Navigation – Plan du site
Image

Mare Tenebrarum1

Anna Konik
p. 225-227
Traduction(s) :
Mare Tenebrarum1

Texte intégral

  • 1 Traduction de l’anglais : Anne Brunet.

1Inévitablement, la mer est en train de se transformer en une fosse commune débordant d’espoirs et de rêves inaccomplis de mener une vie meilleure et plus heureuse, une vie empreinte d’un sens de la justice. La mer n’en finit plus de recracher les corps des migrants sur les côtes de l’Italie, de la Grèce et de la Turquie - des femmes, des hommes et des enfants, leurs jouets, leurs chaussures, leurs vêtements.

2Ici, nous voyons le corps d’une femme anonyme.

3Sa peau, autrefois caressée par les rayons du soleil et effleurée par une brise légère, est maintenant cadavérique et recouverte de sable mouillé, froid.

4Ses mains mortes, avec les doigts repliés sur la poitrine, sont posées sur un téléphone portable, qui contient peut-être la trace de son ultime conversation et qui est emballé dans un préservatif.

5Un blouson noir en cuir est plié en dessous et conserve encore la chaleur de son corps.

6Un collier de perles est attaché autour de son cou, symbolisant l’innocence, la sublimité, la pureté, le sacrifice, les larmes.

7Un tel fragment photographique est-il capable de refléter l’horreur de l’existence humaine qui se manifeste si violemment dans les tragédies des réfugiés d’aujourd’hui ? 

8La Pinacothèque de Brera à Milan abrite dans sa collection La Lamentation du Christ mort de Mantegna. Cette peinture de renommée mondiale représente le corps du Christ d’une manière incroyablement simple. Son visage meurtri, tourmenté, et pourtant serein, attire fortement l’attention et suscite un sentiment de profonde tristesse. Ce sont des émotions semblables qui nous submergent à la vue du corps de la femme, embaumé avec du sable, gorgé d’eau de mer, tourmenté comme le corps du Christ. Au premier abord, le point de vue rapproché adopté pour chacune de ces deux images ne permet guère de distinguer de détails. Ce n’est qu’après un certain temps que nous discernons le corps torturé. Les deux images sont imprégnées d’un sentiment d’anéantissement et de désespoir. Elles offrent toutes deux un témoignage silencieux, mais évident, de la fragilité de nos vies et dégagent une impression de malheur imminent.

9Quand un homme ou une femme meurt, leur histoire prend fin.

10Lorsque des millions de migrants sacrifient leur vie en luttant pour la liberté et pour une vie décente, leur mort devient le reflet de notre négligence. Elle constitue également un doigt accusateur pointé sur le monde systémique composé d’États nationaux et d’églises nationales, lesquels érigent tous leurs murs comme autant de signes de rejet. Ceux-là, retranchés dans leur propre monde, donnent naissance à cette figure de l’Autre, d’une personne qui concentre en elle toutes les peurs passées et présentes accumulées comme du venin tout au long de l’histoire. Ces peurs insurmontables, qui menacent de renverser l’ordre établi, rendent les communautés hermétiques et entravent la liberté.

11L’Autre possède toutes les caractéristiques que l’on qualifie de marginales : une langue étrangère, ainsi qu’une couleur de peau, une culture et une religion différentes. À la frontière entre l’Autre et le Même, se dressent les murs actuels. Ces murs sont présents où que nous soyons, quelles que soient les positions démocratiques officiellement proclamées. Ils continuent d’occuper nos esprits et créent des divisions. Ils rendent la situation déjà difficile des exclus encore plus désespérée. C’est là un problème extrêmement grave, douloureux et honteux du monde moderne.

12En réalité, les défenses érigées autour de la « forteresse européenne » sont bien plus redoutables que les frontières entre États ou entre confessions religieuses. Elles servent principalement de frontières séparant les individus, poussant l’homme à s’élever contre son frère, suscitant une peur qui mène à l’exclusion et à la perte du sentiment d’appartenance. Dès lors, la vie perd de sa valeur et peu s’en faut pour que sa nature fragile devienne anodine. La migration massive de personnes originaires d’Afrique et du Moyen-Orient dont nous sommes témoins aujourd’hui trouve ses racines dans le passé colonial de l’Europe et résulte de divers facteurs économiques, humanitaires, militaires et politiques actuellement en jeu. Ces individus quittent leur famille et leur maison pour sauver leur vie et celle de ceux qui sont restés au pays.

13L’importance des risques pris dépend du montant qu’ils peuvent payer à la mafia des passeurs qui s’en prend aux migrants infortunés. Et cela ne représente que le début du cycle d’atrocités dans lequel ils sont sur le point de s’embarquer. En effet, très peu d’histoires de ce genre ont une fin heureuse et d’innombrables migrants cherchent encore une nouvelle vie fondée sur l’empathie et l’acceptation, au mépris d’une dissemblance intrinsèque.

14Peut-être devrions-nous voir dans la mort inutile de cette migrante anonyme non seulement l’incarnation de la tragédie humaine et de l’injustice flagrante, mais aussi un reflet de notre propre vice.

15Mais ne sommes-nous pas trop aveuglés pour voir quoi que ce soit ?

16J’ai l’impression de sentir ce sable dans ma bouche.

Haut de page

Notes

1 Traduction de l’anglais : Anne Brunet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Konik, « Mare Tenebrarum », Socio-anthropologie, 40 | -1, 225-227.

Référence électronique

Anna Konik, « Mare Tenebrarum », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6355 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.6355

Haut de page

Auteur

Anna Konik

Anna Konik a étudié à la faculté de sculpture de l’Académie des beaux-arts de Varsovie ; elle y obtient en 2012 un doctorat au sein du département des médias et de la scénographie. Elle a également été actrice au théâtre de l’Académie à Varsovie, et étudié dans les ateliers de Krzysztof M. Bednarski (1996-1997) et de Grzegorz Kowalski (1997-2000). Son travail artistique comprend des installations vidéo, des objets, de la vidéo, de la photographie et des dessins. En 2010 et 2011, elle a collaboré avec la faculté de design de mode du département de design de l’Académie des beaux-arts de Varsovie. En 2014/2015, elle a été membre de l’Institut d’études avancées de Nantes. Ses œuvres sont souvent centrées sur les frontières – construites et renforcées par la nationalité, la race et la langue –, interrogeant l’appartenance, l’empathie, et appelant à être l’autre – le réfugié, le migrant, l’illégal, le non-désiré.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals