Navigation – Plan du site
Dossier : Les migrants numériques

La production médiatique d’une « crise migratoire »

Dynamiques spatio-temporelles de l’agenda global de la presse en 20151
The « migratory crisis » as a media artefact. Space-time dynamics of the global agenda of the press in 2015
Romain Leconte, Étienne Toureille et Claude Grasland
p. 181-199

Résumés

Si le terme de « crise migratoire » s’est imposé dans le débat public pour qualifier les dynamiques de mobilités internationales en 2015, l’absence de modification brutale du système migratoire invite à chercher la crise dans sa représentation médiatique. S’appuyant sur des méthodes de lecture distante et sur une approche géographique, l’article propose une analyse des dynamiques spatio-temporelles de mise à l’agenda médiatique de la question migratoire dans un corpus de presse en ligne, mondial et multilingue. La variation dans le temps du flux d’information, relatif au fait migratoire, révèle des changements de régimes quantitatifs accompagnant des évolutions du contenu spatial des représentations de l’actualité migratoire (sélection et concentration des espaces couverts sur l’Union européenne et la Méditerranée orientale). Ces dynamiques conduisent à identifier l’émergence d’une crise géopolitique globale dans une démarche attentive à la production des imaginaires géographiques et aux changements d’échelle.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient les évaluateurs anonymes pour leurs critiques constructives et leurs suggestions.

  • 1 Ce projet a bénéficié des financements du programme de recherche et d’innovation H2020 de l’Union (...)

1Le syntagme de « crise migratoire » a émergé massivement dans la sphère publique en 2015, pour qualifier la dynamique des flux migratoires, venus de Libye ou de Syrie, à destination de l’espace européen. Pourtant, l’emploi du terme de « crise », qui supposerait un changement structurel du phénomène de mobilité internationale, est largement contesté par les spécialistes du champ, qui lui préfèrent celui de « crise des politiques migratoires » ou de « crise humanitaire » (Triandafyllidou, 2018, p. 200 ; Babels, 2018 ; Schmoll et al., 2015, p. 23-25 ; Beauchemin, Ichou, 2016). La crise, appréhendée comme un construit socio-politique, repose sur la mise en nombre – voire en sur- ou sous-nombre – des phénomènes dans leurs représentations sociales. Dans cette optique, la « crise » serait moins à chercher du côté du phénomène en-soi (modification du système ou du régime migratoire), que dans sa performance en tant qu’objet de débat dans la sphère publique.

2Les médias contribuent à rendre visible un phénomène et en donnent la mesure. Loin d’être uniquement des caisses de résonances des événements, ils participent à la création d’objets sociaux et politiques. L’analyse de la mise en crise de la question migratoire sera menée au prisme de la théorie de l’agenda médiatique. Le concept de mise à l’agenda (ou agenda setting) désigne – à la croisée des sciences politiques et des sciences des médias et de la communication – le processus de définition et de mise en visibilité d’un phénomène, d’une population, d’un objet qui, par la sélection et la hiérarchisation de l’information, contribue à la production des problèmes socio-politiques. La publicisation, qu’elle soit par les médias ou par les autorités publiques, est à la fois un processus d’émergence d’un nombre limité de sujets de l’attention publique parmi une infinité de possibles et un de compétition entre les sujets émergés du fait de la limitation du volume maximum d’attention publique (Hilgartner, Bosk, 1988) et de la nécessité pour les journalistes de sélectionner chaque jour un nombre fini d’événements censés intéresser le plus leurs lecteurs (Östgaard, 1965).

3Sans aborder frontalement le discours sur la « crise » par la sémantique ou la rhétorique, l’article propose de mettre en évidence les changements structurels dans l’agenda temporel et spatial des migrations. Le franchissement des frontières par des populations mobiles est par essence un objet d’actualité internationale lorsqu’il concerne des pays tiers (i.e. en dehors des pays d’origine, de transit et de destination des migrants). La couverture médiatique de l’actualité migratoire en 2015 doit donc être analysée d’un double point de vue – temporel et spatial – en déterminant (1) si l’on observe au cours de cette année des changements de régime médiatique et (2) si l’on observe des changements d’échelle dans la spatialisation des migrations.

La mise à l’agenda de la question migratoire

4Les nombreuses critiques adressées par les spécialistes des migrations aux journalistes qui rendent compte de ce phénomène semblent indiquer un creusement du fossé séparant information experte et information profane. Offrant un portrait infidèle des processus migratoires, la presse se focaliserait en particulier sur les événements spectaculaires, au détriment des espaces et phénomènes moins visibles (De Genova, 2013 ; Heller, Pécoud, 2017, p. 68). Cette « spectacularisation » serait particulièrement prégnante dans le cas de certains espaces, particulièrement mis en valeurs dans les médias, comme les îles méditerranéennes, lieux de condensation privilégiés des imaginaires migratoires des années 2010 (Bernardie-Tahir, Schmoll, 2014). Le discours médiatique participerait à la négation de la complexité du phénomène, notamment géographique, en produisant une « carte à trou » des imaginaires médiatiques. En outre, cette « spectacularisation » des migrations conduirait à la production d’artefacts : en plus de la notion de « crise migratoire », le discours de presse crée, ou relaie, un ensemble d’objets et de notions dont la crédibilité et le caractère pernicieux sont souvent dénoncés dans la sphère académique. C’est le cas, par exemple, des « faux demandeurs d’asile », « flux migratoire » et autres métaphores de la « vague ». Le traitement médiatique des migrations internationales apparaît producteur d’imaginaires négatifs, qui rendent d’autant plus difficile l’installation des migrants dans les sociétés d’accueil. À cela, s’ajoutent des dispositifs iconographiques spécifiques, tel que le recours à des graphiques statistiques incarnant « l’équivalent des photos d’embarcations surchargées de migrants » et qualifiant une menace rendue visible par la mise en figure du chiffre (Heller, Pécoud, 2017, p. 68). Finalement, comme tout discours, le discours de presse produit des axiologies qui, dans le cas présent, associent la thématique à des représentations négatives (Chouliaraki, Zaborowski, 2017) et peuvent créer des catégorisations d’individus selon des grilles de lectures axiologiques (« réfugié méritant » versus « migrant non-méritant » dans le cas d’une étude menée sur la presse allemande, par Holmes et Castañeda, 2016), parfois en contradiction avec des utilisations expertes des termes (voir la définition juridique de la catégorie « réfugié » par la convention de Genève de 1951 ; Calabrese, 2018).

5L’année 2015 constitue un cas d’école pour l’analyse de la médiatisation des migrations (Chouliaraki, Zaborowski, 2017). Malgré l’existence de précédents, elle correspond à un moment de (ré)émergence de la question migratoire dans l’agenda public européen et à la diffusion de l’idée « crise migratoire » au niveau mondial. Outre le nombre record d’entrées dans l’espace communautaire durant l’année 2015 (estimée à plus d’un million pour cette seule année si l’on en croit le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ; dont 221 000 pour le seul mois d’octobre), c’est bien entendu la spectacularisation de ses conséquences humanitaires et politiques directes sur l’agenda des politiques de l’UE et de ses principaux partenaires qui font, de 2015, une année à part. Dans un numéro spécial de Journal of Immigrants and Refugees Studies, consacré au traitement de la crise migratoire dans la presse, Krzyżanowski et al. (2018) suggéraient que l’intensité du traitement médiatique durant cette année avait été à l’origine d’un « glissement discursif » (discursive shift), c’est-à-dire un changement qualitatif dans la manière de décrire les migrations internationales en Méditerranée. Or, ce type de basculement peut être assimilé à une crise entendue ici au sens de bifurcation, c’est-à-dire une « manifestation brusque et intense de certains phénomènes, marquant une rupture », l’intensification brutale du phénomène s’accompagnant d’une rupture dans le continuum sémantique associé au fait migratoire introduisant un changement qualitatif, une modification structurelle de l’objet.

6Du côté de l’étude des médias, la mise à l’agenda décrit la capacité des médias d’information à influencer l’importance accordée à certains sujets dans l’opinion publique. Suivant la proposition de Cohen (1963) : The press may not be successful much of time in telling people what to think, but is stunningly successful in telling its readers what to think about, McCombs et Shaw (1972) ont formulé la « théorie de l’agenda médiatique » comme le processus de sélection opéré par les médias dans la couverture de la réalité et le transfert de cette hiérarchie à l’agenda public. L’identification et la description des facteurs de saillance (salliancy) ou d’oblitération des événements dans l’actualité ont mis en évidence l’effet du nombre comme facteur déterminant de la représentation quantitative d’un événement dans la sphère publique en général. En d’autres termes, la place impartie à tel événement dans un médium serait potentiellement facteur de sa place dans la sphère publique, et vice versa. Analyser la distribution de la couverture médiatique d’un événement dans un contexte donné (dans le temps, un médium en particulier ou un ensemble de média) permettrait ainsi de saisir l’exposition potentielle du public à une thématique.

7Au-delà de l’inégale répartition de l’information dans le temps, l’identification de changements qualitatifs contribuant à la production des imaginaires, considère la dimension éminemment performative de la presse : Journalism [...] is about doing things with words, not simply about using words to report facts (Chouliaraki, 2013, p. 268). La plupart des analyses qui portent sur cette dimension de la presse relative au fait migratoire privilégient des analyses lexicales (Berry et al., 2015) ou recourant à l’« analyse des sentiments » (Chouliaraki, Zaborowski, 2017) pour identifier des changements dans le traitement du sujet (changements lexicaux, axiologiques). L’objectif est ici de saisir, à travers l’inégale couverture des espaces géographiques, la construction de la structure spatiale de ces imaginaires. En suivant la position de D. Massey (2005, l’article postule que la fixation du sens s’opère par la spatialisation. Le champ de la popular geopolitics (Dittmer, Bos, 2019) interroge les dimensions spatiales des idéologies et des représentations. En effet, le processus narratif par lequel un récit est spatialisé contribue à la production de connaissances sociales sur les espaces et, en retour, en modifient la forme et l’expérience. Dans ce processus, les médias de presse jouent un rôle majeur dans la production des connaissances sur les « autres » et les « ailleurs », qui alimentent des mises en ordre des représentations géopolitiques du monde (Burgess, Gold, 2016). Cet ordre spatial des représentations affecte l’attention potentielle des lecteurs et des politiques : This flexible and fractured spatial order, in turn, through its silent regulation of media flows, affects the terms on which media narratives can matter, where, and to whom (Coudry, McCarthy, 2004). L’objectif est ici de mettre en évidence les échelles spatiales du discours sur les migrations (sont-elles locales, régionales, mondiales ?) et les centralités du discours sur les migrations (quels espaces sont particulièrement concernés ? lesquels sont à l’écart de la couverture médiatique ?). Pour ce faire, sont analysés les pays qui sont les plus cités dans les nouvelles relatives à la crise migratoire, mais aussi les liaisons entre pays qui peuvent se déduire de leur coprésence dans les mêmes articles de presse. Il est ainsi possible de mettre à jour des réseaux géopolitiques virtuels qui structurent les représentations du phénomène migratoire au moment des faits (e.g. liste des pays balkaniques traversés par les migrants), mais qui peuvent ensuite produire des stéréotypes durables qui marquent l’image internationale des pays et de leurs responsables politiques (e.g. Viktor Orban qui incarne la politique de fermeture des frontières et de rejet de l’étranger à travers l’édification d’un mur).

8Le parti pris de ce travail est de restituer les pulsations du fait migratoire dans la crise sur une période de temps relativement longue (une année), en postulant que les éventuels changements doivent être identifiés dans leur contexte spatial et temporel. En effet, la plupart des travaux précédemment cités sur cette thématique se focalisent sur des fenêtres temporelles restreintes à quelques jours, et parfois à une période postérieure à des événements identifiés comme des chocs potentiels. Or, identifier le changement suppose d’avoir une idée, même générique de la couverture initiale de la thématique. Pour mener à bien ces analyses, trois dispositifs méthodologiques sont mis en œuvre : 1) la construction d’un corpus d’observation de la sphère médiatique globale sur une période continue de plusieurs mois ; 2) un protocole de quantification comparable des agendas médiatiques inter-sources (de journal à journal), permettant d’évaluer la part de l’information consacrée au fait migratoire ; 3) un protocole d’identification des lieux cités dans le contenu textuel (détection automatique d’entités spatiales).

Une approche spatio-temporelle de l’agenda médiatique global

  • 2 L’intérêt de ce quotidien maltais pour une étude sur les représentations des migrations internatio (...)

9La construction d’un corpus de presse n’a pas vocation à proposer un échantillon représentatif de la presse dans sa globalité (Pincemin, 1999). L’analyse s’appuie sur un corpus exemplaire, dont les sources ont été choisies pour garantir à la fois les critères de pertinence exogène (adaptation du corpus à la question de recherche) et endogène (protocole de construction explicable, explicite et reproductible). Ce « corpus de référence » (Rastier, Pincemin, 1999) vise à garantir à la fois un maximum de diversité de points de vue dans l’espace mondial et leur comparabilité, ainsi que la valeur illustrative des sources au regard de la thématique concernée (The Times of Malta, par exemple2). Ainsi, le corpus est constitué selon trois grands critères de sélection : 1) une première sélection géo-linguistique : une analyse multilingue de journaux issus de trois des aires linguistiques d’extension mondiale (anglophone, francophone et hispanophone), situés dans 17 pays inégalement distants de l’espace euro-méditerranéen et intégrant des « Nords » comme des « Suds » (Capdepuy, 2007) ; 2) une sélection portant sur la nature médiatique des journaux retenus, généralistes et quotidiens, de niveau national et qui constituent des références ; 3) une sélection technique à partir de la version numérique de ces journaux a été étudiée (sites web) et spécifiquement les rubriques « international » de ces sites, grâce aux données collectées par la captation automatisée des flux RSS de ces sites journaux, dans le cadre du programme ANR Corpus-Geomedia (2013-2016 – Grasland et al., 2016). Le corpus se compose donc de 26 quotidiens localisés dans 16 pays. Le faible nombre de pays africains retenus est lié au fait que la plupart des journaux de cet espace ont directement adopté les modes de diffusion de leurs articles via les réseaux sociaux sans développer la technologie RSS.

Fig. 1 : Les journaux du corpus

Fig. 1 : Les journaux du corpus

10Les premières hypothèses nécessitent d’évaluer la place relative du fait migratoire dans l’agenda médiatique global par l’identification des articles traitant de la question migratoire, à partir du moment où celui-ci comporte, dans son titre ou son résumé, au moins une fois la référence à une sélection de mots d’usage courants, relatifs à l’étranger mobile dans les trois langues d’étude (voir fig. 5 en fin d’article), dont la traduction ne posait pas de biais sémantique majeur. Une telle opération passe par la nécessaire mise en nombre du corpus pour parvenir à considérer de manière équivalente des objets qualitativement différents (textes), considérer également leur position relativement aux autres et à l’ensemble du flux (ensemble de l’information émise par un journal), et de les situer (comparer la part impartie à cette thématique d’un média à l’autre).

11La première difficulté posée par une telle procédure vient du fait que le volume global d’articles publiés est très variable d’un quotidien à l’autre. Par exemple, The Guardian publie en moyenne 126 articles par jour quand El Watan n’en publie que 3. À ceci s’ajoute le caractère très irrégulier dans le temps du flux à différents niveaux d’observation : au niveau hebdomadaire, le nombre de publications baisse sensiblement le week-end par rapport aux jours ouvrés, mais on observe également, sur des périodes plus longues, des variations dans le volume de titres publiés (périodes de fêtes, de vacances, arrêt de la publication en raison d’un mouvement social, par exemple). Nous avons donc procédé à une double correction statistique du poids des journaux et du poids des semaines, afin d’égaliser leurs importances respectives et d’éviter 1) que les journaux des pays riches pèsent plus que ceux des pays pauvres, et 2) que les événements se produisant dans les périodes de vacance médiatique soient minorés par rapport aux événements de périodes de pleine activité des journaux.

12Pour finir, l’analyse de la géographie des lieux mis en scène dans les articles nécessite d’identifier et d’extraire les entités spatiales présentes dans les articles. Le choix de rapporter les entités spatiales à l’État s’explique par le fait qu’il constitue l’objet spatial le plus saillant dans les représentations (Escolar, 2003 ; Harley, 1989), et donc celui le plus utilisé pour localiser les lieux dans des articles relatifs à l’actualité internationale. Pour extraire ces lieux, nous avons procédé à une méthode supervisée de reconnaissance par chaînes de caractères de listes d’États, sur la base d’une quadruple identité des États : un toponyme (par exemple : Italie), un gentilé (Italien), une capitale (Rome), un chef d’État (dans la période d’analyse : Matteo Renzi), à partir d’un dictionnaire développé dans le cadre de l’ANR Géomédia (le détail de la méthodologie est développé dans le matériel supplémentaire dans Grasland, 2019).

La couverture médiatique des migrations et la mise en crise

13L’analyse diachronique de la couverture médiatique des faits migratoires propose une généralisation statistique des tendances de l’ensemble du corpus par-delà les spécificités propres à chacun des 26 quotidiens. Elle permet ainsi d’identifier la structure temporelle de l’actualité migratoire de l’ensemble de l’échantillon durant la période d’analyse.

Fig. 2 : Dynamiques temporelles de la couverture du fait migratoire en 2015

Fig. 2 : Dynamiques temporelles de la couverture du fait migratoire en 2015

Le graphique représente le volume d’information consacré au fait migratoire rapporté au nombre total d’articles publiés pour chaque journal dans la rubrique « international » de leur site web. L’entrelacs des courbes blanches représente la dynamique de chaque quotidien, alors que les courbes de tendance – en noir – représentent la trajectoire de 5 profils de tendance des journaux vis-à-vis de la couverture de l’actualité migratoire, calculés sur la base d’une discrétisation par quantiles de l’ensemble des quotidiens. La semaine du 31 août, par exemple, près la moitié des médias mentionne le fait migratoire dans au moins 23 % de leurs titres. Les 1/10e des journaux qui mentionnent le moins la crise la mentionne dans au moins 13,5 % des cas ; les 1/10e des journaux qui les mentionnent le plus, dans au moins 32 % (c’est le cas, par exemple de quelques journaux comme le quotidien algérien El Watan).

14Les deux pics précédemment identifiés sont, de nouveau, visibles (fin avril et fin août/début septembre) et n’ont pas la même intensité. Pendant le pic d’avril (la semaine du 20 avril), un journal sur deux consacre au moins 10 % de ses titres de la rubrique « international » à la thématique migratoire, mais un quart des journaux restent sous le seuil faible des 5 %. Celui de septembre est plus important : pendant un mois, plus d’un quotidien sur deux consacre plus de 20 % de ses articles à un élément relatif au fait migratoire, et plus d’un quart de ces quotidiens vont jusqu’à y consacrer plus de 30 %. À cette période de l’année, tous les journaux observés relatent le phénomène migratoire dans des proportions exceptionnelles, ce qui correspond donc à un changement quantitatif identifiable, préalable nécessaire à la qualification de crise médiatique.

15Seconde observation notoire, des changements de régime apparaissent consécutivement aux deux pics décrits précédemment. La thématique des migrations augmente par paliers successifs d’un niveau de 1 à 2 % des nouvelles en février/mars, à 4-6 % de mai à juillet pour atteindre 8 à 10 % en octobre/novembre. Le passage d’un palier à un autre s’opère à la faveur de deux crises majeures, où l’on assiste à une synchronisation temporelle des journaux sur la thématique migratoire. Ces périodes intermédiaires sont marquées par des pics secondaires : en mai, relativement au débat au sein des États membres sur la négociation des quotas d’accueil de réfugiés ; mi-octobre, correspondant à la période d’intensification des migrations à destination des côtes grecques. C’est également une période durant laquelle la « route des Balkans » devient un point de passage central dans la continuité du débarquement dans le secteur de Mytilene (Grèce). Enfin, un dernier pic correspond à la période de durcissement du contrôle sur la frontière austro-slovène. Ces moments de réplique dans la structure de l’actualité correspondent à la périodisation en quatre temps des événements proposés par Triandafyllidou (2018) :

  • un état initial correspondant à une période de couverture limitée de l’actualité migratoire dans la presse, a priori dans la moyenne des mois précédents le début de l’année 2015 ;
  • le premier pic, relativement isolé, correspondrait ainsi à la phase de « commencement » proposée par l’auteure ;
  • le second marquerait le début d’une phase de focalisation plus importante correspondant à une « vague de sympathie » à l’égard des migrants, notamment suite à la diffusion des images relatives aux risques et périls auxquels ils sont soumis (photo du jeune Aylan Kurdî et des 71 corps retrouvés dans un camion en Autriche) : un moment où s’intensifie le discours humanitaire, ainsi que la dénonciation des pratiques développées par les passeurs ;
  • si ce mouvement de « sympathie » peut se poursuivre par endroits (scène d’accueil des migrants sur les quais des gares autrichiennes et allemandes), octobre est une période d’accroissement du contrôle du flux migratoire, dont la manifestation la plus spectaculaire est marquée par la fermeture unilatérale de la frontière hongroise et l’érection d’une barrière de 175 km de fils barbelés. Le cas hongrois marque le début d’un changement d’attitude dans le champ politique avec la mise en œuvre d’entreprises similaires dans les Balkans (fermeture progressive de la frontière austro-slovène, puis, plus tard, en février 2016, mise en place d’un sommet multilatéral avec divers pays de la région pour limiter l’arrivée des réfugiés), la mise en place de négociations avec les pays du voisinage pour prévenir les débarquements de navires sur les côtes de l’UE (cas de la négociation entre l’UE et la Turquie sur ce point) et plus généralement un basculement de l’opinion publique vers une attitude de plus en plus négative (s’achevant avec l’épisode de Cologne, hors période d’analyse) : en bref, une période plus ambivalente dans le rapport politique au fait migratoire.

16L’analyse de la structure temporelle de l’agenda médiatique global montre que le processus de mise en crise de la question migratoire ne peut se résumer à des moments de cristallisation du débat public, mais doit être compris dans un contexte temporel élargi mettant en évidence des paliers quantitatifs correspondants à des séquences qualitatives du débat public. Mais, au-delà de la structure temporelle, l’étonnante synchronisation des médias dans les périodes des deux « pics » identifiés plus hauts pose la question du caractère global de ce phénomène au sein de notre sélection plurilingue de 26 quotidiens répartis en divers endroits du globe. La crise serait ainsi ce que J. Lévy (2008) qualifie de « moment d’espace public global », caractérisant la convergence à l’échelle mondiale de l’attention publique à un nombre limité de sujets. Ainsi, si l’on suit nos définitions, il est possible d’identifier ces deux pics comme des moments de crise possibles, compte tenu de l’intensité du phénomène dans l’agenda médiatique.

17La participation des journaux à la couverture migratoire dans l’espace médiatique global n’est pas uniforme. En effet, certains journaux ont tendance à se spécialiser sur cette thématique, quand d’autres y consacrent moins de place. L’analyse de l’appartenance des journaux à des profils types moyens, construits sur la discrétisation du volume consacré à la migration, met en évidence des groupes de journaux répondant à des déterminants géographiques : primauté des agendas nationaux (Triandafyllidou, 2018 ; Berry et al., 2015) ; communautés linguistiques (différenciation selon le type de langue parlée entre les titres de langue anglaise, espagnole ou française) ; effet de distance par rapport au phénomène (comme le suggèrent les cas respectifs d’El Watan – quotidien de la rive Sud Méditerranéenne, très proche des lieux supposés de la crise – et de la Nacion, situé aux antipodes, en Argentine) ; régionaux (combinaison des facteurs précédents)

Les imaginaires géographiques de la crise

18L’année 2015 correspond à un tournant numérique dans la couverture médiatique de la question migratoire et à un tournant sémantique dans la mise en mots des populations migrantes (discurive shift ; Kryzanowski et al., 2018) ; elle est aussi un tournant dans la mise en lieux des migrations. L’analyse des représentations spatiales de la migration dans les articles de presse se fonde sur l’hypothèse d’un tournant géo-discursif dans la mise en scène géographique des migrations. La migration, ontologiquement définie par le déplacement, est un objet éminemment spatial qui justifie d’en analyser les configurations géo-discursives. Par ailleurs, la périodisation du discours de l’année 2015 proposée par Triandafyllidou (2018) est, elle aussi, fondée sur des configurations spatiales spécifiques. Les périodes de « commencement », de « vague de sympathie » et d’« ambivalence » correspondent à des spatialités distinctes, centrées sur le détroit de Sicile, puis la Méditerranée orientale et, enfin, les Balkans et l’Europe centre-orientale (voir supra).

19Afin de tester l’hypothèse d’un tournant géo-discursif dans le corpus au cours de l’année 2015, nous analysons les associations de pays à la question migratoire à partir de la méthode d’identification expliquée supra. Cette analyse est conduite selon deux dispositifs :

  • la cartographie des citations de pays au cours du temps est mobilisée pour mettre en évidence les centralités spatiales du discours médiatique sur la migration ;
  • la cartographie des cooccurrences (Lebart, Salem, 1994) de pays pour mettre en évidence les représentations relationnelles de l’espace des migrations. En effet, considérer les représentations spatiales du phénomène nécessite d’intégrer un appareillage méthodologique qui permette de rendre compte de la structure du discours spécifique au phénomène relaté. Les trajectoires migratoires internationales étant considérées comme des successions de positions dans l’espace géographique, ces interactions entre les lieux sont appréhendées par la prise en comptes des interactions lexicales entre pays cités dans une même unité de contexte.

20L’étude des citations brutes de pays dans le corpus aurait pour effet de distordre le corpus, dans le sens où les nouvelles qui citeraient un grand nombre de pays auraient une influence supérieure sur le résultat à celles en citant peu. Ainsi, une procédure de pondération des citations est mise en place pour assurer que chaque unité de contexte (l’item RSS) ait le même poids dans les résultats de l’analyse. Quel que soit le nombre de pays cités, un item vaut toujours 1 au total : s’il cite un pays, celui-ci prendra la valeur de 1 ; en revanche s’il en cite trois, ceux-ci prendront chacun la valeur d’1/3. Ces procédures de mesure et d’analyse de la spatialité textuelle sont appliquées de manière diachronique selon la périodisation déjà évoquée.

Fig. 3 : Les pays cités dans l’actualité migratoire en 2015

Fig. 3 : Les pays cités dans l’actualité migratoire en 2015

Les cercles proportionnels représentent la part de chaque pays du monde dans l’ensemble des articles du corpus relatif au fait migratoire. On observe, dans la première période, que la majorité de cette information se concentre sur l’Italie, la Libye et la Syrie, alors que dans la troisième période, l’information se concentre sur l’Allemagne, la Hongrie et la Syrie. Le potentiel de couverture médiatique est calculé par une méthode de lissage spatial du volume relatif des citations de pays dans le corpus (voir Grasland, 1999), mettant en évidence les structures spatiales des imaginaires géographiques de l’actualité migratoire. Les zones les plus foncées correspondent aux espaces concentrant le maximum de couverture médiatique.

Fig. 4 : Les pays cocités dans l’actualité migratoire en 2015

Fig. 4 : Les pays cocités dans l’actualité migratoire en 2015

La taille des liens entre pays est proportionnelle au nombre d’articles où ils apparaissent ensemble. Ainsi, la France et le Royaume-Uni apparaissent ensemble dans 228 articles au cours de la troisième période, montrant l’importance prise par les enjeux de Calais et de traversée de la Manche dans le discours médiatique au cours de la période. La taille des cercles est proportionnelle au degré de centralité des pays : les pays ayant un degré de 1 sont associés principalement à un seul autre pays dans le corpus. L’Italie et la Libye sont exclusivement associées entre elles au cours de la première période, soulignant une représentation bilatérale du phénomène, centrée sur les traversées du détroit de Sicile.

21Le premier résultat majeur de l’analyse géo-discursive de la couverture médiatique des migrations est la mise en évidence de la concentration spatiale des représentations synchrones avec l’intensification quantitative de la couverture. D’une représentation spatiale largement distribuée au cours de la période, cette géographie tend vers une très forte concentration sur le pourtour méditerranéen, ce qui semble évident compte tenu de l’ampleur des traversées maritimes au cours de la période. On y trouve des pays riverains de la Méditerranée (Syrie, Italie, Libye, par exemple), mais également des pays non riverains toutefois impliqués à différents niveaux dans les problématiques liés à la politique de gestion des flux migratoires de l’espace Schengen (Allemagne, Hongrie, Autriche). Néanmoins, une autre centralité migratoire émerge de la cartographie avec les pays localisés en Asie du Sud-Est : elle correspond à la couverture des migrations de la minorité Rohingya et à la politique sécuritaire mise en place par l’Australie. L’intensification de la couverture médiatique procède ainsi d’une sélection spatiale des phénomènes rapportés. Quant à l’analyse des cooccurrences, elle met en évidence la mise en système des espaces migratoires. La connexité du graphe augmente au cours du temps, dénotant une mise en récit globale et systémique des espaces de migration. On peut donc conclure que la crise migratoire observée dans les changements numériques n’est pas un artefact lié à l’accumulation de plusieurs crises migratoires, mais qu’elle correspond bien à l’émergence d’un problème socio-géo-politique d’échelle mondiale. L’exception du cas des Rohingyas est à noter : elle constitue une composante peu rattachée au groupe des pays euro-méditerranéens, et écartée de l’actualité médiatique par la plupart des journaux du corpus en fin de période, renforçant l’hypothèse d’un relatif consensus dans la géographie du traitement médiatique de la crise migratoire de 2015.

22Le second résultat est le basculement spatial opéré au cours du temps. Ce basculement est double, il y a d’abord un basculement de la Méditerranée centrale à la Méditerranée orientale. Au cours des premières périodes, le duo Italie-Libye domine le graphe, alors que les relations avec la Syrie et ses pays voisins se développent à la fin de l’été. Le second basculement est celui de l’européanisation des espaces de la crise migratoire. La période d’ambivalence correspond au développement des cooccurrences entre les pays des Balkans et la Hongrie. On peut donc observer pour chaque période des mises en ordre géopolitiques spécifiques qui contribuent à introduire la question migratoire dans les discours sur les problématiques transversales de la situation moyen-orientale et des frontières européennes (ouverture/fermeture, Schengen, contrôle des flux).

Visibilité et invisibilité dans l’espace et le temps

23L’analyse de la production médiatique d’une « crise migratoire » en 2015 propose un cadre pour l’analyse de la visibilité dans l’espace et le temps des objets socio-géo-politiques, au prisme de la théorie de l’agenda médiatique, appuyée sur trois postulats géographiques fondamentaux.

24D’abord, elle affirme la nécessité de prendre en compte l’hétérogénéité de l’espace mondial des circulations de l’information. La construction d’un corpus multi-situé et multilingue de sources comparables est fondamentale pour mesurer la dimension potentiellement globale de la dynamique de mise en crise des migrations dans la sphère médiatique.

25Deuxièmement, l’analyse de l’agenda doit être sensible aux changements d’échelle. La mise en évidence des modifications temporelles du régime quantitatif de la couverture des migrations et des changements géo-sémantiques associés invite à positionner les études de cas ciblées sur le discours médiatique dans les régimes quantitatifs et qualitatifs qui en constituent le contexte et la généalogie textuelle.

26Troisièmement, elle montre l’intérêt de l’analyse de la spatialité du discours pour mettre à jour la structure toponymique des représentations. Une lecture distante, à l’aune d’une géographie des États mobilisés dans les articles, permet déjà de montrer comment la « crise migratoire », en 2015, s’est progressivement réduite à un objet politique euro-centré.

Fig. 5 : Les mots clés utilisés pour l’identification de la thématique migratoire

Fig. 5 : Les mots clés utilisés pour l’identification de la thématique migratoire
Haut de page

Bibliographie

Babels (2018), Méditerranée : des frontières à la dérive, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin.

Beauchemin C., Ichou M. (2016), Au-delà de la crise des migrants : décentrer le regard, Paris, Karthala.

Berry M., Garcia-Blanco I., Moore K. (dir.) (2015), Press Coverage of the Refugee and Migrant Crisis in the EU: A Content Analysis of Five European Countries, report prepared for the United Nations High Commission for Refugees.

Bernardie-Tahir N., Schmoll C. (2014), « Islands and Undesirables: Introduction to the Special Issue on Irregular Migration in Southern European Islands », Journal of Immigrants and Refugees Studies, 12, p. 87-102. DOI : 10.1080/15562948.2014.899657.

Burgess J., Gold J. R. (dir.) (2016 [1985]), Geography, the Media and Popular Culture, Abingdon, Routledge.

Calabrese L. (2018), « Faut-il dire migrant ou réfugié ? Débat lexico-sémantique autour d’un problème public », Langages, 210, p. 105-124. DOI : 10.3917/lang.210.0105.

Capdepuy V. (2007), « La limite Nord/Sud », Mappemonde, 88. En ligne : https://mappemonde-archive.mgm.fr/actualites/lim_ns.html.

Chouliaraki L. (2013), « Re-Mediation, Inter-Mediation, Trans-Mediation », Journalism Studies, 14, p. 267-283. DOI : 10.1080/1461670X.2012.718559.

Chouliaraki L., Zaborowski R. (2017), « Voice and Community in the 2015 Refugee Crisis: A Content Analysis of News Coverage in Eight European Countries », International Communication Gazette, 79, p. 613-635. DOI : 10.1177/1748048517727173.

Cohen B. (1963), The press and foreign policy, New York, Harcourt.

Couldry N., McCarthy A. (dir.) (2004), MediaSpace: Place, Scale and Culture in a Media Age, Abington, Routledge.

Massey D. B. (2005), For space, Londres, Sage Publications.

De Genova N. (2013), « Spectacles of migrant “illegality”: The Scene of Exclusion, the Obscene of Inclusion », Ethnic and Racial Studies, 36, p. 1180-1198. DOI : 10.1080/01419870.2013.783710.

Dittmer J., Bos D. (2019), Popular Culture, Geopolitics, and Identity, Lanham, Rowman & Littlefield.

Escolar M. (2003), « Exploration, cartography and the modernization of state power », dans Brenner N., Jessop B., Jones M., MacLeod G. (dir.), State/Space: A Reader, Malden, Wiley-Blackwell, p. 27-52.

Grasland C., Lamarche-Perrin R., Loveluck B., Pecout H. (2016), « L’agenda géomédiatique international : analyse multidimensionnelle des flux d’actualité », L’Espace géographique, 45, p. 25-43. DOI : 10.3917/eg.451.0025.

Grasland C. (1999), « Lissage cartographique et animation spatio-temporelle : quelques réflexions théoriques et méthodologiques », Travaux de l’Institut géographique de Reims, 101-104, p. 83-104. DOI : 10.3406/tigr.1999.1386.

Grasland C. (2019), « International News Flow Theory Revisited through a Space–Time Interaction Model: Application to a Sample of 320,000 International News Stories Published through RSS Flows by 31 Daily Newspapers in 2015 », International Communication Gazette.DOI : 10.1177/1748048518825091. DOI supplemental material: 10.1177/1748048518825091.

Harley J. B. (1989), « Deconstructing the map », Cartographica: The international journal for geographic information and geovisualization, 26, p. 1-20.

Heller C., Pécoud A. (2017), « Counting Migrant Deaths at the Borders: From Civil Society’s Counter-Statistics to (Inter) Governmental Recuperation », Revue Européenne des Migrations Internationales, 33, p. 63-90. DOI : 10.4000/remi.8732.

Hilgartner S., Bosk C. L. (1988), « The Rise and Fall of Social Problems: A Public Arenas Model », American journal of Sociology, 94/1, p. 53-78. En ligne : https://www.jstor.org/stable/2781022.

Holmes S. M., Castañeda H. (2016), « Representing the “European refugee crisis” in Germany and beyond: Deservingness and difference, life and death », American Ethnologist, 43, p. 12-24. DOI : 10.1111/amet.12259.

Krzyżanowski M., Triandafyllidou A., Wodak R. (2018), « The Mediatization and the Politicization of the “Refugee Crisis” in Europe », Journal of Immigrants and Refugees Studies, 16, p. 1-14. DOI : 10.1080/15562948.2017.1353189.

Lebart L., Salem A. (1994), Statistique textuelle, Paris, Dunod.

Lévy J. (2008), L’invention du monde, Paris, Presses de Sciences Po. En ligne : https://www.cairn.info/l-invention-du-monde--9782724610413.htm.

McCombs M. E., Shaw, D. L. (1972), « The Agenda-Setting Function of Mass Media », Public opinion quarterly, 36, p. 176-187. DOI : 10.1086/267990.

Migreurop (2017), Atlas des migrants en Europe : approches critiques des politiques migratoiresInternational News Flow Theory Revisited through a Space–Time Interaction Model: Application to a Sample of 320,000 International News Stories Published through RSS Flows by 31 Daily Newspapers in 2015, 3e édition, Paris, Armand Colin.

Östgaard E. (1965), « Factors Influencing the Flow of News », Journal of Peace Research, 2, p. 39-63. DOI : 10.1177/002234336500200103.

Pincemin B. (1999), « Construire et utiliser un corpus : le point de vue d’une sémantique textuelle interprétative », dans Condamines A., Pery-Woodley M.-P., Fabre C. (dir.), Corpus et TAL : pour une réflexion méthodologique, p. 26-36.

Rastier F., Pincemin B. (1999), « Des genres à l’intertexte », Cahiers de praxématique, 33, p. 83-111. En ligne : https://journals.openedition.org/praxematique/1974.

Schmoll C., Thiollet H., Wihtol de Wenden C. (2015), Migrations en Méditerranée, Paris, CNRS Éditions.

Severo M., Lamarche-Perrin R. (2018), « L’analyse des opinions politiques sur Twitter », Revue francaise de sociologie, 59, p. 507-532. DOI : 10.3917/rfs.593.0507.

Triandafyllidou A. (2018), « A “Refugee Crisis” Unfolding : “Real” Events and Their Interpretation in Media and Political Debates », Journal of Immigrant & Refugee Studies, 16, p. 198-216. DOI : 10.1080/15562948.2017.1309089.

Haut de page

Notes

1 Ce projet a bénéficié des financements du programme de recherche et d’innovation H2020 de l’Union européenne par la convention de financement no 732942.

2 L’intérêt de ce quotidien maltais pour une étude sur les représentations des migrations internationales dans la presse est qu’il est édité dans un État insulaire situé sur la frontière externe de l’UE et relativement proche de l’un des principaux points de passage en Méditerranée (canal de Sicile).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les journaux du corpus
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/6235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 2 : Dynamiques temporelles de la couverture du fait migratoire en 2015
Légende Le graphique représente le volume d’information consacré au fait migratoire rapporté au nombre total d’articles publiés pour chaque journal dans la rubrique « international » de leur site web. L’entrelacs des courbes blanches représente la dynamique de chaque quotidien, alors que les courbes de tendance – en noir – représentent la trajectoire de 5 profils de tendance des journaux vis-à-vis de la couverture de l’actualité migratoire, calculés sur la base d’une discrétisation par quantiles de l’ensemble des quotidiens. La semaine du 31 août, par exemple, près la moitié des médias mentionne le fait migratoire dans au moins 23 % de leurs titres. Les 1/10e des journaux qui mentionnent le moins la crise la mentionne dans au moins 13,5 % des cas ; les 1/10e des journaux qui les mentionnent le plus, dans au moins 32 % (c’est le cas, par exemple de quelques journaux comme le quotidien algérien El Watan).
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/6235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 : Les pays cités dans l’actualité migratoire en 2015
Légende Les cercles proportionnels représentent la part de chaque pays du monde dans l’ensemble des articles du corpus relatif au fait migratoire. On observe, dans la première période, que la majorité de cette information se concentre sur l’Italie, la Libye et la Syrie, alors que dans la troisième période, l’information se concentre sur l’Allemagne, la Hongrie et la Syrie. Le potentiel de couverture médiatique est calculé par une méthode de lissage spatial du volume relatif des citations de pays dans le corpus (voir Grasland, 1999), mettant en évidence les structures spatiales des imaginaires géographiques de l’actualité migratoire. Les zones les plus foncées correspondent aux espaces concentrant le maximum de couverture médiatique.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/6235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 : Les pays cocités dans l’actualité migratoire en 2015
Légende La taille des liens entre pays est proportionnelle au nombre d’articles où ils apparaissent ensemble. Ainsi, la France et le Royaume-Uni apparaissent ensemble dans 228 articles au cours de la troisième période, montrant l’importance prise par les enjeux de Calais et de traversée de la Manche dans le discours médiatique au cours de la période. La taille des cercles est proportionnelle au degré de centralité des pays : les pays ayant un degré de 1 sont associés principalement à un seul autre pays dans le corpus. L’Italie et la Libye sont exclusivement associées entre elles au cours de la première période, soulignant une représentation bilatérale du phénomène, centrée sur les traversées du détroit de Sicile.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/6235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Titre Fig. 5 : Les mots clés utilisés pour l’identification de la thématique migratoire
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/6235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Leconte, Étienne Toureille et Claude Grasland, « La production médiatique d’une « crise migratoire » », Socio-anthropologie, 40 | -1, 181-199.

Référence électronique

Romain Leconte, Étienne Toureille et Claude Grasland, « La production médiatique d’une « crise migratoire » », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6235 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.6235

Haut de page

Auteurs

Romain Leconte

Romain Leconte est agrégé de géographie, doctorant à l’université Paris Diderot (UMR 8504 Géographie-cités), et chercheur associé au laboratoire Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique (Dicen-IDF). Il participe au projet H2020 Opinion Dynamics and Cultural Conflict in European Space (ODYCCEUS) sur l’analyse et la modélisation des dynamiques d’opinion dans les médias. Sa thèse articule géographie et sciences de l’information et de la communication en vue d’étudier la dimension territoriale des discours médiatiques. L’analyse porte en particulier sur les contenus géopolitiques des différentes représentations des frontières européennes dans la presse généraliste.

Étienne Toureille

Étienne Toureille est post-doctorant au sein du Collège international des sciences territoriales dans le cadre du projet H2020 Opinion Dynamics and Cultural Conflict in European Space (ODYCCEUS) et chercheur associé à l’UMR 8504 Géographie-cités. Il a soutenu, en 2017, une thèse qui porte sur l’analyse de la dimension spatiale des représentations sociales du terme d’« Europe », notamment au travers d’enquêtes menées auprès d’une population d’étudiants turcs : La Turquie en Europe, la Turquie dans le monde : analyse d’une catégorie macro-régionale au regard d’une géographie des représentations de l’Europe et du monde turco-centrée. En privilégiant une grille de lecture par l’espace et les imaginaires géographiques, il s’intéresse à la construction des altérités et autres frontières dans les représentations sociales.

Claude Grasland

Claude Grasland est professeur de géographie à l’université Paris Diderot et directeur du Collège international des sciences territoriales (CIST). Ses travaux portent sur la modélisation des interactions et des discontinuités socio-spatiales pour l’analyse des espaces politiques et des représentations sociales. Ses travaux récents analysent la circulation internationale des nouvelles dans la presse. Il a coordonné le projet ANR Corpus Géomédia et participe au projet H2020 Opinion Dynamics and Cultural Conflict in European Space (ODYCCEUS).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals