Navigation – Plan du site
Varia

« Quoi faire » en attendant l’intervention ?

Le professionnalisme pompier à l’épreuve de l’attente1
Killing Time between Call-outs: Waiting in the Firefighting Profession
David Mélo et Céline Rosselin-Bareille
p. 231-246

Résumés

Cet article se propose d’examiner la question de l’attente au travail à partir d’une enquête empirique dans une « caserne » de sapeurs-pompiers. Rompant avec les études centrées sur le mal-être lié à l’intervention, l’analyse de l’activité réelle de travail invite à ouvrir la « boîte noire » du temps hors intervention pour le considérer non pas comme le négatif de l’intervention, mais comme un temps de travail à part entière. L’enquête montre, à partir du croisement de travaux sur les questions du sens au/du travail, du care et de la culture matérielle, comment les stratégies d’adaptation à l’attente se heurtent aux techniques du corps des hommes au travail et à la construction symbolique et matérielle d’une culture professionnelle masculine autour de l’intervention, provoquant ainsi un mal-être au travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été effectuée dans le cadre d’une convention avec un Service départemental d’inc (...)

1La question de l’attente au travail concerne différents contextes professionnels, des professions de l’urgence (sapeurs-pompiers, ambulanciers) aux tâches de contrôle à distance des automates, en particulier dans les industries de process, sans oublier les tâches en partie automatisées s’appuyant sur des dispositifs techniques (conducteurs de train, par exemple). Elle participe du temps contractuel de travail, et fait l’objet, chez les pompiers professionnels, d’une rémunération selon un système d’équivalences horaires. Pourtant, la question de l’attente au travail n’est guère abordée frontalement, se glissant le plus souvent dans les interstices d’une analyse du temps de travail dit objectif et ceci d’autant plus systématiquement dans les travaux sur les sapeurs-pompiers.

  • 2 Ce constat est valable à l’échelle nationale. Il ne s’applique toutefois pas à la Brigade de sapeu (...)
  • 3 Cette focale se distingue de celle de G. Pruvost (2011) pour qui les « coulisses » du travail sont (...)
  • 4 Ce que le langage courant tendrait d’ailleurs à désigner comme un « temps mort ».

2L’économie générale a priori du travail pompier est en effet dominée par le temps de l’intervention et, d’une manière plus large, une survalorisation de l’action (Pudal, 2016). Le temps de l’attente, qui peut occuper la plus grande part du temps effectif de travail2, n’est pas planifié en tant que tel : c’est un « entre deux interventions ». La spécificité des sapeurs-pompiers tient pour une grande part à ce déséquilibre maîtrisé et fonctionnel entre temps de l’intervention et temps hors intervention (Boullier, Chevrier, 2000), faisant ainsi du rapport au temps le soubassement d’une identité temporelle de métier (Kanzari, 2008). Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que l’étude du stress pompier se centre sur le stress lié à l’intervention : adaptation aux conditions mouvantes de l’intervention, gestion du collectif, gestion psychologique post-intervention et stress post-traumatique (De Keyser, Hansez, 1996 ; De Soir, 1999 ; Hodgkinson, 1990 ; Parkes, 1986 ; Ponnelle, Vaxevanoglou, 1998). À la manière d’autres mondes du travail, les manifestations de mal-être sont reliées, soit à une contrainte d’urgence ou à un excès de sollicitations (Aubert, 1999 ; Gollac, Volkoff, 2000 ; Hatzfeld, 2004), soit à la relation aux victimes (Weller, 2002). Cet article propose de déplacer la focale pour prendre au sérieux l’attente comme temps de travail à part entière3 ; la situation de travail des pompiers étudiés durant les temps hors intervention révèle en effet un mal-être lié à un manque de sollicitations4.

  • 5 « Décaler » désigne le départ en intervention.

3Le centre de secours principal au sein duquel s’est déroulée l’enquête n’assure en moyenne que six à sept interventions par jour et certains pompiers achèvent leur garde sans avoir « décalé5 ». En dépit de la rareté des interventions, il leur faut néanmoins rester présents, dans les « murs ». Sollicités, il doivent être pleinement disponibles et rapidement opérationnels pour faire face à des situations dominées par l’urgence et, souvent, les drames humains. Le temps hors intervention se caractérise ainsi par la nécessité pour les pompiers de demeurer dans un état de « qui-vive » (Douesnard, 2010).

4C’est un fait acquis que la mise en forme a priori du travail pompier est commandée par une question centrale : comment faire face à l’intervention, à des situations d’urgence où « l’action est mise sous une pression rarement atteinte dans d’autres univers » (Boullier, Chevrier, 2000) ? Or, le quotidien de travail au sein de la caserne étudiée se polarise, du point de vue des pompiers, autour d’une question pratique sensiblement différente : « quoi faire », en attendant l’intervention ? L’enquête invite ainsi à examiner positivement cette attente, afin de comprendre ce paradoxe : pourquoi l’attente, alors même qu’elle occupe structurellement la plus grande part du temps effectif de garde au sein de la caserne étudiée, suscite-t-elle une telle anxiété chez les pompiers ?

5Ce faisant, l’enquête apporte un éclairage nouveau sur l’attente au travail. Elle souligne, à partir de travaux sur les questions du sens au/du travail (Bernoux, 1979 ; Linhart, 2008 ; Clot, 2010 ; Mélo, 2010), du care (Molinier et al., 2009) et de la culture matérielle (Julien, Rosselin, 2005), comment les stratégies d’adaptation à l’attente heurtent à la fois les logiques d’action des hommes au travail et la construction symbolique et matérielle d’une culture professionnelle masculine autour de l’intervention, provoquant ainsi un mal-être. Dans une certaine mesure, l’adaptation à l’attente va à l’encontre de ce qui fait le pompier.

La résistible emprise de la planification

Quelle planification du temps hors intervention ?

  • 6 Sur les réformes ayant affecté le monde pompier, voir Padioleau (2002).
  • 7 À la différence de ce qu’a pu observer Douesnard (2010) au Québec, où les pompiers, regroupés en é (...)

6D’un point de vue formel, les pompiers ne sont pas « inoccupés » pendant le temps hors intervention. Employés du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS)6, les sapeurs-pompiers étudiés travaillent en caserne, dans un Centre de secours principal (CSP), et assurent des journées de garde d’une durée de 24 heures structurées a priori par un planning fixé en amont par la hiérarchie. Le temps hors intervention, loin d’être présenté comme un temps vacant, est donc un temps prescrit et comprend un ensemble de tâches imposées7.

  • 8 D’une manière générale, le « piquet » peut être défini comme la place assignée à un homme du rang (...)

7La journée de garde débute à 7 h 45 par un rassemblement de l’ensemble du personnel. L’appel est l’occasion de s’assurer de la présence de l’ensemble des pompiers de garde ; d’affecter chaque pompier à un engin donné pour les 24 heures à venir, ou « piquets8 d’incendie » ; d’énoncer, enfin, les thèmes respectifs du sport matinal et de la manœuvre à venir. À 8 h 00, les sapeurs-pompiers doivent vérifier le matériel : contrôle du bon fonctionnement des véhicules, des niveaux et du matériel embarqué à bord de l’engin. À 8 h 30, ils se retrouvent pour la séance de sport matinale. Celle-ci présente un triple objectif : préparer les pompiers aux tests annuels reconnaissant leur aptitude de sapeur ; entretenir et parfaire leur condition physique pour pouvoir faire face à toutes les situations d’intervention ; souder le collectif et accroître l’esprit d’entraide, pour favoriser l’articulation des hommes en situation d’intervention. Pour cela, la séance matinale alterne entre activités visant à augmenter les capacités physiques de chacun et sports d’équipe. À 11 h 00, les pompiers se retrouvent pour une manœuvre. Replacés dans des situations d’intervention, ils répètent les « bons gestes », règlent leurs automatismes, que l’opération concerne un incendie ou un secours à personne. Ce créneau horaire d’une heure est parfois occupé par un cours théorique ou par la découverte, le cas échéant, de nouvelles techniques et de nouveaux outils. Après le repas de midi, suivi d’une pause, les pompiers sont convoqués à un nouveau rassemblement à 14 h 00 pour être informés de la répartition des tâches pour l’après-midi. À partir de 14 h 10, chaque sapeur-pompier de garde est affecté à un service du centre de secours. Certains vérifient de nouveau les engins, d’autres préparent les manœuvres des prochaines gardes, font de la prévention, gèrent des feuilles d’effectifs, ou font de l’entretien de véhicules. De 17 h 00 à 18 h 00, la séance de sport de l’après-midi, à la différence de celle du matin, est laissée à la diligence des sapeurs-pompiers. À 19 h 30, les sapeurs-pompiers se retrouvent pour le dîner, chacun sortant son repas du sac. Jusqu’à la relève du lendemain matin (à 7 h 45), aucune activité n’est formellement prévue par le planning.

8Dans les faits toutefois, il apparaît que ce travail de prescription « cadre » faiblement le temps hors intervention.

Une prescription « flottante » et ambiguë

9La prescription apparaît assez « lâche » et laisse des plages horaires non occupées : pause entre 10 h 30 et 11 h 00, coupure méridienne, nuit. Par ailleurs, elle définit des missions et des objectifs à remplir sur de longues plages horaires, plus que des opérations à réaliser dans un temps calibré. Certaines séquences sont laissées libres, sans pour autant être explicitement confiées aux pompiers. Les autres sont réparties, mais leur réalisation ne semble pas faire l’objet d’un contrôle ni par la hiérarchie, ni par les hommes de rang.

10Il s’agit en outre d’une prescription dépendant, y compris dans sa forme temporelle, des sollicitations pour interventions : appelés, les pompiers doivent arrêter immédiatement les tâches en cours. Le temps hors intervention est donc un temps prescrit, mais suspendu à des évènements.

11Enfin, si, en première lecture, le planning sert à organiser la préparation de l’intervention, un examen plus approfondi montre qu’il recouvre aussi des tâches éloignées des exigences opérationnelles de l’intervention : tâches administratives notamment, nettoyage des chambres ou des engins. À cet égard, les objectifs assignés à la séance de sport matinale sont ambigus. S’agit-il de préparer des tests physiques qui définiront la capacité d’être pompier ou de se préparer effectivement à l’intervention ? Dans le premier cas (objectif d’évaluation interne), la séance de sport devient un moyen de juger des aptitudes, de sanctionner le maintien de l’activité pompier ; dans le second (objectif d’efficacité opérationnelle), les pratiques sportives sont en harmonie avec la définition même de leur profession par les pompiers. Les règles servent ainsi autant un objectif de normalisation et de contrôle qu’un objectif d’efficacité productive.

Le temps hors intervention prescrit : un « sale boulot »

12De surcroît, de nombreuses tâches prescrites durant le temps hors intervention font l’objet d’une dévalorisation : aux yeux des pompiers, elles font figure de « sale boulot » (Hugues, 1996) et sont l’objet d’ une ironie appuyée : « Ici, on passe un BEP de technicien de surface ! La vérité ! », fustige Paul. Un autre renchérit : « Moi, j’aurais passé un concours de secrétaire, ç’aurait été pareil. Regarde, sur les 24 heures de garde, avec la neige, j’ai passé 12 heures de balayage. Clairement, quand je rentre chez moi, je suis déçu : j’ai l’impression d’être payé à ne rien faire » (Greg).

13De cette casuistique commune opposant « vrai travail » et « sale boulot »résulte une division morale du travail. Le travail comprend un ensemble de tâches d’inégale dignité du point de vue des pompiers. Or, les tâches inégalement valorisées sont aussi inégalement réparties au sein du corps pompier : les professionnels essaient de se protéger de ces tâches présumées attentatoires au professionnalisme pompier et entreprennent de se décharger de celles-ci sur les volontaires qui sont d’autant plus indignés qu’ils partagent une même conception de leur travail : « Nous, on fait toutes les merdes ! » À leur tour, les professionnels dénoncent à l’enquêteur les « privilèges » supposés des volontaires :

Bah, ça crée des tensions, oui et non. Parce qu’on a des gens qui viennent et qui ne branlent rien, et qui foutent rien, qui en font un minimum. Par contre, y vont toucher 15 gardes. 15 gardes par mois ! Plus qu’un pro’ ! Parce que les professionnels sont tenus en gros à 10-12 gardes au maximum. Et, eux, les volontaires ne sont pas astreints à ce minimum. (Gérard)

14Au-delà de ce jeu d’accusations croisées qui divisent le collectif pompier, le temps hors intervention interroge très pratiquement les pompiers : « quoi faire » pour occuper l’attente ?

Les pompiers aux prises avec l’attente

L’adaptation à l’attente : le temps du « bricolage »

15Si les pompiers déploient, jusqu’à un certain point, des « parades » pour s’adapter à cette attente, il reste que leurs stratégies relèvent davantage du « bricolage » ou du « braconnage » (de Certeau, 1990) que d’une appropriation positive, et cela selon diverses modalités.

16Une première modalité d’adaptation à l’attente consiste en un détournement de la planification. Le nettoyage des véhicules, qui fait partie des figures imposées par la hiérarchie, donne lieu à des stratégies visant à dilater le temps. Ainsi, lors d’un après-midi sans intervention, le nettoyage du Fourgon pompe-tonne (FPT) occupe quinze sapeurs de garde. Une fois le sol du véhicule aspergé d’eau à l’aide d’un jet, les hommes rentrent dans le camion avec leurs rangers pour en sortir les caisses à outils, nettoient le sol, puis rangent les caisses à outils dans le véhicule pour, enfin, nettoyer à nouveau le sol. Devant cette organisation, le chercheur se permet de leur suggérer des améliorations.

– Non, non, répond Régis, tout est organisé, parce que sinon on en a pour un quart d’heure. Mais là c’est très sale [ton ironique], faut au moins repasser deux fois !
– En plus, faut qu’on se relaie, parce que là, je dois tenir la clope de Jean (Christian).
– Et moi, je dois aller aux toilettes et comme c’est à mon tour de passer le jet, bah, il sont contraints de m’attendre. C’est bête, hein ? On dirait qu’on perd du temps… (Claude).

17Le « manège », décrit ci-dessus, invite à un rapprochement entre l’attitude des pompiers étudiés face à l’attente et une culture ouvrière du rapport au corps valorisant l’action et l’activité, y compris hors travail (Loriol, 2000). Il est également révélateur d’une forme de distance réflexive teintée d’humour et de dérision.

18La ritualisation de certaines activités, comme les pauses café et la séance de sport de l’après-midi, constitue la deuxième parade que déploient les pompiers pour s’adapter à l’attente. Nous avons souligné plus haut l’ambiguïté des objectifs de la séance de sport du matin qui, imposée jusque dans son contenu, (« C’est plus du sport cette séance, c’est du travail ! », selon Christian), entraîne la mise en place de stratégies pour ne pas y assister : blessures simulées, dispenses de connivences, repos posés les jours de natation et de courses à pied, changement de « piquet » pour être sur intervention et ne pas pratiquer.

19De son côté, la pause café rassemble, tout en respectant la hiérarchie, les hommes de rang et les officiers, à tous les intertemps planifiés (avant la prise de garde, après le repas de midi, avant le sport, après le dîner). Temps de détente, de libération de la parole, de « vannage » et de « cassage », où blagues et humour sont de mise, la pause café est aussi une activité-repère qui vient rythmer le quotidien de la caserne, briser la continuité pour dominer le temps et le rendre supportable (Jardel, 2000).

20Pascale Molinier (2005) a démontré l’importance du bavardage chez les soignantes : surtout autour d’un café, et en tant qu’espace-temps de la moquerie, de la dérision et de l’autodérision, il aide à la gestion des événements fortement anxiogènes. L’humour est ainsi une ressource défensive collective dans laquelle puisent également les pompiers. Toutefois, dans des situations d’attente exacerbées, le bavardage ne remplit plus son rôle de régulateur potentiel de tension, mais, au contraire, conduit à la dégradation des relations de travail : « Si on décalait plus, on ferait moins de commérage, du coup l’ambiance serait meilleure » (Christian). Au total, si certaines activités, non planifiées a priori, mais ritualisées dans les faits, présentent une forme d’efficacité au sens où elles permettent de conférer un certain rythme et une certaine régularité au temps de l’attente, il n’en demeure pas moins qu’elles ne parviennent pas à instaurer un véritable ordre stable. Ce sont des rituels privés d’une partie de leurs prérogatives : les pompiers eux-mêmes ne les valorisent guère et ne « croient » guère en eux, n’étant même pas enclins à afficher et mettre en scène, voire à feindre, un certain respect à leur égard. Dès lors, la ritualisation ne parvient pas à réduire l’anxiété, et l’intervention demeure à leurs yeux cette échappatoire : « Grosse journée aujourd’hui ! Ca fait du bien, pendant ce temps-là les gens ne racontent pas de conneries ! » (Christian).

L’attente anxieuse de l’intervention

21En dépit des stratégies qu’ils mettent en œuvre, y compris le grignotage de bonbons « pour s’occuper », les pompiers ne parviennent donc pas vraiment à s’approprier l’attente. Ces stratégies permettent certes de combler les failles de la planification, mais ne parviennent pas à résorber l’anxiété attachée à l’attente de l’intervention. En témoigne cet échange saisi sur le vif au beau milieu d’une garde.

  • 9 Le stas’, ou stationnaire, désigne à la fois le lieu et la personne qui s’occupent de la réception (...)

Christian dit, en présence de collègues, son impatience devant une attente qui n’en finit pas : « C’est quand que ça décale ?! »
En écho, le chercheur interroge : « Pourquoi vous êtes si pressés de partir en intervention ? »
Jacques répond aussitôt : « C’est le seul moment où on sort. Putain, quand t’es de stas’9, t’es 24 heures là-dedans [il désigne la caserne avec les deux mains]. T’imagines ! Y’a de quoi se tirer une balle ! »

  • 10 Ce sentiment d’enfermement est à mettre en relation avec les multiples changements intervenus ces (...)
  • 11 Alors même que la caserne est perçue d’ordinaire comme une « maison » (Douesnard, 2010 ; Kanzari, (...)

22L’attente est d’autant plus insoutenable que les pompiers se sentent comme prisonniers de la caserne, enfermés10 dans un lieu qui fait alors figure, à mesure que l’attente se prolonge, de huis clos étouffant11.

  • 12 En effet, l’ennui domine le travail des ouvriers de Donald Roy, alors que c’est l’attente qui est (...)
  • 13 Le travail de Meyer (2013) suggère une lecture différente. Dans la mesure où les activités permett (...)
  • 14 Le sélectif, ou bipeur, est le petit portatif noir attaché à la ceinture des pompiers. Cet apparei (...)

23Si l’attente des pompiers n’équivaut pas, tant s’en faut12, au travail monotone des ouvriers décrits par Donald Roy (2006), une même question se pose dans les deux cas : comment « habiller » ce temps morne, monotone et interminable13 ? Pour les pompiers, la réponse peut à tout moment venir de l’extérieur, d’une sollicitation pour intervention. L’appel est alors vécu comme une libération, comme l’illustre la scène suivante. Après une journée de garde, les sélectifs14 du véhicule de secours à victime (VSAV) vibrent « enfin ». Un trinôme ne cache pas sa joie. Jim, en levant la tête vers le plafond, comme pour remercier quelqu’un là-haut : « Putain, j’y croyais plus ! » Marcel, en serrant le poing et en ramenant le coude à sa taille : « C’est bon, ça ! »

  • 15 Du moins chez les pompiers professionnels (voir Ponnelle, Vaxevanoglou, 1998).

24L’appel est accueilli comme une manne providentielle ou, plus simplement, comme un dénouement heureux après un corps-à-corps éprouvant avec l’attente. L’entrée dans la phase opérationnelle charrie des émotions positives, de la gaieté à l’euphorie15. Lorsque le chercheur demande aux pompiers de décrire l’instant précis de l’appel, Christian répond sans hésiter :

Attends, tu peux demander à tous les mecs ici. Ça t’excite. T’es content. T’as le cœur qui s’emballe et tu sens que ça pulse à l’intérieur. J’ai bien résumé ?

25Pourtant, cette attente mal vécue n’est pas ignorée par la hiérarchie. Un délégué syndical, s’adressant au chef de centre :

« Tu sais, le manque d’inter’, c’est à l’échelle nationale. »
Le chef de centre : « Oui, je sais, mais… »
Un délégué syndical, interrompant le chef de centre : « Mais le problème des conflits internes, c’est dans tous les centres aussi ! Tes mecs, là, en bas [en désignant la remise par la fenêtre], ils sont stressés parce que ça part pas et qu’en plus ils sont vingt à attendre que ça parte ! Alors, augmentation d’effectifs et baisse du boulot, c’est beau ! C’est de la connerie ce qui se passe en ce moment ! »
Un autre délégué syndical renchérit : « On ferait 4 000 départs à l’année, on n’aurait pas ces problèmes-là. Là, chacun regarde l’autre : “Lui, il fait ci. Moi, je n’ai pas le droit de faire ça…” Ça va plus ! […]. »
Le chef de centre conclut : « Les gars ne s’adaptent pas ! »

26La réalité de l’attente est ainsi résumée à un déficit d’adaptation de la part des pompiers et est in fine occultée. Le mal-être résulte partiellement du déni organisationnel du temps de l’attente comme activité (Molinier, 2011), à l’œuvre tant du côté des pompiers eux-mêmes, qui n’en éprouvent aucune conscience fière, que de leur hiérarchie, qui se refuse à la prendre réellement en considération, à la reconnaître comme telle et, ce faisant, à remettre sur le métier la définition du… métier de pompier au quotidien.

La culture professionnelle de l’intervention contre l’appropriation de l’attente

27Les pompiers ne parviennent pas à se saisir positivement de l’attente et l’anxiété domine. Leurs stratégies d’adaptation ne traduisent pas une appropriation de l’attente adossée à une identité collective positive ou fière (Bernoux, 1979). Au contraire : l’appropriation est empêchée par une culture professionnelle de l’intervention.

Des compromis opératoires introuvables

28L’attente ne saurait être occupée par des activités à fort engagement corporel ou cognitif, puisque les pompiers sont confrontés à la double contrainte d’occuper le temps hors intervention, tout en demeurant opérationnels. Cette double contrainte a été étudiée dans différents milieux de travail, et Yves Clot (1997) parle d’instrumentations psychiques à propos de ces « distractions professionnelles visant à rester actif ».

29Or, les stratégies déployées par les pompiers pour occuper le temps de l’attente peuvent échouer à déboucher sur de tels compromis opératoires. Laissée à la diligence des pompiers, la séance de sport de l’après-midi offre ainsi le spectacle saisissant d’un défoulement général, plus que de la maîtrise de soi caractéristique des pratiques sportives codifiées : contacts frontaux, engagement physique intense. Les nombreuses blessures consécutives à cette séance attestent de ce (trop) fort investissement corporel, qui va à l’encontre des contraintes supposées peser sur leurs stratégies et entérine une dissociation entre les modes concrets d’occupation de l’attente, qui peuvent aussi constituer des moments de socialisation au groupe, et les impératifs opérationnels de l’intervention. Les compromis opératoires apparaissent d’autant plus introuvables que les stratégies d’adaptation à l’attente entrent en tension avec une construction technicienne et genrée de la culture professionnelle.

« Bricolage » de l’attente versus maîtrise technique de l’intervention

30De surcroît, la logique de « bricolage » déployée pour s’adapter à l’attente percute la logique de maîtrise technique qui gouverne l’intervention et sa préparation : être pompier, c’est être un homme d’action, c’est être dans le faire utile : « Quand on part en inter’, on se dit qu’on va enfin faire notre boulot ! » (Greg). D’ailleurs, dans le centre de secours étudié, le faible nombre d’interventions par jour pousse certains à renoncer à monter en grade pour « décaler » plus souvent ou, pour le dire autrement, pour tenter de faire coïncider l’image qu’ils se font de leur profession, adossée à une culture matérielle de l’intervention, avec la réalité.

  • 16 Boullier, Chevrier, 2000, p. 147.

31Nous sommes loin ici des conditions de travail décrites par Boullier et Chevrier analysant finement la planification de l’intervention, propre à la temporalité de leur terrain d’étude, et la technicité en intervention : «  […] les sapeurs-pompiers ne “bricolent” pas, ils ne construisent pas avec ce qu’ils ont sous la main, ils assemblent des éléments préformatés16 ». Les pompiers apprennent ainsi à articuler des compétences, à s’articuler entre eux (horizontalement et verticalement) et à s’articuler avec une culture matérielle faite d’objets techniques et de véhicules.

32La dimension technique, nécessaire opérationnellement, obéit également à une logique de maîtrise des affects face aux corps blessés. Elle se présente en ce sens comme une ressource contre l’emprise des émotions, tenues à distance : « En fait, ce qu’il ne faut surtout pas et qui m’a détruit une fois, c’est faire de l’empathie : c’était un môme » (Patrick). À l’opposé, la maîtrise technique, avec ce qu’elle implique d’objets, d’engagement corporel, d’organisations, – outre la couleur des véhicules, le bruit des sirènes, l’uniforme – rend visible le travail pompier. En ce sens, il s’opposerait aux métiers du care qui le sont peu, comme le montre une nombreuse littérature sociologique sur le sujet : savoir-faire discrets et conditions du succès invisibles confondus avec une aptitude féminine « naturelle ».

L’attente comme atteinte à un professionnalisme masculin

  • 17 À l’attente sont associées la passivité et la soumission à l’imposition d’une temporalité ou de dé (...)

33L’attente est culturellement conjuguée au féminin17 et le temps de l’attente, tel que l’occupent effectivement des pompiers, est celui des « commérages », « grignotages », « vannages ». Comme le montre Marina Yaguello (2002), les mots en « –age », opposés à ceux en « –isme », renvoient à un imaginaire de l’inaction, du superflu, de l’inutilité attribué à la sphère féminine. Les activités en « –age » sont d’ailleurs ignorées par la hiérarchie. En bref, l’attente incarne ce contre quoi les pompiers sont susceptibles de se construire en tant qu’hommes.

  • 18 Le P majuscule vient ici signifier la figure du pompier telle qu’elle est nourrie par les représen (...)

34Si le Pompier18 est nécessairement un homme, c’est que les gestes et la culture matérielle techniques, les espaces-temps de l’activité, sont des attributs participant à la construction corporelle sociale du masculin. C’est effectivement dans l’action, sur des engins, des lances, des vêtements propres à l’univers pompier et à la logique de l’intervention que se construisent les sapeurs en tant qu’hommes. Les travaux sur le genre ont bien montré que celui-ci ne se réduit pas à l’appropriation de symboles (celui du super-héros, par exemple) ou aux injonctions sociales (Boys don’t cry), mais est quotidiennement étayé par la culture matérielle (Guillaumin, 1992 ; Julien, Rosselin, 2005 ; Anstett, Gélard, 2012). Du côté des garçons, la déambulation dans l’espace public et son appropriation, les mouvements de l’ensemble du corps sont des techniques masculines qui s’opposent aux techniques du corps féminines de l’immobilité (Guillaumin, 1992).

  • 19 Les pompiers ne font pas exception dans le paysage professionnel. L’ensemble des professions à dom (...)
  • 20 Par exemple, quand des pompiers se croisent dans les couloirs du centre de secours après une inter (...)

35Se construire en tant que pompier, c’est aussi se construire en tant qu’hommes, conforter son identité masculine, et ceci entre hommes19. Les blagues sexistes, le dénigrement des tâches considérées comme féminines, les contacts virils20 sont l’illustration de cette mise en jeu du corps pompier, la virilité ne pouvant toutefois s’épanouir qu’adossée à des contretypes (Mosse, 1997). C’est assez logiquement que, durant une corvée de nettoyage, deux pompiers ironisent, puis s’agacent en se référant aux figures de l’homosexuel et de la femme :

– Eh, minou, tu peux me passer l’éponge et le produit récurrent, ma biche !
– Bien sûr, mon chat ».
Mais la blague tourne court : « Putain, merde, on n’est pas des gonzesses. Ca me fait chier de passer l’éponge, de nettoyer » (Greg), et Jean ajoute : « on n’est pas fait pour faire le ménage ! »

  • 21 Les femmes représentaient, en 2003, 8,1 % des sapeurs-pompiers, 2,2 % des professionnels et 8,6 % (...)

36La place occupée par les femmes pompiers n’est pas dégagée des stéréotypes rencontrés dans la société en général : la femme n’est pas un pompier comme les autres. Davantage que les entretiens, les verbalisations spontanées rendent compte d’un traitement double de celle-ci, entre la prostituée dénigrée et la « maman » sacralisée, rappelant les travaux d’Anne Saouter (2000) sur le rugby. Bien que le nombre de femmes augmente régulièrement21, les hommes de rang sont parfois sceptiques quant à la nécessité de monopoliser une place, dans les véhicules, pour une femme pompier. On préfèrera ainsi leur attribuer des tâches spécifiques durant les interventions : accompagner le mourant, rester auprès du blessé, remplissant ainsi une fonction d’écoute. Soumises à des tests d’aptitude « adaptés », les femmes doivent, par exemple, réussir un port de charge inférieure à celui d’un homme. Pourtant une jeune volontaire disait  : « Quand il y a un gars à sortir des flammes, je ne lui demande pas combien il pèse pour savoir si c’est moi ou un homme qui va le descendre. Il ne va pas perdre du poids sous prétexte que c’est moi qui dois le porter ! » (Émilie).

37De nombreuses recherches montrent que les femmes s’orientent majoritairement vers des professions du care, du soin, c’est-à-dire les métiers relationnels orientés vers autrui et invisibilisés (par exemple, Meda, 2008 ; Molinier et al., 2009.). Or, le métier de sapeur pompier est un métier d’assistance à autrui. Aussi, s’il reste une activité masculine, c’est qu’il est défini prioritairement par d’autres aspects qui, eux, excluent, au moins en théorie, la participation des femmes. Ces aspects concernent la maîtrise du temps et la maîtrise technique d’une culture matérielle de l’intervention, bien visible quant à elle. L’occupation effective du temps hors intervention se heurte donc à la définition genrée de la profession. Au regard de la construction identitaire masculine, l’attente est bien ce négatif de l’intervention : elle s’écoule au-dedans (la caserne), est assimilée à l’inaction, engage proportionnellement peu le corps dans des activités valorisées, c’est-à-dire en lien direct avec l’intervention.

  • 22 Il ne s’agit plus ici des « pores du travail » formés par la « transition d'une opération à l'autr (...)
  • 23 Une hypothèse complémentaire pourrait être formulée à ce sujet. Ces stratégies peu concluantes dép (...)

38Durant l’espace de l’attente creusé22 par la rareté des interventions, les pompiers tentent de déployer des stratégies pour s’adapter23. À un premier niveau, l’attente est ainsi constituée d’un entremêlement de « parades », s’articulant de diverses façons avec les ressources et les ambiguïtés charriées par la planification du temps hors intervention.

39Ces stratégies adaptatives sont néanmoins profondément ambivalentes parce qu’elle peuvent entrer en tension avec ce qui est au cœur du professionnalisme pompier : disjonction marquée entre les impératifs liés à la préparation à l’intervention et ceux de l’occupation de l’attente à travers la séance de sport ; tensions matérielles et symboliques entre le temps de l’intervention et le temps de l’attente à travers le bricolage ; attente féminine versus intervention masculine. Ces ambivalences soulignent surtout la difficulté de construire des compromis opératoires dans un tel contexte.

  • 24 Loriol M. (2000), Le temps de la fatigue, Paris, Anthropos.

40À côté du stress lié aux impératifs de l’intervention dans l’urgence et face à des drames humains, nous avons identifié deux figures alternatives du mal-être chez les pompiers aux prises avec l’attente. Le mal-être est d’abord le résultat d’une attente non planifiée en tant que telle et pour laquelle les pompiers ne disposent pas, au contraire de l’intervention, de ressources préformatées. Dans une perspective « classique », le mal-être naît de l’écart entre travail prescrit et travail réel et de l’occultation organisationnelle de cet écart. Par ailleurs, l’enquête met en évidence un mal-être consécutif à l’attente de sollicitations qui débouche sur des activités flottantes venant rompre avec la dynamique corporelle de l’intervention. Dès lors, une deuxième figure, originale, du mal-être peut être dégagée : elle naît des ambivalences de l’occupation de l’attente et de la difficulté pour les pompiers étudiés à articuler et combiner l’intervention, comme fondement affirmé de leur professionnalisme, et l’attente, comme réalité occultée de leur quotidien et qu’il leur faut bien pourtant parvenir à occuper. L’anxiété procède des obstacles s’opposant à une appropriation positive de l’attente. Les arrangements déployés par les pompiers pour occuper cette attente se révèlent in fine insatisfaisants à leurs propres yeux, dans un contexte d’affaiblissement de la figure du dévouement (Retière, 1994). Ce constat souligne la nécessité de ne pas préjuger du caractère fonctionnel des stratégies des acteurs pour faire face aux exigences professionnelles. En écho à des analyses invitant à approcher la question des souffrances par l’entrée privilégiée du travail, de ses obstacles et de son sens pour les professionnels (Clot, 2010), ou des « règles de métiers négociées et valorisées par les groupes24 », ce résultat d’enquête invite à aller au-delà d’une analyse, certes nécessaire mais partielle, des maux du travail à travers le seul prisme des conditions objectives de travail : les souffrances au travail traduisent tout autant un problème d’appropriation du travail.

Haut de page

Bibliographie

Anstett É., Gélard M.-L. (dir.) (2012), Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin.

Aubert N. (1999), « Le management par l’urgence », dans Brunstein I. (dir.), L’homme à l’échine pliée. Réflexions sur le stress professionnel, Paris, Desclée De Brouwer, p. 87-100.

Bernoux P. (1979), Un travail à soi, Paris, Seuil.

Boullier D., Chevrier S. (2000), Les sapeurs-pompiers. Des soldats du feu aux techniciens du risque, Paris, Puf.

Certeau M. de (1990), L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Clot Y. (1997), « Le problèmes des catachrèse en psychologie du travail : un cadre d’analyse », Le Travail Humain, 60/1, p. 113-129. En ligne : http://www.jstor.org/stable/40660031.

Clot Y. (2010), Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte.

De Keyser V., Hansez I. (1996), « Vers une perspective transactionnelle du stress au travail: Pistes d’évaluations méthodologiques », Cahiers de Médecine du Travail, 33/3, p. 133-144.

De Soir E. (1999), « La gestion du stress traumatique chez les sapeurs-pompiers et les ambulanciers. Expériences avec le debriefing psychologique en Belgique », Méd Catastrophe Urg Collectives, 2, p. 139-152.

Douesnard J. (2010), La santé psychologique des pompiers : portrait de situation et éclairage de la psychodynamique du travail, thèse de doctorat en organisation du travail et santé psychologie, université de Laval, Québec.

Gollac M., Volkoff S. (2000), Les conditions de travail, Paris, La Découverte.

Guillaumin C. (1992), Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes.

Hatzfeld N. (2004), « L’intensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux », Sociologie du travail, 46/3, p. 291-307. DOI : 10.1016/j.soctra.2004.06.001.

Hugues E. C. (1996), Le regard sociologique, textes présentés par J.-M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Hodgkinson P. (1990), « Stress and Firefighters », Fire Prevention, 235/90, p. 22-23.

Jardel J.-P. (2000), Les rites dans l’entreprise, Paris, Éditions d’organisation.

Julien M.-P., Rosselin C. (2005), La culture matérielle, Paris, La Découverte.

Kanzari R. (2008), Les sapeurs-pompiers. Une identité temporelle de métier, thèse de doctorat en sociologie, université Toulouse II, Le Mirail.

Linhart D. (dir.), 2008, Pourquoi travaillons-nous ? une approche sociologique de la subjectivité au travail, Ramonville Saint-Agne, Érès.

Loriol M. (2000), Le temps de la fatigue, Paris, Anthropos.

Marx K. (1963) [1872], Le capital (livre 1), Paris, Gallimard.

Méda D. (2008), Le temps des femmes, Paris, Flammarion.

Mélo D. (2010), Les CDI dans la tourmente. Entre loyauté et désarroi, Paris, Presses de Sciences Po.

Meyer M. (2013), « Éléments pour une ethnographie visuelle des organisations », Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, supplément HS, p. 131-153. DOI : 10.3917/rips1.hs01.0129.

Molinier P. (2005), « Les métiers ont-ils un sexe ? », Sciences Humaines, hors-série 4, p 40-43.

Molinier P. (2011), « Les approches cliniques du travail, un débat en souffrance », Sociologie du travail, 53/1, p. 14-21. DOI : 10.4000/sdt.5998.

Molinier P., Laugier S. et Paperman P. (dir.) (2009), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot-Rivages.

Mosse G. L. (1997), L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Éditions Abbeville.

Padioleau J.-G. (2002), Le réformisme pervers. Le cas des sapeurs-pompiers, Paris, Puf.

Parkes K. R (1986), « Personality and Coping Moderators of Work Stress Processes: Models, Method, and Measures  », Work & Stress, 8, p. 110-129. DOI : 10.1080/02678379408259984.

Pfefferkorn R. (2006), « Des femmes chez les sapeurs-pompiers », Cahiers du Genre, 40/1, p. 203-230. DOI : 10.3917/cdge.040.0203.

Ponnelle S., Vaxevanoglou X. (1998), « Le stress au quotidien : les sapeurs-pompiers en intervention », Archives maladies professionnelles, 59/3, p 190-199.

Pruvost G. (2011), « Le hors-travail au travail dans la police et l'intérim. Approche interactionniste des coulisses », Communications, 89, p. 159-192. DOI : 10.3406/comm.2011.2647.

Pudal R. (2016), Retour de flammes. Les pompiers, des héros fatigués ?, Paris, La Découverte.

Retière J.-N. (1994), « Être sapeur-pompier volontaire : du dévouement à la compétence », Genèses, 16, p. 94-113. DOI : 10.3406/genes.1994.1249.

Roy D. (2006), « L’heure de la banane. La satisfaction dans le travail et l’interaction libre », dans Briand J.-P., J.-M. Chapoulie, D. Roy. (dir.), Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte, p. 155-187.

Saouter A. (2000), « Être rugby » : jeux du masculin et du féminin, Paris, Éditions de la MSH.

Weller J.-M. (2002), « Stress relationnel et distance au public. De la relation de service à la relation d’aide », Sociologie du travail, 44/1, p. 75-97. DOI : 10.1016/S0038-0296(01)01201-8.

Yaguello M. (2002), Les mots et les femmes, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été effectuée dans le cadre d’une convention avec un Service départemental d’incendie et de secours (SDIS). Trois étudiants de Master ont mené des observations participantes quotidiennes sur des temps complets de garde dans un centre de secours principal. L’objectif était d’adopter une méthode au plus près de l’activité réelle de travail en croisant observations et matériaux discursifs recueillis au cours d’entretiens formels et informels, auprès des pompiers. Les résultats de ces observations, d’une durée de trois mois, ont été mis en commun, et travaillés une fois par semaine avec une équipe d’enseignants-chercheurs. Ici, ont été surtout retenues les données finement recueillies par S. Quénard en 2005.

2 Ce constat est valable à l’échelle nationale. Il ne s’applique toutefois pas à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris qui assure en moyenne 15 départs par caserne en 24 heures (source donnée par la Préfecture de Police).

3 Cette focale se distingue de celle de G. Pruvost (2011) pour qui les « coulisses » du travail sont des « surgissements du hors-travail » (p. 160) dans le travail, lors que nous considérons l’attente non pas en creux, mais bien comme temps de travail.

4 Ce que le langage courant tendrait d’ailleurs à désigner comme un « temps mort ».

5 « Décaler » désigne le départ en intervention.

6 Sur les réformes ayant affecté le monde pompier, voir Padioleau (2002).

7 À la différence de ce qu’a pu observer Douesnard (2010) au Québec, où les pompiers, regroupés en équipe, sont libres d’organiser leur temps en caserne.

8 D’une manière générale, le « piquet » peut être défini comme la place assignée à un homme du rang durant sa garde. Les « piquets » sont établis par le service général, en tenant compte des diplômes de chacun et de la nécessaire rotation mensuelle des pompiers sur les différentes tâches.

9 Le stas’, ou stationnaire, désigne à la fois le lieu et la personne qui s’occupent de la réception et de la transmission des interventions à faire. Le Centre 15 réceptionne l’appel d’urgence et le transmet à la caserne concernée. Le stas’ réceptionne le motif d’intervention et le transmet au véhicule concerné, via le sélectif.

10 Ce sentiment d’enfermement est à mettre en relation avec les multiples changements intervenus ces dernières années dans la prescription du temps de travail pompier. On a assisté à une réduction de la durée des gardes, de 72 heures à 24 heures, éloignant ainsi les pompiers du monde de la caserne militaire et favorisant l’émergence de frontières espace public/espace privé (Boullier, Chevrier, 2000). Ce sentiment d’enfermement marque peut-être un approfondissement de ce processus de distension des liens au sein du collectif. Le monde pompier se normalise et les pompiers ont du mal à composer avec cette coexistence forcée entre pairs dans un espace clos.

11 Alors même que la caserne est perçue d’ordinaire comme une « maison » (Douesnard, 2010 ; Kanzari, 2008).

12 En effet, l’ennui domine le travail des ouvriers de Donald Roy, alors que c’est l’attente qui est au centre du temps hors intervention chez les pompiers étudiés.

13 Le travail de Meyer (2013) suggère une lecture différente. Dans la mesure où les activités permettant d’occuper l’attente ne correspondent pas aux constructions sociales et matérielles communément admises sur leur travail, ce sont peut-être les pompiers eux-mêmes qui, se sachant observés, font remarquer à l’enquêtrice qu’ils ne font rien de vraiment intéressant durant ce temps hors intervention.

14 Le sélectif, ou bipeur, est le petit portatif noir attaché à la ceinture des pompiers. Cet appareil sonne et vibre selon le poste de garde occupé (ambulance, fourgon incendie, etc.) pour indiquer, à la fois, qu’il faut partir en intervention et le motif de l’intervention.

15 Du moins chez les pompiers professionnels (voir Ponnelle, Vaxevanoglou, 1998).

16 Boullier, Chevrier, 2000, p. 147.

17 À l’attente sont associées la passivité et la soumission à l’imposition d’une temporalité ou de décisions dont le sujet n’est pas maître, à l’image des figures fémines de Pénélope, de Blanche-Neige ou de ces professionnels investis dans les métiers du care dont l’activité est modulée par celui ou celle dont ils prennent soin.

18 Le P majuscule vient ici signifier la figure du pompier telle qu’elle est nourrie par les représentations collectives, voire les stéréotypes.

19 Les pompiers ne font pas exception dans le paysage professionnel. L’ensemble des professions à dominante masculine est le lieu de cette forme de construction identitaire. En revanche, construction masculine et construction professionnelle seraient particulièrement imbriquées tant les pompiers vivent « leur identité de pompier comme une identité masculine et, inversement, ils vivent leur identité masculine en tant que sapeur-pompier » (Pfefferkorn, 2006).

20 Par exemple, quand des pompiers se croisent dans les couloirs du centre de secours après une intervention ou durant la pause café, alors que l’un d’entre eux parle de sexe, un autre se dirige vers lui et le pince au niveau du sexe en interrogeant : « Alors, ça pousse ? »

21 Les femmes représentaient, en 2003, 8,1 % des sapeurs-pompiers, 2,2 % des professionnels et 8,6 % des volontaires ; en 2010, 13 % des sapeurs-pompiers civils sont des femmes et 16 % en 2017 (sources : ministère de l’Intérieur).

22 Il ne s’agit plus ici des « pores du travail » formés par la « transition d'une opération à l'autre » et qui « interrompt le cours d[u] travail » (Marx, 1963, p. 429), mais d’une véritable béance temporelle.

23 Une hypothèse complémentaire pourrait être formulée à ce sujet. Ces stratégies peu concluantes déployées par les pompiers seraient l’occasion de marquer leur désintérêt pour ce temps mort et ce faisant renverraient à un refus de s’adapter. Notre matériau ne nous permet pas d’aller au-delà de l’emploi du conditionnel, appelant ainsi à de nouvelles investigations pour tester cette hypothèse.

24 Loriol M. (2000), Le temps de la fatigue, Paris, Anthropos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Mélo et Céline Rosselin-Bareille, « « Quoi faire » en attendant l’intervention ? », Socio-anthropologie, 40 | -1, 231-246.

Référence électronique

David Mélo et Céline Rosselin-Bareille, « « Quoi faire » en attendant l’intervention ? », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6369 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.6369

Haut de page

Auteurs

David Mélo

David Mélo est maître de conférences en sociologie et actuellement directeur du Département de sociologie de l’université Savoie Mont Blanc. Chercheur au laboratoire Langages, littératures, sociétés, études transfrontalières et internationales (LLSETI, EA 3706), ses recherches portent notamment sur le travail, le management, les organisations, les inégalités, la justice sociale, la jeunesse, ou encore le recrutement. Lauréat de la Fondation pour les sciences sociales, promotion 2018, sur le thème « Les mutations du travail », il est notamment l’auteur de Les CDI dans la tourmente. Entre loyauté et désarroi (Presses de Sciences Po, 2010).

Céline Rosselin-Bareille

Céline Rosselin-Bareille est maîtresse de conférences en sociologie et en anthropologie sociale à l’université d’Orléans, membre du Centre d’études des techniques, des connaissances et des pratiques (CETCOPRA) et membre fondateur du réseau Matière à penser (MàP). Elle a écrit et codirigé plusieurs ouvrages sur la culture matérielle, parmi lesquels, avec Marie-Pierre Julien (dir.), La culture matérielle (La Découverte, 2005) et Le sujet contre les objets… tous contre (Éditions du CTHS, 2009) ; et s’intéresse aux échanges pluridisciplinaires autour de ces questions (voir le numéro 35 de Socio-Anthropologie, « Matière à former », qu’elle a dirigé). Elle vient d’achever une recherche sur les scaphandriers travaux publics ; voir, par exemple, « “Tourner”. Corps au travail et pénibilité chez les scaphandriers travaux publics », La nouvelle revue du travail, 14, p. 23-38. DOI : 10.4000/nrt.4622).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals