléphone et des données qu’il contient face aux sphères publiques18, renforçant alors cet « exercice régulateur d’ouverture et de fermeture au monde social19 » qu’est la construction du privé. Étudier la création et la violation des frontières souligne le caractère privatif du téléphone dans son opposition face à la sphère publique ici symbolisée par le web et les discussions de groupes quasi publiques de WhatsApp.

25Dans le logement ou près du corps, le téléphone portable est objet intime, et lieu de l’intime, pour les habitants des résidences sociales. Son usage reconfigure les frontières dans l’espace du logement, en offrant aux résidents hébergés par un proche la possibilité de se constituer, temporairement, un chez-soi, à l’abri des oreilles et regards extérieurs. Cette capacité à s’extraire de l’espace de vie pour ces résidents informels, en indiquant temporairement un marquage dans l’espace, permet de réaffirmer sa capacité à construire et détourner les lieux, et à produire du privé dans l’espace partagé. Sans équilibrer le rapport de force construit par l’hébergement, cette soustraction face aux autres interactions renforce l’indépendance du logé face à son logeur, tant qu’il n’est pas extrait de force de sa bulle virtuelle. Le téléphone apparaît alors comme un outil et un support dans la création du chez-soi pour les résidents.

  • 20 Ibid.

26Cependant, des mises en place corporelles et spatiales étaient notables dans l’ancien foyer avant la diffusion massive des smartphones pour préserver une intimité et un espace privé dans les dortoirs suroccupés et les espaces collectifs. Sans les minimiser, cet article montre la pluralité des usages des téléphones mobiles, le contournement spatial qu’ils offrent et l’amplification des pratiques de corps que le téléphone permet en tant que continuité corporelle. Le mobile apparaît alors comme bien plus qu’un simple outil de communication, en devenant partie intégrante de la construction intime du résident. Cet espace du chez-soi alors créé est confronté à deux espaces publics : l’un physique qui entoure la bulle sensorielle, et l’autre virtuel par l’interface du téléphone. Protéger les limites entre le privé et ces multiples espaces publics demande donc des stratégies de régulation des échanges en contrôlant les frontières entre « l’individu (le moi) et le monde (le non-moi)20 ».

Haut de page

Bibliographie

Archambault J. S. (2017), Mobile Secrets: Youth, Intimacy, and the Politics of Pretense in Mozambique, Chicago, The University of Chicago Press.

Archambault J. S., Ngaméni N. M. (2010), « La fièvre des téléphones portables : un chapitre de la “success story” mozambicaine ? », Politique africaine, 117, p. 83-105. DOI : 10.3917/polaf.117.0083.

Augé M. (1992), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Bachelard G. (1958), La poétique de l’espace, Paris, Puf.

Barrère C., Lévy-Vroelant C. (2012), Hôtels meublés de Paris, enquête sur une mémoire de l’immigration, Paris, Créaphis Éditions.

Béguin H. (2015), Héberger des migrants ou gérer des logements ? L’Aftam et ses « foyers d’Africains noirs » (1962-2012), thèse de doctorat, université Paris-Est. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01174777.

Bernardot M. (1997), Une politique du logement : la Sonacotra (1956-1992), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Bony L. (2015), « La domestication de l’espace cellulaire en prison », Espaces et sociétés, 162, p. 13-30. DOI : 10.3917/esp.162.0013.

Castells M., Fernández-Ardèvol M., Qiu J. L., Sey A. (2009), Mobile Communication and Society: A Global Perspective, Cambridge/Londres, The MIT Press.

Chib A., Wilkin H. A., Hua S. R. M. (2013), « International Migrant Workers’ Use of Mobile Phones to Seek Social Support in Singapore », Information Technologies & International Development, 9/4, p. 19-34.

Daum C. (1998), Les associations de Maliens en France : migrations, développement et citoyenneté, Paris, Karthala.

Dia H. (2012), « Le téléphone portable dans la vallée du fleuve Sénégal », Agora débats/jeunesses, 46, p. 70-80. DOI : 10.3917/agora.046.0070.

Diminescu D. (2002), « L’usage du téléphone portable par les migrants en situation précaire », Hommes & Migrations, 1240, p. 66-79.

Fievet M. (1996), « Le foyer, lieu de vie économique pour les Africains », Hommes & Migrations, 1202, p. 23-28.

Garabuau-Moussaoui I., Desjeux D. (2000), Objet banal, objet social : les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, Harmattan.

Georgiou M. (2006), Diaspora, Identity and the Media: Diasporic Transnationalism and Mediated Spatialities, New York, Hampton Press.

Georgiou, M. (2010), « Identity, Space and the Media: Thinking through Diaspora », Revue européenne des migrations internationales, 26, p. 17-35. DOI : 10.4000/remi.5028.

Gotman A. (2001), Le sens de l’hospitalité, Paris, Puf.

Hannaford D. (2014), « Technologies of the Spouse: Intimate Surveillance in Senegalese Transnational Marriages », Global Networks, 15, p. 43-59. DOI : 10.1111/glob.12045.

Haumont N. (1975 [1966]), Les pavillonnaires, Paris, Centre de recherche d’urbanisme.

Hmed C. (2006), Loger les étrangers «  isolés » en France : socio-histoire d’une institution d’État : la Sonacotra (1956-2006), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jouve E., Pichon P. (2015), « Le chez-soi, le soi, le soin. L’expérience limite des personnes sans domicile fixe comme modèle de compréhension de la vulnérabilité sanitaire », Les Annales de la recherche urbaine, 110, p. 46-55. DOI : 10.3406/aru.2015.3166.

Kaufmann J.-C. (1988), La peur et la porte, Paris, ministère de l’Équipement, du logement, de l’aménagement du territoire et des transports.

Margier A. (2014), « L’appropriation des espaces publics par les personnes sans-abri, entre contraintes et élaboration d’un “chez-soi” », Sociologia Urbana e Rurale, 104, p. 111-126. DOI : 10.3280/SUR2014-104008.

Martin C. (2008), « Téléphone portable et paraître dans l’espace public : de nouvelles normes sociales chez les adolescents ? », dans Paresys I. (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 115-130.

Mbodj-Pouye A. (2016), « Fixed Abodes: Urban Emplacement, Bureaucratic Requirements, and the Politics of Belonging among West African Migrants in Paris », American Ethnologist, 43, p. 295-310. DOI : 10.1111/amet.12306.

Merla L., Nobels B. (2019), « Children Negotiating their Place Through Space in Multi-local, Joint Physical Custody Arrangements », dans Murray L., McDonnell L., Hinton-Smith T., Ferreira N., Walsh K. (dir.), Families in Motion: Spaces, Materials and Emotions, Bingley, Emerald Publishing.

Petersen M. G., Lynggaard, A. B., Krogh, P. G., & Winther, I. W. (2010), « Tactics for Homing in Mobile Life: A Fieldwalk Study of Extremely Mobile People », Proceedings of the 12th International Conference on Human Computer Interaction with Mobile Devices and Services, p. 265-274.

Pichon P. (2002), « Vivre sans domicile fixe : l’épreuve de l’habitat précaire », Communications, 73/1, p. 11-29. DOI : 10.3406/comm.2002.2109.

Quiminal C. (1991), Gens d’ici, gens d’ailleurs: migrations Soninké et transformations villageoises, Paris, Christian Bourgois.

Raymond H., Dezès M.-G., Haumont N., Haumont A. (2001), L’habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan.

Sayad A. (1980), « Le foyer des sans-famille », Actes de la recherche en sciences sociales, 32, p. 89-103. DOI : 10.3406/arss.1980.2082.

Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin.

Staszak J.-F. (2001), « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de géographie, 620, p. 339-363. DOI : 10.3406/geo.2001.1729.

Timera M. (1993), Les immigrés Sooninke dans la ville : situations migratoires et stratégies identitaires dans l’espace résidentiel et professionnel, thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales.

Tschanz A. (2018), Dialectique de l’intimité dans l’espace carcéral. L’expérience des personnes incarcérées, thèse de doctorat, université de Montréal.

Vassart S. (2006), « Habiter », Pensée plurielle, 12, p. 9-19. DOI : 10.3917/pp.012.09.

Vertovec S. (2004), « Cheap Calls: The Social Glue of Migrant Transnationalism », Global Networks, 4, p. 219‑224. DOI : 10.1111/j.1471-0374.2004.00088.x.

Winther I. W. (2009), « Homing Oneself: Home as a Practice », Haecceity Papers, 4.

Haut de page

Notes

1 Vassart S. (2006), « Habiter », Pensée plurielle, 12, p. 9-19, p. 14.

2 Nous appelons « usage » les conversations (audio, vidéo ou photographique), l’utilisation d’applications comme YouTube pour la musique, les vidéos et films, et dans une moindre mesure les appels téléphoniques qui ne constituent qu’une petite partie des usages des smartphones que nous avons pu observer.

3 Cette terminologie fait référence à un célibat géographique, les femmes des résidents rencontrés habitant dans les pays d’origine.

4 Staszak J.-F. (2001), « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de géographie, 620, p. 339-363, p. 346.

5 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, p. 163.

6 De l’encens pour parfumer la maison, fréquent dans la vallée du fleuve Sénégal.

7 Ou espace de sommeil si le résident ne dispose pas de sommier et matelas.

8 L’usage du pluriel, ici, se justifie, car la majorité de nos enquêtés possèdent deux mobiles, l’un avec une puce française avec un forfait permettant une connexion internet, l’autre avec une carte prépayée pour appeler en Afrique.

9 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, op. cit., p. 137.

10 Nous reprenons la terminologie « jeune » utilisée par nos enquêtés. Il ne s’agit pas ici uniquement d’une appellation concernant l’âge, mais d’une position de cadet face aux ainés, et de dépendance recouvrant le fait de ne pas posséder de logement, de dépendre financièrement du travail des autres, ou de ne pas avoir de papier.

11 Tschanz A. (2018), Dialectique de l’intimité dans l’espace carcéral. L’expérience des personnes incarcérées, thèse de doctorat, université de Montréal, p. 10.

12 Notons ici que ces outils permettent des échanges riches sans demander nécessairement la maîtrise de l’écrit, nombre des résidents ne possédant, en effet, qu’une maîtrise partielle de l’écrit et de la lecture. Cette difficulté à l’écrit est renforcée par les usages limités de ces langues à l’écrit, elles ne sont d’ailleurs pas ou peu apprises dans les structures scolaires.

13 Lors de procès pour suroccupation ou de descente de police dans certains sites, le réseau est mobilisé pour apporter un soutien juridique et militant.

14 Kaufmann J.-C. (1988), La peur et la porte, Paris, ministère de l’Équipement, du logement, de l’aménagement du territoire et des transports, p. 108.

15 Ibid.

16 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, p. 200.

17 Kaufmann J.-C. (1988), La peur et la porte, op. cit., p. 97.

18 Publiques au sens de « non privées », car elles comptent des individus non connus du résident et donc non choisis.

19 Serfaty-Garzon P. (2003), Chez soi. Les territoires de l’intimité, op. cit., p. 69.

20 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Guérin, « Le portable comme « chez-soi » dans un contexte de précarité résidentielle », Socio-anthropologie, 40 | -1, 97-113.

Référence électronique

Laura Guérin, « Le portable comme « chez-soi » dans un contexte de précarité résidentielle », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5929 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.5929

Haut de page

Auteur

Laura Guérin

Laura Guérin est doctorante en sociologie à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et membre du Centre de recherche sur l’habitat du Laboratoire architecture ville urbanisme environnement (CRH-LAVUE, UMR 7218). Son travail de thèse porte sur l’appropriation des espaces et l’habiter dans les résidences sociales issues du Plan de traitement des foyers de travailleurs migrants en Île-de-France, qu’elle étudie à travers trois ethnographies de résidences.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals