Navigation – Plan du site
Recensions

Angeliki Monnier, Diasporas en réseaux. Pour une lecture socioculturelle des usages numériques

Lormont, Le Bord de l’eau, 2018, 192 p.
Dağhan Irak
p. 266-268

Texte intégral

  • 1 Safran W. (1991), « Diasporas in Modern Societies: Myths of Homeland and Return », Diaspora: A Jou (...)
  • 2 Butler K. (2001), « Defining Diaspora, Refining a Discourse », Diaspora: A Journal of Transnationa (...)

1La diaspora est récemment devenue un mot à la mode dans le monde occidental, notamment depuis l’émergence d’une grande crise des réfugiés en Syrie, soit par la « curiosité à l’autrui » chez les intellectuels, soit par le besoin des « anciens » immigrés de se distinguer des nouveaux arrivants pour éviter une nouvelle vague d’ostracisation dans la société où ils se sont établis pendant des décennies. Cette « buzzwordization » du terme ne signifie nullement que son usage, aujourd’hui, pour les communautés migratoires, soit injustifiable. Bien que qu’il s’agisse d’un mot traditionnellement réservé aux survivants des grandes catastrophes humaines, comme la Shoah ou le génocide arménien, il englobe désormais plusieurs communautés déracinées, réparties aux quatre coins du monde. Tandis que les chercheurs comme Safran1 (1991) et Butler2 (2001) nous offrent les repères pour une définition mise à jour du mot « diaspora », d’un point de vue sociologique, on pourrait se dire que ce qui différencie les communautés diasporiques des autres communautés migratoires est leur capacité sociale à développer leurs propres actions et stratégies collectives au sein de la société qu’elles intègrent. Par conséquent, les « Gastarbeiter » en Allemagne, Autriche, Suisse et France qui se sont installés dans ces pays pendant un demi-siècle, les communautés fondées par l’asile politique comme les Kurdes en Suède ou les grandes communautés sud-européennes aux États-Unis, tous se qualifient comme des diasporas. En effet, le fonctionnement du groupe joue le rôle principal dans cette définition plutôt que son identité spécifique. La diaspora, comme communauté ayant ses propres relations, actions et stratégies, est sans doute le réseau social par excellence, au sens classique du terme. Une communauté diasporique agit à la manière d’un réseau rhizomatique, au sens où l’emploient Deleuze et Guattari, à savoir comme une structure qui évolue de manière perpétuelle. C’est la raison pour laquelle, les usages numériques des diasporas nous offrent un moyen sans précédent d’observation d’un aspect du fonctionnement des diasporas, sur les plans collectif et individuel. Ce type de recherche nous permet de voir comment un réseau transnational s’adapte à un autre réseau mondial. À cet égard, l’ouvrage d’Angeliki Monnier nous fournit de précieux renseignements.

2Même avant discuter le contenu, l’apport initial de cet ouvrage est le fait qu’il a été rédigé par une chercheure qui connaît l’expérience diasporique personnellement. La « buzzwordization » susmentionné du sujet a également déclenché un fort intérêt des chercheurs occidentaux, en réduisant cette question sociologique complexe à la question inépuisable de l’altérité envisagée par l’anthropologie et, inévitablement, à celle de l’objectivation des expériences humaines. Lorsque l’utilisation des statuts privilégiés des non-immigrés provoque, de plus en plus, la « colonisation académique/intellectuelle » du sujet, l’apport des « insiders » a une valeur inestimable pour mieux comprendre les vies diasporiques. Notamment dans le domaine des études des médias, heureusement, la diaspora grecque est étudiée par des chercheur·e·s important·e·s comme Smyrnaios, Georgiou et Tsagarousianou ; mais, en général, les subtilités de cette diaspora sont souvent cachées derrière l’identité européenne dans laquelle l’identité grecque est de plus en plus immergée.

3Dans son ouvrage, Angeliki Monnier utilise un grand concept de la sociologie bourdieusienne, celui de l’habitus, comme point de référence. En tenant compte de la nouvelle définition des diasporas, ce choix est extrêmement correct dans la mesure où l’habitus est un ensemble d’actions et de stratégies qui constituent la manière d’être. D’autre part, l’auteur franchit un pas supplémentaire dans son utilisation de ce concept, en défendant que l’habitus est un concept fondamentalement communicationnel (p. 21). Cette communication comprend les positionnements, de même que les messages et codes (p. 32). Selon l’auteur, l’habitus comporte une dimension culturelle, d’une manière qui n’évacue pas la question du pouvoir. Au contraire, elle constitue un terrain où différents pouvoirs se croisent (p. 47). En appuyant sur cette dimension, l’auteur développe une approche triadique (usage-habitus-culture) pour analyser son objet de recherche.

4Après cette féconde discussion sur l’utilisation des grands thèmes de la sociologie de Pierre Bourdieu dans l’analyse des usages numériques, la deuxième partie nous introduit au corpus, lequel comprends 200 « interventions initiatives » au groupe de discussion « Grecs à l’Étranger » et les interactions provoquées par elles en 2012, et aussi au deuxième corpus en 2013 qui comprend 186 autres discussions. Comme résultat, on voit que la Grèce (« la patrie ») constitue le référent principal de ces discussions. De manière familière pour les chercheurs des diasporas, ces débats contiennent une bonne dose de « traumatismes à distance » et d’« anamnèse historique » (p. 88-100).

5La troisième partie porte sur une comparaison entre les migrants grecs et français. La fonctionnalité d’une telle comparaison pourrait être assez discutable, car ces deux communautés ont des histoires différentes de migration. En conséquence, les résultats se relèvent extrêmement différents, notamment par rapport aux références à la patrie. Un point intéressant dans cette comparaison vient des noms des groupes de discussion utilisés par les Grecs et les Français. Selon les noms (« Grecs à l’étranger » et « ExpatLive »), les Grecs s’identifient comme « citoyens de la patrie à l’étranger », tandis que les Français utilisent le terme euphémisé et dénationalisé/mondialisé d’« expat ». Sans aucun doute, dans le choix du terme, entre « expat », « diaspora », « immigré » et « personnes à l’étranger », l’habitus joue un rôle important.

6Pour conclure, l’ouvrage d’Angeliki Monnier s’avère particulièrement important sur le plan théorique ; son apport aux études des médias et à la sociologie de Pierre Bourdieu est indubitable. En revanche, il pourrait être très utile de voir une version plus détaillée de l’analyse des données recueillies des membres des diasporas, avec leurs propres mots. En revanche, la comparaison entre les Grecs et les Français ne semble pas trop convaincante dans la mesure où une diaspora française n’existe pas. Comparer la diaspora grecque avec une autre diaspora sud-européenne aurait pu être plus utile, du moins en ce qui concerne la dimension des études des diasporas qui contribue à donner la voix aux personnes ignorées.

Haut de page

Notes

1 Safran W. (1991), « Diasporas in Modern Societies: Myths of Homeland and Return », Diaspora: A Journal of Transnational Studies, 1/1, p. 83-99. DOI : 10.1353/dsp.1991.0004.

2 Butler K. (2001), « Defining Diaspora, Refining a Discourse », Diaspora: A Journal of Transnational Studies, 10/2, p. 189-219. DOI : 10.1353/dsp.2011.0014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dağhan Irak, « Angeliki Monnier, Diasporas en réseaux. Pour une lecture socioculturelle des usages numériques », Socio-anthropologie, 40 | -1, 266-268.

Référence électronique

Dağhan Irak, « Angeliki Monnier, Diasporas en réseaux. Pour une lecture socioculturelle des usages numériques », Socio-anthropologie [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6523

Haut de page

Auteur

Dağhan Irak

Dağhan Irak est enseignant-chercheur à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC) de l’université Aix-Marseille et chercheur associé au Médialab (Sciences Po Paris). Il est l’auteur de Football Fandom, Protest and Democracy. Supporter Activism in Turkey (Routledge, 2019)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals