Navigation – Plan du site
Recensions

Brice Arsène Mankou, Thomas Essono, L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique Centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun

Paris, L’Harmattan, 2016, 250 p.
Teresa Graziano
p. 263-265

Texte intégral

1Le livre rassemble les contributions de chercheurs français et africains – camerounais en particulier – présentées à un séminaire interdisciplinaire organisé à Yaoundé sur le rapport entre migrations féminines et développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique. Une récolte de réflexions et de récits, donc, qui est innervée d’une part sur le privilège heuristique de l’insider, en prévenant les risques de distorsions orientalistes et postcoloniales inévitablement inhérentes au regard de l’étranger, mais qui est, en même temps, enrichie par le regard de l’outsider dans un jeu de miroirs croisés.

2Le travail vise, de manière ambitieuse, à combler un vide théorique et méthodologique par l’analyse du rôle des TIC dans l’élaboration de différents projets et pratiques en matière de migration féminine et, par conséquent, de la dimension virtuelle dans la définition de nouvelles voies pour la territorialisation des migrantes.

  • 1 Diminescu D. (2005), « Le migrant connecté. Pour un manifeste épistémologique », Migrations Sociét (...)

3Une ligne d’études, celle-ci, certainement récente, mais déjà consolidée, à partir du manifeste sur le migrant connecté de Dana Diminescu1, est mentionnée à juste titre dans le texte. En effet, la circularité et la complexité des migrations contemporaines ont été encore plus accentuées par ce que Licoppe appelle la « présence connectée ». Une présence multiple et multiforme, qui permet de surmonter la « double absence » dont Sayad a parlé à propos du « migrant déraciné », pour aboutir à une vision dans laquelle l’a-matérialité du virtuel – qui n’est qu’apparente – redessine de nouvelles trajectoires ou, comme dit Diminescu, de nouvelles « traçabilités » des projets migratoires.

4Ce qui est intéressant, dans ce travail, c’est que la recherche est axée presque exclusivement sur le rôle des TIC dans la phase précédant la migration. De plus, elle est déclinée sur la base des particularités des migrations féminines qui « souffrent encore d’une sorte d’ostracisme heuristique qui n’aide guère à sortir d’une perception stéréotypée et réductrice qui les envisage comme passives, simples accompagnatrices des hommes, isolées au foyer », écrit Laurent Charles Boyomo Assala, dans la préface de l’ouvrage.

5Tout en s’insérant dans le sillon d’une tradition d’études sur les migrations féminines, le volume propose donc de combler une lacune quant à la sous-représentation du rôle des TIC dans les migrations des femmes en Afrique, principalement due à une fracture numérique de genre en termes d’accès et d’accessibilité, relatives à des questions soit infrastructurelles soit socio-culturelles. La fracture numérique n’est pas seulement alimentée par l’analphabétisme, l’illettrisme, ou la méconnaissance des langues dominantes de l’Internet par les femmes, mais aussi par une tendance à la masculinisation des espaces publiques donnant accès aux TIC, comme les cybercafés – sujet qui a récemment été mis en discussion par de nouvelles pratiques virtuelles féminines, articulées autour de ce que l’on appelle la « cybermigration conjugale ». Le « désir d’ailleurs » des femmes centrafricaines, dans les faits, dessine une nouvelle forme de mobilité intercontinentale, à travers les espaces déterritorialisés du virtuel, qui est finalisée par le mariage de femmes aux vécus très fragile avec un homme blanc, au point que la structuration du projet migratoire se pose sur des dynamiques de construction de l’imaginaire de l’ailleurs qui se révèlent très différentes par rapport au passé.

6Dans une progressive mise en abyme thématique, le travail se déroule en cercles de recherche concentriques : du contexte géopolitique et migratoire du Cameroun aux migrations féminines, pour aboutir à la relation entre femmes, projet de migration, puis Internet qui est analysé surtout par des enquêtes qualitatives de terrain, finalisées en vue d’approfondir les antécédents culturels et la motivation de ces femmes qui construisent de nouveaux imaginaires migratoires « à travers » et « sur » l’Internet, le long de nouvelles « chaînes » virtuelles.

7Cependant, loin d’être une pratique exclusivement virtuelle, « chercher l’homme blanc » sur le réseau révèle des implications territoriales dans les espaces physiques et, plus encore, dans un contexte dans lequel l’accès à Internet n’est pas régulé par un appareil mobile individuel, mais reste encore aujourd’hui ancré dans l’espace physique des cybercafés.

8Tout en maintenant une approche socio-anthropologique solide, le travail s’élargit en vue d’analyser le rôle de l’espace et des lieux dans l’analyse de la cybermigration conjugale, reflet de la portée interdisciplinaire du « spatial turn ». Les espaces physiques des cybercafés, qui redéfinissent une nouvelle géographie urbaine et sociale des villes, constituent, grâce au réseau digital, de véritables lieux-ponts physiques vers l’altérité virtuelle, dont les implications sont profondément ancrées à la dimension réelle. L’importance des cybercafés en tant que lieux-ponts, dans la formation de nouvelles relations sociales, culturelles et identitaires, est intimement liée à des pratiques spatiales sans précédent, en ne se limitant pas à de nouvelles formes d’utilisation, non plus exclusivement masculinisées, d’espaces privés à usage public, tels que le cybercafé, mais elle s’étend au réseau virtuel, dont ils représentent un avant-poste physique, à travers lequel les femmes camerounaises reconstruisent une nouvelle image de soi et de l’ailleurs. Une image qui découle d’une « agency » migratoire façonnée par des auto-distorsions de genre : le prince charmant, et surtout le prince charmant blanc, est vu comme la seule bouée de sauvetage de ce que les femmes interviewées définissent comme l’« enfer » (leur condition socio-économique).

9Il serait intéressant d’examiner avec plus de profondeur, lors de futures recherches, comment, et si, le Web continue de jouer un rôle pour ces femmes, à la fois dans les processus de sédentarisation à l’étranger, comme plateforme de renégociation de leur nouvelle identité de femmes mariées à un homme blanc, et, enfin, en tant qu’instrument de connexion inter(net)connection avec le pays d’origine.

Haut de page

Notes

1 Diminescu D. (2005), « Le migrant connecté. Pour un manifeste épistémologique », Migrations Société, 102, p. 275-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Teresa Graziano, « Brice Arsène Mankou, Thomas Essono, L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique Centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun », Socio-anthropologie, 40 | -1, 263-265.

Référence électronique

Teresa Graziano, « Brice Arsène Mankou, Thomas Essono, L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique Centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6511

Haut de page

Auteur

Teresa Graziano

Teresa Graziano est maîtresse de conférence en géographie économique et politique au département d’agriculture, alimentation et environnement de l’université de Catane (Italie), ou elle enseigne la géographie du territoire. Elle a été chercheuse invitée à la Fondation Maison des sciences de l’homme de Paris, à la Royal Holloway de l’université de Londres ainsi qu’à l’université de Barcelone. Ses recherches portent principalement sur la gentrification et les pratiques touristiques et de consommation contemporaines, ainsi que sur le rôle entre TIC et nouvelles configurations territoriales, tant en ce qui concerne les phénomènes migratoires que les pratiques d’activisme numérique et de démocratie participative.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals